Navigation – Plan du site
Dossier

Science et bon sens. La prise en charge médicale de l’obésité

Lucia Daubigny

Résumé

Obesity, like its opposite, thinness, has a prominent place in our society, where it is heavy with symbolism. This is also true in medical practice and likewise in scientific literature. This article analyses the influence of symbolic constructions of obesity in medical publications aimed at a readership of general practitioners. The author distinguishes two discursive modes. This study shows that scientific texts, which rely on concepts, also resort occasionally to stating the obvious. The author also clearly shows that treatment for those who are overweight is more in response to social expectations than for urgent medical reasons.

Haut de page

Texte intégral

« Le diagnostic de l’obésité repose d’abord sur une méthode intuitive dont les bases sont plus culturelles que scientifiques. »

L’obésité : une notion médicale ou une construction sociale ?

  • 1  Cette position a été bien résumée par Luc Boltanski dans son livre « Prime éducation et morale de (...)

1A la fin des années soixante, un vaste courant de remise en cause de la médecine, dépassant le cadre strict des sciences sociales, fait son apparition aux Etats Unis et entraîne la sociologie médicale vers une révision de ses paradigmes. La médecine descend de son piédestal. Le savoir « populaire » acquière une dignité nouvelle. Le point de vue du patient est de moins en moins perçu comme une simple distorsion, un appauvrissement et une altération du savoir médical. La pensée profane commence à apparaître comme concurrente du discours scientifique et cherche à affirmer son droit et sa pertinence pour parler des phénomènes biologiques [Herzlich, 1986]. Quant à la sociologie, elle cesse d’aborder le champ médical exclusivement par le biais de l’institution distributrice de soins, se lance enfin dans une analyse critique du contenu des connaissances produites, et cherche des fondements profanes dans les pratiques médicales savantes. Si certains auteurs réfutent toujours le principe d’autonomie et de cohérence de la pensée populaire1, d’autres en revanche infirment l’idée d’une subordination étroite et univoque des représentations collectives au discours de la médecine et à sa pratique :

  • 2  Fischler C., L’Homnivore : le goût, la cuisine et le corps, Paris, Odile Jacob, 1993, p. 310.
  • 3  Herzlich C., Représentations sociales de la santé et de la maladie et leur dynamique dans le champ (...)

« En fait, la vision selon laquelle le discours scientifique et médical s’acharnerait à lever bien haut le flambeau de la connaissance pour étendre les bienfaits de la science sur une société réticente ou passive résiste mal à l’examen2 » « Plus qu’une dépendance à sens unique, nous découvrons des circulations et aller-retours variés entre la pensée savante et celle qui ne l’est pas3. »

2Dénoncer, comme le fait la citation en épigraphe, les « bases culturelles » d’un diagnostique médical ne contrarie guère aujourd’hui que quelques nostalgiques d’un positivisme poussiéreux. Cette phrase surprend pourtant ; non pas par son contenu, mais par son contexte. En effet, elle n’est pas extraite d’un livre de sociologie de la santé ou d’anthropologie médicale, mais d’un traité d’endocrinologie [Tournaire J. Endocrinologie, diabète, nutrition pour le praticien. SIMEP. 1994. p 375.] Après les sociologues, les médecins dénoncent désormais eux-mêmes la dépendance des pratiques médicales au contexte socioculturel dans lequel celles-ci s’exercent. Ils constatent avec dépit que, sur le plan décisionnel, dans leur pratique quotidienne, les données issues de la recherche médicale et des études épidémiologiques se montrent insuffisantes dans la gestion des pathologies fortement investies par l’imaginaire collectif. Or l’obésité appartient à cette catégorie. Si nous avons centré notre étude sur cette pathologie, c’est justement en raison de son inépuisable potentiel métaphorique. Omniprésente dans les médias, l’obésité semble préoccuper à la fois les professionnels de santé et le grand public. Pour qualifier la nouvelle épidémie, les responsables de santé publique puisent dans le vocabulaire guerrier ; ils parlent de « menace », de « fléau », de « bombe à retardement »… L’impératif de la minceur trouve autant d’écho dans le discours médiatique, que dans le discours médical. Les rapports instaurés entre le message diététique des médecins et l’obsession générale de la minceur sont complexes et ambiguës et entretiennent la tendance « lipophobe » de nos sociétés [Fischler, 1990].

3Cette surcharge symbolique véhiculée par la notion d’obésité interfère nécessairement avec la pratique médicale et la production scientifique. Pour comprendre de quelle manière la science médicale parvient à composer avec les seuils socialement construits de l’obésité, nous avons travaillé sur un corpus constitué de publications médicales des vingt dernières années. Nous avons utilisé la base de données Médline, mais nous n’avons retenu que des textes français (aussi bien des revues - Prescrire, la Revue du Praticien, le Concours Médical, etc. - que des ouvrages). Ces textes s’adressent essentiellement aux praticiens. Nous avons choisi d’exclure les produits culturels liés aux savoirs médicaux destinés au grand public, que l’on regroupe généralement sous le vocable de « vulgarisation scientifique ». Nous avons également écarté de notre corpus les entretiens semi-directifs avec les professionnels de santé. Notre but n’était pas de démontrer que les médecins partagent avec leurs contemporains des normes corporelles similaires et un même imaginaire collectif du « gros », mais d’explorer en amont la façon dont les publications scientifiques intègrent ces représentations sociales et préconisent le passage des « faits théoriques » aux « faits de pratique ».

Le langage de la science et le langage de l’évidence…

4L’analyse de contenu des publications scientifiques médicales faisant référence à l’obésité et la surcharge pondérale a révélé une hétérogénéité de la construction discursive. Ces textes contiennent des discontinuités, des points de rupture, comme s’ils ne parlaient pas toujours sur le même ton. Nous avons identifié deux modes discursifs antithétiques, imperméables l’un à l’autre et représentés dans des proportions inégales. Le premier - celui qui occupe la majeure partie de notre corpus - opère exclusivement avec des concepts et des catégories médicales. Ce mode discursif conceptuel se base sur la rupture entre le sens commun et la connaissance scientifique, entre l’expérience commune et la technique médicale. Il ne déroge en rien aux principes de la rationalité scientifique et respecte une méthodologie rigoureuse (définition préalable des concepts utilisés et des opérations autorisées, délimitation formelle du mode de relation entre les concepts et l’expérience de terrain, ainsi que des procédures d’intégration de nouveaux objets ou cas au domaine considéré). Nous trouvons un exemple anecdotique de ce type de discours dans les recommandations sur la façon de peser son patient. Plus rien à voir avec le fait de monter sur une balance - un geste tellement banal dans nos sociétés… Pour obtenir des valeurs significatives, permettant le suivi du poids des patients, les conditions dans lesquelles s’effectueront les opérations sont déterminées avec précision :

  • 4  Une méthode simple pour vérifier la fiabilité de la balance consiste dans le pesage d’un poids sta (...)

« il convient de mesurer son patient si possible chaque fois à la même heure de la journée, nu ou en sous-vêtements et après qu’il ait uriné. On se sera assuré auparavant de la reproductibilité des mesures effectuées par la balance4 » [2] (p.3)

- une profusion de détails qui peut sembler gratuite, mais dont le but est de rapprocher le geste du praticien, dans son cabinet, de ce qu’entreprend le scientifique dans son laboratoire.

5A coté du discours médical légitime, fondé sur la rationalité scientifique, quelques phrases isolées d’une facture complètement différente se glissent parfois. Ce sont des propositions affirmatives qui fonctionnent comme des évidences : aucune explication ne suit, aucune démonstration n’est requise. C’est du « déjà vu » ou du « déjà su »… Ce mode discursif ne donne rien à penser au lecteur. Il ne lui apprend rien. Il se contente de lui rappeler ce qu’il savait déjà :

« On savait déjà que l’excès de graisse corporelle était dangereux : plus forte la corpulence, plus grands les risques pour la santé. » [2] (p.70)

Et parfois, on le savait même depuis fort longtemps… :

« Déjà pour Hippocrate, "la mort subite est plus fréquente chez ceux qui sont naturellement gras que chez le maigre." » [2] (p.58)

6Si l’obsolescence accélérée à laquelle sont soumises les connaissances et les techniques médicales à notre époque n’interdit pas la citation d’un auteur de la Grèce antique, c’est précisément parce que ce ne sont pas ses connaissances médicales qui importent. L’évocation d’Hippocrate déplace le lecteur du domaine de la science, du démontrable, de l’explicable, vers un registre éthique où il ne s’agit plus de démontrer quoi que ce soit, où l’important est de prendre parti, de se positionner pour ou contre les obèses.

7En encourageant le lecteur-praticien à « aimer les gros », l’extrait suivant démoli l’idéal-type du professionnalisme médical basé sur une idéologie de la neutralité et de l’expertise. [Freidson, 1989]

« Loin de lui renvoyer son échec, nous devrons être prêts à l’accompagner avec ses difficultés. Redéfinir les moyens pour l’aider dans son combat, ne pas vouloir maigrir à n’importe quel prix, fixer des objectifs raisonnables, d’une certaine façon aimer les « gros » sont les clés d’une prise en charge positive. » [4] (p.3)

8Ce mode discursif n’exige pas beaucoup d’attention, de temps ou d’effort pour comprendre. La lecture est lisse, rapide, sans aspérités. Un clin d’œil suffit pour raviver tout un imaginaire collectif à l’œuvre dans nos sociétés, pour convoquer des représentations sociales largement partagées :

« Pour chacun d’entre nous, un individu obèse est celui qui présente un embonpoint excessif, que l’on juge anormalement gros. » [3]

Le vocabulaire de sens commun remplace les notions médicales : on ne parle plus d’obèse, mais de « gros », plus de surcharge pondérale, mais « d’embonpoint excessif ».

La redondance est utilisée pour signifier l’existence d’une vérité sociale largement reconnue et fortement opérante.

9Ce mode discursif utilise également la tautologie - est gros celui qui à l’air gros - et la pensée binaire - il y a deux groupes : les gros et les autres - :

« […] on pourrait dire qu’une personne qui paraît grosse est grosse ! Bien que cette technique d’appréciation ne soit pas basée sur des statistiques et qu’elle n’identifie que deux groupes, gros et non gros, elle garde sa valeur. » [10] (p. 352)

10Il est important de noter la présence dans certains cas d’un message iconique (choisi souvent, non pas par l’auteur de l’article en question, mais par l’éditeur !). A la différence d’un diagramme ou d’un cliché d’imagerie médicale, les images de ce type se passent de tout commentaire. Quand elles s’accompagnent d’une légende, celle-ci est sommaire et ne comporte aucune explication théorique.

11Nous avons sélectionné un exemple éloquent paru dans la Revue du Praticien en Juin 1999.

Revue du Praticien, juin 1999

Revue du Praticien, juin 1999
  • 5  Les formes gynoïde et androïde correspondent à un classement clinique de l’obésité et se réfèrent (...)

12Le texte en bas de l’image avance sur un ton ferme un discours fédérateur. Il énonce une évidence dont personne ne doit douter : « il faut faire maigrir les obèses ! » Traduite dans un langage médical conceptuel cette injonction pourrait se résumer ainsi : « Lorsque l’obésité est modérée, il est justifié de la traiter si le risque de complication métabolique est important, c’est à dire, si l’obésité est de type androïde et s’il existe d’autres facteurs de prédisposition au diabète et à l’athérosclérose5 ». On remarque qu’il ne s’agit plus de « faire maigrir les obèses », mais de traiter l’obésité, dans certaines conditions bien définies. Dans le premier cas, le texte joue sur une identité fictive, sous-entendue (celle du « gros ») et passe sous silence toute distinction entre différentes formes d’obésité (gynoïde ou androïde, modérée ou morbide, etc.). Dans le second cas, le texte délimite explicitement le domaine de la pathologie auquel s’applique la recommandation de traitement.

  • 6  Prises alimentaires en dehors des repas.
  • 7  En France, environ 75% des femmes obèses ont un niveau d’études primaires contre 55% des femmes no (...)

13Quant à l’image, elle fonctionne de la même manière que le texte : elle nous délivre dans un temps record et avec une grande efficacité symbolique un ensemble de représentations sociales centrées sur les causes de l’obésité, sans lien avec le contenu de l’article en question. (l’article traite le sujet des complications de l’obésité et ne fait nullement référence à l’étiologie). Le personnage placé au centre de l’image mange assis sur un canapé, avec une pizza à sa gauche et un bol de chips à sa droite… L’image incrimine ainsi la sédentarité, la restauration rapide et l’alimentation extraprandiale6. La solitude est également évoquée à travers l’échange de regards avec le chien assis à-côté. La tenue vestimentaire et la décoration intérieure placent le personnage en bas de l’échelle sociale et font allusion à son appartenance aux catégories sociales les plus touchées par la surcharge pondérale dans les pays occidentaux7. Mais le détail le plus amusant reste celui qu’on aperçoit au premier plan. Il s’agit bien entendu des antennes de la télé… Plusieurs études épidémiologique ont comptabilisé le temps passé devant le poste de télévision par les enfants et les adolescents en surcharge pondérale et ont proposé ce paramètre comme un des facteurs étiologiques de l’obésité.

14Une dernière remarque concerne la répétition de ce message iconique. Il apparaît, en effet, trois fois dans la revue : sur la couverture, à côté du sommaire et sur la première page de l’article.

15Le fonctionnement de ce type d’images convient parfaitement au mode discursif que nous venons de décrire. Polysémiques, elles ne permettent pas d’atteindre le niveau de conceptualisation requis par un texte de facture scientifique. En l’espace d’un bref instant, elles déploient le sens et mettent en déroute le « Cogito cartésien » du lecteur. Elles n’exigent pas la concentration du regard, ni l’effort de la pensée. Bien au contraire : elles invitent le lecteur à la contemplation passive. Elles lui offrent une commodité suspecte, incompatible avec le fonctionnement de la science contemporaine, magistralement décrit par Gaston Bachelard :

« La science contemporaine est objectivement difficile. Elle ne peut plus être simple. Il lui faut se méfier des simplifications et souvent dialectiser la simplicité. L’effort de synthèse est partout, dans le détail et dans les systèmes. Les concepts scientifiques n’ont de sens que dans un inter-conceptualisme. L’esprit scientifique construit des ensembles cohérents d’idées, ou suivant la belle expression d’Alfred Jarry, des « polyèdres d’idées ». Les beautés de la pensée scientifique ne sont pas des beautés offertes à la contemplation. Elles apparaissent contemporaines à l’effort de construction. Pour suivre la science contemporaine, pour être sensible à cette dynamique de la beauté construite, il est donc nécessaire d’aimer la difficulté. » [Bachelard, 1949] (p.214)

16L’utilisation de ce type de langage bien éloigné de la pensée scientifique, reste limitée et dépendante du statut des différentes publications médicales (les plus visées étant les revues destinées aux médecins généralistes). Bien que nous ayons exclu de notre corpus les textes de vulgarisation, la hiérarchie persiste parmi les publications analysées. Lorsque le chercheur s’adresse au praticien, il s’agit également d’une certaine forme de vulgarisation des connaissances scientifiques. Ce constat tend à déstabiliser la dichotomie classique entre professionnels et profanes et suggère que, si le médecin généraliste est un expert face à ses patients, il demeure un profane face à ses confrères spécialistes (la même remarque pouvant être faite pour le clinicien face au chercheur).

Enjeux et significations des traitements de la surcharge pondérale

17Se nourrir a longtemps été une préoccupation envahissante pour la plupart des familles. A l’époque de l’abondance alimentaire, l’enjeu vital de la nourriture est désamorcé et des inquiétudes nouvelles (les excès, les « poisons », etc…) ont remplacé dans les esprits la peur de manquer et l’obsession de l’approvisionnement [Fischler,1993]. Si dans certains contextes culturels l’embonpoint peut constituer une marque de pouvoir et de richesse, dans les sociétés de surconsommation c’est la sveltesse qui devient un signe distinctif.

  • 8  Baudrillard J., La société de consommation. Ses mythes ses structures, Paris, SGPP, Le Point de la (...)

18Le traitement de la surcharge pondérale recouvre bien plus de significations sociales qu’il ne répond à des nécessités médicales objectives. A travers la guérison, c’est la « réussite sociale » qui est visée. Comme le remarquait déjà en 1970 Jean Baudrillard, « la santé est moins […] un impératif biologique lié à la survie qu’un impératif social lié au statut. C’est moins une « valeur » fondamentale qu’un faire-valoir. C’est la « forme », dans la mystique du faire-valoir, qui rejoint immédiatement la beauté. »8 Cette analyse garde toute sa pertinence aujourd’hui, même si, à partir de la deuxième moitié des années quatre-vingt, l’association santé-beauté-forme faiblit légèrement [Travaillot, 1998].

  • 9  Le Breton D., L’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999, page 27.

19L’individu se doit de gérer efficacement son « patrimoine-santé » (à l’image des autres patrimoines dont il se différencie de moins en moins), de garder « la forme », de donner l’apparence la plus avantageuse à ce corps-vitrine par lequel on le juge et on le classe. « Le corps est devenu une entreprise à diriger au mieux des intérêts du sujet ou de son sentiment de l’esthétique »9, et la médecine participe au « training » du patient. Mauvais manager, l’obèse se montre incapable de gérer convenablement son capital-santé, de gouverner son corps. Il a besoin qu’on lui apprenne de la gestion de base :

« On lui proposera donc une approche par l’autogestion du comportement alimentaire ou self-monitoring, ainsi que les techniques de contrôle du stimulus [apprendre à se « contenir »…] : il s’agit d’abord, en les inscrivant soigneusement sur un carnet alimentaire, de tenir le compte des nourritures prises sur le mode boulimique et lors des repas éventuels. » [1] (p.295)

Les publications médicales ne dressent pas toujours un portrait avantageux aux patients obèses : inactifs, médiocres, incapables de prendre des initiatives et d’assumer des responsabilités.

« Il n’existe pas de structure mentale propre à l’obèse. Les tests psychologiques de type projectifs révèlent, le plus souvent, des sentiments d’ennui, une très grande passivité, un infantilisme et une certaine médiocrité des réponses » [11] (p. 1806)

L’absence d’une étiologie limpide et irrévocable de l’obésité favorise sa qualification sociale :

« ce sont les maladies dont on juge multiples (c’est-à-dire mystérieuses) les causes, qui offrent le plus de possibilités pour désigner métaphoriquement tout ce qui est estimé être détraqué sur le plan moral ou social. » [Sontag, 1980] (p. 75)

Dans ce contexte, les recherches menées dans le domaine de l’épidémiologie génétique correspondent souvent à une tentative de réappropriation de la notion d’obésité par le corps médical :

« Si la part des facteurs d’environnement reste certainement prédominante au niveau des populations, l’approche génétique appliquée à l’obésité apporte aussi une reconnaissance de l’obésité comme sujet d’intérêt scientifique , médical et biologique. » [8] (p. 102)

20Tous les textes étudiés (sans exception !), déploient un effort considérable pour imposer l’obésité comme « sujet d’intérêt scientifique », mais la conceptualisation de cette pathologie se heurte à un imaginaire collectif puissant. Si les auteurs emploient parfois - comme nous l’avons montré - un mode discursif non conceptuel, non scientifique : le langage de l’évidence, ce n’est certainement pas par hasard, ni par un souci de la rhétorique… Ils traduisent ainsi une demande sociale forte, adressée à la science, exigeant avant tout la légitimation d’un système de représentations sociales et de normes corporelles.

« Le risque est de passer de la lutte contre l’obésité à la lutte contre le surpoids et de voir le discours médical légitimer une recherche obsessionnelle de la minceur. » [Poulain, 2002] (p. 124)

  • 10  Respect par le patient de la prescription médicale (aujourd’hui la notion d’observance tend à remp (...)

21Les publications médicales attribuent l’efficacité décevante à l’heure actuelle des traitements de l’obésité aux difficultés de compliance10 dues au contexte socio-économique et culturel auquel appartient le patient. En effet, la science médicale semble manquer cruellement de concepts opératoires, la gestion du « paramètre culturel » étant parfois caricaturale :

« On voit très bien que les Américains sont gros parce qu’ils grignotent à longueur de journée, avec une alimentation trop calorique, riche en graisses et sucres, alors que les Indiens, dont la ration calorique est congrue, sont maigres. » [6] (p.311)

Pourrions-nous déduire qu’aujourd’hui les problèmes les plus difficiles à résoudre pour la médecine ne sont plus d’ordre technique, mais d’ordre social ?

22Au terme de notre analyse, une conclusion nous semble s’imposer sans conteste : les nouvelles logiques et modalités rhétoriques que nous avons décelées dans les textes recueillis, rendent nécessaire une interaction plus soutenue et plus efficace entre les sciences biomédicales et les sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD G., Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, 1934.

BACHELARD G., La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1938.

BACHELARD G., Le rationalisme appliqué, Paris, PUF, 1949.

BAUDRILLARD J., La société de consommation. Ses mythes ses structures, Paris, SGPP, Le Point de la question, 1970.

BOLTANSKI L., Prime éducation et morale de classe, Paris, La Haye, Mouton, 1969.

CANGUILHEM G., Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie. Nouvelles études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1981.

CICOUREL A., Le raisonnement médical. Une approche socio-cognitive, Paris, Seuil, 2002.

FISHLER C., L’Homnivore : le goût, la cuisine et le corps, Paris, Odile Jacob, 1993.

FREIDSON E., Profession of Medicine, New York, Dodd and Mead, 1970.

FREIDSON E., Medical Work in America, Yale University Press, 1989.

GALAM E. (sous la dir. de), Infiniment médecins : les généralistes entre la science et l’humain, Autrement (Mutations 161), 1996.

HERZLICH C., « Représentations sociales de la santé et de la maladie et leur dynamique dans le champ social », in Doise W., Palmonari A., L’étude des représentations sociales, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1986.

JODELET D. (sous la dir. de), Les représentations sociales, Paris, p. U.F., 1997.

Le BRETON D., L’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999.

McKeown t., The Role of Medicine: Dream, Mirage, or Nemesis?, Princeton University Press, 1980.

POULAIN J-P., Sociologies de l’alimentation, Paris, PUF, 2002.

SONTAG S., La maladie comme métaphore, Paris, Seuil, 1979.

TERRE D., Les dérives de l’argumentation scientifique, PUF, Paris, 1998.

TRAVAILLOT Y., Sociologie des pratiques d’entretien du corps. L’évolution de l’attention portée au corps depuis 1960, Paris, PUF, 1998.

Les publications médicales citées

1. APFELDORFERr G., Je mange, donc je suis ; Surpoids et troubles du comportement alimentaire. Payot & Rivages, Paris, 1993.

2. FRICKER J, APFELDORFER G., Obésité.Masson. 1995.

3. HERISSON C, MONNIER L., Obésité et médecine de rééducation. Masson. 1991.

4. LECERF J-M., Poids et obésité. John Libbey Eurotext. 2001.

5. LETONTURIER P., Dossier - Obésité. La Presse Médicale ; mars 2000 : 29 ; 10 : 553-580.

6. LUTON JP., Quel traitement de l’obésité conseillez-vous ? Le Concours Médical ; février 1997 : 119 ; 5 : 310-311.

7. Obésité : Dépistage et prévention chez l’enfant - Expertise collective. Les éditions INSERM. 2000.

8. Obesity: Preventing and managing the Global Epidemic. Executive summary - Report of a WHO Consultation on Obesity, 3-5 June 1997, WHO/NUT/NDC/98.1.

9. OPPERT J-M., Génétique et obésité. In : Obésité - Diabète. Société Française de Biologie Clinique. Act. Pharm. Biol. Clin. mars 2000 : 11 : 99-102.

10. PERLEMUTER L, COLLIN de l’HORTET G, BOUGNERES PF., Diabète et maladies métaboliques. 2ème éd. Masson. 1995.

11. PIERSON, VIDAILHET, DESCHAMPS, FAVRE., Comportement alimentaire de l’enfant obèse. La Revue du Praticien, 30, 27, p1801-1809.

12. TOURNAIRE J., Endocrinologie, diabète, nutrition pour le praticien. SIMEP. 1994.

Haut de page

Notes

1  Cette position a été bien résumée par Luc Boltanski dans son livre « Prime éducation et morale de la classe ». L’utilisation même des termes comme « pensée populaire » ou « savoir populaire », lui semble illicite dans la mesure où ils laissent sous-entendre l’idée que les basses classes serraient aptes à produire - en matière de médecine et plus généralement de culture savante - quelque chose d’original, des techniques et des savoirs indépendants, différents de ceux des classes supérieures, mais parallèles à eux. Dans une société hiérarchisée où le rapport d’inégalité domine toutes les relations de classes, la seule différence entre classes sociales qui lui semble possible est celle quantitative, exprimable en termes de plus ou de moins. Boltanski dépeint les inégalités sociales selon un schéma de type évolutionniste : « les modèles de pensée, et, a fortiori les savoir, circulent toujours de haut en bas mais jamais, à l’inverse, de bas en haut […] Les sujets sociaux sont bien, selon la classe à laquelle ils appartiennent, les dépositaires d’un savoir plus ou moins récent, c’est à dire, par-là même, plus ou moins évolué, mais aussi plus ou moins cohérent, plus ou moins intégré autour de quelques principes fondamentaux ». (p.136)

2  Fischler C., L’Homnivore : le goût, la cuisine et le corps, Paris, Odile Jacob, 1993, p. 310.

3  Herzlich C., Représentations sociales de la santé et de la maladie et leur dynamique dans le champ social, in Doise W., Palmonari A., L’étude des représentations sociales, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1986, p. 162.

4  Une méthode simple pour vérifier la fiabilité de la balance consiste dans le pesage d’un poids standard, plusieurs fois de suite à intervalles de deux ou trois minutes. Le poids indiqué ne doit pas varier d’une mesure à l’autre.

5  Les formes gynoïde et androïde correspondent à un classement clinique de l’obésité et se réfèrent à la répartition de la masse adipeuse dans les différentes zones grasses de l’organisme (les parties basses du corps dans le premier cas et hautes dans le second).

6  Prises alimentaires en dehors des repas.

7  En France, environ 75% des femmes obèses ont un niveau d’études primaires contre 55% des femmes non obèses.

8  Baudrillard J., La société de consommation. Ses mythes ses structures, Paris, SGPP, Le Point de la question, 1970, p. 215.

9  Le Breton D., L’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999, page 27.

10  Respect par le patient de la prescription médicale (aujourd’hui la notion d’observance tend à remplacer celle de compliance).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Revue du Praticien, juin 1999
URL http://journals.openedition.org/faceaface/docannexe/image/358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Daubigny, « Science et bon sens. La prise en charge médicale de l’obésité », Face à face [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 01 février 2004, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/358

Haut de page

Auteur

Lucia Daubigny

Ecole Doctorale Sciences de l’Homme UPMF Grenoble 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals