Navigation – Plan du site
Dossier

Les émotions dans la relation Pompes funèbres – endeuillés : une problématique de santé

Emotions in relations between funeral home employees and mourners: a health-related matter
Julien Bernard

Résumés

Dans un contexte de professionnalisation des pompes funèbres et de désocialisation des funérailles, les émotions dans la relation pompes funèbres / endeuillés peuvent être problématisées avec une attention à la santé. Cet article propose, d'une part, de s'intéresser à la manière dont les agents funéraires se protègent des émotions envahissantes dans leur activité professionnelle, et, d'autre part, de s'interroger sur l'influence de leur travail sur les émotions aux funérailles.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

emotions, funerals, work
Haut de page

Texte intégral

1Quoi de plus éprouvant que la mort d'un être proche ? La réaction psychologique suivant l'expérience de la perte, puis le processus de deuil devant conduire à surmonter cette épreuve, s'accompagnent de divers états affectifs souvent pénibles. Le plus fréquent ou le plus général, celui de la « tristesse » ou de la « détresse », peut - dans certains cas - se compliquer, se prolonger, et donner lieu à certains troubles d'ordre psychopathologiques. Dans ces moments difficiles, le besoin d'assistance, d'accompagnement ou de prise en charge des personnes endeuillées se fait sentir de toute évidence même si la difficulté des cas est variable.

2De nombreux sociologues, historiens et anthropologues de la mort s'accordent à dire que la prise en charge du deuil était sans doute plus « sociale » autrefois. En sociologie, des travaux récents soutiennent que le deuil est certes bien l'objet d'une régulation sociale protéiforme, mais qui s'observe aujourd'hui à un niveau de plus en plus microsociologique (Roudaut, 2005), notre société voyant en effet émerger ce que le sociologue Jean-Hughes Déchaux a appelé un « nouveau régime de deuil », plus intime - « privatisé » et donc « désocialisé » au sens fort - et peut-être ainsi plus violent (Baudry, 2004). C'est pourquoi il peut être intéressant de se pencher sur un des derniers moments de prise en charge communautaire du deuil et des émotions des endeuillés : les funérailles.

3L'objet de cet article n'est donc pas tant d'examiner le problème sanitaire du deuil que de s'interroger sur la régulation des émotions dans la préparation et l'accomplissement des funérailles. Pour accéder à cet objet, cet article se propose d'étudier plus précisément le travail des pompes funèbres. En effet, pour plusieurs raisons, celui-ci paraît, sinon au centre du dispositif mis en place pour les obsèques, au moins un élément incontournable de la prise en charge sociale des endeuillés. De plus, au delà de l'organisation et de la mise en scène des funérailles, même la « mise en sens » de ce moment semble lui être, de plus en plus, socialement dévolue (Baudry, 1999 ; Trompette, 2002). Le secteur funéraire est, de plus et parallèlement, en voie de « professionnalisation » - et donc d'autonomisation - alors que les obsèques étaient encore, il n'y a pas si longtemps, l'objet d'une division du travail social. Il semble donc d'actualité pour ces quelques raisons notamment, de s'intéresser de plus près à cette population peu étudiée (et souvent marginalisée), et se demander concrètement quel est le « rôle » de ces professionnels.

4Nous procéderons d'abord à un bref rappel du contexte social dans lequel s'effectue aujourd'hui en France le travail des pompes funèbres, puis nous verrons en quoi globalement il consiste. Ensuite, pour préciser comment s'effectue la régulation des émotions aux funérailles, nous prendrons le parti de focaliser l'analyse sur la manière dont les agents des pompes funèbres composent avec la souffrance des endeuillés et plus généralement avec la charge émotionnelle des obsèques.

5Comment se protègent-ils des émotions envahissantes ? Le « travail émotionnel » des agents des pompes funèbres a-t-il une influence sur les émotions des participants ? Leur travail peut-il avoir un effet sur la santé des endeuillés ?

6L'examen de ces questions me semble d'abord devoir nécessiter la localisation des sources possibles d'affect du point de vue des pompes funèbres. Celle-ci permet de comprendre comment les opérateurs de pompes funèbres à la fois s'engagent dans leurs relations professionnelles mais aussi s'en distancient, à la recherche de la « juste distance » (un peu à la manière des infirmières étudiées par Marc Loriol et Jean-Marc Weller (Loriol & Weller, 2002)) - agencement à trouver toujours provisoire - qui montre indirectement qu'ils portent une attention manifeste à la santé, pour eux-mêmes et pour les endeuillés.

Le travail des pompes funèbres : contexte et spécificité(s)

7Avant de commencer une rapide présentation du contexte social du travail des pompes funèbres et la nature de ce travail un peu particulier, il convient de préciser quelques points de méthode. La majeure partie des analyses que je présente ici s'appuie sur une observation participante dans les pompes funèbres. Pendant 12 mois et une centaine de cérémonies, j'ai en effet occupé la fonction d'« agent d'exécution funéraire » dans deux entreprises. Durant cette période, je me suis attaché à observer aussi discrètement que possible le déroulement des opérations, les techniques ou « savoir-faire » de mes collègues, les manifestations visibles des sentiments de l'assistance et des familles des défunts, les lieux spécifiques dévolus aux activités entourant la mort, bref le maximum d'éléments concernant ce que faisait le social aux émotions liées à ce contexte et inversement. Le soir, « à chaud », je faisais le compte-rendu de ma journée dans un « journal de terrain », que j'ai ensuite repris et analysé en essayant de catégoriser mes propres observations, et en auto-analysant mes émotions.

8Ainsi m'a-t-il semblé que certains moments de la prestation funéraire étaient plus « sensibles » que d'autres, et que ces moments correspondaient justement à certaines actions précises des agents funéraires.

9Les mises en bière, les fermetures de cercueil et les inhumations sont de celles-ci. Je cite ces actions en particulier parce que dans un cadre de sociologie des émotions, une de mes hypothèses est qu'elles peuvent être perçues comme des « moments saillants de la coordination collective » (au sens de Dumouchel, 1995) ou, de manière complémentaire, des instants de « transition de phase » impliquant une nécessaire « révision » (au sens de Livet, 2002) ; dans les deux cas des moments dont la spécificité est, d'après ces auteurs, de favoriser l'expression des affects.

10Pour compléter mes observations, une autre partie des interprétations s'appuie sur des entretiens réalisés avec des opérateurs de pompes funèbres et des formateurs autour de différents thèmes, leur perception du métier et la question de la gestion des émotions dans l'exercice de l'activité notamment. Les entretiens permettent de voir, outre que la question des émotions les intéresse vraiment, que la relation qu'ils entretiennent avec leurs clients, les familles endeuillées, peut certes s'analyser à un niveau microsociologique, intersubjectif, celui de l'« ordre de l'interaction » selon l'expression d'Erwin Goffman, mais qu'elle s'inscrit aussi inévitablement à un niveau plus général, celui de l'état actuel du secteur funéraire, au moins parce que les agents de pompes funèbres réfléchissent à leurs manières de faire, initient des changements structurels au sein de leur champ professionnel, ou encore parce qu'ils sont contraints de respecter de nouvelles réglementations qui ont des conséquences directes sur le contenu de leur négociation avec les familles endeuillées.

  • 1  Ces différents points socioéconomiques sont largement traités dans les différents travaux de Pasca (...)

11Le contexte général des activités funéraires change en effet aujourd'hui ; en France, un ensemble de mutations sociales (déclin de l'église catholique traditionnelle, libéralisation, urbanisation, etc.), a pu favoriser la genèse de ce qu'on pourrait appeler un « nouveau régime de pompes funèbres », relativement autonomisé et du champ religieux (depuis 1905) et du champ étatique (depuis 1993). De nouveaux cadres institutionnels (Règlement national des pompes funèbres en 1995, loi sur l'incinération en 2005, nouvelles propositions de loi en 2006) voient le jour et accréditent l'idée d'une « mutation », voire d'une professionnalisation des pompes funèbres. Sans entrer dans les détails, on peut constater que l'État s'est dessaisi de la compétence pompes funèbres (qu'il déléguait aux communes et que nombre de communes déléguaient ensuite aux Pompes Funèbres Générales…) pour tenter, tant bien que mal, d'instaurer un marché transparent et une concurrence plus correctement régulée12. Conjointement, le mouvement de professionnalisation du secteur est soutenu par une politique de formation et par une réflexion sur la possibilité d'améliorer la qualité du service apporté aux familles autour des trois grandes catégories d'actions définissant le travail des pompes funèbres :

  • exécuter les prestations funéraires

  • coordonner le déroulement des diverses cérémonies de la mise en bière jusqu'à l'inhumation ou la crémation

  • conclure avec les familles l'organisation et les conditions de la prestation.

12Le travail des pompes funèbres nécessite pour assumer ces fonctions certaines compétences particulières, dont, au niveau relationnel qui nous intéresse, un certain « savoir-être » - dont l'appréciation est en partie subjective – parce qu'il se déroule dans une relative « ambiance » émotionnelle, parce qu'il doit prendre en compte et en charge la souffrance des endeuillés, parce qu'il doit s'effectuer sous le regard de la clientèle ou du public, enfin surtout parce que les professionnels des pompes funèbres sont en quelque sorte des technico-commerciaux devant procéder à un échange marchand tout en assurant une prestation « humaine », et que argent et sacré s'accordent mal.

  • 2  Ma thèse porte sur le travail des pompes funèbres, aussi n'ai-je eu réellement accès qu'à un seul (...)

13Devant donc maîtriser une procédure et accomplir des savoirs-faire face à une clientèle affectée, leur travail est « émotionnel » aux sens donnés à ce terme par Arlie Hochschild notamment (Hochshild, 1983) et, plus récemment, par Angelo Soares (Soares, 2002). Pour comprendre comment la relation s'établit entre pompes funèbres et endeuillés dans le cours de la prestation, il nous semble nécessaire de procéder par ordre et commencer par localiser les différentes sources d'affect possibles pour les employés funéraires2.

Le travail émotionnel des agents funéraires : sources d'affect, impact de la mise en scène et stratégies de défense

14Les opérateurs de pompes funèbres, me semble-t-il, peuvent être aux prises avec au moins trois sources possibles d'affects : a) les effets sur soi de la mort « présentée », directement, par l'appréhension sensorielle du cadavre ; b) les effets sur soi de la mort « représentée », mise en représentation par les funérailles ; c) les effets sur soi de la compassion d'avec la souffrance des endeuillés. Nous verrons que ces trois sources possibles d'affects vont ensemble, l'effet que produit le cadavre sur les hommes pouvant être considéré comme une raison d'être des cérémonies funéraires, la mise en scène des funérailles pouvant activer les émotions, et l'ambiance des funérailles pouvant influencer le risque de compassion des agents funéraires d'avec les endeuillés.

Le cadavre

  • 3  Cette thèse des rites funéraires comme objet de séparation des morts d'avec les vivants est largem (...)

15Voir, sentir, toucher, manipuler (embrasser) les morts, les peigner, les habiller, disposer leurs mains, etc., font partie de l'expérience habituelle de ceux que l'on appelle aussi « croque-morts », non sans raison. Aussi ne pas avoir peur des morts, de leur appréhension sensorielle, ne pas être dégoûté, est une condition sine qua non pour perdurer dans ce métier. Beaucoup de « bleus », à leur première expérience du cadavre, savent s'ils pourront ou non continuer. Si le rapport à la mort est propre à chacun, il s'agit ici de l'expérience sensorielle des morts ; mais le rapport au corps mort a tout l'air d'une confrontation avec la mort dans le mort, et peut, pour certains, être insoutenable. Le vertige, la défaillance, la nausée (au sens de Bataille, 1957 :63, 69) devant ce « rien », ce « pire que rien », ce « vide » peuvent en effet faire peur et/ou dégoûter. Les agents expérimentés ont largement surmonté cette difficulté mais ils établissent de manière implicite une échelle de difficulté relative à l'état de décomposition du corps mort. Cela se constate au fait qu'ils témoignent d'une certaine appréhension lorsqu'il s'agit d'aller quelque part chercher un cadavre. Précisément, je crois que cette appréhension est un genre d'affect proche de l'angoisse qui serait relatif à la potentialité supposée d'une sensation désagréable parce qu'immédiatement repoussante ; ce qui peut nous inviter à la question de savoir si les émotions sont le résultat de véritables « jugements sensoriels », question déjà posée par plusieurs théoriciens des émotions. Mais le corps mort comme source d'affect (le dégoût du cadavre en putréfaction semble très largement voire universellement répandu) nous appelle surtout à la nécessité de comprendre un des enjeux principal du travail des pompes funèbres et des cérémonies funéraires, celui de faire disparaître le cadavre, de faciliter, voire d'accélérer, le « passage » du mort vers le monde des morts (quel qu'il soit), de séparer le mort des vivants3. Comme dans la mythologie, les agents funéraires sont des transbordeurs en quelque sorte. Ils doivent faire partir le défunt parce que le défunt doit partir et faire avec les vivants qui restent avec leur douleur intime et néanmoins partagée. Véritable population cible des funérailles (Thomas, 1985), ils voient les agents funéraires faire disparaître leur proche, ce qui peut sembler souhaitable, tant le cadavre incommode, mais aussi provoquer une sorte de déchirement intolérable.

Impact(s) de la mise en scène

16On peut penser que davantage que la mort elle-même, c'est le cadre des funérailles qui effraie. L.-V. Thomas relate (1975 :329) : « Ainsi le cérémonial des funérailles peut-il avoir un effet déprimant. « La pompe de la mort effraie davantage que la mort elle-même » disait Bacon, et Montaigne renchérit « Je crois à la vérité que ce sont les appareils effroyables dont nous entourons la mort qui nous fait plus peur qu'elle ». Les obsèques, cérémonies mortuaires, peuvent être comprises comme une mise en représentation de la mort destinée à avoir un certain impact sur ses participants.

  • 4  On peut rapprocher la notion de « travail sur soi » de celle de « travail de sentiment » au sens d (...)

17L'impact social d'une telle mise en scène est discutable à plusieurs niveaux. Retenons d'abord que la pompe funèbre peut avoir parfois un effet déprimant sur les agents des pompes funèbres aussi. Dans la problématique des émotions au travail, les émotions sont généralement peut-être moins considérées comme des sensations particulières vécues que comme des données à maîtriser. La plupart des agents funéraires interrogés témoigne du travail sur soi4 que nécessite l'exercice de leur métier et nous pouvons penser que ceux-ci prennent en compte leurs émotions comme des indicateurs de la nécessité de s'ajuster à la situation, de faire preuve de self-control. Dans ce cas, les émotions seraient davantage « objets du travail » que « acteurs » du travail (sur ces distinctions, Jeantet A., 2002), c'est-à-dire que ce serait davantage les agents qui travaillent l'émotion que l'inverse… même si c'est d'un va-et-vient entre ce que nous font les émotions et ce que nous faisons des émotions que se situe le travail émotionnel à un niveau individuel.

18L'intensité de ce travail est variable selon les funérailles. C'est souvent lors des funérailles où l'expression des émotions est le plus à son comble - que certains OPF appellent ‘gros' enterrements - qu'ils éprouvent quelque chose de l'ordre de l'émotion gênante. A première vue donc, cette charge émotionnelle semble caractéristique de « l'ambiance » des différentes situations de travail des pompes funèbres ; c'est en tout cas, lorsque j'ai commencé à travailler pour elles, ce qui est ressorti de mon entourage (qui me demandait si ce travail « macabre » n'était pas trop dur, si je tenais le coup, etc.), et il est probable que la représentation selon laquelle le travail des pompes funèbres est pénible en raison qu'il est aux prises avec la mort et la souffrance des gens est assez largement partagée ; ce qui n'empêche pas pour autant une représentation dépréciative du métier, sinon dominante, vécue comme telle par les agents des pompes funèbres.

19La pénibilité du travail des agents funéraires est donc un peu particulière et cela nécessite de la distinguer de celle d'un travail physique, harassant, ou, de celle d'un travail à responsabilité, « nerveux », stressant. La pénibilité du travail des OPF est plus « consciente », d'un genre plutôt réflexif que « réflexe ». Elle exige, face à la réalité de la mort, à sa fréquence, à sa quotidienneté, de mettre à distance les événements auxquels on a à faire face, autrement dit faire face à une tension affective entre ce qui arrive et ce que l'on prend pour soi. Il m'est apparu, à la réflexion, qu'il était pénible de percevoir le contraste entre le rapport à la mort qu'entretiennent les pompes funèbres, banal, commun, habitué, et une mort vécue par les proches du défunt comme événementielle, exceptionnelle et scandaleuse. De plus, de cette différence me semblait parfois découler un jugement négatif porté par les endeuillés sur l'équipe de pompes funèbres dont je faisais parti du fait que nous étions un peu perçus comme des intrus ou des bourreaux, alors que je pensais ne faire « que » le travail qu'on me demandait de faire. Cette pénibilité me semblait pouvoir être le résultat de ce qu'Everett Hughes appelait le « drame social du travail », « un système d'interaction qui met en présence des catégories de personnes définissant la situation selon des perspectives fondamentalement différentes » (NdT Hughes, 1951, 1996 :79).

  • 5  Je remercie Judith Wolf pour sa comparaison éclairante avec les employés de la morgue à ce sujet.

20A la nuance, sans exprimer que le travail des OPF n'est « pas si pénible que ça », il faut souligner que dire que l'ambiance des différentes situations de travail des OPF est caractérisée par sa charge émotionnelle pénible - comme peuvent le penser les personnes qui ne connaissent pas ce milieu - ne tient pas compte du fait que le contact avec l'émotion des gens, induisant une probabilité, un risque de compassion, ne représente que certaines situations de travail et non pas toutes, et aussi du fait que les effets pénibles sur soi de la mort présentée (le cadavre) et représentée (les funérailles) prennent non seulement des intensités variables selon les cas mais se réduisent à l'habitude5.

21Si bien qu'on pourrait à bon droit se demander si le milieu mortuaire est réellement et totalement « imprégné » d'affects... Je voudrais répondre par l'affirmative et justifier que ladite charge émotionnelle existe bel et bien parce qu'à défaut de la saisir matériellement on peut constater ses effets : elle s'impose parce qu'elle oblige les professionnels des pompes funèbres à composer avec elle, notamment face à l'expression des émotions des endeuillés dont les agents funéraires peuvent se sentir cibles directement ou indirectement.

Des stratégies de défense

22Dans la phase d'initiation au métier, comme nous avons pu le voir, selon l'expression consacrée, « ça passe ou ça casse », notamment lors des bizutages testant la solidité des nouveaux. Par la suite, d'une manière générale, la gestion des émotions s'effectue par diverses modalités de mise à distance ou encore, selon les termes de Pascale Trompette et Sandrine Caroly à propos justement des employés de pompes funèbres, par divers « jeux rituels composant avec l'assaut des émotions » (Trompette, Caroly, 2004 :64).

23Pour se protéger, l'essentiel du travail émotionnel des agents funéraires consiste à neutraliser les émotions envahissantes afin que ces émotions ne soient pas une entrave à l'action. En effet, l'image de la professionnalité véhiculée par les directeurs de pompes funèbres est celle d'un homme pouvant maîtriser les situations sensibles, agir de manière sûre, et ainsi faire montre qu'on peut lui faire confiance pour faire « ce qu'il faut ».

24Lors de plusieurs entretiens et discussions informelles réalisés auprès de professionnels, il apparaît que la mise à la « bonne » distance affective est largement considérée comme une qualité naturelle, dont on dispose ou pas. Or mon expérience m'invite à penser qu'il s'agit plutôt d'un apprentissage informel, certes personnel mais aussi soutenu collectivement :

  • Le travail du « masque », par exemple. Cette question a d'ailleurs été débattue à l'intérieur de mon groupe de porteurs sous mon influence ; je m'amusais, quand je voyais mes collègues trop peu concentrés à mon goût avant d'apparaître aux yeux des endeuillés, à leur dire « 1, 2, 3, masque ! », ce qui, parfois, allait contre l'effet escompté, et les faisait plutôt rire que rendre sérieux. Mais cela eut pour conséquence, plus tard, de nous faire discuter de la question avec l'un d'entre eux. Celui-ci refusait de mettre un soi-disant masque, arguant déjà que ce n'était pas possible, et insistant ensuite avec raison qu'il n'y avait rien de drôle à faire une fermeture de cercueil, par exemple, et que celui qui avait envie de rire n'était pas sérieux, à quoi je répondais que le rire pouvait être nerveux, ce qui le confirmait dans son idée. Quoiqu'il en soit, précisons qu'un tel rire, surtout en situation de fermeture de cercueil, est généralement considéré comme une faute professionnelle. Il serait susceptible de renvoi. Le masque est une métaphore. Le visage des OPF en situation délicate représente un mélange de protection et de présentation aux proches du défunt de leur difficulté à faire certains actes, eu égard à eux.

  • Les plaisanteries échappatoires, assez nombreuses et pas toujours de très bon goût…

  • La division des tâches (à la manière de Peneff, 1992, dans le travail hospitalier). Par exemple, dans mon expérience, mon employeur ne m'envoyait jamais chercher des corps juste morts considérant sûrement que je n'étais pas assez aguerri.

  • L'évacuation, le soir après les heures de travail, de la pression intériorisée la journée. Un interviewé disait, par métaphore, qu'il était comme une éponge, i.e. qu'il épongeait la journée et qu'il se « pressait » le soir pour tout faire ressortir. Un autre va faire du vélo : « Une fois que c'est terminé et que tout s'est bien passé, on dit pas ‘ouf' mais… c'est fini, c'est fait, on a fait le maximum, ça s'est bien passé, bon… on passe à autre chose… Parce que malheureusement on a autre chose à faire derrière… Des fois on n'a pas envie de faire autre chose… Ou des fois, selon la cérémonie qu'c'était, je rentre, j'ai pas envie de faire autre chose… Je prends le vélo, je vais faire un tour… Si c'est possible dans mon emploi du temps… Mais pour évacuer un petit peu… la charge nerveuse un peu… Sur certains enterrements, quand il y a du monde, on stresse quand même un p'tit peu… » (ambulancier – pompes funèbres, 46 ans)

25Ce travail émotionnel répond donc à la tension opérée par la charge émotionnelle des funérailles et la souffrance des familles et s'opère, en situation, par un travail collectif et individuel sur l'attitude et l'expression faciale, et, en dehors, par des procédés de mise à l'écart du stress.

26Cela permet de voir clairement la composition du rôle des OPF osciller entre deux pôles (comme les médecins et autres « travailleurs de l'émotion »), entre retenue, « blindage », distanciation d'un côté et expression, empathie, engagement de l'autre. Norbert Elias est ici une référence éclairante ; engagement et distanciation sont pour lui deux pôles variables à l'augmentation ou à la diminution de ce qu'il appelle la « pression sociale ou psychique », et il s'interroge : « Entre ces deux pôles s'étend un continuum et c'est lui qui constitue le véritable problème. Est-il possible, à l'intérieur de ce continuum, de déterminer avec une plus grande précision la position qu'occupent des attitudes ou des réalisations humaines particulières ? » (Elias, 1983 :11).

Travailler l'émotion sur soi, travailler l'émotion sur l'autre

27Le travail émotionnel implique, dans l'intention des agents funéraires interviewés, un double rapport à la santé : d'une part, éviter, pour eux-mêmes, de trop « absorber » le malheur des gens ; ce point de vue est aussi celui de la fédération française de santé au travail qui, dans un article consacré aux risques professionnels dans le funéraire, estime que les agents funéraires ont « une charge mentale importante, mais ils doivent toujours donner l'impression de disponibilité et de sérénité. Le contact permanent avec des personnes endeuillées peut diminuer sa capacité de résistance psychologique » (Dr Guibe-Hubert)

28Il est, d'autre part, à l'attention des endeuillés, d'évaluer le genre et l'intensité de leurs émotions, la mission d'accompagnement qu'ils s'assignent exigeant en effet, me semble-t-il, qu'ils aient une « attitude de circonstance », c'est-à-dire pas nécessairement un visage triste ou fermé, mais une sensibilité appropriée. Le comportement ou l'attitude des agents funéraires peuvent en effet être perçus par les endeuillés comme trop distantes, froides, commerciales ou techniciennes, ou à l'inverse comme trop compassionnelles, pas professionnelles, de l'ordre de la sensiblerie, hypocrites. Ce sont là deux façons, adaptées aux cas, de maintenir un niveau « normal », ou plutôt normé, de tension émotionnelle.

29Mais il s'agit aussi d'éviter de faire des erreurs ou d'avoir des réactions potentiellement pathogènes. Il semble en effet, dans la rhétorique professionnelle des pompes funèbres en tout cas, que le bon déroulement des obsèques est assurément un bon premier pas de fait pour le travail de deuil de leurs clients. Pour la plupart des professionnels des pompes funèbres, la mort est une affaire importante qui exige donc une certaine tenue de la part de leurs employés, mais aussi de la part des autres participants aux obsèques, l'assistance ou la famille elle-même. Du coup, en situation, ils ressentent parfois le besoin de corriger des personnes trop détendues à leurs yeux tout en gardant à l'esprit qu'inversement, il leur faut surtout calmer les plus tendues. D'une manière générale, on pourrait dire que trop d'émotion comme pas assez sont constitutifs de désordre dans l'ordre local de l'activité funéraire.

30Aussi une hypothèse que l'on pourrait émettre sur le travail funéraire in situ est que la mise en scène des funérailles, les dispositifs orchestrés pour l'occasion et les actions des agents funéraires, visent à la fois une régulation des émotions et une solennisation de l'événement, leur propre gestion des émotions étant une composante parmi d'autres de cette orchestration.

31Les opérateurs de pompes funèbres reconnaissent d'ailleurs assez volontiers leur mission de canalisation, d'apaisement, qu'ils voient comme la dimension psychologique de leur travail et qui selon eux les valorisent. Ce « supplément d'âme », le souci à l'exposition dans la présentation de soi de compétences relationnelles, d'un savoir-être, leur semble constitutif de leur compétence globale et, de plus, bonne pour l'image de marque de l'entreprise. Ces actions de canalisation peuvent être tendre une chaise, offrir un verre d'eau, écouter attentivement, discuter avec les personnes de l'assistance connues, sortir un parapluie s'il pleut, etc.

32Par contre, force est d'avouer qu'ils ne reconnaissent que partiellement l'influence qu'ils ont parfois sur l'ambiance de la cérémonie et leur influence sur la solennité de l'événement. Interrogés sur leur possible rôle d'activation des émotions, l'un d'eux estime que « s'ils ne pleurent pas à la mise en bière, ce sera à l'église, si c'est pas à l'église, ce sera au cimetière… » (directeur de pompes funèbres, 36 ans) et que comme il considère ne pas changer son attitude, ce qui fait pleurer les gens, le déclic, ne peut pas provenir de lui.

33Pourtant, il se trouve différentes actions et dispositifs dont la fonction, latente ou manifeste, semble être au contraire une ritualisation dont l'objet peut être une activation des émotions contenues par les endeuillés et l'assistance. En adoptant la métaphore dramaturgique, on peut en effet se rendre compte que lever le cercueil à l'épaule, le manipuler avec synchronisation, marcher au pas le dos droit, etc., sont des procédés dont la conséquence est en quelque sorte une « ritualisation de la ritualité » pour reprendre une expression de Patrick Baudry. Et que dire de l'habillement, de la disposition experte des fleurs et des plaques, de l'existence même de certains dispositifs comme une « porte de feu » par laquelle disparaît le cercueil dans certains funérariums, de la tendance à ce que les proches prennent de plus en plus souvent la parole lors de l'office alors qu'auparavant seul l'officiant officiait, des chants tristes, des pleurs des pleureuses, etc. S'il ne s'agit pas de mise en spectacle, une bonne part de la ritualisation des obsèques semble consister à orienter les participants vers une expression de leurs émotions. Ces procédés visent même parfois, à mon avis, une « émotionnalisation » de la cérémonie, c'est-à-dire une tendance à rendre le moment encore plus émotionnel, pénible, difficile, qu'il ne l'est déjà. En tout cas, la plupart des agents funéraires que j'ai rencontrés s'accorde à dire qu'il est normal d'être ému aux funérailles et qu'il est même suspect de ne pas l'être, que ceux qui ne « craquent » pas à un moment ou à un autre ne sont pas à l'abri d'une forme de « deuil pathologique »... Certains peuvent ainsi avoir tendance à penser que des cérémonies émotionnellement fortes sont de « bonnes » cérémonies...

Conclusion

34La charge émotionnelle propre au contexte de la mort et du deuil oblige les employés de pompes funèbres à composer un rôle directement inspiré de leur relation avec les familles « clientes » endeuillées ; se joue, dans cette relation, un travail émotionnel dont les buts sont d'une part de protéger les agents funéraires des dangers d'un trop grand engagement mental dans la souffrance de leur public, et d'autre part de favoriser le début du processus de deuil des endeuillés.

35Entre canalisation et activation, la mise en scène, les dispositifs et les actions réalisées en situation de funérailles produisent un processus que l'on pourrait nommer « modulation des émotions ». Ce terme est parfois employé en psychologie du développement mais n'y est pas tant compris dans l'acception situationnelle que je lui donne que dans le travail continu de socialisation des émotions. J'effectue une analogie avec la modulation en harmonie musicale, un changement de tonalité, ou avec la modulation en électromagnétique, une action de signaux électriques sur une « onde porteuse ». L'analogie est à mon sens éclairante du fait qu'on peut raisonnablement considérer les situations émotionnelles comme des situations de communication (Laflamme, 1995) et les émotions mêmes comme des produits des situations sociales (dans une version (modérément) constructiviste des émotions).

36Il se pourrait qu'apparaisse ici une sorte de paradoxe culturel. Notre culture organise des procédés de régulation et de canalisation des émotions, voire nous invite à « rester digne » et à ne point trop exprimer nos émotions - un détour analytique par d'autres sociétés nous indiquerait que la retenue des émotions face à la mort est une injonction occidentale moderne – et nous encourage, dans le même temps, à une certaine expression des émotions - son absence pouvant non seulement être perçue comme une offense (sur cette propriété de l'ordre social des émotions, Paperman, 1995), mais aussi comme un symptôme pathologique, le « deuil absent ou retardé » traduisant un déni dangereux. C'est dans cet entre-deux, me semble-t-il, qu'on peut comprendre la complexité du travail des pompes funèbres sur les endeuillés et le processus de modulation qu'ils semblent effectuer en acte et en situation.

Je remercie Monique Membrado de sa lecture critique et judicieuse d'une première version de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Bataille G., L'érotisme, Paris, 10/18, 1957

Baudry P., La place des morts, Paris, Armand Colin, 1999

Baudry P., Violences invisibles, Bègles, Le Passant, 2004

Caroly S., « En aparté avec les morts… Peur, larmes et rire au travail : les métiers du funéraire », Terrains, n°43, 2004

Cefaï D., L'enquête de terrain, Paris, La découverte, 2003

Déchaux J.-H., « Vers un nouveau régime de deuil », in : La mort et l'immortalité, Lenoir F. et de Tonnac J.-P. (dir.), Paris, Bayard, 2004

Dumouchel P., Emotions. Essai sur le corps et le social, Paris, Institut Synthélabo, coll. Empêcheurs de penser en rond, 1995

Elias N., Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1983

Guibe-Hubert N., « Présentation des divers métiers du funéraire et de leurs risques professionnels », Site internet de la Fédération française de santé au travail

Hochschild A., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », 1975, trad. fr., Travailler, n°9, 2002

Hochschild A., The Managed Heart, California Press, Berkeley, 1983.

Hughes E., « Le travail et le soi », in : Le regard sociologique, J.-M. Chapoulie (coord.), Paris, E.H.E.S.S., 1996

Jeantet A., « L'émotion prescrite au travail », Travailler, n°9, 2002

Laflamme S., Communication et émotions, essai de microsociologie relationnelle, Paris, L'Harmattan, 1995

Livet P., Emotions et rationalité morale, Paris : P.U.F., coll. Sociologies, 2002

Loriol M. & Weller J.-M., « La prescription des émotions pour les infirmières hospitalières et les volontaires de AIDES : contrôle de soi et juste distance au malade », Self ¸ pp.316-321, 2002

Paperman P., « L'absence d'émotion comme offense », in : Raisons pratiques, vol.6 : La couleur des pensées : sentiments, intentions, émotions, Paperman P. et Ogien R. (dir.), Paris, E.H.E.S.S., 1995

Peneff J., L'hôpital en urgence, Paris, Métailié, 1992

Rimé B., Le partage social des émotions, Paris, P.U.F., coll. Psychologie sociale, 2005

Roudaut K., « Le deuil : individualisation et régulation sociale », A contrario, vol.3, n°1, 2005

Soares A., « Les émotions dans le travail », Travailler, n°9, 2002

Thomas L.-V, Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1975

Thomas L.-V, Rites de mort pour la paix des vivants, Paris, Fayard, 1985

Trompette P. & Boissin O., 2002, Les services funéraires. Du monopole public au marché concurrentiel, Rapport d'étude pour la DARES, Ministère des Affaires sociales, du travail et de la solidarité, convention n°E322, 2000-2002

Wolf Judith, « Les émotions en milieu mortuaire : obstacle ou privilège ? », Face-à-Face, regards sur la santé, n°8 : http://faceaface.revues.org

Haut de page

Notes

1  Ces différents points socioéconomiques sont largement traités dans les différents travaux de Pascale Trompette et de ses collègues (voir bibliographie).

2  Ma thèse porte sur le travail des pompes funèbres, aussi n'ai-je eu réellement accès qu'à un seul des deux côtés de la relation pompes funèbres / endeuillés. On peut trouver des éléments de compréhension de l'engagement subjectif des endeuillés aux funérailles dans la thèse de Karine Roudaut (Roudaut, 2003).

3  Cette thèse des rites funéraires comme objet de séparation des morts d'avec les vivants est largement répandue, de Van Gennep à Thomas.

4  On peut rapprocher la notion de « travail sur soi » de celle de « travail de sentiment » au sens de Anselm Strauss (« une des modalités de travail de soi et sur soi indissociable de l'articulation entre plusieurs lignes d'action dans un arrangement d'interaction » (Cefaï D., 2003, p.378, note 17)) ou de celle de « travail émotionnel dissimulateur ou différenciateur » au sens de Angelo Soares (Soares, 2002), un travail de neutralisation ou de distanciation affective.

5  Je remercie Judith Wolf pour sa comparaison éclairante avec les employés de la morgue à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bernard, « Les émotions dans la relation Pompes funèbres – endeuillés : une problématique de santé », Face à face [En ligne], 9 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/197

Haut de page

Auteur

Julien Bernard

Université de Poitiers
University of Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals