Navigation – Plan du site
Ethnographie de la violence

Violence et ordre social dans une société amazonienne

Les Yanomami du Venezuela
Catherine Alès
p. 89-114

Résumés

Chez les Yanomami, population de chasseurs-essarteurs du Sud du Venezuela, les représentations et pratiques de la violence sont au coeur de l'organisation sociale. L'usage potentiel ou effectif de la violence, qu'elle soit observable ou non, contribue à la constante évolution des relations intra- et inter-communautaires. Il intervient particulièrement pour produire et/ou maintenir la distance sociale et spatiale entre les groupes. Les modalités et les degrés de la violence sont examinés en fonction des capacités de résolution des conflits et de la conception agonistique des rapports sociaux. La guerre entre les communautés par laquelle la société Yanomami est souvent caractérisée n'est qu'une des formes possibles de l'agression qui ne peut être étudiée de manière autonome : les agressions occultes doivent être aussi considérées. Les formes d'agression correspondent aux différents niveaux d'interaction socio-politiques. Dans cette société acéphale, le système d'agression apparaît ainsi comme un des éléments constitutifs de la structure sociale. Il garantit institutionnellement l'existence et la reproduction d'une loi ou d'un rapport symbolique unissant les membres d'un groupe et les différents groupes locaux entre eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Alès, « Violence et ordre social dans une société amazonienne », Études rurales, 95-96 | 1984, 89-114.

Référence électronique

Catherine Alès, « Violence et ordre social dans une société amazonienne », Études rurales [En ligne], 95-96 | 1984, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/881

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals