Navigation – Plan du site

Flaubert, contemporain

Anne Herschberg Pierrot

Texte intégral

G. Flaubert, Œuvres complètes, édition Conard, 1910, BnFAfficher l’image
Crédits : [wikicommons]

1Flaubert est notre contemporain. Dans une lettre de 1872, il affirme à George Sand : « J’écris non pour le lecteur d’aujourd’hui, mais pour tous les lecteurs qui pourront se présenter tant que la langue vivra ». Ces « lecteurs raffinés », dont fait partie George Sand, comprennent bien les écrivains lecteurs de Flaubert, qui écrivent à partir de lui, avec lui et sur lui.

  • 1 Bernard Pingaud, « Les Flaubert », L’Arc, 79, 1980, p. 1-2. Nathalie Sarraute, Flaubert le précurse (...)

2Pour toute une partie de la littérature contemporaine, celle du XXe et du XXIe siècle commençant, il y a en effet un avant et un après Flaubert, lié à la nouvelle poétique du roman qui s’inaugure avec lui et à l’absolu de l’écriture qu’il représente. L’œuvre de Flaubert, qui ne fut pas comprise à sa parution, trouve un nouveau lectorat : L’Éducation sentimentale, chez Proust et Kafka, Bouvard et Pécuchet, chez Borges et Queneau. Comme le remarque Bernard Pingaud, il y a cependant bien « des Flaubert » selon les prismes des lecteurs. Madame Bovary est ainsi la préférée de James, de Nabokov, de Sartre, ou de Vargas Llosa, mais aussi de Nathalie Sarraute, qui n’aime pas Bouvard et Pécuchet1.

3Dans la seconde moitié du XXe siècle, certains « nouveaux romanciers » reconnaissent en Flaubert un « précurseur » des recherches sur le roman (« Flaubert écrivait le nouveau roman de 1860 » écrit Alain Robbe-Grillet). Il apparaît aussi à la nouvelle critique un modèle de l’ « écriture intransitive », contre l’approche excessivement biographique de la littérature.

4Un nouveau Flaubert éditorial émerge au début des années 1960. Pour Bouvard et Pécuchet, se succèdent une édition renouvelée par Alberto Cento (1964), une présentation large pour la première fois du « second volume » par Geneviève Bollème (1966), qui avait publié précédemment au Seuil une anthologie de la correspondance de Flaubert centrée sur la poétique de l’écrivain, pratiquée par des générations de lecteurs, dont Roland Barthes : Préface à la vie de l’écrivain (1963). Le Seuil fait aussi redécouvrir la même année un autre Flaubert, le Flaubert romantique de L’Éducation sentimentale de 1845, sous le titre : La Première éducation sentimentale.

  • 2 Voir le dossier sur « L’Idiot de la famille » de Jean-Paul Sartre dans le numéro Recherches et trav (...)

5La décennie des années 1970 voit émerger le monumental Flaubert de Sartre, L’Idiot de la famille2. C’est aussi le début de la critique génétique qui place au centre de son intérêt le travail de l’écriture flaubertienne dans ses manuscrits et ses dossiers et met au jour la fabrique de l’œuvre. Les brouillons de L’Éducation sentimentale, conservés jusqu’alors en main privée, entrent en 1975 à la Bibliothèque nationale : ils ouvrent tout un continent à la recherche. Flaubert est une présence forte et continue chez plusieurs générations d’écrivains de la seconde moitié du XXe siècle : Samuel Beckett, Nathalie Sarraute, Robert Pinget, autour de la poétique du lieu commun, mais aussi Georges Perec, Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Jean Echenoz… Ces écrivains peuvent écrire sur Flaubert, parler de lui. Mais surtout ils écrivent avec Flaubert. Comme le souligne avec force Tiphaine Samoyault, « on ne se souvient pas de Flaubert » : il est une présence toujours déjà là.

  • 3 Les textes de Pierre Michon sont repris dans Le Roi vient quand il veut, Paris, Belfond, 2007, Le L (...)

