Navigation – Plan du site
Chroniques
Thèses soutenues

Un hôpital à Madagascar, analyse anthropologique de la confrontation des pouvoirs, des savoirs et des représentations à l'hôpital de Toamasina

Thèse de doctorat soutenue en 2000 par Claire Mestre, sous la direction d'Annie Hubert, Université Bordeaux2-Victor Segalen, Laboratoire " Sociétés, Santé, Développement ", CNRS- UMR 5036

Jury : Mr le Professeur P. Henry, Mme M.A. Hermitte, Mr le Professeur J. Peneff, Mr C. Raynaut.

L'auteur, Claire Mestre, médecin, a fait une analyse anthropologique de l'hôpital de Toamasina, premier port malgache et capitale de la province betsimisaraka. L'enquête s'est déroulée dans un contexte spécifique : l'hôpital était en butte à de profondes restructurations, dont la mise en place des recouvrements des coûts, sous l'égide de la coopération française. Cette réforme, issue d'une politique internationale de l'Organisation Mondiale de la Santé, est arrivée dans un contexte national et local de grande difficultés socio-économiques et d'instabilité politique.

L'auteur s'est efforcée d'analyser la place qu'occupe l'institution hospitalière dans les soins de la population de la ville, population hétérogène de part la multiplicité des groupes ethniques et des strates sociales.

Elle a procédé à une description ethnographique minutieuse de services de médecine. La relation thérapeutique et les soins médicaux, les itinéraires thérapeutiques des patients sont analysés dans leur complexité et leurs diversités.

La violence institutionnelle se dégageant des relations soignants-soignés, et la tension conflictuelle des relations sociales hospitalières prennent toute leur profondeur, à la lumière de l'histoire de la santé publique malgache et de la montée de l'élite professionnelle des médecins. L'analyse du contexte social, dont les systèmes d'entre aide familiale et ethnique, la faillite économique et la pauvreté comme conséquence, permet de comprendre l'inégalité criante de l'accès aux soins hospitaliers.

L'auteur conclut que l'hôpital est le lieu où s'observe le lien Etat/population, qu'il est producteur d'un discours médical et élément d'un pluralisme thérapeutique. Mais il est également un lieu de désordre social.

Un des intérêts de ce travail se situe dans la reconstitution historique de l'implantation de la médecine occidentale à Madagascar, antérieure à la colonisation mais prenant un tour décisif avec elle. On voit comment l'ambivalence des acteurs de soin, la difficulté de la relation soignants-soignés se comprennent dans le lien qui unit l'entité sociale et politique malgache et l'extérieur. La recontextualisation de façon générale, contribue à alimenter l'hypothèse selon laquelle le fonctionnement de l'hôpital de Toamasina est un révélateur de celui du fonctionnement de la société globale, sous le signe de " la déchéance du lien social entre l'Etat et la population ". La violence silencieuse sur les malades ou plus bruyante dans les équipes institutionnelle est saisissante. Par ailleurs, les différents niveaux d'analyse des interactions dans le soin de manière général, donnent un éclairage sur les pratiques thérapeutiques, la construction des représentations, les attentes et les craintes de chacun.

  • OpenEdition Journals