Navigation – Plan du site
Le roman au rythme du quotidien (Madame Bovary, L’Éducation sentimentale)

Homais et le journal

Corinne Trichet

Résumés

Dans Madame Bovary, le personnage de Homais est indissociable du journal qui lui sert de marqueur le spécifiant. Cet article a pour enjeu de montrer que cette double existence romanesque, Homais et le journal, est soumise à une même logique d’invalidité de la part du romancier ; le pharmacien est le personnage-type de ce qu’exècre Flaubert, la bourgeoisie provinciale, le langage de la bêtise... Quant à la presse, cette écriture de la hâte, éphémère, industrielle, marchande, elle est en opposition totale avec l’idéal de l’écriture artiste, lente, maturée, travaillée stylistiquement, visant l’éternité. C’est dans sa lecture du quotidien que Homais puise ses sujets de conversation, sa culture et qu’il se rend intéressant pour exister dans le petit village d’Yonville et dans le roman. Il en est le lecteur, le répétiteur, mais aussi le journaliste et c’est par ce biais qu’il déploie toute sa personnalité orgueilleuse. Le journal permet non seulement la construction de son ethos mais ses articles assurent aussi une fonction dramatique car ils ponctuent les événements du roman tout en posant des questions éthiques. Enfin, la spécificité de son style qui projette sa personnalité est sujette à une réflexion esthétique et à un questionnement critique du romancier en ce siècle de la crise du langage.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Journal de Rouen, jeudi 2 janvier 1902Afficher l’image
Crédits : Archives départementales de Seine-Maritime
  • 1 Correspondance (désormais abrégé en Corr.), édition présentée et annotée par Jean Bruneau, tome II, (...)
  • 2 Corr., édition présentée et annotée par Jean Bruneau, tome IV, lettre à George Sand, 8 septembre 18 (...)
  • 3 Gustave Flaubert, Madame Bovary, édition présentée par Bernard Ajac et dossier réalisé par Yvan Lec (...)
  • 4 Philippe Dufour, Flaubert et le pignouf, Essai sur la représentation romanesque du langage, « L’Ima (...)
  • 5 Gustave Flaubert, Madame Bovary, édition publiée sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec (...)

1À une époque où les écrivains cohabitent avec la presse proliférante de manière quasi systématique, Flaubert adopte une posture atypique pour un romancier puisqu’il la dénigre. Pour lui, l’écriture journalistique, en cette ère industrielle, ne peut qu’être indigne car marchande avant tout, et à moins d’y être contraint sur le plan financier, l’écrivain qui s’y adonnerait sous d’autres conditions, serait dans une démarche assimilable à la prostitution1. En opposition à la beauté éternelle de la littérature, pour Flaubert, la presse est médiocre, éphémère et elle entrave la richesse de la pensée qui lui est si chère. Il déclare, à ce sujet, que « La Presse est une école d’abrutissement, parce qu’elle dispense de penser »2. Dans Madame Bovary, ce n’est sans doute pas par hasard s’il a choisi le personnage du pharmacien, en tant que correspondant du Fanal de Rouen, pour parler ou pour écrire la presse. À l’image de son bonnet grec dont il est presque constamment coiffé, le journal lui est inhérent : il accompagne partout son personnage qui semble en avoir besoin pour exister. Son statut serait double puisqu’il en est le lecteur quotidien et le journaliste occasionnel. Pourtant, malgré leur omniprésence au sein de Madame Bovary, le journal et Homais ne seraient-ils pas deux instruments du romancier, soumis à une même invalidation ? Créé tardivement dans les derniers scénarios pour devenir un personnage principal dans la version définitive du roman3, le personnage a été choisi pour des raisons principalement idéologiques et afin de représenter le positivisme obstiné à travers le village de province d’Yonville. De son nom à l’étymologie latine, « homo », l’homme, il est le personnage type de l’humain dans ce qu’il a de plus vil et saura exprimer Les Mœurs de Province en tant que représentant central de la bourgeoisie provinciale4. Pharmacien dont la devanture exhibée ressemble plus à celle d’un épicier, il est ainsi, dès le début de la deuxième partie du roman où il apparaît, marqué par le sceau de la contradiction5, puisque se poser comme un pharmacien-journaliste est loin d’être une fusion courante à l’époque où l’on trouve plutôt des hommes de lettres. Toutes ces caractéristiques que l’on sait à charge dans la Correspondance de Flaubert font de lui une cible privilégiée et il est sans doute, de ce fait, le personnage le plus représentatif de la presse provinciale. Particulièrement bien construit aussi pour exprimer cette crise du langage du XIXe siècle qui, pris dans le mouvement de la démocratie, se délite et perd de sa puissance ; c’est en effet lors des causeries qu’il impose à tout le monde, qu’il exprime les idées reçues, celles de tout le monde ainsi que la bêtise polymorphe ; tout ce que Flaubert exècre. Nous démontrerons que tout comme le journal, Homais, également instrument du romancier, est un être de papier et que c’est ainsi qu’est construit son ethos, puis nous l’observerons en tant que journaliste pour remarquer que ses écrits ont une fonction dramatique essentielle qui pose un certain nombre de problèmes éthiques. Enfin, nous nous interrogerons sur la manière dont le romancier a su manipuler son personnage et son journal afin d’aborder certaines questions d’esthétique qui lui tenaient à cœur.

Homais et le journal : la construction d’un personnage

  • 6 Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, collecti (...)
  • 7 Madame Bovary, p. 289.
  • 8 Ibid., p. 371 : « [Homais] grommelait d’un ton paterne, tout en s’éventant avec son bonnet grec. » (...)
  • 9 L’homme-sandwich date de 1860 mais on l’appelait « homme-affiche » et il faut attendre 1880 pour qu (...)

2À l’image du journal qu’il détient toujours à proximité, Homais est un instrument du romancier, il existe en tant qu’être de papier et c’est ainsi qu’il en construit son ethos. Dès son entrée dans le roman, il est présenté comme un fervent lecteur de journaux. À cette époque, la présence du journal dans l’univers romanesque semblait inévitable : « Le journal, comme l’habit ou la coiffe, fait donc partie du paradigme politique et idéologique du personnel romanesque. »6 Allant de pair avec le bonnet grec dont il est quasiment toujours couronné, le journal quitte peu Homais. En le théâtralisant, le romancier l’affuble de ce marqueur spécifiant qui le fait exister : sa coiffe dénote le pédantisme poussé à la satire et le journal lui confère ce statut de l’intéressant. Le détenir, c’est afficher sa supériorité par rapport aux autres personnages du roman, exhiber sa culture, se rendre indispensable et c’est un peu le même signe que de porter le bonnet grec du savoir. Il veut être l’homme du progrès, le notable provincial instruit et il l’arbore. Le journal lui est nécessaire pour exister en tant que tel car le personnage n’est pas assez consistant pour être autonome : sans ces instruments, il perd de son existence romanesque. Banalisé, son journal revêt parfois le statut prosaïque d’un objet : lors de la promenade à cheval d’Emma et de Rodolphe, chevauchée qui les conduira à la consommation de l’adultère, le pharmacien accompagne ses recommandations « Bonne promenade ! cria Homais. De la prudence, surtout ! de la prudence ! » d’un geste : « Et il agita son journal en les regardant s’éloigner. »7 L’emploi de l’adjectif possessif « son », antéposé au « journal », le rend indissociable du personnage. Il revêt, au premier degré, le statut d’un objet insignifiant, d’une matière dépourvue de son sens linguistique, qui ne servirait plus qu’à faire signe et il est aussi important que son bonnet grec pour lui permettre d’imposer son image de pharmacien cultivé8. Cet être de papier en a en effet besoin pour exister sur le plan romanesque. Cette caractérisation agit aussi comme un marqueur visuel pour le lecteur : ce personnage criant et agitant le journal se construit spécifiquement : il est un peu cette hybridité entre le crieur qui vendait les canards avec ses nouvelles à sensations, le colporteur, mais pas tout à fait, et l’homme-sandwich à venir9. Cette ostentation du personnage est favorisée par l’usage de son journal qu’il répand aussi bien matériellement que verbalement ; il se construit des deux manières aux yeux du lecteur car il cherche constamment un prétexte pour imposer sa parole. Dans le roman, le personnage est en effet ce perpétuel causeur et dès la seconde partie où il apparaît, il monopolise beaucoup le champ verbal. Le journal semble, à ce titre, être souvent un support indispensable à l’enclenchement d’une conversation. C’est avec ce prétexte qu’il s’immisce quotidiennement chez les Bovary :

  • 10 Ibid., p. 235.

M. Homais arrivait pendant le dîner. Bonnet grec à la main, il entrait à pas muets pour ne déranger personne et toujours en répétant la même phrase : Bonsoir la compagnie ! […] Ensuite, on causait de ce qu’il y avait dans le journal. Homais, à cette heure-là, le savait presque par cœur ; et il le rapportait intégralement, avec les réflexions du journaliste et toutes les histoires des catastrophes individuelles arrivées en France ou à l’étranger10.

  • 11 Corr., tome II, lettre à Jules Duplan, 11 octobre 1856, p. 640, Flaubert, en lui disant que « votre (...)
  • 12 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 367-368, précise que « [...] la communication ne se fait plus que (...)
  • 13 Notons à ce propos que Homais organise des soirées, ibid., p. 236 : « Il ne venait pas grand monde (...)

3Le personnage est inscrit dans un rituel qui est exprimé par l’utilisation de l’imparfait ; ce temps étire et fige ses actions. Répétitives, elles l’immobilisent dans le temps de la quotidienneté qui est aussi celui du journal. Même son langage bien spécifique11 mirerait ses lectures de quotidiens : « Bonsoir la compagnie ! » est une formule verbale typiquement homaisienne, de par son oralité et sa popularité provinciale, qui attire la sympathie en fonctionnant comme un déclencheur de la conversation. Il en est de même pour l’écriture journalistique qui, inscrite dans la logique de la démocratisation, se situe dans cette hybridité de l’écrit et de l’oral. Le pharmacien détient une telle maîtrise du journal qu’il « le savait presque par cœur ; et [qu’] il le rapportait intégralement ». Le regard critique de Flaubert est perceptible d’autant que l’on connaît son aversion pour le psittacisme qui selon lui, contraire à la création de la pensée, est assimilable à l’image de l’idée reçue qu’il a tant blâmée. Homais devient le récitant du journal et puiser le contenu de sa conversation dans celui-ci, c’est-à-dire dans les paroles, dans l’écriture des autres, est sans doute un moyen de masquer la vacuité de sa conversation et de sa pensée : il se nourrit de la presse et des idées reçues pour pouvoir détenir des sujets de conversation mais il ne communique pas vraiment12 et n’a rien d’autre à dire que le journal. La formulation « on causait » le confirme car le pronom impersonnel et général « on », sujet du verbe « caus[er] », connote la pensée et le langage de tous, perdus dans l’indistinction et donc l’insignifiance. Le verbe « caus[er ] » dans son emploi intransitif, est souvent péjoratif et peut référer à des bavardages peu signifiants ou peu intéressants voire vides comme des conversations de salons dégradées et ramenées, en cette période démocratique, au monde de la presse. Ce ne sont plus les salons aristocratiques mais les salons modernes, bourgeois, où les sujets des discussions s’alimentent autour de la feuille quotidienne13. Mais plus encore, le « causeur » dénote jusqu’au XIXe siècle, celui qui bavarde sans indiscrétion, voire malveillance, afin de briller : n’y reconnaît-on pas le personnage de Homais ?

