Skip to navigation – Site map
Ponctuation et ordonnancement des unités discursives

Ponctuation et mise en page dans Madame Bovary : les interventions de Flaubert sur le manuscrit du copiste

Stella Mangiapane

Abstracts

This paper deals with the last stages of Madame Bovary’s genesis, which are attested, in the final manuscript, by the corrections made by Flaubert himself on his own work and on the deliberate or accidental modifications made by the copyist, with regard to punctuation or layout. Two specific aspects of Flaubert’s writing will be analysed: first, the rhythmic more than logical function that Flaubert attributed to punctuation and second, the constant attention paid to the creation of a particular rhythm of the page. The latter derives from both the visual and narrative elements and is linked to the concatenation of paragraphs, considered as narrative strategic units. This paper thus investigates the last stage of the writer’s work, comparing, on the one hand, the final autographed manuscript and, on the other hand, both the edition of the novel published on the Revue de Paris (October-December 1856) and the first printed edition (Michel Lévy frères, 1857). These different comparisons will highlight the scope and range of the questions raised by Flaubert’s use of punctuation.

Top of page

Full text

Gustave Flaubert, Manuscrit autographe de Madame BovaryFull size image
Credits : Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
  • 1 Voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Critique génétique et édition critique : apports et apories. L’exemp (...)

1Quoi de plus aléatoire, sinon périlleux, que l’effort de raisonner sur la ponctuation et la mise en page des œuvres romanesques de Flaubert ? Car la toute première question qui se pose est : quelle ponctuation et quelle mise en page ? Celles du manuscrit autographe ? Celles du manuscrit du copiste relu et corrigé par Flaubert ? Ou bien celles des éditions imprimées, pré-originales et originales ? En effet, toutes diffèrent entre elles dans nombre de cas, laissant le commentateur suspendu entre des choix qui impliquent chacun une position différente quant aux principes de l’édition des œuvres littéraires1.

2Trancher n’est pas aisé. Les tenants de la suprématie génétique du manuscrit autographe, attestant l’ultime aboutissement d’un travail singulier de création littéraire, rêvent d’une édition qui en respecte presque religieusement l’intégralité. Or, non seulement Flaubert relit et corrige le travail des copistes professionnels avant que ses œuvres ne soient imprimées, se plaignant d’ailleurs dans sa Correspondance des bévues qu’il y décèle, mais aussi il prolonge souvent dans ces pages l’activité proprement génétique, apportant des modifications très importantes à son texte, tant au niveau des phrases que de la ponctuation, mais également en ce qui concerne l’agencement narratif et l’organisation générale de l’œuvre en chapitres et paragraphes.

  • 2 Voir à ce propos Rosa Maria Palermo Di Stefano, Il Problema del testo di Un cœur simple, Chieti, Ve (...)
  • 3 Les idées exprimées par Flaubert dans sa Correspondance sont bien connues : « J’en conçois pourtant (...)
  • 4 « Flaubert lui-même corrige le manuscrit du copiste dans le sens de l’usage courant (une certaine i (...)

3On aurait donc du mal à ne pas admettre que la révision de l’écrivain, une fois remise à son éditeur, atteste sa volonté d’auteur, qu’elle soit définitive ou qu’il décide d’apporter des corrections à son texte à l’occasion de nouvelles éditions. Cependant, des études éminentes ont démontré que l’écrivain relit les manuscrits préparés pour l’impression sans se fonder sur la collation ponctuelle de ses propres manuscrits définitifs et que de nombreuses fautes de recopiage échappent à son attention, déterminant de fâcheuses altérations du texte qu’il a établi2. Et, pour en rester strictement à la question de la ponctuation, comment considérer son attitude à l’égard des nombreuses modifications apportées par les copistes dans le but de normaliser selon les règles du temps une pratique auctoriale parfois déviante mais qu’on aurait de la peine à ne pas inscrire parmi les traits stylistiques de l’écrivain en matière de rythme et de prosodie de la prose ?3 La comparaison entre les manuscrits définitifs autographes et ceux des copistes montre que souvent Flaubert ne corrige pas ce genre d’intrusions : ne les remarque-t-il pas, les accepte-t-il de bon gré ou se résigne-t-il à les tolérer, les considérant comme un tribut payé à la lisibilité du texte imprimé ?4

4Ces nombreuses questions, destinées à rester en quelque sorte en suspens, nécessitent pourtant d’être prises en compte comme toile de fond sur laquelle placer les quelques considérations que l’on proposera dans ces pages.

  • 5 Ce manuscrit (489 ff.) est conservé, avec les plans et les brouillons du roman, à la Bibliothèque m (...)
  • 6 Bibliothèque municipale de Rouen, cote Ms g 221.
  • 7 Six livraisons (1er et 15 des mois d’octobre, novembre et décembre 1856), consultables en ligne à p (...)
  • 8 Nous avons eu recours à : Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait de l’original de 1 (...)
  • 9 Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. de Claudine Gothot-Mersch, Paris, Garnier, 1971, p. 438.

5Toute analyse comportant la nécessité de délimiter le territoire à explorer, nous avons choisi de circonscrire nos observations aux toutes dernières phases de la genèse de Madame Bovary, en fondant notre réflexion sur les interventions attestées de Flaubert dans le manuscrit du copiste5 (en particulier dans les folios concernant la première partie du roman) et en l’élargissant par la comparaison de cet ultime témoignage du travail de l’écrivain avec, d’un côté, le manuscrit autographe6 et, de l’autre, l’édition pré-originale parue dans la Revue de Paris en 18567 et la première édition en deux volumes réalisée par Michel Lévy en 18578. On analysera deux aspects particuliers de la pratique d’écriture flaubertienne : d’une part, la fonction plus rythmique que logique9 que Flaubert attribue à la ponctuation et, d’autre part, l’attention constante qu’il porte à la création d’un rythme autre, celui de la mise en page, relevant en même temps du visuel et du narratif et lié à l’agencement des unités narratives stratégiques que sont les paragraphes, et particulièrement l’alinéa. Le regard croisé porté sur les différents documents nous permettra de mesurer la différence qui existe entre le texte qui a été livré aux lecteurs dans les deux premières éditions imprimées du roman et celui que l’auteur a élaboré dans l’espace intime de son activité créatrice.

6Comme on le sait, dans l’histoire de l’élaboration de Madame Bovary, le manuscrit du copiste constitue un document génétique composite et complexe ; il est le témoin involontaire mais très éloquent d’une genèse littéraire ainsi que des vicissitudes de la première publication du roman dans la Revue de Paris :

Le manuscrit du copiste porte les multiples traces des interventions de l’auteur et ses éditeurs-censeurs : d’abord les corrections par Flaubert des erreurs commises par ses copistes, puis les sacrifices volontaires de nombreux passages, enfin les ratures pratiquées par Laurent-Pichat, identifiables par les réactions de Flaubert en marge, qui rétablit son texte en le recopiant (parfois avec des variantes) quand il est devenu peu lisible sous les traits de biffure, ou en intimant à l’imprimeur l’ordre de composer le texte10.

  • 11 Flaubert élimine courageusement plusieurs épisodes, comme il l’explique lui-même dans une lettre bi (...)

7Outre les sacrifices auxquels l’écrivain se soumet dans le but d’améliorer la structure narrative de son roman11, le manuscrit du copiste témoigne de très nombreuses interventions de la main de Flaubert concernant la ponctuation, l’enchaînement des alinéas, ainsi que l’organisation générale du roman en chapitres. La genèse littéraire se prolonge donc au-delà de l’établissement du manuscrit autographe, incluant cette dernière phase où l’activité créatrice se manifeste par un principe général de « variation », qui, selon un mouvement typique de l’écriture flaubertienne, non seulement prend la forme d’ajout de nouveaux éléments ou de modification d’éléments préexistants mais qui peut même en arriver jusqu’à l’acte suprême du renoncement.

1. Ponctuer : un choix, un droit ou un abus ?

8En passant d’un document génétique à l’autre et comparant ces documents à l’édition pré-originale et à la première édition en volumes du roman, on est confronté à des cas d’espèce différents ; ils se suivent et s’entrelacent continuellement et leur nombre extrêmement élevé cause une sorte de vertige quand on tente de les relever, de les comparer ou de les classer. La vie des signes de ponctuation semble presque condamnée au protéiforme car leur état se modifie sans cesse : les virgules, les points, les points-virgules, les tirets sont parfois ajoutés, parfois éliminés, d’autres fois remplacés par d’autres signes.

9Les questionnements sont alors destinés à se multiplier : peut-on toujours distinguer les fautes intervenues pendant le recopiage des interventions délibérées du copiste ? Et aussi : les cas de ponctuation déviante, que le scribe modifie pendant son travail avant que les éditeurs n’interviennent ultérieurement au moment de l’impression, dérivent-ils toujours d’un choix précis de la part de l’auteur ? Ou ne sont-ils pas parfois de simples tics d’écriture, si ce n’est des bévues de l’écrivain lui-même, dérivant des multiples modifications qu’il apporte sans cesse à son texte, étant donné que très souvent Flaubert ne rectifie pas l’intervention, arbitraire ou accidentelle, de son copiste ? En d’autres termes, si, par le manque de rectification de sa part, Flaubert légitime le droit du copiste de normaliser sa ponctuation, doit-on considérer qu’il reconnaît également le droit de l’éditeur d’en faire autant ? Ou les deux typologies d’altération du texte de l’auteur sont-elles toujours à considérer comme de véritables abus ?

  • 12 L’avant-texte complet de Madame Bovary est consultable sur le site de l’édition intégrale des manus (...)

10Encore une fois, trancher n’est pas aisé. Il suffit de comparer la première page du manuscrit du copiste avec, en amont, le manuscrit autographe12 et, en aval, l’édition pré-originale de 1856 et l’édition Lévy de 1857 pour constater à quel point la complexité des questions que l’on vient d’évoquer marque les étapes fondamentales de son histoire : recopiage de l’autographe par le copiste professionnel, relecture et correction de Flaubert, impressions. Dans l’image ci-dessous, nous avons signalé par l’emploi de couleurs et de symboles différents les cas concernant les deux premières étapes : les corrections de la part de Flaubert des fautes du copiste (en jaune) et les modifications apportées par ce dernier à la ponctuation originelle mais sur lesquelles l’écrivain n’est pas intervenu : les omissions (en rouge), les signes ajoutés (en bleu clair) et ceux qui ont été remplacés par d’autres signes (en bleu foncé).

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

  • 14 Voici ce que Flaubert, occupé dans la relecture du manuscrit du copiste, écrit le 9 avril 1856 à Lo (...)

11On remarquera que c’est par une décision aussi bien tardive qu’imprévue que Flaubert modifie, sur la copie qu’il relit, l’incipit de son roman, lui conférant sa forme définitive, plus synthétique et marquée par un rythme différent : « Nous étions à l’étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois… » ; dans le deuxième paragraphe, il remplace aussi la conjonction « et » par l’adverbe « puis ». Dès la première page, en outre, il doit intervenir pour corriger les fautes du copiste qui écrit « garçon de glace » pour « garçon de classe »14, oublie plus loin le verbe « voir » et transcrit « laissant par la fente des parements » pour « laissait voir par la fente des parements » et recopie « Les jambes » au lieu de « Ses jambes ».

12En ce qui concerne la ponctuation, dans « Il était chaussé de souliers forts », l’écrivain intervient pour rétablir le point qui précède cette phrase dans son manuscrit autographe15, signalant le début de la nouvelle phrase par la majuscule qui surcharge le pronom « il »16. Par cette intervention, il rectifie le rythme du passage, non seulement du point de vue prosodique (la preuve du « gueuloir », si chère à Flaubert, suffit pour le constater) mais aussi dans la manière dont sont scandés les détails de cette description, ainsi scindée en quatre noyaux distincts : la figure, le buste, les jambes, les pieds ; toutefois, il ne corrige pas le point-virgule qui précède le pronom et qui, dans la version imprimée, sera remplacé par un point. En revanche, dans « voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième », au deuxième paragraphe – version du copiste –, Flaubert ne rétablit pas sa propre version, telle qu’on peut la lire dans le manuscrit autographe17 où, en dépit du fait que selon son habitude il n’emploie pas de majuscule, la phrase « il entre en cinquième » est encadrée par deux points, marquant ainsi, avec la phrase qui la précède, deux pauses fortes dans le discours direct. Enfin, il ne s’attarde pas sur le fait que le copiste aussi, tout comme on le remarque dans l’autographe, n’a pas mis de majuscule après le point dans le cas de « si son travail et sa conduite sont méritoires… ». Les éditeurs s’occuperont de restituer la majuscule.

13Nous voulons également nous arrêter sur les autres modifications apportées par le copiste à la ponctuation de l’auteur, avant de signaler les changements que l’on relève dans les éditions imprimées.

14Le respect des principes syntaxiques en matière de ponctuation pousse vraisemblablement le copiste à omettre la virgule qui figure dans « Ceux qui dormaient, se réveillèrent » du manuscrit autographe. Chacun appréciera ou pas l’effet, incontestable en dépit de l’infraction au bon usage, de mise en relief d’une classe d’enfants ennuyés produit par cette pause instaurée par la virgule et que nous ne retrouvons plus dans le texte publié. D’autres fois, les signes de ponctuation sont ajoutés, toujours, semble-t-il, dans le but de marquer l’organisation syntaxique des phrases : c’est le cas des virgules insérées après « lui dit-il », « à demi-voix », « village », « parements » et « jaunâtres ». Autant de cas où le rythme de la prose est modifié, mais Flaubert ne juge pas devoir intervenir pour rétablir sa propre version.

15Lorsque l’on compare le manuscrit du copiste revu par Flaubert avec l’édition pré-originale et l’édition originale de 1857, on voit les différences se multiplier : de nouvelles virgules sont insérées dans le texte tandis que d’autres sont éliminées. À chaque ajout ou omission, si le bon usage est peut-être encore une fois sauvegardé, il en résulte des changements significatifs au niveau prosodique, qui nous font lire un texte autre, au souffle différent ; en outre, certains détails de la description mis en évidence par l’emploi des virgules, une fois les virgules éliminées, perdent leur relief, comme dans le cas de « à boutons noirs ».

16Nous reproduisons ici la première page du roman publiée dans la Revue de Paris18. Des symboles bleus indiquent les signes de ponctuation qui ont été ajoutés ou modifiés, les petites croix rouges ceux qui ont été éliminés.

  • 19 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 6.

17L’édition Lévy présente une ponctuation analogue, à l’exception de la virgule ajoutée après « entournures »19.

18Le deuxième exemple que nous allons analyser nous semble emblématique de la variété et de la complexité qui caractérisent les interventions de Flaubert sur le manuscrit du copiste. En particulier, il montre que la réflexion sur la question de la ponctuation ne peut pas faire abstraction des cas où les corrections de l’écrivain modifient la version établie dans son propre manuscrit autographe et que le copiste a rendue correctement. Ce seront donc des cas d’autocorrection qui se configurent, tout comme les autres typologies d’interventions, comme autant de prolongements de l’activité proprement génétique. Le passage en question concerne l’éducation impartie par M. Bovary père à Charles enfant ; dans le manuscrit autographe, il s’enchaîne sur deux folios :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

19Il est évident que le travail du copiste n’est pas sans difficultés. Non seulement il doit se repérer parmi les ratures et les variantes témoignant des efforts incessants de l’écrivain de ciseler ses phrases, mais il doit aussi suivre les nombreux signes de renvoi pour se frayer un chemin dans cette écriture encore dramatiquement marquée de repentirs.

20Nous reportons ci-dessous notre transcription du passage ; pour faciliter la lecture, nous avons omis tout ce qui est barré ou raturé, suivi les signes de renvoi pour intégrer à leur place les ajouts se trouvant dans la marge gauche ou dans l’interligne et rendu « & » par « et ». Selon un tic d’écriture fréquent, Flaubert commence une nouvelle phrase par une minuscule après un tiret :

— à l’encontre des tendresses maternelles il avait en tête un certain idéal viril de l’enfance d’après lequel il tâchait de former son fils voulant qu’on l’élevât durement à la spartiate pour lui faire une bonne constitution ; il l’envoyait se coucher sans feu lui apprenait à boire de grands coups de rhum et à insulter les processions Mais naturellement paisible, le petit répondait mal à ses efforts ; Sa mère le traînait […]

21Comparons maintenant le texte de Flaubert avec celui du copiste:

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

22Les fautes, parfois graves, sont là et elles s’entremêlent sans cesse avec des interventions qui semblent viser un ordonnancement de la ponctuation plus respectueux de la norme. Mais, à chacune de ces distractions ou intrusions délibérées, on voit le rythme des phrases changer et, si on se livre à l’exercice habituel pour Flaubert de la lecture à haute voix, on entend résonner une mélodie différente.

23La première longue phrase se terminant sous la plume de l’écrivain par un point-virgule après « constitution » change totalement de rythme une fois recopiée : différentes pauses s’instaurent par l’ajout des virgules qui scandent les liens syntaxiques entre les différentes propositions (après « maternelles » et « fils ») et de celles qui encadrent logiquement le complément de manière « à la Spartiate ». Pourtant, Flaubert ne semble pas dérangé par ces modifications car il ne corrige pas la nouvelle ponctuation. En revanche, les lignes restantes, dans le passage recopié, posent des problèmes et exigent l’intervention de l’auteur. « Pour lui faire une bonne constitution » commence par une majuscule, incohérente après la virgule, et le point-virgule qui clôt cette phrase dans le manuscrit autographe est remplacé par une virgule : probablement influencé par la majuscule qu’il a transcrite de manière erronée, le copiste agit comme si la subordonnée de but commençait une nouvelle phrase tandis que, dans l’intention de l’écrivain, elle doit clore la période précédente. Non seulement le rythme des phrases est modifié, mais l’enchaînement logique des propositions en est altéré. Flaubert doit intervenir et, cette fois, c’est aussi sa propre version qu’il corrige, substituant par un point la virgule qui suit « constitution » dans le manuscrit du copiste — partant son propre point-virgule du manuscrit autographe — et surchargeant d’une majuscule le pronom « il » par lequel commence ainsi une nouvelle phrase. Enfin, comme le copiste n’a pas reconnu dans l’autographe la majuscule de « Mais » (confirmée d’ailleurs dans le brouillon précédent23), Flaubert ajoute, après « processions », un point qui n’apparaît pas non plus dans le manuscrit autographe.

24Pendant sa relecture, Flaubert a donc corrigé certaines fautes du copiste, modifié parfois sa propre version de la ponctuation et, dans d’autres cas, accueilli, consciemment ou non, les interventions du scribe. Dans l’édition pré-originale, le texte connaîtra d’autres modifications concernant toujours la ponctuation.

25Voici comment se présente le passage aux lecteurs de la Revue de Paris en ce mois d’octobre 185624 :

26Pour respecter la segmentation logique dérivant des liens syntaxiques, d’autres virgules ont été ajoutées (après « enfance » et « mais ») ; elles introduisent des pauses supplémentaires et rendent le rythme du passage encore plus saccadé. Enfin, un point virgule a remplacé le point après « processions ». On est certainement loin du souffle long de la première phrase telle qu’on peut la lire dans le manuscrit autographe de l’écrivain.

  • 25 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 11.

27La version publiée en 1857 reprend la même ponctuation à l’exception du point après « processions », qui rétablit la version corrigée par Flaubert25.

  • 26 La première partie de ce même exemple a déjà fait l’objet d’un excellent commentaire : Yvan Leclerc (...)

28Des cas analogues se rencontrent dans tout le manuscrit du copiste et ils présentent souvent la même nature composite et problématique. En faire un relevé ponctuel apparaît une entreprise très ardue, sinon impossible, mais chaque cas confirme l’attention constante que Flaubert prête à la ponctuation et la valeur qu’il lui attribue en vertu des effets rythmiques qui dérivent de son emploi. Pourtant, ses corrections sur l’ultime manuscrit en vue de l’édition du roman ne sont pas toujours respectées par les éditeurs. En voici un exemple qui nous semble révélateur26 : il concerne deux fragments de l’épisode de la première visite de Charles aux Bertaux après la mort d’Héloïse. Nous reproduisons d’abord la version du manuscrit autographe ; ensuite, celle du copiste :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

29et, quelques lignes plus bas :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

30Bien que le copiste recopie assez fidèlement, l’écrivain corrige à plusieurs endroits : il sépare par des points et par des majuscules qui surchargent l’écriture du scribe une série de phrases qui, dans le manuscrit autographe, sont séparées par des tirets et ne commencent pas par une majuscule. Sous la plume de Flaubert, la prose acquiert un rythme rapide et saccadé, correspondant à celui d’une narration réduite à l’essentiel, qui relate des actions simples, présentées presque schématiquement dans leur succession, dans un épisode qui met en scène les hésitations voire l’embarras de cette entrevue qui annonce une union désormais possible. Si l’on se réfère au manuscrit autographe, ces caractéristiques nous semblent encore plus évidentes par la présence, par exemple, du point-virgule après « Elle se rassit » que le copiste a rendu par une virgule, à la pause moins forte.

31Cependant, ce n’est pas sous cette forme que nous connaissons ce passage car, déjà à partir de l’édition pré-originale30, la ponctuation, et, corrélativement, la prosodie du texte sont modifiées : des virgules sont éliminées et les points-virgules qui remplacent presque tous les points que Flaubert a insérés marquent des pauses plus faibles que celles prévues par l’écrivain ; enfin, les actions, dans leur enchaînement, semblent se détacher moins nettement les unes des autres :

32Comme le remarque Yvan Leclerc, les choses se passent donc comme s’il existait une ponctuation, celle de l’écrivain, à la fonction éminemment rythmique, qui agit à l’intérieur de l’univers clos du manuscrit, et une autre ponctuation, qui accompagne le texte une fois sorti du ventre où s’est accomplie sa gestation. La première joue un rôle proprement créatif (dicter un rythme, orchestrer une musicalité, faire ressortir des sonorités, créer une prosodie), la deuxième semble assumer un rôle socialisant, rendant le texte lisible selon les conventions auxquelles les lecteurs sont habitués. Flaubert lui-même semble en être conscient et l’accepter, sachant qu’il y a des limites à ce que le texte imprimé peut accueillir de ses expérimentations :

  • 31 Yvan Leclerc, « Ponctuation de Flaubert », op. cit., p. 147.

Il sait bien que le tiret ne passera pas tel quel dans le texte imprimé (peu importe : son domaine réservé est celui du manuscrit) : tout au plus il peut espérer qu’il restera quelque chose de ces ratures du vide (ou trait d’union) dans la scansion de la phrase […] Il en va de ce tiret [et de la ponctuation…] comme des mots crus employés dans le scénario de Madame Bovary : il faut qu’ils aient été écrits pour qu’on sente leur existence par en-dessous31.

2. Le rythme de l’alinéa : du visuel au narratif, pour une prosodie de la page

33Conçue par Flaubert en tant qu’unité textuelle dans laquelle les contenus sont véhiculés aussi par le biais d’une sémiotique autre que celle relevant des mots et solidaire de celle-ci, la page, aussi bien celle manuscrite que celle imprimée, a son propre tempo, une cadence visuelle qui se veut le reflet d’un sens, d’une organisation du récit, d’un souffle narratif.

  • 32 « On appelle de ce nom la première ligne des périodes que, pour plus de clarté, les écrivains moder (...)

34L’alinéa32 contribue de façon importante au réglage de ces éléments et la pratique scripturale de Flaubert montre clairement l’attention extrême qu’il porte aux effets rythmiques que son emploi peut assurer :

  • 33 Ibid.

Clarté, lisibilité, ordonnancement : on peut voir chez Flaubert le blanc alinéaire remplir ses fonctions traditionnelles. Il peut signaler le changement d’interlocuteur dans un dialogue, un saut dans le temps, le passage d’une séquence à l’autre. […] En fait, l’alinéa flaubertien n’est pas un simple outil de la narration classique, liée à l’idéologie de l’expression et de la communication, et à la forme concrète que la bourgeoisie lui a donnée : le roman. […] le blanc alinéaire structure une écriture qui pose des problèmes nouveaux. Et d’abord en ceci que, par sa fonction de scansion, il subvertit l’opposition entre le discours de la prose et celui de la poésie. […] Chaque blanc n’est pas seulement une pause dans le discours, mais le prélude à une nouvelle attaque du texte, qui donne toute son importance à la « première phrase », que Flaubert médite et essaie pendant des semaines. C’est plus un rupteur rythmique qui est peut-être à analyser dans la perspective des silences et des soupirs dans le discours musical33.

  • 34 Dans un passage bien connu d’une lettre à Louise Colet, Flaubert énonce les problèmes que lui pose (...)

35En parcourant le manuscrit du copiste, on relève un grand nombre d’interventions de la main de Flaubert suite auxquelles la cadence de la prose et de la page est modifiée par de nouvelles combinaisons des paragraphes, unités narratives aussi fondamentales dans la poétique de l’auteur que ses « phrases »34.

  • 35 Pour la Première partie du roman, les débuts des chapitres II à IX sont signalés sur le manuscrit d (...)

36La division en chapitres opérée directement sur le manuscrit du copiste est certainement l’intervention la plus importante au niveau des grands blocs narratifs du roman. L’écrivain signale le début de chaque chapitre par un chiffre romain inscrit en grands caractères dans la marge gauche de la page et éventuellement accompagné d’autres gestes d’écriture — signes de césure dans le corps de la page, ratures, réécritures — qui marquent l’incipit du nouveau chapitre. En voici un exemple, concernant le Chapitre III de la Première partie du roman35 :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

37Parfois, c’est à l’occasion de ce travail que l’incipit d’un chapitre est même modifié, comme il arrive, toujours dans la Première partie du roman, pour le début du Chapitre VI :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

38Les repentirs se manifestent même au sujet de cette opération concernant l’organisation générale du rythme narratif du roman et confirment le caractère éminemment génétique de cette phase de travail ; ainsi, le début du Chapitre II, d’abord envisagé dans le f° 18, est ensuite déplacé au f° 19 :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

39Flaubert établit et gère ainsi les rapports entre les grands mouvements narratifs de son roman ; les différents épisodes sont alors scandés selon le rythme que nous connaissons aujourd’hui.

40D’autres interventions, très nombreuses, agissent à l’intérieur des chapitres, au niveau des séquences. Une première typologie regroupe les cas où l’écrivain, en relisant la copie, décide de faire commencer par un alinéa un paragraphe qui, dans son manuscrit autographe, se trouve à la première ligne d’une page et donc le copiste n’y trouve aucun indice qui puisse l’amener à insérer dans le texte qu’il recopie un blanc alinéaire :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

  • 42 Lettre à Louise Colet du 29 janvier 1853, op. cit.

41Flaubert « dévisse » ainsi ses paragraphes, leur permettant de « dévaler les uns sur les autres »42.

42Une deuxième typologie, qui comporte elle aussi de nombreuses occurrences, concerne les cas où l’écrivain corrige les fautes du copiste qui souvent, de manière délibérée ou accidentelle, ne reproduit pas fidèlement l’agencement des paragraphes établi dans le manuscrit autographe.

43Dans certains cas, Flaubert resserre les paragraphes, éliminant le blanc alinéaire dû à l’intervention du copiste. C’est ce qu’on remarque dans le cas des deux longues séquences qui décrivent, dans le premier chapitre du roman, les parents de Charles43. Ces deux passages, commençant chacun par un alinéa, font l’objet de corrections de la part de l’écrivain visant à restituer à la narration le rythme et la cohésion qu’il a établis dans la version remise à son copiste44. Dans le premier cas, la description du père en « bel homme » doit être soudée au paragraphe qui la précède probablement en conséquence du fait qu’elle explique et justifie que la mère de Charles soit « devenue amoureuse de sa tournure ». Flaubert signale donc, par l’un de ses gestes habituels d’écriture, la nécessité de redonner à la séquence son unité et le rythme du passage en est modifié :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

44Quelques lignes plus loin, dans le passage concernant la mère, c’est à notre avis le lien logique exprimé par le connecteur « Alors » qui demande l’élimination de l’alinéa, afin que la longue séquence retrouve sa cohésion interne46 dérivant du fait qu’elle est appelée à décrire l’évolution du rapport tourmenté de Mme Bovary mère avec son époux :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

45Le dernier exemple par lequel nous conclurons notre analyse nous permet d’observer une autre typologie de corrections attestées dans cet ultime témoignage du travail de l’écrivain. Nous pourrons en même temps observer la coprésence, dans un même cotexte, de deux catégories d’opérations marquées, l’une, par un signe qui sépare et l’autre, par un signe qui relie. Nous reproduisons d’abord le passage concerné :

Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy

46Dans ce cas, le copiste recopie fidèlement, suivant le signe de renvoi qui, dans le manuscrit autographe, relie « Mais ce n’était pas tout que d’avoir élevé son fils » avec le paragraphe se terminant par « son successeur » en conséquence du fait que Flaubert décide d’éliminer un passage intermédiaire49. Relisant la copie, l’écrivain décide d’introduire dans le texte une rupture en même temps rythmique et logique requise, nous semble-t-il, par l’opposition exprimée par le marqueur grammatical « Mais ». C’est donc sa propre version du texte que Flaubert corrige ici. Or, l’insertion de cet alinéa qui vient modifier l’enchaînement des paragraphes précédemment établi amène l’auteur à apporter une autre modification à la version de son manuscrit autographe, c’est-à-dire relier le paragraphe qui commence par « Elle lui en trouva une » à la phrase précédente. Dans ce cas, en effet, l’élimination de l’alinéa contribue à renforcer la représentation de cette mère qui prétend gérer entièrement la vie de son fils.

47Aussi bien par sa présence que par son absence, l’alinéa contribue donc non seulement à créer, à l’intérieur de la page, un rythme visuel qui entretient toujours un rapport de cohérence avec le statut et la finalité narrative des énoncés, mais aussi à gérer les effets prosodiques dont Flaubert veut enrichir sa prose. C’est aussi par ces gestes d’écriture, apparemment minimes mais en réalité révélateurs, que Flaubert parvient à faire en sorte que les « voiles » de sa narration « prennent plus de vent ».

48Ponctuer et mettre en page : c’est aussi par la pluralité des opérations relevant de l’emploi de la ponctuation et de l’enchaînement des alinéas que Flaubert procède, minutieusement, à la textualisation de la composante rythmique et prosodique de sa prose romanesque.

49Comme nous venons de le constater par la comparaison ponctuelle des différents documents génétiques, ce travail l’occupe non seulement pendant la longue phase d’élaboration attestée par les brouillons de Madame Bovary, mais aussi dans les toutes dernières étapes de son travail créatif, représentées par la relecture et la correction du manuscrit du copiste en vue de la publication de l’œuvre. Les innombrables modifications concernant les signes de ponctuation et l’agencement des paragraphes dans cet ultime stade de la genèse du roman témoignent de l’attention particulière que l’écrivain porte aux effets prosodiques de l’écriture romanesque. En dépit des altérations nombreuses, et souvent regrettables, que le texte établi par l’auteur subit en conséquence des interventions du copiste professionnel et des éditeurs, la pratique d’écriture flaubertienne montre à quel point la recherche constante d’un emploi savant de la ponctuation et de l’alinéa concourt à la création d’une forme inédite de musicalité de la prose, que gouvernent les tempos de la phrase et de la page.

Top of page

Notes

1 Voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Critique génétique et édition critique : apports et apories. L’exemple du chapitre V de Bouvard et Pécuchet de Flaubert », Bulletin Flaubert-Maupassant, 6, décembre 1998, p. 57-77. On se réfèrera également au dossier réalisé par Jacques Neefs pour son édition de Madame Bovary, Paris, « Le Livre de Poche », LGF, 1999.

2 Voir à ce propos Rosa Maria Palermo Di Stefano, Il Problema del testo di Un cœur simple, Chieti, Vecchio Faggio Editore, 1989 ; Pierre-Marc de Biasi et Déborah Boltz, « Ajouts, omissions, substitutions : la main fautive des copistes dans le texte de L’Éducation sentimentale », Flaubert [En ligne], 1, 2009, mis en ligne le 19 janvier 2009. URL : http://flaubert.revues.org/376.

3 Les idées exprimées par Flaubert dans sa Correspondance sont bien connues : « J’en conçois pourtant un, moi, de style : un style qui serait beau, que quelqu’un fera à quelque jour, dans dix ans ou dans dix siècles, et qui serait rythmé comme le vers […]. La prose est née d’hier, voilà ce qu’il faut se dire. Le vers est la forme par excellence des littératures anciennes. Toutes les combinaisons prosodiques ont été faites, mais celles de la prose, tant s’en faut. », Lettre à Louise Colet du 24 avril 1852, Gustave Flaubert, Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, T. II, p. 79 (toutes les lettres étant citées dans le même tome de cette édition, par la suite on n’indiquera que Corr.) ; « La bonne prose pourtant doit être aussi précise que le vers, et sonore comme lui. », Lettre à Louise Colet du 26 juin 1852, Corr., p. 118 ; « Quelle chienne de chose que la prose ! Ça n’est jamais fini ; il y a toujours à refaire. Je crois pourtant qu’on peut lui donner la consistance du vers. Une bonne phrase de prose doit être comme un bon vers, inchangeable, aussi rythmée, aussi sonore. Voilà du moins mon ambition (il y a une chose dont je suis sûr, c’est que personne n’a jamais eu en tête un type de prose plus parfait que moi ; mais quant à l’exécution, que de faiblesses, que de faiblesses, mon Dieu ! » Lettre à Louise Colet du 22 juillet 1852, Corr., p. 135-136 ; « Vouloir donner à la prose le rythme du vers (en la laissant prose et très prose) et écrire la vie ordinaire comme on écrit l’histoire ou l’épopée (sans dénaturer le sujet) est peut-être une absurdité. Voilà ce que je me demande parfois. Mais c’est peut-être aussi une grande tentative et très originale ! », Lettre à Louise Colet du 27 mars 1853, Corr., p. 287.

4 « Flaubert lui-même corrige le manuscrit du copiste dans le sens de l’usage courant (une certaine idée reçue de la typographie). », Yvan Leclerc, « Ponctuation de Flaubert », dans Flaubert, l’autre. Pour Jean Bruneau, Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 147.

5 Ce manuscrit (489 ff.) est conservé, avec les plans et les brouillons du roman, à la Bibliothèque municipale de Rouen sous la cote Ms g 222.

6 Bibliothèque municipale de Rouen, cote Ms g 221.

7 Six livraisons (1er et 15 des mois d’octobre, novembre et décembre 1856), consultables en ligne à partir de : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1127004.image.langEN.r=bovary.

8 Nous avons eu recours à : Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait de l’original de 1857 annoté par Gustave Flaubert (Postface d’Yvan Leclerc), Genève, Droz, 2011.

9 Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. de Claudine Gothot-Mersch, Paris, Garnier, 1971, p. 438.

10 Yvan Leclerc, Le Procès de Madame Bovary (29 janvier-7 février 1857), en ligne : http://www.bovary.fr/dossiers/roman/proces.html. Dans sa postface à Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 501, Yvan Leclerc nous renseigne d’une manière détaillée sur l’état du manuscrit du copiste : « En tournant aujourd’hui les pages de ce manuscrit, […] on perçoit après un petit temps d’accommodement la différence entre les biffures volontaires opérées par Flaubert, avant de soumettre son manuscrit dans sa version définitive à la Revue, et les mutilations imposées par Laurent-Pichat : ce dernier procède par petits coups de plume inclinés qui hachurent la ligne, recouverte ensuite d’un trait d’encre opaque, ou par des lignes horizontales ondulées, ou encore par des rayures en travers de la page, quand le passage à retirer est plus long. »

11 Flaubert élimine courageusement plusieurs épisodes, comme il l’explique lui-même dans une lettre bien connue à Louis Bouilhet le 1er juin 1856 : « J’ai enfin expédié hier à Du Camp le manuscrit de la Bovary, allégé de trente pages environ, sans compter par-ci par-là beaucoup de lignes enlevées. J’ai supprimé trois grandes tartines de Homais, un paysage en entier, les conversations des bourgeois dans le bal, un article d’Homais, etc., etc., etc. Tu vois, vieux, si j’ai été héroïque. Le livre y a-t-il gagné ? Ce qu’il y a de sûr, c’est que l’ensemble maintenant a plus de mouvement. », Corr. p. 613. Voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Genèse et disparition de la “Panagaudopole”. L’épisode supprimé du jouet des enfants Homais (Madame Bovary, II, 14) », Atti del Convegno Internazionale Madame Bovary. Preludi, presenze, mutazioni (Messina, 26-28 ottobre 2006), a cura di Rosa Maria Palermo Di Stefano e Stella Mangiapane, Napoli, ESI, 2007, p. 43-57 ; Stella Mangiapane, « Genesi di un’assenza. I dialoghi soppressi nell’episodio del ballo alla Vaubyessard (Madame Bovary, I, 8) », Igitur, anno IX, gennaio-dicembre 2008 (Nuova serie), p. 93-106.

12 L’avant-texte complet de Madame Bovary est consultable sur le site de l’édition intégrale des manuscrits de Madame Bovary (Site Bovary : http://www.bovary.fr/). À partir de la rubrique « Feuilleter » on a facilement accès aux images et aux transcriptions des plans et scénarios, des brouillons, du manuscrit autographe et de celui du copiste. Pour toutes les reproductions des manuscrits dont nous nous sommes servie dans cet article nous sommes redevable au Site Bovary.

13 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1048&mode=sequence&mot.

14 Voici ce que Flaubert, occupé dans la relecture du manuscrit du copiste, écrit le 9 avril 1856 à Louis Bonenfant : « Je suis tellement assommé maintenant par ledit produit, à force de le relire, gratter et regratter, que je n’ai pas deux idées debout dans la cervelle. Mon copiste me fait des fautes superbes, il m’écrit “garçon de glace” pour “garçon de classe” et “légumes de l’Adriatique” pour “lagunes” ; bref je deviens idiot – première condition pour avoir de la chance. », Corr., p. 611.

15 Ms g 221 f° 2, http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=920&mode=sequence&mot=%29/.

16 Dans ce cas, la faute du copiste dérive probablement du fait que, selon un tic d’écriture très fréquent, Flaubert, dans son autographe, n’a pas mis de majuscule après le point.

17 Ms g 221 f° 1, http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=919&mode=sequence&mot.

18 Revue de Paris, 1er octobre 1856, T. XXXIX, p. 5, consultable en ligne, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1127004/f5.image.r.

19 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 6.

20 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=926&mode=sequence&mot.

21 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=927&mode=sequence&mot.

22 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1054&mode=sequence&mot.

23 Ms g 223 (1) f° 12 v°, http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1609&mode=sequence&mot.

24 Revue de Paris, 1er octobre 1856, Tome XXXIX, p. 8, consultable en ligne, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1127004/f8.image.

25 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 11.

26 La première partie de ce même exemple a déjà fait l’objet d’un excellent commentaire : Yvan Leclerc, « Ponctuation de Flaubert »…, op. cit., p. 147.

27 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=962&mode=sequence&mot.

28 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=963&mode=sequence&mot.

29 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1082&mode=sequence&mot.

30 Revue de Paris, 1er octobre 1856, T. XXXIX, p. 20, consultable en ligne, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1127004/f20.image.

31 Yvan Leclerc, « Ponctuation de Flaubert », op. cit., p. 147.

32 « On appelle de ce nom la première ligne des périodes que, pour plus de clarté, les écrivains modernes on coutume de commencer à une nouvelle ligne. Ainsi pratiqué, l’alinéa est un signe de la plus grande valeur ; lorsqu’un auteur passe d’une idée à l’autre, d’une partie du sujet à une autre partie, il ne suffit pas d’indiquer par un point que la période est terminée ; il convient encore de le démontrer, par une marque plus importante, plus visible ; cette marque est l’alinéa. L’alinéa rend le texte plus clair, la lecture plus facile, plus attrayante et moins fatigante. » (Michel Sandras, « Le blanc, l’alinéa », Communications, 19, 1972, p. 105-114, consultable en ligne: http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/sandras.php.)

33 Ibid.

34 Dans un passage bien connu d’une lettre à Louise Colet, Flaubert énonce les problèmes que lui pose l’enchaînement des paragraphes pendant la rédaction de Madame Bovary : « Chaque paragraphe est bon en soi et il y a des pages, j’en suis sûr, parfaites. Mais précisément à cause de cela, ça ne marche pas. C’est une série de paragraphes tournés, arrêtés, et qui ne dévalent pas les uns sur les autres. Il va falloir les dévisser, lâcher les joints, comme on fait aux mâts de navire quand on veut que les voiles prennent plus de vent. », Lettre à Louise Colet du 29 janvier 1853, Corr., p. 243.

35 Pour la Première partie du roman, les débuts des chapitres II à IX sont signalés sur le manuscrit du copiste de manière analogue aux folios suivants : Ms g 222 f° 19, 32, 41, 49, 55, 62, 71, 89.

36 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1078&mode=sequence&mot.

37 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1101&mode=sequence&mot.

38 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1064&mode=sequence&mot.

39 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1065&mode=sequence&mot.

40 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1036&mode=sequence&mot.

41 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1142&mode=sequence&mot.

42 Lettre à Louise Colet du 29 janvier 1853, op. cit.

43 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Reproduction au trait …, op. cit., p. 9-11.

44 Voir les f° 6 [http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=924&mode=sequence&mot] et 7 [http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=925&mode=sequence&mot ] du Ms g 221.

45 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1052&mode=sequence&mot.

46 Ms g 221 f° 8, http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=925&mode=sequence&mot.

47 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1053&mode=sequence&mot.

48 http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=1063&mode=sequence&mot.

49 Ms g 221 f° 23, http://www.bovary.fr/folio_visu.php?folio=938&mode=sequence&mot.

Top of page

List of illustrations

Caption (Ms g 222 f° 213)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-1.jpg
File image/jpeg, 172k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-2.jpg
File image/jpeg, 164k
Caption (Ms g 221 f° 920)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-3.jpg
File image/jpeg, 40k
Caption (Ms g 221 f° 1021)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Caption (Ms g 222 f° 822)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-5.jpg
File image/jpeg, 80k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-6.jpg
File image/jpeg, 52k
Caption (Ms g 221 f° 4827)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-7.jpg
File image/jpeg, 48k
Caption (Ms g 221 f° 4928)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-8.jpg
File image/jpeg, 36k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-9.jpg
File image/jpeg, 36k
Caption (Ms g 222 f° 3629)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-10.jpg
File image/jpeg, 36k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-11.png
File image/png, 92k
Caption (Ms g 222 f° 3236)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-12.png
File image/png, 396k
Caption (Ms g 222 f° 5537)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-13.png
File image/png, 491k
Caption (Ms g 222 f° 1838)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-14.png
File image/png, 444k
Caption (Ms g 222 f° 1939)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-15.png
File image/png, 248k
Caption (Ms g 221 f° 12740)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-16.png
File image/png, 137k
Caption (Ms g 222 f° 9641)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-17.png
File image/png, 251k
Caption (Ms g 222 f° 645)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-18.png
File image/png, 564k
Caption (Ms g 222 f° 747)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-19.png
File image/png, 568k
Caption (Ms g 222 f° 1748)
Credits Bibliothèque municipale de Rouen. Photographie : Thierry Ascencio-Parvy
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/1883/img-20.png
File image/png, 682k
Top of page

References

Electronic reference

Stella Mangiapane, « Ponctuation et mise en page dans Madame Bovary : les interventions de Flaubert sur le manuscrit du copiste  », Flaubert [Online], 8 | 2012, Online since 25 November 2012, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/1883

Top of page