Navigation – Plan du site

L’agence de presse Libération-paysans

Avec les paysans sur le « front de l'information » ?
The Agence de Presse Libération-Paysans: With farmers on the “news front”?
Edouard Morena
p. 25-38

Résumés

C’est en 1972, dans l’effervescence de l’après-Mai 68 qu’est créé le bulletin Agence de presse libération paysans (APL-P), à l’image de celui de l’Agence de presse libération, qui lui donna son nom. L’objectif assigné à ce journal est de mettre en mouvement les masses paysannes en leur permettant d’être les porte-voix de leurs propres luttes. Il s’agit à la fois de faire entendre leurs préoccupations et de favoriser une prise de conscience de la paysannerie, prise de conscience considérée comme un préalable à tout processus révolutionnaire. Pourtant, le bulletin APL-P ne parvient pas à atteindre son objectif. Cet échec est analysé à travers le contexte politique et social, ses effets sur la nouvelle gauche paysanne, ainsi que le profils des militants impliqués dans sa réalisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

À la confluence de la « nouvelle presse » et de la « nouvelle gauche paysanne »
Avec les paysans sur le « front de l’information » ?
Conclusion

Aperçu du texte

Au lendemain de mai 68, « le fond de l’air est rouge, et un espace rouge vif s’est dégagé à gauche du Parti communiste » [Rimbert 2005 : 19]. Ces évènements ont marqué durablement la société française. Ils auront, pour reprendre le titre du livre de Kristin Ross [2005], des « vies ultérieures » en faisant sans cesse l’objet d’interprétations, de commémorations ou de remises en cause. À court et moyen terme, Mai 68 marque le début d’une séquence politique de dix ans (jusqu’aux législatives de 1978) pendant laquelle « un spectre, sans précédent par son ampleur, de secteurs de la société française s’est mis en mouvement » [Kouvelakis 2007 : 118-119] : ouvriers, jeunes (étudiants, lycéens, travailleurs), classes moyennes, intellectuels, femmes, détenus, soldats, une fraction des classes dominantes.

C’est également le cas d’une partie de la paysannerie française. Au printemps 1968 et, en particulier, dans les régions d’élevage du Grand-Ouest – Loire-Atlantique, Vendée, Bretagne –, de nomb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edouard Morena, « L’agence de presse Libération-paysans », Études rurales, 198 | 2016, 25-38.

Référence électronique

Edouard Morena, « L’agence de presse Libération-paysans », Études rurales [En ligne], 198 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11207

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals