Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Études

Expérimentation générique et dialogisme intertextuel : Perrault, La Fontaine, Apulée, Straparola, Basile

Generic Experimentation and Intertextual Dialogism : Perrault, La Fontaine, Apuleus, Straparola and Basile
Ute Heidmann
p. 45-69

Résumés

Les contes en vers et en prose de Perrault relèvent, selon l’hypothèse présentée dans cette étude, d’un dialogisme intertextuel très complexe avec les formes génériques du conte déjà existantes dans les littératures européennes. L’académicien s’adonne à une véritable « expérimentation générique » au cours de laquelle il crée de nouvelles formes génériques, de nouvelles intrigues et de nouvelles figures à partir de la fabella de Psyché enchâssée dans les Métamorphoses d’Apulée, et de sa récriture galante par La Fontaine dans Les Amours de Psiché et de Cupidon en 1669. Ce double dialogue intertextuel est encore sous-tendu par le recours aux favole de Straparola (Le Piacevole notti) et aux cunti (Lo cunto de li cunti) de Basile, célèbres narrateurs italiens, qui avaient déjà reconfiguré de façon originale certains épisodes et personnages de la fabella de Psyché. Ce processus dialogique complexe est ici mis en évidence par l’analyse (inter)textuelle successive des trois premiers contes en prose, La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge et La Barbe bleue. L’analyse comparative montre que Perrault les invente à partir des trois moments successifs de l’épreuve la plus difficile que Vénus inflige à Psyché, celle de la descente aux Enfers. En introduisant des différences significatives par rapport aux textes latins, italiens et français, l’académicien parvient à créer une nouvelle variation générique : le conte pseudo-naïf doté d’un sens crypté qui se découvre « plus ou moins selon le degré de pénétration de ceux qui les lisent ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans des études antérieures, j’ai étayé cette hypothèse par des réflexions méthodologiques et des (...)
  • 2  Je recours ici et par la suite au terme générique latin de fabella choisi par Apulée lui-même pour (...)
  • 3  Mise en ballet et en grand spectacle de cour par Molière, Corneille et Lully, transformée en opéra (...)

1Les contes en vers et en prose de Perrault relèvent, selon l’hypothèse présentée ici, d’un dialogisme intertextuel très complexe avec les formes génériques du conte déjà existantes dans les littératures européennes1. L’académicien s’adonne à une véritable « expérimentation générique » au cours de laquelle il crée de nouvelles formes génériques, de nouvelles intrigues et de nouvelles figures à partir de la fabella2de Psyché enchâssée dans les Métamorphoses d’Apulée et de sa récriture galante par La Fontaine dans Les Amours de Psiché et de Cupidon en 16693. Ce double dialogue intertextuel est encore sous-tendu par le recours aux favole de Straparola (Le Piacevole notti) et aux cunti (Lo cunto de li cunti)de Basile, célèbres narrateurs italiens, qui avaient déjà reconfiguré de façon originale certains épisodes et personnages de la fabella de Psyché.

Scénographies en trompe-l’œil  : de l’âne d’Apulée au fils de Perrault

  • 4  Ch. Perrault, Préface non paginée de Griselidis. Nouvelle avec le conte de Peau d’Asne, et celuy d (...)

2Enchâssée dans les Métamorphoses d’Apulée, la fabella de Psyché est considérée au xviie siècle comme le parangon du conte ancien. Spécialiste de la comparaison des genres anciens et modernes menée dans le monumental Parallèle des Anciens et des Modernes, Charles Perrault en fait l’analyse dans la préface programmatique de son premier recueil, qui réunit en 1694 Griselidis, nouvelle avec le conte de Peau d’Asne et celuy des Souhaits ridicules. L’académicien y souligne la complexité du dispositif narratif mis en place par Apulée qui fait écrire à son narrateur principal Lucius, jeune homme transformé en âne, ce qu’il prétend avoir entendu « raconter par une vieille femme à une fille que des voleurs avoient enlevée4 ».

  • 5  Ch. Perrault, Contes de ma mère Loye, fac-similé du manuscrit d’apparat, dans Perrault’s Tales of (...)
  • 6  J’emprunte le concept de scénographie à D. Maingueneau, Le discours littéraire. Paratopie et scène (...)
  • 7  Préface de Griselidis, ouvr. cité, s. p.
  • 8  L’épître de 1697 accentue cette différence en remplaçant « ceux qui les entendent » du manuscrit d (...)

3Au moment de rédiger cette préface et d’engager le dialogue avec Apulée dans Peau d’Asne, Perrault conçoit un dispositif semblable pour ses contes en prose. En 1695, il adresse à Elisabeth-Charlotte d’Orléans, nièce de Louis XIV, alors âgée de dix-neuf ans, un manuscrit d’apparat contenant La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, le Chat botté et Les Fées dans leur premier état d’écriture. Insinuant par le titre Contes de ma Mere L’Oye qu’il s’agit de contes de Vieille, l’académicien les fait présenter à Mademoiselle, par quelqu’un d’autre, à l’instar d’Apulée qui avait fait narrer la fabella de Psyché à Lucius transformé en âne prétendant, lui aussi, transcrire un conte de vieille. Les initiales P. P. (qui deviennent « P. Darmancour » dans l’édition de 1697) identifient le signataire postiche comme le fils de Perrault, Pierre Perrault Darmancour,que l’épître désigne comme un « Enfant »  : « On ne trouvera pas étrange qu’un Enfant ait pris plaisir à composer les Contes de ce Recüeil, mais on s’étonnera qu’il ait eu la hardiesse de vous les présenter5. » Cette appellation de toute évidence inadéquate pour ce fils qui a dix-sept ans en 1695 fait à mon sens partie intégrante de ce que l’on peut appeler une scénographie6 pseudo-naïve. Perrault parvient à consolider cette scénographie par l’association très habile avec un autre type de conte  : « Les contes que nos ayeux ont inventez pour leurs Enfans ». L’académicien avait déjà évoqué ce type de contes dans la préface de 1694 où il soulignait que leur logique très simple du méchant puni et du bon récompensé était comprise spontanément par des enfants « dépourvus de raison7 ». Ces propos sont souvent cités pour caractériser les contes écrits par Perrault lui-même, mais force est de constater que les contes présentés à Mademoiselle en 1695 n’invitent guère à une telle réception naïve et spontanée. Ils exigent tout au contraire « de ceux qui les lisent8 » un processus d’exégèse que l’épître décrit en ces termes  :

  • 9  Ch. Perrault, Histoires ou contes du temps passé. Avec des Moralitez [1697], fac-similé du second (...)

Cependant, MADEMOISELLE, quelque disproportion qu’il y ait entre la simplicité de ces Récits, & les lumières de vostre esprit, si on examine bien ces Contes, on verra que je ne suis pas aussi blamable que je le parois d’abord. Ils renferment tous une Morale trés-sensée, & qui se découvre plus ou moins, selon le degré de pénetration de ceux qui les lisent [...]9.

  • 10  Le recueil manuscrit de 1695 représente cette scénographie en trompe-l’œil sur un dessin repris co (...)

4Seule une lecture qui ne reste pas à la surface de ce qui est dit, mais qui vise « en profondeur » un sens qui ne se révèle pas d’emblée, permet de découvrir la « Morale très-sensée » des contes présentés à Mademoiselle. En cela, ils diffèrent en effet fondamentalement de contes spontanément compris par des enfants, car leur logique est infiniment plus difficile à décoder. La scénographie soigneusement mise en place dans le péri-texte du recueil manuscrit, qui sera maintenue dans le recueil imprimé de 1697, s’avère être un trompe-l’œil10.

5En inventant un nouveau dispositif scénographique, à la fois semblable et significativement différent de celui d’Apulée, Perrault parvient à supplanter le modèle ancien. Il reconfigure le dispositif du conte ancien pour créer une nouvelle variation générique que je propose de désigner par le terme de conte pseudo-naïf. Sous le couvert d’une naïveté feinte, il transmet un sens qui n’est pas donné d’emblée, mais que le lecteur est censé découvrir lui-même par un effort analytique et herméneutique particulier. Ce n’est pas une morale « moralisante » octroyée par un narrateur autoritaire, mais une morale « sensée », c’est-à-dire pertinente et utile pour le lecteur lui-même. Cette morale est cryptée et doit être décodée. Contrairement à ce que la tradition des interprétations allégorisantes pouvait laisser croire, la « Fable de Psiché » ne contient pas, selon l’académicien, de « Morale cachée » décodable par le lecteur  :

  • 11  Préface de Griselidis, ouvr. cité, s. p.

À l’égard de la Morale cachée dans la Fable de Psiché, Fable en elle-mesme très agréable & tres ingénieuse, je la compareray avec celle de Peau-d’Asne quand je la sçaurai, mais jusques icy je n’ay pû la deviner. Je sçay bien que Psiché signifie l’Ame ; mais je ne comprens point ce qu’il faut entendre par l’Amour qui est amoureux de Psiché, c’est-à-dire de l’Ame, encore moins ce qu’on ajoûte, que Psiché devoit estre heureuse, tant qu’elle ne connoistraist point celuy dont elle estoit aimée, qui estoit l’Amour, mais qu’elle seroit tres malheureuse dès le moment qu’elle viendroit à le connoistre  : voilà pour moy une enigme impénétrable11.

Le conte pseudo-naïf sur fond de conte ancien et de conte galant

  • 12  Id.
  • 13  Apologie des Femmes. Par Monsieur P**, fac-similé de l’édition Coignard, Paris, 1694, p. 3-4.

6Pour créer ce type de conte pseudo-naïf crypté Perrault invente un procédé très particulier  : il recourt à la « Fable en elle-mesme très agréable & tres ingénieuse » d’Apulée, pour en faire des contes modernes qu’il investit d’un sens caché à décoder par le lecteur. Le défenseur des Modernes relève ainsi un défi qu’il avait formulé de façon ironique dans la préface de 1694  : « Mais comme j’ay affaire à bien des gens qui ne se payent pas de raisons & qui ne peuvent estre touchez que par l’autorité & par l’exemple des Anciens, je vais les satisfaire là-dessus12. » Au lieu d’« imiter » les Anciens selon les prescriptions du chef de file des Anciens, Nicolas Boileau dont Perrault venait de dénoncer l’« imitation mal endenduë des Anciens13 », il oppose à son adversaire une tout autre façon, résolument moderne, de recourir aux textes anciens. Au lieu d’imiter l’intrigue, comme la doxa l’exigeait, Perrault puise dans la fabella d’Apulée des éléments significatifs pour « fabriquer » de nouvelles histoires qui tirent leurs effets de sens des différences subtiles qu’il introduit par rapport à l’intertexte latin. À partir de ces différences, que seule une lecture comparative d’un certain « degré de pénétration » permet de déceler, le lecteur comprendra la morale « très-sensée » du conte pseudo-naïf.

  • 14  Les lecteurs du xviie siècle connaissent l’histoire de Psyché et ses épisodes successifs non seule (...)

7La narration des aventures et des mésaventures de la célèbre Psyché, représentées et interprétées d’innombrables fois et connues par tous14, se prête à merveille à une telle expérimentation poïétique. L’histoire de la jeune femme persécutée par la puissante Vénus, jalouse de la grande beauté de la mortelle, la relation mouvementée entre Psyché et Cupidon, chargé par sa mère Vénus de punir Psyché, mais qui tombe lui-même amoureux d’elle et qui reste invisible de peur que sa mère les découvre, l’envie de Psyché de le voir et la série d’épreuves de plus en plus dangereuses que la méchante belle-mère inflige à la jeune femme pour la faire mourir, toute cette « ingénieuse » fabella fournit à Perrault des possibles narratifs infinis pour réaliser son projet audacieux et novateur.

  • 15  Je maintiens ici et par la suite l’orthographe de « Psiché » pour désigner la protagoniste du roma (...)
  • 16  J. de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon, éd. M. Jeanneret et S. Schoettke, Paris, Le (...)

8Ce projet est à mon sens porté par un double objectif. Il s’agit de contrer Boileau en lui opposant une façon non imitative de recourir aux œuvres anciennes, mais il s’agit aussi, et en même temps, de faire découvrir à Mademoiselle et à d’autres jeunes femmes de qualité en âge de se marier, des vérités cachées au sujet de leur situation dans la société hypocrite de la cour. La querelle des Anciens et des Modernes est en effet aussi, comme l’avait bien montré l’Apologie des Femmes que Perrault avait adressée à Boileau en 1694, une querelle sur la condition des femmes. Le projet de faire des contes modernes à partir du conte ancien permet à Perrault aussi de répondre à La Fontaine, qui avait déjà recouru à la fabella de Psyché insérée dans les Métamorphoses d’Apulée pour la mettre « au goust du siècle ». En 1669, il avait publié Les Amours de Psiché et de Cupidon15 un roman que l’on pourrait dire « méta-narratif », car il met en scène un débat sur les genres et les styles anciens et modernes mené par quatre amis aux avis divergents. Un des quatre appelé Poliphile (en référence à Colonna) lit aux trois autres son adaptation personnelle des « avantures de Psiché » qui « luy avoient semblé fort propres pour estre contées agréablement16 ».

9Dans la préface, La Fontaine avait explicité les principes qui avaient présidé à cette transformation du conte ancien en conte galant  :

  • 17  Les Amours de Psiché, ouvr. cité, p. 60.

Mon principal but est toûjours de plaire  : pour en venir là je considère le goust du siècle  : or après plusieurs expériences il m’a semblé que ce goust se porte au galant et à la plaisanterie  : non que l’on méprise les passions ; bien loin de cela, quand on ne les trouve pas dans un Roman, dans un Poëme, dans une pièce de théâtre, on se plaint de leur absence ; mais dans un conte comme celuy-cy, qui est plein de merveilleux à la vérité, mais un merveilleux accompagné de badineries, et propre à amuser les enfans, il a falu badiner depuis le commencement jusqu’à la fin ; il a falu chercher du galant et de la plaisanterie  : quand il ne l’auroit pas falu, mon inclination m’y portoit, et peut-estre y suis-je tombé en beaucoup d’endroits contre la raison et la bien-séance17.

  • 18  Ch. Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle. Avec leur portrait au (...)
  • 19  Ibid.,p. 214-215.

10Perrault fait une analyse intéressante du « badinage » de La Fontaine et du plaisir qu’il provoque chez ses lecteurs. Il attribue ce plaisir aux effets d’un style varié dont il souligne la capacité de fournir « une surprise toujours nouvelle », mais aussi le danger de « dégénérer en mal et à faire un effet tout contraire à celui que l’auteur en attend18 ». Perrault va plus loin dans cette critique  : « Les images de l’amour y sont si vives qu’il y a peu de lectures plus dangereuses pour la jeunesse, quoique personne n’ait jamais parlé plus honnêtement des choses déshonnêtes19. »

  • 20  Les Amours de Psiché, ouvr. cité, p. 55. Le fait que La Fontaine lui-même dissuade ses lecteurs d’ (...)

11Cette critique dessine en creux son propre projet poétique très différent. Au lieu de « badiner » par le biais d’un style varié et par des effets de sens ambigus, ses propres contes sont destinés à faire découvrir à la « jeunesse » (que Mademoiselle, nièce de Louis XIV, et le signataire de l’épître représentent de façon emblématique) une « Morale très-sensée », qui ne se découvre que « selon le degré de pénétration de ceux qui les lisent ». La Fontaine avait tenté de dissuader ses lecteurs des efforts d’une telle lecture pénétrante et plus précisément intertextuelle, toujours au nom du plaisir  : « Il seroit long et mesme inutile, d’examiner les endroits où j’ai quitté mon Original, et pourquoy je l’ay quitté. Ce n’est pas à force de raisonnement qu’on fait entrer le plaisir dans l’âme de ceux qui lisent […]20» Perrault invite tout au contraire ses lecteurs à « examiner les endroits où j’ai quitté mon Original, et pourquoy je l’ay quitté ». C’est en effet par le biais d’une lecture qui enquête sur les différences introduites par rapport à la fabella de Psyché (et au conte galant de Psiché) que se révèle le sens crypté de ses contes.

  • 21  Dans la note 260 de son édition critique (Les Amours de Psiché, ouvr. cité, p. 251), M. Jeanneret (...)
  • 22  Perrault répond selon moi aux scènes imprégnées du sadisme du Cupidon galant par certaines scènes (...)

12Pour adapter le conte ancien au « goust du siècle », La Fontaine prend soin de remplacer l’âne Lucius par Poliphile, écrivain mondain et galant aux styles variés, qui lui ressemble à plus d’un titre. Il remplaça aussi la caverne des brigands, lieu du contage de la fabella chez Apulée, par les lieux de la vie galante de Versailles. Dans le roman, la lecture du conte ancien transformée en conte galant se fait au gré d’une promenade dans les jardins de Versailles, alors en travaux pour accueillir le jeune roi et les fastes de sa cour. Les épisodes successifs de l’histoire mouvementée de Psiché sont ainsi lus à des endroits choisis des jardins de Versailles jalonnés de grottes, de fontaines, de pavillons et de galeries décorés de scènes mythologiques destinées à glorifier et à divertir le Roi-Soleil. La description précise de ces endroits successivement choisis pour la lecture du manuscrit en fonction des lieux de l’action racontée, qui mène Psiché d’un palais somptueux aux Enfers et ensuite à l’Olympe, permet aux lecteurs perspicaces d’établir des liens avec les lieux de la vie galante du roi. La récriture galante de la fabella par Poliphile fait de la Psyché d’Apulée une Psiché mondaine qui porte les traits des jeunes femmes de la cour de Louis XIV. Elle souffre des tortures humiliantes auxquelles contribue son propre amant animé d’un sadisme et d’une envie de la voir souffrir, qui sont parfaitement étrangers au Cupidon apulien et absents du texte latin. Après sa soumission humiliante et totale, Psiché obtient l’accès à l’Olympe de la famille divine de son amant par le biais d’un « brevet de Déesse », allusion très ironique au « brevet de duchesse » que Louis XIV avait octroyé à Mademoiselle de La Vallière21 sa jeune maîtresse haïe par la mère et l’épouse du roi. L’ambivalence qui dissimule le sadisme et la souffrance sous le couvert du galant et du complaisant est en effet troublante22.

13Pour prévenir le danger que court « la jeunesse » à la lecture de La Fontaine, Perrault invente un dispositif scénographique très différent, qui est tout sauf mouvant. Dans ses recueils de 1695 et 1697, il revient, comme nous venons de le voir, à la scène du pseudo-conte de Vieille inventée par Apulée. En instaurant comme intermédiaire postiche le signataire de l’épître, le recueil offre un point de vue plus stable aux lecteurs que le conte galant de La Fontaine. Solidement installé sur une chaise placée devant la cheminée en face de la conteuse-fileuse, dans un intérieur clos qui contraste avec la scène mouvante de La Fontaine, le jeune homme se substitue non seulement à l’âne d’Apulée, mais aussi aux quatre amis aux voix divergentes. Au lieu d’inviter au « badinage sans fin », il invite les lecteurs et lectrices à lire les contes du recueil avec un certain « degré de pénétration » pour en découvrir non pas de multiples sens divergents, mais une « Morale trés-sensée ».

Sur le chemin des Enfers  : la Belle, le Petit Chaperon et la femme de Barbe bleue

14Ce n’est pas une seule, mais plusieurs histoires que l’académicien inscrit en palimpseste sur le texte latin sur lequel La Fontaine avait déjà écrit son conte galant vingt cinq ans plus tôt. Les trois premiers contes du recueil se succèdent dans un ordre qui est, selon moi, préfiguré dans le script intertextuel. Perrault les invente à partir de trois moments successifs de l’épreuve la plus difficile que Vénus inflige à Psyché, la descente aux Enfers. Il inscrit sur la description de cette descente aux Enfers trois histoires dont les protagonistes deviendront aussi célèbres que Psyché  : la Belle au bois dormant, le Petit Chaperon rouge et l’épouse de Barbe bleue. Une lecture comparative attentive aux différences que Perrault introduit par rapport à la fabella de Psyché (et au conte galant de Psiché) révèle en effet une Morale très-sensée dont l’audace explique la nécessité de la crypter.

15Le premier conte du recueil, La Belle au bois dormant, prend comme point de départ le premier piège que Psyché doit déjouer. Consciente de la difficulté de son périple et désespérée, elle cherche d’abord à se jeter du haut d’une tour. Cette tour s’anime pour lui donner des conseils bienveillants destinés à guider sa traversée des enfers. Elle lui indique clairement les pièges à déjouer  :

  • 23  « Transito fluuio modicum te progressam textrices orabunt anus telam struentes manus paulisper acc (...)

Passé le fleuve, quand tu auras un peu marché, de vieilles tisserandes en train de monter leur fil de chaîne te demanderont un petit coup de main, mais ça non plus, ne pas toucher, danger parce que tout ça et bien d’autres encore, c’est des pièges tendus par Vénus, pour que tu laisses au moins une galette t’échapper des mains, et ne pense pas que ce soit une broutille et une mince perte cette polentasse, parce qu’une galette de perdue et c’est la lumière du jour de confisquée pour toi […]23.

  • 24  Ibid.,p. 236-237.

16L’histoire de la Belle moderne, qui hérite du surnom de Psyché (pulchra) se construit à partir de ce geste que Psyché ne doit pas faire  : elle ne doit pas répondre à la demande des vieilles tisserandes en train de monter « leur fil de chaîne » et sollicitant « un petit coup de main ». Psyché réussit à déjouer ce piège, elle méprise « les sournoises suppliques des tissandières » (spretis textricum subdolis precibus)24. Le fait d’ignorer la sollicitation de ces tisserandes, dans lesquelles il n’est pas difficile de reconnaître une figuration des Parques, est d’une importance capitale, car leur piège consiste à lui faire toucher le métier pour qu’elles puissent couper le fil de sa vie. Après avoir réussi à déjouer ce danger mortel, Psyché peut poursuivre son périple. Pour la Belle de Perrault, la rencontre avec les Parques s’engage de la façon suivante  :

  • 25  Ch. Perrault, Histoires ou contes, ouvr. cité, p. 9-10.

Au bout de quinze ou seize ans, le Roi & la reine estant allez à une de leurs Maisons de plaisance, il arriva que la jeune Princesse courant un jour dans le Château, & montant de chambre en chambre, alla jusqu’en haut d’un donjon dans un petit galetas, où une bonne Vieille estoit seule à filer sa quenoüille25.

17Si on lit cette scène sur la toile de fond de la rencontre de Psyché avec les tisserandes infernales, on est frappé par le fait que la Belle fait exactement ce que Psyché avait réussi à ne pas faire  :

  • 26  Ibid.,p. 12.

Que faites-vous là, ma bonne femme, dit la Princesse  : je file, ma belle enfant, luy répondit la vieille qui ne la connoissait pas. Ha ! que cela est joli, reprit la Princesse, comment faites-vous ? donnez-moy que je voye si j’en ferois bien autant26.

18La princesse ne parle pas seulement sans précaution, mais elle touche aussi aux outils de la fileuse, ce que sa sœur intertextuelle avait eu la plus stricte interdiction de faire  : « Ne pas toucher, danger », avait dit la tour à Psyché. La Belle de Perrault y touche pour une raison assez simple dont les nombreux interprètes du conte font étonnamment peu état  : elle ne sait pas qu’il est dangereux de toucher à un fuseau.Si elle ne le sait-elle pas, c’est que personne ne le lui a dit. Le donjon, dans lequel elle monte, comme Psyché sur la tour, ne s’anime pas pour lui parler  : il n’est qu’un élément du décor. Plus étrange encore, la Belle n’a reçu aucun conseil de la part de ses parents royaux, ce qui paraît d’autant plus étonnant qu’ils sont responsables de la malédiction qui pèse sur leur fille  : leur oubli de la vieille Fée au moment du baptême a été la cause de sa vengeance qui a pris pour cible l’innocente petite fille.

  • 27  Ibid.,p. 4.
  • 28  Ibid.,p. 12. Notons que Perrault met une majuscule au mot Fée dès le recueil imprimé de 1697. Voir (...)
  • 29  Ibid.,p. 9.
  • 30  Id.
  • 31  Id.

19Le narrateur avait donné comme raison « qu’il y avoit plus de cinquante ans qu’elle n’estoit sortie d’une Tour, & qu’on la croyait morte, ou enchantée27 ». Mais le fait de se fier à une simple rumeur sans procéder à aucune vérification témoigne d’une attitude pour le moins insouciante de la part d’un souverain. Le narrateur souligne à plusieurs reprises cette étonnante capacité du roi d’oublier ou de se souvenir trop tard. Le jour de l’événement fatal, le roi et la reine sont absents et doivent être appelés au moment de l’incident  : « Alors le Roy, qui estoit monté au bruit, se souvint de la prédiction des Fées […]28. » Les parents royaux, qui avaient pourtant tellement souhaité sa naissance, n’ont pas trouvé utile de renseigner la principale intéressée sur ce qui risquait de lui arriver après l’incident diplomatique survenu à son baptême. Le Roi avait pourtant pris de grandes mesures « politiques », juste après le baptême, en faisant « publier aussi tost un Edit, par lequel il deffendoit à toutes personnes de filer au fuseau, ny d’avoir des fuseaux chez soy sur peine de la vie29 ». Cet édit royal interdisant à tous les sujets d’exercer cette activité économique élémentaire s’avère parfaitement inutile. Il aurait été plus utile de prévenir la princesse du péril qui la guettait, comme le fait la tour dans la fabella latine. Le narrateur ne manque pas de souligner que ce n’est pas seulement la jeune fille qui est ignorante, mais aussi la fileuse  : « Cette bonne femme n’avoit point ouï parler des deffenses que le Roi avoit faites de filer au fuseau30. » Au moment même de l’incident fatal, le Roi et la Reine étaient allés « à une de leurs Maisons de plaisance31 » sans se préoccuper de la sécurité de leur fille. À la différence de Psyché, la Belle du conte moderne est seule, sans conseil aucun et parfaitement ignorante de ce qui peut lui arriver.

« Plus rien d’autre qu’un cadavre endormi… »

20La conséquence du manque d’information de la Belle est fatale et immédiate  :

  • 32  Ibid.,p. 11.

Elle n’eust pas plutost pris le fuseau, que comme elle estoit fort vive, un peu estourdie, & que d’ailleurs l’Arrest des Fées l’ordonnoit ainsi, elle s’en perça la main, & tomba évanouie32.

21La lecture attentive de la suite du texte latin montre que Perrault amalgame dans cette scène suggestive (composée d’une seule phrase) de façon ingénieuse deux autres gestes de Psyché. Le premier est celui, souvent représenté dans l’abondante iconographie de la fabella, par lequel Psyché se pique à la flèche de Cupidon au moment de le voir à la lumière de la lampe d’huile. Cette scène célèbre d’Apulée est ainsi décrite  :

  • 33  « Quae dum insatiabili animo Psyche, satis et curiosa, rimatur atque pertrectat et mariti sui mira (...)

Durant que Psyché, qui, étant fort curieuse, considérait insatiablement toutes choses, tripotait admirativement les armes de son mari, elle ôta une flèche du carquois, voulut en éprouver le bout de la pointe en la piquant sur son pouce, appuya plus fort, et, comme son poignet tremblait encore, piqua assez profondément pour que perlent à la surface de la peau de minuscules gouttelettes de sang vermeil, et c’est ainsi que Psyché, d’elle-même et sans y penser, se rendit amoureuse de l’Amour33.

22L’autre geste « condensé » dans la phrase de Perrault est celui par lequel Psyché ouvre la capsule remplie non pas d’un baume de beauté, mais du « sommeil de Styx » que Proserpine avait préparé à l’insu de Psyché et sur demande de la perfide Vénus  :

  • 34  « […] et cum dicto reserat pyxidem. Nec quicquam ibi rerum nec formonsitas ulla, sed infernus somn (...)

[…] elle ouvre la capsule, seulement dedans il n’y avait strictement rien, pas une once de beauté, juste un sommeil venu de l’enfer, un sommeil de Styx qui de suite libéré du couvercle l’inonde d’une épaisse vapeur de torpeur dans tous ses membres, et la fait s’écrouler sur ce pieds, sur place, comme une masse, en plein sentier, immobile, gisante, et plus rien d’autre qu’un cadavre endormi34.

  • 35  Ibid.,p. 238-239.
  • 36  Id.

23Comme Psyché, la Belle n’est « plus rien d’autre qu’un cadavre endormi », mais là encore, Perrault introduit une différence significative dans la trame de son propre conte. Dans la fabella, Psyché n’a pas besoin d’attendre cent ans pour être réveillée de ce « sommeil de Styx », parce qu’elle l’est presque aussitôt par Cupidon qui vole à son secours. Rétabli de la blessure que l’imprudente lui avait infligée avec l’huile de sa lampe et « ne supportant plus l’absence de sa Psyché, [il] s’était échappé par la plus haute fenêtre de la chambre où il était enfermé35 » par sa mère Vénus. Il « accourut à sa Psyché, la débarbouilla soigneusement de la vapeur de torpeur qu’il renferma à sa place dans la capsule, réveilla Psyché d’une petite piqûre inoffensive de sa flèche36 ».

« L’Arrest des Fées l’ordonnoit ainsi »

24La Belle de Perrault, elle, doit attendre la venue de son prince pendant cent ans pour une raison précise  : « L’Arrest des Fées l’ordonnoit ainsi. » La septième Fée avait prononcé cet « Arrêt » au moment du baptême pour atténuer le mauvais sort que la vieille fée oubliée avait conjuré sur l’enfant innocent. Là encore, il vaut la peine de lire l’énoncé avec le degré de pénétration recommandé à Mademoiselle. La façon dont la Fée formule son « Arrest » en révèle le sens profond  :

  • 37  Ch. Perrault, Histoires ou contes, ouvr. cité, p. 8.

Rassurez-vous, Roi & Reine, vostre fille n’en mourra pas  : il est vrai que je n’ay pas assez de puissance pour défaire entierement ce que mon ancienne a fait. La Princesse se percera la main d’un fuseau, mais au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels le fils d’un Roi viendra la réveiller37.

25La Fée s’adresse ici de façon solennelle au couple royal qu’il lui importe avant tout de « rassurer ». Leur fille, promet-elle aux parents, sera « réveillée » par « le fils d’un Roi ». Le couple royal semble comprendre sans peine ce que cela veut dire  : l’héritière unique du royaume, qui doit garantir la continuation de la lignée royale, sera épousée par le fils d’un Roi. Leur fille sera couronnée reine et maintiendra leur lignée royale, souci principal d’une dynastie.

  • 38  Notons que ce terme relève, comme l’Edit octroyé par le Roi, du langage juridique du pouvoir.
  • 39  Ibid.,p. 19.

26Si cet « Arrêt » prononcé par la « bonne » Fée convient aux ambitions des parents royaux38, il ne sert guère la jeune femme elle-même. Car elle ignore que le prince inconnu qu’elle épouse si précipitamment à son réveil, n’est pas seulement fils de roi mais aussi fils d’ogresse. La princesse de Perrault se trouve, encore une fois, dans une situation bien plus difficile que Psyché conseillée par la tour qui n’avait laissé aucun doute sur les intentions meurtrières de sa belle-mère à son égard. Ignorant tout danger, la princesse française réserve un accueil plus qu’engageant à l’inconnu qui se présente devant son lit au moment de son réveil  : « […] est-ce vous, mon Prince, luy dit elle, vous vous estes bien fait attendre39 ». Le narrateur cherche à expliquer cette réaction étonnante en ajoutant ce commentaire  :

  • 40  Ibid.,p. 27.

[…] elle avoit eu le temps de songer à ce qu’elle auroit à luy dire ; car il y a l’apparence, (l’Histoire n’en dit pourtant rien) que la bonne Fée pendant un si long sommeil, luy avoit procuré le plaisir des songes agreables40.

27Si nous lisons ce commentaire sur le fond du passage cité plus haut, qui décrit comment Psyché était tombée amoureuse « sans même le savoir » (Si ignara Psyche sponte in Amoris incidit amorem) nous y percevons le « clin d’œil intertextuel ». S’il est vrai que « l’Histoire » (qui serait donc la fabella d’Apulée) ne parle guère de « songes agréables » de Psyché, elle dit en effet que celle qui est tombée amoureuse « sans le savoir » en se piquant au fuseau, se réveille amoureuse de quelqu’un qu’elle n’a jamais « vu ». Mais là encore, le parallèle fait remarquer une différence significative. Si Psyché n’avait pas « vu » Cupidon parce qu’il s’était rendu invisible, il n’était guère un inconnu, puisqu’ils vivaient ensemble avant qu’elle ne se pique à la flèche. La Belle de Perrault en revanche se réveille amoureuse sans l’avoir jamais vu ni connu, parce son esprit avait été en quelque sorte « programmé » par la Fée. Dans la deuxième écriture du conte paru dans le Mercure galant en 1696, on lit en effet  :

  • 41  Ch. Perrault, Contes, éd. R. Zuber, Paris, Imprimerie Nationale, coll. « Lettres françaises », 198 (...)

Oui, mon cher prince, lui répondit la princesse, je sens bien à votre vue que nous sommes faits l’un pour l’autre. C’est vous que je voyais, que j’entretenais, que j’aimais pendant mon sommeil. La fée m’avait rempli l’imagination de votre image41.

28Selon ce « témoignage » de la princesse, la « bonne » Fée s’était donc employée à inculquer à la princesse l’idée que l’inconnu qui se présenterait un jour devant son lit était l’homme de sa vie et qu’elle devait se donner à lui sans se préoccuper de savoir qui il était, d’où il venait et qui étaient ses parents. La princesse reste sous l’impact de cette image idéalisée du prince aux comportements étranges qu’elle ne semble jamais questionner. Au moment du départ à la guerre du prince devenu roi, la princesse ignore en effet toujours tout de la nature d’ogresse de sa belle-mère dont les gens ne parlent que « tout bas » et dont le prince lui-même ne semble pas l’avoir avertie. Après avoir soigneusement caché son mariage pendant deux ans par peur de sa mère dont il connaît très bien les appétits d’ogresse, il lui confie sans hésiter sa femme avec leurs deux enfants au moment « qu’il se vit maistre ».

29Par rapport au conte ancien, le narrateur du conte pseudo-naïf introduit en effet une nouvelle différence significative au sujet de ce prince charmant aux comportements étranges. Cupidon, lui, se garde d’abandonner Psyché, enceinte de lui, à sa mère. Une fois guéri de sa blessure et libéré de sa chambre dans laquelle sa mère l’avait enfermé, il entreprend tout au contraire une démarche courageuse pour la libérer une fois pour toutes des ennuis que sa mère pourrait tion deinfliger à la iconseils bienveillante de lui, àss=" incul ainsi, elle srch jouris pour toutesême pour atténutemopaLetit tiobtt, co dra>.<o="footnhuile u nuisqup d’blockquote>

  • 41  Ch. Perrault, Contes, 2at pyxidem. Nec quIhommeaché, e d’ qumio’besumaritae érieie avtle s cururason nref=obesi remf="#fais pro <4>

    Oui, mon cher prince, lui répondit la priSn plese courecall" hé, ence jovoVersaillesal, le sa cture placeOrig: ladendormred s contesuma pourprofou resspe Psanes 41.

4> 4

  • 38  Notons que ce terme relève, c43 3

  • 26Si cet « Arrêt » prononcé p Ledu recuere que Pf pas seule assezsur cePsyché », allusion mporteme qes l précipitammeucun et parfaitemincessepumembrr fillla bien-sÙengayeure plis passehe pousBarbe bles aire  :r toutes pour toutesême pour atténu e sons le sAprci="bodyftn3cseudo-nanger très-sener">2ae sena mère don jusquueillantquête sutinés non plhuile.st d’une imaft sollra>égent « qu’Amtruen preisposits hésiter sa femme aven mporl font étocette étonnante capla fane de y portles40.

  • 40.

    c44oncette ,écipitammeuueillantquête sutssi à La Fos aussi aux quatreotnou un slui cone u nuisqupaiconseils ,bentes. Au lieu ux en effpmbre lone u ss="sitétait guère un ionfisécouvans le folisf="#ftn40">40.

    énus. Il « éc4> t à sa bienveiexcusant « tisse aioéjoue sa flentertviendro ànfersh sof="#ftn40">40.

    avoininno do complaisascall" id="bodydûn lit au mtincn id="bue mon anttténu ère de la a Fonti La Foa peu v.<
    5 s50on

  • 38  Notons que ce terme relève, c5 bi , 33

    26Si cet « Arrêt » prononcé p 5plus rien dnt et bienl ». sommn v

  • est pala solssrnomporsnterdiction de sinsu di de j-9" hlèchermant39 ». Le narrateur5
  • 5 c5 t à sareste sune mincelant et  : ll d’une utre app ive.ll dignore ur son vndrnn mère. qu’bl qu’Ant re ».dèootsychurvenu arriver.

    s cohasui,est-ce vouuLa t deils bsrtant e cUptraanimebl qu’Ant maistre ». eaux la cngt cin chambre ore pourraatreot, ngaâon train pir l(aillesaritgens nehétPour Psyché cienmais du autanrasonis bienais, qe lc’espucohasui, avait réush polsettesans se camoureusAnt re ».< , au bounenu s a mEllepu conespan cla detahypoualsia,ae pnon-dse rest au froïs «7L’Arrest des Fées 7’ordonnoit 7insi J’unsi ne la t faitunsiale, de mietextre royale,texte" dir="ltr">24La Belle de Perrault, elle, doit Fée
    dèe significeuslui impcohrne e 1696,conte pseudxnterdictioes ct deBasilt,nl Ettr penjo="bodyss="foou reaulioi, du le son « A s, li mère psi Mor pi co-selui e s’éce’is dormant(. se, laMademoiselle. La façon dont qurrait tilatin montre dans cée amoienveire  : lnstait div> bodyftn38" hre(...)(. Lle fida cola a Fotes avabtion recpune imdecallasurnom le son « Aul> , e ortemennsualppar de Pestyle9">3nt-vre dnt:sm».-piq;">Pulcrafetsettigccroyaei> e" dir="ltr">29Par rapport au conte ancien, le n contes, Lveiexplles il n’est t  :il qpouuid=nure d à sçonorginuation n28">(.ageuseuagieScueiaaigues tisse ausyché avle son « A, ncér naquLouns XIV,call" idâs poure.)pas it étasanunermre gae vit yché srriver (.» ene penntacern s coc> tjourpeintentioans aificataletas, nt rien) l’avoirapsi Mor pi co selui e ssea re avaicueiaouinin. …], laMademoiselle. La façon dontout din montheading3">Sur8L’Arrest des Fées 8’ordonnoit 8insi Il iqui ffnude. âourère pe à te sment du bbe bleCambpluss tugusluon traCerbéle" dir="ltr">
  • 38  Notons que ce terme relève, c52at pyxidemPst des Fanalysme qmport sortire un qu’e dans ceu>fabella

    26Si cet « Arrêt » prononcé p t sans prémalgameéren s prot footEne denntaFéot même le poueet de footse le s Mercurn et Lbbe bleCambpluss tugu Deet de foficative dans la tramdllemoderne estsant aux comporm,e aussi aux qu96,conte psetrain re de « songes agréables,bentes. Au l96,conte pseudée à">SuFée s’m>contn et p

    lèchm deLte galant39
     ». Le narrateur5
  • 5> 5 "heading5">
  • 38  Notons que ce terme relève, c53 éables,b LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 234-235

    31  Id.

  • 5> an class="num">31  Id. 5 LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 234-23

    26Si cet « Arrêt » prononcé p rrateur dle frvenu notecPsyché et,e fois g afFéot re, lnateXch maila sobelan>(aillesagou e fto errquelà sares estfuit dvement leref=rrqeref="#ftn38">38, il ne sert guèr5 37.

    5
    5 c54 tal, le de sa chlXch mairef=rrqere pba vndrapeurnési> sur les,me neue) n« tenotecPsyché et,e 37.

    5énus. Il «5é 5> tal, le s  :37.

    5 s munu autmaiste à ts t en sseulemn solle feligtrain d ent contn et p introfl> , u lfie ssé aucun doute sur les, camourecun et parfaitemodeseçp cla de s ce qui pv haut dre.)ttrea Fe smriseSnseils ,bd’ogreils dn’ont die préoccupere un i estfuéue s amoureu, y "heading5">
  • 38  Notons que ce terme relève, c5contes, ou p. 9-10. , fl> 5

    36  Id.

  • 59 LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 23

    . 61 LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 23

    4ass="num">36  Id dir="ltr">26Si cet « Arrêt » prononcé p4 Lednoe d’abelle lbe bleCambpluss tugus mdlleme le s nt ri il lute surualga,la perfide taifférenseil aucuis dormant leser très-sendu ruile.e smri: lengayqucouvitn33trouve sl(llemdllenndrtit ond sur aussiid="bop colas ps l’ ive.ldl" ien 37.

    5 37.

    5 la jeune fem5 lc58 cette ruelgs="fAmtrn les a ts estealAuodyfixe si,courecallaucuLoup vanou courubur ne mmqes ltout dMél-nprèuappéla bien-snin. Ldoù icaun donns l «sœe fnt pourplaishon antt seuesquuoualntes/se piGr d avens leates lui,lepu coCerbélr très-sen estfiErl dignulchaassh maiobeln legaâon estmrucs/se pie à ts37.

    5cherche à ex5ch 59 cette ,i, du lotsych la vapeur lbe bleCambpluss tugusposdtrain d meLoupfapie à tss Maisola claso ct debenvees déa h pastte rEnfuc pris rtnbéea très-senmefess, p; sychsMergebmovanouxtte ,i, du lotsych la vapcidenterrault ehumement les qu ure du cotnore,fanebe bleCambpluss tugusvens htur ln ps l’vadre.)ttrean lit enl cf="#ftn37">37.

    6
    6 60oncette réurcrite savoiroyinem>pa plensrncélènnnu s n’es portlt lude luisrnolom des  :r très-sen este avatelemdlleEne denn tun somaviga>é f="#ftn37">37.

    6
    6 61 cette ,écibe bleCambpluss tugusynterrau faiiniune flè luy dit elCe: chameteLoup<]37.

    6 6 62ontal, le Lde loengo este>fabella contet bienve.l Locette étonin ar pelaFées lelle lnoe d’abfata, luy dit elLde au introe de [...ilau mçbles37.

    6 dir="ltr">13Pour prévenir le danger que cour éd. R. Lbsu recues avretiviteinsin este tiviterouve s s rtnbché cde sment du avre y pstur an sltoul deils bintentioneremenson mebli A s,s avait ces reesne Au moment duienveillait. La Ps la aimpi a. Ve cui sesr clasootnbplussdtre "#st velan>t,e égent donne:neuemdllee le sli Aette int aux comp lelle lroyé ’enfio ctprojs-sene ironiqunstait ificn revaus l’icon antSur9L’Arrest des Fées 9’ordonnoit 9LCsi à La Fo dé">SuFé Pative datre vue cinLte galant
  • 38  Notons que ce terme relève, c64 Lbs" hret mafasi vapeu 204

    36  Id dir="ltr">26Si cet « Arrêt » prononcé p42ontes, D, aumon contn et p

    lèchm de1669,nLte galant mvueant fles,bn ln3cseudncccex d

    Tle f

    e. dlliphiltins la tramincccts=nure d u"bodyftnt aux compornt lebsma à sa pre de « songestte se. dsi vap chambr footEne dengaâon esxo="boddire ; span claire édupar lrautaaer, un ss déa couemdlleDre galuisrnouxcidenter soigneusrt sortillesal,araminccc A s, Louns XIVion prmparterrig 37
    .

    6 6 c64 cette réomen"bodyde édupar lpla trams décrDès-seleEne densient nsodoem/n eusoass="folt ehprong 37.

    6énus. Il «6é 6> cette rC t hprong
    • 40  Ibid.,p. 27.
    • 6
    205-206

    Elle n’eust pas plutost pris le fuseau, alutusifuams décrpplux compgreaoff erade pt l,araav , aumeleEfi rse nenteset sans nnu ziltiuLa l,s avlheurchélass= someeusoa précipla ttui, tait dtonils dnsisqu.asyché eteemps phale lnoupréurjaloosu laS lAu qh polas trouvnns l itéce tranrture omede pOmentscho « capnble ee reanoirlesccupee la Féeo. Ls mmss="footPsychoass=et bientlaisheon lit au ftividi C smjusoass=t t equel e, ct de : lu lfie se vit mele ss class="fneu avrevis="footene denniqunenfan plt un j.aunsi itt rdLedpv hadon jl ainsllanttn41l,s avn. Ldoaii vap de pboët p maifeten inappé faimince det ga erae37.

    6

    28Selon ce « témoignage » de l43 C t somodocomp lellaient rig < agréables,btrainreprendLte galant bur ne mloginuationcontn et p

    lèchmtrl fo tait contraire faiiniav , aumaoepvluon ngt cin noit ainsi.D, au bon et pi, du t inyrci=ir » epleininnmincianouxutrain v
    apeuentesesaincianouxuac Susess ans i jusquaflueb">Suset d mondirem est

    juslant et avoinl, le Te tele queleé">SuFéins la tramincesace vous, pordu surnomuLa prio-naaque lettesans ee de loengo esterautaaecapncan sltoucernLe pl amouslaenu l,s pMerges class="f ré9" h, div> pe cUneit onfu q l Locfcessee de j-9" hrlion recprchve luisrnolomu cones ">SuFéiude la palntr t rig <

    e,iVerintéve au sujenoteguïn sltla cune situatante capllase le bur neontrnalysme ntait tomb Locfcessavaii vap mon r la lemdlleEne dengaâon tracjet de c icbenglio:

    oussimulapllase le beirapa cle donostuses aux lAu den poaux poteillstioncontLoup29Par rapport au conte ancien, le n44ontes, S décrit co  : « Iess=t t tjoualant <

    ees portlt lude luisrnolom des  :,>avoinraallalationcontbe bleCambpluss tugu div> téve au veneiruse, gisantetre vuure>fabella SuFéients oin jusqmt oinbrutepeau ’Amourélaenos XIV rialog Xnotegu/euibe bleCambpluss t en Loupest et pnveiexplles elass=" d’ogresse. Lcere. C smmorant eongarè-morant oussimula quatrelvit i Ae,nentes. Au lcere. C n et p

    lnoe d sa cbigüs aus Locmant lede ce éla estsaelle l seulecdrfide trupar lqssurmn v
  • mago-nve.ldl" fivessrt lui ne,nentpal dfapiait tjolisxt(l seu use et ee de le célè tal du e e de j-9" h ae soasde la pironilimordp> e.eading3">Sur10L’Arrest des Fées 10Lordonnoit 10LBarbeaqueou, tasantn les a Enfers/p>e àerraubrute sment duSaitt douae" dir="ltr">
  • 38  Notons que ce terme relève, c6contes, ul> X <67l>

    26Si cet « Arrêt » prononcé p45rateur dle fiVerir pindrnercurtjourpe utn28">(, omme poiarbeaqueou/ul> Pative date La Fotraon recptée di du tisur neont Histocette sc avreesne des  : les fie fensivsa ,e fois g c denpousBacuriosin sleire avai n de rclationsseulemn somelgs="foapt la Féeon donlaait té ssp> ees > les 37.

    6 6 Lj’qafoisicie"f ré e cUplts htteibuddirePe dutte tdès-)»,fianousoadès-selee ds t eos10laus sarbeaqueouo caiteml,aram»,trt se donativex abj.<< nt étocistocette scnotsyché tauslaesss, p; e drt sevir Ieon espré rémm sujeexqunc> tjoelle shé, ence amouevl d
  • 38  Notons que ce terme relève, c68 Dans omme poiarbeaqueou, /ul> Pative date La Fo»,fianousoan3cseud FiixMercur en euntoem> de Pste d’iMercurbelltie.X <6i>29  Ibid.,p. 9.
  • 69 G. F. Saitt doua,a Lbbis dorL rui nteutiels Nuiclstionsex ansr Jep.F <69>29  Ibid.,p. 9. 70 G. F. Saitt doua,a Lbbia». li Notti [1550]/ul> DonatoePirovanoduuel. Ils MaisII, Role eSq ars ,o2000, X <70>29  Ibid.,p. 9. 71 G. F. Saitt doua,a Lbbis dorL rui nteutiels Nuiclsfl> , 9

    26Si cet « Arrêt » prononcé p4 une situatanj-9" h le rialog Xnppé tsre de « songestte sean3cseud>pa plaalntr t Histocur Psyché la de, em>fdbiquueens pu erdiction de f="#ftn37">37.

    6 la jeune fem6i><6 pourt Ulaalntr alncuereLa Beinnt du bapcédn e poerfidecaitapar siu.) , sychroconcUneiteseee le a qume nre pfnble adjourenueet textrany d,i sesr ces fua e intenaslae lrc, ct d monuevlle plaui conf fo e le aild,néAlor den poaux celPe ctexte="#ftn37">37.

    6cherche à ex69><69 ce (. Nec quuna fdanna/arany iet texnaisourtn o plo e" de="#ftn37">37.

    7 70><70once)rC t re devo flèchmhuma estece amouialog XeusAssecôt:37.

    7 7 71 cette r "heading5">
  • 38  Notons que ce terme relève, c72 , 9

    , 96

    26Si cet « Arrêt » prononcé p47 une situaa sutn bien notecSaitt doua.e aussi aux qulrfidda iude  caitedécrmon ntr a e: lee dans cette s,nentes. Au lceil aucurd. Igndif estrn mmouvatte rn], laMadrennc> bape acn doute le an inapqu’blpseigner lalêtre lrc aydûnune im estpt-eln de rct deoilt deorc, fppél. concUnaisascatnentpal di sesr lrc, ctne se mon r la guche le beitet s, ates nde : uis doaux quiendrofre dee="#ftn37">37.

    7 7 c72 cette rrch fivessatéve au vucnatupornt lex poteonsi ne ls feur fisde la ppau int qu 37.

    7 37.

    7 7 c74 tal, le Ldetom>Mercur fivessasubi> se a viei la em. Nec conesparé tstua,i, du aioéjfcessee de le céltte réur indrnercu,aMadreue rinc , egui nCm, chambr tracjesorpemaiocnap longvmourtre ugnaisana mère lrc tet Datait s, .ienais, qs="fn39itudelasmantn’ dir="ltr">13Pour prévenir le danger que cour4mme l’Pative datre tramdne, inuam d , la guleurs dptpiibuisantevioueisanstialatjuslaev , aumon dsrnce fgerraup conepas d eroepv rielpouae svimeuAu lsa srncélè fivessrn]ue rt deil qpou: pseute ses fréllle  viclaisnutevix quatruée cUnesaevioueisanrd. Ignoranréur
    qes lella pre deanna/ huma este fppélpordu surnomarfaitemFée dèesalirlesejovoiltio"bodyftre psi mor ur de eà sane pennr faisarn pa pre deannalèchmhuma estes/seSaitt douaepan ire n3cseudusit ntr »,le:incianouxu est ofie sedonnee, &a enoursprmon u atn les aent cachésychateaten nee, &anle l o eFopplut erraubruttte ,écin et parfaitemodevnereme lit ena viei ensrrchmt e scriteesaner àir » ereste sterrault eerraubruttte ,a de sacemeinnmcalemode pit aiatee.eading3">Sur11L’Arrest des Fées 11Lordonnoit 11Ldle fil ule" dir="ltr">13Pour prévenir le danger que cour4rrateur dte ses rnalysmse qmporsleir  : «eur fisosmiendrois dos10. dèsebiodiiguclp> bur nunouialog X fdoderne eal là sares estt qe suinsuappééables,bSaitt doua,aBasiltion Lte galant< Lj’nalysmesosmiendro0. (. Ct e"bodyde estt -: «a an sinsuassocipa esxo="boddiront Histoa an sliEtdront hlèi aucproepojeFoppeutiseco ctouscursifpcohrne e u di de j-9" h langexp , teeuxpseignblav , aumao oderne est. dle fiVerire tdéloginua,be. Carveneimited aslpou estinj.<qes leoderne eal lA s,s ctioes enouialog Xe lute surntaFéotapar le fi vit loginuasvre yecune s danumber">13Pour prévenir le danger que cour5 Lednonnap ut ddialog X  : « Ie tneontrnalysme qmportet atelemdlio dinttrean,s ctioes o qu9erEisltoul ». sdn3cseudla palntr >pas cu1aran sltouce bapcédn e  : « Ieidene middictu llongany di : ueodeiui nulrfiddlèi comp lelarterdictioes Losm0. dèPn2usx quatrueidu roiterdictioes train ourrurmn u a mdllepveiudxnombsse. Lca smualimpserrae. dle fe se chaodereant leie d eéce tranrture llehede sdxestsaeialog snterdiction dfi lAu denhé loginuatyché otaien Hcaliceuslui impnt aux compor fppél. alntrs. de trl fornalysme qmportetait téordona peau em>fdoderne eal lue s iEtdrodyfir e. C sm0. dèrelèvr pedrfiunouialog Xit cam d s p ass=baspagpan>Si cet «a «12n
  • .Symbolnus. Il 12n>12 ce an class= ass=baspagpan>Si cet «a «13n
  • .Symbolnus. Il 13n>13 ce Apologiui re derPriMonidu r P**/ fl> syc-simil sltue donatal du eCux aan,nPre s,o1694, 3-4 ass=baspagpan>Si cet «a «14n
  • .Symbolnus. Il 14n>14 ce Le«u recues ou de Pestyle9">3nt-vre dnt:sm».-piq;">xvii < flci >chsMerccin epseigx qulrfidu surnom des  : , , 63leir83 ass=baspagpan>Si cet «a «15n
  • .Symbolnus. Il 15n>15 ce Je entpal doaiciXe lute surmalgamrypturthsauf mde, em>faii vape s otond fse car de loengo estem>,oa sdxeLte galant<, ctt inie, em>faiy vape s otond fse car cipdes fua e ouain re de « songes agréables ass=baspagpan>Si cet «a «16n
  • .Symbolnus. Il 16n>16 ce J.sdxeLte galant<, Lbs" hret mafas : td M.eJep.deri eresS Scho tdke,nPre s,oLeL rui ochr<1991, 54 ass=baspagpan>Si cet «a «17n
  • .Symbolnus. Il 17n>17 ce Lbs" hret mafasi vapeu , X60 ass=baspagpan>Si cet «a «18n
  • .Symbolnus. Il 18n>18 ce Ch uvr. cité [1696] Biblio:17-142, Tüb sges,nGuncUneNar ,o2003, 215 ass=baspagpan>Si cet «a «19n
  • .Symbolnus. Il 19n>19 ce 214-215 ass=baspagpan>Si cet «a «20Lli>.Symbolnus. Il 20L>20 ce Lbs" hret mafasi vapeu fl> 55 LocfcessavLte galantqes l erdiction de rnnais, q aslantetqes li ffnsp> e, que annr faisa oparyntee ace ,opou: ni ensrrchse pagavitci,iei ememe-t->(, oparplenaçonégi otaievil qpououssimularLe aussi aux qul sm icates ce tranra smdllaient rig < urmod introhere="oaute Lte galantass=baspagpan>Si cet «a «21n
  • .Symbolnus. Il 21n>21 ce Dans a pt oce260ass=a matal du enr faisa ( Lbs" hret mafasi vapeu   251),bM Jep.deri e : o tt:tifqpout t asit q l ass=baspagpan>Si cet «a «22n
  • .Symbolnus. Il 22">22 ce Pative datre vue ], lamo lieu criteseitrestie/le dsadis »,cn ant i, du fe paic sspy sltue ecène e bur nommeT «a an sleir  : «a an sltos10.
  • fl> 9 -102leir119-122 ass=baspagpan>Si cet «a «23n
  • .Symbolnus. Il 23n>23 ce si.ommeTit aito fluuio:somocum tn baplp sspmectioaulispora us="fferstrlpme=rrqe .omme;ast) nnenimipdeal aeluxehac libi baprsersaunegablant.ul> e" d (éables,b LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> ,istoceétdbli »,D S Rob :sr , atal du eeolçodupar lp»,O Sdes,Pre s,oLesnseil soLetntrs e2007, 234- 235 ass=baspagpan>Si cet «a «24n
  • .Symbolnus. Il 24n>24 ce 236-23 ass=baspagpan>Si cet «a «25n
  • .Symbolnus. Il 25n>25 ce Ch uvr. citép. 9-10.
  • fl> 9-10 ass=baspagpan>Si cet «a «26n
  • .Symbolnus. Il 26n>26 ce 12 ass=baspagpan>Si cet «a «27n
  • .Symbolnus. Il 27n>27 ce 4 ass=baspagpan>Si cet «a «28n
  • .Symbolnus. Il 28n>28 ce 12 Notr .dèmau sujemajusculchaasmot contFéu la (litim sltue1697aiVCette ssanaujeFot au ftu J.-M Acamem>fQua h lesemajusculcseiaongvonltexteudans U Heid ss t J.-M Acam, ommeT «a an sleir  : «a an sfl> , , 174-180.eJe entpal doaoasmejusculchqua h it s, qe.e du ouain em>fFe eà saee d ass=baspagpan>Si cet «a «29n
  • .Symbolnus. Il 29n>29 ce 9 ass=baspagpan>Si cet «a «30Lli>.Symbolnus. Il 30L>30 ce an class= ass=baspagpan>Si cet «a «31n
  • .Symbolnus. Il 31n>31 ce an class= ass=baspagpan>Si cet «a «32n
  • .Symbolnus. Il 32n>32 ce 11 ass=baspagpan>Si cet «a «33n
  • .Symbolnus. Il 33">33 ce si.ommeQua a ueo.toaux qps ciamXnunc pas cu1i nisueiat dulè>upugaviastieruruqu9errmammamXcbsss tr soni> »vulpientguinis t s i guttaarn c aanafasu y plr tn" hesartecisi> d’em.ul> e" d (éables, , fl> 196-197 ass=baspagpan>Si cet «a «34n
  • .Symbolnus. Il 34n>34 ce si.ommeans i cttumeeicto p.e>qmnPyxidem. Nc idecquamrtbenterumec iatece tta ulua,ased luisrnersdemnersaccherseSaygierur di d eamXcrt Psns l ophesarnebu annunctps iermambesar9bluelantleir ipso v.e dgio:ipssns l eml ae0. lapspmednsisdet. Eirac=ba< temour aleFosih aliu on pmeeuit doacadaher e" d ( 236-23 ass=baspagpan>Si cet «a «35n
  • .Symbolnus. Il 35n>35 ce 238-239 ass=baspagpan>Si cet «a «36n
  • .Symbolnus. Il 36n>36 ce ass=baspagpan>Si cet «a «37n
  • .Symbolnus. Il 37n>37 ce Ch uvr. cité< p. 9-10.
  • ul>  8 ass=baspagpan>Si cet «a «38n
  • .Symbolnus. Il 38n>38 ce Notr . octroylepu cone Roi,eione jurid nuationpan cla ass=baspagpan>Si cet «a «39n
  • .Symbolnus. Il 39n>39 ce 19< lass= ass=baspagpan>Si cet «a «40Lli>.Symbolnus. Il 40L>40 ce 2 ass=baspagpan>Si cet «a «41n
  • .Symbolnus. Il 42np42once si.ommeI eadhé, e d’eosimio:9besers/p>aegrat auie entesarsua dlispourpsrnccibu pcaeli en l,ato udelae l sgno Iovarmapplleates pmFéee lam bapba< e" d (éables,b LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , 238-239 ass=baspagpan>Si cet «a «43n
  • .Symbolnus. Il 43nl43 ce 32 ass=baspagpan>Si cet «a «44n
  • .Symbolnus. Il 44 n44once Ch uvr. citép. 9-10.
  • , 31 ass=baspagpan>Si cet «a «45n
  • .Symbolnus. Il 45np45race 30 ass=baspagpan>Si cet «a «46n
  • .Symbolnus. Il 46np4 ce 31 ass=baspagpan>Si cet «a «47n
  • .Symbolnus. Il 47np47 ce si.ommeans i idecquamrsne qureec ut sapia alimauuasrramrfaxoXnupciasLe auim>cs]d légilaiasleirontrciur a sngruas/ul> .ommexteueirlleo:9b M urium arripifasunleir caelumipdeaucirobet. Portn33e dbt sia .ommexteuinlae em>faiy v<, cttemor>alis s, o, c umn pmeeig esieturo e" d(éables,b LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , 240-241)ienais, qsans dn dele l vieiit Psychidenete pir/cinLte galantass=baspagpan>Si cet «a «48n
  • .Symbolnus. Il 48nr4mmece n pae Pn2usoad>fabella idene ne u c¨densi fa asln3cseudét slrepere=",opou:ain epseig curJeout éneses Fanalysme sortpbalit ciurdlle ldialog X  : « Ieombsse. Lcdèesga eesaem>fdbiquuee erdiction de rfppél.  en euntilèchm deBasilti lit enhambie im est point de départ le preoualimpserratexti lit: ni9-vra econtbpe fes F qes leoderne eal lA. Mythes ctt. , traatune imhrx atal du soCi>ass=baspagpan>Si cet «a «49n
  • .Symbolnus. Il 49nr4rrace Cnais, q. Au l litcur en euntoem> deFée dè(e eagréables Auoa quLte galantdèpit aiateeictp="re detaem> de PsBasiltur di durgre n3epleine ntur ,esaem>ffu’es=t.utte a Ps ré e ca mdllenproctigisfaisasent ét="re detaem> denapolm>a seansuaa fi.uvsarVCette ssanaujeFotenhambie im est point de départ le preoualimpserratexti litcontbpe fes F qes leoderne eal lA. Mythes ctt. , ass=baspagpan>Si cet «a «50Lli>.Symbolnus. Il 50Lr5 ce Ch uvr. citép. 9-10.
  • , 41 ass=baspagpan>Si cet «a «51n
  • .Symbolnus. Il 51np5 ce , 33 ass=baspagpan>Si cet «a «52n
  • .Symbolnus. Il 52n>52 ce Ple fes Fanalysme qmport sortire un qu’e dans ced>fabella d Locmambie imin Da.e du oo:neur Au llepo a du sotte se téordonrsltla cj]anotselltioaiciXsecottlçodupar lpouemdlle>qes lsltoulun ass=baspagpan>Si cet «a «53n
  • .Symbolnus. Il 53n>53 ce éables,b LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 234-235 ass=baspagpan>Si cet «a «54n
  • .Symbolnus. Il 54n>54 ce an class= ass=baspagpan>Si cet «a «55n
  • .Symbolnus. Il é 55 ce an class= ass=baspagpan>Si cet «a «56n
  • .Symbolnus. Il 56n>5 ce LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 234-23 ass=baspagpan>Si cet «a «57n
  • .Symbolnus. Il 57n>57 ce p. 9-10. , fl> 51 ass=baspagpan>Si cet «a «58n
  • .Symbolnus. Il 58n>58 ce 49 ass=baspagpan>Si cet «a «59n
  • .Symbolnus. Il 59n>59 ce LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 23 ass=baspagpan>Si cet «a «60Lli>.Symbolnus. Il 60L>60 ce p. 9-10. , fl> 54 ass=baspagpan>Si cet «a «61n
  • .Symbolnus. Il 61n>61 ce LbsMétd’pde soaouit lai aux vooefl> , , 23 ass=baspagpan>Si cet «a «62n
  • .Symbolnus. Il 62n>62 ce p. 9-10. , ul>  55 ass=baspagpan>Si cet «a «63n
  • .Symbolnus. Il 63n>63 ce 49 ass=baspagpan>Si cet «a «64n
  • .Symbolnus. Il 64n>64 ce Lbs" hret mafasi vapeu fl> 204 ass=baspagpan>Si cet «a «65n
  • .Symbolnus. Il 65n>65 ce ass=baspagpan>Si cet «a «66n
  • .Symbolnus. Il 6 ce 205-206 ass=baspagpan>Si cet «a «67n
  • .Symbolnus. Il 67l>6 ul> 113-118 ass=baspagpan>Si cet «a «68n
  • .Symbolnus. Il 6i><6 pour Dans omme poiarbeaqueou, /ul> Pative date La Fo»,fianousoan3cseud FiixMercur en euntoem> de Pste d’iMercurbelltie.fiomme bTr lnoroncfl> , yfir ommeT «a an sleir  : «a an sltos10.
  • , 118-119 ass=baspagpan>Si cet «a «69n
  • .Symbolnus. Il 69><69 ce G. F. Saitt doua,a Lbbis dorL rui nteutiels Nuiclstionsex ansr Jep.F çoduram»,J L de fofirevuv t udgmr pn s/seSo:netsv t Camns lsl»,P.ouvt te Rpory,atreatal du enen dntn doute P.ouJp.det,nPre s,o1857, 91rrchs, q nsisble ire dèsebse d tasan,i, du autMu>qm,es=t t çodupar lfali: R. Zube ,issavin es9onéane penjussse. Lseco est dèsnais, qsans dn deltasanltos10. ali:seSaitt douu ctBasilttte rrcht ocept-eeourroit ainsi.enais, qsans tropdront sit q l.. Onndeiue tt: les=t t rneual du eide pesr âe rili>ira e e" d ( LbsÉ:incianom easaePste >qes li> Klinckiduck<1997 ul> 265)Jeoumince dhne e.lulecryptussutevix quatrsqesirl. ="boddire.ieSelsaeialog snterdiction dfieppél. ette /usoai>ali:seu cone bintes/parplen0qes listoceàistoc ass=baspagpan>Si cet «a «70Lli>.Symbolnus. Il 70><70once G. F. Saitt doua,a Lbbia». li Notti [1550]/ul> DonatoePirovanoduuel. Ils MaisII, Role eSq ars ,o2000, 95 ass=baspagpan>Si cet «a «71n
  • .Symbolnus. Il 7 71 ce G. F. Saitt doua,a Lbbis dorL rui nteutiels Nuiclsfl> , 9 ass=baspagpan>Si cet «a «72n
  • .Symbolnus. Il 7 c72 ce , 9 ass=baspagpan>Si cet «a «73n
  • .Symbolnus. Il 7 c73 ur , 95 ass=baspagpan>Si cet «a «74n
  • .Symbolnus. Il 7 c74 ta/ul> , 96 ass=baspagpan>Si cet «a «75n
  • .Symbolnus. Il 75l>75 Le bapchtui numantous, contFémouvas/ ieHauous, page" direading5">27  dle fiite estt pas cle <27  Réerne est papier h3> Ut p< Arrêt »familyName">Heid s <euem Exp , 8 | 2011, 45-69

    Réerne est éu reroniqu h3> Ut p< Arrêt »familyName">Heid s <euem Exp [ElaMx an], 8 | 2011, EisleboMx anone 15ieprleu2013, coneu1t="foue16ee chAments2017. URL : http://belltals.o en al du .org/feeuvas/777 e="#ftn37"g -:opnus. Il pas cle-777">Hauous, page" direading5">27  Au/us <27   77i>Heid s <

    Aas clestion vieiau/us h4> <
  • 27  <

    Reeuxiiguclr lesm0. [Tns cemntn gta ] <13 | 2016e" direadi "h

    contCseiagfiq Ple fes Fu reuee co sction de rdlle>n28">(sl seu use (1695) cttetim sl(1697)ltos10. d[Tns cemntn gta ] <11 | 2014e" direadi "h

    Le rialogis <  : « Ietos10. [Tns cemntn gta ] <9 | 2012e" direadi "h

    Hauous, page" direading5">27  Dre des/parau/us <27  © Fe euvasfl e="#ftn37"g -:opnus. Il pas cle-777">Hauous, page" direadiereading5">qmor"> - <(eide pese rirepar  ?">Docum eane u c©dx qqmor"> - <d">Docum eandu a qereadiereading5"> ng5">Navigapar ir="l ng5">m>,p. 4.

  • cé p13 |s2016 <
    m>,p. 4.

  • cé p11 |s2014 <
    m>,p. 4. cé p9 |s2012 <
    m>,p. 4. cé p6 |s2009 <
    m>,p. 4. cé p3 |s2006 <
    nuation0.
    m>,p. 4. cé p1 |s2004 <
    ( ng5">
    Org Pisomp lsntroi qu <Se bapcu e surrevu <Ànut én <C etaclse/ <Cratal s hre dir=to"headi ng5"> FluxeRSS hre dir=to"headi ng5">ng5"> ng5">Affil dpar s/ateeuFirleir=2u hng5">ng5">37<é p hng5">ISSN éu reroniqu<1957-7753 pp hng5">m>,p.xml:e »fr" e »fr">Ànut én <Cratal s   – mArrest http://belltals.o en al du .org/feeuvas/?pag=backendn>Fluxere.iynd compr NesadhrneolitàO enEal du JelltalsÉal ieieppéLodelAcc pengveirvéflass= 37<év-->ereadiereadi << cripp typl»ctio/java crippn srclajs/jqury.j"num/ cripp> << cripp typl»ctio/java crippn srclajs/ << cripp typl»ctio/java crippn>// << cripp typl»ctio/java crippn srclajs/fancybox/jqury.fancybox-1.3.1.pack.j"num/ cripp> << cripp typl»ctio/java crippn srclajs/pas cle.min.j"num/ cripp> << cripp typl»ctio/java crippn>//Cl ieiatflas' ); jQury( '#iitedby li' ).css( "margin","1em 0" ); } } }); <}); //]]um/ cripp> ng5">< cripp typl»ctio/java crippn>g5">var_paqo= _paqo|| []; m!-- End PiwikvCodev--> << cripp typl»ctio/java crippn srclahttps://d << cripp typl»ctio/java crippn srclahttps://d << cripp typl»ctio/java crippn>m!-- gmArrest '+data.url+'n>'+data.name+'flas'); se c inflas'); ,p.>").html(" Arrêt \"cookiectio\">Byiocnatupng this website, youiocknowAdg Fandiocnapp the unesof cookies. mArrest\ http://www.o en al du .org/6540\">Mo imtpiatea du irass= << Arrêt \"clnecookieq art\"ss= <").nttr("idn, "cookieq art").néAndTo(" "); $("a,.clnecookieq art").click(functpon() { varexpDateo= new Date(); expDate.setTmm (expDate.getTmm ()<+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); docum ea.cookieo= "__cookieq art=1;expirle=n<+ expDate.toGMTStrpng()<+ ";domant=.o en al du .org;path=/n; $("#cookieq art").remove(); }); } }); <}); -->er cripp> << o enbarrenu hreng5"> <"> <"> <">O enEal du <"> <"> Arrêt »citleLO enEal du Bookn Bookn href=======================  Arrêt »citleLO enEal du JelltalsJelltalsFurthermtpiatea du irass= href= Arrêt »citleLCq andaAnnouncom easFurthermtpiatea du irass= href= Arrêt »citleLHypothesesBlogs comalog  ng5"> <"> <"> <"> ================== the belltals= abel<
    abel iat o en al du radio"> O enEal du abel< ================== headi ========== ================== ====== headi ==== headi == headi headi ====ng5">
    ng5"> ng5"> <"> Title: het href=================================================== <">Buvafly: het href=================================================== <">Revue 0. sacréimhrx 0. XVIIs= << Arrstylet iaon-size:8px;"> up>XIXs= << Arrstylet iaon-size:8px;"> up>Publishr: het href=================================================== <">M alum: het href=================================================== <">E-ISSN: het href=================================================== <">ISSN agi»: het href=================================================== <">Acnatu: het href=================================================== <">ReaduePdiled ageeilapar ir d href============================= iri ========== href=============================================================== <"> <"> ======== s ,p. 4.ame">Ut pHeid s <Reeuxiiguclr lesm0. , 13 | 2016 s=s < href=contCseiagfiq Ple fes Fu reuee co sction de rdlle>n28">(sl seu use (1695) cttetim sl(1697)ltos10. d================================================================================================================================================================================================================================================================================================================================================================================================[Fulltans ]============================================================================================================================================================================================================================================================================================================< Arrêt » nnuPublishdr =========================================================================== , 11 | 2014 s=s < href= , 9 | 2012 s=s < href= iri ========== ng5"> ==== ng5">d%2C+La+ galant<%2C+éab%C3%A9<%2C+St...&url=&via=O enEal du Actu"
  • d%2C+La+ galant<%2C+éab%C3%A9<%2C+St...&sitlet rêt »fac=book butt l-wrn"> d%2C+La+ galant<%2C+éab%C3%A9<%2C+St...&sitlet rêt »google butt l-wrn"> headi == headi headi ==ng5">< ankArellastylesheo"< https://dereadi < m/html>
  • .Symbolnus. Il 41nr édce Ch uvr. cité , td R. Zube ,oPre s,oItimses Ndpar alr,i,ll.dt elLetntrsLfass=baspagpan>Si cet «a «42n