Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de manifestations scientifiques

Journée d’étude : « Les historiens et le monde de l’édition »

Jean-Marc Olivier (coord.), première journée du séminaire transversal du laboratoire FRAMESPA « Histoire et historiens face aux usages et à l'instrumentalisation du passé » Pierre Laborie (dir.), 12 janvier 2012, Université de Toulouse II.
Manon Laurine et Gérard Périé

Texte intégral

1Le 12 décembre dernier a eu lieu la première journée d’étude du séminaire transversal du laboratoire FRAMESPA. Dans le cadre de ce séminaire, l’étude des rapports entre l’historien et le monde de l’édition est apparue comme primordiale. En effet, ce dernier peut être perçu comme un jeu de contraintes ou bien, au contraire, d’opportunités pour ceux qui sont les écrivains du passé. Ou encore, les structures éditoriales peuvent contribuer à façonner, voire à influencer l’historien et, en cela, instrumentaliser son travail. Cette journée devait permettre de confronter les points de vue des chercheurs et des professionnels de l’édition, sur les enjeux liés aux interactions entre leurs métiers respectifs.

Premier intervenant, Bernard Seiden, éditions Midi-Pyrénéennes : « Pérenniser un magazine de vulgarisation : une entreprise difficile »

2FRAMESPA travaille en étroite collaboration avec Bernard Seiden : http://www.midipyrenees.fr. Pour plus d’informations sur la revue Midi-Pyrénées et Patrimoine : http://framespa.univ-tlse2.fr/​actualites/​publications/​midi-pyrenees-patrimoine 

3Au cours de son intervention, Bernard Seiden nous explique sa singulière expérience du monde de l’édition, ainsi que ses difficultés.

4La revue fut créée en 2002 par un éditeur privé, sous le nom de Patrimoine Midi-Pyrénées, mais aboutit rapidement à un dépôt de bilan. En 2004, Bernard Seiden décide alors de reprendre en main la revue qui devient Midi-Pyrénées et Patrimoine. Pour lui, la dimension économique de l'aventure éditoriale est à la fois fondamentale et secondaire.

5La revue est tournée vers l’histoire, l’intérêt pour cette discipline est à l'origine de la revue, bien qu’il n’existe aucune référence directe à cette discipline dans le titre.

6L'image occupe une place essentielle dans le développement de ce magazine, notamment en raison de l’importance des sujets dédiés à l’histoire de l’art (la meilleure vente de la revue correspond à un numéro sur la ville d’Albi).

7La revue Midi-Pyrénées et Patrimoine porte principalement sur la valorisation du patrimoine, plus que sur sa connaissance. Cette tendance est parfaitement illustrée par un sujet comme « le Patrimoine et la Grande Guerre », dossier du premier numéro de la revue coordonné par Rémy Cazals, qui a également coordonné le premier Hors-Série de la revue : « Patrimoine photographique et histoire ».

8Les chercheurs en histoire et en histoire de l’art occupent une place centrale dans les publications de la revue, et y travaillent de façon bénévole, de même que les participants à la production et à l’édition. Chacun trouve son intérêt à ce mode de fonctionnement puisqu’en contrepartie, les chercheurs peuvent être publiés en toute liberté, sans contraintes commerciales. Mais ils ne sont pas les seuls intervenants : la participation de journalistes et de photographes (à titre onéreux, pour leur part) permet de vulgariser ce savoir et d’interviewer les différents protagonistes de l’histoire.

9Malgré la relecture des textes par un comité de rédaction, la revue n’est pas une revue proprement scientifique. Certains membres du comité de rédaction proposent d'abaisser le niveau de la revue pour la rendre plus accessible. Est-ce pour autant une revue de vulgarisation de l’histoire ? Le but recherché est de porter un autre regard sur l’histoire et les lieux qui s’y rapportent. C’est notamment le cas pour l’histoire et les lieux du catharisme, qui ont souvent été l'objet de déformations et de fantasmes divers. La revue cherche donc à montrer les autres facettes de l'histoire, notamment avec un hors-série sur le sujet. On peut également prendre comme exemple l’histoire de l’aéronautique, dont les principaux protagonistes étaient jusque-là des militaires. Bernard Seiden a décidé de publier un hors-série sur cette thématique, dont Jean-Marc Olivier est le coordinateur, afin de rompre avec le monopole d’une certaine idéologie qui l’entourait.

10Pour la création des Hors-Série, Bernard Seiden a d'abord travaillé avec un syndicat mixte, situé à Sorrèze. Mais après une étude comparative des coûts de production, il décide de se tourner vers Philippe Terrancle et les éditions Privat.

11La revue possède un lectorat assez fidèle. Le tirage se chiffre à 3 200 exemplaires pour 2 000 ventes, les trois-quarts des ventes se font en kiosque. Le numéro portant sur la ville d’Albi fut le plus populaire et permit le tirage de 1 500 exemplaires supplémentaires (principalement achetés par les Albigeois et les habitants de la région).

12Le laboratoire FRAMESPA joue un rôle important dans la survie de la revue. Mais cette étroite relation avec des universitaires ne se limite pas à des raisons commerciales. Les débats entre chercheurs apportent une réelle plus-value à la revue, et des travaux divergents sont exposés dans ses pages, pour plus de transparence. Bernard Seiden est en relation avec trois types de ressources, qui proviennent respectivement de la DRAC (aide modeste), des animateurs du patrimoine (communication politique des élus), des universitaires (certains travaillent sur le patrimoine au sein de la Maison des Sciences de l'Homme de Toulouse). Il existe cependant une reconnaissance institutionnelle pour la revue, mais qui ne génère pas pour autant de subvention de la part de la DRAC. La revue est financée par les fonds propres de l'éditeur. C’est une revue déficitaire, d’autant que les coûts de fabrication augmentent (rémunération des journalistes et des photographes professionnels).

13Pour étendre encore son lectorat, la revue cherche à se diversifier, à s’ouvrir à d’autres domaines, par l’édition d'actes de colloques (par exemple : « Le mouvement Saint-Simonien »), ou encore avec le projet d’éditer des thèses d’histoire. Ainsi, la maison d’édition ne publie plus seulement des titres de presse, mais aussi des livres (deux sont notamment en cours de publication).

14Bernard Seiden conclut en se définissant comme un éditeur passionné d’histoire, qui tient à s’appuyer sur une certaine compréhension des choses et des êtres.

15Après son intervention, un débat a lieu, dont l'animateur est Luis Gonzalez, directeur de Méridiennes, maison d'édition du laboratoire FRAMESPA (pour plus d’informations : http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/​boutique/​spip/​ ). Les éditions Méridiennes, rappelle-t-il, sont, elles aussi, en constant déficit, du fait de la spécificité scientifique des sujets traités. L’importance de la fidélisation est donc, selon Luis Gonzalez, primordiale. Par exemple, lorsque Méridiennes a édité des actes de colloque sur les « villages perdus » (pour reprendre ses mots) de l’Aragon, l'essentiel des ventes s’est fait en Espagne (et principalement dans la zone concernée, comme pour Bernard Seiden à Albi). Selon Luis Gonzalez, ce qui est important, dans la revue Midi Pyrénées et Patrimoine, contrairement aux revues de vulgarisation, c’est la traçabilité de la recherche et non pas le seul attrait offert par l'image. Il conseille, en outre, à Bernard Seiden, de ne pas abaisser le niveau de la revue pour éviter de perdre le lectorat actuel, mais suggère éventuellement de créer un glossaire pour le lecteur non averti.

Second intervenant : Philippe Terrancle, Directeur délégué des éditions Privat, « Les éditions Privat et l’histoire. Engagements, enjeux et perspectives »

16Les éditions Privat emploient onze salariés, pour un chiffre d’affaire annuel de 1,4 million d’euros. La maison d’édition produit quarante-cinq nouveautés par an, sans prendre en compte les Annales du Midi et les Cahiers de Fanjeaux. Privat appartient à un seul actionnaire, le laboratoire Pierre Fabre, qui a toujours su se montrer discret et laisser entière liberté dans les choix éditoriaux.

17Les éditions Privat furent créées en 1839 par Édouard Privat, jeune Aveyronnais pétri de catholicisme. Édouard collabore très tôt avec un libraire républicain qui lui apporte une approche commerciale moderne, notamment en travaillant étroitement avec des colporteurs, jusqu’à leur interdiction en 1880. Édouard Privat va créer une véritable équipe commerciale. Dès 1867 (et jusqu’en 1904), un premier ouvrage régional est publié sous le titre d'Histoire générale du Languedoc, récit mêlé d'histoire des territoires, et déterminant un territoire d’excellence. En 1889, sont créées les Annales du Midi, revue toujours éditée aux éditions Privat. Puis, en 1897, Privat devient libraire de l’Université de Toulouse. Ces différentes dates montrent que, dès l’origine, l’histoire fut au cœur de ce que sont les éditions Privat.

  • 1 Philippe Terrancle, Dir. Délégué des éditions Privat.

18Privat est alors un éditeur régionaliste aux visions « folklorisantes1 ». Dans son évolution, la maison d’édition a maîtrisé le risque du régionalisme, en se tournant vers des historiens déconnectés des enjeux régionaux, et est donc passée à une analyse de la région.

19Le rôle des anniversaires, des centenaires et bicentenaires joue de façon importante sur le nombre de ventes. Les éditions Privat ont donc profité de ces occasions pour publier des productions de qualité, par exemple sur le thème de la révolution française de 1789, ou encore en travaillant en collaboration avec l’universitaire Rémy Pech, pour le bicentenaire de la naissance de Jean Jaurès en 2009.

20Philippe Terrancle cite aussi des risques éditorialistes pris au profit d’ouvrages de qualité, comme c’est le cas avec celui de Patrick Cabanel, qui révèle au grand public, dans son livre intitulé L’histoire occultée du peuple palestinien, des archives palestiniennes méconnues.

21À côté de cela, Philippe Terrancle admet la nécessité de faire parfois preuve d’un certain « opportunisme éditorial », pour reprendre ses mots : en effet, il se doit de garantir un bon chiffre d’affaire, car il a la responsabilité d’assurer le salaire des employés. Il a su tirer parti, par exemple, de l'attrait de l’image du catharisme : après avoir sondé un certain nombre de personnes et, notamment, des touristes, Privat a publié un livre de photos de châteaux cathares. Il s’agit là d'une utilisation de thèmes d'histoire tout à l'avantage des maisons d’éditions.

22Cependant, si l’histoire a été au cœur des éditions Privat, cette discipline ne représente qu’une faible place dans les publications de la maison (environ 6 %). Philippe Terrancle explique que, s’il avait été un « bon » patron, c’est-à-dire avec une logique purement comptable, il aurait mis fin aux publications d’ouvrages historiques. Il s’agit donc d’un engagement presque personnel de la part du Directeur délégué des éditions Privat, et non pas d’une logique commerciale. Il affirme qu’il faut faire confiance aux auteurs, qui sont, finalement, la « matière première ». De plus, il considère ne pas avoir de stratégie commerciale préconçue, mais explique que les choix éditoriaux se font au gré des rencontres intellectuelles.

23Pour terminer sa présentation, Philippe Terrancle s'exprime sur la perspective de la dématérialisation du livre. Un débat s’ensuit, sur l’utilité des livres numériques, sur leur conception, leur prix de vente. Il en ressort que l’on ne peut penser un livre numérique comme un livre papier, et que le développement du premier ne signifie pas la fin du second. Le livre numérique ouvre de nouvelles perspectives à la diffusion du savoir, c’est là un tournant que les éditions Privat souhaitent ne pas manquer. Pour reprendre les mots de Philippe Terrancle : « Nous sommes dans une préhistoire du savoir ».

  • 2 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 63, (...)
  • 3 Pierre Laborie est un historien français, né en 1936. Il fut Professeur d'École Normale, Professe (...)

24Ces deux interventions nous ont ainsi éclairés sur le fonctionnement d’une revue et d'une maison d’édition, et sur la place que l’histoire y occupe, mais surtout sur l’utilisation d’un savoir dit scientifique auprès d’un public pas forcément averti, savoir élaboré pour devenir plus « vendeur ». Le problème reste complexe, car il renvoie à la question suivante : qu’est-ce que la réalité historique ? Le sociologue Pierre Bourdieu, par sa critique de l’approche biographique, a su mettre le doigt sur l’incomplétude de celle-ci : « Essayer de comprendre une vie comme une série unique et en soi suffisante d’événements successifs, sans autre lien que l’association à un “sujet” […], est à peu près aussi absurde que d’essayer de rendre raison d’un trajet dans le métro sans prendre en compte la structure du réseau […]2». Il est intéressant de mettre en parallèle avec cette analyse celle de la question historique. D’autant que, comme l’a dit Pierre Laborie, « l’histoire est révisionniste par essence »3. Ainsi, la question reste ouverte : l’instrumentalisation de l’histoire n’est-elle pas finalement omniprésente, même de façon inconsciente, du fait même qu’elle est une science complexe du passé et des hommes ?

Haut de page

Notes

1 Philippe Terrancle, Dir. Délégué des éditions Privat.

2 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 63, 1986, p. 71.

3 Pierre Laborie est un historien français, né en 1936. Il fut Professeur d'École Normale, Professeur d'histoire contemporaine à l’Université de Toulouse II pendant près de vingt ans, puis directeur d'études à l'EHESS. Il est un spécialiste de l'opinion publique sous le Régime de Vichy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Laurine et Gérard Périé, « Journée d’étude : « Les historiens et le monde de l’édition » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/2310

Haut de page

Auteurs

Manon Laurine

Master II Recherche d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse II, Travaux de recherche : « Le volontarisme politique dans les relations franco-allemandes à travers deux exemples : Arte et les manuels franco-allemands », sous la direction de Bertrand Vayssière.
manon.laurine@free.fr

Gérard Périé

Master II Recherche d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse II, Travaux de recherche : « Histoire des résidences universitaires toulousaines (1920-1973) », sous la direction de Caroline Barrera et Jacques Cantier.
perie.gerard@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals