Navigation – Plan du site
Varia

La diaspora andalouse et le commerce des ports maghrébins (xie-xve siècle)

The Andalusian Diaspora and the Trade in the Maghreb Ports (11th-15th centuries)
La diáspora andaluza y el comercio en los puertos maghrebíes
Dominique Valérian

Résumés

Dans une Méditerranée largement contrôlée par les marchands latins à partir du XIIsiècle, les Andalous – musulmans, mais aussi juifs – constituent une exception. Cela est dû à une longue tradition de commerce dans le monde musulman, mais aussi à la Reconquista, qui pousse nombre d’entre eux à émigrer dans le sultanat de Grenade, au Maghreb et jusqu'au Proche-Orient, particulièrement en Égypte. Cet exil contribua à la création d'un réseau très efficace, reliant des populations restées sous domination chrétienne à d'autres installées dans les ports musulmans. Les capacités des Andalous, notamment dans le domaine de l'administration et des finances, leur permirent de gagner une influence politique et une place privilégiée à la cour et dans les douanes. Leurs traditions de commerce et leur connaissance des pratiques commerciales et des langues des chrétiens furent également des atouts importants, qui firent d'eux des intermédiaires clés dans les relations interculturelles en Méditerranée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ibn Khaldūn, Muqaddima, trad. Vincent Monteil, Paris, Sindbad, 1967, p. 522.
  • 2 Ne sol nom pens que galera ne altre vexell gos anar sobre mar, menys de guiatge del rey d'Arago ; n (...)
  • 3 Olivia Remie Constable, Trade and traders in Muslim Spain. The commercial realignment of the Iberia (...)

1Parlant de la situation en Méditerranée au cours des premiers siècles de l’Islam, Ibn Khaldūn affirmait que « les chrétiens n’y pouvaient pas même faire flotter des planches1 ». Quelques siècles plus tard, le chroniqueur catalan Bernat Desclots attribuait à un amiral chrétien de la fin du xiiisiècle la boutade suivante : « Maintenant, même un poisson n’ose, pas plus qu’une galère ni nulle autre embarcation, se risquer sur les flots sans un sauf-conduit du roi d’Aragon »2. Les deux affirmations sont sans doute exagérées, mais montrent bien le retournement radical de la situation qui s’opère en Méditerranée à partir du xie siècle : on assiste à un remplacement des acteurs du monde musulman par des acteurs latins, au point d’avoir l’impression d’une disparition totale des premiers dans le grand commerce méditerranéen. De manière révélatrice, dans le livre d’Olivia Constable sur les marchands andalous, seuls les deux derniers chapitres sont consacrés à cette période, présentée comme une période de recul3. On a alors l’image d’une Méditerranée totalement contrôlée par les Latins, qui en déterminent l’organisation, les réseaux, les productions, etc. Sans doute est-ce globalement vrai, mais la disparition soudaine des acteurs du monde musulman pose question, et soulève des doutes.

  • 4 Dominique Valérian, Bougie, port maghrébin. 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 (BEFAR, (...)
  • 5 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 55.
  • 6 Dominique Valérian, « Ifrīqiyan Muslim Merchants in the Mediterranean at the End of the Middle Ages (...)

2Ces doutes viennent d’abord de l’effet déformant des sources disponibles. Les textes arabes, traditionnellement, sont peu sensibles aux marchands et aux activités marchandes4. On trouve certes quelques mentions chez les géographes – mais après al-Idrīsī, au milieu du xiisiècle ce genre littéraire devient moins riche, jusqu’à Léon l’Africain qui en reprend la tradition, mais seulement au début du xvisiècle. De même, on peut glaner quelques informations fortuites dans des biographies, mais celles-ci sont consacrées pour l’essentiel aux élites savantes. Les oulémas ne sont pas forcément étrangers au monde du commerce, mais ce n’est pas cet aspect de leur activité qui est retenu dans les biographies5. L’essentiel de notre documentation sur le commerce méditerranéen provient donc des sources latines. Or ce sont des documents, notamment notariaux, qui sont rédigés en Europe, où les musulmans ne se rendent qu’exceptionnellement6. Ils éclairent donc principalement les marchands latins, alors que ceux du monde musulman forment un énorme trou noir documentaire, qui pose problème à l’historien.

  • 7 Shelomo D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed (...)

3Pourtant, sans remettre en cause le schéma général, il faut se demander si d’autres acteurs ne sont pas intervenus, notamment dans les secteurs qui restaient fermés ou peu accessibles aux Latins dans le monde musulman. Le rôle des juifs a déjà été souligné, grâce notamment aux sources de la Geniza – mais ces archives ne concernent plus guère après le xisiècle les affaires méditerranéennes7. Les juifs ne disparaissent certes pas du commerce, mais leur rôle relatif diminue face aux chrétiens. Le groupe dont il sera question ici est celui des Andalous, qui apparaît à la fois dans les sources arabes et latines, voire hébraïques. Ils semblent en effet jouer un rôle majeur dans le commerce de la rive méridionale de la Méditerranée, et dans l’activité des ports musulmans. On entendra ici par Andalous les musulmans ou les juifs de l’Espagne musulmane, qu’ils se trouvent dans les territoires ibériques restés aux mains des musulmans, dans les territoires reconquis par les chrétiens – les mudéjars – ou exilés dans le reste du monde musulman, principalement au Maghreb.

  • 8 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 4-5.
  • 9 Al‑Bakrī, Kitāb al‑Masālik wa l‑mamālik, éd. Adrien van Leeuwen et André Ferré, Tunis, Dār al-‘arab (...)
  • 10 Ibid., éd. p. 726, trad. p. 128 (Ténès), éd. p. 738, trad. p. 144 (Oran).
  • 11 John Derek Latham, « Towards a Study of Andalusian Immigration and its Place in Tunisian History », (...)
  • 12 Il était assez courant pour les Andalous de voyager en Orient pour le pèlerinage à La Mecque ou pou (...)
  • 13 Elena Lourie, « Free Moslems in the Balearics under Christian Rule in the Thirteenth Century », Spe (...)

4Ce rôle des Andalous dans le commerce méditerranéen et l’activité des ports du Maghreb est ancien8. À Bougie, on sait par le géographe Al‑Bakrī qu’ils sont présents dans le port avant même qu’il devienne véritablement une ville avec la fondation de la nouvelle capitale hammadide en 10679. De même on leur attribue la fondation de plusieurs ports sur le littoral nord-africain, comme Ténès (875) ou Oran (905)10. La Reconquista, à partir de la fin du xie et surtout du xiiisiècle, pousse nombre d’entre eux à quitter la péninsule Ibérique et à se réfugier au Maghreb, voire plus loin en Orient, constituant alors une diaspora très active11. L’installation de ces exilés bénéficia sans doute de l’habitude prise depuis des siècles de se rendre dans les autres pays du monde musulman, pour le commerce ou pour des raisons culturelles ou religieuses12. Mais dans le même temps de fortes communautés se maintiennent en pays chrétien, même si elles ont tendance à se réduire progressivement, comme à Valence et, dans une moindre mesure, à Majorque13.

  • 14 Halima Ferhat, Sabta des origines au xive siècle, Rabat, Al Manahil, 1993 ; Ead., « Le rôle de la m (...)
  • 15 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 214-227.
  • 16 Sur la présence andalouse en Orient, voir Éric Geoffroy, « Les milieux de la mystique musulmane à A (...)

5Cette diaspora andalouse dans le monde méditerranéen constitue ainsi la base d’un réseau marchand particulièrement dynamique. Dans toutes les grandes villes commerçantes, et notamment les ports, leur présence est importante parmi les élites économiques et politiques, ainsi que dans le monde du savoir. À Ceuta, par exemple, la grande ville du détroit de Gibraltar, la plus proche de la péninsule ibérique, les Andalous jouent ainsi un rôle de premier plan, comme l’ont montré les thèses de Halima Ferhat et de Mohamed Cherif14. Leur présence y est traditionnellement forte, mais elle augmente encore avec les débuts de la Reconquista, et les Andalous deviennent dominants dans les domaines du savoir, du commerce, et de l’administration, au point de s’emparer du pouvoir au moment du déclin des Almohades à partir de 123015. On les trouve également dans tous les grands ports de la façade méditerranéenne du Maghreb : Oran, Alger, Bougie ou Tunis, mais aussi dans d'autres moins importants comme Ténès ou Cherchell. Enfin, en Égypte, et en particulier à Alexandrie, on rencontre de nombreux Andalous actifs dans le commerce international16.

6On peut distinguer trois groupes d’Andalous, qui constituent ce réseau : premièrement les habitants d’al-Andalus, c’est-à-dire ce qui reste de l’Espagne musulmane dans le sud de la Péninsule ; deuxièmement ceux qui sont demeurés sous domination chrétienne ; enfin ceux qui ont émigré et se sont installés dans le monde musulman. Ces trois groupes sont étroitement imbriqués et forment un réseau souvent très efficace.

  • 17 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 109-110.
  • 18 Archivo de la Corona de Aragón, Cancelleria, 592, fol. 26v°-27r° (18/5/1337).

7Les premiers semblent perdre de l’influence dans le commerce méditerranéen17. Ils sont remplacés, comme dans le reste du monde musulman, par les marchands chrétiens qui assurent une partie importante du commerce maritime interne au monde musulman. Il faudrait sans doute nuancer cette affirmation : on voit par exemple des musulmans d’Almería venir commercer à Bougie en 1337, sur un navire chrétien18. On peut considérer cependant que les marchands juifs et musulmans restés dans l’émirat de Grenade ne jouent pas un rôle majeur dans les réseaux d'échanges en Méditerranée.

  • 19 Manuel Ruzafa Garcia « Els orígens d’una família de mercaders mudèjars en el segle xv : Caat Ripoll (...)
  • 20 Archivio di Stato di Venezia, Cancelleria inferiore, notai, busta 211, Nicolò Turiano, V, 1434, fas (...)
  • 21 Jacqueline Guiral Hadziiossif, « L’apport des communautés juives et musulmanes de Valence au commer (...)
  • 22 Jacqueline Guiral, « Les convers à Valence à la fin du xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázqu (...)

8La situation est différente avec les Andalous restés en terre chrétienne. Leur nombre diminue progressivement devant la pression chrétienne, mais on continue de voir des familles marchandes mudéjares actives dans le commerce méditerranéen. C’est le cas par exemple des Ripoll, bien étudiés par Manuel Ruzafa Garcia19. Leur présence est attestée à Valence entre 1381 et 1480, et on trouve des membres de la famille dans le reste du monde musulman, au Maghreb comme en Égypte. Dans la seconde moitié du xvsiècle Mahomet Ripoll et son associé Ali Xipio ont des activités dans l’émirat de Grenade, au Maghreb et en Égypte. Ils ont notamment une succursale à Tunis, dirigée par un fils de Mahomet Ripoll, et sont présents à Mostaganem, Oran, Hunayn, Alcudia et Bougie. Des membres de la famille de Valence se rendent régulièrement au Maghreb et en Égypte. À Alexandrie en particulier, ils occupent une place importante, et sont qualifiés dans les documents latins de « marchands du sultan », menant des opérations au nom du souverain mamelouk20. Ils ont même des investissements jusqu’à Florence, où ils ont un représentant, Ibrahim ‘Umar, accompagné d’un serviteur, lui aussi musulman, alors que la présence musulmane en Italie à cette époque est exceptionnelle21. Il faut ajouter à ce groupe celui des convertis qui, bien que devenus chrétiens, conservent des liens étroits avec leurs anciens coreligionnaires et participent également au commerce22.

  • 23 Ibn Khaldūn, Muqaddima, op. cit., I, p. 315.
  • 24 Maria Teresa Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País (...)
  • 25 José Enrique López de Coca Castañer, « Granada y el Magreb : la emigracion andalusi (1485-1516) », (...)
  • 26 Joachín Vallvé, art. cit., p. 102.
  • 27 Ibid., p. 103 ; Dominique Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie au viie/xiiie sièc (...)
  • 28 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 221-222.

9Le troisième groupe est constitué par les exilés andalous dans le monde musulman. Leur nombre augmente sensiblement à partir du xiiisiècle, lorsque le territoire musulman d’al-Andalus se réduit considérablement. Ibn Khaldūn va jusqu’à dire que le gros des habitants de Tunis au xiiisiècle se composait de familles andalouses qui avaient émigré du Levant espagnol – mais il est lui-même d’une famille d’origine andalouse, et a tendance à en exagérer le rôle23. Malgré les restrictions imposées à leur émigration, pour des raisons principalement fiscales et économiques, le mouvement se poursuit au xive et au xvsiècles24. Une nouvelle vague arrive à la fin du xvsiècle, lors de la chute de l’émirat de Grenade, au point de nécessiter, à Bougie, la création d’un nouveau quartier25. Leur installation dans le monde musulman méditerranéen est incontestablement facilitée par les traditions de voyage et de commerce des Andalous. Nos sources nous les montrent surtout dans les villes, même si les ruraux durent s’installer comme paysans, apportant, dit l’auteur de Grenade Ibn Ghālib, une nouvelle prospérité dans les campagnes26. Ils sont particulièrement présents dans le monde du savoir, comme le montrent notamment les recueils de biographies27. Mais ils sont nombreux également dans le domaine du commerce. Ils sont en effet porteurs d’une tradition commerciale et ont l’habitude de venir au Maghreb et en Égypte pour leurs affaires, depuis au moins le ixsiècle. Ceuta nous offre encore des exemples de ces grandes familles de marchands andalous installés au Maghreb, comme le Valencien Ibn Khalāṣ, qui développe considérablement ses affaires commerciales, au point d’être associé avec le grand marchand marseillais Manduel28. D’une manière générale, lorsque des marchands musulmans apparaissent dans nos sources, ils appartiennent soit aux milieux du pouvoir, soit aux communautés andalouses – et souvent aux deux à la fois. Il semble qu’ils aient alors occupé dans les ports du Maghreb une position dominante dans ce secteur d’activité, au point d’éclipser les autres acteurs locaux.

  • 29 Certains Andalous étaient eux-mêmes juifs, formant un réseau spécifique à l'intérieur de la diaspor (...)

10Cette survie dans un contexte défavorable aux marchands musulmans tient en grande partie aux réseaux qu’ils ont réussi à construire, et qui en font des intermédiaires privilégiés dans le commerce entre monde musulman et monde chrétien. En ce sens, on trouvera de nombreux points de comparaison avec l’autre grande diaspora de la Méditerranée, celle des juifs, même si les mécanismes ne sont pas toujours identiques29.

  • 30 John Boswell, The Royal Treasure: Muslim Communities under the Crown of Aragon in the 14th Century, (...)
  • 31 Manuel Ruzafa Garcia, « Las relaciones económicas entre los mudéjares valencianos y el reino de Gra (...)
  • 32 Jacqueline Guiral, « L’organisation de la production rurale et artisanale à Valence au xve siècle » (...)
  • 33 Manuel Ruzafa Garcia, « Els orígens d’una família de mercaders mudèjars », art. cit., p. 184.
  • 34 Francisco Javier Apellániz Ruiz de Galarreta, Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne : le d (...)
  • 35 Ibid., p. 127.

11Le premier atout des Andalous est qu’ils constituent une diaspora, à la fois dispersée spatialement et soudée par des liens communautaires forts. Ils sont en effet présents à la fois sur les marchés musulmans, en Occident comme en Orient, mais aussi dans l’Espagne redevenue chrétienne. Dans les ports de Valence ou de Majorque, ils bénéficient d’un statut, garanti par les traités de capitulation, et d’infrastructures communautaires qui leur permettent de développer leurs affaires commerciales30. C’est là un avantage important par rapport aux autres musulmans, qui ont du mal à s’insérer dans les marchés européens faute de cadre juridique et matériel. Cette dispersion permet d’avoir des liens avec de nombreux marchés importants pour le commerce maritime – ils sont, en particulier, présents sur tous les marchés musulmans fréquentés par les chrétiens. Mais cette dispersion devient un atout surtout parce que les liens sont maintenus au sein de cette diaspora. Ces liens sont d’abord familiaux : au xvsiècle à Valence, 24 % des sauf-conduits (guiatges) accordés à des mudéjars pour aller au Maghreb sont justifiés par des motifs familiaux, notamment des question d'héritages31. Ainsi Caat Ripoll a un beau-frère à Bougie, alors qu'Ali Xipio envoie ses fils le représenter dans l’émirat de Grenade et au Maghreb32. Parfois, de vraies stratégies familiales se mettent en place. Ainsi, en 1420, Caat et Galip Ripoll se portent garants pour permettre le départ en pèlerinage de leur parent Ali de Benxernit. Les musulmans n’avaient en effet pas le droit d’émigrer du territoire de Valence, et les Ripoll doivent donner une caution de 1500 livres. Ali de Benxernit ne revient jamais, ce qui oblige les Ripoll à payer cette caution33. Mais environ 20 ans plus tard, on les voit actifs sur le marché d’Alexandrie et il semble qu’il y ait eu une stratégie d’installation d’une branche de la famille, afin de pénétrer les marchés du Levant34. De même, on voit souvent ces riches familles mudéjares aider au voyage de musulmans de Valence ou de Majorque en direction du Maghreb, en payant les taxes nécessaires et même parfois en les transportant sur leurs propres navires35. Cela ne pouvait que favoriser les relations d’affaires au sein de la communauté andalouse.

  • 36 ‘Abd al‑Bāsiṭ b. Ḫalīl, Al‑Rawḍ al‑bāsim fī ḥawādiṯ al‑‘umr wa l‑tarāğim, trad. Robert Brunschvig, (...)
  • 37 Al-Ghubrīnī, ‘Unwān al-dirāya fīman ‘urifa min al-‘ulamā’ fī al-mi’at al-sābi‘a bi-Biğāya, éd. Rābi (...)

12Mais plus que ces liens, familiaux ou commerciaux, c’est un sentiment commun d’identité qui soudait cette communauté andalouse en Méditerranée. Leur origine commune et leur commune expérience de l’exil jouaient en faveur d’une forte structuration identitaire. On en trouve un bon exemple dans le récit de voyage de l’Égyptien ‘Abd al-Bāsiṭ, qui raconte qu’à Tunis il fut reçu par le marchand Abū l-Qāsim al-Gharnāṭī al-Andalūsī, chef des commerçants de la ville – ce qui montre si nécessaire l’influence des Andalous sur le monde du commerce dans la capitale hafside. Un jour il l’invite à une grande réception qui réunit plusieurs notables, dont de nombreux Andalous, étudiants, commerçants ou pèlerins36. À Bougie il existe un chef de la communauté andalouse (al-ğamā‘a al-andalusiyya), ce qui est le signe d'une solide organisation, au moins parmi les savants37. Ils constituent donc une minorité, au sein des villes musulmanes, qui développe sa propre identité, ce qui contribue à renforcer les liens au sein du réseau.

  • 38 Cf. Également Emilio García Gómez, Andalucía contra Berbería. Reedición de traducciones de Ben Ḥayy (...)
  • 39 Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, trad. William Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères, Alger, Impri (...)

13Les Andalous développaient d’ailleurs un certain orgueil, affirmant leur supériorité face aux populations locales. Cette fierté se voit notamment chez les nombreux auteurs d’origine andalouse, qui se plaisent à montrer les succès de leurs compatriotes. Cela est très net chez Ibn Khaldūn, dont la famille avait émigré de Séville après sa chute en 1248, et qui s’intéresse particulièrement au rôle des Andalous dans la vie politique maghrébine38. Cela mène d’ailleurs parfois à des conflits, comme par exemple celui qui les oppose aux cheikhs almohades dans le sultanat hafside39. Cela contribue surtout à consolider et à structurer leurs réseaux d’affaires, grâce à des solidarités très étroites. Dans un monde marchand où la confiance joue un rôle essentiel, cette communauté d’origine et ce sentiment d’identité sont des atouts considérables.

  • 40 « Petit à petit, la production intellectuelle ifriqiyenne, marquée du sceau de la civilisation an (...)

14Le savoir constitue un deuxième atout des Andalous dans le commerce méditerranéen. On a beaucoup écrit sur leur rôle dans le développement de la science au Maghreb. Il est nécessaire de rester prudent sur ces affirmations, car nos sources sont souvent elles-mêmes andalouses. Par ailleurs les travaux modernes ne sont pas exempts de considérations idéologiques, liées au discours colonial : les moteurs de l’histoire du Maghreb ne pouvant venir que de l’extérieur, les Andalous auraient une supériorité naturelle sur les Maghrébins parce qu’ils sont, fondamentalement, européens40.

  • 41 Dominique Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie », art. cit., p. 100 ; Talbi, « Al (...)
  • 42 María Dolores López Pérez, « El pogrom de 1391 en Mallorca y su repercusión en los intercambios com (...)
  • 43 Responsum de Solomon b. Simon Dūrān, cité par Haim Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Af (...)

15Néanmoins, même s’il faut rester prudent dans nos analyses, il est manifeste que les Andalous parviennent à occuper une place de premier plan dans les domaines du savoir. C’est un phénomène relativement courant dans les diasporas, que l’on observe également pour les juifs par exemple. Leurs membres investissent dans le savoir et des compétences qui les placent en situation avantageuse par rapport aux populations locales. Ils ont aussi souvent un dynamisme stimulé par leur situation d’immigrés et d’exilés. C’est ce que montre bien le dictionnaire biographique d’Al-Ghubrīnī pour Bougie, alors que cet auteur n’est pas un Andalou et ne peut être suspecté de parti pris41. Au-delà du savoir académique, principalement dans les sciences religieuses, les Andalous ont également un savoir-faire important en matière de commerce, hérité de leur longue tradition en Méditerranée. Peut-être avaient-ils, par ailleurs, des capacités financières importantes. C’est ce qui ressort de responsa rabbiniques de la fin du xivsiècle, après les pogroms de 1391 en Espagne qui provoquent une forte émigration juive en direction du Maghreb42 : dans une question posée par la communauté juive de Bougie, les juifs andalous sont dénoncés parce qu’ils disposent de capitaux importants qui leur permettent d’exercer une concurrence déloyale face aux juifs locaux43.

  • 44 Archivo del Reino de Mallorca, Lletres Comunes 99, fol. 295 (1/10/1423), cité par Pierre Macaire, M (...)
  • 45 Georges Marçais, « Les Villes de la côte algérienne et la piraterie au Moyen Âge », Annales de l’In (...)
  • 46 Francisco Javier Apellániz Ruiz de Galarreta, op. cit., p. 128-128.

16Mais plus que tout, ils tirent parti de la connaissance qu’ils ont des chrétiens. C’est surtout le cas de ceux qui avaient vécu dans les royaumes chrétiens avant d’émigrer, et plus encore de ceux qui y résidaient toujours. Ce contact avec l’autre est essentiel pour comprendre leur capacité à jouer un rôle d’intermédiaires dans le commerce. La situation des mudéjars est particulièrement avantageuse, car ils jouissent d’un statut en terre chrétienne, et peuvent ainsi plus facilement circuler entre les deux mondes. Ainsi Ali de Benxernit est installé à Bougie mais reçoit à Majorque un sauf-conduit pour lui-même, ses compagnons de voyage, ses facteurs et procurateurs44. Les mudéjars connaissent par ailleurs les techniques commerciales utilisées par les marchands chrétiens, leur mentalité, leur langue. Il est probable en effet que nombre d’entre eux maîtrisaient le catalan, et pouvaient aussi communiquer avec les marchands latins. Enfin, leur habitude des contacts avec les chrétiens permet en quelque sorte de banaliser les relations entre ceux qui en général se voient comme des ennemis. Cela pose la question de leur attitude face aux chrétiens, qui est sans doute complexe. Plus que d’autres, ils sont victimes de l’avancée de la Reconquista, et ils peuvent être plus sensibles à l’idéologie du djihad. Georges Marçais l’a affirmé, notamment pour la piraterie, considérant que les Andalous étaient les premiers acteurs de ce qu’il considère comme un djihad maritime45. Mais cela demanderait à être prouvé, et on trouve au contraire de nombreux exemples qui montrent une attitude inverse. Nous avons vu qu’ils font des affaires avec les chrétiens, y compris en Italie, et surtout en Espagne. Ils sont par ailleurs très présents dans les douanes maghrébines, au contact des marchands chrétiens. Nous avons même l’exemple de Galip Ripoll, installé en Égypte, qui fait des affaires pour le compte du sultan mamelouk avec les chevaliers de Rhodes, qui sont pourtant des ennemis déclarés et actifs des musulmans en Méditerranée orientale. Dans les années 1440 et 1450, il effectue plusieurs fois le voyage dans l’île avec un autre Andalou, Ibrâhîm Valentiero, pour vendre notamment des épices. Il est également présent dans le commerce des esclaves, en association avec les Génois46. Dans le contexte maghrébin, moins marqué par la guerre sainte qu’en Orient, ces liens entre Andalous et chrétiens devaient être encore plus faciles. L’habitude des relations avec les chrétiens donne donc aux Andalous une plus grande capacité à jouer un rôle d’intermédiaires et à faciliter les contacts interculturels.

  • 47 Dominique Valérian, « Les élites politiques et l’activité économique des ports musulmans (xiiie - x (...)
  • 48 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 214-218.
  • 49 Par exemple, durant le gouvernement du chambellan andalou Ibn Ḥabbabar. Voir Robert Brunschvig, La (...)
  • 50 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., II, p. 421-422, 435-436, 445.
  • 51 Archivo de la Corona de Aragón, Cartas Reales Diplomaticas, Jaime II, caja 59, n° 10769 (22/2/1316) (...)

17Ce savoir a permis également aux Andalous d’investir les milieux du pouvoir, ce qui constitue leur dernier atout, et peut-être le plus grand. Dans un monde musulman où le commerce méditerranéen est de plus en plus accaparé par les souverains et leur entourage47, la proximité avec la cour est un élément essentiel de réussite. Le cas le plus évident est celui de Ceuta, où l’élite marchande d’origine andalouse s’empare du pouvoir à la faveur de l’effondrement de l’empire almohade, au début du xiiisiècle. Un certain Abū l-‘Abbās al-Yanashtī devient ainsi le prince de Ceuta entre 1233 et 1236. Il est originaire d’al-Andalus, d’une famille sans doute mozarabe, et s’enrichit dans le commerce à Ceuta. C’est à la fois un ouléma reconnu, qui a étudié au Maghreb et en Orient, et un riche marchand. Il est nommé directeur de la douane de Ceuta, ce qui lui permet à la fois d’augmenter sa richesse et de renforcer son influence sur les milieux marchands, tout en nouant des relations avec les marchands chrétiens48. Dans l’Ifrîqiya hafside, les sultans se sont appuyés sur les élites savantes andalouses pour contrebalancer l’influence des Almohades, traditionnels soutiens de la dynastie. Cette politique ne fut pas sans provoquer des conflits entre les deux groupes, qui furent à l’origine de plusieurs crises politiques dans l’histoire du sultanat49. Dans cette lutte on voit bien une opposition entre d’une part le groupe des Almohades, qui s’appuie sur une légitimité idéologique et historique, mais aussi sur sa place dans l’appareil militaire, et d’autre part les Andalous qui s’appuient principalement sur le savoir pour accéder aux postes clés de l’administration. Dans les deux cas des formes de solidarité permettent au groupe de se défendre et de s’imposer. On le voit avec l’exemple d’Ibn Ghamr, qui fut le puissant chambellan du sultan Abū Bakr, au début du xivsiècle. Originaire d’Almería, il commence sa carrière comme directeur de la douane de Collo, le port de Constantine. Il est ensuite employé à la perception des impôts à Bougie, puis nommé ministre des finances (ṣāḥib al-ashghāl) et parvient enfin au poste de chambellan (ḥājib), le plus haut poste après l’émir dans la hiérarchie du pouvoir. Il nomme alors à la tête de la douane de Bougie un autre Andalou, Ibn al-Qālūn, qui devient ensuite vice-chambellan aux côtés d’Ibn Ghamr50. Alors qu’il est chambellan, on le voit par ailleurs faire des investissements commerciaux sur des navires chrétiens pour des sommes importantes : en 1316, il confie des marchandises, pour une valeur de 700 dinars, à un musulman originaire comme lui d’Almería, Mahomat ben Leylia. La cargaison, chargée sur un navire catalan, est prise par des galées de Barcelone, et le vice-consul des Catalans de Bougie demande alors à Jacques II de faire restituer ces biens car, sinon, « il y aura grand péril pour les marchands catalans de Bougie »51. Cet exemple montre certains aspects importants des stratégies menées par les Andalous. Tout d’abord on peut voir qu’ils investissent les postes liés aux finances, et surtout à la douane. Cela leur permet d’une part de s’enrichir, plus ou moins légalement, et d’autre part de nouer des contacts avec le monde du commerce maritime. Ils améliorent ainsi leur connaissance des marchands chrétiens, de leurs techniques commerciales, de leurs mentalités, mais aussi peuvent nouer des relations d’affaires avec certains d’entre eux. Dans des villes portuaires, où le pouvoir est étroitement lié aux ressources fiscales nées du commerce, mais aussi aux relations politiques avec les puissances chrétiennes, ces postes à la douane ouvrent la voie d’une carrière politique au plus haut niveau. Ibn Ghamr profite par ailleurs de sa position pour faire des investissements commerciaux, grâce à ses capacités financières et à ses liens avec les marchands chrétiens. Enfin il favorise les solidarités au sein du groupe des Andalous, aussi bien en politique qu’en affaires – avec peut-être une préférence pour les gens originaires comme lui d’Almería.

18Les Andalous ont donc réussi à former un réseau marchand complexe qui leur donne une place de premier rang dans le commerce maghrébin. Cela est dû d’abord à des circonstances difficiles, qui les obligent à s’exiler en nombre face à la poussée de la Reconquista. Mais cette dispersion forcée est devenue un atout car elle a permis le développement de liens d’affaires au sein d’un groupe très soudé par une identité commune et des solidarités à la fois géographiques, familiales et commerciales. Les Andalous ont su ainsi mettre à profit leurs connaissances pour s’imposer dans le domaine politique et économique. Ils sont en effet de bons techniciens des affaires douanières et financières, mais ont aussi une connaissance pratique des partenaires commerciaux chrétiens, et ont la possibilité de se déplacer hors des frontières du monde de l’Islam. Ils constituent donc un groupe « entre deux », capable de jouer un rôle essentiel d’interface, en profitant du dynamisme et des structures en réseau souvent propres aux diasporas.

Haut de page

Notes

1 Ibn Khaldūn, Muqaddima, trad. Vincent Monteil, Paris, Sindbad, 1967, p. 522.

2 Ne sol nom pens que galera ne altre vexell gos anar sobre mar, menys de guiatge del rey d'Arago ; ne encara no solament galera ne leny ; mas no creu que negun peix se gos alçar sobre mar, sino porta hun escut o senyal del rey d'Arago en la coha, per mostrar guiatge de aquell noble senyor, lo rey d'Arago e de Cecilia. Bernat Desclot, Crónica del Rey en Pere e dels seus antecessors passats, Barcelone, Imprenta La Renaixensa, 1885, chap. 166, p. 353.

3 Olivia Remie Constable, Trade and traders in Muslim Spain. The commercial realignment of the Iberian peninsula, 900-1500, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

4 Dominique Valérian, Bougie, port maghrébin. 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 (BEFAR, 328), p. 503-504.

5 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 55.

6 Dominique Valérian, « Ifrīqiyan Muslim Merchants in the Mediterranean at the End of the Middle Ages », Mediterranean Historical Review, 1999, n° 14/2, p. 47-66.

7 Shelomo D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1967-1988, 5 vols.

8 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 4-5.

9 Al‑Bakrī, Kitāb al‑Masālik wa l‑mamālik, éd. Adrien van Leeuwen et André Ferré, Tunis, Dār al-‘arabiyya li-l-kitāb, 1992, p. 757, trad. William Mac Guckin de Slane, Description de l’Afrique septentrionale, Alger, A. Jourdan, 1913, p. 166.

10 Ibid., éd. p. 726, trad. p. 128 (Ténès), éd. p. 738, trad. p. 144 (Oran).

11 John Derek Latham, « Towards a Study of Andalusian Immigration and its Place in Tunisian History », Cahiers de Tunisie, 1957, n° 19-20, p. 203-252 ; Mohamed Habib Belkhodja, « Al‑ḥiğra al‑andalusiyya ilā Ifrīqiya fī l‑qarn 7/13 », Cahiers de Tunisie, 1970, n° 69-70, p. 129-137 ; Mohamed Talbi, « Al‑ḥiğra al‑andalusiyya ilā Ifrīqiya ayyām al‑ḥafṣiyyīn », al‑Aṣāla, 1975, n° 26, p. 46-90, rééd. Id., Études d’histoire ifriqiyenne et de civilisation musulmane, Tunis, Université de Tunis, 1982, p. 165-213 ; Joachín Vallvé, « La emigración andalusí al Magreb en el siglo xiii (despoblacion y repoblacion en al-Andalus) », dans Mercedes García-Arenal et María J. Viguera (dirs.), Relaciones de la península ibérica con el Magreb siglos xiii-xvi, actas del coloquio Madrid, 17-18 diciembre 1987, Madrid, CSIC, 1988, p. 87-129 ; Dominique Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècles », Migrations et diasporas méditerranéennes, xie-xvie siècles, dans Michel Balard et Alain Ducellier (dirs.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 313-330.

12 Il était assez courant pour les Andalous de voyager en Orient pour le pèlerinage à La Mecque ou pour étudier auprès de maîtres prestigieux. Rachel Arié, « Viajeros de Occidente a Oriente », Al‑Andalus y el Mediterráneo, Barcelona-Madrid, El Legado Andalusi, 1995, p. 185-193. Parmi les raisons présentées aux fonctionnaires catalans pour justifier un départ de Majorque, les études sont fréquemment mentionnées (par ex., Archivo del Reino de Valencia, Reial Cancelleria, Reg. 705, fol. 330r° - 356v°).

13 Elena Lourie, « Free Moslems in the Balearics under Christian Rule in the Thirteenth Century », Speculum, 1970, n° 45, p. 624-649 ; Robert I. Burns, Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

14 Halima Ferhat, Sabta des origines au xive siècle, Rabat, Al Manahil, 1993 ; Ead., « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles : les siècles de la foi, Casablanca, Wallada, 1993, p. 143-158 ; Mohamed Cherif, Ceuta aux époques almohade et mérinide, Paris, L’Harmattan, 1996.

15 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 214-227.

16 Sur la présence andalouse en Orient, voir Éric Geoffroy, « Les milieux de la mystique musulmane à Alexandrie aux xiiie et xive siècles », dans Christian Décobert (dir.) Alexandrie médiévale, II, Le Caire, IFAO, 2002, p. 169-180 ; ‘Abd al-‘Azīz Sālim, « De al-Andalus a Egipto y de Egipto a al-Andalus », Al‑Andalus y el Mediterráneo, op. cit., p. 141-147 ; Louis Pouzet, « Maghrébins à Damas au VIIe - XIIIe siècle », Bulletin d’Études Orientales, n° 28, 1975, p. 167-199.

17 Olivia Remie Constable, op. cit., p. 109-110.

18 Archivo de la Corona de Aragón, Cancelleria, 592, fol. 26v°-27r° (18/5/1337).

19 Manuel Ruzafa Garcia « Els orígens d’una família de mercaders mudèjars en el segle xv : Caat Ripoll (1381-1422) », Afers, 1988-89, n° 7, p. 169-188 ; id., « Los mudéjares en desarrollo mercantil valenciano del cuatrocientos », Revista d’historia medieval (Valence), 1991, n° 2, p. 179-189.

20 Archivio di Stato di Venezia, Cancelleria inferiore, notai, busta 211, Nicolò Turiano, V, 1434, fascicolo 2 (1454-1456), fol. 6r° (21/5/1455). Cf. également id., fol. 46r°-v° (11/9/1455), où il est qualifié de notabillissimus mercator.

21 Jacqueline Guiral Hadziiossif, « L’apport des communautés juives et musulmanes de Valence au commerce méditerranéen au xve siècle », Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie - xixsiècles. Deuxième colloque international d’histoire du Centre de recherche Néohelléniques (Athènes, 18‑25 septembre 1983), Athènes, Centre de recherches néo-helléniques, 1985, p. 466.

22 Jacqueline Guiral, « Les convers à Valence à la fin du xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1975, n° 11, p. 81-98.

23 Ibn Khaldūn, Muqaddima, op. cit., I, p. 315.

24 Maria Teresa Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País Valencià durant la baixa edat mitjana », L’expulsió dels moriscos : consequències en el món islàmic i el món cristià, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1994, p. 19-26 ; Ead., « Les phénomènes migratoires entre les musulmans soumis à la couronne catalano-aragonaise pendant le Moyen Âge », dans Michel Balard, Alain Ducellier (dirs.), Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvisiècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 259-284.

25 José Enrique López de Coca Castañer, « Granada y el Magreb : la emigracion andalusi (1485-1516) », Relaciones de la Península ibérica con el Magreb, op. cit., p. 409-451 ; Abū ‘Alī Ibrāhīm al-Marīnī, ‘Unwān al-aḫbār fīmā marra ‘alā Biğāya, trad. Laurent-Charles Féraud, « Conquête de Bougie par les Espagnols d’après un manuscrit arabe », Revue Africaine, 1868, n° 12, p. 251-252.

26 Joachín Vallvé, art. cit., p. 102.

27 Ibid., p. 103 ; Dominique Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie au viie/xiiie siècle », Studia Islamica, 1976, n° 43, p. 87-107.

28 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 221-222.

29 Certains Andalous étaient eux-mêmes juifs, formant un réseau spécifique à l'intérieur de la diaspora juive. Abraham Cahen, Les Juifs dans l’Afrique septentrionale, Recueil de la Société archéologique de Constantine, 1867, n° 11, p. 149-151.

30 John Boswell, The Royal Treasure: Muslim Communities under the Crown of Aragon in the 14th Century, New Haven et Londres, Yale University Press, 1977, p. 64 sq. ; Robert I. Burns, Muslims, Christians and Jews, op. cit.

31 Manuel Ruzafa Garcia, « Las relaciones económicas entre los mudéjares valencianos y el reino de Granada en el siglo xv », IV Coloquio de Historia Medieval Andaluza. Relaciones exteriores del reino de Granada. Almería, 1985, Almería, Instituto de estudios almerienses, 1988, p. 352.

32 Jacqueline Guiral, « L’organisation de la production rurale et artisanale à Valence au xve siècle », Anuario de Estudios Medievales, 1985, n° 15, p. 420-422.

33 Manuel Ruzafa Garcia, « Els orígens d’una família de mercaders mudèjars », art. cit., p. 184.

34 Francisco Javier Apellániz Ruiz de Galarreta, Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne : le deuxième État mamelouk et le commerce des épices (1382-1517), Barcelone, CSIC, 2009, p. 126.

35 Ibid., p. 127.

36 ‘Abd al‑Bāsiṭ b. Ḫalīl, Al‑Rawḍ al‑bāsim fī ḥawādiṯ al‑‘umr wa l‑tarāğim, trad. Robert Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, ‘Abd al‑Bāsiṭ b. Ḫalīl et Adorne, Paris, Maisonneuve et Larose, 1936, rééd. 2001, p. 72, 74-75.

37 Al-Ghubrīnī, ‘Unwān al-dirāya fīman ‘urifa min al-‘ulamā’ fī al-mi’at al-sābi‘a bi-Biğāya, éd. Rābiḥ Būnār, Alger, Šarkat al-waṭaniyya li-l-našr wa l-tawzī‘, 1970, p. 242.

38 Cf. Également Emilio García Gómez, Andalucía contra Berbería. Reedición de traducciones de Ben Ḥayyān, Ṧaqundī y Ben al-Jaṭīb, con un prólogo, Barcelone, Departamento de Lengua y Literatura Árabes, 1976.

39 Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, trad. William Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères, Alger, Imprimerie du gouvernement, 1852-1856, 4 vols., nouv. éd. Paul Casanova, Paris, P. Geuthner, 1956, vol. II, p. 375-377.

40 « Petit à petit, la production intellectuelle ifriqiyenne, marquée du sceau de la civilisation andalouse, atteignit son plus vif éclat. Bien rares furent les lettrés qui, ayant tourné leurs regards vers l’Orient, restèrent fidèles à la culture traditionnelle et se dérobèrent à l’influence de l’Andalousie. […] Il semble qu’une curiosité assez large n’était pas habituelle chez les Ifriqiyens et qu’il ait fallu que les Andalous débarquent sur leur territoire pour leur communiquer le goût qu’ils avaient des connaissances poussées et du savoir étendu. […] Que pouvait donc apporter ce peuple affaibli et appauvri dans son patrimoine intellectuel à un pays qui l’avait depuis longtemps devancé en culture et en raffinement ? », Odette Petit, « Les relations intellectuelles entre l’Espagne et l’Ifrīqiya aux xiiie et xive siècles », IBLA, n° 127, 1971, p. 102, 111, 120.

41 Dominique Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie », art. cit., p. 100 ; Talbi, « Al‑ḥiğra al‑andalusiyya », art. cit., p. 189. Cf. Mohamed Salah Baïzig, Biğāya fī l-‘ahd al-ḥafṣī. Dirāsat iqtiṣādiyya wa iğtimā‘iyya, Tunis, Publications de la faculté de sciences humaines et sociales de Tunis, 2006, p. 371.

42 María Dolores López Pérez, « El pogrom de 1391 en Mallorca y su repercusión en los intercambios comerciales con el Magreb », I Col.loqui d’Història dels Jueus a la Corona d’Aragó, Lérida, 1989, Lérida, Quaderns de l’Institut d’Estudis ilerdencs, 1991, p. 239-260.

43 Responsum de Solomon b. Simon Dūrān, cité par Haim Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, I, From the Antiquity to the Sixteenth Century, Leyde, Brill, 1974, p. 386-387 ; Michel Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce trans-saharien du viiie au xve siècle », Revue française d'histoire d'outre-mer, t. 66, n° 242-243, 1er et 2e trimestres 1979, p. 177-193.

44 Archivo del Reino de Mallorca, Lletres Comunes 99, fol. 295 (1/10/1423), cité par Pierre Macaire, Majorque et le Maghrib au xve s., Thèse de 3e cycle, dir. Charles-Emmanuel Dufourcq, Université Paris X, 1977, p. 454.

45 Georges Marçais, « Les Villes de la côte algérienne et la piraterie au Moyen Âge », Annales de l’Institut d’Études Orientales, 1955, n° 13, p. 135.

46 Francisco Javier Apellániz Ruiz de Galarreta, op. cit., p. 128-128.

47 Dominique Valérian, « Les élites politiques et l’activité économique des ports musulmans (xiiie - xve siècles) », Histoire urbaine, 2007, n° 19, p. 117-128.

48 Halima Ferhat, Sabta, op. cit., p. 214-218.

49 Par exemple, durant le gouvernement du chambellan andalou Ibn Ḥabbabar. Voir Robert Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, I, Paris, Adrien Maisonneuve, 1940, p. 72-73 ; Dominique Valérian, « Les Andalous à Bougie », art. cit., p. 328-329 ; Mohamed Salah Baïzig, « L’élite andalouse à Tunis et Bougie et le pouvoir hafside », Communautés et pouvoirs en Italie et au Maghreb au Moyen Âge et à l’époque moderne, Actes du séminaire de Rome, 26-27 octobre 2001, Annliese Nef et Dominique Valérian (dirs.), Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 2003, n° 115/1, p. 531-532.

50 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., II, p. 421-422, 435-436, 445.

51 Archivo de la Corona de Aragón, Cartas Reales Diplomaticas, Jaime II, caja 59, n° 10769 (22/2/1316), Ángeles Masia de Ros (éd.), La Corona de Aragón y los estados del Norte de Africa, Barcelone, Instituto Español de Estudios Mediterráneos, 1951, n° 146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « La diaspora andalouse et le commerce des ports maghrébins (xie-xve siècle) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 16 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/2939 ; DOI : 10.4000/framespa.2939

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Professeur d’histoire médiévale des pays d’Islam à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR 5648 CIHAM.
dominique.valerian@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals