Navigation – Plan du site
Chroniques
Thèses soutenues

Anthropologie et Santé Publique : approche interdisciplinaire Pauvreté, situations de vie et santé au quotidien à Paranaguá, Paraná, Brésil

Thèse de doctorat soutenue par Tatiana Engel Gerhard en 2000, sous la direction de Claude Raynaut, Université Bordeaux2-Victor Segalen, Laboratoire "Sociétés, Santé, Développement", CNRS- UMR 5036

Jury : Mme Angela Damasceno Ferreira, Mme Annie Thébaud, Mme Annie Hubert, Mr Freddy Perez.

Pendant toute l'histoire de la santé publique, la relation entre inégalité sociale et santé est présente. La ville reflète le développement des différenciations spatiales et sociales, qui s'expriment par des écarts importants au niveau de la santé des citadins, aujourd'hui renforcés par les processus de croissance urbaine trop rapide. Les liens entre ville et santé sous l'angle des inégalités suscitent toujours un intérêt scientifique, d'autant plus que la complexité dans le milieu urbain devient un défi pour toute approche uniquement disciplinaire. Cette complexité se situe dans la sphère des préoccupations de différentes disciplines, comme la sociologie, l'anthropologie, l'économie, l'épidémiologie. Tout au long de l'histoire brésilienne, les inégalités sociales font partie de ses caractéristiques dominantes. L'étude de cas sur la ville de Paranagua, a conduit à l'élaboration d'un programme de recherche interdisciplinaire sur ce thème. A partir d'un certain nombre des questions formulés par les différentes étapes de recherche menées au sein de ce programme, l'anthropologie a pu élaborer sa propre problématique autour des questions sur les inégalités sociales et de santé. Ainsi, l'objet de cette étude est centré sur la capacité des acteurs sociaux à mobiliser des ressources matérielles et sociales au sein de la société où ils vivent, et à formuler des stratégies capables de répondre à leurs problèmes de base quotidiens, pouvant avoir une influence sur leur santé. C'est en terme de situations de vie que j'aborde les inégalités sociales et de santé. Cette notion recouvre l'utilisation que les acteurs sociaux font de ses conditions matérielles et immatérielles, en fonction des perceptions qu'ils construisent des contraintes auxquelles ils sont soumis. Tout en ouvrant des pistes de recherche pour la compréhension des dynamiques sociales et économiques de la ville, cette notion permet également l'analyse des relations entre l'homme et son environnement (cadre de vie), et des déterminants de l'état de santé. L'argument théorique de cette notion est illustrée par des données empiriques ; elle joue un rôle central dans la recherche interdisciplinaire et permet l'articulation entre des objets d'étude de l'anthropologie et de la santé publique.

  • OpenEdition Journals