  • 14 Madame Bovary, op. cit., p. 268.
  • 15 Corr., tome I, op. cit., lettre du 4 septembre 1850 à Louis Bouilhet, p. 679-680.
  • 16 Ibid., p. 330.
  • 17 Ibid., p. 335. La vacuité des propos du personnage est rendue par trois formulations différentes po (...)
  • 18  Madame Bovary, Ibid., pp. 257-258. Cela ne manque pas d’annoncer son écriture qui fait du bruit, q (...)
  • 19 Philippe Dufour, Flaubert et le pignouf, op. cit., p. 45. Philippe Dufour rappelle que l’amplificat (...)

4Le journal lui permet d’exister verbalement et lui sert alors de support à la causerie sociale. À ce titre, l’information quotidienne et sur des sujets divers constitue une fierté pour lui et il s’en targue. Lorsqu’il déclare de manière conclusive et définitive à l’aubergiste, Madame Lefrançois : « bref, il faut se tenir au courant de la science par les brochures et les papiers publics, être toujours en haleine, afin d’indiquer les améliorations »14, il témoigne d’une pensée figée et conforme à l’idée de la bêtise pour Flaubert car pour lui, conclure était une ineptie15. L’expression prosaïque « se tenir au courant » confine le personnage dans la bassesse de l’information journalistique commune, celle qui relève du domaine public. C’est par le journal qu’il apprend, qu’il se forge une culture, un langage qui inspirent ses causeries : lors du malaise d’Emma survenu après la découverte de la lettre de rupture de Rodolphe16, il conseille Charles ; ses propos sont retranscrits directement : « Ah ! c’est là la question ! Telle est effectivement la question : That is the question ! comme je lisais dernièrement dans le journal. »17 La parole est empruntée ostensiblement au journal qui lui sert de support conversationnel mais celui-ci reste inapproprié à la situation d’urgence nécessitant de secourir Emma. Enfin, il devient lui même le journal oralisé lorsque c’est lui qui annonce en avant-première aux Bovary, la très probable tenue de la cérémonie des Comices. Sa parole est intégrée à la narration par le discours indirect libre, comme si elle ne pouvait se démarquer de la voix du narrateur : l’oral et l’écrit fusionnent encore. La brièveté de l’amorce de la nouvelle relève pleinement du domaine public : « Le bruit, du moins, en circule. »18La locution restrictive « du moins », garante d’une certaine précaution oratoire, entoure l’expression « Le bruit [...] en circule » Ne définirait-elle pas la conception du journal selon Homais ? Le « bruit » est une information que l’on ébruite et dont la vérité n’est nullement attestée, elle s’apparente à la rumeur : c’est ainsi que fonctionne le personnage dans le roman. Puis, le verbe « circule[r] » est particulièrement riche de sens. Provenant du verbe latin « circulare », il signifie passer de mains en mains, comme le journal, se répandre, se propager. Se répandre, c’est ce que fait Homais quand il colporte les nouvelles aux Bovary pour avoir la primeur d’annoncer l’événement et qu’il cherche à se mettre ainsi en avant ; il devient l’image de la devanture de sa pharmacie. Le Grand Larousse du XIXe siècle définit le colporteur comme « celui qui crie et vend dans les rues certaines nouvelles imprévues. » Homais n’est-il pas le représentant de ce colporteur dans le sens de celui qui propage ostensiblement les nouvelles ? Les propositions succédant à la première, toujours inscrites dans le discours indirect libre, suivent une véritable amplification : « Ce matin, le journal en touchait quelque chose. Ce serait pour notre arrondissement de la dernière importance ! »19 Non seulement les phrases sont de plus en plus longues mais elles sont aussi de plus en plus accentuées, mimant le souffle du personnage qui ne parvenant plus à se contenir, termine son annonce sur une modalité exclamative : il est le relais de la circulation de la nouvelle qu’il rend publique. C’est par son personnage de l’indiscret qu’il rend indissociable du journal, que le romancier construit son ethos.

  • 20 Ibid., p. 214 : « Sa figure n’exprimait rien que la satisfaction de soi-même [...] ». Lors de la pr (...)
  • 21 Ibid., p. 223.
  • 22 Ibid., p. 434.
  • 23 « Aussi conjura-t-il M. Larrivière de lui faire cet insigne honneur d’accepter à déjeuner », ibid., (...)
  • 24 Ibid, p. 285.
  • 25 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 3 avril 1852, p. 66, il affirme avoir écrit « [v]ingt pages (...)
  • 26 Corr. tome II, op. cit., lettre du 5 octobre 1856 à Louis Bouilhet, p. 638-639 : « J’ai reçu ce mat (...)
  • 27 Ibid, p. 286.
  • 28 Il fait toujours preuve d’une attitude ostentatoire pour exister aux yeux d’autrui mais l’aveugle é (...)
  • 29 Ibid, p. 212 : l’image du kaléidoscope, au sens premier du terme, est annoncée par le reflet de ses (...)
  • 30 Ibid, p. 304.
  • 31 Ibid, p. 307.
  • 32 « Ce chaos du journal et de chaque page du journal est donc mimétique d’un monde et d’une époque te (...)

5C’est surtout comme journaliste que le pharmacien s’érige en personnage-type de l’orgueilleux20 prisonnier de la bêtise provinciale bourgeoise. Lorsqu’il se présente pour la première fois à Emma, lors de son arrivée à Yonville, à l’auberge de Madame Lefrançois, il ne peut s’empêcher de se mettre en valeur et après avoir fait l’inventaire des ouvrages détenus dans sa bibliothèque, il ajoute avec pédantisme : « [...] et je reçois en plus, différentes feuilles périodiques, parmi lesquelles Le Fanal de Rouen, quotidiennement, ayant l’avantage d’en être le correspondant pour les circonscriptions de Buchy, Forges, Neufchâtel, Yonville et les alentours. »21 D’emblée, son discours s’inscrit dans la surenchère, avec l’emploi des deux connecteurs logiques à valeur d’addition : « et », « en plus » mais surtout, il se définit comme un journaliste de province par le biais de l’énumération de référents locaux : « les circonscriptions de Buchy, Forges, Neufchâtel, Yonville et les alentours. » En réalité, ces derniers nuancent son amplification précédente en lui redonnant un statut plus modeste : il n’est que le correspondant de quelques circonscriptions « [d]es alentours » ! Sa pharmacie ouverte est le lieu public où il exhibe son orgueil, de même que le journal en est aussi le déploiement. Ainsi, lorsqu’il est précisé que « […] la pharmacie ouverte à tout venant, était l’endroit où il étalait son orgueil [...] », on peut établir une analogie avec son quotidien qui lui aussi est public et il manifeste l’orgueil du personnage que ce soit en tant que lecteur ou comme rédacteur. Mais le paroxysme de cet hybris se produit au moment où l’éminent docteur Larivière arrive, appelé en dernier recours, pour tenter de sauver Emma empoisonnée où il est précisé que « Homais s’épanouissait dans son orgueil d’Amphitryon »22 : tout son éthos prend alors sens. D’abord, le verbe « s’épanoui[r] » génère une rupture du fait des circonstances : ayant une connotation de vie, de joie, il contraste avec la tonalité tragique due à l’agonie d’Emma. Le pharmacien, dans tout son égoïsme, se délecte de recevoir une sommité, et faisant fi des circonstances dramatiques pour lesquelles elle a été appelée, il manifeste toute sa joie. Ce même verbe met aussi davantage en valeur l’expression à venir, « son orgueil d’Amphitryon », par un effet d’amplification. Celle-ci est polysémique : elle se réfère à ce personnage du théâtre antique et c’est l’occasion de rattacher l’orgueil au péché d’hybris, ce qui allait de soi à cette époque. Enfin, le sens populaire qui est resté de ce personnage célèbre, y compris dans la pièce de Molière de 1668, par antonomase, est celui d’un hôte qui offre le déjeuner, « un Amphitryon », comme Homais est fier d’être celui du docteur Larivière23. La spécificité de l’expression flaubertienne, et c’est ce qui lui confère toute sa richesse, est de fédérer toutes ces connotations en un même personnage, celui du pharmacien. Le paroxysme de l’ironie pourrait aussi être observé en revenant sur le sens étymologique de « Homais » ; si l’on consulte Le Grand Larousse du XIXe siècle, il est précisé que « Le mot homme vient du latin homo, probablement de la même racine qui nous a donné humus, sol et humilis, humble. » L’on sait combien Flaubert maîtrisait le latin et le grec, aussi n’est-ce sans doute pas par hasard, s’il attribue à son personnage qu’il détermine hyperboliquement comme ayant un « orgueil d’Amphitryon », une étymologie antiphrastique : l’humilité pour un protagoniste débordant d’orgueil. Cette contradiction l’oriente bien dans un sens satirique. Aussi, ces caractéristiques fondatrices de l’ethos du personnage se retrouvent-elles dans son attitude de journaliste : son langage paraît être alors en adéquation avec l’hypertrophie de son caractère. Lors de la rédaction de son article sur les Comices agricoles, deux phrases ont fonction d’entrée en matière et donnent le ton : « Deux jours après, dans Le Fanal de Rouen, il y avait un grand article sur les comices. Homais l’avait composé, de verve, dès le lendemain [...] »24. D’emblée, le complément circonstanciel de moyen « de verve », est très signifiant. Le terme, issu du latin populaire verva, verba, caractérise une parole de fantaisie mais vide. Or, le pharmacien est défini par cette parole vaine et démesurée, à l’image de l’orgueilleux caricaturé par ce gonflement de vide. L’indication temporelle « deux jours après », témoigne de la rapidité de l’acte rédactionnel, par opposition à la lenteur de l’écriture contrôlée du romancier25. Cette écriture journalistique s’apparente alors à un faire valoir : rédiger est un moyen de se mettre en lumière. Cet effet recherché serait peut-être à associer au choix du terme « fanal » par Flaubert qui a dû modifier le véritable référent, Le Journal de Rouen26 ; en effet, ce mot, issu du grec byzantin phanarion qui désignait une lanterne arabe, n’est pas sans évoquer la dimension onirique des contes orientaux et la verve de l’écriture du bonimenteur. Puis, il a été repris en 1554 de l’italien fanale, signifiant alors un feu placé au sommet d’une tour. Non seulement le feu représente la lumière, mais en outre, sa place au sommet d’une tour accentue la gloire, ce que vise justement le personnage. L’écriture journalistique devient alors une stratégie pour pouvoir se mettre en lumière, à l’image de l’enseigne de sa pharmacie. Le réseau lexical y est à ce titre, employé par Homais lors de l’écriture de son article car il s’attarde sur les lumières du « brillant feu d’artifice [qui] a tout d’un coup illuminé les airs. On eût dit un véritable kaléidoscope, un vrai décor d’opéra […].»27 Ce passage n’est pas exempt d’ironie car le personnage tire son artifice de son orgueil : le symptôme même de celui qui s’enfle de vide sous ce trop plein d’hybris. Les mots choisis par le personnage semblent ainsi le désigner, élaborant son ethos. L’adjectif « brillant » n’est pas sans rappeler celui qui cherche à scintiller aux yeux de tous, de même, l’image du « kaléidoscope » dénote la combinaison d’images aux différentes couleurs et cela peut aussi caractériser le pharmacien qui sait projeter une image de lui variant selon les circonstances, tel un caméléon. Le langage imagé qu’il emploie avec notamment sa comparaison avec « [les] feux de Bengale » l’autoqualifient de manière très significative : non seulement l’artifice est sous entendu par cet engin pyrotechnique, mais surtout, sa dimension signalétique forte est évidente puisqu’on l’utilisait afin d’avertir la population sans omettre son aspect dangereux dû à sa lumière aveuglante et très brûlante : ne retrouve-t-on pas tous les attributs du personnage et de son écriture28 ? Quant au « vrai décor d’opéra », il en exprime tout l’artifice, toute la théâtralité, conformément à l’image de son enseigne29. Mais c’est surtout l’écriture de l’article du pied-bot qui est envisagée pour lui comme une voie possible vers les honneurs et c’est par l’artifice qu’il compte les obtenir. Après être parvenu à persuader les Bovary des avantages pour Charles d’opérer le garçon d’écurie, Hippolyte, de son infirmité, le pharmacien envisage les intérêts qu’il pourrait retirer de cet article : « […] qui donc m’empêcherait d’envoyer au journal une petite note là-dessus ? Eh ! mon dieu ! un article circule..., on en parle..., cela finit par faire boule de neige ! »30La conception de l’écriture journalistique est contenue dans ce passage à travers la gradation de la propagation de la nouvelle : le verbe « circuler », emprunté au latin classique circulare, réfère à cette idée de mouvement, d’aller, de se répandre de côté et d’autre, à l’image du personnage, tout comme la précision « on en parle » qui fait allusion à la popularité du journal au XIXe siècle : sa grande diffusion permettait une circulation rapide de la nouvelle et le passage de la lecture à la transmission orale, à la discussion, pouvait être quasi instantané. Mais ce verbe dénote aussi ce qui passe de main en main et il s’emploie historiquement depuis le XVIIIe pour parler notamment de la circulation des marchandises, des biens ou des capitaux. La valeur économique accordée à l’écriture journalistique est manifeste. Dans la continuité de l’image populaire, centrale dans le langage du pharmacien, l’expression « faire boule de neige » suggère bien l’effet recherché : la plus grande diffusion possible, l’intérêt économique y est donc sous-jacent. Dans sa fougue, rien ne l’arrête, pas même les règles de bienséance, puisqu’il s’introduit, malgré l’interdiction de la bonne, dans la chambre de Charles et Emma pour leur imposer en avant première la lecture de son article : « il tenait à la main une feuille de papier fraîche écrite » à l’image du colporteur qui crie les nouvelles31. L’ethos du personnage se construit aussi par cette visualisation reflétant l’écriture journalistique : cette « feuille de papier fraîche écrite » témoigne de son instantanéité, elle appartient au présent et cette « feuille » isolée et périssable32 s’oppose à l’écriture de l’artiste qui, visant l’éternité, verra la consécration de son œuvre lors de sa publication en album. Mais Homais ne peut se contenter de manier le journal ou de le lire pour exister romanesquement, c’est surtout en tant que correspondant du Fanal de Rouen qu’il s’affirme vraiment, qu’il s’impose au point que ses écrits revêtent une fonction dramatique essentielle qui pose un certain nombre de questions éthiques.

L’écriture journalistique : de la fonction dramatique aux problèmes d’éthique

  • 33 Marie-Eve Thérenty, op. cit., p. 50, constate que le journal, en dessinant son calendrier, devient (...)
  • 34 Ibid., p. 258.
  • 35 Ibid., p. 266. Les éléments signalant le cérémonial de l’événement s’accumulent dans la suite du pa (...)
  • 36 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 15 juillet 1853 : « Ce soir, je viens d’esquisser toute ma g (...)

6Le journal a une fonction dramatique qui débouche sur des questions éthiques. En tant que correspondant du Fanal de Rouen, Homais écrit des articles qui sont en rapport étroit avec le développement dramatique de Madame Bovary : l’univers médiatique mire ainsi le microcosme événementiel du roman. Ses articles ponctuent en effet les passages cruciaux de l’œuvre et comme en province peu d’événements se produisent, ils sont mis en valeur ; le journal est un moyen de véhiculer l’information locale33 puisque son nom, Le Fanal de Rouen, le situe dans une limite géographique à la fois provinciale et régionale. Les Comices représentent le premier grand événement : il concerne le domaine agricole et dans un village de Normandie, il semble logique que ce soit très attendu. Homais l’annonce en avant-première aux Bovary comme étant une cérémonie qui « serait pour notre arrondissement de la dernière importance ! »34 L’amorce du chapitre VIII en confirme l’importance : « Ils arrivèrent, en effet, ces fameux Comices ! »35 L’adjectif « fameux » par son sens de mise en valeur intensifiée, car il s’emploie pour désigner un fait très renommé ou très remarquable, authentifie l’événement. L’on sait l’importance que Flaubert leur a accordée sur le plan temporel et stylistique36. Toutefois, cette phrase exclamative nous oriente vers une lecture ironique, comme si le narrateur épousait le ton laudatif que Homais emploiera dans son article à venir. L’on peut remarquer que le personnage, loin de se limiter à un sujet agricole, écrit dans tous les domaines possibles, selon un désir de totalité. Puis, l’opération du pied-bot constitue un événement d’ordre médical cette fois-ci. Or, L’entrée en matière à valeur introductive de son article semble être de circonstance :

Malgré les préjugés qui recouvrent encore une partie de la face de l’Europe comme un réseau, la lumière cependant commence à pénétrer dans nos campagnes. C’est ainsi que, mardi, notre petite cité d’Yonville s’est vue le théâtre d’une expérience chirurgicale qui est en même temps un acte de haute philanthropie. M. Bovary, un de nos praticiens les plus distingués [...].

  • 37 Ibid, p. 307, « cette feuille de papier fraîche écrite […] c’était la réclame qu’il destinait au Fa (...)
  • 38 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 107. Elle emploie ces expressions lors de sa réflexion sur le fait (...)

7L’amorce accompagne l’événement par une reprise de la thématique qui lui est chère, celle de la lumière : la première partie de la proposition est placée dans une obscurité figurée, par le biais du terme de « préjugés », ennemi de la vérité et surtout par l’emploi du verbe central « recouv[rir ]», insistant sur l’occultation. Par antithèse, la seconde partie de la phrase a trait à « la lumière ». Métaphorique, le terme revêt plusieurs sens : il fait d’abord référence à l’événement, l’opération réalisée par Charles qui est vue comme une « lumière » dans le village généralisé par le pluriel « nos campagnes », mais il peut aussi connoter la science qui se développe beaucoup depuis le XVIIIe siècle de prédilection d’un personnage se revendiquant des idées voltairiennes. Enfin, l’événement est mis en exergue par l’usage des superlatifs « un acte de haute philanthropie » et la périphrase tellement emphatique qu’elle en devient irréaliste pour qualifier le médiocre officier de médecine, Charles : « un de nos praticiens les plus distingués ». Homais sait donc mettre en valeur l’événement, il joue ce rôle de réclamier37 et le journal devient le support privilégié de l’idéologie du progrès, voire du positivisme. Mais il n’écrit pas que pour les événements heureux du roman et il doit aussi en relater les moins positifs. L’article sur la mort d’Emma en est une illustration. Tout d’abord, il est souligné que cet article est attendu par les lecteurs. Cet intérêt pour les faits divers est une réalité de l’époque qui rend compte du succès de la presse populaire ; en effet, l’on est à l’affût des événements dramatiques : « sans compter les personnes qui l’attendaient, afin d’avoir des informations » et « une écriture de l’actualité et de la sensation »38 est désirée. Cette sorte d’entrée par effraction dans la sphère privée et cette exhibition que le journaliste offre au lecteur génèrent un plaisir pour ce dernier. Dans l’article de Homais, l’histoire de la mort d’Emma qu’il relate est intégrée à la narration au lieu d’être rapportée directement. Ce choix inhabituel du discours indirect s’explique peut-être par le fait que le personnage cherche cette fois-ci, moins à se mettre en lumière qu’à raconter un événement car le style du fait divers n’est pas le même. Toujours est-il que c’est sous le signe de la tromperie qu’il se place car le pharmacien se concentre sur la fausse information à inventer, comme en témoignent les termes de « mensonge » et de « cacher » : « [il s’agit de] trouver un mensonge qui pût cacher l’empoisonnement et de le rédiger en article pour Le Fanal [...] ». Cette fictionalisation du texte journalistique répond à un certain horizon d’attente de ses lecteurs provinciaux : « quand les Yonvillais eurent tous entendu son histoire d’arsenic qu’elle avait pris pour du sucre en faisant une crème à la vanille ». L’expression « son histoire d’arsenic [...] » confirme le mensonge. Symboliquement, cette méprise ne renverrait-elle pas à l’opposition confuse entre la bonne littérature, celle qui nous rend friands et les mauvais écrits qui nous empoisonnent ? Emma ne les a-t-elle pas confondus, tout au long de sa vie ?

  • 39 Ibid., p. 453.
  • 40 Après la mort d’Emma, non seulement il éloigne ses enfants de la présence de Berthe mais surtout, l (...)
  • 41 Ibid., p. 452.
  • 42 Ibid., p. 453.
  • 43 Ibid., p. 414. Lorsque Homais monte dans lHirondelle avec Emma, il aperçoit l’Aveugle, au bas de l (...)
  • 44 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 8 février 1852, p. 43. Il dit à propos des journaux : « Auta (...)
  • 45 Marie-Eve Thérenty, op. cit., p. 270.
  • 46 Ibid, p. 456.
  • 47 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 24 avril 1852, p. 78. Il accuse, on s’en souvient, Théophile (...)

8Un problème éthique se pose alors : quelle place l’écriture journalistique accorde-t-elle à la valeur morale ? L’article sur la mort d’Emma se construit délibérément sur un mensonge, sur une imposture visant à tromper le lecteur, à lui masquer la vérité : le journal devient alors le support privilégié de la mystification. Néanmoins, ce problème éthique touchant à l’écriture reste relativement excusable car l’enjeu est de préserver l’honneur des Bovary : le suicide, à cette époque, était apparenté à un acte déshonorant pouvant avoir de lourdes et longues conséquences sur la réputation de toute la famille. Dans cette optique, la valeur éthique de l’article de Homais peut rester acceptable ; il n’en est pas de même au sujet de l’aveugle. Les entrefilets consacrés au personnage sont d’une tout autre composition. L’entrefilet se définit comme étant un court article de journal inséré dans le reste du texte, dont il est séparé par deux filets. Il comporte souvent des informations d’événements quotidiens touchant aussi bien des gens inconnus que des faits divers. Cette écriture qui occupe une place à part dans la presse, s’inscrit dans une durée plutôt que dans un acte rédactionnel isolé. En ce qui concerne les entrefilets rédigés par le pharmacien, ils se démarquent de ses autres articles car au lieu d’être postérieurs à l’événement, comme souvent, ils le déclenchent : « son ennemi fut condamné à une réclusion perpétuelle dans un hospice »39, et surtout, ils dévoilent la noirceur morale grandissante du personnage qui va atteindre un point de non retour40. Ses écrits sont motivés par une vengeance à l’encontre de l’Aveugle qui nuit à sa réputation de pharmacien compétent, faute d’avoir pu le guérir. Il est en effet précisé que c’est parce que « [Homais] n’avait pu guérir [l’aveugle] avec sa pommade, […] [que celui-ci] narrait aux voyageurs [de l’Hirondelle] la vaine tentative du pharmacien »41. La plume journalistique va alors devenir un instrument de règlement de comptes acharné puisque « Durant six mois consécutifs, on put donc lire dans Le Fanal de Rouen des entrefilets. »42 Mais surtout, son écriture est celle d’un combat, il n’est plus question que de « lutte » pour avoir le dernier mot et celle-ci est inégale car l’aveugle devient sous la plume d’Homais, un bouc-émissaire attaqué à la fois sur le plan social, où il est classé tout en bas de l’échelle, « un misérable », et sur le plan physique, car il est accusé d’être « atteint d’une horrible plaie faciale ». Le premier terme, familier aux lecteurs du XIXe, révèle un personnage qui, conscient de son écriture, choisit de s’appuyer sur des clichés sociaux pour mieux s’ancrer dans l’imaginaire collectif. Ce même mot est toutefois détourné de son étymologie latine, car miserari dénotait le fait d’ « avoir de la compassion ». Or, Homais en est totalement dépourvu. Son rejet pour l’aveugle est accentué du fait qu’il suscite à la fois l’horreur et la répulsion : une visualisation de sa monstruosité physique puis une gradation croissante de son comportement visent à l’achever en le condamnant à la fois physiquement et moralement. Le fait « d’étaler » ces monstruosités renvoie à une époque révolue, moyenâgeuse où les monstres, étymologiquement faits pour être montrés, ont été longtemps exposés dans les foires ou dans divers lieux publics jusqu’à ce que cela soit interdit dans le courant du XIXe siècle car jugé inhumain. La présence publique du vagabond n’est plus justifiable ni tolérable durant ce siècle où de nouvelles lois impériales, comme celle du 5 juillet 1808, issue du décret sur « l’extirpation de la mendicité » en interdisent l’exercice sur « tout le territoire. » Dans les écrits de Homais, l’implication du lecteur par l’emploi de « vous » vise à le faire adhérer à sa pensée : « Il vous importune, vous persécute et prélève un véritable impôt sur les voyageurs. » Présentés dans une gradation croissante, les verbes « importune[r] », et « persécute[r] » introduisent un argument économique, « prélève un véritable impôt sur les voyageurs ». Ce choix s’explique par un lectorat à prédominance bourgeoise qui se sentira davantage concerné par ce domaine qui lui tient à cœur. Touchant à un sujet fondamental qui est celui des limites de la tolérance, ce qui est paradoxal pour un personnage qui se revendique de Voltaire, l’article a donc pour enjeu la remise en cause, non seulement de la légitimité de l’aveugle dans la société rouennaise du XIXe siècle, mais surtout de son humanité. Ce n’est plus un combat pour la tolérance mais pour l’intolérance et pourtant, celle-ci s’exerce sous couvert de la Justice : « Malgré les lois contre le vagabondage, les abords de nos grandes villes continuent à être infestés par des bandes de pauvres ». L’opposition entre la loi dans la première partie de la proposition « malgré les lois contre le vagabondage » et la réalité : « les abords de nos grandes villes continuent à être infestés par des bandes de pauvres » relève encore d’une stratégie visant à manipuler le lecteur que l’éducation place du côté des institutions et non de leur irrespect. Cette argumentation vise à légitimer l’extermination du « misérable », avec un appui sur le participe passé « infestés » à la forte valeur sémantique. Si Homais l’emploie, surtout dans le sens d’envahir, le terme, issu du latin infestare a d’abord l’acception de harceler, ce qui confirme la thèse du personnage mais il est aussi complété par un sens figuré signifiant altérer et corrompre. L’Aveugle est alors présenté comme un danger à la fois économique et social : l’enjeu est donc bien de l’évincer. N’assumant pas son acte, Homais termine son article par une interpellation finale adressée aux acteurs politiques pour lesquels il remet en cause l’irresponsabilité face à la situation : « À quoi songent nos édiles ? ». Cette habile stratégie permet d’attirer l’attention du lectorat sur un autre que lui. L’écrit journalistique est alors implicitement condamné sur le plan éthique dans la mesure où il devient un instrument calomnieux au service d’un combat contre la tolérance visant l’élimination sociale d’un être humain. Le choix d’arguments puissants et variés qui embrassent les domaines social, économique, judiciaire et politique, confèrent de l’ampleur à cette présence de l’Aveugle. Cette dangerosité de l’action de Homais est reprise par une phrase brève et puissante, dont le rythme binaire apparaît comme un couperet : « Homais sapait ; il devenait dangereux. » Le verbe « saper » classe ses écrits journalistiques comme destructeurs. Le constat énoncé très simplement, « il devenait dangereux », dénonce l’évolution d’un personnage agissant de manière de plus en plus immorale ; c’est ainsi que le verbe « sap[er] », employé dans la première partie de la phrase, prend tout son sens puisque dès le XVIe siècle, il s’emploie figurativement pour désigner l’action de détruire en attaquant les bases, les principes de quelque chose. Homais veut justement remettre en cause les bases de la société en rendant légitime ce qui ne l’est pas, l’anéantissement de l’aveugle alors même que son nom, Homais, contient l’étymologie du mot homme, il veut anéantir un être humain43. Le succès de ses entrefilets aura grisé le personnage, l’incitant à s’adonner au plus vil journalisme, c’est une chute irréversible, il traitera tout sujet sans aucune distinction : « […] dès lors il n’y eut plus dans l’arrondissement un chien écrasé, une grange incendiée, une femme battue, dont aussitôt il ne fît part au public, toujours guidé par l’amour du progrès et la haine des prêtres ». L’indistinction des sujets abordés témoigne d’un personnage assoiffé et d’une écriture orientée vers le moindre fait divers, puis la futilité des thèmes nous plonge dans un univers prosaïque qu’exècre Flaubert44. Cette boulimie d’écriture consistant à parler de tout, de l’hétéroclite est aussi celle que Marie-Ève Thérenty nomme « l’œuvre-monde » et « [la] démocratie médiatique »45 ; on aborde tout type de sujet, sans aucune sélection préalable dans la mesure où l’ère démocratique caractérisant le XIXe siècle génère une écriture journalistique de masse qui, ne sélectionnant pas ses thèmes, est d’une qualité inégale. Le constat bref mais incisif évoqué précédemment « Homais sapait ; il devenait dangereux », fait comprendre au lecteur que son attitude est de plus en plus explicitement sanctionnée : « il étouffait dans les limites étroites du journalisme [...] ». Le lexique de l’étroitesse : « étouffer », « limites étroites » souligne la désapprobation définitive du narrateur non seulement de l’écriture de son personnage, mais surtout, de sa morale : l’écriture et la morale ne sont plus qu’un. Le paroxysme de cette condamnation se produit juste avant de recevoir la croix d’honneur : prêt à tout pour l’obtenir, le verdict du narrateur est puissant : « Il se vendit enfin, il se prostitua46. » La brièveté de la phrase contenant une gradation, la rend plus incisive. Le lexique de la prostitution quand il a trait à l’écriture, si noble pour Flaubert, est une condamnation morale très forte et sans retour possible47. Le journal et Homais sont donc liés au développement dramatique du roman et ils posent de manière récurrente le problème de l’éthique mais à mesure qu’ils nourrissent le roman, ils posent surtout la question du style, si chère à Flaubert.

Écrire dans le journal : la question de l’esthétique

  • 48 Corr., tome II, lettre à Louis Bouilhet, 9 août 1854. Il parle d’« esprit de Homais ».
  • 49 Ibid., p. 285.
  • 50 Ibid., p. 286.
  • 51 Ibid., p. 307.
  • 52 Op. cit., voir la note 36.
  • 53 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, p. 204.
  • 54 Corr., tome III, lettre à George Sand du 15 décembre 1866, p. 578- 579.

9Le style de Homais, si spécifique au personnage au point de produire son idiolecte48, le dévoile au lecteur mais revêt aussi une fonction réflexive en posant le problème du style, interrogation permanente de Flaubert. Homais n’écrit que pour plaire, que pour être reconnu. Son écriture est alors conforme à son personnage dans le roman et à la vie. Le besoin de reconnaissance est existentiel, c’est pourquoi l’écriture est un outil pour obtenir les honneurs : elle y reflète l’hypertrophie de son moi. Dans ses articles, par une surdétermination de l’énonciation, il se met en valeur constamment. Il s’inclut dans son énoncé comme lorsqu’il désigne les participants aux Comices, « notre milice », « nos plus sémillantes villageoises »49 ; les adjectifs possessifs de la première personne du pluriel l’intègrent aux autres. De même, lorsqu’il relate en détail les toasts portés lors du « banquet dressé dans l’herbage de M. Liégeard », après être passé rapidement sur les noms des personnalités locales ; il finit par le sien, en valorisant les domaines auxquels il se réfère, non seulement parce qu’ils sont reconnus en ce siècle de grande évolution mais aussi parce qu’il les dote d’une importance quasi humaine, grâce à la personnification finale « […] M. Homais à l’industrie et aux beaux-arts, ces deux sœurs ! […] »50. Même lors de la rédaction de l’article du pied-bot, la désignation de Charles, « M. Bovary, un nos praticiens les plus distingués [...] »51, ou de l’ensemble de la profession médicale dont il fait l’éloge : « Honneur donc aux savants généreux ! honneur à ces esprits infatigables qui consacrent leurs veilles à l’amélioration ou bien au soulagement de leur espèce ! Honneur ! trois fois honneur ! », sont des techniques pour parler de soi de manière détournée car il se considère comme un scientifique. Cette emphase, rythmée par la triple répétition du terme « honneur », est typique de son ton de rédacteur. Parfois, il est plus direct et il est précisé qu’« il se citait des premiers parmi les membres du jury, et qu’il rappelait même dans une note, que M. Homais, pharmacien, avait envoyé un mémoire sur le cidre à la Société d’agriculture ». Parler de lui à la troisième personne en apposant son titre « M. Homais, pharmacien », lui confère non seulement une existence textuelle dont il a besoin pour être reconnu mais en plus, une importance sociale, professionnelle puisque depuis la loi du 11 avril 1803, les compétences scientifiques des pharmaciens sont reconnues. Cette auto désignation produit un effet de miroir avec son enseigne : « Et l’enseigne, qui tient toute sa largeur de la boutique, porte en lettre d’or : Homais, pharmacien »52. C’est par le biais de ces deux occurrences qu’il bénéficie d’une existence textuelle : la première est d’être reconnu en tant qu’auteur de l’article pour Le Fanal de Rouen et la seconde est de pouvoir commencer à exister en tant que personnage romanesque. Toujours est-il que cette exhibition du moi de l’énonciateur est implicitement invalidée dans la mesure où elle va à l’encontre des idées du romancier : « L’auteur, dans son œuvre, doit être comme Dieu dans l’univers, présent partout, et visible nulle part. L’art étant une seconde nature, le créateur de cette nature-là doit agir par des procédés analogiques : que l’on sente dans tous les atomes, à tous les aspects, une impassibilité cachée et infinie. »53 Cette absence de maîtrise du personnage qui déverse son moi dans ses écrits est condamnable pour Flaubert et c’est un leitmotiv dans sa correspondance : « Je me suis mal exprimé en vous disant ʺqu’il ne fallait pas écrire avec son cœurʺ. J’ai voulu dire : ne pas mettre sa personnalité en scène. Je crois que le grand art est scientifique et impersonnel. »54 Pour l’auteur, l’écriture artiste, pour pouvoir aboutir et atteindre une dimension scientifique, objective, doit pouvoir rester à distance de son moi, nuisible à ces enjeux. Même si Homais n’écrit pas dans le même domaine, son écriture, trop visible, exhibant son moi, reste condamnable pour Flaubert.

  • 55 Voir la note 11.
  • 56 Ibid., p. 307.
  • 57 Ibid., p. 212-213.
  • 58 Ibid., p. 396. Lorsqu’il rejoint Léon à Rouen pour déjeuner, il est précisé que « Homais se délecta (...)

10Pourtant, Homais persévère dans ce langage hyperbolique. Lors de son article sur les Comices, le narrateur commente l’écriture de son personnage : « Quand il arrivait à la distribution des récompenses, il dépeignait la joie des lauréats, en traits dithyrambiques. » Le complément circonstanciel de manière « en traits dithyrambiques » assure une valeur didascalique visant à dévaloriser l’écriture du pharmacien ; Flaubert prônait au contraire une écriture maîtrisée et sobre. L’on assiste alors à une opposition non seulement entre deux types de langage mais aussi entre deux modalités de pensées. Le romancier a peut-être besoin d’invalider le système de Homais pour mieux faire exister son mode d’écriture. Dès le début de l’article, afin d’éveiller l’intérêt du lecteur, dans une espèce de captatio benevolentiae, au lieu de nommer simplement les Comices, Homais fait le choix de créer une atmosphère ornementale : « Pourquoi ces festons, ces fleurs, ces guirlandes ? Où courait cette foule, comme les flots d’une mer en furie, sous les torrents d’un soleil tropical qui répandait sa chaleur sur nos guérets ? ». Les phrases interrogatives permettent d’assurer une vivacité et une complicité avec le lecteur. La comparaison stéréotypée de la foule avec les « flots » se prolonge métaphoriquement en « torrents » dans une gradation croissante qui révèle un rédacteur s’éloignant de la réalité soit à cause d’un style non maîtrisé soit pour susciter le dépaysement par l’extraordinaire. Cette fictionnalisation de l’écriture peut aussi suggérer un énonciateur conscient des attentes de son lectorat. En effet, l’époque s’inscrit dans un goût prononcé pour la fiction romanesque et l’exotisme – né avec le romantisme au début du siècle –, il est donc habile de commencer l’article en lui faisant oublier son quotidien. Toutefois, ce choix peut générer le vide, tant ce style ampoulé est irréaliste et à force de se centrer sur des éléments fictionnalisés, l’on finit par oublier la réalité et ne plus en parler. Puis, Homais atteint alors des envolées épiques qui surdimensionnent le texte. Lorsqu’il décrit les personnes présentes aux Comices, en parlant « [d]es vieillards à tête chauve, sorte de patriarches qui étaient là, et dont quelques-uns, débris de nos immortelles phalanges, sentaient encore battre leurs cœurs au son mâle des tambours », l’usage d’un langage métaphorique alambiqué (« débris de nos immortelles phalanges ») tend à glorifier de manière exacerbée les patriarches en suivant la logique d’idées communément partagées : le profond respect doit s’appliquer aux anciens. Son écriture cherche à atteindre la mémoire vivante et partagée du lecteur. En outre, ces « vieillards à tête chauve » sont également glorifiés par un lexique qui leur redonne vie grâce à la thématique des cœurs battant qui rappelle les martèlements des « tambours » : « [ils] sentaient encore battre leurs cœurs au son mâle des tambours ». Mais, le style du personnage, trop emphatique, ne peut atteindre sa fonction, et le regard du narrateur l’oriente plutôt vers une lecture critique au second degré car ces « patriarches » sont assimilés au terme de « débris », ce qui est plutôt dévalorisant, sans compter que dans la précision, « ils sentaient encore battre leurs cœurs », l’occurrence de l’adverbe « encore » les dévoile comme des miraculés vivant encore. Ce second degré de lecture s’ajoutant au premier nous conduit à une habile invalidation du style homaisien55. Lors de la lecture aux Bovary de l’article sur le pied-bot, des techniques similaires se trouvent employées par le pharmacien qui relate l’acte chirurgical ; l’usage des verbes « s’est pratiquée », « sont venues » et « céder » le situent dans l’ordre de l’exceptionnel, voire de la magie : les actions semblent s’être effectuées de manière autonome. Cette même désincarnation se poursuit par « [c’est] à peine si quelques gouttes de sang sont venues sur la peau […] Le malade, chose étrange (nous l’affirmons de visu), n’accusa point de douleur ». La quasi élimination des réalités médicales les plus repoussantes, comme le sang et la douleur, produisent une idéalisation au sein de laquelle la remarque « comme par enchantement »56 nous place dans la croyance antique que le chirurgien est un être exceptionnel, une sorte d’exécutant de la main d’un dieu. Mais cette exagération stylistique s’exprime aussi par le biais d’accumulations prosodiques : l’amplitude rythmique des phrases est mimétique d’un déploiement grandiloquent et du pédantisme d’Homais comme peut en témoigner la parenthèse écrite en latin « de visu », la langue des doctes. Étendre la syntaxe dans une démesure lui permet aussi d’asseoir son pouvoir social, un peu à l’image de la devanture de sa pharmacie, c’est un moyen d’exister57. À la fin de son article sur l’opération d’Hippolyte, une longue phrase énumérative constituée d’incidentes rend bien compte de son style emphatique et fantaisiste : « Tout porte à croire que la convalescence sera courte ; et qui sait même si, à la prochaine fête villageoise, nous ne verrons pas notre brave Hippolyte figurer dans des danses bacchiques au milieu d’un chœur de joyeux drilles, et ainsi prouver à tous les yeux, par sa verve et ses entrechats, sa complète guérison ? ». Après la première assertion « Tout porte à croire que la convalescence sera courte », de nombreux ajouts énumérés dilatent la phrase de manière inattendue et fantaisiste. Les nombreuses virgules produisent des expansions artificielles car trop nombreuses et le style non maîtrisé d’un rédacteur qui se laisse emporter par son écriture, l’éloigne de plus en plus de la réalité médicale dont il ne parle jamais vraiment. L’irréalisme est en effet marqué par la modalité interrogative et l’usage de la condition « et qui sait même si » à un point tel qu’il ne peut susciter l’adhésion du lecteur, d’autant plus que les éléments choisis sont très décalés par rapport à la réalité médicale : l’univers retenu pour imager est celui de la fête. La danse dionysiaque projette encore le personnage aux goûts épicuriens58à travers le lexique carnavalesque des « danses bacchiques » et « de[s] joyeux drilles ». Cette fusion de domaines bien différents renvoie au fonctionnement du pharmacien qui cause de tout dans le roman. Mais parler de tout, au fond, n’est-ce pas se disperser et finalement, ne parler de rien ? Enfin, dans cet article, il n’évoque que très peu le sujet central, celui de l’opération et la dispersion stylistique opère une espèce de vide sémantique qu’il tente souvent de combler par l’image.

  • 59 Ibid., p. 201. « Ne fallait-il pas à l’amour, comme aux plantes indiennes, des terrains bien prépar (...)
  • 60 Marie-Ève Thérenty, op. cit., l’a souligné : « « L’écrit journalistique s’inspire d’un idéal intert (...)

11Il est coutumier de l’emploi d’un langage imagé qui se projette souvent dans des tableaux, dans des scènes, il use souvent d’un lexique visuel très proche de l’hypotypose. Lors de son article sur les Comices, il peint les habitants d’Yonville jusqu’à en produire un tableau : « les vieillards à tête chauve, sorte de patriarches qui étaient là [...] », ce langage figuré est souvent employé par Flaubert dans son roman notamment lorsqu’il évoque les clichés romantiques59. Il permet ainsi de générer l’image topique attendue par le lecteur : « les vieillards à tête chauve » pour qualifier les « patriarches » relèvent d’une visualisation presque spontanée, naturelle, le rédacteur épouse alors l’horizon d’attente du lecteur. Puis ses tableaux suivent une logique d’amplification, au moment où il évoque « la distribution des récompenses » ; il génère une hypotypose : « Le père embrassait son fils, le frère le frère, l’époux, l’épouse. Plus d’un montrait avec orgueil son humble médaille, et sans doute, revenu chez lui, près de sa bonne ménagère, il l’aura suspendue en pleurant aux murs discrets de sa chaumine. » Une scène de genre est créée au sein de laquelle la valeur intimiste du tableau est assurée grâce au lieu familial et chaleureux suggéré par « [la] chaumine ». L’hypallage « discrets » attendu pour les membres de la famille, et finalement postposé aux « murs », fictionnalise une vie familiale chaleureuse et humanisée. L’image des baisers familiaux qui se succèdent touche l’affectivité des lecteurs. Le point de départ vraisemblable et réaliste du tableau est alors rapidement suppléé par une fictionnalisation annoncée par le modalisateur « sans doute » : la suite de la scène familiale est le fruit de l’imagination du pharmacien-journaliste ; le contraste entre la fierté éprouvée par la récompense, le fait de suspendre le trophée « avec orgueil », et la simplicité du milieu, humanise encore davantage la scène. Ces détails et effets de réel restituant une atmosphère réaliste se rapprochent paradoxalement de la méthode du romancier60. Tous ces choix d’écriture s’orientant vers l’acte poétique, la stylisation, produisent un journalisme disparate à l’image du personnage.

  • 61 Ce concept du Mal écrire est utilisé par Sylvie-Thorel Cailleteau dans son livre Splendeurs de la m (...)
  • 62 Ibid., p. 308.
  • 63 Il existait également l’expression « la plume courant » pour qualifier l’écriture spontanée. L’oppo (...)
  • 64 Ibid., p. 308. Paradoxalement, cette idée est reprise du chapitre XI – le même chiffre que celui de (...)

12L’écriture de Homais dévie souvent vers ce que l’on pourrait qualifier de mal écrit61. L’une des caractéristiques majeures de l’écriture journalistique est qu’elle est hâtive : il faut en effet être rapide pour relater les nouvelles, car contrairement au roman qui se situe hors du temps étant donné qu’il est de l’art, elle appartient à l’ère industrielle et se situe dans le temps présent : on peut parler d’écriture du jour car elle est éphémère, elle n’a pas pour enjeu de survivre à la lecture : le style devient alors secondaire par rapport à l’information. La promesse de Homais terminant la rédaction de l’article sur l’opération d’Hippolyte s’inscrit dans cette logique : « Nous tiendrons nos lecteurs au courant des phases successives de cette cure si remarquable »62. Elle constitue une sorte de synthèse de l’écriture journalistique : toujours placée sous le signe de l’excès, de la mise en valeur de l’événement comme « cette cure si remarquable », le lectorat que l’on cherche à fidéliser, est central et l’écriture peut être épisodique : « Nous tiendrons nos lecteurs au courant […] », suppose une suite. Mais en plus, le terme de courant, issu du verbe courir, réfère bien à l’écriture journalistique, il en connote la rapidité, la spontanéité63. Ce type d’écrit s’oppose aux idées de Flaubert sur le style : pour lui, on n’écrit et on ne lit pas immédiatement. Une maturation est nécessaire, indispensable même, pour construire l’édifice du style et des idées et c’est pourquoi, a contrario, cette écriture journalistique de la hâte génère des maladresses et des fautes. C’est peut-être pour mieux la dévaloriser que Flaubert choisit un rédacteur qui commet des fautes. C’est l’écriture de la rapidité, de la hâte, par opposition à la lente maturation de l’écriture artiste. Lors de son article sur l’opération d’Hippolyte, quand Homais s’exclame dans un enthousiasme incontrôlé : « N’est-ce pas de s’écrier que les aveugles verront, les sourds entendront et les boiteux marcheront ! » , sa phrase suit un rythme ternaire selon jusqu’à une chute incohérente et absurde car après avoir énoncé deux miracles impossibles, même avec les progrès médicaux de cette seconde moitié du XIXe siècle, « que les aveugles verront » et « que les sourds entendront », il termine par une réalité déjà éprouvée « les boiteux marcheront ! », il est évident que les boiteux marchent, c’est le cas d’Hippolyte depuis sa naissance et ce, en dépit de son pied-bot. Certes, Mathieu l’a énoncé mais il faut y comprendre que les boiteux marcheront droit. Dans cette perspective miraculeuse, le sens va de soi. En revanche, Homais ne peut inscrire son présage dans le même contexte car il appartient à la médecine du XIXe siècle, domaine empirique et non au domaine religieux, sphère spirituelle, intangible. Pour en revenir à la scène familiale des Comices citée précédemment, le tableau de la « chaumine » est un exemple de maladresses stylistiques : « Le père embrassait son fils, le frère le frère, l’époux, l’épouse. » Après la première embrassade du père au fils, les mots ne font que s’accumuler, se répéter maladroitement comme pour n’en plus finir, ce qui invalide par un effet d’ironie du narrateur, cette écriture qui s’étend à outrance. Dans cette perspective critique, il est le commentateur de l’article de son personnage puisqu’il intercale ses observations à valeur didascalique : « Quand il arrivait à la distribution des récompenses, il dépeignait la joie des lauréats en traits dithyrambiques. » Lors de l’écriture de son article sur l’opération d’Hippolyte, Homais commence par une entrée en matière basée sur la contradiction « Malgré les préjugés qui recouvrent encore une partie de l’Europe comme un réseau, la lumière cependant commence à pénétrer dans nos campagnes [...] », l’usage de l’adverbe « cependant » est redondant étant donné que la phrase avait déjà été introduite par une opposition avec la préposition « malgré ». En poursuivant sa rédaction hâtive, lorsqu’il relate l’exploit médical de Charles, il déclare que « [...] à peine si quelques gouttes de sang sont venues » : l’omission de la tournure présentative « c’est » rend la construction de la phrase grammaticalement incorrecte. Puis, lorsqu’il s’exclame « N’est-ce pas de s’écrier que les aveugles verront, les sourds entendront et les boiteux marcheront ! »64, l’on peut remarquer que la modalité est inadéquate car la tournure initiale de la phrase « N’est-ce pas de […] » nécessitait l’usage d’une interrogative non d’une exclamative. Ce qui est notable c’est que toutes ces fautes semblent permettre une critique sous-jacente de l’auteur, si soucieux de la langue et du style, il invalide ainsi les écrits journalistiques de Homais.

  • 65 Le concept d’ « esthétique de la déliaison » vient de Sylvie Triaire.
  • 66  Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 12 octobre 1853, p. 449 : « Il faut que ça hurle par lense (...)
  • 67 Florence Pellegrini, « “Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça !” Bouvard, Pécuchet, et la recherche des (...)
  • 68  Roland Barthes, Le Plaisir du texte, « Points », Seuil, Paris, 1973, pp. 16-17.
  • 69 Philippe Dufour, op. cit., p. 29, précise que « l’énumération n’informe pas, elle ne distribue pas (...)

13Le mal écrit s’observe également dans une écriture marquée par la déliaison65. La rédaction des articles de journaux procède de la juxtaposition et de l’intermittence et n’obéit donc pas aux mêmes règles que celle des romans. Flaubert, surtout, était très attaché à la structure d’ensemble66 qui permettait d’assurer une cohérence aux différents éléments tout en générant une force et une puissance stylistiques. Florence Pellegrini, dans un article67, cite Roland Barthes « Flaubert : une manière de couper, de trouer le discours sans le rendre insensé », et poursuit en ces termes : « la narrativité est déconstruite et l’histoire reste cependant lisible : jamais les deux bords de la faille n’ont été plus nets et plus ténus, jamais le plaisir mieux offert au lecteur – si du moins il a le goût des ruptures surveillées, des conformismes truqués et des destructions indirectes »68. Pour illustrer cette « esthétique de la liaison », l’on remarque par exemple que l’insertion des articles d’Homais alterne avec le discours du narrateur, ce qui génère une polyphonie parfois discordante. Le plus notable concerne l’article des Comices que Flaubert a choisi de retranscrire indirectement. Cette technique génère des bribes d’article sélectionnés et commentés par le narrateur, produisant une certaine déliaison. Outre la volonté de produire un effet que Flaubert évoque dans sa correspondance, elle permet aussi de rendre compte d’une certaine incohérence de la pensée d’Homais qui n’est pas dans la construction mais dans la juxtaposition décousue : il ne relève pas des personnages suffisamment intelligents pour assurer une véritable logique de pensée69 et cette composition par bribes est un peu à l’image des étiquettes qu’il colle sur la vitrine de sa pharmacie. Si l’on reprend le début de son article, on remarque bien les deux voix qui alternent : les guillemets correspondent aux citations de l’écrit du pharmacien et les précédant ou les suivant, on trouve les commentaires du narrateur, peut-être un moyen pour le romancier de préserver une distance critique :

  • 70 Madame Bovary, p. 285-286.

“Pourquoi ces festons, ces fleurs, ces guirlandes ? Où courait cette foule, comme les flots d’une mer en furie, sous les torrents d’un soleil tropical qui répandait sa chaleur sur nos guérets ? ” Ensuite, il parlait de la condition des paysans. Certes, le gouvernement faisait beaucoup mais pas assez ! [le discours indirect libre permet aussi une intégration plus directe de son discours à la narration] “Du courage ! lui criait-il ; mille réformes sont indispensables, accomplissons-les70.”

14Le contenu de ses articles ne comporte pas de connecteurs logiques, il juxtapose ses phrases ou des bribes, au lieu de les lier entre elles, comme pour les Comices :

Vers six heures, un banquet, dressé dans l’herbage de M. Liégeard, a réuni les principaux assistants de la fête. La plus grande cordialité n’a cessé d’y régner. Divers toasts ont été portés : M. Lieuvain, au monarque ! M. Tuvache au préfet ! M. Derozerays, à l’agriculture ! M. Homais à l’industrie et aux beaux-arts, ces deux sœurs !

15La proposition « Divers toasts ont été portés » sert d’embrayeur à une accumulation de phrases nominales exclamatives mimant des paroles prononcées lors du banquet. Un effet de vraisemblance en ressort et vient justifier « la plus grande cordialité [...] ». Ce qui compte est davantage cet effet que l’importance accordée au contenu puisque celui-ci renvoie à des personnalités villageoises que seuls les habitants d’Yonville connaissent : l’information transmise est donc limitée géographiquement et elle rend bien compte de ce qu’était la presse locale explicite dans le titre Le Fanal de Rouen. Toujours dans la logique de la liaison, les rapports d’analogie qui inaugurent l’article des Comices relèvent d’un décalage disjoignant. En effet, le rapprochement entre le village normand d’Yonville et « les torrents [pour le mouvement de la foule] d’un soleil tropical » paraît des plus éloignés et des plus irréalistes ce qui rend impossible toute identification du lecteur. Même si le rapprochement est motivé par le mouvement et non le climat, l’absurdité du rapprochement et l’emportement stylistique produisent une démesure absurde.

  • 71 Voir l’article de Sainte-Beuve dans Le Moniteur Universel, le 4 mai 1857 : « Parmi ceux qui vont dé (...)
  • 72 Corr., tome IV, lettre à George Sand, 31 mars 1871, p. 300 : « En aura-t-on fini avec la métaphysiq (...)
  • 73 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 270, évoque cette caractéristique du fait-divers : « le fait diver (...)
  • 74 Voir la note 35.

16En peignant Homais et le journal, Flaubert choisit d’instrumentaliser son personnage pour mettre en récit la presse, sujet qui lui tient à cœur, comme on peut le remarquer dans sa Correspondance. Le pharmacien concentre en un même personnage-type71 ce qu’il exècre : la bourgeoisie provinciale avec ses idées reçues et son étroitesse d’esprit, le pédantisme, la bêtise dans toute son épaisseur, il est doté d’un idiolecte qui n’est pas sans annoncer le Dictionnaire de idées reçues72 et il n’est donc pas étonnant que le journal lui soit consubstantiel. Il en est à la fois le lecteur et le rédacteur et il revêt de nombreuses fonctions : il peut être un accessoire, parfois un objet essentiel à la création du cadre réaliste mais aussi un référent transmettant les nouvelles dont il se nourrit pour exister socialement car il y puise ses sujets de conversation, c’est pour cela qu’il parle un langage d’idées reçues, la sphère de tous et de personne. Être un pharmacien-journaliste est une fusion particulièrement atypique puisque l’écriture dans la presse était plutôt réservé aux hommes de lettres, les scientifiques avaient traditionnellement d’autres occupations. Le journal devient aussi, quand Homais en est le rédacteur, un déversoir de pensées, un moyen de règlement de comptes : on y trouve de tout, selon une perspective encyclopédique73 qui ne sera jamais atteinte et qui ne fait que générer une espèce de bric-à-brac confus, miroir de son capharnaüm ou du savoir que chercheront à atteindre Bouvard et Pécuchet. Son écriture bien spécifique est le reflet de sa personnalité : l’exubérance, la profusion d’images, la juxtaposition à outrance se substituant à la construction logique de l’esprit intelligent sont à rebours de l’écriture que prônait Flaubert dans sa Correspondance. Celui-ci portait en effet un regard très sévère sur la presse qu’il assimilait souvent à une forme de prostitution74, surtout lorsque c’était un écrivain qui s’y adonnait : l’art était pour lui bien au-dessus de ces écrits industriels de masse et de consommation, souvent immoraux, qui privilégiaient des sujets vils et premiers par rapport au style. Être journaliste devait à ce titre rester une nécessité économique pour ceux qui en avaient vraiment besoin. Traiter de Homais et du journal est donc faire le choix d’une double invalidation sur les plans des idées et du style. Le blâme s’opère aussi de manière plus implicite, par une polyphonie narrative où le narrateur adopte une posture ironique en se désolidarisant du personnage : c’est au lecteur d’être attentif à toutes ces subtilités narratives qui font sens. Homais et le journal deviennent alors sous la plume de Flaubert deux instruments acérés à la pointe de son scalpel et contribuent à la réflexion de Flaubert sur le style.

Haut de page

Notes

1 Correspondance (désormais abrégé en Corr.), édition présentée et annotée par Jean Bruneau, tome II, lettre à Louise Colet, 24 avril 1852, « Bibliothèque de La Pléiade », Gallimard, Paris, 1980, p. 78-79 : « Mais le journalisme, le courant commun, la misère (non, ne calomnions pas ce lait des forts), le putinage d’esprit plutôt, car c’est cela, l’ont abaissé souvent au niveau de ses confrères. » Flaubert écrit cela tandis qu’il est affligé de l’atrophie d’esprit de Théophile Gautier qui se perd dans la prostitution journalistique en y publiant ses poèmes.

2 Corr., édition présentée et annotée par Jean Bruneau, tome IV, lettre à George Sand, 8 septembre 1871, « Bibliothèque de La Pléiade », Gallimard, Paris, 1997, p. 376.

3 Gustave Flaubert, Madame Bovary, édition présentée par Bernard Ajac et dossier réalisé par Yvan Leclerc, « Garnier Flammarion », Paris, 2014. Dans son dossier, Yvan Leclerc écrit à propos du premier scénario de Madame Bovary : « L’intérêt se concentre sur la psychologie des personnages et sur l’intrigue amoureuse et financière : on ne trouve rien encore sur le milieu de la province ; Homais et Bournisien, c’est-à-dire les discours positiviste et religieux, sont encore à inventer », p. 556.

4 Philippe Dufour, Flaubert et le pignouf, Essai sur la représentation romanesque du langage, « L’Imaginaire du texte », Presses universitaires de Vincennes, Paris, 1993, p. 109. Philippe Dufour démontre que Flaubert utilise le terme de bourgeoisie non pas pour son sens social mais plutôt pour sa signification mentale.

5 Gustave Flaubert, Madame Bovary, édition publiée sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec la collaboration de Jeanne Bem, Yvan Leclerc, Guy Sagnes et Gisèle Séginger, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2013, t. III, pp. 212-213 : « Mais ce qui attire le plus les yeux, c’est en face de l’auberge du Lion d’or, la pharmacie de M. Homais ! […] Et l’enseigne, qui tient toute sa largeur de la boutique, porte en lettres d’or : Homais, pharmacien ». Rappelons néanmoins que le pharmacien était aussi appelé le « boutiquier ». Toutefois, une lutte très forte existait au siècle précédent entre l’épicier et le pharmacien à cette époque et on avait même un mot composé « épiciers-apothicaires » pour les désigner jusqu’en 1736 où il fut interdit aux épiciers de vendre certains produits.

6 Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, collection « Poétique », Le Seuil, Paris, 2007, p. 360.

7 Madame Bovary, p. 289.

8 Ibid., p. 371 : « [Homais] grommelait d’un ton paterne, tout en s’éventant avec son bonnet grec. » L’accompagnant en toute circonstance, le bonnet perd aussi de sa fonction première pour n’être plus qu’un accessoire utilitaire lui permettant de séventer.

9 L’homme-sandwich date de 1860 mais on l’appelait « homme-affiche » et il faut attendre 1880 pour que l’expression soit inventée.

10 Ibid., p. 235.

11 Corr., tome II, lettre à Jules Duplan, 11 octobre 1856, p. 640, Flaubert, en lui disant que « votre suffrage m’est précieux », ajoute une parenthèse à valeur didascalique : « (style Homais) », ce qui lui confère une spécificité stylistique, un idiolecte.

12 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 367-368, précise que « [...] la communication ne se fait plus que par le canal médiatique, les individus ayant le sentiment de voir le monde à travers un écran de papier. Ce dernier a fait succéder aux divisions sociales une territorialisation discursive qui finalement contribue à l’opacification du monde et surtout à un sentiment de grande solitude. La surmultiplication des échanges et des circulations de l’information aboutit paradoxalement à la dilution et à l’impossibilité de relations individuelles et authentiques, non médiatisées. D’où la profusion de ces personnages qui littéralement ne parlent que par l’intermédiaire du journal, commentant indéfiniment le fait divers du jour, faisant circuler la dernière nouvelle à la main. » Ces personnages qui « causent » du journal appartiennent à ce monde nouveau du XIXe siècle. Marie-Eve Thérenty démontre que la discussion de plus en plus réalisée au travers du « canal médiatique » met fin à d’authentiques relations de communication et à une individualisation du langage. Cela fait aussi partie de « la crise du langage » du XIXe siècle.

13 Notons à ce propos que Homais organise des soirées, ibid., p. 236 : « Il ne venait pas grand monde à ces soirées du pharmacien, sa médisance et ses opinions politiques ayant écarté successivement différentes personnes respectables. » Le personnage, au lieu d’être attractif, par son caractère, génère de la répulsion.

14 Madame Bovary, op. cit., p. 268.

15 Corr., tome I, op. cit., lettre du 4 septembre 1850 à Louis Bouilhet, p. 679-680.

16 Ibid., p. 330.

17 Ibid., p. 335. La vacuité des propos du personnage est rendue par trois formulations différentes pour la même idée : « c’est là la question ! [notons la maladresse stylistique de la juxtaposition de « là la »] Telle est effectivement la question [il ne fait que confirmer les propos précédents] : That is the question ! [Il cite Hamlet de Shakespeare mais ne fait que répéter la phrase en anglais] ». Le personnage tente de masquer le vide de sa conversation par un psittacisme qu’il assume : « comme je lisais dernièrement dans le journal. » Il est toujours le récitant du journal.

18  Madame Bovary, Ibid., pp. 257-258. Cela ne manque pas d’annoncer son écriture qui fait du bruit, qui circule et qui fictionnalise plus qu’elle ne réalise ; c’est nous qui soulignons.

19 Philippe Dufour, Flaubert et le pignouf, op. cit., p. 45. Philippe Dufour rappelle que l’amplification est paradoxalement le signe de « l’impuissance de la parole. »

20 Ibid., p. 214 : « Sa figure n’exprimait rien que la satisfaction de soi-même [...] ». Lors de la première apparition du pharmacien à l’Auberge du Lion d’Or de Madame Lefrançois, l’orgueil définit exclusivement le personnage. Le romancier semble lui conférer ce trait de caractère dominant.

21 Ibid., p. 223.

22 Ibid., p. 434.

23 « Aussi conjura-t-il M. Larrivière de lui faire cet insigne honneur d’accepter à déjeuner », ibid., p. 433. L’expression « insigne honneur » est typique du « style d’Homais » car elle relève de ces redondances à fonction hyperbolique. Le terme d’ « honneur » déjà très signifiant, par son degré d’estime, de considération, est encore intensifié par l’adjectif « insigne » au sens de remarquable ; le pharmacien courtise l’éminent médecin car « [i]l ne pouvait, par tempérament, se séparer des gens célèbres. » Ce besoin de reconnaissance du pharmacien est rendu ironiquement comme étant constitutionnel de son être.

24 Ibid, p. 285.

25 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 3 avril 1852, p. 66, il affirme avoir écrit « [v]ingt pages en un mois, et en travaillant chaque jour au moins 7 heures ! ».

26 Corr. tome II, op. cit., lettre du 5 octobre 1856 à Louis Bouilhet, p. 638-639 : « J’ai reçu ce matin une lettre de F[rédéric] Baudry, qui me prie, dans les termes les plus convenables, de changer dans la Bovary le Journal de Rouen en : Le Progressif de Rouen, ou tel autre titre pareil […] Mais c’est si beau « le Journal de Rouen » dans la B[ovary]. […] Ça va casser le rythme de mes pauvres phrases ! »

27 Ibid, p. 286.

28 Il fait toujours preuve d’une attitude ostentatoire pour exister aux yeux d’autrui mais l’aveugle également par des effets d’illusion pouvant mener à des conséquences dangereuses notamment lorsqu’il parvient à faire enfermer l’aveugle, ibid, p. 453.

29 Ibid, p. 212 : l’image du kaléidoscope, au sens premier du terme, est annoncée par le reflet de ses « bocaux rouges et verts qui embellissent sa devanture et [qui] allongent au loin, sur le sol, leurs deux clartés de couleur [...] ». Mais surtout, c’est dans la lumière excessive « comme dans des feux du Bengale », qu’apparaît sa devanture : « Et l’enseigne, qui tient toute la largeur de la boutique, porte en lettres d’or : Homais, pharmacien. » (Ibid, p. 213)

30 Ibid, p. 304.

31 Ibid, p. 307.

32 « Ce chaos du journal et de chaque page du journal est donc mimétique d’un monde et d’une époque tels que se les représentent les contemporains, un monde où êtres et choses sont réduits à leur seule valeur d’exposition comme imageries ʺplatesʺ, un monde soumis à la tyrannie de la vitesse, de la brièveté, de la nouveauté, du mélange, de la consommation rapide des produits et de leurs migrations, de la périssabilité. » (Philippe Hamon, Imageries, José Corti, Paris, 2007, p. 357)

33 Marie-Eve Thérenty, op. cit., p. 50, constate que le journal, en dessinant son calendrier, devient le nouvel almanach accompagnant la vie de Province.

34 Ibid., p. 258.

35 Ibid., p. 266. Les éléments signalant le cérémonial de l’événement s’accumulent dans la suite du passage : « Dès le matin de la solennité, tous les habitants, sur leurs portes, s’entretenaient des préparatifs ; on avait enguirlandé de lierres le fronton de la mairie ; une tente dans un pré était dressée pour le festin, et, au milieu de la Place, devant une église, une espèce de bombarde devait signaler l’arrivée de M. le préfet et le nom des cultivateurs lauréats. »

36 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 15 juillet 1853 : « Ce soir, je viens d’esquisser toute ma grande scène des Comices agricoles. Elle sera énorme ; ça aura bien été trente pages. », p. 376.

37 Ibid, p. 307, « cette feuille de papier fraîche écrite […] c’était la réclame qu’il destinait au Fanal de Rouen. »

38 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 107. Elle emploie ces expressions lors de sa réflexion sur le fait divers.

39 Ibid., p. 453.

40 Après la mort d’Emma, non seulement il éloigne ses enfants de la présence de Berthe mais surtout, la fin du roman fait triompher l’être immoral, qui reçoit la reconnaissance publique, la croix d’honneur et empêche les médecins de réussir « tant [il] les a tout de suite battus en brèche. », Ibid., p. 458.

41 Ibid., p. 452.

42 Ibid., p. 453.

43 Ibid., p. 414. Lorsque Homais monte dans lHirondelle avec Emma, il aperçoit l’Aveugle, au bas de la côte et « il s’écria : ʺJe ne comprends pas que l’autorité tolère encore de si coupables industries ! On devrait enfermer ces malheureux, que l’on forcerait à quelque travail ! Le Progrès, ma parole d’honneur, marche à pas de tortue ! nous pataugeons en pleine barbarie !ʺ » Son discours, très discutable sur le plan moral, est celui d’un tyran, d’un intolérant d’avant le siècle des Lumières. C’est dans cette perspective que le discours prend tout son sens ironique car le personnage, au lieu de se situer dans une lumière éclairante comme il le pense, est dans un aveuglement qui l’illusionne sur lui-même, pensant que le Progrès, auquel l’allégorie confère toute une portée généralisante, consiste à enfermer ce type d’individu en marge de la norme sociale. De fait, sa remarque indignée « nous pataugeons en pleine barbarie ! », qualifie ironiquement son attitude alors que lui pense qu’elle désigne celle de la société qui le laisse libre.

44 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 8 février 1852, p. 43. Il dit à propos des journaux : « Autant bâiller aux corneilles que de se nourrir de toutes les turpitudes quotidiennes qui sont la pâture des imbéciles. » Il préfère ainsi l’abstinence à une écriture vile basée sur n’importe quoi.

45 Marie-Eve Thérenty, op. cit., p. 270.

46 Ibid, p. 456.

47 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 24 avril 1852, p. 78. Il accuse, on s’en souvient, Théophile Gautier qui s’adonne au journalisme d’être dans « [un] courant commun, [une] misère […] un putinage d’esprit. »

48 Corr., tome II, lettre à Louis Bouilhet, 9 août 1854. Il parle d’« esprit de Homais ».

49 Ibid., p. 285.

50 Ibid., p. 286.

51 Ibid., p. 307.

52 Op. cit., voir la note 36.

53 Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, p. 204.

54 Corr., tome III, lettre à George Sand du 15 décembre 1866, p. 578- 579.

55 Voir la note 11.

56 Ibid., p. 307.

57 Ibid., p. 212-213.

58 Ibid., p. 396. Lorsqu’il rejoint Léon à Rouen pour déjeuner, il est précisé que « Homais se délectait. Quoiqu’il se grisât de luxe encore plus que de bonne chère, le vin de Pomard, cependant, lui excitait un peu les facultés, et lorsque apparut l’omelette au rhum, il exposa sur les femmes des théories immorales. » Le plaisir des bonnes choses prend le dessus sur la raison et le personnage apparaît en ces circonstances dans une situation où il est lui-même, hors de toute représentation sociale.

59 Ibid., p. 201. « Ne fallait-il pas à l’amour, comme aux plantes indiennes, des terrains bien préparés, une température particulière ? Les soupirs au clair de lune, les longues étreintes, les larmes qui coulent sur les mains qu’on abandonne, toutes les fièvres de la chair […] du balcon des grands châteaux qui sont pleins de loisirs, d’un boudoir à stores de soie avec un tapis bien épais, des jardinières remplies, un lit monté sur une estrade, ni du scintillement des pierres précieuses et des aiguillettes de la livrée. » Les « grands châteaux » sont perçus par Emma à travers les clichés romantiques qu’ont fait naître ses lectures. Nous constatons une précision très importante dans l’imagerie du personnage, d’où l’accumulation d’adjectifs qualificatifs – « épais », « remplies », « précieuses » ou des compléments de détermination – « fièvres de la chair », « des aiguillettes de la livrée » à valeur de caractérisation.

60 Marie-Ève Thérenty, op. cit., l’a souligné : « « L’écrit journalistique s’inspire d’un idéal intertextuel du roman réaliste, comme l’atteste l’importance des détails et des effets de réel rajoutés afin de restituer une atmosphère. » Ces remarques s’inscrivent bien dans ce passage où « des détails et des effets de réel » génèrent bien l’« atmosphère » de famille paysanne normande, fière d’avoir reçu un prix aux Comices agricoles.

61 Ce concept du Mal écrire est utilisé par Sylvie-Thorel Cailleteau dans son livre Splendeurs de la médiocrité une idée du roman, Droz, Paris, 2008, p. 76.

62 Ibid., p. 308.

63 Il existait également l’expression « la plume courant » pour qualifier l’écriture spontanée. L’opposition avec l’écriture lente, travaillée que préfère Flaubert est encore marquée.

64 Ibid., p. 308. Paradoxalement, cette idée est reprise du chapitre XI – le même chiffre que celui de Flaubert- des Évangiles, lorsque Mathieu raconte les miracles du christ avec la guérison d’un paralytique et d’un aveugle : « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts se relèvent, les pauvres sont évangélisés. »

65 Le concept d’ « esthétique de la déliaison » vient de Sylvie Triaire.

66  Corr., tome II, lettre à Louise Colet, 12 octobre 1853, p. 449 : « Il faut que ça hurle par lensemble, qu’on entende à la fois des beuglements des taureaux, des soupirs d’amour et des phrases d’administrateurs. » Ce désir d’harmonie symphonique souhaité par Flaubert s’oppose au style décousu de Homais.

67 Florence Pellegrini, « “Mais pourquoi m’a-t-elle fait ça !” Bouvard, Pécuchet, et la recherche des causes. Une approche génétique et linguistique des connecteurs de causalité dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert », mis en ligne le 26 octobre 2017, disponible sur ITEM [en ligne], http://www.item.ens.fr/index.php?id=187189

68  Roland Barthes, Le Plaisir du texte, « Points », Seuil, Paris, 1973, pp. 16-17.

69 Philippe Dufour, op. cit., p. 29, précise que « l’énumération n’informe pas, elle ne distribue pas un savoir : elle empile des mots ».

70 Madame Bovary, p. 285-286.

71 Voir l’article de Sainte-Beuve dans Le Moniteur Universel, le 4 mai 1857 : « Parmi ceux qui vont désormais paraître et ne plus quitter la scène à titre d’officieux et d’empressés, au premier plan se dessine le pharmacien M. Homais, une création de M. Flaubert, et qui s’élève à la hauteur d’un type. M. Homais, nous l’avons tous connu et rencontré, mais jamais sous une face si fleurie et si triomphante : c’est l’homme important, considérable du lieu, à phrases toutes faites, se vantant toujours, se croyant sans préjugés, emphatique et banal, adroit, intrigant, faisant servir la sottise elle-même au savoir-faire ; M. Homais, c’est le M. Prudhomme de la demi-science. » Sainte-Beuve souligne la construction d’un personnage-type réunissant les nombreux défauts que son créateur exécrait.

72 Corr., tome IV, lettre à George Sand, 31 mars 1871, p. 300 : « En aura-t-on fini avec la métaphysique creuse et les idées reçues ? Car tout le mal vient de notre gigantesque ignorance. Ce qui devrait être étudié est cru sans discussion. Au lieu de regarder, on affirme ! » À plusieurs reprises dans sa correspondance, Flaubert définit ce qu’il entend par idées reçues et ses propos coïncident avec la peinture du personnage de Homais qui cause sans mesure et sans vérification de ses propos.

73 Marie-Ève Thérenty, op. cit., p. 270, évoque cette caractéristique du fait-divers : « le fait divers dessine une large palette de microrécits qui font du journal une véritable encyclopédie du quotidien. » L’expression « encyclopédie du quotidien » réfère à cette accumulation de faits courants visant une certaine totalité.

74 Voir la note 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Trichet, « Homais et le journal », Flaubert [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 26 juin 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2743

Haut de page

Auteur

Corinne Trichet

Équipe ICD de l’université de Tours

Haut de page