6Quelques publications, de ces trente dernières années, ont donné place à la voix d’écrivains sur Flaubert ou à des études critiques sur cette réception. L’Arc (n° 79, 1980) évoque Proust, Henry James, Kafka, publie un texte de Perec sur ses « emprunts à Flaubert » et un inédit de Sartre. Philippe Chardin consacre le n° 22 de Littérature et nation aux « Réceptions créatrices de Flaubert » (2000). Parmi les dossiers consacrés par Le Magazine littéraire à Flaubert, « Flaubert et ses héritiers » (février 1988) évoque la place de Flaubert chez Henry James, James Joyce, Ezra Pound, Samuel Beckett, mais aussi Kafka, Sartre, Vargas Llosa. « Flaubert, l’invention du roman moderne », coordonné par Pierre-Marc de Biasi (septembre 2001) publie des entretiens d’auteurs contemporains sur Flaubert : Florence Delay sur Gertrude Stein, Pierre Dumayet, Jean Échenoz, Claude Simon, Pierre Michon. Un autre entretien de Pierre Michon avec Pierre-Marc de Biasi sur Madame Bovary est paru dans le Magazine littéraire de novembre 2006 (« Les vies de Madame Bovary », dossier coordonné par Jacques Neefs)3.

7Ce numéro porte sur la réception de Flaubert chez des écrivains contemporains, de la seconde moitié du vingtième siècle à nos jours. Il s’interroge sur le retentissement de Flaubert dans l’écriture d’aujourd’hui, sur les lignées flaubertiennes que l’on peut retracer, mais aussi sur les transformations apportées en retour à l’œuvre flaubertienne. Qu’est-ce qu’écrire à partir de Flaubert ? Qu’est-ce que lire Flaubert quand on écrit ? Comment cette lecture a-t-elle transformé l’image de l’œuvre ? Mais aussi comment Flaubert programme-t-il ses lectures, au cœur de son travail d’écriture ?

8Un écrivain contemporain majeur ouvre l’ensemble critique : Pierre Bergounioux. Flaubert habite les fictions de Pierre Bergounioux, auteur d’une thèse avec Roland Barthes, et de textes sur Flaubert. Il revient sur la question de la littérature pour Flaubert parmi les prosateurs du XIXe siècle. Qu’est-ce qu’écrire pour un cadet, né en 1821, pour un « héritier déshérité », « un homme sans qualité » ? Écrire devient une « lutte à mort contre le monde » dont Pierre Bergounioux retrace le parcours à partir des œuvres de jeunesse. En vis-à-vis, à la fin du volume, Tiphaine Samoyault, écrivain et critique, propose de définir trois lignes flaubertiennes dans l’écriture d’aujourd’hui : la « ligne Bouvard et Pécuchet », celle de l’encyclopédie de la bêtise, et de l’idiotie (de Queneau et Perec à la revue Inculte, à Pierre Senges, en passant par diverses pratiques artistiques du burlesque et de l’érudition moquée), « la ligne Éducation sentimentale », « tracée par la mélancolie des paquebots et un rapport déçu à l’histoire », ligne du second degré (d’Olivier Rolin, Jean-Philippe Toussaint, Jean Echenoz, à Georges Perec) et la « ligne Madame Bovary », plus difficile à cerner, ligne du « suspens et du silence », de la « tension entre continu et discontinu » (Pascal Quignard, Pierre Michon).

  • 4 Voir aussi Jacques Neefs, « Donner un cadre », Europe, n° 888, avril 2003.

9Un autre volet de la revue est consacré aux lectures de Bouvard et Pécuchet, œuvre flaubertienne qui émerge véritablement dans le second XXe siècle. Jacques Neefs étudie les « modernités » du roman interprété par Jorge Luis Borges et Raymond Queneau4, qui tous deux s’attachent à dévoiler la puissance d’interrogation philosophique et symbolique de Bouvard et Pécuchet. Dans « Défense de Bouvard et Pécuchet » (Discussions), Borges analyse l’incompréhension qui a entouré la réception du roman et est sensible à l’œuvre au miroir. Par Queneau, s’est imposée la dimension encyclopédique de Bouvard et Pécuchet qu’il récrit avec l’encyclopédie des fous littéraires dans Les Enfants du limon, écrit en 1938. Bouvard et Pécuchet est aussi une œuvre phare pour Roland Barthes qui en a souligné l’écriture « indécidable ». Anne Herschberg Pierrot souligne la continuité de la présence de Bouvard et Pécuchet à travers les écrits de Roland Barthes, la référence fondamentale, ou comme il est dit de Proust dans Le Plaisir du texte, « l’œuvre-mandala » : de la « bouvard-et-pécuchéïté » des Mythologies, au plaisir de la copie, à l’encyclopédie des langages, jusqu’à la question de la bêtise et de sa propre bêtise.

10Le vertige de la bibliothèque se retrouve chez Italo Calvino. « J’aime Flaubert parce que, après lui, on ne peut plus écrire comme lui ». Flaubert, pour Italo Calvino, représente « un absolu de l’invention formelle » nous dit Susi Pietri, qui nous entraîne dans un voyage à travers les écrits de Calvino sur Flaubert selon trois constellations de lectures : l’invisible, l’inconnaissable et l’innommable, et met en relief les médiations à l’œuvre dans les lectures de Calvino : Flaubert par Cervantes, mais aussi Flaubert par Perec, et par Queneau.

11Dans un entretien du Magazine Littéraire paru en septembre 2001, à la question : « Entretenez-vous une relation particulière avec l’œuvre de Flaubert ? Cet auteur a-t-il joué un rôle dans votre conception du style, du métier d’écrivain ? », Claude Simon avait répondu un peu brutalement : « Non ». Gisèle Séginger retrouve cependant dans ses entretiens et son œuvre un « Flaubert de Claude Simon » : Claude Simon partage avec Flaubert une vision définalisée de l’histoire, un rapport au délabrement des croyances, une poétique du roman « par tableaux détachés ». Mais pour une écriture d’un cheminement tout autre.

   

  • 5 On y trouvera notamment d’autres études sur Barthes et Flaubert et sur Claude Simon et le nouveau r (...)

12Ce numéro de la revue Flaubert. Revue critique et génétique reprend un dossier paru dans Œuvres & Critiques (XXXIV, 1, 2009), dont les textes ont été revus et actualisés par leurs auteurs. Il a pour prolongement un volume à paraître chez CNRS Éditions, 2018, Flaubert et le moment théorique (1960-1980), qui réunit écrivains, critiques et philosophes5.

Haut de page

Notes

1 Bernard Pingaud, « Les Flaubert », L’Arc, 79, 1980, p. 1-2. Nathalie Sarraute, Flaubert le précurseur (1965), Gallimard, 1986.

2 Voir le dossier sur « L’Idiot de la famille » de Jean-Paul Sartre dans le numéro Recherches et travaux 71, 2007. Voir aussi Bruno Clément, Le Lecteur et son modèle à la lecture de Flaubert par Sartre (PUF, 1999), et Flaubert et le moment théorique (1960-1980), à paraître CNRS Éditions, 2018.

3 Les textes de Pierre Michon sont repris dans Le Roi vient quand il veut, Paris, Belfond, 2007, Le Livre de Poche, 2010. Vient de paraître, sous la direction d’Yvan Leclerc, un recueil de Lettres à Flaubert, réunissant des textes d’écrivains et critiques contemporains adressés à Flaubert (Thierry Marchaisse, 2017).

4 Voir aussi Jacques Neefs, « Donner un cadre », Europe, n° 888, avril 2003.

5 On y trouvera notamment d’autres études sur Barthes et Flaubert et sur Claude Simon et le nouveau roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Flaubert, contemporain », Flaubert [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2810

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8, et ITEM

Articles du même auteur

Haut de page