Navigation – Plan du site
Dossier

Bio-médecine et émotions : une contradiction insurmontable ?

L'exemple de la maladie d'Alzheimer
Fabrice Gzil

Résumé

On admet parfois un peu vite que la médecine est aveugle aux émotions, que cet aveuglement résulte de l'orientation biologique de la science médicale, qu'il faudrait donc démédicaliser l'approche des maladies, et que faire une plus grande place aux émotions conduirait à une approche plus respectueuse des personnes malades. J'ai confronté ces idées - en passe de devenir des lieux communs - avec ce que l'on observe dans le cas de la maladie d'Alzheimer. Il en ressort un tableau assez nuancé.
D'une part, la médecine adopte vis-à-vis des émotions des personnes âgées démentes un point de vue réductionniste qui peut heurter ceux pour qui la démence est une expérience vécue et non un objet de connaissance. Mais l'analyse des principaux griefs adressés à la médecine dans le cas de l'Alzheimer - manque de sensibilité des médecins dans l'information donnée aux familles, réduction de la démence à une pathologie de la cognition -, ne permet pas de conclure que la médecine fait l'impasse sur les émotions. Le manque de sensibilité des médecins lors de la communication du diagnostic à la famille fait écho à la censure que les proches des malades opèrent sur leurs émotions pendant la consultation d'annonce. Et concevoir la démence comme étant d'abord une pathologie de la cognition n'est pas une aberration, tant la maladie d'Alzheimer est différente des maladies mentales stricto sensu.
D'autre part, on a raison de revendiquer plus de crédit(s) pour les sciences humaines dans l'objectif d'une meilleure prise en compte des émotions dans le champ de la santé. Mais il faut alors affronter deux questions. Comment articuler de manière féconde le discours des sciences humaines en santé au discours de la médecine scientifique ? Et comment, dans les dilemmes éthiques, prendre en compte les émotions sans renoncer à l'exigence de rationalité ?

Haut de page

Texte intégral

1S'il est généralement célébré comme un progrès, le devenir scientifique – expérimental, biologique et technique – de la médecine fait aussi l'objet de virulentes critiques, provenant tant de détracteurs que de partisans de la médecine scientifique. Parmi elles, l'idée que la médecine ferait l'impasse sur les émotions joue un rôle déterminant. Considérons par exemple les énoncés suivants qui discutent l'approche médicale de la maladie d'Alzheimer :

« Le modèle mécaniste de la bio-médecine a empêché l'examen approfondi des composantes socio-culturelles et émotionnelles de la maladie. [Pourtant], la maladie d'Alzheimer n'est pas seulement un "problème" médical, c'est aussi une expérience vécue pour ceux qui ont été diagnostiqués. »
(Beard, 2004 : 416)

« En se focalisant sur la pathologie, [la] recherche a eu tendance à obérer la personne qui en était affectée, éclipsant sa condition de sujet et sa souffrance psychique au profit unique de son statut biologique (…). Ce n'est que depuis quelques années qu'un mouvement a été amorcé pour infléchir ces attitudes, ouvrant la voie à des réflexions qui, en se démédicalisant, transcendent la pathologie pour s'élargir à ses effets psychologiques, mais aussi sociaux et philosophiques. »
(Gély-Nargeot et al., 2003 : 46)

2Plusieurs idées sont articulées dans ces deux passages : (1) la médecine serait aveugle aux composantes émotionnelles de l'Alzheimer, (2) cet aveuglement ne serait pas un hasard mais la conséquence naturelle de son orientation biologique, (3) contre cette vision réductrice il conviendrait de développer des approches alternatives, (4) cela permettrait de donner un supplément d'âme à une médecine qui n'en a plus.

3Ces critiques ne sont pas propres à la démence. Pour les détracteurs de la bio-médecine, elles valent pour toutes les pathologies. L'Alzheimer est néanmoins un bon point de référence pour les mettre à l'épreuve car c'est une pathologie dont l'approche médicale est extrêmement technique, mais où les approches alternatives – valorisant les émotions – sont très développées.

4Ma thèse sera qu'il n'y a pas une contradiction insurmontable entre la bio-médecine - la médecine devenue scientifique - et les émotions. Après avoir expliqué pourquoi les critiques de la médecine peuvent paraître fondées, je montrerai que le rapport de la médecine aux émotions est plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord.

1- Reprenons les critiques adressées à la bio-médecine sous le rapport des émotions.

5La première est l'idée que la médecine fait l'impasse sur les émotions. L'enquête citée en introduction (Gély-Nargeot et al., 2003) se fonde plus particulièrement sur l'information diagnostique. Elle montre que les proches des patients Alzheimer sont doublement insatisfaits de l'information qu'ils reçoivent des médecins. Les familles déplorent que le diagnostic soit souvent annoncé avec une totale absence de sensibilité, et que les médecins donnent exclusivement des informations sur les troubles cognitifs et sur la posologie des médicaments, alors qu'elles attendraient des informations sur les troubles psycho-comportementaux, l'efficacité des médicaments et la prise en charge non médicamenteuse.

6L'absence de sensibilité déplorée par les familles semble indiquer que les médecins négligent la charge émotionnelle du diagnostic et conçoivent sa révélation comme un simple transfert d'informations. Le diagnostic d'Alzheimer n'est pourtant pas une information neutre. Il génère souvent chez les malades et les proches une forte anxiété voire de la colère et de l'agressivité. Pour cette raison, les guides de bonnes pratiques recommandent désormais que les médecins procèdent avec davantage de sensibilité dans la communication du diagnostic, qu'ils laissent aux patients et aux familles la possibilité d'exprimer leurs émotions et qu'ils répondent à ces émotions avec empathie. L'accent mis sur les troubles cognitifs suggère quant à lui que les médecins conçoivent l'Alzheimer comme une pathologie de la seule intelligence. Et de fait dans le langage médical le terme "démence" désigne d'abord une altération des fonctions cognitives. Les définitions médicales de la démence insistent sur les troubles de la mémoire, de la reconnaissance, du jugement, de la pensée abstraite..., les troubles de l'humeur et du comportement occupant un rang très secondaire. Pour le psychiatre G.E. Berrios (Berrios, 1999), ce « paradigme cognitif » de la démence est une grave erreur. Les patients Alzheimer présentent presque toujours des symptômes anxieux et dépressifs, des hallucinations et des idées délirantes. On observe aussi assez régulièrement dans la démence une hypersensibilité (changements brutaux d'humeur, réactions de panique face aux difficultés) ou au contraire un émoussement affectif (repli, indifférence). Ce sont ces symptômes qui rendent la prise en charge au quotidien particulièrement éprouvante. Ce sont aussi souvent eux qui motivent la première consultation. Les symptômes non-cognitifs présents dans l'Alzheimer sont pourtant très peu étudiés.

7Une seconde critique met en rapport l'impasse de la médecine sur les émotions avec l'orientation biologique de la médecine. Le manque de sensibilité des médecins est expliqué par une insuffisante formation à l'annonce de mauvaises nouvelles et aux réactions à l'expression d'émotions violentes. Les étudiants en médecine sont en effet abondamment préparés à comprendre la dimension biologique des pathologies et à effectuer des actes techniques. Ils sont en revanche beaucoup moins formés à ce qui relève d'une dimension relationnelle ou humaine.

8Le paradigme cognitif de la démence est expliqué de manière analogue. Pour Berrios, il est la conséquence directe de l'orientation organiciste prise par la médecine au début du 20e siècle. Au 19e siècle, on regroupait sous le nom de démence un grand nombre de pathologies et notamment des troubles de l'affectivité. C'est à partir des travaux de Binswanger (1894) et d'Alzheimer (1906) sur les maladies mentales d'origine organique que l'on a réservé le terme de démence à des pathologies résultant d'affections du cerveau dont on savait reconnaître les lésions. Et comme les troubles cognitifs étaient les seuls à pouvoir être aisément corrélés aux lésions anatomiques, on aurait progressivement négligé les troubles non-cognitifs présents dans les démences stricto sensu. Le paradigme cognitif s'expliquerait donc par le fait qu'à un moment donné de son histoire la neuropsychiatrie a privilégié l'anatomie sur la clinique.

9Pour remédier aux défauts de cette approche, on estime souvent qu'il faudrait faire une plus grande place dans le champ de la santé à d'autres disciplines que la médecine. Les maladies ne se réduisent pas à la biologie et ont toujours une dimension psychosociale. Il reviendrait aux sciences humaines (psychologie, sociologie, philosophie) d'aborder ces composantes. Dans le domaine de l'alzheimérologie, un bon exemple de ces alternatives est représenté par le courant de pensée qui voudrait ré-introduire la démence dans le champ de la psychodynamique. Les tenants de ce courant (Ploton, 1994 ; Maisondieu, 2000) observent chez les vieux déments un profil psychologique assez typique (vécu d'inutilité ou d'abandon, angoisse de mort). Ils suggèrent que la démence peut être comprise sur le modèle de la névrose ou de la psychose, comme un mécanisme de défense ou comme une rupture de l'équilibre psychique face à une réalité devenue insoutenable. La "bascule démentielle" surviendrait lorsque les contraintes psychiques sont supérieures aux capacités de résistance du sujet. Elle permettrait au sujet de survivre biologiquement tout en se présentant comme mort psycho-socialement. Au lieu de faire appel à la stimulation cognitive, la prise en soin des vieux déments devrait donc être centrée autour de la notion d'étayage affectif. Il faudrait valoriser les capacités restantes et redonner du plaisir aux activités quotidiennes.

10Pour ses détracteurs, l'orientation biologique de la médecine aurait enfin des conséquences désastreuses au plan éthique. Les patients Alzheimer sont souvent victimes de comportements inadaptés voire franchement maltraitants (pédagogisme, surprotection, dénomination familière, violation de l'intimité). Comment ne pas penser que ces atteintes à la dignité des vieux déments résultent de l'objectivation de leur pathologie par la science médicale ? Si les patients Alzheimer ne sont plus considérés comme des sujets, n'est-ce pas parce que la bio-médecine nous a habitués à ne voir en eux que des êtres diminués, déficitaires, détériorés ? Contre cette tendance, il conviendrait de reconnaître qu'une vie affective et une expression corporelle subsistent chez les patients Alzheimer même aux stades avancés de la maladie. Cela permettrait d'entretenir longtemps avec eux des rapports intersubjectifs et de leur rendre une dignité qui leur est souvent déniée. Parce que la rationalité technique de la médecine scientifique fait courir le risque d'une déshumanisation, il faudrait aussi restaurer des rapports plus humains et réhabiliter une attitude injustement disqualifiée au nom de l'objectivité scientifique : la compassion. En un mot, faire davantage de place aux émotions permettrait de développer des attitudes plus éthiques (Rigaux, 1998).

2- Ces analyses ont le mérite de mettre en lumière plusieurs éléments importants. Elles paraissent pourtant excessives dans leurs conclusions. Il ne me semble pas qu'on puisse affirmer sur cette seule base qu'il y a une contradiction entre médecine et émotions.

11Considérons d'abord l'idée selon laquelle la médecine scientifique fait l'impasse sur les émotions. Cette idée repose sur le manque d'empathie ressenti par les familles au moment de l'annonce du diagnostic et sur le paradigme cognitif qui prévaut dans les définitions médicales de la démence.

12Il n'est pas question de contester le vécu des familles au motif qu'il s'agit d'une expérience subjective. Mais peut-on en conclure que l'information diagnostique est, pour les médecins, un processus an-émotionnel ? Les enquêtes qui ont étudié les attitudes des oncologues (Novack, 1979) suggèrent le contraire. Elles montrent que si, au début des années soixante, l'habitude des médecins était encore de taire le diagnostic de cancer, dès la fin des années soixante-dix l'information des patients cancéreux est devenue la règle. Ces études montrent surtout qu'en dépit de cette inversion de tendance, il y a un invariant de l'information diagnostique. D'après Novack, que les oncologues annoncent ou pas le diagnostic aux patients, leur attitude est fortement déterminée par des facteurs émotionnels. Lorsqu'ils se demandent s'il convient d'informer ou non les patients, ces professionnels se déterminent moins par rapport à ce qu'ils savent que par rapport à ce qu'ils ressentent ; ils consultent davantage leur cœur que les enquêtes qui étudient scientifiquement les effets de l'information sur les patients. Le fait que, dans le cas de l'Alzheimer, les médecins manquent souvent d'empathie dans la communication du diagnostic, ne signifie pas nécessairement que l'information diagnostique ne mobilise chez eux aucune émotion. Les médecins ne prennent pas toujours le parti de la scientificité aux dépens de la sensibilité.

13Le fait que la démence soit envisagée à travers un paradigme cognitif est lui aussi indéniable. Considérons par exemple la manière dont la science médicale analyse un trouble psycho-comportemental fréquent dans l'Alzheimer : l'agressivité. Une fois exclus une modification brutale de l'environnement, un traitement inadapté ou une affection organique, l'agressivité est généralement expliquée par l'anxiété, l'anxiété par les troubles psychotiques, les troubles psychotiques par les troubles de l'analyse perceptive, les troubles de l'analyse perceptive par les troubles des fonctions exécutives, les troubles des fonctions exécutives par les troubles de la mémoire de travail, et ces derniers par l'atteinte des formations hippocampiques. Les troubles psycho-comportementaux sont donc bel et bien réduits aux troubles cognitifs et aux lésions organiques. Mais pour autant, la prise en charge de l'Alzheimer est extrêmement éclectique. À côté des thérapeutiques médicamenteuses et cognitives, on propose presque toujours aux patients des psychothérapies, des groupes de parole, des séances de relaxation ou de musicothérapie. Des ergothérapeutes et des kinésithérapeutes sont aussi fréquemment sollicités. Autrement dit, bien que la science médicale analyse certaines manifestations comportementales en termes cognitifs ou physiologiques, la prise en charge médicale n'est généralement pas aveugle aux manifestations non cognitives de la maladie.

14Reprenons les mêmes exemples et considérons l'idée selon laquelle l'impasse de la médecine sur les émotions résulte de son orientation biologique.

15Une étude récente (Connel et al., 2004) montre que si les médecins manquent souvent d'empathie au moment de l'annonce du diagnostic, ce n'est pas seulement en raison des lacunes de leur formation, mais aussi parce qu'ils ont une perception erronée de l'effet du diagnostic sur les familles. Ils estiment que le diagnostic est généralement bien reçu par les proches, alors que les proches disent quant à eux avoir été bouleversés en apprenant le diagnostic. La même étude montre d'autre part que si les médecins croient que l'information est bien reçue, c'est parce que les proches ne laissent rien paraître de leurs émotions pendant la consultation, et que si les proches censurent leurs émotions, c'est tantôt pour des raisons stratégiques (pour ne pas affoler le patient), tantôt pour d'autres raisons :

« Family members may feel obligated to adhere to an unwritten social protocol that dictates to be stoic, polite and unemotional in the context of a doctor's visit. »
(Connel et al., 2004 : 506)

16Les phénomènes de retrait émotionnel et de surveillance de soi ne sont donc pas l'apanage des médecins. Et l'orientation biologique de la médecine n'est pas seule responsable de la censure émotionnelle observée dans le champ médical.

17Considérons deuxièmement le paradigme cognitif de la démence. Ce n'est peut-être pas une erreur de concevoir l'Alzheimer comme une infirmité cognitive progressive. Certes on y observe des troubles psycho-comportementaux ou "psychiatriques" mais la démence diffère beaucoup des maladies mentales. Bien que les performances des patients soient très dépendantes du contexte (et du support qu'ils reçoivent), leurs déficits sont croissants et irréversibles. Alors que chez les malades mentaux, c'est l'usage des fonctions qui est perturbé, chez les patients Alzheimer ce sont les moyens de la mémoire et de la pensée qui sont affectés. Bien qu'il existe des phénomènes de redondance et de plasticité au niveau cérébral, les structures neurales qui supportent les fonctions sont progressivement atteintes. Les patients n'ont assez vite plus les moyens (en termes de mots ou d'images) pour fabriquer de véritables états psychotiques. Leurs délires ont très peu de choses à voir avec les élaborations des malades mentaux. Ce sont des états de confusion plus que des délires. Insister sur les troubles cognitifs n'est donc pas une aberration. Cela ne signifie ni que l'Alzheimer se résume à une pathologie de la cognition, ni que les troubles psycho-comportementaux sont accessoires, ni qu'ils sont tous réductibles aux troubles cognitifs, mais que jusque dans leurs élaborations psychotiques, les patients Alzheimer sont affectés par les troubles de leur cognition.

18Si l'on en vient maintenant à l'idée qu'une plus grande place devrait être accordée dans le champ de la médecine aux interventions et aux recherches psychosociales, force est de constater que cette revendication est tout à fait légitime. Encore faut-il s'entendre sur ce qu'elle signifie.

19Il n'est pas sûr qu'il faille, comme le suggèrent, entre autres, les auteurs des passages cités en introduction, "démédicaliser" l'approche des maladies. Revendiquer que le point de vue psychosocial vienne se substituer au point de vue médical rappelle fortement le moment où la psychiatrie s'est séparée de la neurologie. En France, les deux disciplines étaient regroupées jusqu'à la fin des années soixante. La psychiatrie a ensuite conquis son autonomie par rapport à la neurologie, jugée trop biologique. Elle a revendiqué le statut de science humaine et a tourné le dos au savoir sur le cerveau. Mais cette décision a mis la psychiatrie dans une situation pour le moins inconfortable. Au moment de l'arrivée des psychotropes, les psychiatres ont dû prescrire des molécules dont ils ne connaissaient pas bien le mécanisme d'action. Prôner l'apport des sciences humaines dans le champ de la santé est louable et nécessaire, défendre une démédicalisation en est une autre. Peut-on faire une bonne psychologie / sociologie / philosophie des maladies si l'on ignore tout de la médecine ?

20Il n'est pas sûr non plus qu'il suffise de recourir à des disciplines moins naturellement orientées vers la biologie que la médecine stricto sensu pour faire une plus grande place aux émotions. Afin de diversifier les approches de la maladie d'Alzheimer, les pouvoirs publics français ont, il y a quelques années, considérablement mobilisé la gériatrie et la psychologie clinique sur le terrain de l'Alzheimer. On attendait des gériatres qu'ils apportent leur savoir-faire concernant les problèmes particuliers des sujets âgés (comme l'incontinence), et des psychologues qu'ils prennent en charge la détresse générée par la pathologie. C'est tout le contraire qui s'est produit. Peut-être parce qu'ils ont vu dans l'Alzheimer une occasion de donner enfin leurs lettres de noblesse à des disciplines jugées peu scientifiques, les gériatres et les psychologues ont eu tendance à imiter les neurologues et les psychiatres. Au lieu de centrer leurs interventions sur les dimensions psychosociales de la maladie, ils ont privilégié les actes techniques et se sont spécialisés dans les évaluations neuropsychologiques. S'il existe actuellement peu d'études sur les aspects psychosociaux de la maladie d'Alzheimer, ce n'est donc pas seulement parce que la recherche psychosociale est mal financée. C'est aussi parce que c'est un champ qui est parfois délaissé par ceux-là même qui sont censés s'y consacrer.

3- Considérons, pour finir, l'idée qu'une plus grande prise en compte des émotions entraînerait des attitudes plus éthiques. Cette idée aussi mérite d'être discutée.

21D'une part si les patients sont bien souvent tenus dans l'ignorance de ce qui leur arrive et de ce qui les attend, si le diagnostic ne leur est pas communiqué ou si sa signification ne leur est pas expliquée, c'est précisément parce que familles et médecins entendent les protéger contre la souffrance que la connaissance du diagnostic est censée leur causer. L'attitude des tiers est alors pleine de compassion, elle n'est pas pour autant nécessairement légitime. A-t-on le droit de priver autrui de sa souffrance ou de sa colère ?

« Au mieux c'est une marque de compassion et de sensibilité, mais cela peut aussi être avilissant et suggérer que les personnes sont incapables de maîtriser leurs émotions alors que nous savons fort bien qu'avec une aide adaptée la plupart des personnes sont capables de faire preuve d'une grande créativité à ce moment-là de leur vie »
(Goldsmith, 1996).

22Les études empiriques montrent que si les patients réagissent parfois de manière violente à l'information diagnostique, les réactions vraiment catastrophiques (dépressions sévères, suicides) sont rares pour peu que l'annonce du diagnostic soit préparée et accompagnée. Comme dans les autres pathologies, on observe généralement à moyen terme une acceptation du diagnostic et un ajustement. L'enjeu éthique n'est donc pas tant de reconnaître que les malades ont encore des affects ni de se comporter vis-à-vis d'eux avec compassion, mais plutôt de ne pas sous-estimer leurs capacités d'adaptation, et de ne pas postuler qu'ils sont par définition incapables d'un travail sur leurs émotions.

23La question de la place qu'il convient d'accorder aux émotions se pose aussi quand on se demande comment respecter l'autonomie des patients Alzheimer. Considérons par exemple le cas de Mme Rogoff (exemple tiré de Jaworska, 1999), une vieille dame atteinte de l'Alzheimer depuis quelques années. Par le passé Mme Rogoff a toujours été très soignée et très attentive à l'image d'elle-même qu'elle présentait aux autres. Aujourd'hui elle passerait volontiers ses journées en pyjama et oppose beaucoup de résistance lorsqu'on essaie de lui faire prendre un bain. Pour respecter son autonomie, faut-il se référer aux préférences qui étaient les siennes alors qu'elle était encore compétente (c'est-à-dire l'habiller et la laver), ou faut-il tenir compte du fait que sa situation a changé et qu'elle est devenue hydrophobe ? En d'autres termes, faut-il se référer aux préférences qui étaient les siennes alors qu'elle était encore capable de prendre des décisions de manière rationnelle, ou faut-il suivre ses préférences actuelles et prendre pour guide ses émotions (la peur panique qu'elle éprouve lorsqu'on la lave) ? La philosophe A. Jaworska adopte dans ce débat une position assez originale. Elle montre que les patients Alzheimer sont capables non seulement d'avoir des désirs, mais aussi d'accorder de la valeur à des choses. Mme Rogoff se réjouit lorsque ses petits-enfants viennent lui rendre visite et elle est très attristée lorsqu'ils s'en vont. Avoir des interactions avec ses petits-enfants est pour elle une valeur et non un simple désir. Le problème éthique est donc le suivant : faut-il respecter les désirs de Mme Rogoff même lorsque ces désirs s'opposent à ses valeurs ? Si Mme Rogoff est trop négligée lorsque ses petits-enfants viennent la voir, ceux-ci risquent de lui rendre visite moins souvent. Le conflit n'est pas tant entre rationalité et émotions, mais entre les préférences qui expriment de simples désirs et les préférences qui sont adossées à des valeurs. Respecter l'autonomie de Mme Rogoff, ce n'est pas suivre aveuglément ses émotions. Cela suppose d'apprendre à distinguer entre les émotions qui renvoient à de simples désirs et les émotions qui indiquent d'authentiques valeurs.

24Défendre qu'en raison de son orientation biologique (ou de son parti pris cartésien, ou de son caractère scientifique), la médecine manque fatalement les émotions est à la fois erroné et trompeur. Erroné, parce que cela conduit à négliger des phénomènes très importants si l'on veut améliorer la prise en charge globale des patients Alzheimer (comme les phénomènes de censure émotionnelle observés chez les proches). Trompeur, parce que cela conduit à reconduire l'opposition entre rationalité et émotions, alors qu'il conviendrait de la dépasser.

25Il est indéniable que, dans les faits, la médecine oublie parfois qu'elle a affaire à des hommes, pour lesquels la maladie est toujours aussi une expérience vécue, et non pas seulement une modification d'ordre biologique. Mais on observe d'un autre côté que les sciences humaines ont parfois à l'égard des sciences de la nature une attitude assez ambiguë : tantôt elles les critiquent, et veulent à toute force s'en démarquer ; tantôt elles sont fascinées par leur prestige, et ont tendance à les singer. Cela non plus ne facilite pas la prise en compte des émotions dans le champ de la santé.

Cet article a été considérablement remanié suite aux questions et aux remarques des discutants, des participants et des organisateurs des journées d'études « Corps, Emotions, Santé ». Je les remercie chaleureusement de m'avoir aidé à préciser mes idées et à approfondir ma réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Beard R.L., In their voices: Identity preservation and experiences of Alzheimer's disease, Journal of Aging Studies, n°18, 2004: 415-428.

Berrios G.E., « Histoire de la psychiatrie du sujet âgé », in J.-M. Léger, J.-P. Clément & J. Wertheimer (éd.), Psychiatrie du sujet âgé, Paris, Flammarion, 1999 : 8-25.

Connel C.M., Boise L., Stuckey J.C. et al., Attitudes toward the diagnosis and disclosure of dementia among family caregivers and primary care physicians, The Gerontologist, Vol. 44, n°4, 2004 : 500-507.

Gély-Nargeot M.-C., Derouesné C., Selmès J. (groupe OPDAL), Enquête européenne sur l'établissement et la révélation du diagnostic de maladie d'Alzheimer, Psychologie et Neuropsychiatrie du Vieillissement, n°1, 2003 : 45-55.

Goldsmith M., Hearing the voice of people with dementia. Opportunities and obstacles, Londres, Kingsley, 1996.

Jaworska A., Respecting the margins of agency : Alzheimer's patients and the capacity to value, Philosophy and Public Affairs, Vol. 28, n°2, 1999 : 105-138.

Maisondieu J., Le crépuscule de la raison, Paris, Centurion, 2000.

Novack D.H., Plumer R., Smith R.L. et al., Changes in physicians' attitudes toward telling the cancer patient, Journal of the American Medical Association, n° 241, 1979 : 897-900.

Ploton L., Maladie d'Alzheimer. À l'écoute d'un langage, Lyon, Chronique sociale, 1994.

Rigaux N., Le pari du sens. Une nouvelle éthique de la relation avec les patients âgés déments, Le Plessis Robinson, Institut Synthélabo, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Gzil, « Bio-médecine et émotions : une contradiction insurmontable ? », Face à face [En ligne], 8 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/226

Haut de page

Auteur

Fabrice Gzil

Allocataire-moniteur en philosophie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques (UMR 8590)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals