Navigation – Plan du site
Ethnographie de la violence

« Se battre comme des chiffonniers »

Martine Segalen et Béatrix Le Wita
p. 205-212

Résumés

Pourquoi emploie-t-on l'expression « se battre comme des chiffonniers » ? En quoi la violence était-elle inhérente à ce groupe social ? Une enquête auprès de quelques familles d'anciens chiffonniers qui occupèrent jusque dans les années 1950 un quartier de la ville de Nanterre tente d'expliquer cette association. La violence est multiple entre les membres du groupe, souvent en compétition pour les espaces de collecte de leur butin professionnel ; elle est aussi domestique, associée à des groupes familiaux instables. Cependant, la violence n'est pas désordre : la profession est tout à fait hiérarchisée ; elle n'exclut pas davantage la solidarité au sein du groupe. Enfin, on peut se demander si la violence n'est pas une vision extérieure au groupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Segalen et Béatrix Le Wita, « « Se battre comme des chiffonniers » », Études rurales, 95-96 | 1984, 205-212.

Référence électronique

Martine Segalen et Béatrix Le Wita, « « Se battre comme des chiffonniers » », Études rurales [En ligne], 95-96 | 1984, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/889

Haut de page

Auteurs

Martine Segalen

Articles du même auteur

Béatrix Le Wita

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals