Navigation – Plan du site
Dossier

Voilement et dévoilement des émotions sur les terrains de la santé : du rapport de sens au rapport de force

Fabrice Fernandez, Samuel LEZE et Hélène Marche

Texte intégral

  • 1  « Les enjeux du travail émotionnel dans le champ de la santé », in : « Emotions, Corps et Santé : (...)

1L'angle d'approche des émotions développé dans le premier édito1 consistait à privilégier des études de cas en interrogeant à la fois la récente valorisation sociale des émotions, dans le champ de la santé notamment, et les perspectives théoriques tentant de fournir une explication globale, mais surplombante, de cette réalité. La question initiale portait donc sur l'existence et l'unicité d'une politique de l'émoi en tant que fait social. En suspendant la solution théorique aux études de cas présentées dans les articles, il s'agissait de centrer notre analyse sur le « travail émotionnel », objet de prédilection d'une perspective sociologique.

2L'accomplissement d'une action dans une situation suppose toujours un aspect cognitif (accepter la définition de la situation ou la redéfinir), un aspect physique (dans la présentation de soi et dans la performance) et un aspect affectif (chaque action s'accompagne et est soutenue par une tonalité affective liée au degré d'engagement et à la dimension morale d'une activité) [Strauss, 1992]. L'activité émotionnelle relève plus spécifiquement du « travail » :

  • 2  Pour Arlie R. Hochschild, le travail émotionnel vise à produire ou à inhiber des sentiments de faç (...)

« (…) elle exige un temps d'accomplissement pour constituer une dimension spécifique de la relation à autrui : des liens symboliques enracinés dans l'expérience corporelle, une forme de solidarité (qui n'exclut pas la violence et le conflit) fondatrice de la composition de soi et de son identité, un mode de médiation qui permet d'établir et d'éprouver son humanité par-delà les activités nécessitées par les exigences de survie  » [Drulhe, 2000, pp.17-18]2

  • 3  « Cette maîtrise des affects réclame un effort important de la part du soignant, une véritable lut (...)

3Dans l'univers des soins, le travail émotionnel – qu'il soit «prescrit» ou non – comporte deux dimensions : un contrôle par le soignant de ses propres émotions et la tentative d'induire chez le patient les émotions désirables et facilitant le travail de soin (Mercadier, 2002). Le travail émotionnel est également dirigé par la maîtrise de l'expérience de la pénibilité dans la relation au patient (Mercadier, 2002, Molinier, 2000)3. Le travail émotionnel, pour être efficace ou bien pour répondre aux normes et valeurs qui encadrent l'interaction, doit être invisible et ne pas apparaître comme un travail (Hochschild, 1983). La dimension voilement/ dévoilement est donc au cœur de ce travail sur les émotions.

4Ce second édito entend clarifier une problématique générale dégagée lors du numéro 8 : Comment comprendre la dynamique des mœurs et de la normativité sociale ? Ou, en d'autres termes, quelles sont les conditions sociales du « travail émotionnel » ? Nous nous intéresserons ici à deux approches théoriques majeures qui se sont préoccupées de cette question : celle de Michel Foucault relative à la gouvernementalité et celle de Norbert Elias concernant la contenance :

5Selon Michel Foucault, des technologies gouvernementales transforment les modalités de relation à soi et à autrui au travers des procédures qui régulent les pratiques du corps (en matière de santé). Ce qu'il nomme «  gouvernementalité  » n'est pas un pouvoir d'État mais un ensemble de techniques de gouvernance indépendantes ou extérieures aux cadres juridiques et institutionnels. Il faut plutôt comprendre cette conduite des conduites comme une forme d'activité visant à façonner, orienter ou influer sur les conduites d'un individu ou d'un ensemble d'individus (Foucault, 1994). Ce gouvernement des corps n'est-il pas avant tout un gouvernement des autocontrôles des émotions, les émotions devenant le signifiant ultime des populations désignées comme étant en situation de vulnérabilité ? C'est aussi en ce sens que Dominique Memmi et Didier Fassin introduisent la question, à travers les formes que prend l'action publique et les modes de surveillance et de préventions s'exerçant sur et par les corps. Gouverner, c'est faire que chacun se gouverne au mieux lui-même (Fassin & Memmi, 2004, p. 25). Dans une optique en terme de «  gouvernementalité  », il faut reconnaître aux acteurs la mise en œuvre d'une police discursive qui tend à contrôler les pratiques par l'expression obligatoire ou normée de récits et d'émotions attendus. En ce sens, si on assiste à un « retour des émotions », à un « retour du sujet social» dans les institutions médicales notamment (Drulhe, 2001), à la valorisation de l'apparente immédiateté des émotions, n'est-ce pas en même temps sous la condition d'un cadrage plus strict des limites de leur expression ? C'est bien l'administration des conduites émotionnelles dont il s'agit. Elle tend à organiser une « mise à nu » des acteurs, un gouvernement par la parole (Memmi, 2005), qui participe au dévoilement obligatoire de soi dans de nombreuses situations de soins.

  • 4  Concernant les contrôles de la toxicomanie, Robert Castel et Anne Coppel distinguent les hétérocon (...)

6S'il existe différents niveaux de contrôles participant à cette normalisation et à l'administration des conduites émotionnelles4, il faut cependant souligner que la gestion des émotions n'est pas uniquement un contrôle de la parole. En effet, les sensations sont des instruments de connaissance et en même temps elles s'accompagnent de sentiments et d'émotions particulières (Simmel, 1981). Le travail émotionnel est également une opération de contrôle des sensations et des expressions du corps.

7La seconde approche théorique est développée par Norbert Elias, elle associe également le gouvernement de soi comme un élément majeur de la dynamique des mœurs, indissociable du gouvernement des autres. La dynamique des mœurs correspond à un accroissement des techniques visant à gouverner ses passions, contrôler ses apparences et parvenir à une maîtrise de soi au cours du processus de civilisation (Elias, 1973 & 1975). Ces techniques s'opèrent d'abord par le contrôle des réactions physiques spontanées ainsi que dans la volonté de « contenir » les émotions. En effet, le gouvernement de soi nécessite la retenue, la contenance, qui consiste à se posséder, être maître de soi, être « gardien des frontières de son corps » et contenir les manifestations spontanées de son intériorité. Claudine Haroche, à propos de la contenance, parle d'un de ces « schémas collectifs fondamentaux, dans histoire de l'Occident, susceptible alors de rendre compte d'aspects majeurs de la vie psychologique, sociale et politique.  » (Haroche, 1993, p.63). Comme le souligne l'auteur, « ce qui met en péril la contenance, ce sont les débordements, le non-maîtrisé, l'ingouvernable en soi mais aussi l'ingouvernable en autrui ... » (Haroche, 1993, p.62). L'autocontrôle des émotions repose ici sur une logique de voilement.

8L'articulation de ces deux logiques, voilement et dévoilement, n'est-elle pas au cœur de notre interrogation sur la place des émotions sur les terrains de la santé et sur la complexité des situations à analyser ?  La complexité à analyser la construction sociale des émotions n'est-elle pas en grande partie relative à la difficulté de tenir ensemble des processus en apparence contradictoire (le voilement/le dévoilement) et de les formuler dans les récits, qu'il soit profane ou professionnel ? N'est-ce pas exactement le lieu où s'exerce le pouvoir ?

  • 5  « La recherche de transparence manifeste à quel point le pouvoir de la parole est devenu problémat (...)

9Dès lors, la question devient celle des limites du récit de soi et de son intelligibilité : jusqu'où les acteurs peuvent-ils être amenés à normaliser leurs émotions pour que ces dernières témoignent d'une certaine « authenticité » ? Avec quel type de « vocabulaire des motifs » ? À un autre niveau, jusqu'à quel point l'interlocuteur, y compris le chercheur, peut-il avoir accès à l'intériorité d'autrui ? Le voilement, le secret constitue une forme de limitation de la connaissance réciproque (Simmel, 1991). Si comme l'affirme André Petitat, la capacité de pénétrer la vie privée, les relations intimes et les représentations mentales des individus constituent un enjeu de pouvoir (Petitat, 1998 & 2005). Il nous rappelle ainsi l'importance de l'autonomie conférée par la nature cachée des représentations mentales et, tout comme Eric Gagnon, les enjeux du travail émotionnel dans les relations de pouvoir et l'obligation morale du récit de soi5. Tout rapport de sens implique un rapport de force. Si pour être efficace, le travail émotionnel, doit être invisible et ne pas apparaître comme un travail, voiler/dévoiler constitue un rapport de force ou une contrainte qui rappelle l'existence d'un ordre social dont il faut conserver la valeur. Il s'agit d'une leçon qu'avait dégagée Pierre Bourdieu dans sa relecture de l'essai sur le don de Marcel Mauss (Bourdieu, 1994, pp.176-213). L'économie des biens symboliques repose en effet sur trois opérations propres à « l'alchimie symbolique » : dénier l'intérêt et le calcul (i.e. avoir un intérêt au désintéressement); transfigurer les objets matériels échangés en symbole du lien social ; produire et accumuler une reconnaissance sociale (i.e. un capital symbolique) en donnant. Dévoiler ou exiger que l'on dévoile ses émotions par humanité (dénier le travail en le transfigurant en valeur) permet de produire ou de reproduire un ordre social.


***

10Cette grille d'analyse transversale nous permet de relire les articles proposés dans ce numéro 9 de Face à Face. Ainsi deux contributions centrent leur recherche sur les professionnels de santé et leur positionnement vis-à-vis du voilement / dévoilement de leur émotions. L'article de Magali Bouchon, dans le contexte hospitalier africain, montre comment la limitation du pouvoir médical par des facteurs économiques est une source majeure de souffrance. Les fondements du malaise soignant tiennent du décalage entre la vocation initiale et/ou l'aptitude théoriquement acquise et l'incertitude quant à la possibilité réelle d'exécuter le travail de soins. Désillusionné quant à leur capacité de soigner et de guérir, les soignants endossent le rôle d'accompagnant et l'hôpital devient un lieu d'apprentissage de l'émotion face au corps malade mais aussi du sentiment d'impuissance. Sur le terrain des maisons de retraite, Gérard Rimbert démontre combien les relations entre travail sur le corps et travail sur les émotions sont au cœur de l'accompagnement de la « dépendance ». Encadrer en douceur les personnes âgées « dépendantes » implique à la fois de veiller sur les corps et de faire preuve de compassion. Il relève ainsi une ambiguïté qui se trouve au cœur de cette tension voilement/dévoilement : l'exigence du « contrôle des affects ». En effet, certaines personnes âgées ont des stratégies de distinction et de maintien de leur identité sociale, par rejet des plus dégradés. Du côté des professionnels, on assiste à une sorte de « blindage moral », qui consiste notamment à focaliser leur attention sur les aspects techniques du travail : contrôler ses affects peut constituer une forme de préservation de soi en veillant à ne pas trop s'attacher. À contrario, la tendance à exprimer ses émotions se manifeste chez les résidents qui perdent leurs ressources verbales et qui ont comme recours ultime pour dialoguer la manifestation de leurs émotions. Elle s'exprime encore chez les salariés qui tendent à maintenir des relations affectives, par stratégie professionnelle et/ou par vocation. Le maintien d'une réserve nécessaire dans l'exposition de soi est entretenu par les professionnels et par les profanes mais il reste difficile, fragile, toujours au risque de se confronter à des « débordements émotionnels » menaçant les normes organisationnelles du travail des professionnels ainsi que leurs identités sociales et personnelles.

11Sur des terrains périphériques au milieu hospitalier, les problématiques se complexifient encore car le travail émotionnel n'est pas toujours « enseigné », légitime ou valorisé. Julien Bernard nous montre comment les Opérateurs des Pompes Funèbres (OPF) interagissent avec les émotions des profanes qui ont perdu un de leurs proches, tout en les canalisant. Les profanes sont amenés à exprimer leurs émotions, activées par des procédés de solennisation de la cérémonie, mais aussi à canaliser leurs émotions, bref à moduler leur expression. Cette canalisation prend la forme d'une injonction morale, celle de « rester digne », qui concerne à la fois les endeuillés et les OPF. Pour les OPF il s'agit de ne pas partager les émotions des endeuillés c'est à dire savoir retenir ses émotions face à la mort. Dans les établissements de thermalisme, Estelle Djibré nous explique comment l'agent thermal, souvent comparé au personnel infirmier, n'est en fait qu'un employé de service avec peu de qualification, «  un profane en matière de maladies chroniques qui doit trouver des mots pour soigner les maux du corps  ». Centrant son analyse sur la relation au client, son article questionne la construction des inégalités de sexe dans les établissements thermaux. L'usage des émotions combiné aux rapports au corps ainsi qu'aux échanges langagiers sont au cœur des pratiques de « compassion » et de « détachement » uriste et des représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. La domination du masculin sur le féminin s'accentue encore par la division sexuelle du travail en favorisant la dimension technique de l'activité au détriment de la dimension relationnelle, c'est-à-dire la production des soins (savoir-faire) sur la fidélisation de la clientèle (savoir-être).

12Dans Pour une anthropologie des sensibilités et des catégories affectives, Yannick Jaffré propose en guise d'épilogue les jalons de ce domaine en reconstituant le fil rouge traversant les travaux de Lucien Febvre, Meyerson et Jean-Paul Vernant, les objections possibles et les voies de recherches possibles dans les champs de l'anthropologie de la santé (la psychiatrie notamment) et de l'anthropologie politique contemporaine faisant ainsi écho à la mise en bouche proposée par Marcel Drulhe. Celui-ci nous invite à distinguer trois problèmes auxquels doit se confronter la sociologie aspirant à analyser le jeu et la place des émotions : celui de l'émouvant, de l'événement qui suscite l'émotion, celui de l'émoi, du contenu émotionnel et enfin celui de l'é-motion et du glissement de l'émoi vers l'appréciation morale. Trois problèmes renvoyant à trois niveaux d'analyse : celui de la mise en forme des émotions, du mode de désignation de ce qui est éprouvé et du mode d'évaluation du trouble. Ces trois niveaux sont ainsi à resituer au cœur même de l'analyse des pratiques et des interactions. À ces trois niveaux, il faut rajouter inévitablement la dimension du pouvoir. Pour Marcel Drulhe, le travail émotionnel prendrait part à des formes atténuées de surveillance et de contrôle. Le gouvernement des êtres humains tendant à intervenir de plus en plus sur la subjectivité, sur le rapport à soi-même. D'où la délégation de l'univers médical de cette volonté de savoir aux professionnels de « l'intériorité », chargés d'explorer plus en profondeur afin d'aider l'activité de régulation et de normalisation des conduites émotionnelles des acteurs de santé et des profanes. Gilles Deleuze le formule clairement : «  Ce sont les sociétés de contrôle qui sont en train de remplacer les sociétés disciplinaires » (Deleuze, 1990). Ainsi, il est des mécanismes de contrôle en amont des mécanismes punitifs (châtiments physiques, enfermement, etc.), qui comme l'affirme Cléopatre Montandon,

« (…) sont du ressort des instances de régulation générale, comme la famille, l'école ou le travail, aussi bien que dans des instances de contrôle social spécialisé, comme la justice pénale ou la psychiatrie : il s'agit de ces techniques de contrôle social que sont, lorsqu'ils sont utilisés à cet effet, les mécanismes de la culpabilité et de la honte. » (Montandon, 1982, p.24)

13Cependant les émotions ne peuvent être réduites à leur rôle dans les mécanismes de régulation et de domination, elles sont aussi ce par quoi les profanes vont pouvoir jouer avec les règles, les normes et les valeurs véhiculées par la société pour pouvoir ouvrir des brèches, préserver un espace intime, se créer des opportunités. En ce sens l'analyse minutieuse des interactions nous ouvre le champ d'une sociologie de la santé qui sort de l'analyse des cadres institutionnels pour (re)découvrir cette double face : ce que les émotions font aux individus et ce qu'à leur tour ils font aux émotions, ces émotions que nous fabriquons et qui nous fabriquent (Despret, 1999), lorsque nous sommes confrontés aux injonctions normatives à la participation, à l'autonomie, à l'indépendance et à l'authenticité (Martuccelli, 2004), en somme à l'ensemble des mécanismes de responsabilisation vis-à-vis de notre rapport au corps et à la santé.

Nous tenons à remercier chaleureusement tou(te)s celles et ceux qui ont permis à cette réflexion pluridisciplinaire sur la place des émotions dans le champ de la santé de voir le jour : la Maison des Sciences de l'Homme Paris-Nord, la MSH Toulouse, le laboratoire Cirus-cers, le CHRS Le tournil, Sarah Arnal pour les illustrations et le graphisme. Nous remercions également Didier Fassin et Marcel Drulhe qui nous ont été d'une aide précieuse dans ce travail d'auto-organisation, la revue Face à Face et particulièrement Isabelle Gobatto, pour sa confiance et son travail de relecture critique, tous les discutants de ses huit demi-journées d'étude qui ont animé et alimenté nos débats : Sophie Wannich, Michel Castra, Marie-Christine Pouchelle, Dominique Memmi, Yannick Jaffré, Monique Membrado et Marcel Drulhe, et bien sûr tous les communiquants pour nous avoir fait partager la richesse de leurs travaux et leurs réflexions.

Haut de page

Bibliographie

P. Bourdieu, « L'économie des biens symboliques », in : Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Seuil, 1994, pp.176-213.

R. Castel, A. Coppel, « Les contrôles de la toxicomanie », in A. Ehrenberg (Ed), Individus sous influence – Drogues, alcools, médicaments psychotropes, Paris, Esprit, 1991.

G. Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », L'autre journal, n°1, mai 1990. [http://infokiosques.net/imprimersans2.php3?id_article=214]

M. Drulhe, « L'hôpital aux prises avec le « retour » du malade et du social », Actes du colloque international « Coopérations, conflits et concurrences dans le système de santé » du CR 13 de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française, du 29 et 30 Novembre 2001.

M. Drulhe, « Le travail émotionnel dans la relation soignante professionnelle, un point de vue au carrefour du travail infirmier », in G. Cresson, F-X Schweyer (dir.), Professions et institutions de santé face à l'organisation du travail, Rennes, Editions de l'Ecole Nationale de la Santé Publique, 2000, p. 15-29.

V. Despret, Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie de l'authenticité, Les empêcheurs de penser en rond, Institut Synthélabo, Le Plessis-Robinson, 1999.

T. Dixon, From Passions to Emotions: The Creation of a Secular Psychological Category, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

N. Elias, La dynamique de l'Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Levy, 1973.

D. Fassin ; D. Memmi (sous la direction de.), Le gouvernement des corps, Paris, éditions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2004.

M. Foucault, « Le sujet et le pouvoir » [1982], in Dits et écrits : 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, t. IV, n° 306, p. 236-237.

E. Gagnon, « La communication, l'autre, l'indicible. De l'entraide des malades », Anthropologie et Sociétés, vol.23, n°2, 1999, pp.61-78.

C. Haroche, « Se gouverner, gouverner les autres », Communications, n° 56,1993.

A. R. Hochschild, The managed heart, commercialization of human feeling, Berkeley, University of California press, 1983.

A. R. Hochschild, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n°9, 2002.

M. Loriol, Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Anthropos, «Sociologiques», 2000.

K. Lynch, « Solidarity Labour: its nature and marginalisation », The Sociological Review, vol.37, n°1, 1989.

D. Martuccelli, « Figures de la domination », Revue française de sociologie, n°45-3, 2004, pp.469-497.

D. Memmi, «  Du gouvernement des corps par la parole », Sciences Humaines, hors série n°48 “la santé : enjeu de société”, 2005, pp.46-47.

C. Mercadier, Le travail émotionnel des soignants à l'hôpital. Le corps au cœur de l'interaction soignant-soigné, Paris, Éditions Seli Arslan, 2002.

P. Molinier, « Travail et compassion dans le monde hospitalier », Cahier du Genre, n°28, 2000, pp.49-70.

C. Montandon, « Un mécanisme de contrôle social : la honte. Analyse d'un concept négligé », Revue Européenne des Sciences Sociales, tome XX, n°62, 1982, pp.23-61.

A. Petitat, « Pouvoir, secret et régulation : modèles narratifs », in T. Wuillème (éd.), Autour des secrets, Paris, Edition L'Harmattan, 2005.

A. Petitat, Secret et formes sociales, Paris, PUF, 1998.

G. Simmel, Secret et sociétés secrètes, Circé, Strasbourg, 1991.

G. Simmel, Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, 1981.

A. L. Strauss, Continual Permutations of Actions, Aldine de Gruyter, New York, 1993.

Haut de page

Notes

1  « Les enjeux du travail émotionnel dans le champ de la santé », in : « Emotions, Corps et Santé : une politique de l'émoi? », Face à Face, Regards sur la santé, n°8, 2006, pp.6-8. http://www.ssd.u-bordeaux2.fr/faf/index.htm

2  Pour Arlie R. Hochschild, le travail émotionnel vise à produire ou à inhiber des sentiments de façon à les rendre « appropriés » à la situation (Hochschild, 2002). Marcel Drulhe précise ce point : « Le travail émotionnel opère la génération et la gestion de ses propres émotions ainsi que la gestion des émotions des autres : on ne peut aider les gens dans leur confrontation à des problèmes émotionnels sans que l'on réagisse soi-même sur ce même registre de l'émotion (...). » (Drulhe, 2000, p.18).

3  « Cette maîtrise des affects réclame un effort important de la part du soignant, une véritable lutte contre soi-même à la fois pour faire face à la situation pénible et par là même ne pas perdre la face aux yeux des collègues. » (Mercadier, p.185).

4  Concernant les contrôles de la toxicomanie, Robert Castel et Anne Coppel distinguent les hétérocontrôles (contrôles institutionnels), les contrôles sociétaux (familles, amis, etc.) et les autocontrôles (Castel & Coppel, 1992).

5  « La recherche de transparence manifeste à quel point le pouvoir de la parole est devenu problématique dans notre culture. Elle nous fait dénoncer l'incommunicabilité, l'absence de sincérité et le faux-semblant tout en cherchant une parole pleine et entière. Elle valorise la communication immédiate sans le détour des mots tout en appelant au témoignage. Une difficulté qui n'est pas propre aux malades, mais que la maladie vient exacerber, la mort prochaine ou rapprochée (cancer), la chronicité et la difficulté de faire comprendre son état (maniaco-dépression) rendent problématiques une communication satisfaisante. » (Gagnon, 1999, p.65).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Fernandez, Samuel LEZE et Hélène Marche, « Voilement et dévoilement des émotions sur les terrains de la santé : du rapport de sens au rapport de force », Face à face [En ligne], 9 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/179

Haut de page

Auteurs

Fabrice Fernandez

Sociologue, A.T.E.R, Le Havre, CIRUS-Cers, Université Toulouse 2

Articles du même auteur

Samuel LEZE

Anthropologue, A.T.E.R, Lyon 1, ETT ENS, GTMS EHESS, Paris

Articles du même auteur

Hélène Marche

Sociologue, CIRUS-Cers, Université Toulouse 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals