Navigation – Plan du site
Ethnographie de la violence

Fantômes de la violence

Énigmes tahitiennes
Jean-François Baré
p. 23-46

Résumés

La communauté contemporaine tahitienne valorise l'évitement du conflit et le refus de l'agression entre personnes civiles. Quand on en vient à des situations semblant relever du « politique », ce modèle peut parfois paraître se renverser, sans être remplacé par un contre-modèle explicite. La virtualité de ces deux modèles est brièvement replacée dans l'histoire et confrontée aux schémas historiques généralement adoptés par les Tahitiens eux-mêmes. Cet article examine comment le modèle de l'évitement, l'éthique du consensus et de la « douceur » sont développés dans l'éducation et la socialisation des enfants, en s'appuyant sur les observations de l'ethno-psychiatre R. I. Levy ; comment ils apparaissent dans les logiques sémantiques du monde adulte traitant du conflit et de la hiérarchie. Il décrit enfin trois situations ayant impliqué une agression physique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Baré, « Fantômes de la violence », Études rurales, 95-96 | 1984, 23-46.

Référence électronique

Jean-François Baré, « Fantômes de la violence », Études rurales [En ligne], 95-96 | 1984, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/878

Haut de page

Auteur

Jean-François Baré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals