Navigation – Plan du site

L’espace des médiévistes français et l’espace de FRAMESPA-Terrae

Benoît Cursente

Texte intégral

1Au moment où Marc Conesa me proposait de participer à la réflexion commune consacrée à l’espace au sein de l’UMR FRAMESPA, je prenais connaissance des actes du colloque annuel de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP) qui s’était tenu en 2006 à Mulhouse : Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations , Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2007, 459 p. Il m’a paru digne d’intérêt de confronter les orientations de recherche qui se développent parmi les médiévistes français avec celles qui courent au sein de notre UMR « transpériodes » ; des orientations dont l’appel à communications de Marc Conesa, lui même moderniste, fournit un commode aperçu.

2Ce volume d’actes ne rassemble pas moins de 27 contributions, dont – heureuse initiative – huit interventions de doctorants présentées dans le cadre de l’atelier « Jeunes talents ». Le premier intérêt de ce recueil réside dans la diversité des approches, des échelles et des angles d’observation, mais s’agissant de notre propos, toutes ne sont pas d’un égal intérêt.

  • 1  Méhu (Didier), « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux (...)

3Si l’on confronte cet ouvrage collectif aux trois pistes de réflexion proposées par Marc Conesa il pourrait sembler, à lire le titre, que les intérêts des médiévistes ont principalement concerné le premier axe « Faire l’espace, de l’aménagé au sensible », qui s’attache aux capacités des acteurs sociaux à modeler ou à remodeler leur espace concret. Or, tel n’est pas le cas : son objet est plutôt de « comprendre le spatialité des rapports sociaux »1.

  • 2  Lassale (Juliette), « Territoires de confins et délimitations territoriales. Les litiges fonciers (...)
  • 3  Excoffon (Sylvain), « Les chartreuses et leurs limites », Construction de l’espace…op. cit., p. 87 (...)

4L’on trouvera cependant quelques facettes très contrastées des processus de fabrication de l’espace. D’un côté, Juliette Lassalle met au jour un espace structuré par l’usage, dont les limites sont sans cesse réactualisées par une dialectique de litiges/négociations/ compromis2. A l’opposé, Sylvain Excoffon examine ce qu’il en fut du dessein de créer a novo un espace concret par projection au sol d’une représentation idéologique. Il montre comment l’ordre des Chartreux a eu, à son origine, l’ambition de fonder la vie monastique sur la réalisation d’un espace spécifique, un « désert » soigneusement limité, et comment au fil des siècles, les contingences du monde ont conduit à renoncer à la définition d’un espace propre, les limites ne définissant plus qu’un « désert métonymique »3.

5Un net décalage des préoccupations se fait jour, aussi, concernant le troisième volet de la grille de questionnement proposée aux chercheurs de FRAMESPA, un volet consacré aux problèmes de méthode, aux maniements du jeu d’échelles et aux difficultés inhérentes aux approches pluridisciplinaires. C’est que, dans leur grande majorité, les contributeurs du colloque de la SHMESP sont des historiens mettant en œuvre les seules ressources textuelles. Ils le font le plus souvent en mettant en oeuvre un savoir faire correspondant à un art éprouvé, et ne comportant donc guère de renouvellement de méthode.

6Je ferai donc principalement ici état que des contributions qui invitent à reconsidérer l’utilisation des textes et des mots pour les besoins d’une restitution de la dimension spatiale des faits sociaux.

  • 4  Abbé (Jean-Loup), « Logique spatiale et finage d’après les sources fiscales méridionales », Constr (...)
  • 5  Bertrand (Paul) Hélary (Xavier), « Constructions de l’espace dans les cartulaires », Construction (...)

7La révision peut concerner une réflexion sur l’utilisation des sources. Avec Jean-Loup Abbé, c’est le cas pour les sources fiscales. Dans sa présentation, il s’attache à réévaluer l’utilisation des compoix languedociens comme témoins de la perception de l’espace agraire : ces documents permettent d’accéder à une perception de l’espace vu du terroir et non pas du village comme c’est le plus souvent le cas4. De leur côté, Paul Bertrand et Xavier Hélary analysant les « Constructions de l’espace dans les cartulaires » soulignent la nécessité de prendre en compte la mutation des cartulaires entre xie et xiiie siècle, d’outils de mémoire en outils de gestion5. Est bon à méditer l’exemple du cartulaire de Nesles qui s’est affirmé dans la longue durée comme « hypostase » de la seigneurie alors que la consistance territoriale de celle-ci n’avait pas cessé de varier depuis sa confection. On voit que le thème de l’espace des cartulaires s’engouffre dans le sillage de la percée décisive que constitue la thèse de Pierre Chastang.

