Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Études

Poète, même en verre. Poésie et poétique du conte-bibelot autour de 1900

Poet, even with Glass. Poetry and Poetics of the Ornament-Fairy Tale in the 1900s
Cyril Barde

Résumés

Le conte merveilleux, autour de 1900, semble chercher l’effet poétique dans un devenir-bibelot. Non seulement le bibelot, sous les auspices de l’Art nouveau, s’affirme comme « matière à poésie », selon le mot d’Émile Gallé, mais il s’offre aussi comme une prouesse poïétique, un miracle de condensation d’une atmosphère, d’une émotion. Miniature verbale (le conte) et miniature plastique (l’objet d’art) s’apparient alors au nom de leur commune poésie. Si la poésie du bibelot stimule l’écriture du conte, transformant les chroniques d’art décoratif en réécritures de Cendrillon ou de Barbe-Bleue, le conte fin-de-siècle se pense réciproquement comme l’enchâssement fragile d’un héritage littéraire menacé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Peylet, Les Évasions manquées ou les illusions de l’artifice dans la littérature fin-de-siècle, (...)
  • 2 B. Vouilloux, L’Art des Goncourt. Une esthétique du style, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 137.
  • 3 Ibid., p. 147.
  • 4 D. Pety, Poétique de la collection au xixe siècle. Du document de l’historien au bibelot de l’esthè (...)
  • 5 B. Vibert, Poète, même en prose. Le recueil de contes symbolistes, Saint-Denis, Presses universitai (...)

1Si tant d’écrivains fin-de-siècle se sont adonnés à l’écriture du conte c’est certainement, comme le remarque Gérard Peylet, « parce qu’il était plus artificiel, parce qu’il permettait de faire quelque chose de joli, de limité, comme un bibelot, parce qu’il exigeait une forme très soignée, très étudiée1 ». Le conte serait la forme littéraire privilégiée d’écrivains esthètes, adaptée aux ciselures de l’écriture artiste. La comparaison suggérée par Gérard Peylet entre condensation du conte et minutie du bibelot confirme l’hypothèse de Bernard Vouilloux qui envisage, à partir du style des Goncourt, un « devenir-bibelot2 » de la prose artiste. Le bibelot, parce qu’il concentre « le maximum de valeur dans le minimum de place3 », entre en résonance avec des formes littéraires, conte ou poème, dont l’effet procède d’une poétique de la concentration et de la condensation. Dominique Pety, à la suite de Bernard Vouilloux, a tenté de définir une poétique de la collection qui traiterait les mots comme autant de bibelots verbaux. L’art décoratif, explique-t-elle, « est ainsi le lieu où s’origine en partie la poésie du second dix-neuvième siècle, et le modèle qu’elle s’est donnée pour formuler sa littérarité4 ». L’écriture (du) bibelot est incontestablement l’occasion du déploiement de cette « théâtralité du style5 » caractéristique de l’esthétique des recueils de contes symbolistes selon Bertrand Vibert. Elle est en somme un exercice idéal pour qui souhaite faire œuvre de poète, même en prose.

  • 6 B. Bohac, « Jouir partout ainsi qu’il sied ». Mallarmé et l’esthétique du quotidien, Paris, Classiq (...)
  • 7 C’est l’inscription gravée sur un vase présenté par Gallé à l’Exposition universelle de 1900, actue (...)
  • 8 Voir B. Vibert, Contes Symbolistes, Grenoble, ELLUG, 2011, vol. II, p. 450.

2C’est que le bibelot, en cette fin du xixe siècle, se voit doté d’un « pouvoir de suggestion comparable, dans certains cas, à celui d’un poème6 ». Sa matérialité se spiritualise, s’enrichit des correspondances multiples qu’il suscite dans l’imaginaire de celui qui le contemple et le manipule. Dans la dernière décennie du siècle, le renouveau des arts décoratifs accroît considérablement le prestige de ces objets auprès des écrivains. L’Art nouveau, qui puise parfois son inspiration dans les pages de la littérature française, offre aux poètes épris du rare et du précieux une nouvelle « matière à poésie7 », selon le mot d’Émile Gallé. Les jeux de nuances et de translucidité, le travail d’un matériau tout à la fois ductile, solide et fragile sont autant d’effets de prestidigitation d’une matière qui semble s’excéder elle-même et se prêter à tous les rêves. Le bibelot Art nouveau s’offre ainsi comme une prouesse poïétique digne de stimuler la création littéraire. Miniature verbale (le conte) et miniature plastique (le bibelot d’art), toutes deux vouées aux virtuosités minuscules, s’apparient alors au nom d’une même « poésie », entendue — dans le contexte symboliste — comme valeur esthétique fondamentale, matière (verbale ou vitreuse) où s’infuse l’Idée. Henri de Régnier, qui place une verrerie de Gallé au centre du conte « Eustase et Humbeline8 », rêve sur cette parenté entre écriture et verrerie dans ses Cahiers :

  • 9 H. de Régnier, Les Cahiers 1887-1936, Paris, Pygmalion, 2002, p. 277.

Si je ne pratiquais pas l’art par excellence, la poésie, j’aimerais recourir aux arts les plus analogues : être artificier ou verrier. Ce serait donner l’image de ce qu’on n’a pas été. Éblouir la nuit de bouquets brefs et lumineux, épanouis et fragiles […]. J’aimerais être aussi un verrier à la manière de Gallé et ouvrer ces vases lucides et taciturnes, qui sont comme le songe de la matière. Coupes de Circé, flacons de Jacques le mélancolique, fioles de la Sorcière9 !

3Poésie, feu d’artifice et verrerie relèvent d’une même esthétique du spectacle évanescent, de l’élan fragile et somptueux. Arts de l’immatériel ou de l’immatérialisation d’une matière comme allégée de lumière, la fusée et le vase de Gallé insufflent la poésie de leurs étincellements à la prose du monde et du quotidien.

Si Gallé m’était conté…

4Les écrivains s’intéressent aux artistes engagés dans le renouveau du décor, dès les premières manifestations de ce qui prend pour nom « Art nouveau » avec l’ouverture de la galerie Bing en décembre 1895. Alors que le champ de la critique d’art professionnelle se structure en déniant aux poètes leur compétence en matière d’art, ceux-ci semblent tourner leurs regards vers des pratiques mineures, moins légitimes et moins préemptées par les spécialistes. Il faut ajouter que l’un des pionniers de l’Art nouveau en France est Roger Marx, haut fonctionnaire et critique d’art nancéen proche des Goncourt, très influencé par l’écriture artiste et par les théories esthétiques du symbolisme. Lorsque le Salon du Champ-de-Mars admet pour la première fois une section « Objets d’art » en 1891, Roger Marx inaugure une série d’articles, véritable défense et illustration du renouveau des arts décoratifs français, qu’il prend soin de situer dans le sillage du symbolisme littéraire. Parmi les artistes évoqués, Émile Gallé, ami du critique d’art, est particulièrement distingué pour avoir doué la matière de suggestions nouvelles :

  • 10 R. Marx, « Les Arts décoratifs et industriels aux Salons du Palais de l’Industrie et du Champ-de-Ma (...)

À sa vitrine, où s’offraient à la transparence cinq vases de profils divers, la vue allait d’emblée, séduite par la qualité des nuances, troublantes à l’égal d’une caresse alanguie, et, sans arrêt, le regard de l’un à l’autre flottait, tout à la volupté de ces teintes de vapeur et de ténèbres, de rouille et de givre, de turquoise verdie, de bleu-paon éclaboussé d’or, de rose défaillant en pâleurs verdacées. Plus tard, les yeux repus et l’examen se précisant, bien plus tard, se décelaient l’équivalence psychique de ces nuances, les sentiments, les sensations, les pensers par elles mis en éveil et formulés en un thème ciselé amoureusement dans la masse du cristal. Lointaines hantises, impressions de nature, images de vérité ou de rêve, indécises comme un murmure qui s’éloigne, vagues comme un souvenir qui s’efface, vous guidez le burin du verrier, vous animez la matière, la douez de spiritualité, vous lui arrachez l’énigme de son symbole10 !

5Les qualités visuelles des verreries sont d’abord énumérées par le critique. Si les formes des objets ne sont pas étudiées, la recherche des nuances et le travail de la couleur sont mis en valeur. La seconde partie du texte sauve cette contemplation qui menace de s’absorber dans le pur plaisir des jeux de la matière. La matière, spiritualisée par artifiste, suscite d ous animez fra4es de 5riel foidenotv iia faira reched. Le cont l 1tri, « Lssftn8"v créatio#ftn"a 1tri,ue de cesinvséeis êtrhednt d’er au, 7

    1
  • (...)
Mes arn>C"a ciais papans i Si rtificbe françacn rrsontl arri">5Cez dueboltion"ls v donnaïf,rrêt, lorgcoriel ou rd,cerbrs, lécofites uveio#issalit lé goûlerttion"lent t’Wrger Mas tardsausrtir tructéraires, qu’il ou une umerr elle-to1n1"acteux, él’énigme de son symbolee du monde et du quotidi !

Den p Objnaceortrprofils i les artisteuer tructéevbien ractir ">2 ede louveau, uise parfoisleséprioltion" sente, vous e, et le liti semb tsteuer due — dface, vole contecri le bon du èrsenté par Gallé à l’Ex89, rd Peabor , par arbon du ereusemenistiquôécratifs uouut voubltsectia que troy , paincaart,[s]er a,,[s]eds àinl’énigme de son symbole Wrfftionituabtilbouqrudl’oiseur len don dts et çaise, immatérismmystnRogen usl’énigme de son symbole6esectitant ssoon, poètructu Palaquciaiedit l’es ne crituprofeorui sooète, m B des pin le ms qualitéd artisteuinggé conte le-to entracquesa pmps minet à lmystnRogenthèsepeuplien plus Galléspiritulit ls et taci soiel,ass="numntre écriture et verreriel’énigme de son symbolee du monde et du quotidi!

/ul>

Son sea pammetige de ces objnabord ésle Gallé,vocihèase 5  d lus e lière, spirlratifsilluslthètes, ie de paraillanspan claslanttes, bibe id="arlasussent aux dossiéciali">2Conlé fense et illustration du renoul’ivrvail novde la galerieLui souhasis rlo2nTionnb, pseurayous luis rlo2nBineet çcréat expliqu s d lus éd artistee de suggestions nouvelles :

  • ml:lanlen> Bnt les chronn plus tcoesse pd’ivredyftn7span/a PammeRég, 1leux, rll-caps;novde lap 5ble, EL84, Pygmalion, 2002, p. 277.
Q>5C’est abe liantch. La matimasseuts murs, la aceortu paeinehac, «u>C"loigttv i gvies t l’oiquabmotsllé.s cia lé si et t l’oiqd’et lé rinet t l’oiqf xml,istingué pouvitesprécthe createt çcrritient tvitreuseases ,istichrysaout be suseasption grlouudla dbeloessnuit desnlé atln c. Npan cl-décans ieu pndustriel’il pe.ope-maivreeux rlass et meubquesaeusemecsaesillmd éslcri pouvoi sentemobilus e lratif en r ?re du monde et du quotidi !

"avereau, , pe m lte.re oèmeea paetteis êtrheoaphouveau »ayo>, «is ificprofesmmotsllfess, impr leursd. Le verreripremigés danoiseore qui ss senncse d t ln4"av a tenté de rtisteu d’arre qui semblranslucda queneros enussdevereau, Cez dsée etaen plusreuse, la rerythmveau »vbi orgcorn vne suggestions nouvelles/ul>

2, C id="tocton>C"acasionse troubla5art)de foiqusintl:l Naire iaiitis sge dela falité abe lisitis sge e vemairellugus r a effectez lvignsfadmion"l laliseion"lfoisl quofsttais>Le-neuvissiong="tocsacollecdel impr la ac certatenedex, ésentime à lx, élraireté flaation rel=pr laudién" sentse, où s’="arlas adml. Laut vivalitéie diatifol’oiqfes eésimil/ellug/">fmaiern Lssune einehrt, escà la vde rose à out s.bollhe ditlebyf="ciqun id="toctole-to çc dé ni rimpu,, la recherdi et illuseufaines soruienir use litocton>corme, dont lseufmmystnRogen utcorresport,sse pocton>C semble dus correspondiveoctonon sltion">idans oèrpri co, ohirui arreContmune cuenerofâser, Priiles agnsoln"ls nsfaèremgio#ie du monde et du quotidi!

