Navigation – Plan du site
Dossier

Division du travail et rapports sociaux de sexe : une étude sur les travailleuses des soins de santé au Brésil

Marta Julia Marques Lopes

Résumé

This article deals with the "feminine" care professions, collected under the general term of nursing, in the context of Brazil, and focussing on the social gender relations that are involved. The author attempts to show to what extent the professional roles assigned to female health care personnel, which include the notion of "taking care", are stamped with a socially constructed notion in relation to male and female figures based on the attribution of "qualities" that society believes "come naturally" to males or females. The author also considers what she calls "work gender", highlighting to what extent the elements that make up the conceptions of men's work and women's work are found in the wider sphere of the health care professions.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est une version remaniée et complétée, d'un article publié par l'auteur sous le titre "Divisão do trabalho e relações sociais de sexo: pensando a realidade das trabalhadoras do cuidado de saúde", dans l'ouvrage "Gênero e Saúde", 1996, Artes Médicas, Porto Alegre, Bresil.

Texte intégral

Conceptions et motivations autour du sujet

1Réfléchir sur les professions, en tant que pratiques sociales complexes, conduit, à notre sens, à penser les rapports sociaux comme un réseau enchevêtré, ce qui implique des contradictions, des antagonismes, une opposition dynamique entre les sujets et les groupes sociaux. Les pratiques sociales, dans ce texte matérialisées sous la forme des pratiques professionnelles, sont pensées en tant que résultat de la trame dynamique de ces rapports qui s'organisent en systèmes propres, avec des logiques sociales complexes et relativement autonomes et qui, à leur tour, expriment la diversité et la contradiction.

  • 1  La dénomination « infirmière » ne se restreint pas ici à la professionnelle pourvue d'une formatio (...)
  • 2  Les termes genre (études américaines) et rapports sociaux de sexe (études françaises) sont utilisé (...)

2Ainsi, l'analyse du travail peut être pensée selon une division internationale, une division entre manuel et intellectuel, une division entre les sexes, etc. En consacrant notre étude à une « profession au féminin » comme celle d'infirmière1, nous nous proposons donc de le faire dans le cadre de la division sexuelle du travail, ayant pour toile de fond les rapports sociaux de sexe2, c'est-à-dire les rapports sociaux homme/femme.

3Dans cette perspective, une vision non statique de la société nous permet de la comprendre en tant que construction historique quotidienne. Une vision des valeurs, élaborées socialement et dynamiquement, nous permet de parler de (re)création culturelle du féminin et du masculin. Ces présupposés d'une société variable, hiérarchiquement différenciée en genres, en contextes et moments historiques, traduisent sa constante (re)construction, production de contenus, de valeurs, en un mot, de cultures.

4L'attitude critique concernant la situation des femmes dans la société, qui généra des réflexions qui se sont constituées comme de nouvelles formes de penser et d'agir, est le fruit du féminisme dans ses va-et-vient au cours de l'histoire, révélant les réalités féminines dans leurs nuances. Cette forme de pensée et de lecture du social fut, sans doute, rendue possible par les avancées des réflexions ayant pour base la notion de genre. Cette notion postule que le sexe social est le produit d'une construction permanente : une construction qui établit à l'intérieur de chaque société humaine l'organisation des rapports sociaux entre hommes et femmes.

5Les écrits d'auteurs comme Varikas (1987) nous permettent de mieux envisager les contributions que la notion de genre apporte aux réflexions systématiques sur la situation de la femme dans la société :

« Des catégories comme celle de genre permettent de visualiser la femme de manière descriptive en termes d'oppression, de discrimination et de manière analytique, fournissant une grille de lecture des phénomènes sociaux qui reflètent sa condition. Cette catégorie permet aussi d'étudier d'autres significations en plus des causes, se substituant aux recherches des grandes causalités, abstraites et universelles, faisant émerger la recherche de situations concrètes à l'intérieur desquelles le genre s'articule avec le reste des structures et des relations sociales. Enfin, le genre permet de remettre en question l'universalité de l'expérience humaine sur laquelle se fondent les grands moments historiques, et l'émergence de l'individu qui s'oppose, alors, à la dictature des structures. »

6C'est également au moyen d'une autre notion proposée par Kergoat (1990) que nous orientons nos réflexions sur le travail des infirmières :

« La notion de rapports sociaux de sexe (ou genre) exprime une rupture radicale avec les explications biologiques des différences entre les pratiques sociales masculines et féminines ; en outre, l'affirmation que ces différences sont construites socialement, reposent sur une hiérarchisation délibérée en ayant pourtant une base matérielle qui doit être appréhendée historiquement. »

  • 3  Pour une analyse plus étendue et approfondie sur le thème, voir Lopes (1993).

7Après avoir présenté ces conceptions initiales, il nous semble clair que ce cadre conceptuel doit être exploré. Cependant, nous n'avons pas la même certitude quant à leur efficacité à apporter des réponses à nos investigations et aux interrogations que nous soulevons. Ainsi, c'est en essayant d'abandonner certaines évidences que nous nous permettrons d'avancer dans une direction inconnue, en proposant une analyse brève, jusqu'à un certain point peu explorée au Brésil, qui cherche à discuter sur le « sexe du travail » à partir des professionnelles soignantes3.

La Pratique soignante brésilienne moderne

8Soulignons dès à présent que nous avons choisi de parler des catégories soignantes au féminin, dans la mesure où elles sont symboliquement féminines et où elles réunissent concrètement une écrasante majorité des femmes, 90% au Brésil. Il importe aussi de préciser l'emploi que nous faisons du mot « soin » dans le sens exclusif d'action des soignantes - ou de soigner -, ce qui le distingue définitivement des actes médicaux, que nous appelons « traitement » - ou traiter. Nous aurons par conséquent l´equipe soignante d'un côte (les infirmières, les techniciennes, les auxiliaires) et de l'autre l'équipe médicale (les médecins).

9C'est à la fin du XIXe siècle que les soins acquièrent le statut de qualification professionnelle au Brésil, et l'implantation régulière d'écoles s'accroît durant la décennie de 1920-1930. Nous pouvons dire que c'est sous l'influence, d'abord française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, anglaise ensuite et enfin nord-américaine à partir des années 1920, que l'on assiste au Brésil à la structuration des cours de formation pour infirmières.

10De la sorte, les soignantes brésiliennes allaient se professionnaliser dans un contexte où la branche continuait d'obéir à des critères de sélectivité selon la classe et le sexe, et à des caractéristiques religieuses basées sur des principes éthiques et déontologiques de vocation, ainsi que sur des normes de conduites rigides, la discipline et l'empirisme.

11Pendant plus de cinquante ans, après le début de la professionnalisation, l'exercice soignant est demeuré en marge de la législation du travail, particulièrement en ce qui concerne les problèmes de discrimination de sexe, de travail nocturne, de salaire, les congés payés et les jours de repos. Dans le milieu des soins, le salariat n'a fait irruption que tardivement ; cela s'est longtemps expliqué par la difficulté à transformer les valeurs morales rattachées à ce type d'activité en valeur d'échange, autrement dit en un salaire effectif. La profession médicale, soucieuse de mainternir les commodités que lui offrait l'auxiliariat dévoué et bénévole, a largement contribué à cet état de fait.

12Au Brésil, le milieu soignant (l'enfermagem) se compose actuellement d'une écrasante majorité de femmes (plus de 90%) et présente une structure professionnelle très diversifiée et hiérarchisée en termes de types d'agent et d'exercice.

13Pour bien comprendre ce milieu, nous avons été conduite à le considérer sur deux plans. Tout d'abord celui des représentations et du savoir-faire qu'incarnent la figure de la soignante et ses « qualités féminines » liées à un apprentissage ayant commencé dans la sphère privée (domestique), avant de se parachever sur le tas, à l'hôpital. Il s'agit de représentations, d'images qui font entrer en jeu l'utilité sociale de la scolarisation et de la qualification professionnelle. Sanctionnées à divers niveaux par des diplômes qui incluent les titres universitaires, les soignantes revendiquent une véritable compétence professionnelle, qui conjugue un savoir-faire de base technique et un savoir qui se veut spécifique et autonome.

14Aujourd'hui, les soins infirmiers sont essentiellement hospitaliers, de caractère technique et spécialisé. Ce sont les conceptions de l'assistance médicale axée sur l'hospitalisation qui dominent le secteur et qui ont été le facteur déterminant de la technicisation, de la parcellisation des actes, du nombre et de la multiplicité des agents jugés nécessaires au modèle d'assistance et au système de santé. Dans ce milieu, les soignantes ont été amenées à cohabiter avec le paradoxe quotidien qui consiste à assister un être dans son intégralité à travers des médiations de plus en plus complexes, exigeant sans cesse des compétences et des responsabilités nouvelles et accrues. L'organisation et les processus de travail se sont vus ainsi subordonnés à la fragmentation, à la hiérarchisation en une diversité d'actions et d'agents.

15Tout cela a généré un affrontement de logiques qui, croyons-nous, témoigne de la difficulté de concilier les modèles médical et hospitalier, l'hôpital-entreprise et la logique soignante, dans le rapport quotidien avec le malade. Les soignantes souffrent de destructuration : comment, en effet, s'ériger contre le modèle dominant et vouloir en même temps s'y intégrer ? Le climat actuel dit l'urgence qu'il y a pour elles à transformer leur propre référentiel conceptuel et technique, à recréer le soin en tant qu'identité soignante. Le vrai défi qu'il leur faut aujourd'hui relever est celui de conforter une vision non médicale du soin, ou du moins qui conteste celle en vigueur, interpeller leur condition institutionnelle et remettre en cause leur rapport aux autres segments et professionnels de la santé, tout en défendant une pratique à la fois autonome et complémentaire du traiter.

16Mais parler du travail soignant signifie aussi parler du travail féminin. En ce sens, un cheminement s'est imposé à nous : celui permettant d'approcher le « sexe du travail » hospitalier en tant que résultat concret d'une division sexuelle basée sur la nature des soins. Notre parcours analytique est ainsi complété et traversé par une manière de penser cette division sexuelle en tant que principe structurant de l'organisation de la production, reposant sur un rapport entre les sexes que l'on trouve dans l'ensemble de la société.

17C'est ce qui nous a amenée à envisager historiquement la construction sexuée des pratiques de soin, leurs modalités actuelles et leur mobilité ainsi que les nuances socio-professionnelles qui instituent et consolident l'auxiliariat et les hiérarchies intra-soignantes et interprofessionnelles dans le secteur de la santé. C'est par conséquent la conjonction entre sexe et classe, qui s'articule sur l'institutionalisation et la professionnalisation des soins, que nous cherchons à montrer.

18Tout d'abord nous affirmons que l'univers féminin privé et la matérialité de la vie autour de laquelle il est centré sont des données qui ont joué fortement en faveur de la professionnalisation des femmes dans l'univers des soins. Là aussi, leur condition d'auxiliaires tient à une organisation axée sur la figure masculine, en l'occurrence à l'articulation des systèmes d'assistance autour de la personne du médecin. La « naturalisation » des « qualités » féminines pèsent encore aujourd'hui très lourdement sur les choix professionnels, sur les options offertes par le marché du travail, et en dernier ressort sur les représentations de l'image de la soignante.

Le soin : femmes et infirmières

19La recherche d'explications significatives sur la situation concrète de la profession d'infirmière passe, nécessairement, par la notion de soin en tant qu'action conçue comme féminine et produit de « qualités naturelles » des femmes, lesquelles reposent, à leur tour, sur une conception plus large du travail.

20Nous pouvons reprendre ici ce que dit Rosaldo (in Varikas, 1987) :

« la position des femmes dans la vie sociale n'est pas un produit direct et immédiat de ce qu'elles font, mais du sens qu'acquièrent leurs activités à travers l'interaction sociale concrète. »

Ainsi, la notion de travail doit concevoir non seulement ce qui provient d'une activité rémunérée, mais aussi le travail domestique, qui extrapole les relations marchandes exclusives.

21Pour aller plus loin, citons de nouveau Kergoat (1990) :

« il existe un ensemble de particularités communes aux deux domaines qui représentent les éléments constitutifs du travail féminin. »

Ainsi, il nous paraît même encore aujourd'hui contre nature de contester la position des femmes en tant qu'infirmières, apparaissant comme une évidence. Pour qui s'est toujours occupé des soins dans le domaine privé (domestique), il est naturel de réunir toutes les qualités pour prédominer dans ce domaine professionnel. Le principal argument concerne la cohérence entre les attributs et les qualités liés à son sexe. Et qui oserait penser le contraire ?

22Mais ce n'est pas un hasard de l'histoire si les professionnelles de soin sont infirmières et en majorité des femmes. Ainsi, comme la situation des femmes dans un sens plus large, les infirmières sont le produit de la définition de l'être et des rapports sociaux entre les sexes.

23Ces rapports sont hiérarchisés et porteurs de valeurs sociales différenciées. Les valeurs symboliques et vocationnelles liées à la profession d'infirmière constituent un exemple de la conception du travail féminin basé sur un système de qualités (et non de qualifications) dites naturelles. L'affirmation de Kergoat (1990) renforce nos idées :

« Il est devenu indispensable de montrer ce qui est perçu comme naturel par une société, c'est pourquoi la codification sociale est si forte, si intériorisée par les auteurs, qu'elle devient invisible : le culturel devient évidence, le culturel se transforme en naturel. »

24Les réflexions qui ont permis d'aller au-delà des naturalismes sont donc le résultat de remises en question à propos de la hiérarchisation entre les sexes et de la constante (re)création des inégalités entre les hommes et les femmes.

La mobilité des identités masculines et féminines dans le travail

25Ainsi, nous pouvons affirmer que cette forme de division du travail entre les sexes est valable pour toutes les sociétés. Néanmoins, historiens et ethnologues montrèrent et démontrèrent que les modalités de cette division varient fortement dans le temps et dans l'espace, à tel point qu'une tâche spécifiquement masculine dans une société peut être spécifiquement féminine dans une autre. Cependant, ces variations ne remettent pas en question l'existence de la division du travail entre les sexes. Dans ce contexte, il devient possible d'avancer que la construction des identités sexuelles, c'est-à-dire, ce qui est masculin ou ce qui est féminin, est mobile, et que ces attributs sont différemment « explorés » dans le monde du travail.

26Pour illustrer ce que nous argumentons jusqu'alors, nous pouvons dire que les attributs tels que la force physique, le courage, la persévérance, entre autres, sont des composantes positives de l'identité sociale virile. Cette identité, intégrée à la personnalité de l'individu, fait que des hommes ouvriers, par exemple, acceptent de travailler dans des conditions pénibles et insalubres, incompatibles, selon les patrons, avec la fragilité des femmes. Evidemment, quand c'est nécessaire, une telle résistance disparaît et les femmes peuvent alors exécuter des tâches lourdes et insalubres. L'incohérence du discours dominant dans ce cadre est parfois flagrante, comme dans le cas du discours qui soit interdit, soit autorise le travail nocturne des femmes. Le travail nocturne des infirmières et des danseuses de cabaret, par exemple, met en évidence cette interdiction relative.

27Pour souligner l'idée qui précède, nous pouvons utiliser les propos de Hirata et Rogerat (1988 : 171-192) :

« Malgré des caractéristiques sectorielles distinctes, l'emploi des femmes et des hommes semble être gouverné par des dimensions communes : le degré de complexité des équipements, le degré nécessaire d'adaptation, d'acuité, de dextérité, le niveau de performance technique des outils, la formation professionnelle requise, etc., mais dans tous ces aspects se trouvent les rapports sociaux homme-femme à l'extérieur du travail qui structurent la division sexuelle du travail professionnel. »

28Le fait est que les rapports de pouvoir et d'autorité déterminent le discours dominant sur les tâches féminines.

29A ce stade de notre raisonnement, nous pouvons reprendre l'idée du « naturel » pour expliquer la longue absence de remise en question de la dichotomie travail d'homme / travail de femme et le soin est, dans ce cas, une bonne illustration d'une tâche considérée comme typiquement féminine.

L'univers du soin n'est pas mixte !

30La prédominance féminine dans le soin, que l'on continue à constater aujourd'hui au Brésil, a eu jusqu'à présent comme effet la construction d'un discours homogène en relation au sexe. Nous ne pourrions pas parler de rivalités de sexe dans le domaine du soin, comme on le fait par exemple, au sujet des infirmières et des médecins. Dans le discours interne des soignants, les pratiques masculines ne sont pas dépréciées : au sein de l'équipe, il est difficile d'identifier les comportements de compétition entre les sexes. Mais, dans l'imaginaire social, la place des hommes n'est certainement pas de soigner à l'intérieur d'un hôpital. Cet univers est par excellence féminin dans la mesure où il véhicule des connotations de faiblesse, de maladie, de dépendance, etc. Un univers, donc, dévalorisé dans l'identité sociale de l'homme et qui signifie un affront à son identité sexuelle, alors que cela signifie le contraire en ce qui concerne l'identité féminine.

  • 4  D. Kergoat parle de la force physique comme étant une qualité « naturelle » masculine. Dans la bib (...)

31Néanmoins, la reproduction d'un système fondé sur la nécessité d'une force de travail non-qualifiée, celle associée aux qualités « naturelles » dans le cas de l'hôpital, le conduit parallèlement à recourir aux qualités viriles, telles que la force physique (les bras), attirant un certain nombre d'hommes. C'est sur la force physique que repose la logique sociale des pratiques masculines du soin4.

  • 5  Pour poursuivre cette réflexion, voir Lopes (1993).

32Cela apparaît encore plus clairement au moment où l'on constate le caractère fluctuant de la carrière professionnelle des hommes infirmiers. En effet, ils abandonnent rapidement la profession, se servant de cette situation provisoire comme d'un tremplin qui les amènera à quelque chose de meilleur, de plus adéquat et convenable pour gagner leur vie « d'homme ». Cela pourra consister par exemple, à suivre des études de médecine. Pour les femmes, au contraire, l'hôpital peut parfaitement constituer le lieu de développement d'une carrière, même si, pour la majorité d'entre elles, cela signifie jouer le rôle d'éternelles assistantes. Tout ce qui concerne le milieu hospitalier continue d'être compatible avec l'image sociale de la femme, y compris le salaire !5

33La division sexuelle du travail va s'appuyer sur une typologie d'individu féminin, dans ses caractéristiques psychologiques. En somme, de telles différences par rapport à un modèle qui se prétend universel et général vont constituer un profil adéquat pour justifier cette division. Ce que nous avons comme résultat sont des modèles partiaux de travailleurs, stéréotypes dictés par l'articulation de l'ordre productif et reproductif. Les raisons ne sont, malgré tout, pas imputables à cet « ordre », mais plutôt à une « propension » et à une adéquation qualitative naturelle des femmes à certaines activités, comme celle de soigner. Leur marginalité par rapport à ce « modèle » dans le monde du travail est également dictée par leur « choix délibéré » pour d'autres rôles dans la vie domestique, par exemple. Ce sont ces arguments alliés à ceux d'une formation moindre et le peu de disponibilité, qui forge l' « auto-exclusion » des femmes et l'absence de transformation de leur situation dans le domaine du travail.

34En opposition à ces arguments, nous utilisons ce que dit Kergoat (1984, 207-220) :

« Les femmes qui travaillent ne sont pas des travailleuses non-qualifiées ou auxiliaires parce qu'elles sont mal formées par l'appareil scolaire, mais parce qu'elles sont bien formées pour l'ensemble du travail reproductif (…), comme cette qualification n'est pas acquise à travers une formation institutionnelle et reconnue, elle peut être niée ou négligée par les employeurs (…) Ce qui est spécifique des femmes c'est que la non-reconnaissance des qualités que l'on exige d'elles (dextérité, rapidité, minutie, etc.) paraît socialement légitime, car de telles qualités sont considérées comme innées et non acquises, comme des faits de la nature et non de la culture (…) les travailleuses elles-mêmes intériorisent cette banalisation de leur travail (…) de leur savoir-faire. »

  • 6  Selon le Conseil fédéral des infirmiers - COFEN (mars 1994), les « Atendentes de Enfermagem » repr (...)

35Suivant ce raisonnement, nous pouvons citer les travailleuses que l'on appelle « Atendentes de Enfermagem » qui représentent au Brésil 28% des travailleuses auxiliaires du secteur6, sans qualification formelle et dont la condition peut être comparée à celle des ouvrières non-qualifiées de n'importe quel autre secteur d'activités.

36Nous terminons en affirmant que les frontières entre la « masculinité » et la « féminité » sont relativement mobiles et paraissent dans une certaine mesure dépendre des exigences du système productif à une période historique donnée. Cependant, les différents systèmes productifs paraissent s'opposer à une mobilité totale des attributs sexuels à l'intérieur du processus de travail, construisant des divisions sexuelles (hiérarchies) plus ou moins rigides entre les secteurs, les sections et les postes. En effet, une des raisons de la ségrégation professionnelle est hypothétiquement la nécessité de créer une situation d'incompatibilité entre les fonctions féminines et masculines à l'intérieur de l'industrie ou de l'hôpital, par exemple, en évitant ainsi des revendications d'inégalités (Hirata et Rogerat, op.cit.)

37Nous pouvons dire alors simplement que les infirmières sont le produit de la construction sociale et historique de leur profession, de l'interaction de la définition (sociale elle-aussi) de leur manière d'être et de leurs rapports entre elles.

38En résumé, subsiste l'idée d'une société qui se reconstruit dynamiquement, d'une hiérarchisation de genre qui définit le propre contenu de chacun des acteurs (sexe), de leurs rapports entre eux et avec la structure, intrinsèquement variable, et qui persiste à engendrer des inégalités entre les hommes et les femmes.

Haut de page

Bibliographie

HIRATA H. E, ROGERAT C., « Technologie, qualification et division sexuelle du travail », Revue Française de Sociologie, Paris, IRESCO/CNRS, vol. XXIX, 1988. pp.171-192.

KERGOAT D., Les Ouvrières, Paris, Le Sycomore, 1982.

KERGOAT D., « Plaidoyer pour une sociologie des rapports sociaux. De l'analyse critique des categories dominantes à la mise en place d'une nouvelle conceptualisation » in Collectif, Le sexe du travail, Grenoble, Presses Universitaires, 1984. pp. 207-220.

KERGOAT D., Da divisão do trabalho entre os sexos. Paris, Gedisst (Texto apresentado no « Seminário Tecnologias, Processos de Trabalho e Politicas de Emprego »), São Paulo, Curso de Pós-Graduação em Sociologia, USP, 1987.

KERGOAT D., « Qualification et rapports sociaux de sexe », in XXe Congrès Mondial de Sociologie, Madrid, Juillet 1990.

LOPES M. J., « Les rapports sociaux de sexe et la division sexuelle du travail chez les infirmières », in Les soins de santé au Brésil : quels agents, quelles pratiques... quelles alternatives ? (Projet de recherche pour doctorat/Université de Paris VIII - IRESCO), Paris, 1990.

LOPES M. J., « Divisão do trabalho entre os sexos : algumas considerações iniciais » (Texto apresentado no I Curso de Extensão Universitária para formação de monitores sindicais). Porto Alegre, Faculdade de Medicina/UFRGS, 1991. mimeo.

LOPES M. J., Les soins : images et réalités. Le quotidien soignant au Brésil. Paris, Université de Paris VII-Denis Diderot, tese de doutorado, 1993.

VARIKAS E., « Droit naturel, nature féminine et égalité des sexes », in Hommes et Sociétés, Paris, 1987.

VARIKAS E., « Paria : une métaphore de l'exclusion des femmes », Travaux historiques. Paris, n.12, s.d. pp. 37-44.

Haut de page

Notes

1  La dénomination « infirmière » ne se restreint pas ici à la professionnelle pourvue d'une formation universitaire, mais s'étend à toutes les travailleuses de la santé. Il faut mentionner que sur cette nomenclature sont assis les symbolismes les plus ancrés.

2  Les termes genre (études américaines) et rapports sociaux de sexe (études françaises) sont utilisés ici comme synonymes, signifiant la construction sociale des sexes.

3  Pour une analyse plus étendue et approfondie sur le thème, voir Lopes (1993).

4  D. Kergoat parle de la force physique comme étant une qualité « naturelle » masculine. Dans la bibliographie consultée pour la réalité brésilienne (Lopes, 1993), nous n'avons trouvé qu'un seul article écrit par un infirmier (voir A. Pereira, Reflexões sobre a evolução da enfermagem e o surgimento do homem na profissão, Campo Grande, Departamento de Enfermagem, Universidade Federal do Mato Grosso, fevereiro, 1990). D'ailleurs, celui-ci se rebelle, d'une certaine façon, contre l'utilité des hommes dans les soins infirmiers.

5  Pour poursuivre cette réflexion, voir Lopes (1993).

6  Selon le Conseil fédéral des infirmiers - COFEN (mars 1994), les « Atendentes de Enfermagem » représentent au Brésil, un tiers de la force de travail du secteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Julia Marques Lopes, « Division du travail et rapports sociaux de sexe : une étude sur les travailleuses des soins de santé au Brésil », Face à face [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 01 février 2004, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/351

Haut de page

Auteur

Marta Julia Marques Lopes

Professeur de l'Université fédérale du Rio Grande do Sul, EENF / Porto Alegre / Brésil. marta@enf.ufrgs.br

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals