Navigation – Plan du site
Dossier : Charité et bienfaisance dans le monde juif en diaspora

Charité et philanthropie dans les communautés juives d’Algérie au xixe siècle

Charity and Philanthropy in Algerian Jewish Communities in the 19th Century
Caridad y filantropía en las comunidades judías argelinas en el siglo XIX
Valérie Assan

Résumés

Quelles furent les conséquences de la colonisation française en Algérie sur l’organisation de la charité communautaire juive ? Cet article examine tout d’abord le discours sur la charité produit par les membres des consistoires au XIXe siècle : ceux-ci se réclament d’un nouveau modèle philanthropique, présenté comme plus efficace et plus moral. Or, en fait, la charité publique évolue peu par rapport à l’époque précoloniale. Cependant, la bienfaisance constitue l’une des principales activités des consistoires au XIXe siècle, phénomène accentué après 1870, de nombreuses municipalités refusant de distribuer des secours aux juifs devenus citoyens français. Enfin, la création de sociétés philanthropiques destinées à favoriser la formation professionnelle des jeunes juifs révèle l’appropriation par les élites locales de nouveaux modèles philanthropiques, venus d’Europe, et à l’œuvre dans d’autres régions du Bassin méditerranéen.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il faut noter que le terme hébraïque de tsédaqah n’est jamais utilisé dans les archives : on y trou (...)
  • 2 Deux consistoires provinciaux, institués à Constantine et à Oran, sont soumis à l’autorité du Consi (...)

1Dans le domaine de la charité comme dans d’autres aspects de la vie communautaire, le xixe siècle fut pour les judaïcités algériennes une période de mutations profondes1. En effet, par une ordonnance royale du 9 novembre 1845, trois consistoires furent créés en Algérie, ces nouvelles institutions étant appelées à se substituer à l’organisation traditionnelle2. Certes, les « distributions de bienfaisance » étaient inscrites au chapitre des dépenses des consistoires ; mais aucune autre précision n’était donnée sur les modalités de l’organisation de cette assistance, si bien que les consistoires israélites de la colonie furent amenés à improviser, sur le terrain, un système de charité publique sur de nouvelles bases. Or à l’ère consistoriale, la bienfaisance fut, comme d’autres domaines de la vie communautaire, caractérisée par la tension entre de nouvelles conceptions, venues de la métropole et formulées avec force par les rabbins français membres des consistoires, et l’héritage de la tradition. Ce furent véritablement deux modèles de charité qui s’affrontèrent dans les premières années d’existence des consistoires, selon un clivage dont on tracera les grandes lignes au début de cet exposé.

  • 3 Au début des années 1840, le rabbin Tama considère qu’un tiers environ des juifs algérois demande (...)

2Les distributions de nourriture demeurèrent, tout au long du xixe siècle, le cœur de l’action communautaire. En effet, s’il est impossible de connaître précisément quel était le nombre d’indigents, on sait qu’ils représentaient une proportion importante de la population juive3. En s’acquittant de cette mission, les consistoires furent exposés à toutes les difficultés, comme on le verra en second lieu. En même temps, des institutions d’un nouveau genre, imitées de celles de la métropole, virent le jour dans la colonie, comme l’illustre l’éclosion de plusieurs sociétés tournées vers l’instruction et la formation professionnelle de la jeunesse, imitées de la métropole. Quels étaient leurs buts, leurs principaux acteurs, leurs champs d’action ? Telles sont les questions auxquelles nous apporterons quelques éléments de réponse dans la dernière partie de notre développement.

1 - L’affrontement de deux conceptions de la charité

1a - L’héritage du passé

  • 4 J. Hanoune, Aperçu sur les Israélites algériens et sur la communauté d’Alger, préface de M. L. Fri (...)
  • 5 Voir la notice biographique sur Abraham Cahen dans Jean-Philippe Chaumont, Monique Lévy (dirs.), Di (...)
  • 6 Abraham Cahen, Les Juifs dans l’Afrique septentrionale, Constantine, Typ. et lith. L. Arnolet, 186 (...)

3Lorsque les consistoires israélites sont institués dans la colonie, ils reçoivent en héritage un système d’assistance aux indigents vraisemblablement apporté par les exilés de la Péninsule ibérique à l’époque médiévale4. Cette charité, qui apparaît comme la mise en œuvre du devoir religieux d’aide aux coreligionnaires les plus démunis, n’est clairement décrite par l’historiographie que pour la communauté d’Alger. À vrai dire, on sait très peu de chose sur l’assistance aux indigents avant la période coloniale. En effet, la principale source est constituée par une enquête d’Abraham Cahen, un rabbin et érudit lorrain, membre du consistoire d’Alger de 1877 à 1882, qui a publié plusieurs études sur les juifs d’Algérie. L’auteur a travaillé sur des sources rabbiniques et communautaires aujourd’hui perdues, ce qui rend particulièrement précieuses ses informations, corroborées du reste par les sources communautaires de la période coloniale5. Pour ce que l’on sait, cette charité consiste d’abord en une assistance matérielle, qui prend la forme de distributions de nourriture – essentiellement du pain et de la viande – chaque vendredi, avant le shabbat. Ces distributions reposent sur deux types de recettes : une taxe prélevée sur la vente de viande cacher, et le produit des quêtes effectuées chaque semaine et à l’occasion des principales fêtes religieuses ; recettes irrégulières, incertaines, impliquant un budget à court terme. Dans la communauté juive algéroise, ces revenus sont complétés par des sommes d’argent versées par un petit nombre de notables, parmi les plus riches, dont le nombre varie selon les époques. Chargés en outre de la surveillance des distributions charitables, ils sont désignés par le sort. Recevant le titre de guizbar, ils bénéficient de certains honneurs religieux6.

  • 7 Hazzan : chantre à la synagogue.

4Cette forme de charité, qui vise à parer au plus pressé, s’exerce à l’échelle locale. Elle joue un rôle important dans une société où les classes moyennes sont presque inexistantes et la bourgeoisie, une toute petite minorité. Enfin, elle est caractérisée, semble-t-il, par une certaine prodigalité : rabbins dévoués à l’étude, veuves de hazzanim7 et de rabbins, indigents de la ville ou étrangers de passage, c’est le tout-venant qui peut être inscrit sur les listes des bénéficiaires des distributions charitables.

  • 8 Abraham Cahen, op. cit., p. 79-80.

5La solidarité des plus riches envers les plus pauvres s’incarne également dans deux autres corporations, les geboïm et les haverim, qui sont responsables de la préparation et du déroulement des funérailles des indigents, et en assument les frais. En compensation, ils reçoivent également divers honneurs religieux8. Comme on peut le noter, ces formes d’aide sociale sont exclusivement intra-communautaires et doivent être mises en relation avec le statut de dhimmi dans les pays musulmans : tolérés, les juifs ont la liberté de s’administrer par eux-mêmes, mais leurs pauvres restent entièrement à leur charge. Enfin – mais faut-il le rappeler – les acteurs de la charité traditionnelle exercent leurs bienfaits dans une perspective religieuse avant tout, celle de l’action juste prescrite par la Loi juive. D’autre part, du point de vue de la communauté, ces formes d’action charitable visent à préserver l’intégrité du judaïsme : la nourriture distribuée est évidemment conforme aux prescriptions religieuses (viande cacher, distribution de pain azyme pour Pessah, etc.) ; de même, l’aide matérielle aux familles des défunts permet de donner un enterrement selon le rite.

6Toutes ces institutions sont maintenues après la mise en place du système consistorial au milieu du siècle. Or, en même temps, les rabbins membres des consistoires vantent sans relâche une autre charité, considérée comme moderne et directement inspirée de la bienfaisance, juive et non-juive, telle qu’elle se développe alors en France métropolitaine. En effet, dans le cadre de la vaste entreprise de modernisation des communautés juives algériennes qui sous-tend le projet consistorial de l’autre côté de la Méditerranée, la bienfaisance joue sa partie : les consistoires sont censés se substituer à une nouvelle forme de charité, dont on peut esquisser les contours.

1b - Prévoyance et bonne gestion

  • 9 Archives de l’Alliance israélite universelle (AIU), Papiers d’Abraham Cahen, Ms 566, 5, Exposé Mic (...)
  • 10 Léon Kahn, Histoire de la communauté israélite de Paris. Le Comité de bienfaisance. L’hôpital, l’o (...)
  • 11 L’influence du modèle européen de la charité se fait sentir dans la communauté juive algéroise ava (...)
  • 12 Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)
  • 13 Le premier bureau de bienfaisance municipal de la colonie fut créé à Alger par un arrêté du 13 jan (...)

7Tout juste installés dans leurs fonctions, les membres du Consistoire israélite algérien instituent, le 5 février 1847, un comité israélite de bienfaisance9. La dénomination de cet organe fait clairement référence au comité de bienfaisance israélite de Paris (CBIP)10. Or, la création du comité algérien vise à mettre en place une forme d’action charitable calquée en tous points sur le modèle métropolitain11. Tout d’abord, en effet, il faut noter que l’assistance communautaire s’inscrit dans un cadre plus vaste, celui de l’importation par la France coloniale d’un modèle d’aide aux indigents porté principalement par les libéraux, et qui repose surtout sur l’initiative privée, non-étatique, le plus souvent confessionnelle12. C’est dans ce cadre qu’il faut replacer l’action charitable des consistoires israélites13.

  • 14 Nora Şeni, Les Inventeurs de la philanthropie juive, Paris, La Martinière, 2005, p. 88-99.

8Toutefois, l’émergence d’une nouvelle forme d’assistance en Algérie ne se limite pas à une exportation dans la colonie d’un modèle métropolitain, lui-même en cours de constitution. La question de l’organisation de la charité publique se pose à d’autres communautés du Bassin méditerranéen à la même période, notamment aux Grecs orthodoxes et aux juifs de l’Empire ottoman. Or, dans ces deux cas, la charité publique devient un enjeu dans la rivalité, au sein de ces communautés, entre élites conservatrices et élites occidentalisées, celles-ci cherchant à promouvoir un modèle de philanthropie venu d’Occident, plus sécularisé et inspiré par les idées de solidarité et de responsabilité collective14. En Algérie, ce sont les rabbins français, acquis au projet de régénération des communautés juives par l’éducation et la francisation, qui se font les meilleurs apôtres d’une nouvelle forme d’assistance aux pauvres.

  • 15 Ce qui n’est pas sans créer des difficultés (cf. infra).
  • 16 AIU, Papiers d’Abraham Cahen, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

9En effet, dans sa volonté de rupture avec le passé, la charité consistoriale revendique la prévoyance : c’est un investissement pour l’avenir. C’est donc une charité organisée, planifiée, rationalisée. Le grand rabbin Michel Aron Weill apporte au système antérieur ce qu’il estime être des améliorations : il diminue le nombre de classes de pauvres – chaque « classe » déterminant le montant du secours hebdomadaire –, impose difficilement aux bouchers le versement d’une taxe au consistoire15 et, à force d’épargne, parvient à créer un fonds de réserve. Or, ces réformes rencontrent une profonde incompréhension dans la population juive algéroise, qui réclame alors une augmentation des montants des secours attribués, une redistribution immédiate du surplus accumulé. On voit ainsi à l’œuvre deux conceptions de l’entraide communautaire16.

  • 17 Sur l’accueil des juifs marocains réfugiés à Gibraltar puis accueillis à Oran cf. Richard Ayoun, «  (...)
  • 18 Archives nationales d’Outre-mer (ANOM), Algérie, Oran, 3U2.
  • 19 ANOM, Algérie, Oran, 3U2, extrait du registre des délibérations du consistoire israélite de la pro (...)
  • 20 Idem.
  • 21 Nommé à deux reprises président du consistoire d’Oran, en 1855 et 1859, Jacob Lasry expose les mes (...)

10Il n’y a pas qu’à Alger que la communauté juive se dote d’un comité de bienfaisance conçu comme un outil administratif moderne, même si l’expérience algéroise reste longtemps isolée. En 1862, le consistoire israélite de la province d’Oran constate que la caisse communautaire tend à se tarir du fait du nombre croissant de distributions de secours, de toute évidence à la suite de l’afflux de réfugiés juifs du Maroc depuis le début de l’année 186017. Selon le président du consistoire, Jacob Lasry, « une surveillance plus stricte en ce qui concerne la manière de distribuer les secours des diverses espèces devient donc nécessaire et indispensable18 ». L’institution d’un comité de bienfaisance est votée à l’unanimité par les notables de la communauté19. Placé sous l’autorité du consistoire, ce nouvel organe, qui aura pour tâche de réviser la liste des bénéficiaires des secours et d’effectuer des distributions, se dote d’un organigramme inspiré des comités métropolitains : composé d’une vingtaine de personnes, il compte un président, deux vice-présidents, un trésorier et un secrétaire20. Cette organisation s’inscrit, du reste, dans une politique consistoriale que le président Lasry présente comme résolument tournée vers la modernité21. Par conséquent, comme dans d’autres communautés (juives et non-juives) du Bassin méditerranéen, la charité publique constitue en Algérie un enjeu pour les élites juives européennes et occidentalisées, qui cherchent à asseoir leur légitimité auprès des éléments conservateurs et de l’ensemble de la communauté par un discours qui prend les accents de la « mission civilisatrice ».

1c - Charité et morale

  • 22 Lee Shai Weissbach, «The Nature of Philanthropy in the Nineteenth Century France and the Mentality (...)

11En effet, d’une manière générale, les réformes mises en œuvre ne consistent pas seulement en une nouvelle méthode de gestion. Le Consistoire israélite algérien a tâché, selon le grand rabbin Weill, de développer à Alger une conception morale, voire moralisatrice de la charité, qui rappelle en tous points l’assistance aux indigents telle qu’elle se développe à la même période en France métropolitaine22. Selon Michel Aron Weill, en effet, la charité publique ne doit pas obéir au cœur, mais à la raison :

  • 23 AIU, Ms 566 (5).

Il nous a toujours semblé, Messieurs, que la direction de la charité publique est l’une des missions les plus délicates et les plus difficiles à remplir. Il importe, avant tout, de se tenir également éloigné de la parcimonie et de la prodigalité. L’on se trouve ainsi fréquemment placé entre le cri du cœur qui nous attire vers le malheureux, qui nous dit de ne repousser aucune demande, de ne rester sourd à aucun genre de réclamation, et la voix de la conscience qui, de son côté, nous enseigne qu’il n’en est pas de la charité publique comme de la charité privée. S’il est permis à celle-ci de se livrer à tous les entraînements de la compassion, de la pitié, du tressaillement des cœurs et des entrailles, de donner à qui il lui plaît, de vider sa bourse dans les mains du premier venu sans se préoccuper de la foule des indigents ni du lendemain, celle-là a d’autres devoirs à remplir23.

12Parce qu’il est plus éclairé que celui qui reçoit, le bienfaiteur a un devoir moral, celui de donner avec discernement, non seulement pour le bien des bénéficiaires, mais aussi pour donner l’exemple :

  • 24 Idem.

Il lui faut tenir compte du différent degré de mérite des pauvres, de leurs charges, de leurs besoins, du meilleur mode de secours, de la quantité comme de la qualité des ressources qu’elle peut consacrer au soulagement des souffrances, enfin de la plus sage, de la plus équitable répartition24.

  • 25 Robert Castel, op. cit., p. 236.
  • 26 ANOM, Algérie, Oran, 3U2 (voir Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie au xixe siècle. (...)

13On le voit, c’est une conception paternaliste de la bienfaisance qui est développée par le grand rabbin Weill. La charité est un devoir moral qui définit des rapports inégalitaires entre celui qui distribue les secours et celui qui les reçoit25. Cependant, les archives communautaires livrent peu d’exemples d’indigents privés de secours par la communauté. Il s’agit généralement d’individus dont les agissements sont jugés antagonistes au projet de régénération des juifs – ce qui ne signifie pas que tous les adversaires de l’idéologie consistoriale étaient rayés des listes des assistés. Ainsi, en 1868, le rabbin Perez fut, à titre d’« exemple disciplinaire », privé de secours par le consistoire d’Oran pour avoir prononcé plusieurs divorces religieux, ceux-ci étant considérés comme une « cause d’immoralité »26.

  • 27 Sur ce point, cf. Jean-Marc Chouraqui, « Les rabbins du xixe siècle face à leur image et à leur mi (...)

14Bien plus, la charité se trouve au cœur de la redéfinition des missions du rabbin selon l’idéologie consistoriale à l’œuvre pendant tout le siècle27. Ainsi que le formule David Edgar Sèches, dans son discours d’installation au poste de grand rabbin d’Alger en 1891 :

  • 28 Consistoire israélite d’Alger, communauté de Médéah, Installation de M. Edgar Sèches, rabbin de Mé (...)

Le rôle du rabbin est devenu plus élevé et plus philanthropique : c’est lui qui, du haut de la chaire, rappelle aux fidèles les devoirs que la morale leur impose. C’est lui qui, chaque jour, essaie de pratiquer et de faire pratiquer, en particulier, les obligations de la charité. Morale et charité, telles sont donc, avec la religion, les formules qui me paraissent le mieux résumer la mission du rabbin […]28.

15L’administration consistoriale prend en charge un véritable programme social et moral. En effet, il ne s’agit pas de donner pour entretenir une fraction de la population, mais, par le don, d’encourager les misérables à sortir de leur « état ». Il s’agit également, en suscitant de nouveaux donateurs, de constituer une communauté susceptible de gestes de solidarité et d’assistance :

  • 29 AIU, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

[…] les secours hebdomadaires et réguliers ont souvent pour effet de rendre un mauvais service au pauvre en lui enlevant le goût du travail, le sentiment de sa responsabilité personnelle, le désir de gagner son pain à la sueur de son front, en l’habituant enfin à se livrer au farniente et à se décharger sur la caisse publique du soin de pourvoir à l’entretien de sa famille. Cette tendance est surtout à craindre de la part des pauvres de notre communauté dont vous savez les exigences et les prétentions au droit à l’assistance. Quand son nom a été inscrit une fois sur ce qu’on pourrait appeler le livre d’or de la misère, le pauvre ne renoncera jamais spontanément à sa part du budget de la charité ; il s’y croit un droit constant, imprescriptible, et c’est ainsi que, n’ayant, d’un côté, que de rares et insignifiantes réductions, et, de l’autre, des demandes et des réclamations journalières que la facilité d’admission ne pourrait que rendre de plus en plus nombreuses, les ressources accumulées si laborieusement seraient bientôt sans fruit, sans résultat, au préjudice même des classes indigentes. Voilà pourquoi nous avons toujours conseillé au Consistoire, non seulement de ne pas augmenter les secours ordinaires, mais encore de les diminuer, de les diminuer non pas en frappant les familles actuellement inscrites, mais en n’autorisant qu’une admission sur deux extinctions, et d’affecter les ressources provenant du dégrèvement du budget hebdomadaire à une dotation plus large, plus considérable des distributions extraordinaires, des secours aux malades, aux adolescents, aux ouvriers sans travail, aux pauvres honteux ou non-inscrits pendant la saison d’hiver29.

  • 30 Cf. infra.
  • 31 AIU, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

16Ainsi donc, le Consistoire algérien exerce une forme de pouvoir sur les pauvres, celui de décider qui mérite assistance, de la part non seulement de la communauté juive, mais aussi de l’administration coloniale. En effet, le Consistoire algérien, organe administratif créé par la puissance coloniale, peut délivrer des certificats d’indigence, qui donnent droit aux consultations médicales et aux médicaments du bureau municipal de bienfaisance30, à des passages gratuits sur les bateaux de l’État et à l’exonération de certaines taxes. Les archives de l’Alliance israélite universelle ne permettent pas de savoir précisément sur quels critères le Consistoire algérien délivrait les précieux certificats ; Weill dit les établir « par centaines31 ».

1d - Charité et régénération

  • 32 Mellah : quartier juif.
  • 33 Cf. les articles publiés dans les années 1840 par les Archives israélites.

17Cependant, la charité dite « moderne » prônée par les rabbins alsaciens ne saurait être réduite à sa dimension de contrôle des indigents. En effet, les distributions charitables sont reliées à d’autres formes d’action sociale mises en œuvre par les consistoires et visant à hâter la régénération de la population juive de l’Algérie. C’est là le cœur du projet politique et social des consistoires de la colonie : il s’agit de favoriser l’évolution socio-économique des juifs, d’une part pour moderniser les communautés juives et, d’autre part, pour faciliter l’intégration des individus dans la société environnante, à une période où les juifs « indigènes » ne sont pas encore citoyens français. Or, les premiers observateurs français venus en Afrique du Nord dans les années qui suivent la conquête d’Alger découvrent avec stupeur la misère du mellah32, les enfants en haillons mendiant dans les rues, l’absence d’hygiène dans un pays où les épidémies de choléra déciment encore la population autochtone. Comment s’étonner des commentaires, souvent très durs, qui émaillent les reportages publiés dans les Archives israélites, et qui traduisent non pas le mépris pour les juifs d’Algérie, mais l’indignation face à l’extrême pauvreté du plus grand nombre33 ?

18Dès lors, l’assistance aux indigents prend sa place dans un vaste programme social visant à faire évoluer la sociologie des judaïcités de la colonie. En cela, elle est une imitation des institutions de la France métropolitaine : sont ainsi créées tout au long du xixe siècle, au sein des communautés juives d’Algérie, des sociétés de patronage destinées à favoriser l’apprentissage d’un métier manuel par les garçons, des sociétés d’encouragement à la scolarisation des filles, des sociétés des dames visiteuses en direction des femmes en couches. Définissant, à la fin du siècle, les missions du rabbin, David Sèches fait explicitement référence aux organisations juives métropolitaines :

  • 34 Consistoire israélite d’Alger, communauté de Médéah, Installation de M. Edgar Sèches, op. cit., p.  (...)

Il faut d’abord que, selon ses ressources, il [le rabbin] donne lui-même l’exemple, et qu’enfin il s’occupe activement, par tous les moyens mis à sa disposition, de soulager les malheureux. Il doit soutenir les Sociétés de Bienfaisance qui existent déjà dans sa communauté, en créer de nouvelles : chacune doit avoir son objet propre, son but ; et plus on les multipliera, plus on essaiera de les réunir en un tout homogène, plus on aura de chances d’enrayer le paupérisme. De merveilleux essais, dans ce genre, ont été tentés par nos coreligionnaires de Paris. Là, on protège l’enfant pauvre dès sa naissance ; là on l’élève, on lui donne une profession, on y secourt l’ouvrier sans travail ; on y encourage même ceux des israélites qui ont au cœur l’amour des beaux-arts ; là, on ouvre au vieillard une maison de retraite quand ses mains lui refusent tout service ; on le suit même jusqu’aux portes du tombeau et on lui accorde enfin le Repos éternel auquel tout homme, tout enfant d’Israël a droit34.

  • 35 Frances Malino, « L’émancipation des femmes » in André Kaspi (dir.), Histoire de l’Alliance israél (...)

19Enfin, exportée de la métropole vers la colonie, cette bienfaisance juive d’un nouveau genre véhicule un certain nombre de valeurs étrangères à la société juive algérienne traditionnelle et entend contribuer au remodelage de celle-ci. Ainsi, les sociétés d’encouragement à la scolarisation des filles redéfinissent le rôle social de la femme et marquent la fin de la sujétion absolue de la femme à l’homme dans la société juive traditionnelle (rappelons que la très grande majorité des filles étaient analphabètes). De ce point de vue, l’action de ces petites sociétés est tout à fait comparable à celle des établissements scolaires de l’Alliance israélite dans le Bassin méditerranéen et les Balkans35.

2 - Les distributions charitables

2a - Une lourde charge pour les consistoires

  • 36 Violemment attaqué par ses administrés, Michel Aron Weill finit par démissionner en 1862, à la dem (...)
  • 37 Archives israélites, 41, 1860, p. 479.
  • 38 Le comité de bienfaisance effectuait également la visite aux malades, ce qui valut à Salomon Waïss (...)

20Le comité de bienfaisance israélite d’Alger, mis sur pied en 1847, fonctionna très mal au moins jusqu’au début des années 1860, de toute évidence en raison de l’hostilité d’une partie des notables juifs algérois envers le très despotique grand rabbin Michel Aron Weill. Celui-ci, après avoir reconstitué le comité à plusieurs reprises, décida de le placer sous sa férule et l’administra même un temps seul, sans contrôle extérieur, ce qui exposa le pasteur aux accusations de malversations financières36. En 1860, le comité fut réorganisé sous la présidence du banquier Alfred Alphandéry, fils de l’ancien membre du consistoire Moïse Alphandéry37. En 1878 il était présidé par Salomon Waïsse, alors membre du consistoire38.

  • 39 Archives israélites, 41, 1860, p. 595-595. Cfsupra.
  • 40 Cf. supra.

21En dehors du comité de bienfaisance israélite d’Alger, quelles institutions furent finalement créées sur le modèle métropolitain ? On sait qu’il existait à Constantine, en 1860 (et depuis une date incertaine), un comité de bienfaisance qui tenait publiquement ses séances dans la synagogue consistoriale et exerçait diverses activités39. Et c’est seulement en 1862 qu’un comité fut institué à Oran, la situation de la communauté juive de la ville imposant la création de nouvelles structures40. Dans les communautés juives situées en dehors des chefs-lieux consistoriaux, les distributions charitables étaient effectuées par les dirigeants communautaires, assistés le plus souvent d’une commission.

  • 41 AN, F19, 11151.
  • 42 AN, F19 11157.

22Or, d’une manière générale et dans la longue durée, la charité publique fut véritablement le talon d’Achille des dirigeants consistoriaux. En effet, la composition sociodémographique des judaïcités algériennes au xixe siècle était caractérisée par l’importante proportion d’indigents. En l’absence de liste des bénéficiaires de la charité, on ne peut avancer aucun chiffre. Du moins sait-on que les dépenses pour la charité publique représentaient généralement plus de la moitié des dépenses totales de la communauté. Ainsi, pour l’année 1886, le consistoire d’Oran consacra près de 48 000 francs aux seules distributions de secours, soit un peu moins de la moitié des dépenses du consistoire (108 000 francs)41. En 1891, le consistoire d’Alger déboursa pour les distributions charitables 80 000 francs, auxquels s’ajoutaient 4 000 francs de « secours accidentels et temporaires » soit en tout 84 000 francs sur un total de dépenses d’environ 148 000 francs42. La régénération socio-économique de la population juive de l’Algérie prenait du temps, les pauvres à secourir restaient toujours trop nombreux, et les leaders communautaires étaient perpétuellement confrontés au problème de la charité publique.

  • 43 Le premier comité de bienfaisance consistorial fut créé seulement en 1862 (voir supra). Cependant, (...)

23Dans ces conditions, la question des recettes destinées à la bienfaisance se posait avec acuité. Celles-ci, rappelons-le, étaient constituées par le produit des dons et quêtes et par la taxe sur la viande cacher, deux formes de revenus qui ne cessèrent, pendant tout le xixe siècle, de montrer leur fragilité et leur caractère aléatoire. En effet, le président du consistoire jouait un rôle primordial dans la perception des quêtes : les notables donnaient plus volontiers quand le dirigeant communautaire était reconnu comme légitime. Les notables souhaitant obtenir le départ d’un président de consistoire faisaient la grève des aumônes, comme ce fut le cas à Oran, en 1848, où Emmanuel Nahon fut contraint de démissionner43. Les recettes les plus substantielles venaient de la taxe consistoriale sur la viande, versée au consistoire par les rabbins chargés de tuer les animaux, les chohatim. Or, comme en France métropolitaine les consistoires eurent les plus grandes difficultés à imposer leur monopole aux chohatim, si bien que certaines communautés juives, comme celle d’Alger et d’Oran, se retrouvèrent dans l’incapacité de soulager la misère faute de ressources suffisantes. Que se passait-il le plus souvent ? Un ou plusieurs chohatim « dissidents » vendaient de la viande à meilleur prix que les chohatim autorisés par le consistoire, et les clients, loin de se soucier de l’interdiction consistoriale, se réjouissaient d’une concurrence qui leur était favorable. Tantôt ces rabbins agissaient ainsi parce qu’ils jugeaient abusive la taxe consistoriale, tantôt ils étaient payés par des adversaires des dirigeants consistoriaux.

  • 44 Ce fut le cas, par exemple, à Constantine en 1896 (Archives israélites, 57, 1896, p. 340).

24Par ailleurs, les indigents faisaient généralement les frais des fréquentes dissensions entre les dirigeants communautaires, lesquelles entraînaient des démissions en chaîne, une désorganisation complète du consistoire et l’absence, pour quelque temps, de distributions de secours44.

2b - Charité communautaire et intégration

25D’autre part, n’existait-il pas une contradiction entre le maintien d’une charité communautaire et le projet consistorial de régénération puis d’intégration des juifs dans la société coloniale, à partir du moment où les juifs « indigènes » obtinrent la citoyenneté française en 1870 ? Ce paradoxe fut relevé par les contemporains, et devint même l’une des attaques les plus récurrentes contre les dirigeants communautaires, à la fois au sein et à l’extérieur de la société juive.

26Dans les années 1880 et 1890, en effet, plusieurs voix s’élevèrent parmi les juifs d’Oran et d’Alger pour critiquer l’organisation de la bienfaisance. Ceux qui protestaient dans des journaux, par des brochures ou des plaintes adressées aux autorités coloniales, entendaient secouer le joug des consistoires, dirigés par une caste de « gros bonnets » qui cherchaient à défendre leurs privilèges et non à donner assistance aux indigents. Ils critiquaient d’abord l’opacité des comptes consistoriaux et des distributions charitables, mais aussi l’utilisation à des fins électorales de la manne consistoriale, certains présidents de consistoires étant soupçonnés de faire voter les indigents secourus pour le candidat de leur choix aux divers scrutins. Ainsi, cette attaque contre le tout puissant président du consistoire d’Oran Simon Kanoui :

  • 45 La Jeunesse israélite, 23 mai 1890.

M. Kanoui dispose avec un sans-gêne infini de la caisse des malheureux indigents pour en distribuer le contenu à une foule de désœuvrés dont le mérite est de le servir dans les tripotages électoraux. Et c’est pour engraisser cette jolie clientèle que nous sommes imposés 0 f. 40 par kilog. de père en fils jusqu’à la dixième génération45 ?

  • 46 Pour plus de détails sur cette question, cf. Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie. (...)

27Mais c’est de la part des Français et des autres Européens du pays que vinrent les critiques les plus virulentes contre la charité consistoriale. Dès 1870, les radicaux de la colonie, dépités par leurs échecs électoraux, avaient, les premiers, accusé les présidents de consistoires israélites de faire voter les indigents juifs pour le candidat de leur choix en achetant leurs voix. En outre, la taxe sur la viande cacher était violemment dénigrée, présentée comme un impôt illégal, violant la liberté de conscience – parce qu’elle n’était volontaire qu’en apparence – et écrasait le juif pauvre. Dans le discours des radicaux de la colonie, les consistoires incarnaient un « cléricalisme juif » qu’il fallait abattre : manœuvre adroite pour habiller l’antisémitisme colonial en anticléricalisme. L’accusation fut reprise par leurs adversaires politiques, les républicains modérés, et devint, dans les années 1880 et 1890, le refrain favori de la plupart des journaux, qu’ils fussent ou non ouvertement « anti-juifs ». En conséquence, plusieurs élus et membres des conseils généraux réclamèrent que la bienfaisance fût totalement dissociée des consistoires, et même que les consistoires fussent supprimés et les juifs secourus par les seuls bureaux municipaux de bienfaisance. Or, une telle proposition était frappée au coin de la mauvaise foi et ne visait qu’à dénigrer la population juive46.

2c - Les juifs écartés des bureaux de bienfaisance municipaux

  • 47 Akhbar, 27 février, 1849.
  • 48 8 dans le département d’Alger, 7 dans celui d’Oran et 5 dans celui de Constantine (Statistique gén (...)
  • 49 12 dans le département d’Alger, 8 dans celui d’Oran et 9 dans celui de Constantine (Statistique gén (...)
  • 50 Décret du 5 décembre 1857 (Statistique générale de l’Algérie, années 1867-1872, op. cit., p. 254).

28En effet, le premier bureau de bienfaisance municipal avait été institué à Alger par arrêté du 13 janvier 184947. Leur nombre s’accrut progressivement : on en comptait 20 en 187248, 29 en 188449. Ils allouaient théoriquement des secours à toute la population, à l’exception d’Alger où un bureau spécifique pour les musulmans fut créé en 185750. Les statistiques font généralement état d’un dénombrement par « nationalité » ou religion des individus secourus : Français, Espagnols, Italiens, Maltais, Allemands, Polonais, Suisses, Européens divers, Musulmans et Israélites. Ainsi, en 1872, 1 646 juifs bénéficièrent de l’assistance des bureaux de bienfaisance municipaux, dont 1 397 à Alger.

  • 51 Toutefois 400 francs, somme dérisoire, furent remis aux notables pour les indigents musulmans et i (...)

29Cependant, il est difficile de savoir quelle réalité recouvrent les chiffres concernant l’assistance municipale aux juifs pauvres. En effet, les statistiques attestent que des juifs indigents reçurent pour la première fois des secours du bureau de bienfaisance d’Alger à partir de 1853 : cette année-là, ils furent au nombre de 410 (dont 249 enfants), mais bénéficièrent en fait exclusivement de médicaments et de soins médicaux. Les autres indigents (au nombre de 3 276) reçurent en outre une aide alimentaire sous forme de pain, de viande et d’espèces. Les juifs, observants dans leur très grande majorité encore à cette période, ne pouvaient en effet pas bénéficier des bons alimentaires donnés par la municipalité. En même temps, il est difficile de savoir ce qui relevait de l’interdit religieux et ce qui tenait à la mauvaise volonté des municipalités, qui donnaient aussi des secours en espèces51.

  • 52 Le nombre d’individus secourus à Alger était en 1886 de 688 Français (contre 798 en 1885), 1 412 E (...)

30Quoi qu’il en soit, on constate avec surprise que dans la plupart des localités comptant un bureau de bienfaisance et comportant, par ailleurs, une proportion importante de juifs, le nombre d’indigents juifs secourus était soit dérisoire, soit nul : en 1872, 20 israélites à Bône, 121 à Oran, 5 à Tlemcen et 2 à Mascara, aucun à Constantine et à Tlemcen. À Alger, le nombre de juifs secourus, qui avoisinait le millier en 1875, tomba brusquement à 732 en 1881, puis 301 en 1882, ce qui ne saurait s’expliquer par un enrichissement soudain d’une partie de la population indigente… Plus encore, aucun juif ne reçut de secours à Alger à partir de 1886 et jusqu’au début du xxe siècle, alors que le nombre de secourus des autres « nationalités » restait plutôt stable dans la capitale52.

  • 53 Statistique générale de l’Algérie, années 1902, 1903 et 1904, Alger, Impr. de l’Association ouvriè (...)

31Certes, la municipalité pouvait considérer qu’elle n’avait pas à assumer une charge qui incombait de fait au consistoire. Cependant, l’exclusion totale des juifs algérois de l’assistance publique municipale s’explique avant tout par la franche hostilité aux juifs de Guillemin, maire de la ville de 1881 à 1898, date à laquelle lui succéda le champion de l’antisémitisme algérien, Max Régis. De la même manière, la chute du nombre de secourus dans toute la colonie trouve sa cause dans la politique d’exclusion des juifs mise en œuvre par les maires élus sur un programme « anti-juif » à partir des années 1880 et plus encore pendant la crise anti-juive (1898-1902). De fait, après une timide remontée en 1902 et 1903 (770 et 780 juifs secourus dans toute l’Algérie), le nombre de juifs bénéficiant de l’assistance municipale remonta brusquement en 1904 (2 039 secourus)53.

  • 54 Archives israélites, 45, 1884, p. 83. À Médéa, cependant, 28 familles juives recevaient des secours (...)

32Au début de l’année 1884, le littérateur socialiste Henry Tubiana rédigea une pétition munie de 300 signatures, qui fut déposée au bureau de la Chambre par le député d’Alger Letellier : le texte réclamait l’application de la loi et l’égalité, soit par une conversion des bons alimentaires municipaux en secours pécuniaires, soit par la création d’un bureau de bienfaisance israélite à l’instar du bureau musulman de la municipalité d’Alger54. Tubiana estimait pour sa part que, pour annihiler le pouvoir des présidents de consistoires sur les masses juives et faire taire les antisémites par la même occasion, la solution était d’enlever aux consistoires l’assistance aux indigents. Sa position restait marginale au sein de la population israélite, tant elle était irréaliste : les municipalités n’entendaient pas se charger de l’énorme poids des indigents juifs et préféraient laisser cette tâche aux consistoires tout en les critiquant. Les municipalités continuèrent donc à boycotter les juifs et la situation ne fit que s’aggraver.

  • 55 D’après les recensements, il y avait en Algérie 48 763 juifs en 1896, et 57 132 en 1901 (Jacques T (...)
  • 56 ACC, 1B7, séance du 5 juillet 1898.

33Le phénomène fut porté à son comble pendant la crise anti-juive qui culmina en 1898 : en effet, au gré du succès de l’antisémitisme dans l’opinion, les municipalités qui revendiquaient l’étiquette anti-juive exclurent les juifs des distributions charitables. En 1898, le nombre de juifs secourus par les bureaux de bienfaisance municipaux atteignit son étiage : 473 individus pour toute l’Algérie, alors que le pays comptait alors environ 50 000 juifs55. Or le flot d’indigents ne cessait de grossir, précisément en raison de l’antisémitisme colonial : ouvriers juifs mis au chômage, employés municipaux renvoyés, colporteurs interdits de vendre leur marchandise… D’après le rapport de Maurice Lévy au Consistoire central, sur les quelque 7 000 juifs que comptait Constantine, le nombre d’indigents était en 1898 de 2 000 (contre 1 000 avant la crise anti-juive) ; à Oran, il s’élevait également à 2 000, sur un total de 12 000 juifs (français et étrangers). À Alger, on comptait 900 indigents sur 10 000 israélites56.

  • 57 Il en réchappa cependant (Dictionnaire biographique des rabbins…, op. cit.).
  • 58 AN, F19 11145, extrait de La Libre parole, [ ?], 1898.

34Incapables de faire face à la crise, les dirigeants consistoriaux furent plus que jamais accusés par une partie de leurs coreligionnaires d’abandonner les malheureux. Signe du désespoir du petit peuple israélite, un indigent mécontent du montant du secours qui lui avait été accordé poignarda, dans un geste de désespoir, le grand rabbin d’Alger, Abraham Bloch57 ; ce qui permit à Édouard Drumont d’évoquer avec malignité « les caisses des Consistoires algériens riches de tout l’or extorqué à leurs fidèles par l’impôt casher perçu au mépris de la loi française58 ».

  • 59 Pour plus de détails, cf. Valérie Assan, op. cit., chap. 11.

35L’intervention du Consistoire central, l’appel lancé par le grand rabbin Zadoc Kahn, la recherche de solutions pour employer les ouvriers désœuvrés indiquent que l’assistance aux juifs indigents de la colonie était une question politique autant que sociale : la paupérisation d’une fraction importante de la population israélite était la conséquence directe du « moment antisémite » en Algérie59. On l’aura compris, les distributions charitables étaient plus que jamais nécessaires, et l’assistance communautaire imposée par le rejet des juifs de la société coloniale.

  • 60 Cette taxe fut maintenue après l’application en Algérie de la loi de Séparation, ce qui constituai (...)

36Les antisémites eurent gain de cause avec le décret présidentiel du 23 août 1898, qui imposait aux consistoires israélites de l’Algérie le versement de 7/12e de leurs recettes aux bureaux de bienfaisance municipaux. Nullement appliquée, cette mesure fut de nouveau incluse dans un nouveau décret, promulgué le 21 septembre 1903. Pour garantir aux consistoires des recettes suffisantes, le gouvernement légalisa la taxe sur la viande cacher, pourtant si décriée par les adversaires des consistoires60.

37En résumé, la question de l’assistance aux indigents illustre éminemment le rejet des juifs de la société coloniale au lendemain de leur émancipation, et la nécessité du maintien de structures communautaires pour venir en aide aux plus faibles. En même temps, les dirigeants du judaïsme algérien mettaient en place des organisations visant à préparer l’avenir des jeunes générations.

3 - Les sociétés de propagation de l’instruction : une action symbolique avant tout

3a - Nobles ambitions, faibles moyens

  • 61 Mohammed Lazhar Gharbi, Crédit et discrédit de la Banque d’Algérie, Paris, L’Harmattan, coll. « CR (...)
  • 62 Toutefois, les progrès de la scolarisation des juifs furent très lents jusqu’à la Première Guerre (...)

38L’instruction avait été au cœur du projet de régénération des juifs de France sous le Premier Empire : elle devait permettre la « moralisation » et l’apprentissage de métiers dits utiles, l’artisanat et l’agriculture, par opposition aux métiers d’argent, commerce et usure. La structure socio-économique des judaïcités algériennes était différente de celles de la métropole au début du xixe siècle : il existait en effet dans la colonie une classe d’artisans et d’ouvriers spécialisés (bijoutiers et orfèvres, fileurs d’or, brodeurs, cardeurs et autres métiers du textile…). Par ailleurs, les autorités françaises se gardaient bien de jeter l’opprobre sur la pratique de l’usure par les juifs du pays, car l’économie coloniale en développement en avait le plus grand besoin61. Cependant, en Algérie comme en France, l’école apparut comme un puissant vecteur d’ascension sociale de la population juive. Dès les premières années de la conquête, la France s’était montrée attentive à la scolarisation des populations « indigènes ». La première école juive, destinée aux filles, avait ouvert ses portes à Alger en 1836, suivie d’une autre pour les garçons en 1840. Une vingtaine d’établissements, qualifiés d’« écoles israélites françaises », furent ensuite institués dans diverses localités de la colonie au cours des années 1850, avant une longue période de stagnation62. Soucieux d’encourager la scolarisation, les consistoires prirent plusieurs mesures (habillement des enfants pauvres, fourniture des repas…), les dirigeants communautaires instituèrent des sociétés de propagation de l’instruction.

  • 63 Archives israélites, 40, 1879, p. 63 et 86.
  • 64 Archives israélites, 24, 1863, p. 1043-1044.
  • 65 Sur la société Le Travail d’Alger, cf., par exemple, Archives israélites, 43, 1882, p. 414 ; 46, 1 (...)
  • 66 Alliance israélite universelle (AIU), Algérie, IC4 ; Archives israélites, 56, 1895, p. 219.
  • 67 C’était notamment le cas du Travail d’Alger, qui devint au début du xxe siècle un organe de l’Allia (...)
  • 68 Cf. infra.

39Toutes étaient situées dans les chefs-lieux consistoriaux (Alger, Oran et Constantine). On a pu dénombrer cinq sociétés tournées vers les garçons : la Société de bienfaisance israélite d’Oran pour la propagation du travail et de l’instruction, fondée en 1860 ; la Société de la jeunesse israélite, instituée dans la même ville en 187963 ; la Jeunesse de Constantine, créée en 1863 pour « arriver à l’extinction du colportage et du petit trafic64 » ; c’est seulement en 1882 que fut fondée à Alger une société de mise en apprentissage des garçons israélites, appelée Le Travail65. En 1895, un groupe de notables fonda le Travail de Constantine66. Le fonctionnement de ces petites sociétés était le même qu’en France métropolitaine : les recettes, qui reposaient sur les dons et souscriptions, auxquelles s’ajoutait éventuellement une subvention consistoriale67, permettaient de nourrir et d’habiller les élèves pauvres et de financer l’apprentissage chez un patron et des cours du soir. Enfin, plusieurs sociétés tournées vers l’instruction des filles furent également instituées : la Société de l’enfance israélite, fondée à Oran en 1865 et la Charitable israélite d’Alger (1886)68.

  • 69 Il occupait ce poste depuis 1856 (AN, F17, 12325). L’un des vice-présidents, Haïm Benichou, grande (...)
  • 70 Règlement voté par l’assemblée générale le 24 mai 1860, approuvé par le préfet le 31 déc. 1860 (AN (...)

40Fondée sous les auspices du président du consistoire Jacob Lasry, la Société de bienfaisance israélite d’Oran eut pour premier directeur l’alsacien Stieffel, qui n’était autre que le directeur de l’école israélite de garçons de la ville69. Le règlement, voté par l’assemblée générale du 24 mai 1860, prévoyait le patronage de trente enfants, âgés de 8 à 14 ans. D’après l’article 3, « Les enfants patronnés seront placés à l’école communale israélite d’Oran ou dans des ateliers où ils apprendront un état professionnel70 ». Ils devaient produire un certificat d’indigence et de bonne conduite. Une fois admis, ils étaient soumis à une surveillance étroite de leur comportement et de leur assiduité :

  • 71 Les inspecteurs n’étaient pas des fonctionnaires de l’Instruction publique, mais des individus nom (...)

Les jeunes gens patronnés, soit ouvriers apprentis, soit élèves de l’École, qui auront de mauvaises notes de la part des inspecteurs pour leur négligence, leur paresse ou leur mauvaise conduite, seront réprimandés, punis et pourront être exclus par le Conseil d’administration71.

  • 72 ANOM, Algérie, Oran, 3U2.

41Les membres de la Société, au nombre de 81 en 1863, étaient majoritairement des Oranais (72 en 1862, contre 52 en 1862), mais aussi des habitants d’autres localités du département : Mostaganem (19), Mascara (4 en 1862, 1 en 1863) et Saïda (9 en 1862, 1 en 1863). On trouve aussi parmi eux six membres résidant en France, un Bônois et un Gibraltarien72.

42La création de ces organismes répondait à des préoccupations politiques autant que sociales et visaient à témoigner de l’aptitude des juifs à s’intégrer dans la société française de la colonie. En témoigne ce commentaire du périodique Archives israélites à propos du règlement de la société algéroise Le Travail, qui prévoyait l’admission des enfants sachant lire et écrire le français :

  • 73 Archives israélites, 43, 1882, p. 414.

On voit par cette clause quel esprit de nationalité française anime les membres de cette Société, et à quel point le Judaïsme algérien tient à faire corps avec la patrie ; quelle meilleure réponse que celle-là à tant d’injustes inculpations73 !

  • 74 Le comité fondateur était composé d'Adolphe Isaac (négociant), Daniel Adda (instituteur), D. Toubia (...)

43Et c’est dans un but de défense de la jeunesse contre les vexations antisémites qu’un groupe de notables fondèrent en 1895 le Travail de Constantine74.

  • 75 Archives israélites, 23, 1862, p. 238-239.
  • 76 ANOM, Algérie, Oran, 3U2, Compte rendu de la Société de bienfaisance israélite de l’année 1863.
  • 77 Idem.

44Cependant, quelle était l’efficacité de ces organisations ? La Société de bienfaisance israélite oranaise comptait en 1862 144 membres et patronnait dix ouvriers et dix élèves de l’école communale75. En 1863, 30 enfants étaient patronnés, dont deux élèves au collège communal, 26 à l’école communale israélite et deux en apprentissage. La Société espérait en faire « de bons apprentis, d’excellents commis, et même des instituteurs brevetés76 ». Tous fréquentaient le Talmud Thorah, « où les enfants sont instruits et surveillés en dehors des heures de classe réglementaires de l’école77 ». Le compte rendu indiquait en outre qu’« un certain nombre » d’élèves qui avaient cessé d’être patronnés, dont cinq à Oran, « pourvoient honorablement à leur existence ». Cependant, ces effectifs sont dérisoires au regard de la population juive oranaise, qui comptait alors quelque 6 000 individus.

  • 78 Aron Rodrigue, « La mission éducative (1860-1939) », in André Kaspi (dir.), op. cit., p. 227-261.

45De ce point de vue, on peut comparer les sociétés d’apprentissage aux établissements d’enseignement professionnel mis en œuvre à partir de 1872 par l’Alliance israélite universelle dans le Bassin méditerranéen : le nombre d’enfants qui furent concernés était trop faible pour avoir un résultat notable sur l’évolution socio-économique de la société juive78. En même temps, l’existence de ces sociétés était un signe extérieur de l’aspiration au changement. Cependant, est-il possible de mesurer leur impact sur les mentalités ?

3b - Les acteurs de la charité moderne : alsaciens et « indigènes »

46Dans la mesure où ces nouvelles institutions étaient fidèlement imitées du système de bienfaisance mis en place en métropole, il semble légitime de se demander quels en étaient les acteurs : on peut s’attendre à voir figurer parmi eux les rabbins alsaciens et lorrains siégeant au sein des consistoires. Mais qu’en était-il des élites locales, de ces notables « indigènes » réputés hostiles aux consistoires et aux rabbins français ?

  • 79 Archives israélites, 40, 1879, p. 86.

47Incontestablement, ce sont avant tout les israélites européens qui se trouvent le plus souvent à l’origine des diverses sociétés charitables. Parmi eux figurent en bonne place les rabbins, soucieux de propager un nouveau modèle de philanthropie, ainsi que les instituteurs brevetés, nommés comme directeurs des écoles israélites. On peut même considérer que le petit monde des rabbins et instituteurs affectés en Algérie, venus avec leurs épouses, généralement issus du judaïsme alsacien et lorrain, eurent le souci d’exporter dans la colonie des pratiques philanthropiques toutes métropolitaines. Ainsi la Société de bienfaisance oranaise fut-elle créée sous les auspices du président du consistoire provincial Jacob Lasry, originaire de Gibraltar ; la Société de la jeunesse israélite fut créée dans la même ville en 1879 à l’instigation du grand rabbin Isaac Bloch et présidée par Raphaël Falk, directeur de l’école israélite de garçons79 ; la Jeunesse de Constantine fut fondée par le rabbin Abraham Cahen.

  • 80 Archives israélites, 26, 1865, p. 440 ; 32, 1871, p. 66 ; 37, 1876, p. 360.
  • 81 Archives israélites, 38, 1877, p. 273.
  • 82 Isaac Bloch (1848-1925) fut grand rabbin d’Alger de 1882 à 1890.
  • 83 Dictionnaire biographique des rabbins…, op. cit.
  • 84 Salomon Honel (vers 1828-1906) fut nommé président du consistoire d’Alger en 1868, puis fut élu à (...)
  • 85 La Charitable israélite d’Alger. Compte rendu exercice 1892, Alger, Imprimerie Franck et Solal, 18 (...)
  • 86 Idem.

48Il en est de même pour les sociétés de dames israélites. Ainsi, quelques mois seulement après l’installation de son père au poste de grand rabbin du consistoire d’Oran, Anna Charleville, créa-t-elle en 1865 la Société de l’enfance israélite, destinée à vêtir les petites filles pauvres80. Lorsque Mahir Charleville quitta l’Algérie, la petite société, dotée d’un budget annuel de 1 000 francs et forte d’une quarantaine de souscripteurs, avait diversifié ses activités : à l’habillement des écolières s’ajoutaient des subventions aux apprenties et des secours aux malades81. L’épouse du grand rabbin Isaac Bloch82 fonda quant à elle, en 1886, la Charitable israélite, société de visite des femmes malades et en couches, qui fournissait en outre du linge pour les nouveaux-nés confectionné par de jeunes apprenties83. La Charitable israélite d’Alger fut ensuite présidée par Flore Honel (née Levi), l’épouse du président du consistoire Salomon Honel84, avocat strasbourgeois installé dans la colonie au milieu des années 1860, puis par Juliette Weil (née Blum), la femme du grand rabbin Moïse Weil85. Quant à l’épouse du grand rabbin Abraham Bloch, elle présida le comité de patronage de l’école d’apprentissage des jeunes filles d’Alger86.

  • 87 Il s’agit probablement de l’épouse de Raphaël Falk.
  • 88 D’après nos recherches dans l’état civil, il ne s’agit toutefois pas de l’épouse de l’ancien membr (...)
  • 89 J. Hanoune, op. cit., p. 65-66.
  • 90 Idem.

49Cependant, ces petites sociétés comptaient également de nombreux juifs « indigènes », ce que l’on peut interpréter comme un signe du progrès des idées nouvelles au sein des judaïcités algériennes. Ainsi, après aIvoir été dirigée par l’instituteur alsacien Stieffel, la Société de bienfaisance israélite d’Oran pour la propagation du travail et de l’instruction fut présidée à partir de 1862 par Messaoud Karoubi, par ailleurs président du consistoire de la province pendant de longues années, tandis que d’autres membres éminents de l’élite locale – Haïm Benichou, Abraham Hassan, Joseph Midioni – se succédèrent à la vice-présidence. De la même façon, la Société de l’enfance israélite oranaise comptait au sein de son comité des dames européennes, comme Mme Charleville et A. Falk87, mais aussi une nommée J. Senanès, certainement la femme d’un notable local88. La société Le Travail fut d’abord présidée par des métropolitains – Alfred Alphandéry, Salomon Honel et Michel Ruff – puis par des juifs du cru, Haïm Boucris et Moïse Stora89. L’épouse de ce dernier présidait au début du xxe siècle une Œuvre d’apprentissage des jeunes filles pauvres, fondée à Alger en 1900 par la femme de Moïse Weil, qui n’était plus alors grand rabbin de la capitale coloniale90.

50L’élan était donné. Le chroniqueur de la communauté juive d’Alger, J. Hanoune, signale deux autres œuvres animées exclusivement par des israélites algérois : il s’agit de La Bienfaisante, une œuvre d’assistance aux indigents et aux malades instituée le 5 novembre 1908 et présidée successivement par Moïse Zermati (élu au consistoire en 1904), Maklouf Bensimon (élu au consistoire en 1894 et 1897) et Joseph Kaoua, rabbin et professeur d’hébreu, enseignant au Talmud-Torah de la rue Boutin.

51En résumé, tout en restant très marginale, la bienfaisance importée de la France métropolitaine fut mise en œuvre non seulement par les israélites français, mais aussi par les élites locales. Il est permis d’y voir le signe d’une lente évolution des mentalités.

Conclusion

52La création et la pérennisation de petites sociétés philanthropiques juives en Algérie témoignent de l’adhésion, progressive mais durable, des élites locales à de nouveaux modèles de solidarité collective. Cette évolution indique l’appropriation par les élites juives du discours sur la régénération sociale et économique des communautés juives, portée par le colonisateur français, et plus particulièrement par les rabbins membres des consistoires. Elle met également en lumière l’aptitude de ces élites à trouver de nouvelles réponses pour éviter une destruction des cadres traditionnels induite par la colonisation française.

53Or, l’étude de la charité publique au sein des communautés juives algériennes au xixe siècle permet de mettre en évidence le poids du discours de la régénération, mais aussi les limites de ce discours. En effet, même si les membres des consistoires ont tenté de montrer que, grâce aux nouvelles institutions, l’assistance aux indigents allait être rationalisée et améliorée, il n’en reste pas moins que celle-ci continua, pour l’essentiel, à ressembler à ce qu’elle était à l’époque ottomane : des distributions de nourriture chaque semaine et pour les grandes fêtes religieuses.

  • 91 Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie..., op. cit., p. 117-133.

54Ainsi donc, les distributions hebdomadaires de secours constituèrent l’une des activités majeures des instances communautaires et, à coup sûr, leur principal poste de dépenses. C’est pourquoi les consistoires apparurent dans les dernières décennies du xixe siècle avant tout comme des institutions charitables, plutôt que comme des organes chargés d’administrer le culte. Comme on l’a noté, l’assistance aux indigents pesait lourdement sur les communautés juives, non seulement par l’ampleur des dépenses consenties, mais aussi par les implications politiques engendrées par le maniement d’importantes sommes d’argent. La bienfaisance se trouva ainsi au cœur de la campagne de dénigrement des consistoires menée par les politiciens de tout bord et fut l’un des thèmes centraux de la propagande antisémite dans la colonie à la fin du siècle91.

Haut de page

Notes

1 Il faut noter que le terme hébraïque de tsédaqah n’est jamais utilisé dans les archives : on y trouve les termes de charité et de bienfaisance, d’aide ou d’assistance aux indigents. Pourtant, le terme de tsédaqah résume bien une véritable constellation d’institutions de tailles variées, parfois éphémères, parfois durables, exerçant des formes diverses d’aide sociale et de redistribution des richesses.

2 Deux consistoires provinciaux, institués à Constantine et à Oran, sont soumis à l’autorité du Consistoire israélite algérien, basé à Alger.

3 Au début des années 1840, le rabbin Tama considère qu’un tiers environ des juifs algérois demande l’aumône (Archives nationales, F19 11143, « L’état civil de la nation israélite d’Alger », rapport d’Isaac Tama au directeur des affaires d’Alger Justin Laurence, 19 avril 1839).

4 J. Hanoune, Aperçu sur les Israélites algériens et sur la communauté d’Alger, préface de M. L. Fridman, grand rabbin d’Alger, Alger, Jules Carbonel, 1922.

5 Voir la notice biographique sur Abraham Cahen dans Jean-Philippe Chaumont, Monique Lévy (dirs.), Dictionnaire biographique des rabbins et autres ministres du culte israélite. France et Algérie du Grand Sanhédrin (1807) à la loi de Séparation (1905), Paris, Berg international éditeurs, 2007 ; sur la place de l’œuvre d’Abraham Cahen dans l’historiographie des juifs d’Afrique du Nord, voir Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale, Paris, PUPS, 2011, p. 73-89.

6 Abraham Cahen, Les Juifs dans l’Afrique septentrionale, Constantine, Typ. et lith. L. Arnolet, 1867, p. 78-79 ; J. Hanoune, op. cit., p. 49.

7 Hazzan : chantre à la synagogue.

8 Abraham Cahen, op. cit., p. 79-80.

9 Archives de l’Alliance israélite universelle (AIU), Papiers d’Abraham Cahen, Ms 566, 5, Exposé Michel Aron Weill, 1860.

10 Léon Kahn, Histoire de la communauté israélite de Paris. Le Comité de bienfaisance. L’hôpital, l’orphelinat, les cimetières, Paris, A. Durlacher, 1886 ; Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La Solidarité juive. 200 ans d’action sociale. Du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation Casip-Cojasor, Paris, Somogy, 2010 ; Céline Leglaive-Perani, « ‘‘Accordez un regard attendri au Rocher d’où vous fûtes taillés’’. Le judaïsme parisien et le Comité de bienfaisance israélite (1830-1930 », Archives juives. Revue d’histoire des Juifs de France, n° 44/1, 2011, p. 37-53.

11 L’influence du modèle européen de la charité se fait sentir dans la communauté juive algéroise avant même la création des consistoires : plusieurs israélites européens fondent en 1842 une Société de bienfaisance pour le soulagement des [juifs] indigents. Le bureau compte douze membres, dont huit européens et quatre « indigènes » (Archives israélites, 3, 1842, p. 301 et 415).

12 Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 1995, p. 217-267.

13 Le premier bureau de bienfaisance municipal de la colonie fut créé à Alger par un arrêté du 13 janvier 1849.

14 Nora Şeni, Les Inventeurs de la philanthropie juive, Paris, La Martinière, 2005, p. 88-99.

15 Ce qui n’est pas sans créer des difficultés (cf. infra).

16 AIU, Papiers d’Abraham Cahen, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

17 Sur l’accueil des juifs marocains réfugiés à Gibraltar puis accueillis à Oran cf. Richard Ayoun, « La précarité d’un refuge : l’émigration des Juifs tétouanais (1790-1860) » in Nicole S. Serfaty, Joseph Tedghi (éds.), Présence juive au Maghreb. Hommage à Haïm Zafrani, Paris, Bouchène, p. 51-67.

18 Archives nationales d’Outre-mer (ANOM), Algérie, Oran, 3U2.

19 ANOM, Algérie, Oran, 3U2, extrait du registre des délibérations du consistoire israélite de la province d’Oran, 27 avril 1862.

20 Idem.

21 Nommé à deux reprises président du consistoire d’Oran, en 1855 et 1859, Jacob Lasry expose les mesures prises sous sa responsabilité pour réorganiser la charité de la communauté juive oranaise dès 1857 : outre les secours extraordinaires liés à la situation économique et à la rigueur de l’hiver 1856, les synagogues doivent se relayer pour organiser la quête du vendredi, qui doit être versée au consistoire. Deux commissions sont nommées, l’une chargée de la quête de farine et de grains le jeudi, l’autre de la quête de pain du vendredi. Une liste des familles aisées chargées d’accueillir les indigents étrangers de passage est dressée. D’autres mesures sont également prises (ANOM, Alg, Oran, 3U2, lettre au préfet d’Oran, 14 déc. 1857). Sur Jacob Lasry voir Joshua Schreier, « Du séfarade à l’indigène » in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad (dirs.), La Bienvenue et l’adieu, 1, Casablanca, La Croisée des Chemins (« Description du Maghreb »), 2012 [en ligne], mis en ligne le 27 sept. 2012, URL : http://cjb.revues.org/224; DOI : 10.4000/cjb.224 ; id., « L’élite commerçante et les débuts de la conquête française en Algérie : l’exemple de Jacob Lasry », Archives juives. Revue d’histoire des Juifs de France, 45/2, 2012, p. 32-46 ; du même auteur, Arabs of the Jewish Faith. The Civilizing Mission in Colonial Algeria, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2012.

22 Lee Shai Weissbach, «The Nature of Philanthropy in the Nineteenth Century France and the Mentality of Jewish Elite», Jewish History, 8, 1994, 1-2, p. 191-204.

23 AIU, Ms 566 (5).

24 Idem.

25 Robert Castel, op. cit., p. 236.

26 ANOM, Algérie, Oran, 3U2 (voir Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie au xixe siècle. « L’alliance de la civilisation et de la religion », Paris, Armand Colin, 2012, p. 220).

27 Sur ce point, cf. Jean-Marc Chouraqui, « Les rabbins du xixe siècle face à leur image et à leur mission », Yod, n° 1-2, nouvelle série, 1995-1996, p. 31-41.

28 Consistoire israélite d’Alger, communauté de Médéah, Installation de M. Edgar Sèches, rabbin de Médéah, Alger, Impr. typo. A. Verdier, 1891, p. 8.

29 AIU, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

30 Cf. infra.

31 AIU, Ms 566 (5), Exposé Michel Aron Weill, 1860.

32 Mellah : quartier juif.

33 Cf. les articles publiés dans les années 1840 par les Archives israélites.

34 Consistoire israélite d’Alger, communauté de Médéah, Installation de M. Edgar Sèches, op. cit., p. 13.

35 Frances Malino, « L’émancipation des femmes » in André Kaspi (dir.), Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2010, p. 263-293.

36 Violemment attaqué par ses administrés, Michel Aron Weill finit par démissionner en 1862, à la demande du grand rabbin Consistoire central, Salomon Ulmann, Valérie Assan, op. cit., et Jean-Philippe Chaumont, Monique Lévy (dirs.), op. cit.

37 Archives israélites, 41, 1860, p. 479.

38 Le comité de bienfaisance effectuait également la visite aux malades, ce qui valut à Salomon Waïsse et Chebabi Abulker les éloges, dans le Moniteur algérien, du docteur Faure, parce qu’ils visitaient régulièrement les indigents atteints par la variole (Archives israélites, 39, 1878, p. 78).

39 Archives israélites, 41, 1860, p. 595-595. Cfsupra.

40 Cf. supra.

41 AN, F19, 11151.

42 AN, F19 11157.

43 Le premier comité de bienfaisance consistorial fut créé seulement en 1862 (voir supra). Cependant, avant même la création du consistoire en 1847, une commission formée de notables assurait des distributions charitables hebdomadaires aux indigents (ANOM, Algérie, Oran, 3U1, lettre du sous-directeur d’Oran au directeur de l’Intérieur, 24 fév. 1842).

44 Ce fut le cas, par exemple, à Constantine en 1896 (Archives israélites, 57, 1896, p. 340).

45 La Jeunesse israélite, 23 mai 1890.

46 Pour plus de détails sur cette question, cf. Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie..., op. cit.

47 Akhbar, 27 février, 1849.

48 8 dans le département d’Alger, 7 dans celui d’Oran et 5 dans celui de Constantine (Statistique générale de l’Algérie, années 1867-1872, Gouvernement général de l’Algérie, Alger, Impr. de l’Association ouvrière, p. 254).

49 12 dans le département d’Alger, 8 dans celui d’Oran et 9 dans celui de Constantine (Statistique générale de l’Algérie, années 1882-1884, Gouvernement général de l’Algérie, Alger, Impr. de l’Association ouvrière, 1885, p. 115).

50 Décret du 5 décembre 1857 (Statistique générale de l’Algérie, années 1867-1872, op. cit., p. 254).

51 Toutefois 400 francs, somme dérisoire, furent remis aux notables pour les indigents musulmans et israélites (Ministère de la Guerre, Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie 1854-1855, Paris, Imprimerie impériale, 1856, p. 194).

52 Le nombre d’individus secourus à Alger était en 1886 de 688 Français (contre 798 en 1885), 1 412 Espagnols (contre 1 404 en 1885), 493 Italiens (contre 478), 106 Maltais (contre 111) et de 87 « autres » (contre 332).

53 Statistique générale de l’Algérie, années 1902, 1903 et 1904, Alger, Impr. de l’Association ouvrière, 1905.

54 Archives israélites, 45, 1884, p. 83. À Médéa, cependant, 28 familles juives recevaient des secours hebdomadaires de la municipalité, sur un total de 107 familles secourues, grâce aux bons soins du rabbin Moïse Netter, membre et ordonnateur du bureau de bienfaisance de la ville (Archives israélites, 47, 1886, p. 11-12).

55 D’après les recensements, il y avait en Algérie 48 763 juifs en 1896, et 57 132 en 1901 (Jacques Taïeb, « Combien y avait-il de Juifs en Algérie (1830-1962) ? », conférence prononcée le 25 mars 1996 devant la Société des études juives, Revue des études juives, 156 (3-4), juil.-déc. 1997, p. 463-467).

56 ACC, 1B7, séance du 5 juillet 1898.

57 Il en réchappa cependant (Dictionnaire biographique des rabbins…, op. cit.).

58 AN, F19 11145, extrait de La Libre parole, [ ?], 1898.

59 Pour plus de détails, cf. Valérie Assan, op. cit., chap. 11.

60 Cette taxe fut maintenue après l’application en Algérie de la loi de Séparation, ce qui constituait une dérogation parmi tant d’autres à la mise en œuvre de la loi du 9 décembre 1905 dans la colonie (cf. Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie…, op. cit., chap. 4).

61 Mohammed Lazhar Gharbi, Crédit et discrédit de la Banque d’Algérie, Paris, L’Harmattan, coll. « CREAC-Histoire », 2005.

62 Toutefois, les progrès de la scolarisation des juifs furent très lents jusqu’à la Première Guerre mondiale.

63 Archives israélites, 40, 1879, p. 63 et 86.

64 Archives israélites, 24, 1863, p. 1043-1044.

65 Sur la société Le Travail d’Alger, cf., par exemple, Archives israélites, 43, 1882, p. 414 ; 46, 1885, p. 69 ; 47, 1886, p. 67 ; 53, 1892, p. 68-69 ; 58, 1897, p. 141. La société comptait 150 adhérents en 1897 et subsistait grâce à une allocation du consistoire. Forte d’un budget de 8 000 francs par an, elle assurait l’apprentissage et l’instruction primaire de 50 garçons.

66 Alliance israélite universelle (AIU), Algérie, IC4 ; Archives israélites, 56, 1895, p. 219.

67 C’était notamment le cas du Travail d’Alger, qui devint au début du xxe siècle un organe de l’Alliance israélite universelle.

68 Cf. infra.

69 Il occupait ce poste depuis 1856 (AN, F17, 12325). L’un des vice-présidents, Haïm Benichou, grande figure du judaïsme oranais, fut désigné par le préfet pour exercer la présidence pendant le congé estival de Stieffel (ANOM, Algérie, Oran, 3U2, minute de la lettre du préfet au président du consistoire israélite [Haïm Benichou], 29 juin 1860).

70 Règlement voté par l’assemblée générale le 24 mai 1860, approuvé par le préfet le 31 déc. 1860 (ANOM, Algérie, Oran, 3U2).

71 Les inspecteurs n’étaient pas des fonctionnaires de l’Instruction publique, mais des individus nommés par le conseil d’administration de la Société d’apprentissage et « chargés de recueillir chaque semaine des renseignements sur la conduite et l’application des enfants patronnés, tant auprès de leurs maîtres qu’auprès de leurs parents » (art. 8).

72 ANOM, Algérie, Oran, 3U2.

73 Archives israélites, 43, 1882, p. 414.

74 Le comité fondateur était composé d'Adolphe Isaac (négociant), Daniel Adda (instituteur), D. Toubiana (instituteur), J. Adda (négociant), R. Lévy (avocat), F. Isaac (publiciste), Ch. Allouche (artiste peintre), J. Bitoun (clerc d’avoué), E. Narboni, S. Lévy, R. Guedj (négociants). Notons qu’Élie Narboni devint ensuite président du consistoire (AIU, Algérie, IC4, lettre d’Adolphe Isaac au président de l’AIU, 9 juillet 1895 ; Archives israélites, 56, 1895, p. 219).

75 Archives israélites, 23, 1862, p. 238-239.

76 ANOM, Algérie, Oran, 3U2, Compte rendu de la Société de bienfaisance israélite de l’année 1863.

77 Idem.

78 Aron Rodrigue, « La mission éducative (1860-1939) », in André Kaspi (dir.), op. cit., p. 227-261.

79 Archives israélites, 40, 1879, p. 86.

80 Archives israélites, 26, 1865, p. 440 ; 32, 1871, p. 66 ; 37, 1876, p. 360.

81 Archives israélites, 38, 1877, p. 273.

82 Isaac Bloch (1848-1925) fut grand rabbin d’Alger de 1882 à 1890.

83 Dictionnaire biographique des rabbins…, op. cit.

84 Salomon Honel (vers 1828-1906) fut nommé président du consistoire d’Alger en 1868, puis fut élu à cette fonction en 1885, 1894 et 1897.

85 La Charitable israélite d’Alger. Compte rendu exercice 1892, Alger, Imprimerie Franck et Solal, 1892. Sur les rabbins concernés, cf. Dictionnaire biographique des rabbins, op. cit.

86 Idem.

87 Il s’agit probablement de l’épouse de Raphaël Falk.

88 D’après nos recherches dans l’état civil, il ne s’agit toutefois pas de l’épouse de l’ancien membre du consistoire Amram Sananès.

89 J. Hanoune, op. cit., p. 65-66.

90 Idem.

91 Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie..., op. cit., p. 117-133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Assan, « Charité et philanthropie dans les communautés juives d’Algérie au xixe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/2828 ; DOI : 10.4000/framespa.2828

Haut de page

Auteur

Valérie Assan

Docteur en histoire, chargée de cours, Université de Reims Champagne-Ardenne, UMR 8138.
valerieassan@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals