Skip to navigation – Site map

Maladies et violences ordinaires dans un hôpital malgache, L’Harmattan, 2014, 162 pages

Claire Mestre

Abstract

L’hôpital, qui a une longue tradition d’hospitalité, peut aussi être un lieu de violences ordinaires et de souffrances, comme à Madagascar, où il faut remplir beaucoup de conditions pour accéder à des soins.

L’enquête anthropologique, réalisée à l’hôpital de Toamasina, premier port de Madagascar et premier hôpital ayant été l’objet de réformes étatiques profondes dans les années 1990, se déroule dans les services de médecins et s’attarde sur les histoires des malades et leurs itinéraires, les relations soignants-soignés et l’exercice médical souvent mis au défi.

L’auteure, médecine et anthropologue, découvre la violence du quotidien et tente d’en donner une compréhension qui ouvre sur les relations sociales et les conflits d’identité professionnels qui existent à l’hôpital et le débordent.

Le constat qui en découle n’est pas propre à Madagascar, même si l’analyse hospitalière est une fenêtre sur la société malgache. Il rejoint d’autres enquêtes réalisées particulièrement en Afrique. Mais il doit également interroger la médecine elle-même, qui, s’inscrivant dans une histoire et une idéologie, comporte deux faces dans on exercice, le soulagement et la violence.

Top of page
  • OpenEdition Journals