Navigation – Plan du site
Recensions

Coralie Machabert, « Fin d’une énigme. Dans une œuvre de jeunesse, ornant l’escalier de la Cinémathèque de Toulouse, c’est le peintre-sculpteur Jean Druïlle qui souffle la révolte sur la paix des champs », Midi-Pyrénées Patrimoine

Claudette Peyrusse
Référence(s) :

Coralie Machabert, « Fin d’une énigme. Dans une œuvre de jeunesse, ornant l’escalier de la Cinémathèque de Toulouse, c’est le peintre-sculpteur Jean Druïlle qui souffle la révolte sur la paix des champs », Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 38, été 2014, p. 96-99.

Texte intégral

1La revue Midi-Pyrénées Patrimoine, dirigée par Bernard Seiden, révèle au public qui est l'auteur de la peinture murale de la Cinémathèque de Toulouse, intitulée Le socialisme aux champs, et précise les circonstances de sa création. On sait désormais qu'il s'agit d'une œuvre du peintre-sculpteur Jean Druïlle (1933). Ceux qui fréquentent la cinémathèque connaissent bien cette peinture en trompe-l’œil qui éclaire l’escalier et donne profondeur et ouverture à la bibliothèque de la Cinémathèque, au 69 rue du Taur, peinture remarquable par l’alliance incongrue d'une facture classique et de références religieuses et rurales couplées à la leçon révolutionnaire. Si ce n’était une œuvre ancienne et homogène, on croirait qu’il s’agit d’un détournement humoristique contemporain.

2En 1995, lors des travaux d’aménagement, la démolition d’une cloison  fait apparaître l’abside d’une chapelle et son ornementation. Cette dernière est menacée du badigeon car le phylactère, reproduisant pour partie le refrain de l’Internationale, donne de l’humeur à la municipalité, maître d’ouvrage. Les hypothèses vont bon train du côté des experts mais l’auteur de l’œuvre (restaurée par Gabriel Burroni pour la structure et Françoise Tollon pour la peinture) et sa signification, à une date estimée alors entre 1905-1925, restent mystérieux.

3La découverte, dans un Bulletin municipal de 1937 de la mention d’un décor peint commandé à Jean Druïlle (1906-1993), jeune artiste socialiste, restreint les hypothèses. Midi-Pyrénées Patrimoine en fait état en décembre 2013 (Bernard Seiden, « La Cinémathèque. Une commande socialiste, Toulouse 100 détours », Midi-PyrénéesPatrimoine, Hors-série n° 5, décembre 2013, p. 22).

4Dans l’ombre de la revue, une recherche se poursuit. Des bases de travail plus fermes sont rendues possibles par des recoupements avec le catalogue de la Société des Artistes méridionaux de 1933, par le dépouillement du Midi socialiste empressé à rendre compte de ce qui touche à son parti, mais aussi par l’identification du motif du chanteur dont il est dit qu’il appartient au décor de la bibliothèque du Foyer du peuple, ainsi que par la continuité de la mémoire familiale des Druïlle, visible dans le blog de Bruno, fils de Jean.

5Coralie Machabert accepte de poursuivre l’aventure en marge de sa thèse La vie artistique à Toulouse (arts plastiques) de 1939 à la fin des années soixante. Cette jeune doctorante en histoire de l’art à l’Université Toulouse-Jean Jaurès, membre de Framespa, UMR 5136, CNRS, livre les éléments de son étude dans deux articles passionnants de Midi Pyrénées Patrimoine. Dans le n° 38, été 2014 (« Fin d’une énigme. Dans une œuvre de jeunesse, ornant l’escalier de la Cinémathèque de Toulouse, c’est le peintre-sculpteur Jean Druïlle qui souffle la révolte sur la paix des champs », Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 38, été 2014, p. 96-99), elle met en perspective l’histoire du lieu (du collège médiéval de l’Esquile au bâtiment municipal diversement utilisé) et l’huile sur plâtre qui a remplacé une œuvre religieuse du xixe siècle. Le décor de l’abside enserre la peinture et ses trois niveaux, céleste, politique et terrien, et « joue de l’association d’une iconographie théologique et de symboles socialistes. Un glissement doctrinal est suggéré : l’universalité du message révolutionnaire semble se substituer à celle du divin ». Deuxième glissement : le message concerne moins les ouvriers que le monde paysan.

6On comprend mieux la leçon en images d’un membre du parti socialiste qui répond à la commande d’une municipalité, socialiste depuis 1925, le modelé particulier des corps de ce jeune peintre-sculpteur. La carrière de Druïlle formé à l’école des Beaux-arts de Toulouse, à la Casa de Velázquez, est celle d’un artiste plus connu comme statuaire, qui répond souvent aux commandes publiques (écoles, HBM du Grand-Rond) et devient à son tour formateur.

7La découverte par Bruno Druïlle d’une esquisse détaillée relance et confirme l’étude. Coralie Machabert, dans son article publié dans le numéro 40 de Midi-Pyrénées Patrimoine, hiver 2014/15 (« Cinémathèque de Toulouse. Découverte du modèle de la peinture murale », Midi-Pyrénées Patrimoine, n° 40, hiver 2014/2015, p. 6) commente l’œuvre bornée dans sa partie basse par un escalier mais qui restitue les motifs disparus : des personnages s’adonnent à l’agriculture et à l’artisanat et déclinent aux champs l’alliance de la faux et du marteau. Chacun d’entre eux est peint sur le modèle de proches de Jean Druïlle.

8Ces trois articles et les belles photos de Didier Taillefer ont eu un autre impact, alerter sur l’état actuel de la peinture qui s’écaille et appelle la restauration. Peut-il y avoir une suite à l’étude, même si l’énigme est déjà savamment dénouée et documentée ? On y prend goût.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Peyrusse, « Coralie Machabert, « Fin d’une énigme. Dans une œuvre de jeunesse, ornant l’escalier de la Cinémathèque de Toulouse, c’est le peintre-sculpteur Jean Druïlle qui souffle la révolte sur la paix des champs », Midi-Pyrénées Patrimoine », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/3216

Haut de page

Auteur

Claudette Peyrusse

MCF e. r., Université Paul Sabatier. Spécialisée dans les études sur le cinéma du sud français, elle a été co-directrice de l’exposition et du catalogue Toulouse entre les deux guerres. Les écrivains, les artistes et le livre, à la Bibliothèque de Toulouse, en 2008.
claudette.peyrusse@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
> : Haut de page

">

<

<<

Dro"liceque nme="ul" que nme

<<

ftmgSnnaissd">fttton>

<<

Uns/ie bee semt> h. U6-l-cap120.jp>

mg alt="Licenueo Foice, Aidionet , ilm="httpnnexe/image/57963436/eaux ch lueo FSPA" />h. U5-l-cap120.jp>
rtionfsta>Docu alt="Licenueo , litFRAMInue let Beausne erelihum> rtionfsta>Doc="httpnnexe/image/57963434/cnrs_inshs-l-cap120. />
rtionfsta>Docu alt="LiceOditEon.org Jals.opem="httpes/favilueonsorg"-fra< />
strWts --: { l de s-: "lefer sitep int:vaièsbg-Rone", l de : "lefer sitep int:vg-Rone", a="sum : "lefer sitep int:val;"> : "Imt" me document">Sig }, // Zoomges d strSizeIais: { pso/didi: "Pentcév>Sig, " cl/didi: "Sntg, cloeatidi: "Fs derg, in.opeali: "On.opeal", aaicatydi: "Ag-Ronirg }, // Dsité strcle" />: { feruct" .isPs: "Ieruct" .isPsg } }; //]]u ipt> doc="httpjseybox/jquery.fancybox-1.3.1.css"pnd?cjocu ipt> doc="httpjsecle doc>//Si).crumy(fuon">MC() { jQ.fan.ajax({ aolnc:vaiue, url: "?langat=rssdr cedby&="fr"fr&al;ecocourl=1", sus -->: fuon">MC(fstmentdDataC cedby ) { if(stmentdDataC cedby){ jQ.fan( 'tation -->' ).afrap(fstmentdDataC cedby ); jQ.fan( 'ttcuts">Cit]' ).afrap(f'p;| #docPiwikdoc> varv_paq= _paq|| []; ',ument">Si.dom> , '=map']); Linking']); Si.dom> + "mtl+ument">Si.e="Je]); MC() { Si, g=dativeceEnt du ('pt">do'), s=da --Ent du sByTag">Pe('pt">do')[0]; Node.ire ltBtat=e(g,s); -[if EndcPiwikdoc="https://searcon">c-in.openedition.org/frameditbarre/jeo.css"js? est=. U4-12 /> u ipt> doc="https://searcon">c-in.openedition.org/framjsery.fancjoonp-on. s-.mincjocu ipt> doc>[if Si).crumy(fuon">MC($) { do(ps://searcon">c-in.openedition.org/framjseybox/jquery.fancybox-1.3.1.css"joc, fuon">MC() { : fuon">MC( esa) { Ac(' alt="http'+ esacybvogra+'stroef="#aut'+ esacurl+'st'+ esac="pr+'

'); : fuon">MC(msg){ nd(msg); MC( esa){ Ac('g(é , ref="/fra://ji.crors nedition.org/fra">ific in

'); : fuon">MC(msg){ nd(msg); MC(e) {}); MC() { r' ) { Si).crumy(fuon">MC($) { $(fuon">MC() { if (ment">Si.cookie.irdexOf("__cookieter s=1") == -1) { $("n clau")c">Ac("n xmlns="tit\"cookie/jav\ceEnrsuivre ll’voernation
sla rcee,vous ate de z l'usation Comme jeookieem>Mef="/fr\p://www.openedition.org/doca6540\ceEnrsr une con

exmlns="tit\"cloeacookieter s\"> ndTo(" id="); $("a,.cloeacookieter s")cclick(fuon">MC() { varvexp" co= new " co(); exp" co.setTt m(exp" co.getTt m()l+u(365 * 24 * 3600 * 1000)); ment">Si.cookie= "__cookieter s=1ositsemt=tl+uexp" co.toGMTSal eg()l+u";dom> =nedition.org/doc;path=mt; $("#cookieter s")cremovo(); }); } }); pt>
OditEon.org
ReceOditEon.org Book>L rtionfsta>Do
L
ReceOditEon.org Jals.ope&#>Rsorg"décsne erelihum> rtionfsta>Do
Dnda/frapan class="title">ReceCa>Dnda&#>Annoerelisne ecatiqrg"
chamannoerel
ReceHhèseave;que see&#>Carnee Toulerche se
Recerper&#>S'abonn-> ave; la BiblL.peru'OditEon.org
Receyer sue&rtbonn-s" />an>eilute;criv--> ch atrvic

se ckeontee ckeoFe les &a e l -el>

iv

Rscher

<<