  • 6  Leturcq (Samuel), « Espace du village, terrouers des hameaux. Théories et pratiques spatiales d’un (...)

8Quant à la dimension pluridisciplinaire du colloque des Médiévistes, que semblent annoncer les rapports introductifs, elle est pour le moins restreinte (sans parler de l’usage diffus de l’anthropologie que j’évoquerai plus loin). Samuel Leturcq est le seul à confronter la leçon des textes, modernes et médiévaux, à celle d’une modélisation spatiale (les polygones de Thiessen). Cette opération occupe une place importante dans une démonstration dans laquelle l’espace des communautés de hameaux (les terrouers), longtemps ignoré, est décrit comme la résultante d’une dialectique limites/chevauchements alimentée par les usages6.

  • 7  Schmitt (Jean-Claude), « De l’espace aux lieux : les images médiévales », Construction de l’espace (...)

9Remarquable est, dans l’optique d’un effort de réflexion pluridisciplinaire, la contribution de Jean-Claude Schmitt7. Elle offre une belle analyse sur la façon dont l’image médiévale constitue un mode de pensée qui obéit à des logiques propres qui, pour autant, ne sont pas indifférentes aux évolutions de la société en général et à la spatialisation des rapports sociaux en particulier. Textes et images ressortissent à des logiques différentes, qu’il ne faut certainement pas chercher à concilier, puisque ce sont les contradictions elles mêmes qui sont bonnes à penser.

  • 8  Bourin (Monique) ; Zadora-Rio(Elisabeth), « Pratiques de l’espace : les apports comparés des donné (...)

10Or, c’est exactement la même prescription qui se dégage de l’introduction de Monique Bourin et d’Elisabeth Zadora-Rio8. Y sont en outre recensés les biais induits par toute inattention aux différences d’échelles, et par tout usage abusif de la toponymie. Enfin sont soulignées les avancées liées à l’archéologie du paysage, aux disciplines paléoenvironnementales et à une relecture spatiale des sources textuelles…Ce discours est familier aux oreilles des chercheurs toulousains, actuels ou d’un passé récent. Et pour cause, puisque plusieurs d’entre eux, auxquels il est fait justice dans le texte ou les notes, ont contribué à lui donner corps : Didier Galop, Carole Puig, Christine Rendu, Marie-Pierre Ruas.

11Une large plage de consensus paraît exister, au sein des médiévistes français actuels, sur deux aspects de la question : 1° le second Moyen Âge (à partir du xe siècle) se caractérise par un mouvement de spatialisation de l’ensemble des faits sociaux ; 2° l’espace n’est pas un donné naturel mais le produit d’une société, résultant d’une tension dialectique entre pratiques et représentations, normes et usages. Le problème est que pour l’historien travaillant sur un corpus de données empiriques cette vision des faits partagée avec les sciences sociales, devenue usuelle nécessite, simultanément, la mise en œuvre de méthodes rigoureuses et de questionnements innovants. Davantage que le bruit de fond consensuel, ce sont ces questionnements en construction, et donc en débat, qui nous intéressent ici.

  • 9  Gautier Dalché (Patrick), « Représentations géographiques savantes et pratiques de l’espace », Con (...)
  • 10  Jansen Philippe, « Finis italiae. Identification et appartenance des territoires frontaliers dans (...)

12Une première grande question sous-tend la réflexion des médiévistes sur l’espace. Comment penser l’espace médiéval à toutes les échelles de l’écoumène, de l’orbe terrestre au terroir, voire à la maison ? Peut-on accorder, comment accorder, doit-on chercher à accorder, des recherches qui se sont développées indépendamment les unes des autres avec des sources, des échelles, des questionnements spécifiques ? Entre géographie savante et espaces vécus médiévaux. Les actes du colloque font à juste titre place à l’échelle ultime de représentation de l’espace que constitue la géographie savante. Dans son rapport introductif, Patrick Gautier Dalché développe un ensemble d’exemples, très divers, tendant à démontrer que la géographie savante est loin d’être déconnectée du monde réel et que cette géographie, qui fournit des « schèmes perceptifs » largement répandus, coexiste au sein d’un même individu avec la représentation opérationnelle de l’étendue où s’exerce son action9. Cependant ces représentations, héritées de l’Antiquité, se sont trouvées en discordance croissante avec les réalités géopolitiques et ont commencé à évoluer à partir du xiiie siècle. Et l’auteur, éminent spécialiste de la question, de souligner l’aspect dynamique de cette géographie savante. Il reste que les historiens qui oeuvrent à partir de textes de la pratique ont beau jeu de constater le hiatus qui sépare représentions savantes et espace vécu (notamment Philippe Janssen à propos de l’appartenance de la frontière occidentale de l’Italie10). L’inadéquation des cartes, lourdes de résiliences antiques, à répercuter souplement les évolutions de l’espace réel, semble répondre à l’incapacité des mots des textes à traduire la silencieuse plasticité de l’espace vécu.

13J’en viens aux deux contributions du colloque de la SHMESP qui me paraissent les plus susceptibles de renouveler le thème de la spatialisation des rapports sociaux au Moyen Âge, de répondre au second thème du questionnement élaboré par Marc Conesa (l’espace élément structurant des sociétés)… et de susciter les débats les plus vifs.

  • 11  Construction de l’espace…op. cit., p. 295-316
  • 12  Devroey (Jean-Pierre) ; Lauwers (Michel), « L’« espace » des historiens médiévistes : quelques rem (...)

14Voici en premier lieu la contribution de Joseph Morsel, « Construire l’espace sans la notion d’espace. Le cas du Salzforst (Franconie) au xive siècle »11. L’auteur place en exergue une citation de Georges Pérec extraite de Espèces d’espaces, et débute par un rappel de ce qu’est la représentation actuelle de l’espace des Spinifex, peuple aborigène d’Australie. Comme ceux-ci revendiquaient les lieux de leurs ancêtres dont ils ont été spoliés et qu’ils n’ont aucun titre de propriété à exhiber, il leur a été demandé de représenter par la peinture l’espace en question. Il en résulte un réseau de doubles lignes reliant de petits disques. L’espace n’est, pour eux, rien d’autre qu’un réseau de relations entre personnes, et non l’étendue (notre espace) à quoi ces relations correspondent. Notre espace-étendue n’est pas une donnée naturelle, mais une construction sociale, et la superficie d’une étendue limitée n’est rien d’autre qu’un rapport de l’homme au sol, éminemment variable. L’auteur applique ces attendus à l’analyse du Salzforst, un massif boisé de la Franconie, au témoignage d’un weistum de 1326 (aveu de droits). La consistance de cette entité n’est décrite par aucun mot évoquant une idée d’étendue. La largeur de son orée est définie par l’addition d’un son de cor,d’un aboiement, d’un jet de marteau et d’un pet de valet : cette singulière métrologie n’a rien de grotesque, mais participe à la construction sociale de l’objet mesuré. C’est la pratique de la chasse au cerf, i.e. la déambulation brownienne et « sonorisée » des chasseurs, qui détermine la consistance à cet espace et sert de fondement à son appropriation seigneuriale. La pratique de la chasse construit ainsi un espace seigneurial spécifique – un espace sans étendue- comme le travail paysan fonde l’appropriation de l’espace cultivé. En prolongement de cette étude, J.P. Devroey et M. Lauwers, dans leur conclusion, attirent l’attention sur le fait que la procédure d’appropriation de la forêt ressortit à un mode opératoire dominant de construction de l’espace : la déambulation circulaire. Et de souligner que cette image d’un espace organisé en cercles concentriques, héritage antique et ecclésial, a sans doute influencé nos propres représentations de l’espace12.

  • 13  Méhu (Didier), « Locus, transitus, peregrinatio… », art. cit.

15L’idée que l’espace médiéval se définit par sa discontinuité a été émise, illustrée et défendue depuis 1996 par Alain Guerreau. C’est dans le sillage d’Alain Guerreau que se situe très explicitement la contribution de Didier Méhut, « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval (xie-xiiie siècle) »13. Son idée est que les concepts clés de l’espace médiéval sont locus, transitus, peregrinatio. Locus, le lieu, plus précisément étudié, est un mot d’une extrême polysémie, qui apparaît donc comme banal. Dans le champ de la philosophie aristotélicienne, il désigne l’espace occupé par un corps ; dans la pratique, entre autres dérivations, l’endroit « valorisé par l’habitation des hommes et le nom qu’ils lui donnent ». Selon D. Méhut, le locus n’a jamais, au Moyen Âge, une valeur neutre car il constitue un « indicateur de distinction », l’endroit où s’inscrivent les rapports de domination. Le monastère, le tombeau du saint, le domaine seigneurial sont des lieux, des points à partir desquels s’organisent l’espace, les hiérarchies sociales. La société médiévale se réalise et se met en scène à travers la survalorisation de certains lieux qui polarisent l’habitat, la sépulture et les rapports sociaux. Cette société chrétienne, dominée par l’institution ecclésiale, doit être comprise comme un espace-temps (le mot spatium, à l’origine se réfère à ces deux dimensions). Dans cet espace temps, les hommes n’investissent pas une étendue, mais vont de lieu en lieu (peregrinatio) en étant progressivement transformés (transitus) jusqu’à leur salut. Le locus ecclésial, qui constitue un point nodal entre itinéraire horizontal et vertical de l’homme (vers l’au-delà), occupe donc une place privilégiée. Mais, selon D. Méhut, le château est également un haut lieu d’un monde féodal en localisation et, il en formule l’hypothèse, le village, le marché, le pont…participent du même schéma de représentation du monde en pôles discontinus d’inégale intensité. Quid du terroir et des pâturages, s’interroge-t-il en terminant ? En écho à ces propositions, dans leur conclusion, J.-P. Devroey et Michel Lauwers font valoir en quoi l’inecclesiamento, ancrage de l’Eglise dans un lieu propre, processus universel fondé sur une part d’idéel, diffère des autres phénomènes d’inscription spatiale des rapports sociaux, fondés sur des considérations d’opportunité et d’utilité immédiate.

16Ces suggestives propositions, qui participent d’un courant intellectuel soulignant l’étrangeté plus ou moins radicale du Moyen Âge par rapport à l’actuel, ne vont pas sans susciter des compléments, des interrogations, mais aussi des objections . On a noté au passage quelques uns des prolongements développés, dans leur suggestive conclusion, par Jean-Pierre Devroey et Michel Lauwers. J’y ajoute mes propres remarques.

  • 14  Morsel (Joseph), « Construire l’espace sans la notion d’espace... », art. cit.

17-Est-il exclu, comme l’affirme J. Morsel14, que les hommes du Moyen Âge aient pu percevoir l’espace comme étendue à deux dimensions, sauf à être cartésiens avant Descartes ? S’il existe des représentations de l’espace différentes dans le temps et dans la géographie, il en existe également de plurielles dans un même vécu, ainsi que Georges Pérec s’en amuse. Dès lors, rien n’interdit d’imaginer au Moyen Âge un fonctionnement de l’esprit humain privilégiant, selon les acteurs, les contextes, les enjeux, telle ou telle représentation du réel. Et donc la possibilité d’une représentation en deux dimensions. Comment un individu du xiiie siècle dépourvu d’une vision de l’espace comme superficie aurait-il pu concevoir le plan d’une bastide ?

18– S’il est une forme de pluridisciplinarité qui irrigue la totalité de la médiévistique, c’est bien celle qui consiste à emprunter les concepts et les exemples de l’anthropologie. Mais le risque est de privilégier un modèle sur un autre en raison de sa proximité avec son intime conviction. En toute rigueur il conviendrait de ne se risquer à de tels emprunts qu’après avoir reconnu tout le champ des possibles par une démarche de type ethnographique.

19– Si on suit pour l’essentiel A. Guerreau et D. Mahut dans leur restitution de l’espace médiéval, jusqu’à quel moment ce mode de spatialisation est-il resté dominant ? Présent ? Résiduel ? Comment, pourquoi, par quoi, dans quelle mesure a-il été substitué par notre mode actuel ? Ce mode ne constitue-t-il pas en vérité un avatar historique de la prégnance des lieux et des hauts lieux remise en évidence par une branche récente de la géographie (B. Ducourtieux) ?

20– Dans leur conclusion conjointe, Jean-Pierre Devroey et Michel Lauwers pensent pouvoir distinguer trois domaines dans la nébuleuse des études présentées : 1) le territoire ;2) le peuplement et l’occupation du sol, domaine marqué par un foisonnement de recherches et de débats ;3) les représentations de l’espace. Une trilogie en trompe l’œil, en vérité : de territoire il n’est pratiquement jamais question, et les contributions relatives au premier domaine se limitent, on l’a vu, à un rapport introductif. Il semblerait que toute histoire intégrant des données de fouille ou de prospection tende à être reversée par la corporation des médiévistes dans un champ voisin mais séparé, celui des archéologues … Ce colloque est en fait essentiellement voué à l’étude des représentations et cette étude des représentations est dominée par l’analyse des représentations cléricales de l’espace. La domination de la production écrite d’origine ecclésiastique (écrasante jusqu’au xiie siècle) explique cette orientation, mais aussi les orientations récentes de la recherche. Si l’Église structure le Moyen Âge, elle structure aussi, à certains égards, la médiévistique actuelle.

21Dans ce contexte, FRAMESPA-Terrae me paraît constituer un locus privilégié où l’on peut examiner, par exemple, si des communautés ont pu produire des lieux de manière autonome par rapport à l’institution ecclésiale et si, dans un monde caractérisé par la construction d’espace centrés n’ont pas prévalu, en certains endroits, des formes d’espace décentrées. Et si les marges étaient des lieux ?

Haut de page

Notes

1  Méhu (Didier), « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval (xie-xiiie siècle », Construction de l’espace…, p. 275-293, p. 277

2  Lassale (Juliette), « Territoires de confins et délimitations territoriales. Les litiges fonciers entre communautés d’habitants de la haute vallée de la Roya », Construction de l’espace…op. cit., p. 391-403.

3  Excoffon (Sylvain), « Les chartreuses et leurs limites », Construction de l’espace…op. cit., p. 87-101

4  Abbé (Jean-Loup), « Logique spatiale et finage d’après les sources fiscales méridionales », Construction de l’espace…op. cit., p. 75-85

5  Bertrand (Paul) Hélary (Xavier), « Constructions de l’espace dans les cartulaires », Construction de l’espace…op. cit., p. 193-207

6  Leturcq (Samuel), « Espace du village, terrouers des hameaux. Théories et pratiques spatiales d’une communauté paysanne en Beauce orléanaise aux xive et xve siècles », Construction de l’espace…op. cit., p. p. 89-104

7  Schmitt (Jean-Claude), « De l’espace aux lieux : les images médiévales », Construction de l’espace…op. cit., p. 317-346

8  Bourin (Monique) ; Zadora-Rio(Elisabeth), « Pratiques de l’espace : les apports comparés des données textuelles et archéologiques », Construction de l’espace…op. cit., p. 39-55

9  Gautier Dalché (Patrick), « Représentations géographiques savantes et pratiques de l’espace », Construction de l’espace…op. cit., p. 13-38

10  Jansen Philippe, « Finis italiae. Identification et appartenance des territoires frontaliers dans l’Italie du Nord–Ouest », Construction de l’espace…op. cit., p. 209-227

11  Construction de l’espace…op. cit., p. 295-316

12  Devroey (Jean-Pierre) ; Lauwers (Michel), « L’« espace » des historiens médiévistes : quelques remarques de conclusion », Construction de l’espace…op. cit., p. 435 – 453.

13  Méhu (Didier), « Locus, transitus, peregrinatio… », art. cit.

14  Morsel (Joseph), « Construire l’espace sans la notion d’espace... », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Cursente, « L’espace des médiévistes français et l’espace de FRAMESPA-Terrae », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/320 ; DOI : 10.4000/framespa.320

Haut de page

Auteur

Benoît Cursente

Directeur de recherche CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals