Navigation – Plan du site

La caméra, auxiliaire de l’historien

Archives et récits d’une conseillère agricole
The Camera, the Historian’s Helper: the Archives and Stories of an Agricultural Agent
Sylvain Brunier
p. 33-52

Résumés

La pratique du cinéma documentaire constitue une opportunité pour l’historien de réfléchir et d’enrichir l’ensemble des opérations qui définissent son métier : la critique documentaire, la construction explicative, et la représentation du passé. Le fait de se confronter aux pratiques du cinéma documentaire permet de découvrir et de constituer de nouvelles sources, de mieux comprendre les situations observées et de mettre en regard différents modes d’écriture. Pour développer et articuler ces trois dimensions, je reviens sur mon expérience de réalisation d’un film documentaire, intitulé Le nom des fleurs, au cours de mes années de doctorat d’histoire. La rencontre d’une conseillère agricole qui a animé plusieurs groupes de vulgarisation féminine durant près de trois décennies m’a donné l’opportunité de réfléchir à la réalisation d’un film documentaire sur son parcours professionnel. Le film cherche ainsi à articuler la singularité de l’itinéraire de la conseillère agricole et l’histoire des femmes dans le monde agricole.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Renouveler le regard sur les sources
Multiplier les rencontres
Un fonds d’images hétérogènes
Mettre en lumière la relation de conseil
Cadrages, décadrages, recadrages
Une question de style
Expérimenter différents régimes d’écriture
Mettre en regard différents langages
La mise en scène de l’enquête

Aperçu du texte

« Je ne fais pas de recherche, j’apprends en regardant. Le tournage est la recherche. » Frederick Wiseman, interviewé par Isabelle Regnier, 10 mars 2011.

Si le cinéma est devenu un matériau archivistique travaillé dans les livres d’histoire [Ferro 1977 ; Bertin-Maghit 2008], l’investissement des historiens dans le cinéma documentaire reste le plus souvent cantonné au rôle bien délimité du consultant chargé de donner une légitimité scientifique au récit. Pourtant, l’historien aurait tout intérêt à ne pas se contenter de rester devant l’objectif et à passer derrière la caméra, suivant un mouvement déjà bien ancré dans les sciences sociales [Christin et Pasquali 2011]. Certains anthropologues ont bien montré l’intérêt de mobiliser le cinéma comme mode de connaissance à part entière [Boukala et Laplantine 2006]. De même, la pratique du cinéma documentaire constitue une opportunité pour l’historien de réfléchir et d’enrichir l’ensemble des opérations qui définissent son métier. Pour donne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Brunier, « La caméra, auxiliaire de l’historien », Études rurales, 199 | 2017, 33-52.

Référence électronique

Sylvain Brunier, « La caméra, auxiliaire de l’historien », Études rurales [En ligne], 199 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/11460

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals