Navigation – Plan du site
IV. Regards extérieurs

Quand la terre s’arrondit. L’horizon convergent des épidémies d’Orient et d’Occident

Anne-Marie Moulin
p. 233-240

Texte intégral

1Les éditeurs de cette histoire des épidémies dans l’Asie de l’Est définissaient leur projet en se dérobant à l’idée même d’épidémie, au fond supposée un concept occidental importé, avec sa conjonction d’un comptage des morts et d’une action publique de prévention et de traitement. Aux lecteurs extérieurs, croisant leur regard à celui des auteurs, de trancher si l’on peut parler d’épidémies.

2Cette histoire des épidémies, par le regroupement de chapitres tous situés dans une même partie du monde, l’Eurasie moins l’Europe, promettait, et tient sa promesse, d’une information passionnante sur des régions mal connues. Elle se situe à la croisée d’une histoire politique avec les particularités et les rythmes propres des états choisis (Corée, Chine, Sibérie, Taiwan et Japon), et de l’histoire des sciences biomédicales, qui obéit à une autre temporalité, celle des découvertes et des innovations.

3La lecture du numéro spécial sur les épidémies en Asie du Sud, édité par Florence Bretelle-Establet et Frédéric Keck, s’avère bien passionnante, mais sans surprise épistémologique. La lutte contre les épidémies en Extrême-Orient, du xviiie siècle à nos jours, semble revêtir des caractéristiques fort proches de celles qui sont familières aux historiens du versant occidental. Les progrès et les innovations de la science bactériologique n’ont pas bouleversé de façon radicale la conduite de la lutte contre les épidémies, elles se sont intégrées par étapes, ce qui a donné le temps à d’autres innovations d’entrer en lice et de relancer le choix des stratégies. Le tempo de l’action et celui de la science diffèrent à l’évidence. La découverte des germes fauteurs d’épidémie au laboratoire a illuminé le raisonnement mais le reste n’a pas forcément suivi, n’en déplaise à Bruno Latour.

4Les stratégies de lutte contre les épidémies répondent en fait toujours, loin de la science, à des impératifs complexes et persistants, qui incluent des considérations d’opportunité politique, de pressions économiques, le souci de ménager, de séduire ou d’intimider des publics. Bref, la science n’apparaît que comme un élément parmi d’autres dans ce que les sociologues appellent la construction d’un problème de santé publique, qui implique celle de sa ou de ses solutions. À moins qu’on ne considère une fois pour toutes, comme l’a fait le strong program dans les années 1980, que la science est intrinsèquement pétrie de politique.

Je suis donc partie à la rencontre de quelque chose qui ne s’appelait pas, qui n’était peut-être pas, épidémie.

5Shin Dongwon décrit l’action publique menée par le roi Jeongjo en Corée dans les années 1786 contre la maladie « rouge », interprétée par l’auteur comme la rougeole. Dans sa politique face aux perturbations, le roi associe des rituels aux dieux tutélaires et aux génies des fléaux. Mais il ne se contente pas de ranimer la ferveur religieuse, il instaure un programme de collecte de recettes utilisées contre la maladie des enfants dans le pays, et décrète la constitution d’un dépôt de remèdes à distribuer à la population.

  • 1 Desaive, Goubert, Le Roy Ladurie, Meyer, Muller et Peter 1972.

6Pour les épidémiologistes contemporains, il y a là clairement une touche de « preparedness », ou d’anticipation de l’événement, qui amène le roi à recenser dans tout le pays les connaisseurs d’un remède efficace. À l’historien de la santé publique en France, un tel programme rappelle celui de la Société Royale de médecine conduite par Vicq d’Azyr avant la Révolution, à peu près à la même période que le roi Jeongjo1.

  • 2 Moulin 2007.

7À la lueur de cette comparaison, faut-il voir pour autant dans le roi coréen une figure du despote éclairé ou, au contraire, celle d’un souverain pieux et conformiste, cherchant à restaurer l’ordre menacé par les dérèglements cosmiques en resacralisant les quatre points cardinaux et multipliant les marques de déférence envers la hiérarchie divine et démoniaque ? Y a-t-il lieu d’opposer le modernisme associé à la recherche d’une pharmacopée efficace et à son expérimentation sur le vif devant un mal collectif, et le retour à la tradition, marqué par la relance de rituels confucéens destinés à éviter la colère des dieux et des esprits négligés par les fidèles ? Bref, y a-t-il lieu d’opposer religion et médecine quand tout dispositif face à l’épidémie et à la mort révèle leur durable intrication2 ? L’histoire de la médecine n’est-elle pas tenue à un agnosticisme prudent, lorsqu’elle enregistre les stratégies et les dispositifs de lutte contre les épidémies, évitant de prendre parti et de qualifier de scientifique ou de superstitieux, progressiste ou rétrograde, tel ou tel comportement ? Mais, inversement, n’y a-t-il pas lieu de reconnaître au passage quelque chose qui ressemble à une épidémie et à sa gestion politique ?

8De même, si la marche du choléra parut étrange au Japon au xixe siècle, elle semble familière au lecteur occidental. Un avertissement aurait été représenté par une bouffée de mortalité apparue en 1822, après l’accostage d’un bateau américain. Elle fut suivie trente ans plus tard d’une vague de décès coïncidant avec le débarquement du commodore Perry à Nagasaki en 1853.

9L’épidémie était japonaise et occidentale, par sa coïncidence avec l’ouverture du Japon à l’Occident et son nom l’atteste : le terme japonais pour « épidémie », kurira, vient à l’évidence de « choléra », un terme qui dans beaucoup de langues, y compris l’arabe, dérive du grec médical, de la bile : cholé. Le concept correspond à une philosophie des humeurs qui grosso modo rapproche Orient et Occident et prodigue les mêmes conseils de modération au quotidien, à propos de nourriture, sexe, et alcool, conseils tous destinés à la prévention, l’objectif suprême de la médecine : comme le disait Ibn Sina en son Canon, d’abord conserver la santé avant que d’essayer de la recouvrer. La thérapeutique suivait le même cours au Japon que dans les pays d’Europe : opium, réhydratation orale (quand elle est possible !), alcool et petits moyens.

10La reconnaissance de la nouvelle épidémie, événement inouï à tous les sens du mot, a donc bien introduit le Japon dans le concert des nations et le mainstream des débats sur la contagion, et l’aligne à bien des égards sur eux. L’identification du vibrion en 1883 sera loin de mettre fin au débat et de dire le dernier mot sur le déclenchement et le primum movens des épidémies. L’épidémie se déroule désormais dans un climat de dénonciation de l’Autre, ce qui n’est pas nécessairement contradictoire avec des accusations d’incurie interne, de corruption, ou d’impiété. Elle amène un pays comme le Japon à se positionner à l’égard du reste du monde, entre affirmation de sa supériorité culturelle et reconnaissance inconfortable de sa vulnérabilité aux microbes d’autrui.

11La même continuité apparaît entre Orient et Occident à propos des pestilences de la Chine, décrites par Florence Bretelle-Establet. Ses régions chaudes avaient une réputation ancienne d’insalubrité et représentaient un exil redouté pour les fonctionnaires impériaux envoyés du Nord. C’est précisément dans l’une de ses provinces, le Guangdong, pendant la peste de 1894, que sera identifiée la bactérie qui porte désormais le nom de Yersin, Yersinia (jadis Pasteurella) pestis.

12Dans la description médicale des yi et wenyi de la fin du xviiie et du xixe siècles se tisse un frappant parallèle entre le langage occidental des miasmes et la théorie chinoise du qi corrompu, susceptible d’envahir le corps lorsque ses défenses intérieures ont été mises à mal. Face aux pestilences, il est intéressant de noter le jeu original des autorités chinoises : les fonctionnaires essayent de prendre les devants, de ruser avec le calendrier en célébrant des fêtes avant la date prévue pour apaiser les esprits. Mais maladies chaudes ou froides liées aux humeurs du même nom, récurrentes avec les saisons, ou nées de la colère divine et des œuvres perverses des hommes, voilà un cadre plus ou moins familier aux historiens de l’Occident, que la découverte du bacille de la peste ne métamorphosera pas immédiatement.

13À partir du chapitre sur la santé publique dans la Chine moderne, la cause convergente des épidémies entre Occident et Orient est entendue. Il ne s’agit plus que du modèle d’hygiène à choisir, et c’est ainsi qu’on voit défiler le modèle allemand, le modèle japonais, sommairement caractérisés dans une ambiance de fin du monde autour de la deuxième guerre, dont émerge triomphant le modèle américain, passé de Chine à Taiwan, pendant que le continent s’engage et pour longtemps dans une autre voie.

  • 3 Fenner et al. 1988.

14Le sentiment accru de familiarité de l’histoire des épidémies et d’acclima­tation du concept coïncide avec une internationalisation croissante de la santé publique, après le trajet en chicane marqué par la colonisation et l’im­périalisme. Quelque chose a changé au fur et à mesure des années. À l’ordre sanitaire imposé par les puissances occidentales en Orient a succédé une première tentative d’ordre sanitaire vertueux avec la création de l’OMS en 1947, et son agenda de diplomatie sanitaire. Cette période voit se dessiner une concertation pour l’éradication de la variole, qui implique la collaboration des équipes d’Asie, même si nous ne disposons pas encore (en langue occidentale), contrairement à l’Inde, du récit détaillé de ce qui s’est passé dans les dernières années en Chine, avec l’issue incertaine, presque jusqu’au dernier moment, avant le chant de la victoire3.

  • 4 Moulin 2004.
  • 5 De l’idée proposée par Mirko Grmek de la nécessité de tenir compte de l’ensemble des pathologies (é (...)

15Les années 1970 marquent le lancement du programme étagé des éradications de la tuberculose, du trachome, de la lèpre, des tréponématoses et, vite en sourdine, du paludisme. Cet effort d’éradication signifie une volonté de modification absolue dans le domaine des maladies4, de signature d’un processus irréversible, sans arrière-pensée de conséquences possibles sur le bouleversement des « pathocénoses »5.

  • 6 Laidi 1993.

16Puis à « l’ordre relâché6 », de brève durée après l’effondrement du mur de Berlin en 1989, a succédé l’ère de la nouvelle santé globale, avec la mise en place de la « sécurisation » méthodique des maladies, y compris des maladies inconnues, comme le montre Vincent Rollet à propos du SRAS, apparu en 2003 dans le sud de la Chine. Est-ce la dernière fois que les épidémies sont envisagées dans le contexte d’une fièvre obsidionale ou faut-il y voir un échec durable de la pensée en commun ? La sécurisation signifie-t--elle une pacification ?

  • 7 Winslow 1980.

17La « sécurisation des maladies infectieuses » a marqué l’inclusion de la menace des maladies infectieuses dans le terrorisme au sens large, un voisinage sémantique dangereux7. La résolution 1308 du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2000 a marqué un tournant. Après le 11 septembre, l’OMS a constitué son Comité scientifique sur la sécurité sanitaire globale en 2002. Une diplomatie ad hoc a été lancée simultanément, fondée sur les rapports du National Intelligence Council, un think tank de la CIA, et du National Foreign Intelligence Board, entrainant la mouvance politique américaine, le Canada et l’Australie, et touchant l’Union Européenne et l’ASEAN (Association of South-East Nations).

  • 8 Derenne et Bricaire 2005. Un best-seller, même si sa prophétie n’a (heureusement) pas été suivie d’ (...)

18Vincent Rollet propose un modèle à cinq éléments pour le verrouillage sécuritaire autour d’un germe ou d’une maladie, comportant : des entrepreneurs de sécurité, politiques et décideurs ; la rédaction d’une menace bactériologique vitale, par les scientifiques8 ; la désignation d’une cible d’étendue variable ; l’identification de mesures exceptionnelles s’écartant des processus routiniers de veille sur la santé ; enfin, l’acceptation par la communauté d’un tel changement d’attitude.

19Le passage au global comme nouvel universel ne cache pourtant pas les multiples facteurs déterminant les modalités de la lutte contre les épidémies, apparemment soumise à une sorte de consensus scientifique quasi universel dans le cadre de la sécurisation des maladies contagieuses. Dans le cas de Taiwan, le président Chen en personne a pris l’affaire en main et considéré que la cible du virus n’était rien de moins que l’état taïwanais lui-même, fragile en raison de sa situation stratégique et de son soutien « artificiel » par l’Occident. L’incroyable budget, plus de dix fois celui du Sida, et le déploiement des quarantaines (touchant plus de 100 000 personnes !) illustrent l’intensité de l’effort gouvernemental, s’appuyant sur la police et l’armée. La lutte contre l’épidémie est analogue à un effort de guerre, et le petit nombre de résistances illustre le rôle bien connu, depuis Machiavel au moins, de la guerre, pour faire taire les opposants.

20La sécurisation de la grippe AH5N1 était une success story dans la mesure où il n’y a pas eu de mort due à ce virus, semble-t-il, et où il est donc loisible aux pouvoirs publics de s’en attribuer le mérite, en arguant des prévisions catastrophiques des CDC (Centers for Disease Control) d’Atlanta, qui prédisaient 15 000 morts à Taiwan. Le désir de certains gouvernements autocratiques de renforcer le contrôle de leur population, ou de prouver leur efficacité et d’accroître leur prestige dans la communauté internationale est sûrement partagé par d’autres pays. L’illustre bien l’exemple du gouvernement égyptien devant la menace de la pandémie grippale, en 2009. Le président Moubarak a saisi l’opportunité de la menace de la grippe aviaire pour accueillir le congrès international interministériel sur la grippe, considérant que par le choix du lieu, l’Égypte voyait reconnaître sa contribution à la protection du monde contre l’épidémie et il espérait la monnayer. Le choix du site de Charm al-Cheikh n’était pas un hasard : c’est la zone sécurisée par excellence, elle héberge régulièrement des rencontres diplomatiques.

21Pour conclure, le nouvel ordre sanitaire, dit global, semble promettre un monde sans coutures, sinon sans frontières, avec consensus sur le concept d’épidémie. La coopération devrait remplacer les mécanismes anciens de défiance et d’exclusion. C’est le sens du grand projet de preparedness, de mobilisation chez soi, pour soi et pour tous, vers lequel convergent tous les pays.

22Cependant cet état de mobilisation n’est pas décrété pour l’ensemble des maladies, mais seulement pour quelques-unes d’entre elles. Les derniers chapitres invitent donc à une écriture post-globale des épidémies en Asie et ailleurs. La globalité n’est globale qu’en apparence, l’agenda des campagnes de lutte contre les épidémies, y compris les campagnes vaccinales, fait l’objet de préférences discutables des priorités, et il resurgit un paysage changeant et disparate, là où l’harmonie était supposée régner. L’Orient, comme l’Occident, réserve donc des surprises en matière de transformations de la notion d’épidémie et de ses riches connotations, et la rhétorique de la préparation et de la surveillance, succédant à celle des éradications, n’a pas fini de nous étonner par son évolution.

23Mais finalement s’agit-il au fond du concept d’épidémie, tel que le comprennent les biologistes, et ne s’agit-il pas d’un autre concept, élaboré par une anthropologie historique, qui fait une juste et large part à un imaginaire, probablement partagé de l’Extrême-Orient à l’Extrême-Occident ?

  • 9 Schiltz 1994 et Chuvin 1999.

24Les récits historiques d’Orient et d’Occident sur ce qui ressemble à des épidémies partagent les projections et les mécanismes par lesquels sont désignés les responsables et les coupables : le voyageur, le nomade, le migrant, le pélerin. Les uns et les autres jouent un grand rôle dans l’imaginaire des maladies de groupes, associées à des fantasmes de rapt, de viol et de violence. Le nomadisme a toujours enflammé l’imagination. Il a d’ailleurs créé une esthétique qui lui est propre, privilégiant la courbe, les lignes de fuite, les mélodies aux interminables reprises. Il y a un lien entre les terriers des marmottes que Matignon, le médecin mis en scène par Christos Lynteris, tient pour réservoirs de la peste, où les animaux entrent en diapause pendant le long hiver sibérien, et les kourgans des steppes, ces monticules correspondant aux tombes où les guerriers dorment leur dernier sommeil, prêts à resurgir les armes à la main9.

25Le terme de pèlerinage vient spontanément à propos de l’épidémie de méningite en Chine contée par Fan Ka wai. Il y a bien eu pèlerinage en 1966, mais pas auprès du tombeau d’un saint, d’un fondateur de confrérie, ni d’un compagnon du Prophète, à la Mecque, ni à Kerbela en Irak, ni à Touba au Sénégal. Il s’adressait à un dieu bien vivant, le président Mao, appelant à ses côtés les Gardes Rouges venus de l’ensemble du pays pour propager la révolte contre les Traditions.

26Fan Ka wai suggère que Mao a déclenché ce mouvement pour désarmer les critiques et déplacer l’équilibre politique en sa faveur. Les mauvaises conditions du transport en commun de millions de jeunes, jointes aux rigueurs de l’hiver, auraient permis au méningocoque de se disséminer dans tout le pays, quand l’ordre leur fut donné de se déplacer à pied, au printemps 1967. Mao a toléré l’épidémie, peut-être n’a-t-il pas compris son mécanisme. Il s’agit là presque d’une fable morale, dévoilant les cheminements du germe dans les déplacements en masse des Gardes Rouges. Mais est-ce le dernier sursaut d’une histoire forclose, et l’épidémiologie moderne va-t-elle annuler les calculs d’intérêt des différents pouvoirs en présence et en compétition ? La fable politique de l’épidémie de méningite de 1966-1967 ne fait-elle pas au contraire préjuger des difficultés futures d’un ordre sanitaire truqué ?

  • 10 Laidi 1993.

27La Chine et, de façon plus générale, les pays de l’Extrême-Orient sont aujourd’hui partie prenante dans les Grands jeux et les Olympiades de la politique et de l’économie. La santé peut apparaître comme le versant sympathique et efficace d’une mondialisation dont les conséquences à court et long terme ailleurs déconcertent, inquiètent et parfois scandalisent. À « l’ordre relâché10 » a succédé un nouvel ordre sanitaire caractérisé par un souci de sécurité amarrant le domaine sanitaire au politique. Dans un monde qui tend à se réunifier autour des objectifs de l’horizon 2020 et au-delà, les épidémies obéissent à un nouvel ordre qui n’est pas dicté par les seuls calculs de morbidité et de mortalité : pour certaines épidémies comme la grippe, la preparedness mondiale est orchestrée, soutenue, évaluée, et financée. D’autres épidémies n’intéressent personne, comme la maladie du sommeil, ou pas grand monde, comme la méningite ou les hépatites B. Où est donc la gouvernance tant vantée ? L’imaginaire des épidémies comporte lui aussi ses leçons en sensibilisant à une certaine continuité dans le temps comme dans l’espace, et tel est l’apport remarquable de cette œuvre commune d’anthropologie historique.

Haut de page

Bibliographie

Chuvin Pierre (dir.) (1999). Les Arts de l’Asie centrale. Paris, Citadelles et Mazenod.

Derenne Jean-François et Bricaire François (2005). Pandémie. La grande menace. Grippe aviaire, 500 000 morts en France ? Paris, Fayard.

Desaive Jean-Paul, Goubert Jean-Pierre, Le Roy Ladurie Emmanuel, Meyer Jean, Muller Otto & Peter Jean-Pierre (1972). Médecins, climats et épidémies à la fin du xviiie siècle. Paris, EHESS.

Fenner Frank et al. (1988). Smallpox and its Eradication. Genève, World Health Organization.

Laidi Zaki (1993) (dir.) L’Ordremondial relâché : sens et puissance après la guerre froide. Paris, Presses de la Fondation mondiale pour les sciences politiques.

Moulin Anne-Marie (2004). « L’Éradication des maladies, remède à la globalisation ? » In Yves Michaud (dir.), Qu’est-ce que la globalisation ? Paris, Odile Jacob : 207-228.

Moulin Anne-Marie (2007). « Prédiction, prévention, précaution. Perspectives histo­riques et épistémologiques ». In Ilario Rossi (dir.), Prévenir et prédire la maladie. De la divination au pronostic. Paris, Aux Lieux d’Être : 103-119.

Winslow Charles-Edward Amory (1980). The Conquest of Epidemic Disease. A Chapter in the History of Ideas. Madison, University of Wisconsin Press.

Schiltz Véronique (1994). Les Scythes et les nomades des steppes. Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Desaive, Goubert, Le Roy Ladurie, Meyer, Muller et Peter 1972.

2 Moulin 2007.

3 Fenner et al. 1988.

4 Moulin 2004.

5 De l’idée proposée par Mirko Grmek de la nécessité de tenir compte de l’ensemble des pathologies (écologie), on est passé à l’idée que la modification d’un élément du système ainsi constitué pouvait avoir des conséquences imprévisibles sur le développement ou même l’émergence de nouveaux agents pathogènes. L’arrivée du VIH a fortifié cette approche.

6 Laidi 1993.

7 Winslow 1980.

8 Derenne et Bricaire 2005. Un best-seller, même si sa prophétie n’a (heureusement) pas été suivie d’effet.

9 Schiltz 1994 et Chuvin 1999.

10 Laidi 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Moulin, « Quand la terre s’arrondit. L’horizon convergent des épidémies d’Orient et d’Occident », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/343 ; DOI : 10.4000/extremeorient.343

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Moulin

Anne-Marie Moulin, ancienne élève de l’École normale supérieure, médecin et agrégée de philosophie, est directeur de recherche émérite dans l’unité SPHERE (UMR 7219, CNRS/Université Paris-Diderot). Elle a mené de front une carrière en médecine tropicale et en histoire des sciences, en France et à l’étranger, en particulier aux États-Unis et dans le monde arabe. Elle a notamment publié Le Dernier Langage de la médecine (1982), L’Aventure de la vaccination (1996), Le Médecin du Prince (2010), Le Labyrinthe du corps. Islam et révolutions scientifiques (2013) et, en collaboration, L’Islam au péril des femmes (2001), Science and Empires (1992), Singular Selves (2001). Anne-Marie Moulin est membre du Haut conseil de la santé publique.
Anne-Marie Moulin, student from the École Normale Supérieure, physician and holder of an agrégation in philosophy, is emeritus director of research at SPHERE (UMR 7219, CNRS/Université Paris-Diderot). She is member of the French Haut conseil de la santé publique. She managed at once a medical career in tropical medicine and in history of medicine, in France and in other countries, notably in the United States and in the Arab world. She has notably published Le Dernier Langage de la médecine (1982), L’Aventure de la vaccination (1996) and, in collaboration, L’Islam au péril des femmes (2001), Science and Empires (1992), Singular Selves (2001), Le Médecin du Prince (2010), Le Labyrinthe du corps. Islam et révolutions scientifiques (2013).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page