Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Les conflits urbains : une approche analytique

Paul Villeneuve, Catherine Trudelle, Mathieu Pelletier et Marius Theriault

Résumés

Cette note de recherche aborde premièrement quelques questions de base concernant les conflits urbains. Qu’est ce qu’un conflit urbain? Quels rôles les conflits jouent-ils dans les transformations des milieux de vie? Comment ces conflits en sont-ils venus à occuper le devant de la scène au cours des dernières décennies? Le texte illustre ensuite une approche analytique susceptible de compléter les études de cas qui constituent la démarche habituelle dans la recherche sur les conflits. Cette démarche utilise la presse écrite comme principale source de données et la modélisation statistique comme principale méthode d’analyse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il ne se passe pas un jour sans que la presse fasse état de projets de transformation de l’environnement urbain qui soulèvent débats, controverses et conflits. Par exemple, une étude récente (Trudelle et al., 2006) a relevé dans le principal quotidien de Québec plus de 6 500 articles se rapportant à 2 090 conflits qui se sont déroulés dans cette agglomération entre 1965 et 2000. Un nombre grandissant de chercheurs consacrent de plus en plus d’attention aux conflits urbains, car ceux-ci sont capables d’éclairer singulièrement l’évolution des rapports entre les sociétés urbaines et leur milieu de vie. Cette note de recherche aborde premièrement quelques questions de base en ce qui concerne les conflits urbains : qu’est ce qu’un conflit urbain? Quels rôles les conflits jouent-ils dans les transformations des milieux de vie? Comment ces conflits en sont-ils venus à occuper le devant de la scène au cours des dernières décennies? Elle illustre ensuite une approche analytique susceptible de compléter les études de cas qui constituent la démarche habituelle dans la recherche sur les conflits.

La notion de conflit

2De façon générale, la notion de conflit évoque une lutte faisant appel à des actions pouvant aller du débat policé à la confrontation violente, une lutte entre protagonistes conscients de l’incompatibilité de leurs positions respectives au sujet d’enjeux qui mettent en cause des intérêts et des valeurs. Si ces enjeux engagent l’environnement urbain, on parlera alors de conflits urbains. Certains conflits urbains peuvent porter sur des questions sociales, économiques ou culturelles et être influencés par le fait qu’ils se déroulent en milieu urbain. On les qualifie alors de « conflits dans la ville ». D’autres ont comme enjeu des transformations de l’environnement urbain en tant que cadre bâti. Il s’agit alors de « conflits au sujet de la ville ». Cette seconde catégorie comprend entre autres les « conflits de localisation » (Janelle, 1977).

Acteurs de conflits

3Les conflits urbains jouent un rôle majeur dans la constitution de la ville comme produit social (Castells, 1983). L’analyse politique de ces conflits et, plus largement, des mouvements sociaux urbains, enrichit considérablement notre compréhension des processus de transformation des villes. L’analyse économique des processus d’affectation des sols urbains voit dans les effets externes (par exemple, le phénomène « nimby ») la principale source de conflits en milieu urbain (Cox, 1973). Les effets externes, aussi appelés effets de débordement, expliquent sans doute une grande part de l’activité conflictuelle. Ils sont cependant définis par rapport au marché, plus précisément par rapport aux défaillances de celui-ci. Or, les relations marchandes occultent en partie les rapports de pouvoir qui dynamisent les processus de transformations de l’environnement urbain. Si, avec Michel Foucault, nous reconnaissons que le pouvoir ne se possède pas, mais qu’il s’exerce, nous disposons alors d’une fenêtre ouverte sur la complexité des villes, où les jeux ne sont jamais complètement faits (Raffestin, 1980). L’institution de la ville peut dès lors être vue comme un processus stochastique, dont les moments forts sont faits, entre autres, d’événements conflictuels se nouant autour d’enjeux urbains. Si ces événements s’ordonnent en séquences spatio-temporelles reliées par des valeurs partagées au sein de réseaux informels d’organisations et d’acteurs autonomes, alors des mouvements sociaux urbains se forment.

4Plusieurs auteurs voient l’environnement urbain comme un lieu de vie et de consommation collective qui se construit, entre autres, autour de conflits mettant en cause l’accès aux ressources urbaines, le désir d’autonomie locale, l’identité culturelle, ou encore la qualité même de l’environnement urbain (Ley et Mercer, 1980). La forte résonance des conflits urbains vient en partie du fait que ceux-ci trouvent souvent leurs racines dans l’attachement d’ordre affectif des citoyens aux lieux où ils vivent. Ces lieux ont d’abord valeur d’usage pour les citoyens, alors que pour les développeurs, ils ont d’abord valeur d’échange (Logan et Molotch, 1987).

5Les mouvements sociaux, qui émergent de la société civile, constituent sans doute des acteurs de premier plan au sein des conflits qui transforment les villes. Ils ne sont cependant pas les seuls. Deux autres grandes catégories d’acteurs peuvent être identifiées : les institutions étatiques et les diverses organisations constituant le secteur privé. D’une part, l’étude détaillée de quelques conflits urbains choisis a montré la complexité des jeux de pouvoir qui structurent les relations entre ces grandes catégories d’acteurs (Sénécal et Harou, 2005). D’autre part, l’étude systématique d’un grand nombre d’événements conflictuels, se succédant sur des périodes assez longues, jette un éclairage complémentaire important sur le rôle de l’action collective dans l’évolution sociale (Olzak, 1989). Par exemple, au cours de la recherche portant sur les quelque 2 090 conflits survenus entre 1965 et 2000 à Québec, les catégorisations apparaissant au tableau 1 ont graduellement émergé de l’analyse de contenu des articles de presse. Dans la plupart des conflits, il a été possible d’identifier, chez les instigateurs d’une part et chez les objecteurs d’autre part, des types d’acteurs, d’enjeux et d’actions. Ces types ont ensuite été regroupés en trois grandes catégories selon les logiques suivantes.

Tableau 1. Regroupement des types d’acteurs, d’enjeux et d’actions

Acteurs

Enjeux

Actions

Secteur public

Économiques

Argumentation

Municipalités

Coûts

Appel aux autorités

Communauté urbaine

Dévaluation immobilière

Rencontre officielle

Gouvernements féd. et prov.

Baisse de revenus

Référendum

Institutions d’enseignement

Hausse de revenus

Présentation de mémoires

Commissions scolaires

Réalisation d’économies

Formation de coalitions

Institutions hospitalières

Développement économique

Débat officiel

Lettre officielle

Secteur privé

Sociaux

Consultations publiques

Promoteurs

Santé

Commission parlementaire

Entreprises de production

Sécurité

Projet de loi

Associations d’entreprises

Délinquance juvénile

Groupes criminalisés

Services sociaux

Pression

Associations professionnelles

Liberté individuelle

Pétition

Institutions religieuses

Moralité/mœurs

Recours aux médias

Conférence de presse

Société civile

Environnementaux

Résolution d’opposition

Citoyens

Qualité de vie

Plainte officielle

Groupes de citoyens

Protection de l’environnement

Demande de moratoire

Mouvements de femmes

Protection du patrimoine

Groupes écologistes

Circulation

Confrontation

Organismes sociaux

Stationnement

Manifestation

Groupes politiques

Aménagement local

Harcèlement

Comités divers

Déstructuration locale

Contestation de procédure

Mouvements gais

Règlements d’urbanisme

Recours judiciaire

Personnes handicapées

Source : grille mise au point par les auteurs

6Pour ce qui est des acteurs, la catégorisation tripartite « secteur public, secteur privé, société civile » s’appuie, entre autres, sur les analyses du droit de propriété de Macpherson (1978), qui distingue la propriété étatique, la propriété privée et la propriété commune, ainsi que sur la reconnaissance d’un tiers secteur, de plus en plus souvent appelé « société civile », qui entretient des rapports souvent tumultueux avec l’État et avec le secteur privé (Thériault, 1985).

7S’agissant des types d’enjeux véhiculés par les protagonistes, il est apparu que les trois dimensions (économique, sociale et environnementale) généralement associées à la notion de « développement durable » constituaient un principe approprié de regroupement. Comme les données tirées de l’analyse de contenu des articles de journaux sont codées de façon très désagrégée, d’autres types de regroupements sont possibles, qui feraient par exemple intervenir la culture ou la démocratie. Par ailleurs, les enjeux sont codés sans qu’un choix axiologique soit fait. Par exemple, le fait qu’un enjeu environnemental soit mentionné dans un conflit est codé sans spécifier si la mention va ou non dans le sens des valeurs environnementales. Ceci a l’avantage d’éviter des choix potentiellement arbitraires et l’inconvénient de limiter la portée des analyses possibles.

8Pour ce qui est maintenant des types d’actions observées lors des conflits, l’inspection des articles de presse suggérait un principe de classement basé sur le degré d’intensité ou de virulence des gestes posés. Dans la littérature, nous n’avons repéré qu’une seule tentative de catégorisation, celle de Ley et Mercer (1980), basée sur neuf catégories d’intensité des actions entreprises, allant de la mésentente à l’arrestation. Les trois catégories d’actions du tableau 1, argumentation, pression et confrontation, font appel à ce critère de degré d’intensité, mais il y aurait sans doute d’autres façons de catégoriser les types d’actions.

La visibilité grandissante des conflits urbains

9Il est probable que l’activité conflictuelle a, de tout temps, été au cœur des transformations de l’environnement urbain, comme le montre Castells (1983) à travers les exemples des Communidades dans les villes de Castille en 1520-22, de la Commune de Paris en 1871 et des grèves de loyers à Glasgow en 1915 et à Veracruz en 1922. Cependant, depuis quelques décennies, elle occupe l’avant-scène, en phase avec la montée en puissance des principes néo-libéraux d’une part et des préoccupations sociales et environnementales, portées surtout par les nouvelles classes moyennes issues de la tertiarisation de l’économie, d’autre part.

10Les conflits urbains doivent en grande partie leur visibilité à la couverture de presse qu’ils reçoivent. Cela présente un double avantage. D’abord, une couverture dans les médias de masse signifie que des informations sur les conflits deviennent immédiatement publiques et accessibles à un grand nombre. Cela amplifie le rôle local et régional des conflits urbains dans le processus de formation des valeurs, des idéologies et des représentations, tout en conférant à la presse un important rôle d’acteur (Gilbert et Brosseau, 2002). Ensuite, pour les chercheurs qui pensent que l’étude systématique de longues séquences d’événements conflictuels peut nous apprendre beaucoup, la presse devient une source privilégiée, car elle permet une granulométrie temporelle quotidienne (Villeneuve et al., 2006). La contrepartie de ce double avantage réside dans les nombreux biais qui peuvent affecter cette source d’information. Cependant, ces biais sont de mieux en mieux connus (Trudelle et al., 2006). Dans les lignes qui suivent, quelques exemples illustrent comment l’analyse statistique des conflits urbains peut contribuer à la connaissance des processus de transformation des villes.

Exploration des rapports entre types d’acteurs, d’enjeux et d’actions

11D’abord, il est possible de compiler le nombre de mentions dans les articles de presse des types d’acteurs, d’enjeux et d’actions chez les instigateurs et chez les objecteurs (voir Tableau 2). Cette compilation porte sur l’ensemble de la période étudiée, soit de 1965 à 2000. En ce qui concerne les acteurs, une sorte de symétrie apparaît, une symétrie qui met en cause les institutions étatiques chez les instigateurs et les groupes émanant de la société civile chez les objecteurs. Les fréquences des mentions de ces deux groupes d’acteurs sont élevées (3 056 et 3 072) et, à peu de choses près, égales. Dans une agglomération urbaine comme Québec, où les secteurs public et parapublic sont importants, il n’est pas surprenant d’observer une forte activité de la part des acteurs étatiques, qui sont mentionnés comme instigateurs plus de deux fois plus souvent que les acteurs émanant du secteur privé, ceux-ci étant par ailleurs peu mentionnés en tant qu’objecteur.

Tableau 2. Activité conflictuelle. Grandes catégories d’acteurs, d’enjeux et d’actions

Nombre de mentions comme :

Instigateurs

Objecteurs

Nombre

Moyenne

Nombre

Moyenne

Acteurs publics

3 056

1,46

1 449

0,69

Acteurs privés

1 308

0,63

583

0,28

Société civile

1 271

0,61

3 072

1,47

Enjeux économiques

989

0,47

1 354

0,65

Enjeux sociaux

1 615

0,77

2 334

1,12

Enjeux environnementaux

2 771

1,33

2 284

1,09

Actions : argumentation

3 306

1,58

2 812

1,35

Actions : pression

874

0,42

1 503

0,72

Actions : confrontation

382

0,18

772

0,37

Source : les mentions ont été relevées dans les articles d’information du quotidien Le Soleil portant sur 2090 conflits et controverses, excluant les éditoriaux et les lettres des lecteurs. Par exemple, 3056 mentions d’acteurs publics chez les instigateurs ont été relevées dans les 2090 conflits, soit 1,46 mentions par conflit en moyenne.

Tableau 3. Corrélations simples entre types d’instigateurs et types d’objecteurs dans les conflits et controverses. Région métropolitaine de Québec, 1965-2000

ss="texte">8Pour ce qui est maintenant des types d’actions observées lors des conflits, l’inspection des articles de presse sutne;border-tr">

Publi

Instigateurs \ Objecteurs

Publics

Privés

Civils

Publics

-0,152*

0,143*

0,201*

Privés

0,142*

0,057*

0,040

Civils

8Pour ce qui est maintenant des types d’actions observées lors des conflits, l’inspection des articles de presse sutne;border-tr">

Publi s insrent. C-scène Soleil port. Lale) généralemtigateurs onessibles71 eCrtanbasradevrai ty. La conmilbert ecresse ultatbiais qucteureut no-intuilet.qu’objecteur.

s et environnementales, portées surtout p4nt des actions chez les instiargumentation, p,tiots d’infdes ns upraît, uniques ches la littéraonnédes actions eule terder-left:n. E tout ordqu’n nommeux bstsresb tidien Le Soleil porta’ene sorte de symétrrd, une 056. Les troist des appreûle="boit meinfst pa qui ortée deconnus ensemble deconn;borderessibles71 earcer (1980). href="a socisourcies71ordequi conioters, sude fde symétrpnt. Crtants, il nrtd styl, sude f Soleil portae="blittéraCrtanésentez lborder-lsries d’intensitsde plus en plus souvent appelé « société civile », qui entretistyl des acsft:n,t une gre de mentiodues d’acteurs, d’e>

s cocx connt imp="paranumber">11D’abord, il est possidhi =e

111111Tableau 3. Corrélations simples entre types4d’instigateurs et types d’objecteurs dans les conflits et controverses. Région métropolitaine de Québec, 1965-2000

PublTes dans l lits, soit 1,4ss="tex="paranumber">11

0,040

É="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solip> class="texte">0,040

Se="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1pxp> class="texte">0,040

Ee="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;bpx solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

0,040

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

i8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

class="texte">0,040

i

0,201*

i0,040

class="texte">0,040

0,201*

<> 4der-tr">

Publb) Tes dans l lits, soit 1,4an clax="paranumber">11

0,040

Publ

Aerder-left:nyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-botp> class="texte">0,040

Pcatégorle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-botp> class="texte">0,040

Cd’intensityle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

Civils

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

0,040

Civils

class="texte">0,040

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

0,040

class="texte">0,040

0,040

<> 4der-tr">

Publc) Tes dans l lits, soit 1,4ss="tex="paranumorder-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" colspan="2" dir="ltr">

Objecteurs

É="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solip> class="texte">0,040

Se="border-left:norder-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solip> class="texte">0,040

Ee="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;bpx solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

0,040

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

i0,040

0,040

0,040

class="texte">0,040

1,47

i 0,363tyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bop> class="texte">0,040

8Pour ce qui est m1px solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

1,47

<> 4der-tr">

Publd) Tes dans l lits, soit 1,4an clasx="paranumorder-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" colspan="2" dir="ltr">

Objecteurs

Publ

Aerder-left:orle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-botp> class="texte">0,040

Pcatégorle="border-left:none;border-right:none;border-top:1px solid #000000;border-botp> class="texte">0,040

Cd’intensityle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxborder-bottom:1px solid #000000;" colspan="2" dir="ltr">

Objecteurs

Publ

0,040

i0,040

1,47

class="texte">0,040

class="texte">0,040

8Pour ce qui est m1px solid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

1,47

class="texte">0,040

0,040

Lale) généraeribuer à la cones dans l lits, soit 1,4an clasxprodui="a socisourc, ss qui sse ultatsries71ordequis. B ’ela f> , soians l laiil nrtd styls eule terder-left:n,ctiocteur le as surproncerne les acteurs, ypnt. cp, la prertd sty,mocteureft:ppttroit imptéen4 cteurslr">11 , soiactiourcs étatiquits et coa sordeer 056 rtanques che ’eléen4 rsapporttr s l lé dtder-lsouen d’=s préoccupations socialeh1 et environnemena href="#tocim1n6"ntre tocto1n6" Cdcrtat:nona> Cune greuès,ioteed rtdherdheys trose’infdes nenondéfiniurs t ét de 1,4sstmocratie. urbainrd, uui-c

11 esuts et c ,

r altreillustrati l’é dourrtiere>

survt assla conon">xte"ableie a vierbie. actdenoen de miêlevactroximche s eule tieprrals upraît, uniq conqrasél cteurs étatiques et coa sordeer tr la dembl c dtdstder-lst été de il nêlevembli osrmatiotains ecouveribuer à la connoen s préoccupations sociales et environnementales, portées surtout p9> Cune gdn cerdhe,e, suteur t1lrtis d’infinftder-, de mionmiles e ty1,4actrodheysrtanqraît, te,ons chezsistens edsicreno,rx connmanises, éo-libhistor s de ftl quisriesfdeembdequisndresse #et len aboraleme . Uiledn cerdhe finftder-i l’,6 rtanqucilisourc, uiledn cerdhe histor er-, élvap grviil netlev. ducurs e nonndft:ncnsit a baormraldatiquitsstion des x cllustra asur 209us erde f C-sc ducurs :on desa 20gor sembli ousrmatioerdc r ecouver rpnt. agedrasésourcn cergactdu ronne class e sordee le nne baormde mies de f êlevembli ourmatiotestere> hypothèsui ssefutaoubleus erde facC-scdft:ncnsit (Pop ltion"2). Uiledn cerdhe finftder-ivoila p71 eadaît111Dde symétrp s"tenont éteticun éaonndime f cernaierepdu l7ler s l lmft:pp«1lrgique» de,ctatigameux bdu l7ler lastrofrder-lnelsnéo-lib)devi tyonndsicist:n,cenontpsiciae. actn4t clndsivelop lEt damchn prmpar le terre ot ee(Joeri e nRoneie ,"abl8). Ontvt le’ela fprdtder-lsevig s"rs te les aler lass xvstyourcrapdevmil netayersteeur le ainfotpe rsrresier l lmfdaom s préoccupations soci

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Villeneuve, Catherine Trudelle, Mathieu Pelletier et Marius Theriault, « Les conflits urbains : une approche analytique  », Environnement Urbain / Urban Environment [En ligne], Volume 3 | 2009, mis en ligne le 09 septembre 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eue/897

Haut de page

Auteurs

Paul Villeneuve

Centre de recherche en aménagement et développement, Université Laval, paul.villeneuve@crad.ulaval.ca

Articles du même auteur

Catherine Trudelle

Département de géographie, UQAM, trudelle.catherine@uqam.ca

Mathieu Pelletier

Centre de recherche en aménagement et développement, Université Laval, mathieu.pelletier.6@ulaval.ca

Articles du même auteur

Marius Theriault

Centre de recherche en aménagement et développement, Université Laval, marius.theriault@crad.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut National de Recherche Scientifique Centre Urbanisation Culture et Société

Haut de page
  • Logo Villes Régions Monde
  • Logo Institut national de la recherche scientifique
  • Logo Conseil de recherches en sciences humaines
  • OpenEdition Journals
8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

8Pour ce qui est maintenant des types d’ap> class="texte">0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040

0,040