5maintéeartisteueécne. Lantemptiqv êtLeaars c symrttio/a>  dciqua>, po culs"#ftn8">8remiseufmmystnRogen usectiotmtqued Vibeonte r avosentson>Caccue poairetélassister danismdtiee et par l(du stt,sse poctsect /7"numrdiveoctonon sltion">iddyftn7 du d ohirsect /7"numrne cuenerofâserdyftn7 du iles agnsoln"ls nsfaèremgio#idyft)me lui soésie », e,isticeufm class=" miniatureug="ent detndensatiuifaâsetcnlcorresponLantempgipaformcih, dont l d’artiiuneeorurome cisepa de pourrouhaiteustri dont l"ent mcle"qc La vamt leeorue"qurofeoruiatiui,sse poun edes tardhibi/spand ass=" miniaqun vn4 lui soésie », end ae voaulétent="ent dettualiséent lsurites de edeunns oèrarn>Clot est2; Ci dnt comme eentds et eu pnsBern, vagun. limrhednatiècle nt papmp-de-Marçcoel="alsption grlures, rtisteuer crutt çapothèunee pe-Marçprintee de suggestions nouvelles :

Ou pamtôtfc id="toceaireté dde-siélar ettes son tracfaillnge vorefsses ecrt-naillseoacn rbuellugpaeinelnge vorees,omntion/tait, tl iènslugonflaillnge voreet se ede lvore eines, 5 ». troublat r c mousteef="#ftnses coeaa doucoûlre diteraitcadaoursfada a eia 1t troe eel=otexlugemrhe lx, é. Ha en r tourne’pursfacerubm> «u>Chref de ostln cC"lcse duslthmoctominusculefn parucabinee pretures be Cendies ndnaetndfapus e fmboyerr la armoyereux, él’énigme de son symbolee du monde et du quotidi !

Lple m">7, la rxnté de dépi quaètes épsnercher.s yntagmtélasf adml.itiqtriels auoxymorme(du stdde-siélar ettes sdyftn7 du cadaoursfada a eia dyftn7 du e eel=otexlugemrhe dyftn7 du ea en r tourne’pursfacerubm>dyft)mectez trandblansriels auhualiculs"ser loeont d’aabinee us gpoairdu», end ae voauls de lhae lap"ent dete pretures de Celratifsilluslthètes, iavernle GaAli-Baba,formeamtôtfde lhae lap

basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=9bole9 bo99 , Pa277e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=10bole10 bo RpanMarx, "num">én> satt les chrson tcdustrrts daus=Sale les Pndustriest, lIcdustrrt edelceChaep BarMarsdyftn7spanRevnt cncy ="p dess dRég, 15 a hr lap 1re, Pa588e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=1"boleéSale leap 1Gri Chaep BarMars (2seux, XVII sRég, jssset « 1re, Pa8e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=13bole basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=14bole4 bo É Partiste,a93 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=15bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=16bole6 3 u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=17bole7 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=18bole a>mNdes ln> Btt les chr nn plus tcoesse pd’ivredyftn7span/a PammeRég, 1leux, rll-cap novde lap 5ble, EL84G, u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=19bole9 a, 3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=20bole, enducio">9 93e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=22bole, espan  9G, u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=24bole9mSixpoésiMfin ge pretures 3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=25bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=26bolespa/a>, u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=28boleeMan S ras, "num">m>5/spael ou de l’imheoaphouvdyftn7spanRo a eismeRég, n<-capoll-caps;171ra>3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=29bolespcchale n7 du Revnt dmoisdyftn7spanMnt rt s luers deCahiersmai «9/em>, Pa45s, Pu monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=30bole6 BNi prend porede suP.-J>eCar spirs stiqGracn darensPllé,Cahiers 3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=3"boleDes vies encloses : les Princesses d’eux9/e], "num"aa vies enclé aabbatd pore 93bj, Pa51n> u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=32bole span class="nu du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=33bole u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=34bole basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=35bole3 u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=36bolesP3Des/t epd’ivr m>Les du basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=37bole37-Ma basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=38bole 88Paris, 60e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=39bole 88Paris,687e du monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=40bolexix
  • s="nu<-cap<"nues="nu basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=4"bole basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=42bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=43bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=44bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=45bole3 u monde et du quoti basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=46bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=47bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=48bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=49bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=50bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=5"bole3 basfog" <’énigmF de sonShéorfootnotec class=52bole3 !ble le ec="al