Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Montesquieu, Histoire véritable et autres fictions

choix et édition de Catherine Volpilhac-Auger et Philip Stewart, Gallimard, coll. « Folio classique », 2011
Christelle Bahier-Porte
p. 289-291
Référence(s) :

Montesquieu, Histoire véritable et autres fictions, choix et édition de Catherine Volpilhac-Auger et Philip Stewart, Gallimard, coll. « Folio classique », 2011

Texte intégral

1Ce volume original réunit neuf opuscules — roman, apologue, conte, dialogues, lettres, portraits, fiction mythologique ou antique —, écrits par Montesquieu tout au long de sa carrière, de 1721 pour les contes tirés des Lettres persanes à 1751 pour Lysimaque et la révision de l’Histoire véritable. Pour la plupart non publiées du vivant de leur auteur, ces fictions se caractérisent par leur grande liberté. L’écriture se fait galante, fantaisiste mais aussi éloquente ou pathétique ; les genres expérimentés se répondent et se mêlent et les sujets abordés, audacieux parfois, sont au cœur des préoccupations de l’auteur de L’Esprit des Lois : « la fiction la plus débridée fait donc pleinement partie de son mode d’expression et de pensée, voire d’action. » (Préface des éditeurs, p. 9)

2Le volume s’ouvre sur l’Histoire véritable, rédigée sans doute entre 1735 et 1738 et soumise à la critique de Jean-Jacques Bel. Montesquieu n’y revient pas avant 1750-1751, après le succès de L’Esprit des Lois. D’inspiration orientale, le conte expérimente, après Les Contes chinois de Gueullette (1723) et avant Le Sopha de Crébillon (1742), les libertés et possibilités offertes par le motif de la métempsycose. Les éditeurs donnent en annexes les variantes significatives du manuscrit de la première version et la critique de Jean-Jacques Bel qui ne propose pas moins à son ami que de refaire l’ouvrage. Les extraits des Pensées permettent de poursuivre l’exploration du genre du conte philosophique, par le biais d’un bref conte étiologique, de portraits ou d’extraits de dialogues. Les contes tirés des Lettres persanes terminent ce premier ensemble. La célébrité de l’apologue des Troglodytes permet de donner une lumière nouvelle à deux contes moins connus, et moins étudiés. L’Histoire d’Aphéridon et Astarté, en donnant la parole à un Guèbre, aborde la question complexe de l’inceste et les problématiques que cette dernière engendre autour de la liberté religieuse ou de la valeur à accorder aux pratiques minoritaires (p. 120). L’Histoire d’Anaïs, conte persan soulève enfin, avec une liberté étonnante, la question de l’inégalité des sexes et du plaisir féminin. Indéniablement, le conte est pour Montesquieu le lieu d’une expérimentation libre des questions les plus hardies.

  • 1 Selon la « Préface du traducteur » : « Ce petit roman est un espèce de tableau où l’on a peint, ave (...)

3Les quatre textes suivants se fondent, avec toute la liberté de la fiction, sur la grande culture antique de Montesquieu. Tous, à leur manière et selon un point de vue particulier, permettent d’étayer la réflexion autour de la liberté et de ses limites. Les Lettres de Xénocrate à Phérès (rédigées vers 1723) reposent sur une allégorie mythologique et proposent un portrait de Philippe d’Orléans sous le nom d’Alcamène. Le Dialogue de Sylla et d’Eucrate, rédigé vers 1726, et publié en 1745, rend compte d’une des préoccupations essentielles de Montesquieu : « Par quels processus politiques, institutionnels,  psychologiques, en arrive-t-on à perdre sa liberté ? » (p. 174). Le Dialogue de Xantippe et de Xénocrate (rédigé avant 1730) approfondit cette même question en présentant un autre idéal de liberté, véritablement digne d’admiration. Reprenant le même schéma narratif que les deux dialogues précédents — un homme illustre relate sa vie en en tirant des leçons de sagesse issues de sa propre expérience —, Lysimaque relève également d’une logique de l’admiration et interroge les limites et dangers du pouvoir absolu. Montesquieu donne son texte au Mercure de France en 1754, il garde cependant dans ses Pensées une fin plus inquiète remettant en cause la possibilité du bonheur pour un monarque. Cette question du bonheur est essentielle dans le dernier roman, Arsace et Isménie, rédigé en 1742 et repris en 1747, mais jamais publié par Montesquieu. Cette histoire orientale aux multiples rebondissements et récits entrecroisés, mêlant merveilleux, rivalités politiques et amoureuses et histoire d’amour pathétique, s’ouvre également à la réflexion politique dans sa dernière partie et reprend la délicate question du suicide. La fin, magistrale et longtemps inconnue, fait d’Arsace un véritable héros, aussi digne d’admiration que ses prédécesseurs antiques. Le volume s’achève sur un texte plus ancien et plus célèbre, auréolé d’un très grand succès tout au long du xviiie siècle : Le Temple de Gnide (1725), temple dédié à Vénus et à l’amour. « Galanterie un peu libertine » (p. 272), poème, « petit roman » ou « espèce de tableau1 », le texte témoigne de l’ancrage de Montesquieu dans la société mondaine et d’un certain attrait pour le goût moderne. Il n’en présente pas moins, en sept chants et un très bref conte (Céphise et l’amour), autant de variations sur la diversité des comportements humains, rejoignant ainsi la vocation exploratoire des autres fictions qui nous ont été données à lire.

4Les différents textes réunis dans ce volume ont déjà été publiés dans le cadre scientifique des Œuvres complètes de Montesquieu (sauf les extraits des Pensées). Mais les éditeurs, en travaillant sur des documents inédits, ont aussi choisi de revenir aux manuscrits ou éditions originales pour l’établissement des textes proposés. Le dossier de variantes permet de suivre l’évolution des textes, parfois longtemps remisés par Montesquieu, et même d’infléchir le sens de la version publiée (Lysimaque ou Arsace et Isménie). La publication en un seul volume de ces divers opuscules leur donne une signification nouvelle, faisant naître des échos et des modulations sur des notions aussi centrales que le bonheur, la liberté individuelle et politique, la juste conduite des monarques ou l’inégalité des sexes. Catherine Volpilhac-Auger et Philip Stewart nous invitent ainsi à suivre la « chaîne secrète » qui pourrait relier ces brèves fictions, véritables expériences de pensée pour un Montesquieu « conteur et philosophe » (p. 10).

Haut de page

Notes

1 Selon la « Préface du traducteur » : « Ce petit roman est un espèce de tableau où l’on a peint, avec choix, les objets les plus agréables. » (p. 281)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Bahier-Porte, « Montesquieu, Histoire véritable et autres fictions », Féeries, 9 | 2012, 289-291.

Référence électronique

Christelle Bahier-Porte, « Montesquieu, Histoire véritable et autres fictions », Féeries [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/feeries/840

Haut de page

Droits d’auteur

© Féeries

Haut de page
  • OpenEdition Journals