Navigation – Plan du site

La crise de la dénutrition chez les Wayuu

Une discussion à propos des programmes gouvernementaux face à la dénutrition
Karen López Hernández

Texte intégral

 Introduction

  • 1 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs311/fr/ Consulté le 22 juin 2015.  

1La malnutrition est le résultat des pratiques alimentaires déséquilibrées en quantité et en qualité. Cette pathologie peut émerger par excès ou par déficience d’aliments (Pemjan, 2011 : 104). Dans le cas d’une déficience, c’est à dire d’une dénutrition, “on dispose de mesures anthropométriques… Chez les jeunes enfants, on distingue trois indices : poids et taille qui mesure le degré de maigreur ; taille et âge qui mesure le retard de croissance staturale, poids et âge qui combine les deux” (Maire et al, 2011 : 58, 59). En fonction de ces indicateurs et de la population, la dénutrition peut être catégorisée. Ainsi, la dénutrition aiguë correspond à la déficience du poids par rapport à la taille et peut se présenter de façon modérée ou aiguë ; la dénutrition chronique est le retard de la taille par rapport à l´âge (UNICEF, 2011 :8). Selon Maire et al (2011 :59) l’indicateur de poids et âge est “supplanté progressivement” par l’indicateur poids et taille car celui-ci “permet de juger sur le fond de l’évolution d’un ensemble de facteurs de vie des familles”. L’indice de masse corporelle -IMC- mesure le surpoids et l’obésité ; il se calcule en divisant le poids par le carré de la taille. L’OMS “définit le surpoids à partir d’un IMC égal ou supérieur à 25 et l’obésité à partir d’un IMC égal ou supérieur à 30 chez l’adulte”. Selon cette institution, “en 2013 environ 42 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient concernés par l’obésité et le surpoids1.

  • 2  “La desnutrición infantil es el resultado de la ingesta insuficiente de alimentos (en cantidad y c (...)

2Selon l’UNICEF, parmi les causes immédiates de la dénutrition se trouvent la déficience des aliments en quantité et qualité, les maladies et l´attention inadéquate. Derrière ces causes immédiates il y en a d’autres sous-jacentes, comme la difficulté d’accès aux aliments, le manque d’attention sanitaire, l’utilisation inadaptée des systèmes d’eau, l’assainissement et les pratiques déficientes d’attention et d’alimentation. A l’origine se trouvent des causes comme les facteurs sociaux, économiques et politiques comme la pauvreté, l’inégalité ou le très peu d’éducation des mères (traduction libre de l’auteure2) (UNICEF, 2011 :7).

3La dénutrition associée à la pauvreté constitue une pathologie chronique dans des pays dits en voie de développement. D´après l´UNICEF (2011 :5) “dans les pays en développement près de 200 millions d´enfants de moins de 5 ans souffrent de dénutrition chronique”.

4Il semble que les avancements dans le développement socio-économique pourraient être le bon chemin pour dépasser la dénutrition car ils sont la promesse de l´amélioration des conditions de vie : accès à l´eau potable, assainissement, accès à la nourriture. Le développement se manifeste d´ailleurs dans la transition nutritionnelle qui exprime le basculement des pratiques alimentaires liés aux changements économiques, démographiques, sociaux et de santé (Pemjan, 2011 :105). Jean Pierre Poulain analyse ce concept dans le cadre de la transition démographique et signale l’augmentation de la consommation de matières grasses d’origine animale dans les pratiques alimentaires modernes (Poulain, 2015 :8). Yves Martin-Prével explique qu’il est nécessaire de distinguer la transition alimentaire de la transition nutritionnelle : “La première désigne un changement de régime alimentaire. La seconde est plus vaste en ce sens qu’elle ne relève pas stricto sensu de l’alimentation. Elle est aussi affaire d’éducation ou d’activité physique…” (Martin-Prével 2015 : 10).

5Des politiques, des programmes d’alimentation sont mis en place par les gouvernements, par des ONGs et des organismes multilatéraux. Mais, malgré la mise en œuvre des politiques de nutrition, la malnutrition persiste : pourquoi ? Comment ? Quels sont les facteurs qui la génèrent ? Essayer de répondre à ces questions est déjà un vaste travail de recherche car l´étude de la malnutrition demande un regard croisé entre les sciences médicales et les sciences sociales (Carémel, 2012). La relation entre les besoins caloriques et protéiques de l´organisme humain et l´accessibilité des aliments pour combler ces demandes est déterminée autant par l´offre du milieu naturel que par les enjeux économiques, culturels, politiques. Autrement dit, parler de la dénutrition c´est prendre en compte la trajectoire des pratiques alimentaires au confluent de l´histoire de l´individu, de la famille, du groupe, de l´ensemble de la société et de sa relation avec le milieu naturel : quels sont les aliments qui se consomment ? Avec quelle régularité et quantité sont-ils consommés ? Comment sont-ils obtenus ? Quelles sont leurs significations culturelles ? Quelles sont les politiques alimentaires ? Comme l´a signalé Lorenzo Mariano Juárez, «  grâce aux aliments il est possible de suivre les traces des processus de pouvoir, d´identité, les règles de réciprocité, d’exclusion ou de conflits ce qu´Appadurai a qualifié de gastropolitiques »  (Juárez, 2013 : 211). Le manque d´aliments s´inscrit dans la même logique. La dénutrition révèle les enjeux de pouvoir qui impliquent des acteurs locaux nationaux et internationaux. Nous nous demandons dans quelle mesure des facteurs sociopolitiques déterminent la malnutrition dans les cultures non occidentales ? Comment se présentent les enjeux de pouvoir ?

  • 3  Notre recherche chez les Wayuu a commencé en 2006 dans le cadre de notre thèse « Une étude de la n (...)
  • 4  Le peuple Wayuu repose sur un système de clans matrilinéaires. Il habite dans la péninsule de La G (...)
  • 5  Institut colombien chargé de la protection de la famille et de l´enfant.
  • 6  5 femmes chefs de foyers dans ces communautés ; 6 leaders – dont 4 femmes- Wayuu habitants de Rioh (...)

6Ces questions guident notre recherche3 sur le comportement alimentaire chez les Wayuu4. Pour cet article nous avons délimité notre champ d’analyse sous l’angle d’une évaluation de certains programmes actuels des gouvernements colombiens vis-à-vis de la dénutrition, plus précisément sur le programme de cero a siempre. Nous avons retenu deux applications locales des programmes développés par l’ICBF5. Pour ce faire nous avons visité deux communautés Wayuu dans la municipalité de Riohacha dans La Guajira colombienne, Jasashon et Ou’liwo où l’existence d’enfants wayuu en dénutrition a été constatée. Nous avons interrogé 31 personnes6. Nous avons fait une observation participative, effectué des entretiens semi-directifs et avons utilisé des moyens audiovisuels ; nous avons tenu compte des études élaborées par des institutions et consulté des journaux. Notre article se divise en trois parties : la première traite des causes de la dénutrition chez les Wayuu telles qu’elles sont identifiées par les personnes interrogées ; la deuxième est une description des programmes en question pour faire face à la dénutrition et la troisième aborde la discussion sur la réponse technique du gouvernement local et national face à cette problématique.

1. L’état de la dénutrition chez les Wayuu et leurs multiples causes

  • 7  Institution colombienne chargée de la défense des droits de l´homme
  • 8  Voir: http://www.defensoria.gov.co/es/nube/regiones/986
  • 9  Document institutionnel dont l’objectif est de faire valoir les obligations des institutions. Les (...)
  • 10 Capital du département de La Guajira colombienne.  
  • 11  Plusieurs études institutionnelles colombiennes emploient cet  indicateur.

7En octobre 2014, Defensoría del Pueblo7 a pu constater, suite à la visite de plusieurs villages à la Haute Guajira, que près de 40.000 personnes, la plupart des Wayuu, sont en situation de famine8.  Selon le document Resolución Defensorial9  065 Crisis Humanitaria en La Gujaira 2014, cette institution affirme qu’à La Guajira et à Riohacha10 il y a une mortalité pour déficience et anémies nutritionnelles des enfants de moins de 5 ans. La Resolución Defensorial signale que la mortalité des enfants et la dénutrition à La Guajira affectent plus particulièrement la population Wayuu pour laquelle n´existe pas une caractérisation des besoins alimentaires (Defensoría del Pueblo, 2014 :4). Selon l´Encuesta Nacional de Salud y Situación Nutricional- ENSIN- 2010, La Guajira a présenté les chiffres de dénutrition globale - l’indicateur poids et âge11- les plus élevés de tout le pays. (Defensoría del Pueblo, 2014 :2) et au troisième rang en dénutrition chronique pour la période 2005-2010 (PNUD, : 49). Pour Mauricio, fonctionnaire au gouvernement du département, l’estimation chiffrée du nombre de Wayuu atteints de dénutrition est un des problèmes majeurs dans la Guajira colombienne : “on ne sait pas vraiment combien d’enfants wayuu ont décédé par dénutrition car des familles wayuu enterrent leurs enfants sans le signaler aux institutions”. L’Etude Crisis Humanitaria en La Guajira 2014 établit que parmi les causes de la dénutrition se trouvent le manque d’eau potable, d’assainissement, d’aliments et le difficile accès aux services de santé.

  • 12  Programme: Especiales Pirry, Hambruna en la Guajira, présenté en 2014.

8La dénutrition chez les Wayuu a fait la une dans plusieurs journaux de Colombie ce qui a mis en état d´alerte l’Etat central et aussi la citoyenneté nationale. Depuis l´année 2012 les moyens de communication parlent du décès des enfants par dénutrition et ce traitement de l’information s´est intensifié en 2014 avec un reportage télévisé12 qui a dénoncé la dénutrition et dévoilé la négligence du gouvernement : les yeux du pays et des institutions internationales se sont alors tournés vers la Guajira et les enfants wayuu. Sur place, une vague de remise en question s’est manifestée à travers notamment la plainte déposée contre l’Etat par un haut responsable de la planification sans que pour autant cela ne débouche sur un débat démocratique ni ne lui permette d’échapper à ses responsabilités.

9 Toutes ces réactions ont fini par déclencher une aide humanitaire.

  • 13  Les 4 périodes sont: de Décembre à Février qui correspond au temps de jouktai, el viento,  plus pr (...)

10La faim chez les Wayuu n’est pas nouvelle et dans la mythologie wayuu Faim -Jamü- est un être qui fait souffrir les humains (Perrin 1980 : 92,93). Dans son récit, Imelda Epieyuu, Wayuu de la communuaté de Youyoupana précisa que pour les Wayuu il y a 4 périodes climatiques13 dans l’année dont l'une est Jamü. Les causes de la faim sont multiples. Nous allons signaler celles mentionnées par les personnes interrogées pendant notre travail de terrain : la sécheresse, les changements alimentaires et les contacts avec les non-Wayuu ainsi que la fermeture de la frontière colombo-vénézuélienne.

1.1 La sécheresse et le changement climatique

11Photo  Casimbas wayuu,  Miguelángel Epeeyüi López, Haute Guajira Région Taroa,  2014

12Photo  Casimbas wayuu,  Miguelángel Epeeyüi López, Haute Guajira Région Taroa,  2014

14jagueyescasimbas15la Niña16qu’à cause de la sécheresse les animaux meurent et ils ne produisent pas beaucoup de lait, on ne peut pas non plus faire de cultures parce qu’il n´y a pas d’eau pour arroser, avec la sécheresse on a soif mais aussi on a faim
  • 17  Le manque d’eau potable est une des causes des maladies comme la diarrhée aiguë. Selon L’Instituto (...)

13Les longues périodes de sécheresse ont été présentes tout au long de l´histoire des Wayuu. L’étude Análisis situacional del cumplimiento de los derechos fundamentales en salud y educacion de la primera infancia en La Guajira signale que les Wayuu ont été habitués à vivre avec très peu d’eau (Fajardo, 2007 : 64 ). D’ailleurs, la potabilisation de cette ressource est presque inexistante chez les Wayuu17 (Fajardo 2007 : 65). Les récits des Wayuu interrogés sur la sécheresse se résument en trois points de vue :

14- Pour Matilde, directrice d´une fondation de Wayuu, 35 ans, habitant Riohacha, la sécheresse est liée au changement climatique. A ce propos, les fonctionnaires créoles du gouvernement local sont fort d´accord avec ce lien supposé mais ils assurent que le gouvernement n´est pas préparé scientifiquement ni techniquement pour faire face à cette problématique.

  • 18  Lieu de résidence wayuu

15- Pour Ivan, leader wayuu spécialiste en plantes, 45 ans, habitant Manaure ranchería Shispana18, “la sécheresse est due à la désobéissance à notre grand-mère Sawaipiuche, l´obscurité de la nuit, et à la décadence des valeurs culturelles, spirituelles. Nous devons communiquer avec Sawaipiuche et nous devons remercier Juya chaque fois qu´il y a la pluie… La sécheresse est une punition”. L´explication d´Ivan nous renvoie à la division des mondes chez les Wayuu : “le monde-autre”, celui des esprits qui commande “ce monde-ci”, le monde des vivants. Juya, le dieu de la pluie qui féconde Pulowi, la terre, punit les Wayuu à cause de l´abandon de leurs obligations coutumières.

  • 19  Des ressources obtenues par l´exploitation des ressources naturelles comme le pétrole, le charbon, (...)

16- Le troisième point de vue exprimé par des Wayuu correspond à la corruption administrative du gouvernement local. Pour Olga, 45 ans, habitant Riohacha, « ici à La Guajira il y a de la richesse, l´argent des regalías19 mais cet argent finit dans les poches des fonctionnaires, des politiques. Par exemple, combien de temps on doit encore attendre l’eau ? On habite près des villes et ici, on n’a pas d’eau, il n’y a pas d’aqueduc. Le gouvernement fait mal les choses, les programmes ne finissent jamais ou ne se font pas ; ils prennent beaucoup d’argent pour eux ».

17Les trois points de vue des Wayuu sur la sécheresse, responsable de la famine, s´imbriquent dans une complexité qui va de ce qui est local à ce qui est global.

18Il nous semble que la sécheresse et la famine expriment une géopolitique de l´ordre national et mondial. Si la sécheresse est l´absence de pluies, elle est peut être aggravée par des activités humaines qui produisent des effets environnementaux mondiaux du fait de l´utilisation des énergies fossiles. Ainsi, nous nous demandons dans quelle mesure la sécheresse de la Guajira correspond au dérèglement climatique ? Et comment intervenir dans cette situation ? Ces questions expriment le besoin de faire des recherches dans ce sens.

19Quant au point de vue de la punition envoyée par les dieux, la ressemblance est frappante avec les Ch´orti au Guatemala dont “les divers récits mythiques montrent comment la famine est le résultat de la transgression des règles, de la rupture des engagements sociaux accordés collectivement” (Juárez, 2013 : 216). Le comportement des Wayuu reste le responsable principal de la souffrance.

  • 20  Voir http://www.eltiempo.com/archivo/documento/MAM-866798

20La corruption évoquée par Olga est une des problématiques majeures du pays et du département. Selon José Gamarra (2005 :2), la Colombie a été classée comme un des cinq pays les plus corrompus du monde. En 1999 le journal El Tiempo20 a indiqué que quinze maires de La Guajira sont dénoncés à la Procuraduría Departamental pour corruption : malversation de fonds, népotisme, mauvaises prestations de services publics parmi d’autres.

1.2 Les changements alimentaires et les contacts avec les non-Wayuu

21Pour Ivan, “avant il y avait du maïs, des citrouilles, des haricots, du lait de chèvre, de la viande, les familles wayuu mangeaient des fruits sauvages, les enfants étaient grands. Mais à partir des années 70, nous avons souffert de la sécheresse, de la faim. Avant, nous mangions de la shanpulaana, sorte de soupe de maïs, de la viande et des haricots, nous buvions du yajaaushi, maïs avec du lait de chèvre, c’était notre lait fortifié. Tout cela a changé. Maintenant on mange encore du maïs ; on mange aussi beaucoup de riz, des bananes, un peu de viande”.

22Les changements alimentaires se sont faits de manière progressive depuis l´arrivée des Espagnols. La participation des Wayuu dans les activités économiques comme le commerce sur la base des alliances avec les créoles ont permis le passage en contrebande des aliments (Orsini,2007).

23Pour Miguelángel Epeeyüi López, écrivain guajiro, les changements alimentaires ont été provoqués par l´Etat colombien qui est arrivé au nom des droits sociaux et a préconisé les bénéfices du développement comme chemin du progrès. L´écrivain affirme que les Wayuu ont accordé leur crédit à cette promesse ce qui les a amenés à l´intégration de la société majeure et à l´abandon de leur système alimentaire et d’autres coutumes comme la cueillette des fruits sauvages, et de leurs économies traditionnelles : il raconte que “les Wayuu ont donné leur confiance mais celle-ci a été violée et ce qui reste c’est la perte de l´autonomie alimentaire wayuu”. Avec l’intégration à la culture locale les Wayuu ont adopté de nouveaux comportements alimentaires.

  • 21  Le mauvais œil est une maladie wanuluu.

24D´autres facteurs qui expliquent pour certains créoles la dénutrition chez les Wayuu sont liés aux représentations que ceux-là ont de cette population. La plupart des personnes interrogées, plus particulièrement des fonctionnaires attribuent la dénutrition au comportement de la mère wayuu. Marta par exemple, créole, une des coordinatrices du programme d’alimentation Guajira sin jamushiri en 2009, affirme que “les mères wayuu sont paresseuses, elles ne lavent pas les biberons, ne se nourrissent pas bien, elles aiment bien que les gens, que l´État leur donnent des aliments, elles aiment que les enfants soient malades pour recevoir l´aide”. Ces représentations nous les avons trouvées dans quasiment tous les bureaux et les associations visités. Cela indique la béance existant entre ceux qui désignent et mettent en place des programmes et des activités et ceux qui sont la cible de ces programmes. La méconnaissance de la culture et de l´histoire de la population cible amènent les fonctionnaires à continuer dans les clichés et les stéréotypes. Un autre fonctionnaire du gouvernement considère que les Wayuu n´ont pas de connaissances de ce qu’est la nutrition et “n’amènent pas les enfants malades au médecin … pour les Wayuu la dénutrition est un produit de mal de ojo21”, affirme-t-il. Bien que nous n’ayons pas traité dans cet article de la conception des Wayuu sur la dénutrition, nous voudrions signaler au passage que pour l’anthropologue Carmen Paz Reverol, la perception que les Wayuu ont de cette maladie est celle d’être provoquée par les esprits : c’est apülainwaa ou mal de ojo en espagnol. Paz Reverol explique que pour les Wayuu la dénutrition est une maladie wanuluu, des esprits ce qui signifie qu’elle peut être guérie par le chamane qui peut établir la communication avec le « monde-autre », le monde des esprits, et connaître l’origine du mal, qui peut être un animal, une chose ou un lieu (Perrin, 2001). Nous avons demandé à plusieurs mères wayuu quels sont les symptômes des maladies du mauvais œil et les symptômes de la dénutrition. Bien que les deux se ressemblent, elles savent distinguer entre la maladie wanuluu, et la maladie par dénutrition.

1.3 La fermeture de la frontière colombo-vénézuélienne

  • 22  Voir: http://www.revistaialimentos.com.co/ediciones/ediciones-2014/edicion-39/food-safety-4/colomb (...)
  • 23  Voir: http://www.panorama.com.ve/contenidos/2014/08/09/noticia_0036.html

25Selon Defensoría del Pueblo (2014 : 25) et de l’avis de certaines personnes interrogées, un autre facteur qui aggrave la dénutrition est la fermeture de la frontière colombo-vénézuélienne. En 2014 des journaux vénézuéliens mentionnent un déploiement de centaines de poids lourds qui transportent en contrebande des aliments du Venezuelas vers la Colombie. Bien que la contrebande d´aliments à la frontière soit ancienne, en 2014, selon la presse et des personnes avec qui nous avons discuté, celle-ci a augmenté de manière exponentielle22. La presse a remarqué qu’à cause du flux massif des marchandises, le gouvernement de Maduro a pris la décision de fermer la frontière23. Les Wayuu, depuis toujours commerçants au détail (Orsini, 2007) de marchandises dont les aliments sont les premiers articles ont été les plus affectés. Selon Fanny, Wayuu, 60 ans, habitant la communauté wayuu de Youyoupana “auparavant acheter au Vénézuéla était bien parce que les aliments n´étaient pas chers mais maintenant cela n´est pas possible à cause de la fermeture de la frontière et les aliments en Colombie sont plus chers”.

  • 24  Les multinationales  comme Cerrejon et Chevron développent des programmes alimentaires chez les Wa (...)

26Face au phénomène de la dénutrition chez les Wayuu, des municipalités, le département et le gouvernement central ont déployé des programmes24 pour les enfants et familles Wayuu. Nous allons en décrire quelques-uns développés par l´ICBF.

2. Les stratégies et programmes du gouvernement

  • 25  Taux de change juin  2015 : 1 euro =  environ 2890 pesos colombiens.
  • 26  http://www.eltiempo.com/colombia/otras-ciudades/sos-guajira-crisis-por-sequia-/14364975

27Avant l’actuelle famine et sécheresse, en 2009 le gouvernement de La Guajira avait développé le programme Guajira sins jamushiri, Guajira sans faim. Des enfants de moins de 5 ans étaient la cible de cette politique. Marta raconte que le gouvernement travaillait avec des opérateurs (des fondations, des associations créées par des créoles de La Guajira). Avec l´assistance technique de l’ICBF, les opérateurs se chargeaient de sélectionner des enfants. Pour la mise en place du programme, les opérateurs concentraient les enfants dans un endroit, une ranchería où une agence de restauration préparait le petit-déjeuner et le déjeuner. Selon Marta, ce programme a pu recevoir 44.000 enfants tout au long des 4 ans du gouvernement. Pour cette coordinatrice du programme, Guajira sin jamushiri ressemblait à celui d’aujourd’hui mis en place pour le gouvernement central et l’ICBF : “aujourd’hui le programme est beaucoup plus complet, intégral, avec des activités éducatives et les normes d´hygiène”. Cependant d´autres personnes interrogées ont exprimé des doutes sur l´efficacité de ce programme. Pour Carlos, créole, 60 ans, habitant Riohacha, « Guajira sin jamushiri était un programme qui avait beaucoup d´argent. Ils ont fait certaines choses mais il y a eu de la corruption, beaucoup de personnes de ce gouvernement sont riches maintenant ». A ce propos, la presse a signalé le contraste entre le budget de ce programme, 75433 millions de pesos colombiens25, et, selon le journal El Tiempo, le fait qu´à cette époque La Guajira ait été parmi les premiers départements du pays en dénutrition chronique26.

  • 27  Voir: http://www.semana.com/nacion/articulo/capturan-kiko-gomez-gobernador-guajira/360952-3

28La nouvelle administration de 2012 n’a pas voulu continuer ce programme. Pour Enrique, un professeur universitaire, 45 ans, « ici à la Guajira le nouveau gouvernement ne veut pas continuer avec ce que l’ancien gouverneur a fait, ils veulent changer tout ». Le nouveau gouvernement a développé un autre programme alimentaire appelé P.A.N., Programme d´Alimentation et Nutrition. Selon el Plan de Desarrollo Departamental 2012-2015, le budget des programmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle était d’environ 16 402 millions de pesos colombiens. Suite aux enquêtes judiciaires contre le gouverneur de La Guajira pour actes de corruption et autres délits majeurs, il a été arrêté en 2013, fait qui a été fortement médiatisé par la presse27. La crise institutionnelle à laquelle a été soumise la région a entraîné l’arrêt du programme alimentaire P.A.N. Actuellement le gouvernement envisage de mettre en place un nouveau projet P.A.N.

2.1 De cero a siempre une stratégie du gouvernement central.

Les Centres de développement de l’enfant - C.D.I.

29Ce programme fait partie de la stratégie de cero a siempre de l’actuel gouvernement de Juan Manuel Santos et est destiné aux enfants de 0 à 5 ans. Les C.D.I. sont implantés dans les campagnes et dans les villes et fonctionnent depuis 2012. Les C.D.I. à la ville sont des infrastructures où les enfants séjournent 8 heures par jour. Parmi les objectifs se trouvent la nutrition des enfants et la cohésion familiale. Les centres reçoivent en plus des enfants, des femmes enceintes. Ils sont composés de professionnels dont des infirmiers, des éducateurs, un psychologue, un nutritionniste. Les centres à la campagne ne préparent pas de repas. A la campagne, les enfants restent 4 heures et les enseignants développent des activités éducatives autour de la famille, des normes d’hygiène. Les enfants reçoivent un goûter composé souvent d’un produit lacté et d’un produit de boulangerie.

30Chaque mois la mère reçoit un paquet d’aliments pour l’enfant. Le paquet alimentaire est composé d’avoine, de compotes, et de bienestarina, lait fortifié. Nous avons pu constater que suite à la médiatisation de la dénutrition chez les Wayuu, de nouveaux centres viennent d’être ouverts.

31D´autres programmes sont mis en place pour soigner les enfants malades de dénutrition. D’après les fonctionnaires de l´ICBF interrogés, ces programmes sont les suivants :

  • 28  Ces paquets sont composés selon les critères des fonctionnaires qui habitent Bogotá. Ceux que nous (...)

32- Modalité de récupération nutritionnelle. L’objectif de ce programme est de soigner les enfants dans les premiers 1000 jours ainsi que les mères allaitante et enceintes. Des paquets d’aliments28 sont distribués chaque mois et des institutrices développent des formations en éducation, en normes d’hygiène, en normes pour élever les enfants. Cette modalité est mise en œuvre dans certains municipalités de la Haute et Moyenne Guajira. Diverses familles arrivent au centre qui peut être une ranchería, une maison où conflue la population bénéficiaire. Le nombre des bénéficiaires est de 50 dont 40 enfants et 10 mères allaitantes ou enceintes. La couverture des programmes reste minimale pour l’envergure de la problématique. Les enfants sont évalués au niveau nutritionnel à l'aide des mesures anthropométriques. Le programme dure 6 mois.

33- Modalité de préparation des aliments. Ce programme est mis en œuvre dans tout le département et est destiné aux enfants de 0 à 5 ans. Des programmes éducatifs sont mis en place. Les bénéficiaires arrivent dans un endroit déterminé et l’agent de restauration prépare les aliments pour offrir soit le petit-déjeuner soit le déjeuner. La durée du programme est de 6 mois.

34- Modalité de récupération avec une mise au point communautaire. Ce programme a commencé en 2013 dans certaines communautés Wayuu. On donne un paquet d’aliments,  des aliments thérapeutiques lait F75 et F100, et des activités éducatives sont proposées. Cette modalité propose un projet productif (jardin potager ou un projet d’artisanat). Il y a un suivi médical chaque semaine. La durée du programme est de 6 mois.

35- Centres de récupération, modalité de choc. L´orientation qui prévaut ici est de soigner de manière urgente des enfants qui présentent une dénutrition aiguë sévère compliquée. L’équipe professionnelle est composée par 1 médecin, 1 nutritionniste, 1 travailleur social, 4 infirmiers, un agent de restauration et de personnel d'entretien. Ce programme couvre 15 enfants et des femmes wayuu enceintes et allaitantes avec dénutrition. L’enfant et sa mère restent dans le centre un mois. L’enfant est nourri six fois par jour pendant 30 jours et reçoit des aliments thérapeutiques, lait F75 et F100. Après les soins, l’enfant rentre chez lui avec sa mère. Il y a un suivi pendant 3 mois au cours duquel l’enfant reçoit des paquets alimentaires mensuels. La composition des menus est élaborée à Bogotá. Il y a 3 centres de récupération de choc dans le département, 2 à Riohacha et 1 à San Juan au sud de La Guajira.

36Pour apprécier la perception des programmes dans la population cible, nous avons choisi deux communautés wayuu qui se situent dans la municipalité de Riohacha : Ou’liwo et Jasashon près de la ville de Riohacha. D’après Maria Rosa, fonctionnaire du gouvernement de La Guajira, « la plupart des enfants mis en danger à cause de la dénutrition habitent près de la ville de Riohacha, mais cela s’explique parce qu’ils sont proches de la ville et leurs parents peuvent les amener à l’hôpital tandis qu’à la Haute Guajira il doit y avoir beaucoup plus d’enfants qui meurent à cause de la dénutrition car leurs parents ne les amènent pas à l’hôpital à cause de la distance et qu’ils n’ont pas de ressources pour payer un transport  ».

2.2 La perception des programmes de nutrition actuels

Jasashon

37Située à 12 kilomètres de la route Riohacha Maicao, Jasashon est une communauté wayuu qui bénéficie de la stratégie de Cero a siempre. Pour arriver à Jasashon, à partir de la voie, il faut parcourir 5 kilomètres. Cette communauté reste éloignée de la ville à cause du chemin escarpé ; nous pouvons accéder en 4x4, à pied, en moto ou à vélo. A Jasashon les Wayuu ne parlent pas espagnol et ils ne se déplacent pas souvent à la ville. La mise en place du programme est effectuée par la fondation créole Arregopines, engagé par l´ ICBF. Deux filles wayuu sont les éducatrices : l’une a fait des études en ethno-éducation et l’autre en travail social. Les mères amènent leurs enfants. Elles se déplacent à pied, en faisant un parcours de 1 à 2 kilomètres. La plupart de ces femmes et de leurs enfants n’ont pas pris le petit-déjeuner. Les mères rentrent chez elles et reviendront 4 heures plus tard. Les éducatrices pour leur part commencent leur travail en faisant des jeux éducatifs et ensuite organisent des activités d’arts plastiques.

38Pour inscrire une communauté dans le programme, il est nécessaire d’atteindre un quota de 50 enfants et mères enceintes ou allaitantes. A Jasashon il y a 40 enfants et 10 mères. Lors d’un des jours de notre visite en février 2015 a eu lieu la distribution des paquets alimentaires effectuée par le travailleur social et l’infirmier. Les interventions des fonctionnaires de l’association ont été faites en espagnol ce qui veut dire que personne de la communauté n’a compris le message sur la violence familiale, le sujet de la journée. Ensuite a eu lieu la distribution des paquets d´aliments que les mères prennent au moment de repartir chez elles. Selon une des filles wayuu éducatrice dans la communauté de Jasashon il y a deux enfants en état de dénutrition qui ne sont pas inscrits car le nombre d´enfants admis est complet.

Ou´liwo

39A 15 minutes de la ville de Riohacha se trouve Ou´liwao. Cette communauté n’est pas dans la stratégie de Cero a siempre car le nombre des enfants est de 25. Nous avons retrouvé Milena, mère de 5 enfants, tous dénutris. Par exemple, sa fille aînée, 13 ans, présente visiblement un retard de croissance staturale. Milena a demandé l’aide à plusieurs reprises à l´ICBF et au département. Mais, pour déclencher l’aide, Milena est bien obligée de chercher une autre communauté pour compléter le nombre d´enfants nécessaires. Milena tisse des mochilas, sorte de sac, et son mari habite au Venezuela. Elle vit de maigres revenus grâce aux mochilas qu´elle vend à Riohacha : elle tisse une mochila tous les deux jours et la vend 25.000 pesos. Avec cet argent elle achète de la nourriture (du riz, du maïs, de la viande, de l’huile, du sucre, du café, des spaghettis), du fil pour tisser et quelques vêtements.

40A Ou´liwo la sécheresse se constate dans les jagueyes secs et l´absence de cultures. José, un cousin de Milena raconte que cette année il n´a pas pu cultiver la citrouille, les haricots, la pastèque. Ils vont chercher de l´eau à Riohacha et dans un moulin à vent situé dans une propriété privée.

3. Discussion

41Nous avons vu que les programmes mis en place pour combattre la dénutrition chez les Wayuu se sont développés dans l’urgence et la rapidité pour répondre à la gravité de la situation. Gravité relevée par la presse et la télévision. Le pouvoir médiatique de la problématique a mobilisé des réponses techniques immédiates du gouvernement.

42La persistance des phénomènes comme la sécheresse et la famine dans cette région et dans cette culture met en évidence l’absence d’interventions efficaces de la part de l’Etat colombien à tous les niveaux. Bien que les institutions de l’Etat mutualisent les ressources et les activités aux niveaux départemental, municipal et national, chaque institution agit dans le cadre de ses compétences. Ce qui est mis en évidence c’est le manque d’un travail inter-institutionnel approfondi. Sur cet aspect nous pouvons donner comme exemple le projet que met en place le Ministère de Relations Etrangères à la frontière colombo-vénézuélienne. Ce programme veut développer des cultures silvopastorales dans certaines communautés wayuu. D’après une personne interrogée, la réalisation de la totalité du projet dépend des apports du département, ce qui n’est pas fait de façon efficace.

43Les inégalités sociales ainsi que les différences marquées entre les créoles et les Wayuu restent à la base de la problématique exposée. Selon l’étude La Guajira 2012, Estado de avance de los objetivos de Desarrollo del Milenio du PNUD, la Colombie est un des pays les plus inégaux en Amérique Latine avec un Indice Gini de 0,56 en 2010. La Guajira, présente des niveaux supérieurs à la moyenne nationale et l’Indice Gini est de 0,615 (PNUD, 2012 : 42). Les témoignages mentionnés ci-dessus mettent en évidence la persistance des clichés sur les Wayuu : marginalisation, exclusion, condescendance sont à l’ordre du jour. Il y a donc une distance entre les créoles et les Wayuu. Cela devient plus complexe encore quand les créoles sont au pouvoir et deviennent les intermédiaires entre l’État central et les Wayuu.

44Il est vraisemblable que la société créole guajira se distingue par une anomie sociale à cause de la fragilité des institutions publiques. La corruption institutionnelle approfondit les inégalités sociales : les postes de l’Etat sont convoités et administrés comme une propriété personnelle excluant toute personne non affiliée à l’accès ou aux bénéfices. Par exemple, Matilde nous raconte les difficultés rencontrées avec l’ICBF pour que celui-ci accepte son Association des Autorités Traditionnelles Wayuu en tant qu´opérateur de la mise en place des programmes alimentaires et elle nous parle des conflits qu´elle traverse avec certaines associations créoles qui ont la prétention de devenir opérateur.

45C’est dans ce contexte conflictuel que les créoles administrent les gouvernements.

46Malgré la crise institutionnelle, l’ICBF et le département mettent en place les programmes. Cependant, il reste encore des défaillances car nous observons clairement que les institutions restent enfermées dans une approche paramétrée et n’ont pas la capacité d’intégrer les enfants malades exclus des programmes : c’est le cas de la communauté de Ou’liwo avec ses 25 enfants dénutris.

47Par ailleurs, l’explication par le mythe avancée par Ivan indique le renforcement de la part de responsabilité morale que les Wayuu s’attribuent. Mais si Ivan dévoile cette responsabilité, d’autres prennent l’angle de la dénonciation en demandant la garantie des droits sociaux. Matilde, par exemple, a été l’héroïne du programme télévisé qui a traité de la dénutrition chez les Wayuu.

Les paquets alimentaires

48Les différentes modalités des programmes prétendent soigner la population cible sous plusieurs angles. Tout d’abord, tous les programmes, sauf la modalité de « Récupération avec une mise au point communautaire », font distribuer des paquets alimentaires sans développer des projets plus vastes qui s’orienteraient vers une sécurité alimentaire et encore moins nutritionnelle tel que l’entend Yves Martin-Prével. Pour ce chercheur, il convient que la consommation de nutriments combine un régime alimentaire équilibré, la qualité des services de santé, l’eau potable, l’environnement salubre. (Martin-Prével, 2009 : 5). Dans ce cas, l’intervention de l’État reste minimale et se traduit par un programme lointain pour garantir l’autonomie alimentaire. Mais, peut-on croire à un tel avenir dans le contexte de corruption et de programmes alimentaires restrictifs qui ne tient pas compte des conceptions wayuu sur la santé et la maladie ?

49Bien que le programme avec une mise au point communautaire mentionne la mise en place des jardins potagers ou de l’artisanat, nous n’avons pas trouvé un seul projet qui aille dans ce sens. Apparemment, cette partie du programme est encore à l’étude. Les projets d’artisanat pour leur part sont d’une importance majeure car la plupart des femmes wayuu tissent des mochilas et des chinchorros qu’elles vendent dans les marchés des villes à un prix dérisoire comme Milena nous l’a raconté.

50La quantité des aliments des paquets alimentaires a été conçue pour une seule personne de la famille : la femme ou l’enfant malade. Pour une mère de famille wayuu cela pose problème : « pour une maman wayuu il est inconcevable de préparer des aliments pour un seul de ses enfants, surtout quand les autres n’ont rien à manger » nous a raconté Olga. Pour revenir sur la composition des paquets alimentaires, nous constatons l’imposition des critères alimentaires du gouvernement central. Cependant, l’ICBF Guajira reste ouvert et permet certains changements : plusieurs communautés demandent d’ajouter du maïs, base de la nourriture Wayuu. La distribution d’aliments reste insoutenable dans le temps et l’effet pervers qui se produit est la forte dépendance des familles wayuu aux paquets.

51Le manque de vision systémique des programmes laisse dehors la participation des hommes : comment les intégrer ? Le développement de projets de potager et d’élevage d’animaux pourrait être une solution.

Vers une Conclusion

52La multiplicité des causes de la dénutrition chez les Wayuu s’ajoute à la diversité des acteurs locaux, nationaux et internationaux pour rendre complexe cette problématique.

53Les programmes de récupération nutritionnelle du gouvernement sont faits dans l´urgence mais cela ne garantit pas la nutrition des enfants car ceux-ci retournent chez eux avec un risque élevé de retomber dans la dénutrition. Ces programmes s’attaquent en partie aux causes immédiates de la maladie telles que la déficience d´aliments. Les causes sous-jacentes, voire l´accès aux aliments, à l´eau potable et les causes de base comme l´inégalité ne sont pas traitées sous l’angle de la solution à long terme. D´ailleurs, ces programmes sont effectués par des fonctionnaires et des opérateurs qui manifestent une incompréhension de la culture wayuu.

54Selon les causes de la dénutrition annoncées par les Wayuu et certains créoles, nous pouvons affirmer que les relations de forces locales, nationales et internationales sont à la base de cette pathologie : dans cette dynamique les Wayuu ont perdu leur autonomie alimentaire et nutritionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Carémel, J.F. Trajectoires d´une innovation dans la médecine humanitaire – Mémoire M2 SPPS- EHESS, 2012.

Fajardo, Remedios, Análisis situacional de los derechos fundamentales en salud y educación de la primera infancia indígena en La Guajira, UNICEF, Universidad de La Guajira, Gente Nueva, Bogotá, 2007.

Gamarra, José, Desfalcos y regiones : un análisis de los procesos de responsabilidad fiscal en Colombia, Documentos de Trabajo sobre economia regional, Banco de La Républica, Cratagena, N° 66, 2005.

Juárez, Lorenzo Mariano, “El hambre en los espacios de la cultura. Visiones indígenas Maya Ch´orti”, Antropología Iberoamericana, Volumen 8 Número 2, Mayo-Agosto 2013, p. 209-232.

Maire Bernard, Delpeuch Francis, Martin-Prével Yves, Fouéré Thierry, Nutrition et pauvreté, Bilan comparatif des enquêtes anthropométriques en Afrique subsaharienne au cours des deux dernières décennies, Winter Gérard (Coord.), 2001,

http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_7/b_fdi_03_05/010024540.pdf, consulté le 22 juin 2015

Martin-Prével Yves, Michels Serge et Poulain Jean-Pierre, Transtion Alimentaire : Pourra-t-on éviter le grand carnage ? Les tables rondes « Dévéloppement durable », Agrobiosciences 7 Janvier 2015. http://www.agrobiosciences.org/IMG/pdf/Cahier_transition_alimentaire_DEF.pdf Consulté en juin 2015.

Martin-Prével, Yves, Malnutrition dans le monde : un mal aux multiples facettes Agrobiosciences, 2009. http://www.agrobiosciences.org/IMG/pdf/controverses_YMPrevel_2009_Malnutrition.pdf consulté en juin 2015.

Orsini, Giangina, Poligamia y Contrabando : nociones de legalidad y legitimidad en la frontera guajira. Siglo XX. Bogotá, Uniandes – Ceso, 2007.

Pemjean, Isabel, “Una historia con olor a leche : de la desnutrición a la obesidad, políticas públicas e ideologías de género”, Punto Género Número 1, Abril 2011, p. 103-124.

Paz Reverol, Carmen, “Representaciones sobre la desnutrición en niños wayuu explicadas a partir de la cultura de un grupo de Wayuu urbano de Venezuela”, in Alimentación, salud y cultura : encuentros interdisciplinares, Mabel Gracia Arnaiz, publications URV, Tarragona, 2012, p. 359-379.

Perrin, Michel, Les Praticiens du rêve. Paris, Quadrige / PUF, 2001.

Perrin, Michel, El camino de los indios muertos, Caracas, Monte Avila Editores, 1980.

Poulain Jean-Pierre, Martin-Prével Yves, Michels Serge, Transition Alimentaire : Pourra-t-on éviter le grand carnage ? Les tables rondes « Dévéloppement durable », Agrobiosciences 7 Janvier 2015.

Documents :

DEFENSORIA DEL PUEBLO, Crisis humanitaria en el departamento de La Guajira, Resolución defensorial número 065, DEFENSORIA DEL PUEBLO, 2014.

DEFENSORIA DEL PUEBLO, Estudio, Crisis humanitaria en el departamento de La Guajira, DEFENSORIA DEL PUEBLO, 2014

Departamento Administrativo de Planeación de La Guajira, Situación del Agua en la Media y Alta Guajira –Reservorios, Jagüeyes y represas “Por nuestra Guajira hagámoslo juntos !”, 2014-2015.

Organisation Mondiale de la Santé - OMS, Obésite : Prévention et prise en charge de l’epidémie mondiale, Généve, 2010.

Plan de Desarrollo Departamental de La Guajira 2012-2015, La Guajira Primero, Riohacha, 2012.

PNUD, La Guajira 2012, estado de avance de los objetivos de Desarrollo del Milenio, PNUD, 2012.

UNICEF, La desnutrición infantil. Causas, consecuencias y estrategias para su prevención y tratamiento, UNICEF, España, 2011, https://www.unicef.es/sites/www.unicef.es/files/Dossierdesnutricion.pdf

Haut de page

Notes

1 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs311/fr/ Consulté le 22 juin 2015.  

2  “La desnutrición infantil es el resultado de la ingesta insuficiente de alimentos (en cantidad y calidad), la falta de una atención adecuada y la aparición de enfermedades infecciosas. Detrás de estas causas inmediatas, hay otras subyacentes como son la falta de acceso a los alimentos, la falta de atención sanitaria, la utilización de sistemas de agua y saneamiento insalubres, y las prácticas deficientes de cuidado y alimentación. En el origen de todo ello están las causas básicas que incluyen factores sociales, económicos y políticos como la pobreza, la desigualdad o una escasa educación de las madres”.

3  Notre recherche chez les Wayuu a commencé en 2006 dans le cadre de notre thèse « Une étude de la notion de développement chez les Wayuu de La Guajira colombienne»  qui a pris fin en janvier 2012. Depuis, nous sommes retourné à La Guajira colombienne pour effectuer un travail de terrain sur les comportements alimentaires en juin-aôut 2012 ;  décembre 2012-février 2013 ; décembre 2014-avril  2015.

4  Le peuple Wayuu repose sur un système de clans matrilinéaires. Il habite dans la péninsule de La Guajira au nord de Colombie et à l’ouest du Vénézuéla en Amérique du Sud.  D’après le recensement de 2005 mené par le Département de Statistiques Colombien -DANE- la population ajustée du département de La Guajira colombienne est de 681575 personnes dont 44.9% correspond à l´ensemble de la population Wayuu, Kogui, Wiwa, Arhuaco.  Les Wayuu représentent 38%.

5  Institut colombien chargé de la protection de la famille et de l´enfant.

6  5 femmes chefs de foyers dans ces communautés ; 6 leaders – dont 4 femmes- Wayuu habitants de Riohacha et Maicao ; 4 fonctionnaires publiques du bureau de planification du gouvernement de La Guajira; 3 fonctionnaires de l’ICBF ; 7 professionnels dont 2 médecins, 3 infirmières à l’hôpital de Riohacha et 3 professeurs universitaires ; 5 fonctionnaires des associations ; 1 écrivain

7  Institution colombienne chargée de la défense des droits de l´homme

8  Voir: http://www.defensoria.gov.co/es/nube/regiones/986

9  Document institutionnel dont l’objectif est de faire valoir les obligations des institutions. Les Resoluciones de la defensoria del pueblo  font valoir les droits humains.

10 Capital du département de La Guajira colombienne.  

11  Plusieurs études institutionnelles colombiennes emploient cet  indicateur.

12  Programme: Especiales Pirry, Hambruna en la Guajira, présenté en 2014.

13  Les 4 périodes sont: de Décembre à Février qui correspond au temps de jouktai, el viento,  plus précisement le vent froid, jouktai jemiay. Mars-Mai celui des pluies légères, iwa. Juin-Aôut est la période de la grande chaleur, la période jamü où meurent les animaux et il faut que les personnes se déplacent pour trouver de l’eau. Septembre-Novembre correspond à la période des pluies abondantes, juyapü. Entretien avec Imelda Epieyuu, Youyoupana, Maicao, mai 2006. Recueilli par Karen Lopez.  

14  Le climat de La Guajira est semi-désertique. Les sources d´eau et les pluies sont très faibles. Selon el Instituto de Hidrología, Meteorología y estudios ambientales –IDEAM-,  la température  oscille en moyenne entre 28 et 32 degrés. Le département de La Guajira colombienne est divisé en trois régions naturelles, Haute, Moyenne et Basse. La Haute est la plus sèche. La plupart des Wayuu habitent dans la Haute et la Moyenne Guajira.

15  Jagueyes,Excavations pour recevoir  l'eau de pluie. Casimbas, puits artisanal destiné à capter l’eau souterraine à 100 m de profondeur environ.

16  Phénomène qui fait partie d´un  cycle climatique global: la Niña correspond à une phase froide et le Niño à une phase chaude.   

17  Le manque d’eau potable est une des causes des maladies comme la diarrhée aiguë. Selon L’Instituto Nacional de Salud colombiano au niveau national, pendant  la semaine 27 en 2014,   48.5% des enfants décédés par diarrhée aiguë appartiennent à la population dite indigène (Defensoría del Pueblo, 2014: 33).

18  Lieu de résidence wayuu

19  Des ressources obtenues par l´exploitation des ressources naturelles comme le pétrole, le charbon, le gaz.

20  Voir http://www.eltiempo.com/archivo/documento/MAM-866798

21  Le mauvais œil est une maladie wanuluu.

22  Voir: http://www.revistaialimentos.com.co/ediciones/ediciones-2014/edicion-39/food-safety-4/colombia-y-Venezuela-un-contrabando-sin-fronteras.htm

23  Voir: http://www.panorama.com.ve/contenidos/2014/08/09/noticia_0036.html

24  Les multinationales  comme Cerrejon et Chevron développent des programmes alimentaires chez les Wayuu. Nous n’allons pas traité ici cet aspect.

25  Taux de change juin  2015 : 1 euro =  environ 2890 pesos colombiens.

26  http://www.eltiempo.com/colombia/otras-ciudades/sos-guajira-crisis-por-sequia-/14364975

27  Voir: http://www.semana.com/nacion/articulo/capturan-kiko-gomez-gobernador-guajira/360952-3

28  Ces paquets sont composés selon les critères des fonctionnaires qui habitent Bogotá. Ceux que nous avons pu voir sont composés de: huile, riz, chocolat, bienestarina, conserves, spaghetti, haricots.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karen López Hernández, « La crise de la dénutrition chez les Wayuu », Face à face [En ligne], 13 | 2016, mis en ligne le 09 avril 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/1040

Haut de page

Auteur

Karen López Hernández

Karen López Hernández  a obtenu un doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Elle travaille sur les comportements alimentaires,  le développement, le tourisme, les relations entre Humains et non-Humains dans plusieurs aires géographiques: La Colombie (Wayuu) et l'Océan Indien (La Réunion, Mayotte, Comores). Elle est chercheure associée au laboratoire ORACLE de l’Université de La Réunion, ainsi qu’à l’Observatoire de la Caraïbe colombienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals