Navigation – Plan du site
Ethnographie de la violence

De la généalogie considérée comme un assassinat

Jean Jamin
p. 221-240

Résumés

Qu'est-ce qu'un beau meurtre ? Cette question, qu'on ne peut manquer de se poser une fois achevée la lecture du drame de Georg Büchner (Woyzeck) et qu'en humoriste autant qu'en esthète Thomas de Quincey avait déjà envisagée, trouve peut-être sa réponse anthropologique dans la manière dont une société gère sa reproduction et, ce faisant, vient à escompter le temps de l'individu -- qui, parce qu'il est à la fois compté et dissipé, fait violence à l'ordre social. C'est en ce sens que le mode d'institution successorale tel que pratiqué en Gévaudan aux XVIIIe et XIXe siècles finit non seulement par engendrer du suspense mais par développer une sorte d'idéologie du crime où le meurtre, devenant quasi rituel et conjuguant l'utile avec le beau, s'apparente plutôt à un sacrifice familial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jamin, « De la généalogie considérée comme un assassinat », Études rurales, 95-96 | 1984, 221-240.

Référence électronique

Jean Jamin, « De la généalogie considérée comme un assassinat », Études rurales [En ligne], 95-96 | 1984, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesrurales/891

Haut de page

Auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals