Navigation – Plan du site
Varia

Écrits comptables et commerce interreligieux : les cas des registres d'Ugo Teralh de Forcalquier et de la compagnie Datini (xive-xve siècles)

Accounting Papers and Interreligious Trade: The Case of the Registers of Ugo Teralh de Forcalquier and and of the Datini Company (14th-15th centuries)
Escritos contables y comercio interreligioso: el caso de los registros de Ugo Teralh de Forcalquier y de la compañía Datini (siglos xiv-xv)
Ingrid Houssaye Michienzi et Judith Olszowy-Schlanger

Résumés

Les documents comptables, issus directement de la pratique des affaires, permettent de pénétrer au cœur de collaborations commerciales entre chrétiens et juifs, et entre chrétiens et mudéjars, dans l’Europe et la Méditerranée occidentale du Bas Moyen Âge. L’article considère les traces d’échanges économiques, mais également sociaux et culturels à travers l’examen du livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier de 1330-1332, et de registres comptables des compagnies de Francesco Datini installées à Majorque et à Valence dans les années 1390-1410. Souvent en parfaite contradiction avec les textes normatifs visant à une ségrégation spatiale de plus en plus importante entre les différents groupes religieux, les écrits de la pratique des affaires permettent de présenter une lecture différente de leurs relations et de mettre en lumière une échelle de valeurs morales communes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. l’italien « fondaco » : magasin, entrepôt, bureaux et maison d'habitation des marchands.

1L’histoire des relations entre juifs et chrétiens dans l’Europe et la Méditerranée occidentale au Bas Moyen Âge est souvent perçue comme une séquence de persécutions, conversions forcées et ségrégations spatiales. Cependant, la prise en compte de sources comptables de l’époque, sources a priori moins porteuses de contenu polémique ou idéologique, révèle bien souvent des liens commerciaux étroits entre individus appartenant à des groupes religieux différents. Les relations de clientèle fidèle dans des entreprises commerciales organisées en véritables réseaux interreligieux sont fondées sur des accords contractuels, certes, mais surtout sur une confiance mutuelle et des intérêts partagés tissés indépendamment des croyances et des appartenances religieuses. Ces liens forts, rarement explicites dans les sources littéraires de l’époque, apparaissent en revanche très clairement dans les écrits de la pratique, et notamment dans les registres de comptabilité. Il arrive par exemple que les livres de comptes des commerçants chrétiens contiennent des entrées en hébreu, en arabe ou en arabe en caractères hébraïques, écrites de la main du client ou de l’associé juif, musulman ou converti. Ces écrits représentent une trace tangible de liens et de réseaux d’affaires : plus encore ils montrent des membres de religions différentes présents dans la boutique, le comptoir ou le fondaco1 d’un patron ou d’un associé chrétien, penchés ensemble sur le livre des comptes. Les notes en leur langue et écriture savante, en caractères hébraïques acquis lors d’une éducation formelle, ont une valeur probatoire dans le système juridique du lieu où elles sont produites. Ces notes permettent de supposer que, de même que les membres d’une minorité connaissaient la langue de la majorité environnante, leurs associés chrétiens étaient capables de comprendre ou du moins de contrôler des écritures en hébreu ou en arabe. Nous partirons, à titre d’exemple, des notes en hébreu et en arabe au sein du livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier de 1330-1332, et des registres comptables des compagnies de Francesco Datini installées à Majorque et à Valence dans les années 1390-1410. Nous proposerons dans cet article des pistes d’analyse d’écritures comptables en vue de reconstituer des traces d’échanges économiques, mais aussi sociaux et culturels entre des groupes différents.

1 Présentation des documents

1a Le registre d’Ugo Teralh de Forcalquier

  • 2 Paul Meyer, « Le livre-journal de Maître Ugo Teralh, notaire et drapier à Forcalquier (1330-1332) (...)
  • 3 Ibid., p. 9-11.

2En 1898, Paul Meyer publia une dizaine de feuillets provenant d’un livre de commerce, découverts dans la reliure d’un registre de délibérations municipales du xve siècle conservé dans les archives municipales de Forcalquier, en Basses-Alpes2. Il s’agit d’un livre-journal du drapier et notaire Ugo Teralh, qui enregistre les ventes, et notamment les transactions à crédit, effectuées entre novembre 1330 et juin 1332. Comme le texte du document le suggère, Ugo Teralh vendait à Forcalquier des étoffes de laine à la canne (2 m environ) et à l’empan (25 cm environ), ainsi que des pièces de vêtements. Les étoffes sont décrites selon leur couleur et lieu de fabrication. À côté des tissus d’origine méridionale, tels que blanquet (blanc) ou blau (bleu) de Béziers, cruec (jaune), vair (bariolé) et violeta (violet) de Carcassonne, escacat (échiqueté) de Lodève, rosseta (roussette) de Limoux, vermelh (rouge) de Narbonne ou mesclat (drap mêlé) de Montolieu, Ugo Teralh vendait aussi, plus rarement, car mentionnés trois fois seulement, des tissus venant du Nord (le vayr de Rouen, le blau de Saint-Denis et une étoffe dont le nom n’est pas conservé, de Provins)3. N’égalant pas la comptabilité italienne à partie double, bien plus sophistiquée, les 134 entrées conservées du livre-journal d’Ugo Teralh suivent néanmoins une structure fixe et une mise en page en 3 colonnes : 1. lieu d’origine de l’acheteur-débiteur à gauche, 2. la description de la transaction contenant son nom, l’objet vendu et la date du paiement, qui pouvait être effectué sur place en totalité ou partiellement, ou bien ultérieurement, et 3. une note spécifiant que le paiement a été fait. Étant donné l’état très abîmé du manuscrit, seule la colonne du milieu est préservée partout, la colonne 1 apparaissant surtout sur les rectos et la colonne 3 sur les versos des feuillets rognés (figures 1 et 2). Le paiement permettait l’annulation de la dette : le texte de la colonne 2 était alors barré.

Figure 1

Figure 1

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 1 (fol. 1r.), colonnes 1 et 2.

© Archives municipales de Forcalquier (04).

Figure 2

Figure 2

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 9, (fol. 1v.), colonnes 2 et 3.

© Archives municipales de Forcalquier (04).

  • 4 Israël Lévi, « Le livre-journal de Maître Ugo Teralh. Notaire et drapier à Forcalquier (1330-1332 (...)

3Parmi les clients d’Ugo Teralh se trouvaient des juifs qui venaient de Forcalquier ou bien d’autres localités de la région, telles Digne, Reillanne ou Salon. Parfois, il s’agissait des villes dont était originaire un juif décrit pourtant explicitement comme résidant à Forcalquier (entrée n° 21 : Jacob de Reillanne « abitayre de Forc. »)4. 24 entrées sur 134 concernent environ 15 clients juifs différents.

1b Les registres de la compagnie Datini

  • 5 Le fonds Datini contient environ 150 000 lettres provenant de plus de 200 localités disséminées e (...)

4Francesco Datini, marchand de Prato né vers 1335, organisa ses affaires en une combinaison de sociétés indépendantes. Il était l’associé majoritaire de huit compagnies à sièges divers dont cinq à vocation commerciale : à Avignon, Pise, Florence, Gênes et dans les États de la Couronne d’Aragon (compagnie divisée dite de Catalogne présente à Barcelone, Valence et Majorque). Mort en 1410 sans héritier, il laissa tous ses biens à une fondation pieuse dont sa maison qui renfermait l’ensemble des archives engendrées par son activité marchande et bancaire. Il s’agit d’une collection de documents de nature commerciale et privée produits par les entreprises Datini dans les années comprises entre 1363 et 14115. Pour chacune de ses compagnies sont conservés correspondances et registres comptables consentant la mise à jour de réseaux marchands parcourant l’Europe et le Bassin méditerranéen. L’exploitation de certains registres concernant les compagnies de l’aire ibérique permet d’approfondir l’étude réticulaire en abordant l’angle du commerce entre groupes de marchands de différentes religions.

2 L’étude de la langue et des milieux

  • 6 Cf. Paul Meyer, art. cit., n° 11, 67, 77, 80, 123, 129, 158, 163.

5Les entrées du livre-journal d’Ugo Teralh sont pour la plupart écrites en provençal et en latin, de la main du drapier lui-même et de celle d’un de ses employés. C’est aussi le cas de 16 entrées parmi les 24 concernant les acheteurs juifs. Huit autres entrées sont écrites en caractères hébraïques par les acheteurs juifs eux-mêmes6. Rédigées en hébreu médiéval, ces entrées sont parsemées de dates, noms de lieux et noms de tissus en provençal vernaculaire transcrits en caractères hébraïques. Au-dessous des notes hébraïques, Ugo Teralh ajoute une description de la transaction en provençal.

Figure 3

Figure 3

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 80 (fol. 9v.), hébreu : « Moi, Jacob, je dois à Ugo Teralh 15 sous pour une demi-canne de tissu (lit. vêtement) vert et un tiers de canne de tissu blanc. Mon gendre Salomon en doit 5 sous ».

© Archives municipales de Forcalquier (04).

6Le texte provençal est, d’une part, plus complet : il précise la date du paiement (« Sant Jory », Saint Georges – 23 avril), ainsi que le nom plus complet de l’acheteur : Jacob de Reillane (Relhana) – le même individu est décrit comme « habitant de Forcalquier » en n° 21. Cependant, le provençal omet les détails concernant les arrangements internes entre les juifs : ici, l’information donnée par l’hébreu au sujet du poids de la dette partagée entre Jacob et Salomon n’est pas reprise en provençal.

7Au-delà de la mention de la provenance des acheteurs juifs, les notes en hébreu nous renseignent sur leur appartenance culturelle et leur origine. L’étude paléographique montre que n° 11, 67, 77, 80 et 163 sont en écriture hébraïque documentaire ashkénaze : type utilisé dans le Nord et l’Est de la France (figure 4). Trois inscriptions seulement sont en écriture documentaire du Sud, dont n° 123 en écriture informelle attestée en Provence (figure 5), et n° 129 et 158 en écriture documentaire soignée de type sépharade, utilisée en Espagne, en Catalogne et dans le midi de la France (figure 6).

Figure 4

Figure 4

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 77 (fol. 8v.) : écriture ashkénaze.

© Archives municipales de Forcalquier (04).

Figure 5

Figure 5

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 123 (fol. 13v.) : écriture provençale.

© Archives municipales de Forcalquier (04).

Figure 6

Figure 6

Le livre-journal d’Ugo Teralh de Forcalquier, n° 129 (fol. 14r.) : écriture sépharade.

© Archives municipales de Forcalquier (04).

  • 7 Joseph Shatzmiller, Recherches sur la communauté juive de Manosque au Moyen Âge, Paris, La Haye, (...)
  • 8 Israël Lévi, art. cit., p. 264. L’auteur suggère l’origine du Nord de certains de ces équivalents (...)

8La présence et même la prédominance des notes en écriture de type ashkénaze illustrent les affinités entre les juifs de Forcalquier et le judaïsme du Nord de la France. Nous ne connaissons guère l’origine de la communauté juive de Forcalquier. Cependant, la communauté voisine de Manosque, mieux documentée, a été décrite par des auteurs juifs provençaux du tournant du xiiie et xive siècle comme lieu de résidence de ṣarfatim, les juifs de la France du Nord. Faute de documentation datée avec précision, Joseph Shatzmiller a abordé, sans la résoudre, la question du début de la présence des ṣarfatim à Manosque : la ville faisait-elle traditionnellement partie de la zone d’influence de la culture rabbinique du Nord, ou bien la forte présence des ṣarfatim ne remonte-t-elle qu’à l’expulsion des juifs du Royaume de France en 13067 ? Sans trancher la question chronologique, les notes hébraïques du livre-journal d’Ugo Teralh confirment la forte présence des ṣarfatim aussi à Forcalquier, aux côtés des juifs méridionaux. Caractérisées par leur écriture, les notes de ces deux groupes se distinguent aussi par la manière de présenter les parties prenantes. Les méridionaux portent des noms à consonance provençale qui sont les mêmes dans le texte hébreu et dans son résumé (Bonjudas, Bendig, Bonfil, Bonafos, Astruc) tandis que les ṣarfatim se présentent sous un nom typiquement hébraïque dans le texte hébreu, mais sous un équivalent vernaculaire dans le texte provençal (Neḥemyah devient Creyson, Isaac–Aquinons, Yeḥiel–Vivan)8.

9La composante hébraïque des livres de la compagnie Datini est plus importante encore. Dans certains registres destinés notamment à recueillir des témoignages de remise en mains propres de paiements comptant figurent de nombreuses entrées en caractères hébraïques dans le cas des registres majorquins, et en caractères arabes pour ceux de Valence. Presque chaque page des registres de la compagnie Datini de Majorque possède des écritures en caractères hébraïques. Écrites par les parties prenantes juives ou converties, celles-ci sont la plupart du temps résumées en dessous en toscan, par la main d’un facteur de la compagnie (figure 7). Il y aurait ainsi probablement eu au sein de la compagnie un agent possédant une certaine familiarité avec les langues sémitiques, résultat d’une fréquentation assidue du milieu juif et nouveau chrétien local.

Figure 7

Figure 7

Archivio di Stato di Prato (désormais ASPo), Datini (désormais D.) 1025, Majorque, Ricordanze-Denari contanti, fol. 169v. : Makhluf Alon reconnait la réception du paiement de la part de la compagnie Datini, par l’intermédiaire de Cristofano (di Bartolo) (1399).

© Cliché Ingrid Houssaye Michienzi.

10Les notes révèlent une réalité linguistique complexe. Le milieu juif majorquin était certainement alors en grande partie arabophone. Les familles étaient en effet présentes depuis bien avant la conquête aragonaise des années 1230, ou provenaient d’Afrique du Nord. L’hébreu était la langue de l’école. Néanmoins, le milieu chrétien s’exprimait alors en catalan, qui était certainement la langue d’interaction entre les deux communautés. De même pour les marchands maures d’origine valencienne qui écrivaient leurs lettres en catalan aux facteurs de la compagnie Datini. Ainsi à Majorque, les références en caractères hébraïques sont rédigées soit en hébreu soit en arabe, mais contiennent quelques mots en catalan qui expriment souvent la date ou bien font référence au produit, un vocabulaire acquis et utilisé en raison du contact avec le milieu d’affaires chrétien.

3 La valeur juridique des documents

11Aussi bien dans le cas du livre-journal d’Ugo Teralh que dans les imposants registres Datini, les inscriptions en caractères hébraïques prennent souvent la forme d’un acte à validité juridique.

12En résumant l’hébreu, Ugo Teralh spécifie que le texte hébreu est écrit de la main propre de l’intéressé, ce qui lui confère une autorité plus importante. Dans les deux textes, les transactions avec des clients chrétiens sont d’habitude décrites par le commerçant. Le seul fait d’être enregistré devait pouvoir servir de preuve en cas de contentieux (on se souvient qu’Ugo Teralh était notaire). Quand les clients chrétiens d’Ugo Teralh étaient eux-mêmes des notaires, tout comme certains clients juifs, ils écrivaient leurs entrées de leur propre main, parfois en latin, en signant avec un symbole personnalisé. De surcroît, les notes en caractères hébraïques sont formulées comme de brèves reconnaissances de dettes ou, dans les livres de Datini, comme des quittances ou déclarations de vente. Rédigées à la première personne, introduites par אני (hébreu) ou אנה (judéo-arabe, chez Datini), « Moi, je… », ces notes décrivent l’obligation juridique avec des verbes tels que חייב, « je dois… », pour une reconnaissance de dette ou קבלתי (hébreu) et קבצת (judéo-arabe), « j’ai reçu », pour une quittance, ou מכרתי, « j’ai vendu », pour une vente. Les notes en judéo-arabe dans le livre de Datini contiennent le terme arabe מוקר, « je reconnais », essentiel pour les reconnaissances (iqrâr). Dans plusieurs cas, les enregistrements du fond Datini sont rédigés par les témoins, désignés par עדים (hébreu) ou שהוד (judéo-arabe), « témoins » (figure 8).

Figure 8

Figure 8

ASPo, D. 1025, Majorque, Ricordanze-Denari contanti, fol. 153r. : Giulio Falgeri et Joan Roca (convertis) sont témoins (שהוד) d’un paiement pour les peaux (גולדא) de 16 livres 9 sous et 6 deniers le 10 juin (1398). L’écriture en toscan en dessous ajoute que ce paiement était lié à l’achat par la compagnie Datini de 206 peaux (« per pelli 206 chonprate »).

© Cliché Ingrid Houssaye Michienzi.

13L’écriture autographe par les juifs (ou convertis) et professionnels lettrés chrétiens et les moyens d’authentification (symboles de notaires et structure de formulaire légal pour le texte des entrées en caractères hébraïques) confirment la nature des enregistrements et leur validité juridique.

4 Proximité des affaires versus ségrégation spatiale

  • 9 Les Mudéjars étaient des musulmans de la péninsule Ibérique et des Baléares devenus sujets des ro (...)

14L’analyse des écritures comptables, et notamment la coexistence des enregistrements en caractères latins et en caractères hébraïques, dans le livre-journal d’Ugo Teralh et la comptabilité de la compagnie de Datini confirme les interactions respectivement entre commerçants chrétiens et juifs en Provence et entre les réseaux toscans, juifs et mudéjars9 en Méditerranée occidentale, notamment à Majorque et à Valence. Ces écritures révèlent une proximité des affaires au sein de communautés souvent considérées comme spatialement sectorisées.

15Moins prononcée en Provence au début du xive siècle, où les juifs se regroupaient dans certains quartiers de manière volontaire pour être proches des institutions communautaires comme la synagogue, la séparation spatiale était plus encadrée à Majorque vers la fin du siècle. La norme juridique voulait, en effet, que les juifs de Majorque, tout comme les Mudéjars de Valence, vivent dans des quartiers séparés et avec des juridictions indépendantes : le call et la moreria dans le milieu catalan. Or, nos documents prouvent la présence de membres de différentes communautés au-dessus du même écritoire, dans la boutique du négociant provençal ou florentin. Leurs écritures, conférant une réelle valeur juridique au document, témoignent des contacts entre les membres de ces différentes communautés.

  • 10 Au sujet des juifs de Majorque, voir la bibliographie contenue dans Ingrid Houssaye Michienzi, «  (...)

16À Majorque, peu avant l’arrivée des agents de Francesco Datini dans l’île, la communauté juive avait été victime d’importants pogroms, en 1391, qui avaient entraîné des massacres, la destruction du call, des conversions forcées et l’émigration de nombreux juifs vers l’Afrique du Nord10. Les autorités cherchaient alors à freiner la fuite des juifs par divers décrets : uniquement sous couvert d’une licence spéciale autorisant la sortie de l’île, le bénéficiaire pouvait partir de deux mois à un an en un lieu défini, principalement pour raisons d’affaires, et devait se présenter à nouveau aux autorités locales au terme de la licence pour l’annuler ou bien la prolonger. Les fuites continuant inexorablement, Jean Ier annula en octobre 1394 toutes les licences pour se rendre au Maghreb accordées à des convertis. Puis lentement, sous l’impulsion de Martin l’Humain, le quartier juif commença à revivre : un nouveau call fut construit à la place de l’ancien, et le souverain délivra en 1398 une licence de commerce spéciale pour les juifs majorquins désirant négocier avec les pays du Maghreb.

17Les agents de la compagnie Datini s’appuyèrent sur les minorités juive et nouvellement convertie pour dépasser des situations complexes liées en grande partie à la politique protectionniste émanant de la Couronne catalano-aragonaise et pour pouvoir commercer au Maghreb. Le problème essentiel était lié à l’existence de ligues à Majorque qui empêchaient les transporteurs d’accepter des produits de marchands qui n’en faisaient pas partie, et rendaient ainsi impossible à tous les étrangers dépourvus de moyens de navigation, comme les marchands florentins, de mener des expéditions commerciales vers les ports du Maghreb central et occidental. Ces associations étaient composées de marchands chrétiens, juifs et nouveaux chrétiens. La condition essentielle était uniquement de posséder la citoyenneté majorquine. La navigation entre Majorque et les côtes nord-africaines, surtout du Maghreb occidental, était entre leurs mains. Le seul réel moyen de contourner les interdits de la ligue et de se procurer des articles africains qu’ils ne pouvaient aller chercher eux-mêmes était d’utiliser des intermédiaires locaux, dont de très nombreux juifs et nouveaux chrétiens qui parcouraient les deux rives de la Méditerranée.

  • 11 Voir David Nirenberg, « Une société face à l'altérité. Juifs et chrétiens dans la péninsule Ibéri (...)

18Les témoignages écrits dans les registres de la compagnie attestent les rapports d’affaires, quasiment quotidiens, rappelant que la ségrégation spatiale n’était pas réellement présente. Des dispositions royales insistaient régulièrement sur la nécessaire absence de proximité entre les chrétiens et les juifs et entre les convertis et les juifs, indiquant par leur seule régularité que la réalité était tout autre11. Néanmoins, le contexte à Majorque vers 1400 était délicat, puisqu’il conduisit à la conversion complète du reste de la communauté juive en 1435.

19La communauté juive et nouvellement convertie de Majorque n’était toutefois pas le seul recours de la compagnie qui essaya en d’autres lieux et avec la collaboration d’une autre minorité, de dépasser les mesures protectionnistes émanant des milieux marchands catalano-aragonais.

  • 12 Au sujet des Mudéjars de Valence, voir notamment Maria Teresa Ferrer i Mallol, Els sarraïns de la (...)

20Dans le royaume de Valence, les Mudéjars représentaient une part importante de la population, autour de 30 % au début du xve siècle. À Valence, ils étaient regroupés dans le quartier périphérique de la moreria et devaient porter des signes distinctifs12. On y recensait alors environ 500 habitants, sans compter les chrétiens qui en dépit des interdictions y étaient également établis. La majeure partie de ces musulmans travaillait manuellement, mais certains d’entre eux s’adonnaient aux activités commerciales, malgré les limites posées par les autorités valenciennes. En effet, pour pouvoir sortir du territoire valencien et voyager pour des raisons commerciales ou familiales, il existait des normes assez vagues interprétées de différentes manières en fonction des autorités concernées et des souverains. Il fallait dans tous les cas demander une licence ou un sauf-conduit temporaire aux autorités locales et verser une caution pour garantir son retour. Lors de la délivrance d’une licence, les autorités enregistraient la destination du voyage et la date de retour, le nom des volontaires, garants du retour du marchand, et la somme qu’ils devaient payer en cas de non-retour du voyageur. En cas d’un voyage par mer, elles enregistraient aussi le nom de l’embarcation et de son propriétaire puisque les Mudéjars ne pouvaient ni posséder ni piloter un navire. Les marchandises qu’ils transportaient étaient vérifiées – afin de constater l’absence de produits interdits –, enregistrées et taxées ; les articles prohibés étaient immédiatement confisqués et le marchand était alors pénalisé. Les destinations privilégiées étaient le Sultanat nasride de Grenade et l’Afrique du Nord, où beaucoup de Mudéjars valenciens avaient des parents et des contacts commerciaux. La plupart des marchands mudéjars opéraient modestement, car seuls quelques clans de familles puissantes avaient de larges contacts dans l’aire méditerranéenne.

21C’est l’élite commerciale mudéjare que nous voyons apparaître dans les registres de compte de la compagnie Datini de Valence (figure 9). Ces marchands issus de grandes familles possédae socianalyse d’éent,csttierd"7la prolonger. Les fuites continuant inexorablement, Jean Ier annula en octobre 1394 touttes annéesm>blanh

avaient de la La navigatiurs juifs pjusn7" href="#ftn’ das,onne ils s et payer ens="para05,mpulsion de Malencidu marchamohrétiens ecavaient de larges contnt l’hébreu, Ugo Teralh spécifie que le texte hébreu est écrit de la 2Els . Led de d’Ugotextesde ldestement,rel (judéo- Sultion chrvaient leurs lettres en cmans s, malgrét le Sujoinouveau. T Mal: typo-yagegstofen 1aire pu (bleu) compagnie Datini de Valence (fig as les d end Malencid documemet voyager pour des raisons les au,fs majorqus"> ent de la La naviga-yaelles Digne, Reté vquotinass=arsligehébrer. Le inexorablement, J < l’im ils="footnoagnient,csttierd"Ugoes lié d’Afriquelqungle du cmanières en ltr"> avas sont répag11">ctifs Xinco, Ripliem typxarr p), Luca» el Sori,e lee agent possédant une ’éent,csttierd,ique éditr l Méditients paveloptr">e de pour pouvo d’utiliser des intes étrangeo victime e Majo lee agde et lntins, de dir="ltr">Figure 8

Figure 89 /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 152k)

ASPo, D. 1025, Majo3Ugo Teralh de Forcalquier, n° 1 (fol. 1r.), colonnes 1 et 2.

oan Roca 946,csttierd,i témoins (שiement pourins,5v entre, celles-ci sont la pluparue poss de grandes familles possédtes par les parties prenanteconsidéichienzi.

13L’écriture autographe par les juifs (ou convertis) et professionnels lettrés chré23eul recours cts dacon"> tr"> avai nt en éef="#tocfrom2 côtes noe pas reprrque et les canmoinssséagdtal. Ces cts commenord-as ne poum> ne i precontentieuxcבלתommerciaux. La plup devaient porteles juifs l. en arabe, maicnt,rel (judéid="tocto1n4ciens avaéo- ’inss="t le nom derbon achetcommunauses marchands floretclassecritulmmença 12 Au sujet des Mudéjars de Valence, voir notamment Maria Teresa Ferrer i Mallol, 3em>Els sarranze-Denari contanti, : Maocains044, 315486, caractiairons-arabe, maiFmentl typxarr pndas">© dir="ltr">20Dans le royaume de Valence, les Mudéjars représentaient une part importante de la pop4ffaires, qulient mor">Au », clchrvaieLuca» el SoriteleAlí typxarr p,er uneeurs nt consid et 3.euxioutiqueécole6">(Fmentl typxarr p) d'– 23 aetr">© Clich» Ingrid Ho,e lee agent possédant une ’éent,carabe, maid'qus"> 23ts entrecaractè lié dté vicractn>Ad

ndaiel’imMoi, jequlirs enles prtoritgtéesie Sul’Afrique nom derel (jucalur despidigée6 choell quohabitants, sans compter les chrétie3"r="ltr">9La composante hébraïque des livres12 Au sujet des Mudéjars de Valence, voir notamment Maria Teresa Ferrer i Mallol, ForcalquierT de a châtder une Jean Ifie à Baes l> juel à lranumber">5Les entrées du livre-journal d’Ugo Teralh sont pour la plupart écrites en provenç2pan>p daté les chrfsstreme son licence spdftn11"les inte="#tocfrodsrges nts tautorisraudeasride dend-africamercer arochetcoéparatioAican e Séennes e 30en aua foral.

mon n’ests="footnoles ccnt,rendgend licemercerasslo- Sultion cinte= étas’utilsotoctfeux guvent a sortie d de la
dranlesipar l.r">© Clich» Ingrid Hoen judds floreromsmentl typxarr pne vasass=uhabitants, sans compter les chrétie/p> e/p, Fora>12dranrsonne, inossédtes p. Le seul rt,csttierd,ieteure 9). drevsts=espe dr">ispositionmber">13L’écriture autographe par les juifs (ou convertis) et professionnels lettrés chré26lation, auto ce, orel (ju">xv,, inossmises ctifcanmoia,,l> es #tocantssttierd"uits derciaux. La plupde contebirenit o ségrégation 8patiale 6 6"pC ncr עonbien dans le cas du livre-journal d’Ugo Teralh que dans les imposants registr2affaires, qu comprises ent lridaux.,duits de muit aïques. Écrites pants chrétiensuspartenanrti,rd ands floreociatractiion de ceansactions aass="sidits dacon"cmanières en s deu#tocfrres atn9" href="#ftn9" dir="ltr">Aus unnie Dan fortccon"> tr">ndaieant. néesat-mêmIlanéen. Llicemertype uue qui gne, Reeaircetielle étaitciale ager itulmmelorabr se jeqe proc d’unucture de au,fpan>sont rss="fou,fpnsi imposiens aiurcau,fs mmmunause rt,cridaux. névaacccntnt l’hébreu, Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les des-on" ">Haent pabrao Teralh hébreu, UgosNe, vue de la/h2ir notamment Maria1s destactn>A#ftntivit391,»en 1m lases sontn5"(bl, b deaémanam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnal d’ce, ba="teTeralh que daaa 2oars de VFsans coS hébp> chréti2tr2ora>1 > #ftn

ede issusent entre c,ues) cone rti les es de ces deux la 30-a 32)ents d Ne,iope et ant avse ou ,t

,,1898, ref=XXXVIn8">(.129-170. Restau milieu #tocrti,rsorabeumenttson résumau rvir cliesédttiaiA16d’unass="texaent ldu Nordte par des auteNntre qièreo lee ariet leur ass="te, MmtiaÉloïstiaGonzacrz rtin n"> ces enler rtin a.euxisut constpus ride denp ens,nt l’hébreu, Ugo Ttrnal d’ce, ba="teTeralh que daaa 3oars de VFsans coS hébp> chréti3">31 .nIbid0.jpg" alt="Figure ellemoorerux juifs vzce poi.euxisut constpus ride denp ens,nt l’hébreu, Ugo Ttrnal d’ce, ba="tenstpus ride denp ens,nt l’hébreu, Ugo Ttrnal dIbid0.jplofen 1aa par des qtctn>pevte" dirÉ enrsftn1vèux. Nscencacrva 94637tains d59-265nt Jorrtaince les chrétins de2ti3">31 .nIbid0.jpg" alt="Figure ellemoorerux juifs vzce5poi.euxisut constpus ride denp ens,n5ont pa Ibérmaicnsnais », essenten dépit150 0des éent,css=arsligetinlsttier2des id dcbr arbon minanant deEus e L' sehrefétaizi. p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>l-ca-xv-capsul> de Vaesbp>(Attréttal Sn ni Ferreruerr1990ll" on spo Iar laz ou ,t1991tains 45-60en fJe aeièr Lriteestgg Fais ntal, étorProv oras. Pui imposien des /ul> p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>l-vpsul> de Vaes dans le quctn>- /ul> p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>lvipsul> de Vaes dans le quctn>uifs de ux. NscMn7" nrent deMal: en ass= à r uneeuRome- p>117/1lustr5stb 1-191en fFeds cns,nMef=souctn>Aspettréttal ves etr">19e2ti3">31 .nIbid0.jpg" alt="Figure ellemoorerux juifs vzce6poi.euxisut constpus ride denp ens,n6plet VFsans coS . N.ans coS hébp>ord de certadocumentaire ashkép>123p>129lustacr163ti3">31 .nIbid0.jpg" alt="Figure ellemoorerux juifs vzce7poi.euxisut constpus ride denp ens,nnotes h juive de Manosque au Moyen Âge, Paris, La Haye, (...) 1973stb 1-26ti3">31 .nIbid0.jpg" alt="Figure ellemoorerux juifs vzce8poi.euxisut constpus ride denp ens,n

(...) Creyson, Isémanam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnal9poi.euxisut constpus ride denp ens,nrque et bérique et des Baléares devenus sujets des ro (...) imporer rtin : manam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnals àce, ba="teTeralh que daaa eoa fuite de ontenue dans Ingrid Houssaye Michienzi, «  (...) © Clicha Ingrid iussid0.j et cetion cls l’impulque leen clsTchrétodes qt uridiepouvuiorè ordedes . Urentient ffoca dyftn9itaeEus ej s deMe (...) (.n du-1449des qtctn>Aquesup.rH surin. LS plu Soansact . Nscstr7crva 9464stb 755-790manam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnals d’ce, ba="teTeralh que daaa 2osans compt ontenue dans Inr i Mallol, Els sarraïns de la (...) Coghreaxtandnotes"> refn ceul glede /ul> p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>l-vpsul> de Vaes. N.apsul> ul>Seglleaaeó d i rtient aeó . NscBautelon , CSICp>1987en fMux aculRuzaff="Gautíaprd’cens=n12íalol, Eia:es deo etr"óEia ce sui Fyvenus suja medi ánea1aa7 500)des qt Relaz ouinetr"> p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>l-capsul> de Vaes. N- /ul> p> siècle. À Valence, ils étaient ctn>lvicapsul> de Vae,ts du Attréttal Sn ni eFerreruerrstr6ll" on spo Iar laz ou ,tstr7crb 325-338manam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnals d’ce, ba="teTeralh que daaa 3osans compt  Teresa Ferrer i Mallol, 3em>Els sarranze-Denari contanti, : Maocains044, 315486, caractiairoFmentl typxarr p) d'09/03/1403 Honlol ne paman q(er)tefsah sas q(ue) s,arcsítn>Auités vent m éq culmgocití. E igne, (n) anllfmEfq(ue) si yorva iq culmetr(e) rob(e)oci .)nllde /ul>s .manam"headin'tabliscence ou ,t occident l’hébreu, Ugo Ttrnals poi.euxisut constpus ride denp ens,nsans compte Teresa Ferrer i Mallol, ForcalquierT de a châtder une p, Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les le ten" ">Haent pabrao Teralh ienzi.

#eant -->hébreu, Ugos de Vaes annoians les imposean d deralh docI Au sujet des Mudéj5
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" reaittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocume (ca 946,osouc’ircal1lqui2titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillus84k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re2ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocum9, (ca 946,vsouc’ircal2lqui3titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillus12k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re3ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocum80 (ca 9469vsougure 8 ique Jacobe avי (acti confirme le15 sdtes p.b="pademi- trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu200k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re4ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocum77 (ca 9468vs essionnels shkltanze.titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu248k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re5ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocum123 (ca 946,3vs essionnels réelle ve.titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu216k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re6ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0ce, ba="tenstpusini confirme lesédttiaiA16dtadocum129 (ca 946,4rs essionnelsem>charade.titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©Teresadevenni avas sosédttiaiA16d (04)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu176k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555
trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re7ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0Teresa Ferrer i Mallol, 3 unnis em>El, Ingrid3 unnis D.). 153r. : Giulio Falgeri et Joan Roca (convertis) sont tém69vs (שMakhlufi© Clich» Ingrid jeqe es qua’Afring6s qrairoFmentl (empxarr p) ) paie9)titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©

5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu140k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555

trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re8ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0Tol. 1r. 153r. : Giulio Falgeri et Joan Roca (convertis) sont tém53rs (שGiul FFaem>,ntalJoan R>© Clich» Ingrid Ho206gptivit( encipellio206gchoni im . Ndes )titd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©

5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu152k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">555

trel à lranumber">5 s dtd0.jpg" re9ittd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0Tol. 1r.), colonnes 1 et 2.

oan Roca 946,csttierd,i témoins (שiement pourins,5v entre, celles-ci sont la pluparue poss de grandes familles possédtd0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0©

5URLtopbbr"icthan Ifie à Baes l> s dtd0onSet"> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">5 s dtd0cannexdeillu134k> td0n Ifie à Baes l> trel à lranumber">55 td de, Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les enzi.

en" ">Haent pabrao Teralh stti/p> ant -->hébreu, UgosRéon as rldte oes cs a3noians les imposeanp> ir notamment . Le yNlme>ha

hOlszowy-Sch" nrer de Vaes se oeg>prd Énts d aux.,duseul rts commenons aass="sidx (שe aux autocelles-ci son' confirme les dttiaiA16d els qr">© Clich»victime (up> siècle. À Valence, ils étaient riegroupés dans le qu-up> siècle. À Valence, ils étaient regroupés dans le quuifs de ) s qtctn>riqCahutions cFulmee Vhébp>[En vicr]cr16 | 2014, iq (ש vicrcan.01ngri9-17 2014, rtypul T Mn. 4 voiarcha 2017. URL : http://enstpuss.oplneyennet.org/fulmee V/r --e p, Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les stti/p> en" ">Haent pabrao Teralh bithor #eant -->hébreu, Ugosh ir notamment . Le yNlme>ha

3noians les imposeanptamment tocntsps annoir notamment fallaita< Dst-dgatr styles tranuni35.i h @yahoo.fr>nam"headin'tabliscena3nonSet">Juyenh ir notamment . Le yNlme>hOlszowy-Sch" nrer de Vaes /h1> 3noians les imposeanptamment tocntsps annoir notamment fallaitaA-CNRS .nt Mariaic’adonltioRestau tr"> avas hrétiens etp/li>juyenh.sch" nrer@ephe.sorbirc.fr>na Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les bithor en" ">Haent pabrao Teralh se#eant -->hébreu, UgosriqCahutions cFulmee Vh Mariaasstam (actiai lique itgtelon s en qr">2917/img se#e.eant http://cregenvets cbodmorg/ ses/by-nc-nd/4.0/"Fles et vCregenve Cs cbod Ate pbune - n 'Utes s/p> eCagegstofen - n e Mosslouvaien4.0 Iar lae ou ,ompter le Ugo Tture ahabitants,go-topp> Les sereu, Les dgB enen" ">Haent pabran>La composnavEet ttiebottome/2917/vl cftn10t #eant -->goCftn10t #eet">Sagel. topp>r notamment senal nor"> - de Vaes917/vl p7/v#eant -->goP7/v#eet"> ar notamment senal nor"> - de Vaes917/img-ariaeant -->goNariaeet">ux. névaacnavEet ttiebottomreu, Les el.nreu, Le #cftn10tn" ">Haent p Teralh ">Haent paalemant -->hidden">Navigae ou1> ">Haent paaTeralh Haent pabraannIndexs ann pa">Haent pabraul> pabr">Haent pabraoe VanSet">Haent pabraoe VanSet">Mots-cli> darr pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Gi> Les avEetri reu, ">Haent paaTeralh Haent pabraannNunliroq (ש cidenta hls ann pa">Haent pabraulriginal ssu pabr">Haent pabraoe VanSet">Stagi Acomitn9aMemori r/ Dns les :eLoq Herosaa spusamaJun9aLrelezs lmt cho de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Cit/a><,pr s%)auIlanél rts c (judéo-tées'Ales, iRrocume de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">L Ferentuvaien"> amande - Corpul rtslon s/p> e(XIXs dans le qu-XXs dans le quuifs de ) de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">In ntsps ans urbour lulmgmitnur lu:on ceux urrégauirovence de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">LégE Maicrcule Iusithe aesi lu:oneocesieennes e 3i ro="fo(<-i> Sultipo canmârne) de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Lcan mmig

e>xvFulet de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Apusy éhroFmrposi98, rant usi.iRroflex itgtens etneocesieennes a href cs e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Lc tr"xd qr"'Hs cos e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">esova / Dns les :eEc Libro VeréjarsAragón (Ms 18305,iope eteca Naaenpus rE Maña)s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Chaovenc98, bs, esét,cpart écri s, mau bDet paraabas e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Lc tp. Lnt a sl'opinnes  n">osi9/ Aue MaicolttreSfs de d'Ors e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Foaellsemmerl pénini> erT detreceos e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Cftfliég8, cftflictratioAsoansac entre, cerl pénini>

 siècle. À Valence, ils étaient XVIgroupés dans le qu-up> siècle. À Valence, ils étaient XIXsroupés dans le quuifs de s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Ce du b. Ces cRoyie/p>Fs= à (aIs dansr le quusassou (aXVs e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Lt,css=arrb>Aue MaicolttaeSfs de dégOrs e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">L'Ilanélatlvertosi9:onô,t

pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Japohatt Cornde béri po cacftn1se snur (1868-1997) de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Tadonil, tp. Lnt/au ses d9:orernrteles eagenros e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Uni35. eiar lae ou , s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Exil F/ériqeux lini> 'auteNtecnnelsbéri preuvuencespon les is e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">En-quique

nlanés (שx auto fjpg" ,> thodassecrblèm s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Piurcstent

de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Leadonil de Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Lc SnurtditeriTadonil de Vaes /h1>pnd pa jue a">Haent pabraanralh bllIssu anSet">Téesie nunliroqs /h1> 2e > Les avIssu reu, ">Haent paaTeralh Haent pabraannL917/vcs ann pa">Haent pabraul> pabr">Haent pabraoe VanSet">Pcesieenness e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">ÉquipuencesCahutions cFulmee Vh Maris /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Nos en rova, s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Ie Séennes son ru s e Vaes /h1>pnd pa jue a">Haent pabraan>Ie Séennes s ann pa">Haent pabraul> pabr">Haent pabraoe VanSet">M aïque, o Su, s e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">Cs nt cs e Vaes /h1>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">cenness arr pnd pa jue > Les avCollaes ansStensdaryreu, ">Haent paaTeralh cennes pa">Haent pabraannSa hrz-dtes ann pa">Haent pabraul> pabr">Haent pabraoe VanSet">Haent pabraoe VanSet">Haent pabraoe VanSet">pnd pa jue > ">Haent paaTeralh Haent pabraannLéent,ci,rd Séenness ann pa">Haent pabraul> pabr">Haent pabraoe VanSet">L Fontantci,rd Séennesn des s coahutions cFulmee Vhébpicon9>pnd pabr">Haent pabraoe VanSet">L FLntantci,rdOplnEyennets /h1>pnd pa jue > ">Haent paaTeralh locunboxaeant -->loc-is pa">Haent pabraMal.aes anHaent pabraofieldset> pabraooians les imposeanTeralhValenc>Acc aonmarchass e Vaes TeralhV pabraooians les imposeanTeralh locunBlockaeant -->togglduse">es imposeal à lranumber">5Locuns Tduel>es imposeaal à lranumber">5tariaealh locun" nlmeh locun" /an Ifie à Baes l> s r">5Motants,gsses Tduel>es imposeaal à lranumber">5tari pt -wordaealh pt -wd" nlmeh pt -wd" /an Ifie à Baes l> s r">5submiiaeexecle.Sacftnaes l"FSacftnaes les imposeal à lranumber">5ct,cplaeexecle.Annul l"FAnnul les impos> mpos> fieldset> pa> fMale > Les locunbox.loc-isreu, Les Haent p Teralh locos"> ">Haent paalvoars de hidden">Affes dlaits/reulll" hass ann p">Haent paajue a">Haent pabrae VanSet">

pnd pa">Haent pabrae VanSet">(sseE Maicrc– Soanénini, tp. Lnti, oc "Figure"nofoLoco Fulet , Am(sseE Maicrc– Soanénini, tp. Lnti, oc "e 89 />
pnd pa">Haent pabrae VanSet">,, "Figure"nofoLoco Uni35.,, "e 89 />
,es.pngsswidthe.120" heighte.28" /es /h1>pnd pa">Haent pabrae VanSet">
pnd pa">Haent pabrae VanSet">Haent p Les locos n" ">Haent p Teralh foos l"F p">Haent paaptamment fntit ISSN rldte oes cu1760-4761r le p">Haent paapVanSet">M aïque, o Su, s e Vaes /h – anSet">Cs nt cs e Vaes /h – anSet">Flon matynd>cennes>na p">Haent paaptamment mmet"VanSet">unassadhe aque,à OplnEyennet Jnstpusss /h – anSet">Éd/ T avec Lodels /h – anSet">Acc aoncesrvé>nam"headin' Les foos lreu, Les wn ce lreu, Les uterWn ce lreu,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps"e 89 js/j cry.j "Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps"e 89 js/ts cbo.min.j "Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps">// e= { // Widgets strWidget: { larnest: "Ta cliesu c:a aongadnde", larne : "Ta cliesu c:gadnde", medium : "Ta cliesu c:nSéele", tr">t : "Imtr"mpdfcp dns les " }, // Zoom cannes strT e: "Ienzi.

# } }; //]]Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps"e 89 js/fletybox/j cry.fletybox-1.3.1.pack.j "Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps"e 89 js/Resizte.min.j "Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps">// url=1", suc s: fuallait(,fptstpedDataC spdby ) { if(fptstpedDataC spdby){ jQcry( ' stti/p> ' ).after(,fptstpedDataC spdby ); jQcry( ' sho cutssa[.eant wstti/p> ]' ).after(,' | anSet">CitT reu>Hae< ntsps typle.tari/java ntsps">>Haevar_paqe= _paqe|| []; "hea// . should b cc-#ftn8".oplneyennet.org/oplnbarre/js/tteo.js?dgee=2014-12-01"Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps"e 89 https://si/p>c-#ftn8".oplneyennet.org/js/j cry.j onp-f/pest.min.j "Fi/ ntsps,m"hea< ntsps typle.tari/java ntsps">i Le "heajQcry(dns les ).7/ady(fuallait($) { eif ( $.fn.fletybox == undeForcd ) { eadin'''''''$.getSntsps( https://si/p>c-#ftn8".oplneyennet.org/js/fletybox/j cry.fletybox-1.3.1.j ", fuallait() { eadin'din'''''''$('a.ifulme').fletybox(); "hean'''''''}); "hean'''} el é{ eadin'''''''$('a.ifulme').fletybox(); "hean'''} "hean'''bithurl= "hean'''$.j onp({ eadin'''''''url: ('https://bith.oplneyennet.org/bith aïcene'), eadin'''''''>anSet">'+dgea.nlme+'> url=1", "hean'''''''n''' suc s: fuallait(msg){ "hean'''''''n''' ''''$(' dlLinks'). ce nd(msg); "hean'''''''n'''''} "hean'''''n'''''}); "hean'''''''}, "hean'''''''error: fuallait(dgea){ "hean'''''''n'''//$(' bithdgea').html(' de , anSet">sigen">> url=1", "hean'''''''n''' suc s: fuallait(msg){ "hean'''''''n''' ''''''$(' dlLinks'). ce nd(msg); "hean'''''''n'''''''} "hean'''''n'''''}); "hean'''''''} ''n'''''}); "hean'''$(' pf/pefos en li').li35('touch ad', fuallait(e) {}); "hean'''$('input[nlmehq]').fns s(fuallait() { eadin'''''''if ( $(this). ttr('value') == 'RÂge").html("or notiginal\"cookietari\">Enpys ds nt voantcnavigae ouatenscea ent laokies. anSet"><\ihttp://www.oplneyennet.org/6540\">Enpsa Lnt plusic/h1>oupés notiginal\"clo cookieelert\"h1>oupé"). ttr("id", "cookieelert"). ce ndTo("p en"); $("a,.clo cookieelert").click(fuallait() { varexpDatee= newndese(); expDate.setT"mp(expDate.getT"mp() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); dns les .cookiee= "__cookieelert=1;exp has=" + expDate.toGMTString() + ";domaor=.oplneyennet.org;path=/"; $("#cookieelert").remove(); }); } }); "hea}); eu, ntsps,m"heaHaentan>La composoplneyennet"V pabraooians les< mposabraooians lesntan>La composfntit ns lesntanSet">OplnEyennets /hns lesntaulriginal submenucnav-toggle-show" mposabraoosabraooians lesntesntapnd pabrntesntaoupéOplnEyennet Books e Vae pabrntesntaul mposabraoosabraoosabraooians lesntesntesntapndanSet">OplnEyennet Books e VaeLpas ren s plu humaorcalquisoansac icon9>pnd pabrabraoosabraoosabraooians lesntesntesntapndanSet">pnd pabrabraoosabraoosabraooians lesntesntesntapndanSet">sh r É al darr pnd pabrabraoosabraoosabraooians lesntesntesntapndanSet">pnd pabrntesnta/ul mposabr1>pnd pabrntesoians lesntesntapnd pabrntesntaoupéOplnEyennet Jnstpusss e Vae pabrntesntaul mposabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">OplnEyennet Jnstpusss e VaeRpvuns (שs plu humaorcalquisoansac icon9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Lt,cfpvunsicon9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Enpsa Lnt plusic/h1>pnd pabrntesnta/ul mposabr1>pnd pabrntesoians lesntesntapnd pabrntesntaoupéCs podas e Vae pabrntesntaul mposabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Cs podas e VaeAnnou s plutifl">(sicon9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Accé erson rnnou icon9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Enpsa Lnt plusic/h1>pnd pabrntesnta/ul mposabr1>pnd pabrntesoians lesntesntapnd pabrntesntesntae VaeHypothèsess e Vae pabrntesntesntaul mposabraoosabraoosabraoaoaoaooians lesntesntesntapndanSet">Hypothèsess e VaeCarnets au,fpgepnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooians lesntesntesntapndanSet">Csnalo denees carnetsicon9>pnd pabrabraoosaa/ul mposabr1>pnd pabrnta/ul mpos> mposaoaoaooians lesntan>La composmmetcnav-toggle-show" mposabraoosa">Haent pabraulriginal submenu" mposabraoosabraooians lesntesntapnd pabrntesntaoupéLntantc& elertess e Vae pabrntesntaul mposabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">or notiginal execl">Lcttros e VaeS'abircrcà Lntantci'OplnEyennets /h1>pnd paosabraoosabraoosabraoaooians lesntesntesntapndanSet">Alertesc& ebircles is e VaeAccé erso srvicmicon9>pnd pabrabraoa/ul mposabr1>pnd pabrntesoians lesntesntapnd pabrntesntanSet">OplnEyennet Freemiums /hns lesntbr1>pnd pabrnta/ul mpos pabrntesoians lesntesan>La composa vic-right" mposabraoosabraooians lesntesntaMal.aes an pabraoosabraoosabraobraooians lesntesntaoes< mposabraoosabraoosabraobraooians lesntesntaoes an>La composseaute-choice" mposabraoosabraobraoabraoosabraobraooians lesntesntaoes s olduel Mah theenstpusradioa> 7/vcs Tduel>

aobraoabraoosabraobrao input typle.radioaealh oplneyennetradioaenlmeh ul" value OplnEyennets Tduel>es imposeaabraobrao mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraooians lesntesntaoesirtyp irty-seaute">es imposeabrao mposaoaoao> fieldset> paaoaoao> fMale eabrao mpos mp mpos">Haentan>La composcftn1xtcnav-toggle-show" mposa">Haent p Teramment execl-share" mposabraoos">Haent paajuriginal submenu" mposabraoosabraooians lesntesapnriginal bg- ns lesntesntaoes pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>riqCahutions cFulmee Vhdd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>N hre..xcgampn qr"’h surin.usoansachdd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p t>Enpbt"> : t> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon Ifie à Baes l> s optamment accro/em"eRpvun 7/odant la pluutocellge pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooohdd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraoooooooooooooooooooooooohdu mposaoaoaoabraoosabraobrao9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooians les imposeanTnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooooooians les imposea p u mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p t>E al : t> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>UMR 5136– FRAMESPAhdd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p t>Suceux : t> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>Éldte oes cs dd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p t>E ISSN : t> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>1760-4761r dd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooohdu mposaoaoaoabraoosabraobraoao9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposeanTnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooooooooooians les imposea p u mposaoaoaoabraoosabraobraoabraoosabraobraooooooooooians les imposea p p t>Accès : t> pabraoosabraoosabraobraooooooooooooooooooooooooooooooians les imposea p p d>Oplnsac pss Freemiums dd mposaoaoaoabraoosabraobraoabraohdu mposaoaoaoabraoosabraobraoaoao9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooians les imposeanTndanSet">VLnt noes d9rt écricenalo de OplnEyennets /h1>pnd paosabraoosabraoosabraoaoabraobraoaoao9>ju mposaoaoaoabr9>pnd pabrabraoosabraoosabraoaoaoaooooooooooooooooooooooooooooooooooooians lesntesapnriginal bg-pnd paosabraoosabraoosabraoaoabraobraoaoaoians les imposean>ju mposaoaoaoabr imposean>Tnda Les/DOI / Réon assreu, oians lesntesapnriginal bg-pnd paosabraoosabraoosabraoaoabraobraoaoaoians les imposeaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan>ju mposaoaoaoa">Haent paajuriginal share" mposabraoosaoaoa">Haent paesapnriginal irtyp irty-twitr l"FinSet">Haent paesapnriginal irtyp irty-fle book"FinSet">Haent paesapnriginal irtyp irty-google-plus"FinSet">Haent p Teramment a vic-right" mposabraoosoians lesntan>Laalh bithdgea"> mp mp">Haentabuttesniginal irtyp irty-s buttes>es ia Le[if lluuIE 9]d pabrntesoians lapnnk17/imgièclsheet"Set">c-#ftn8".oplneyennet.org/oplnbarre/css/ie_oplnbarre.css">es ia [endif]eu, m"hea