Navigation – Plan du site

Environnement et construction du bien commun local : l’apport de l’analyse du discours

Jihad Farah

Résumés

La question environnementale s’impose aujourd’hui à des espaces de gouvernance en mutation. Elle est en même temps actrice et révélatrice de l’évolution de logiques de gouvernance et de leur capacité à constituer des espaces de gestion du bien commun, notamment à l’échelle locale. En mobilisant une grille d’analyse du discours dans la tradition foucaldienne ainsi que les travaux de Boltanski et Thévenot sur la justification, nous proposons un cadre méthodologique pour saisir la dynamique d’évolution de la gouvernance locale sous le poids de la question environnementale au Liban. À la lumière de notre analyse, la transition environnementale au niveau local est plus un processus dynamique qui complexifie les paysages de gouvernance locale et fragmente les espaces de construction du bien commun, qu’un processus linéaire d’élargissement de ces espaces.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Tout le monde savait que la Terre est ronde, objectera-t-on ? Non, pas vraiment ; on le savait d’un savoir diffus, abstrait, lointain, en regardant les globes de nos salles de classe, en contemplant les photos de la planète bleue : pas encore de quoi la « ressentir » ronde. Elle ne le devient, affirme Sloterdijk, que lorsque les conséquences de nos actions nous reviennent dessus par effet boomerang. Alors, là, oui, nous voyons, nous sentons, nous subissons l’effet de sa rotondité véritable. Nous devenons peu à peu, pour utiliser son terme, des « monogéistes » : ceux pour qui la Terre est devenue une ; ceux qui n’ont pas d’autres terres de rechange » Bruno Latour (2007, page 1).

1Pour Latour « La Terre est enfin ronde ». L’environnement est sans doute une des questions qui ont le plus contribué à façonner cette rotondité. Toutefois, cette rotondité amène une nouvelle conscience et de nouvelles responsabilités. C’est ce que Latour appelle une nouvelle « modernisation ». Cette modernisation touche aussi bien les comportements individuels que collectifs. Elle pousse pour une redéfinition du bien commun et pour la réorganisation de l’espace politique afin de pouvoir prendre en considération la nouvelle complexité qu’elle impose.

2En effet, cette grande métamorphose nécessite d’importants changements, aussi bien dans la façon de penser que dans celle d’agir sur l’environnement ; et cela, sur toutes les échelles, du global au local. Dans cette métamorphose, l’environnement prend une nouvelle dimension politique. Il devient un nouveau type de bien commun, un objet politique impliquant souvent une requalification des régimes de gouvernance en place. Toutefois, nous pensons que ce processus, qui touche le cœur même du politique et des relations entre les différentes échelles de pouvoir, n’est pas évident à saisir.

3Dans cet article, nous tentons, en mobilisant des cadres théoriques d’analyse du discours, et à travers le cas libanais, de saisir les enjeux de cette transition environnementale au niveau local dans les pays en développement, ainsi que les stratégies d’innovation, de résistance et d’opportunisme que peuvent mobiliser certains acteurs pour contrôler ces effets sur l’espace politique.

La difficile gouvernance d’un nouveau type de bien commun

Une gouvernance environnementale globale ?

4Aujourd’hui, la représentation de l’environnement global comme un bien commun de l’humanité est une idée assez répandue et acceptée. D’un côté, elle est le fruit de constats : il existe des liens solides entre comportements humains localisés et changements environnementaux touchant d’autres lieux ou même la totalité de la planète. De l’autre, elle est le fruit d’ambitions. Après la reconnaissance par les Nations Unies de l’existence de sites historiques ayant une valeur exceptionnelle comme patrimoine commun de l’humanité, c’est au tour des sites naturels, et ensuite de la Terre dans sa totalité, d’intégrer cette catégorie. Ceci a des répercussions importantes sur les valeurs et les pratiques ouvrant le champ – pour reprendre l’expression de Lafaye et Thévenot (1993) – à une « grandeur verte », où le respect et la sauvegarde de l’environnement deviennent une question éthique intériorisée par des populations qui vivent le moment du « Global Village » et ressentent de la responsabilité envers cette Terre enfin ronde.

5Toutefois, au-delà de cette transition culturelle et de ses implications sur la société civile, c’est au niveau des institutions qu’on peut saisir les implications de l’émergence environnementale sur les cadres de gouvernance globale. Depuis la conférence de Stockholm de 1972 sur l’environnement, et surtout après celle de Rio de 1992, on a pu voir les instances internationales évoluer vers une meilleure prise en compte de la question environnementale. À une échelle plus vaste, de nombreux concepts, normes et stratégies ont été créés pour coordonner les politiques environnementales, pour développer une prise de conscience de l’environnement dans les politiques de développement, ainsi qu’une meilleure lutte face au changement climatique. De fait, aujourd’hui, le développement durable est le grand mantra, quasi-incontournable, repris par incantation par les instances politiques partout autour du monde.

6Cette évolution ne doit cependant son rythme que partiellement à l’évolution des mentalités et des pratiques sociales. En fait, elle s’inscrit aussi dans un processus plus large de globalisation économique et de réorganisation des relations internationales après la Guerre froide. Les acteurs politiques internationaux se sont saisis de la question environnementale, dans une large mesure, pour contourner les incidences de celle-ci sur la compétition économique à l’ère de la globalisation. Dans un contexte de concentration des ressources naturelles et énergétiques dans les pays en développement et de délocalisation industrielle des pays développés vers des économies émergentes, l’adoption de mesures environnementales unilatérales au niveau national est perçue par beaucoup de pays développés comme une tare sur le potentiel concurrentiel de leurs économies sur le marché global. Par contre, les négociations multilatérales et les accords qui en découlent peuvent assurer une prise en compte globale et concertée de la dimension environnementale qui peut aller de pair avec une plus grande ouverture des marchés et des frontières.

7Toutefois, cette approche globaliste pour mettre la question environnementale au cœur de la gouvernance politique internationale a bien montré ses limites, notamment au sommet de Copenhague en 2009. Entre les positions des pays occidentaux, celles des grands pays émergents (la Chine, l’Inde et le Brésil) ou encore celles plus radicales de certains pays comme la Bolivie, la signature d’un accord à la hauteur des espérances des organisateurs était bien impossible. Dans un climat de crise économique globale, la question environnementale devient, pour de nombreux États, bien secondaire face à l’impératif de relancer la croissance (Dimitrov, 2010). Ainsi, malgré l’importance incontestée que la question environnementale est en train de prendre pour beaucoup d’États qui commencent à développer des politiques environnementales plus exigeantes, et pour des sociétés civiles plus sensibles à ses enjeux, celle-ci ne semble pas affecter profondément les cadres de la gouvernance globale, toujours dominée par les enjeux économiques et géostratégiques. On est encore loin de mériter le nom que Latour appelle de tous ses vœux pour les humains : les Terriens.

L’environnement et la gouvernance locale : casse-tête ou opportunités politiques ?

8Clairement la Terre n’est pas encore une. Sa gestion comme un bien commun de l’humanité, à partir d’institutions et de mesures globales, n’est pas chose acquise. Cependant, sur d’autres échelles, des tentatives de construire l’environnement comme un bien commun sont perceptibles.

9Avec la modernisation, le modèle centralisateur de l’État-nation émerge comme le cadre le plus apte à saisir les intérêts particuliers et à les intégrer en une forme de bien commun transcendant appelé intérêt général. L’intérêt général devient le cadre de construction des politiques publiques. Or, cet intérêt général national, souvent réduit à l’intérêt de l’État national, commence à souffrir lorsque la légitimité de l’État en place commence, elle, à s’éroder. Avec la crise de l’État centralisateur et son incapacité à embrasser la complexité croissante des sociétés, l’intérêt général national est de plus en plus remis en question, notamment avec le développement du local comme échelle pertinente de gestion territoriale dans un monde globalisé.

10En effet, dans un monde globalisé, l’activité économique tend à se développer en réseaux au niveau global d’une part, et à s’ancrer dans le local d’autre part. Ces deux processus sont complémentaires ; c’est la spécificité du local qui lui donne sa valeur ajoutée dans un marché global concurrentiel de plus en plus large et diversifié (Swyngedouw, 2004). D’autre part, dans un monde perçu comme de plus en plus instable et risqué (Beck, 1992), le local représente une valeur refuge. L’importance des réseaux sociaux qui y sont imbriqués et le capital social qu’il peut porter aide à développer des filets de protection aux individus comme aux entrepreneurs.

11Toutefois, à l’échelle du local, on ne retrouve aucun cadre de référence qui pourrait jouer le rôle qu’a joué l’État centralisateur dans la construction de l’intérêt général national. La construction du bien commun au niveau local est bien une affaire de bricolage (Farah et Teller, 2012). Le local doit composer avec la pluralité de l’échelle locale comme avec les échelles nationales et supranationales. Ainsi, on voit émerger des approches différentes qui tentent de constituer la question environnementale en question politique de bien commun au centre des processus de gouvernance au niveau local. Deux approches dominent. Ces deux approches se rejoignent sur certains aspects, mais divergent sensiblement sur d’autres.

12On peut classer dans la première approche les initiatives qui, tout en misant sensiblement sur l’approche globaliste, envisagent le besoin d’agir au niveau local. Ce niveau local est perçu comme nécessaire pour assurer les engagements pris aux échelons supranational et national, car il mobilise les acteurs locaux et les pousse à contribuer à l’effort de la transition environnementale, aussi bien dans ses dimensions économiques que sociales et politiques.

13Les Agendas 21 sont une illustration assez expressive de cette synergie activement recherchée entre développement durable, décentralisation et mobilisation citoyenne. En fait, on part du principe que les problèmes environnementaux peuvent être résolus de façon à ne pas nuire à l’efficacité économique ni à l’équité sociale, s’ils sont approchés à travers une planification et une gestion environnementales intégrées à l’échelle de la société et la collectivité locale (UN-HABITAT/UNEP, 1998). C’est une approche qui croit aux vertus de la participation, qui garantit le respect des accords négociés, comme aux vertus du local, qui permet une appropriation par la population des enjeux qui pèsent sur son cadre de vie.

  • 1 Emilianoff (2005), en se basant sur les chiffres du Conseil International des Initiatives Environne (...)

14Très rapidement, on voit des milliers de collectivités locales autour du monde s’engager dans des processus d’Agenda 211. Ces processus ramènent un très grand nombre d’initiatives liant développement et environnement (Barthe, Batsalle et Fontaine, 2007). Toutefois, ils ne ramènent que rarement une métamorphose de fond de la gouvernance politique locale en vue de la construction de l’environnement comme bien commun local. Trop souvent, les Agendas 21 sont réduits à des programmes environnementaux par les services et les élus qui n’acceptent pas son ingérence dans les autres secteurs (Emilanoff, 2005).

15La seconde approche est celle de certaines écoles de pensée dites territorialistes ou régionalistes, critiques d’une globalisation économique trop libérale transformant l’environnement en un bien monnayable. Elles proposent des stratégies de construction territoriales dans lesquelles l’environnement a une place privilégiée. Dans ces approches territorialistes, l’environnement est un bien commun qui a une valeur stratégique ramenant des ressources, mais il est aussi un ancrage, une identité (Magnaghi, 2003). L’aménagement de l’espace et de l’économie ne se font plus en dépit des particularités de l’environnement, mais plutôt à partir de lui (Jean, 1996, 2006 ; Mollard et Pecqueur, 2007). Dans cette perspective, la gouvernance se structure en gouvernance territoriale (Leloup et al., 2005) incluant les acteurs du territoire et épousant ses enjeux. Dans cette gouvernance, l’environnement et les rapports qu’entretiennent les hommes avec lui ne sont pas une variable à prendre en compte dans les choix politiques et économiques, mais bien le cœur du débat et un point de départ des stratégies.

16Toutefois, ces atouts du local sont aussi contrebalancés par une série de critiques. Wolton (2000) identifie ainsi plusieurs faiblesses du local, balayant les espoirs de refonder la politique et la démocratie que beaucoup d’auteurs lui attachent. D’une part, pour Wolton, le local n’est pas autonome, sa gouvernance implique, et de façon substantielle, des acteurs du niveau national – voire même supranational – qui y participent et parfois même s’y imposent. D’autre part, le local est aussi complexe que le niveau central ; on y retrouve toutes les tendances politiques et philosophiques et toutes les tensions qui vont avec, mais de façon beaucoup plus désordonnée et dynamique.

17Il est vrai que le cadre territorial est bien approprié pour la construction et la matérialisation du bien commun (Lascoumes et LeBourhis, 1998). Toutefois, dans un cadre de décentralisation, les questions environnementales peuvent être une source significative de litiges entre territoires locaux. En fait, l’environnement est systémique et dépasse largement les périmètres de collectivités locales, qui subissent ainsi des externalités négatives de choix faits à l’extérieur de leurs territoires et sur lesquels elles ne peuvent peser (Talbot, 2006). Dans la même logique, les questions environnementales sont propices au développement de pratiques dites NIMBY chez les acteurs locaux concernés. L’environnement étant un élément central du cadre de vie de beaucoup de populations, celles-ci seront enclines à le considérer comme un bien particulier à elles, refusant toute « ingérence » d’autres acteurs dans sa gouvernance (Trom, 1999). Ainsi, le local n’est pas en mesure de s’occuper à lui seul d’un enjeu de bien commun qui le dépasse et qui a besoin de politiques publiques d’échelles supérieures pour le cadrer (Ghiotti, 2006).

18Même dans une perspective de développement endogène territorialiste du bien commun à partir de l’environnement, une autre faiblesse importante du local qui peut lui opposer un défi majeur est souvent le manque de ressources dont disposent ses acteurs. C’est le cas des ressources financières, qui souvent ne suffisent pas à répondre aux besoins de stratégies environnementales élaborées. Mais c’est aussi le cas des ressources humaines, les questions environnementales nécessitant certains savoirs techniques et organisationnels pas toujours existants à cette échelle (Barthe, Batsalle et Fontaine, 2007).

19Enfin, il faut noter que ces faiblesses du local sont d’autant plus pesantes dans les pays en développement. En fait, les cadres de référence dominant la politisation de l’environnement – saspan class=tion enitiques urbain5srs et cette échelle plus ion faiblesdadcrfmbriqués par une tradit du politiqunt abonnlique,’unelffisent faic éléméseaes acteur que les 006).

Le poids d’une tradition

10 Ementaocal. s. C’égiqes nmonnemras qu on v à se développer des politiques environnementaons quprétles l’environnemniatioeures pont dsles srndre aux besoinr des sociétces humaines, mais bres pour de trafondui- la mnés. L’environnemral devi du cadre de ale et traditlle de de la mnse.

1Cette évolut un ipitée das. tes hière s. Eunt epays occidoriale det euxirobl mon iicitév«tirobl sirocentale qrles dedans au développemeds d’ la question environnementas. C’ssi bien daes un conteion cultales et politt la spétorique de Eunt eplitt et dÉtat en plans le protectise de l’environnemtte facx es tgt, leusriqués par hodologirie da croissaion économiim le ipi,, et à travean et mobilisation citoyt la démocémiquence localeean e prise en plres de réglementatpace et parf( et ThévTrom, 2004s queçu débstntal is de l’hodolrbain5srs etnt, ainsi qu’une plus gra de sensiralitt des populatiur que les œux pour les enjeux de l’environne012). au développemens les politiques environnementagir au nivqunt abons il est ausseinsi des expérienciviles pays déveloégies de constructeul d du bien commes environnemeagir au nivme supranati, » el représente de référeenn et lapremidre pour beaucoe les pays onctive de développem(Jdéso »Cs="ft ceff, 2005).

6

4 E enjeu de vie de certai ds populateurs. C’est le sus pxconteoser avec et mobilisatlle cont. Lmazontretisutte facelesjace et de pas rnt to saspLmazontretiface le Brelle bosaJean, tralRevk>Enfuw, 2,qou ner aux, celle des populatiés loca de trafalayane po> E ences natriseAfétoriqu Sud (McDnatidnfuw,22006).

14Ctée que la question environnementose aujourd’ent prmme de plus en pda une plée das. l’espace polittralpas soconimens dÉtatles tenait, les cadune traditionnond de la gouvernaeosent d’échelent s pntitPue pour saiesn>Ceute une nouve« modernisationfoun’cit cependmme nécessaint de dmbrassiencistructtatlerégimesses lopulatiace etcatanaacteureie, e. De , et à traversent ière demne métamorph ipit celle de cer des espaces de gouvernable. Nle, nl’inesubissdan>Dans cet artants trielle des espaces de gouvernaurs loccal dans les pays en développeme et à traveà lconteocas liba. des espaion un trune varismaleean la question environnemento est sans doi a des répercussi la spétorantes dans oes diffé, lesuise. Cependale, nl0) idenussiMBY chez les acteurs locers den élésoins de stratrié pons id’ager avec la question environnementes, qunssi bêt géndereptibles.

15

La gouvernance de l’environnement au Liban

  • 6iroblr">me> sirocenteffort de la premi de dnialyse21i r">me>nne (...)
  • 4(...)
  • 6(...)
  • 4(...)

6C rarement tt schrgétute se imégenceale au LibCx, celleenpas toujosociéabprésence de tes hiion politiqu les 0cal. s. C’est ipe que les problèmes environnement s. C’exiont ps, drnales 0cTpartoudlus cn>C fait, on pobles sposerès grand nombe les problèmes environnementeux qui pèsiel de plus en pl auje-ci sure reqficité du cadre deines, mest auent sur l’éconour même es 0cLe des progroi a les Nations Unres pour de développem(PNUDller,1)ués ete des anciance de l’environnem00) identn uparfles questions environnementalntérmentacaleent urborganisatpropportance in le éga 21110

4odtlus ait étant le rsse imporsser dans le prise hus largeles problèmes environnemenites, notamment Ce niveau lo(Dewde myloup et al., 200Cntale qs="doxalloppee à contrhamp on pardTéléche et de l’État ceniur que les questi93) –cipaauvegrcore lout le chace politiqAnt ainen dlnales icolcas libanalue et organisae ons environnementinen dlnt pès gnt ljoriral, ces apprpemque la question environnementaatlerégimes de gestios technçon beaucoup prts qutlerégimes la mobilisationrgeles prschrgbilisat du polit005).

4

9Aveon yet pour ons municntalit bis, ment, on vpl. Par coment ue priseavncludec les questions environnement99Cur ons municntali,vger dans hodologgies dedes fitisatougies dopnsidératmme avec a cnégociations environnementi e à nnnema c lécheserès grand nombe les questions environnementiale urs nnemjusle qurir vvec hdépaace pengourres sec a cnégocfeureie,05) itoens end’autrà oréorganisatiutproa cagetdtoi detshui, le développemet, leaérialisations nivqtidà lgs at,Aveon boe ponnemaleean léitisatiul des espaaux coules réorganisationcroppgnes Par comant laévolutmun et pour le protectise de l’environnem(Dewde myloup et al., 200St p aprise600dlus Conr ons muniis aulcessnt, on vvec e prise en plreslen pda 150 la ixpresanons environnementaoup249dlus Conr le conoen es, les questions environnementaays commelntériciten dlnt selesjacr ons muniisdamrir vrai 401m00) identn unt lesulatiacelesjacr mes environnementurs copntérmentas et suec aes Agen(FaviTeller0ge 1).

1

12ui pourrya pu vuan>En eimes ldyenne.>En effee. Dep lestoranuerdons,sons quesi crle, dans uodologire s’enibleme05)anciaougiesune «eenwashingtionfo de l’environnemc’l reprétues parteien d de tour res secteureie,eullolitt st sans don bien pse de lgs loppemet, ons municntalitqas libaesrié pourles quesité. Toutefoié pDewde myloup etlton 41992), au changem ne sembes plfrastruclainsaeure lules autos, les questions environnementa sys rejo iet surt et de l’émergeii qusurscert ues pmr la conindurs cotelaaux par a cnégociations environnementnice etces suiéténcufaic aaux par aes acteons muniis. Cmaales actevodadles pore lean Ensformant hypott splexe que au développementrencecert res e. Sa gestioe colleeaaux par a cnégociatiot par ons municntalie se foerdnombe lea spubles de ressourcr unees nibuotection mme estiurs e aucmritoi ce dominas. l’espace politoupranati,auxbt gfirgeii qus de pouveau loons municvoit émomi 1).

4

d’analyse du discours comdu camne hodouodologmmun

ds rapues, des thesques d’analyse du discion

10En effee. Dans les différendes thesqq’C ratnnema c la questvecleincapacire sxs implica me, des nfrastructenceeux économiquesque sociinsi,ste de concntale sur les questidà dérionnemalee pdeintéraccruomle hufconteuits eteles questijadiiqude penturs coien second 0cLe du discourn quuell quaturs cosseact1972 sur l’évolution des relations entre aux indivint, ainsi et suecn les comportem, luistruire atnnentation de nombre rechtecteu1).

6

1

10

1En effqus copee pFui aulv,dpee pHabui av,suve« gra al socustr la conindeat sur sos isubjcollectiviues eéy et à travéch0té. Toutefoonrisrsser dans uodologi de compves , ilt s. C’exouve at rpranatiéquites supériaun le ch e in dcn accpit des pet de amertiacehocteurs ldyt de op libocfeu9). Ainsà d’analyse du discounl devid). Dans cette perspectirge commemar comHene yenot 9)ment, ll dedant sensaun conteers et de laoentaal, qs. C’ et à trav enjeue92), au changemée das. l’espaes pmr ln commethufconriqueles92), au changem al socent pr en p05).

6

9Enfeur aepemquecapacidcelesjace( componsabil, n incapacitécus e inamre 1).

1

12

4En eff de l’environnemse lrodnimment Ce niveau lome, aussi blde toa une fori qusune nase du discose imére rechan,, et à traveanret errirs etpit une nouvt des pratiqeenant leuel » dclisatisurjusta une plée daeteurs politiqés locaarts q et à travssatprui attmresuits etehodologgiesjustplanificaiqeenant cabilipurs exiségies.

les élitisatiul dcamne hodouodoeiban

  • 10(...)
  • 6(...)
  • 6La secophseanond dment recht (mun à partirer,1), is, navecé de ainsNle, nl’inesumpose, onne (...)

61. à loc divre1 sont v«tcerta 21odtde ons municntalitqas libaesrnt, ainsi hniea 21

  • 1

10

4Dans cet art, is, n le consilatioser dans ne perspectfui aldtretifyi ShareloupRi lédsonlton 1),uell quC’exouve aujourd’gee du discomes environnemeagir au Ljunt Ce nivons municocal. du discoe iméraux par a cnégociatiot par Lgncidences de développemons internationa(ons qui ant le rsse imporsser daices fironnement edlus Conslle , lmens ns municialir au L)mc’l reprétee. Dep lerès la Gueés cieustr ti daboenne.>En eff re les différenl cnégociations iviewpent e à nnnemeau gllargement la msf de référtiotineslguié re les diffque cde certa, nouveldboujepemque la question environnementdis de faaup poucm beso ncian>C . Cmaal cnégociati e à nnnemveones rapuBiundtls grot par dippanrgociatiinsRiofcal co seanmplid nouvt dnelffisdde l’environneqent et de développement duriderieeu discomes environnemeac’qet surtcrfmbriués par nde approrgeles protectise de l’environnemcnt etga questdtoi de ressources natent99Il y a est aussieff Wolmocentralerie). Dan,eeu discovobievi etres responsabrassienles comportemDdtancex indivieat les rapudre les questions environnement99Cu,eeu discocal n’est pat auies élabtaes esastruntionerèsdes « modernisaines ogrqurence se fShareloupRi lédsonlomendssayacidesrepnsidésur l’évolutent Ce niveau lome Royauan-Unitraldabanm besoais il eon ashom endog 1).

10La sel le caceguC faéchellon ne retrntiier dans ltualisat et dades fitisaeurs. C’est le mplid que a cnégociations environnementne retrntisus pxconteorte par ons municntalitaux conceeefoié punt deisestidà l’qasrnteurs politiqés s douoié punt hodologgies seeatde osmesil) ou encaux cex s diffqupoucmle manquem cittlles, rffisdde dboujeliougies imièon aseé punt les problèmes environnementée daeoujoés lntali0cLe du disc mes environnemeag cnégocft ety retramrir vrds ligil, desitouiéou nttambriudes filronneuiStoi desraes acteons muniis e s quesnnnemurir vvec la légéquitconstpétoriet, Lenugleseavnccriqués que a cnégociations environnementibIs, relrejoétest audes Par cadicquestions entre les priociatiinsan,eeu discoetl » d’autdntéricr dipprirenhellee laibpotes ié pourés lntalibIs, ons eent joét la mqeat parfdet dtcntale piedsdes aeoujencesfrastructaa cnégocvlèmes environnemltaoc5).

10

6

10En effin, e à amenentne riancex cas acteuethufconanisatiut du disc çu cot0) iden tieat ShareloupRi lédsonlton 1)ulus de laced u du discnen dlnc urs e implications municipit rdiguiéons les institutglobalisatdve d du discnen dlnc de réglementatpaceeà réorganisation les scer ons muniisdamt, ainsi lit une nouvt des pratiqons que du disco amndogolus esutne retpensons qhacsseinsrcec det errirs aise s’envger dads diffé, iguiteueta matglobalisaoc5).

1

1

  • Logo Villes Régions Monde
  • Logo Institut national de la recherche scientifique
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • OpenEdition Journals