Navigation – Plan du site

Espaces d’élevage et stratégies pastorales

Les problèmes d’échelle dans l’étude de l’élevage andorran de la fin du XVIe à la fin du XIXe siècle
Olivier Codina Vialette

Texte intégral

  • 1  Pour les sources, voir O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes 1 (...)

1Appréhender l’évolution de l’élevage ovin andorran au cours de la période moderne implique de saisir les différents espaces dans lesquels se développait cette activité. Cela requiert de tenir compte des diverses échelles qui structuraient cette activité qui agglutinait différentes réalités. De fait, c’est grâce à l’analyse de l’emboîtement de ces espaces que peuvent être mises en lumière les diverses stratégies qui se nouaient autour du bétail. Pour soutenir cette approche, nous disposons de trois types de sources fondamentales : les fonds patrimoniaux, les documents notariaux et ceux des administrations andorranes (Conseil Général, communes et quarts)1.

Définir l’espace pastoral andorran

Espaces et propriété

  • 2  La première notion d’empriu fait référence au territoire exploité par une communauté. Actuellement (...)

2L’un des premiers traits distinctifs qui apparaît dans la documentation est lié à la propriété de la terre et aux droits d’usage. Les textes communaux différencient nos montagnes des emprius2. Dans la documentation moderne, la montagne est généralement définie comme un territoire appartenant à la collectivité et sur lequel celle-ci exerce l’intégralité des droits d’exploitation. À l’opposé, sur l’empriu, elle partage les droits avec une communauté voisine. Deux cas de figure se présentent. Dans le premier, la propriété est reconnue à l’une des deux communautés et l’usage revient aux deux. Dans le second, il s’agit d’un secteur indivis dont l’usage et la propriété reviennent aux deux communes. Ce dernier cas naît généralement d’une absence de démarcation précise entre les deux collectivités. L’empriu cumule alors trois secteurs : autour de l’espace commun se délimitent deux autres secteurs qui sont chacun de façon réciproque propriété de l’une des communes et accessibles à l’autre.

  • 3  AHN/ Archive de la commune d’Andorre (ACA), doc. 35 et 93. La valeur réduite de ces cens et l’abse (...)
  • 4  Arch. dep. de l’Ariège, 5 E 670, fº 138.
  • 5  Cette aide pouvait se traduire par des mesures concrètes. Ainsi en novembre 1627, les consuls de S (...)

3Selon son origine, l’espace pastoral collectif ainsi gagné sur le territoire des communautés voisines pouvait être franc de toute rémunération ou être assujetti au paiement d’un cens. Par exemple, les habitants d’Andorre payaient un cens de six fromages de brebis et six sous pour accéder aux herbages de Lles et Travesseres, ils s’acquittaient d’un jambon pour aller à Vall Civera3 et à Canillo, tous les ans, le conseil faisait livrer deux jambons et deux fromages au marquis de Gudanes afin de perpétuer les droits sur la haute vallée de l’Aston. Les droits concernant la zone nord de la principauté étaient les plus conformes à la notion de lies et passeries que l’on connaît dans les Pyrénées, puisque sur la stricte relation territoire/troupeaux, se greffait un contenu plus large. Entre Miglos et Ordino, par exemple, le maintien du traité impliquait le renouvellement annuel d’un serment par lequel leurs représentants s’engageaient à récupérer les troupeaux dérobés4 et à se prévenir en cas d’arrivée de troupes ou d’épidémies5.

  • 6  C’est le sens des inscriptions qui accompagnaient certaines concessions de terres communales (judi (...)

4Dans le cadre des conditions fixées pour chaque empriu,la commune régulait l’accès aux herbages de manière autonome. La main-mise des conseils sur des espaces ne leur appartenant pas ne se limitait pas aux seuls emprius. Au fonds de la vallée, la commune définissait les rebaixants. Ceux-ci rassemblaient l’ensemble des terres de moyenne et de basse montagne qui ne bénéficiaient pas d’un statut particulier et ne faisaient pas partie des terres décrétées solans qui étaient des terres pastorales particulières à la moyenne montagne. Le statut de rebaixant affectait aussi bien les terres communales que les terres privées. Toutes les parcelles étaient astreintes au droit de pacage collectif : les chaumes et l’herbe qui poussaient durant l’année de jachère n’appartenaient pas au propriétaire. Il ne pouvait en jouir que dans le cadre collectif6.

  • 7  Pour les six communes andorranes, entre actes de fondation, copies postérieures et résolutions de (...)

5Par conséquent, que ce soit par les emprius ou par les terres particulières des rebaixants, le domaine pastoral dont disposait la collectivité dépassait largement le strict cadre de la propriété communale (cf. figure 1)7. L’exploitation de cet espace était régulée par les conseils et les normes qu’ils édictaient s’appliquaient aux communaux, aux terres privées et aux domaines des quarts.

Figure 1

Figure 1

Emprius et mouvements de bétail.

© ARH.

Calendrier et espaces

  • 8  À Sant Julià, le 16 août 1744, il était stipulé que les rebaixants fermaient de la pentecôte (7ème(...)
  • 9  « …tret que hi hagen garbes, ho han de deixar comú, han de conrear de la Sra. de mars en avant… » (...)
  • 10  Certains solans dépendaient des hameaux (dits quart ou veïnatge selon les communes) et ils pouvaie (...)

6Le calendrier mis en place par les communes pour gérer leur espace tenait compte de deux facteurs : le bétail et les cultures. Le noyau central était constitué par les rebaixants qui groupaient tout à la fois la réserve d’herbe hivernale et le potentiel agricole de la collectivité. Globalement, pour toutes les communes, les dates d’ouverture et de fermeture des rebaixants coïncidaient avec la mise en culture et avec la moisson (cf. figure 2). Bien que la règle rappelle une norme préfixée d’année en année, en réalité, chaque commune adaptait annuellement la date applicable aux conditions particulières8. L’utilisation pastorale des rebaixants était collective, cela impliquait de laisser sa terre accessible aux animaux de la collectivité pendant une période qui durait de 15 à 18 mois puisque la jachère bisannuelle était obligatoire. Deux normes de base étaient appliquées. D’abord, l’interdiction était faite à l’agriculteur de prohiber l’accès de ses terres au bétail de la communauté et l’éleveur pouvait conduire ses bêtes sur tous les vacants. Pour tous les propriétaires, la sole agricole était soustraite aux bêtes en mars et le reste de la propriété restait astreint à la servitude collective. Ainsi à La Cortinada, le conseil du quart précisait que la culture débutait pour la fête de la vierge de mars et que celles qui n’étaient pas semées devaient rester communes9. Les quartiers des rebaixants qui restaient en vaine pâture (jachère et communaux) étaient gérés de façon à garantir l’exploitation pastorale jusqu’à l’ouverture de la moyenne montagne où étaient délimités les solans10.

Figure 2

Figure 2

Les communes d’Andorre et de Sant Julià, xviii-xixe siècles.

© ARH

  • 11  Cet étagement de l’espace montagnard n’a rien de proprement andorran. On le retrouve, entre autres (...)
  • 12  Certains solans étaient réservés à l’arrière-saison et leur fermeture ne coïncidait pas avec l’ouv (...)

7Contrairement aux rebaixants, les solans ne se composaient d’aucun type de terres arables11. Leurs limites altitudinales inférieures étaient formées soit par la limite supérieure de la zone cultivable de fond de vallée, soit, le plus souvent, par la partie haute des rebaixants. L’utilisation normale des solans était autorisée jusqu’au moment de l’ouverture des estives12. Les besoins précoces d’herbe étaient satisfaits par une avancée de la date d’ouverture de ces secteurs dans la saison, cela se faisait par l’inscription de certains solans sur la liste des rebaixants. À l’opposé, certaines années, les rebaixants passaient dans la liste des solans. La fermeture des secteurs de la moyenne montagne poussait les bêtes vers la haute montagne.

  • 13  ANA/ACA, livre d’actes 2, 20/08/1713.

8La date d’ouverture des estives variait d’une paroisse à l’autre. Traditionnellement, pour la commune d’Andorre, elle oscillait entre le jour de la Saint-Barnabé (11 juin) et celui de la Saint-Jean ou de la Saint-Pierre (24 et 29 juin)13. Comme les conditions climatiques pouvaient retarder plus ou moins le départ pour l’estive ; il fallait adapter les règlements communaux. Pour l’ensemble de la principauté, l’entrée sur les herbages pouvait s’échelonner du 15 juin au 15 juillet. Pendant l’été, seuls les troupeaux destinés aux boucheries locales et les bêtes de travail – tant qu’elles ne chômaient pas plus de trois jours d’affilée – pouvaient rester sur les parties basses de la montagne. Pour tout le cheptel, la mi-septembre marquait le début du retour des estives.

  • 14  ANA/ACO, livre d’actes 3, 1630-1636.
  • 15  ANA/ACM, livre d’actes 2, 10/05/1705 et 12/03/1713.
  • 16  ANA/ACA, livre d’actes 3, 29/05/1629.

9La date de descente variait d’une paroisse à l’autre. Généralement, pour tous les animaux estivants, le gardien collectif initiait le mouvement. À Ordino, les contrats liant le gardien à la paroisse stipulaient qu’il devait rester en montagne jusqu’à la Saint-Michel de septembre (29 septembre), date à laquelle était rouverte la moyenne montagne14. À la Massana, la Saint-Luc, le 18 octobre, signait la fermeture de certaines estives, la Saint-Martin marquait celle du retour du vacher et le premier novembre scellait la saison estivale15. En Andorre, la clôture pouvait parfois avoir lieu à la Saint-Odon, le 18 novembre16. Les divers quartiers des solans et des rebaixants étaient rouverts et ils servaient jusqu’à la phase de stabulation, moment où se fermaient les derniers solans et que l’absence d’herbe limitait l’accès des rebaixants.

10En conclusion, le calendrier fixé par les conseils conditionnait l’exploitation de l’espace communal sur l’année complète. Il fixait le cadre théorique dans lequel se développait l’élevage de la communauté, mais il ne correspondait pas forcément à celui qui était employé effectivement par les éleveurs. Cela est évident lorsque l’on confronte les données issues des comptes d’élevages privés à celles fournies par les livres d’actes communaux. L’espace collectif encadrait l’espace privé, mais les stratégies qui se développaient dans chacune de ces sphères n’étaient pas forcément synchrones.

L’espace privé

Transhumance horizontale et stabulation : l’espace pyrénéen

  • 17  D’une tête à une centaine de bêtes selon l’espèce, la commune et le secteur.
  • 18  L’estrany se définissait au niveau de la commune, le bétail andorran provenant d’une autre commune (...)
  • 19  Ces chiffres ne sont pas une spécificité montagnarde, des quantités similaires sont mentionnées po (...)
  • 20  ANA/ACM, livre d’actes 2, 14/06/1713.

11L’établissement du calendrier pastoral permettait de moduler l’exploitation du territoire communal afin de l’adapter aux besoins de la collectivité, mais la fixation des diverses phases d’utilisation n’était pas le seul moyen employé. Un second aspect de la réglementation avait trait aux quotas d’animaux autorisés pour chaque famille résidente. La répartition des bêtes sur l’ensemble des quartiers était obtenue grâce à un mécanisme de taxation. Pour les rebaixants, il était fixé un nombre de nuitées (1 à 4) et une quantité de bétail franche de droits17. Tout dépassement du nombre de têtes ou de la durée de dépaissance autorisée rendait le responsable du bétail redevable de la taxe que payaient tous les animaux étrangers à la commune qui venaient pâturer sur son territoire, l’estrany18. Sur les solans, le droit permettait la réception de troupeaux de 100 à 200 ovins, la quantité la plus courante étant de 150 têtes19. Sur les estives, ce nombre oscillait de 200 à 500 ou 600 têtes à Canillo et à La Massana20. Ces chiffres ne correspondent pas forcément au troupeau appartenant à la famille qui dénonçait les bêtes. Pour atteindre ces quotas, il pouvait recevoir des bêtes appartenant à un autre éleveur (conlloch). Par conséquent, la norme liée au droit de maison qui restreignait l’usage du communal aux seuls habitants ne limitait pas l’entente préalable entre éleveurs.

  • 21  Pour la commune, même si le propriétaire des bêtes était originaire du même village, le responsabl (...)
  • 22  Les coefficients monétaires appliqués variaient d’une année sur l’autre selon qu’il s’agissait d’u (...)
  • 23  « que cada particular los tingui amb son pa i son carilló… » – ANA/ACM, livre d’actes 2, 25/06/170 (...)
  • 24  La senyal de pa correspond à un paiement en nature que recevait le pâtre engagé pour la saison est (...)

12L’essentiel des baux à cheptel (parceries, capsous, etc.) conclus entre les habitants des vallées entrait dans le cadre du conlloch. Ce terme groupait deux réalités complémentaires. Pour les éleveurs, il s’agissait d’un contrat spécifique par lequel un éleveur accueillait les animaux d’un autre en contre partie d’un paiement par tête, tandis que dans les règlements, il caractérisait les bêtes reçues sur les communs quelque soit le contrat qui liait les éleveurs. Grosso modo, pour les communes, deux cas de figure se présentaient : soit l’habitant ne possédait pas le nombre de bêtes autorisées, il pouvait alors recevoir les animaux d’un autre éleveur, soit son cheptel dépassait le quota fixé et il devait alors détacher une partie de son troupeau qu’il donnait à garder à un voisin. Les paiements réclamés aux éleveurs s’établissaient selon diverses modalités. Lorsque les bêtes se répartissaient entre membres de la même commune, le droit d’accès aux vacants était franc tant que le quota stipulé n’était pas dépassé. Il s’agissait d’appliquer la norme qui obligeait à la subdivision du cheptel afin de répartir la charge pastorale sur la totalité des pacages ouverts durant la phase d’élevage correspondante. Toute infraction se soldait par une amende (cot). Lorsque les bêtes provenaient d’une autre commune, les ovins étaient astreints au paiement de l’estrany. Sur certains secteurs, les bêtes pouvaient être assujetties au ban. Un double barème était alors fixé, selon qu’il y avait ou non dépassement du quota21. Par exemple, à La Massana, en 1709, jusqu’à 250 têtes de laine ou de poil, le receveur était soumis à l’estrany normal fixé à 2 deniers catalans par bête22. Au-delà, il en devait 12 et il fallait que la portion surnuméraire dispose de son « pain et sa sonnaille »23 c’est-à-dire qu’il fallait diviser le troupeau et engager un second berger24. Globalement, la norme était que plus les bêtes s’élevaient dans la montagne, plus grossissaient les troupeaux. Fréquemment fixé à 50 ou 75 ovins maximum pour les vacants de fond de vallée, le seuil de subdivision du cheptel pouvait atteindre 300 têtes sur les estives. Généralement, l’éleveur pouvait conduire deux troupeaux, au-delà il fallait qu’il passe un contrat privé avec l’un de ses voisins afin de bénéficier de son quota.  

  • 25  La dénomination de la Tosa correspond alors aux versants est et sud de la Tosa de Braibal (empriu (...)
  • 26  Généralement, il était employé une formule du type « …pagar a rato per quantitat… ». Cette même me (...)

13Pour les ovins, deux types de contrat étaient conclus. Certains, de manière classique, s’établissaient sur la base d’une répartition proportionnelle de la production (agneaux, laine et fromages) entre le receveur et le propriétaire du bétail. Dans la seconde, il était établi un montant par tête selon la phase d´élevage que couvrait le contrat (hivernage, estivage ou année). La limite fixée pouvait avoir deux fonctions. Dans l’exemple de La Massana précédemment cité, elle constituait le seuil réglementaire à partir duquel le taux du prélèvement augmentait alors que, dans d’autres cas, il s’agissait de la quantité qu’il ne fallait pas dépasser. C’est la différence entre le ban et le cot. Le premier était un dépassement autorisé alors que le second correspondait à une infraction. Elle entraînait la mise sous séquestre des bêtes et le paiement d’une amende (cot). Sur les terres soumises au ban, l’établissement du quotapouvait s’adapter à la grosseur des troupeaux. Par exemple en juin 1630, sur les solans et la Tosa d’Andorre25, il était prévu une taxation de 5, 10, 20 et 30 sous selon la grosseur des troupeaux (20, 30, 50 ou 100 têtes). Dans d’autres cas, comme sur les solans de Canillo, le seuil fixait le nombre d’animaux maximum à partir duquel les éleveurs pouvaient être poursuivis. En deçà, ils payaient un ban calculé au prorata de la consommation d’herbe26.

  • 27  ANA/ACA, livre d’actes 3, 29/05/1824.

14Pour toutes les communes, il était systématiquement précisé que, sur les solans, les bans de nuit étaient doubles. Applicable à la fin du printemps et au début de l’été, moment auquel elle s’appliquait également aux premières estives ouvertes, cette norme avait pour but de limiter l’exploitation des herbes et de forcer les éleveurs à regagner quotidiennement les corrals et les bordes de la moyenne montagne. Par exemple, en 1824, dans la vallée du Madriu, il était interdit de faire dormir le bétail à Perafita ou à Claror. Il devait descendre à Ramio ou à Entremesaïgues et pour cela la commune octroyait des droits de coupe de bois afin de clore les bêtes27.

15Il est à noter que ces terres privées constituées de prairies et de prés sur lesquelles étaient édifiées des granges, des étables et des corrals n’apparaissent quasiment pas dans la réglementation pastorale communale. L’explication fondamentale est double. Pour une part, elles entraient dans le statut des rebaixants et ne requéraient aucune mesure particulière. Pour une autre, elles échappaient au contrôle saisonnier de la commune. Le droit collectif était la norme, cependant les propriétaires pouvaient soustraire une parcelle à cette contrainte en demandant l’un des deux statuts spécifiques prévus par la commune : le guarda et le defens. Pour cela, il s’acquittait d’un montant qui était évalué par rapport à la perte que représentait, pour la collectivité, la soustraction de la terre au droit commun.

  • 28  Certaines terres agricoles requéraient également un defens, c’est notamment le cas des courtils où (...)
  • 29  ANA/ACSJ, livre d’actes 2, 09/06/1788.

16Fréquemment confondus, ces deux statuts n’étaient pas équivalents. Sur le guarda, la période annuelle de protection était plus longue que celle permise par le calendrier communal mais la jachère restait obligatoire (et communautaire). Tandis que, sur le defens, le propriétaire récupérait l’usage exclusif de sa propriété. Schématiquement, le premier s’appliquait à des terres agricoles alors que le second était à la base de l’exploitation des meilleurs prés privés. Grâce au defens, le propriétaire produisait le foin et le regain, qu’il stockait, et il conservait à son usage propre une phase de pousse que les bêtes consommaient sur pieds au cours de la soudure printanière28. C’est le sens d’une précision inscrite dans le livre de Sant Julià en 1788 : « …certains ont abandonné les cultures sur des terres de guarda pour y faire de l’herbe (segar) ce qui ne correspond pas à une licence de guarda… »29. Cette mention est à remettre dans son contexte. Ce qui est anormal c’est que le propriétaire fauche son champ afin de conserver l’herbe, ce n’est pas le fait de laisser pousser de l’herbe. À ce moment là de l’année, ces terres labourables qui n’étaient pas ensemencées devaient être utilisables par tous. C’est la différence entre un pré de defens et un autre. Sur les prés non protégés, les herbages ne pouvaient être récupérés par le propriétaire qu’une année sur l’autre pendant la durée de l’exclusion des bêtes du fond de vallée. À l’inverse, sur le defens il récoltait annuellement deux récoltes et, surtout, il choisissait qui pouvaient mener paître ses bêtes sur sa terre.

  • 30  Cette norme impliquait une réduction non négligeable de la surface utile puisqu’il courrait parfoi (...)
  • 31  ANA/ archive de casa Rossell, inventaire, s. n., 13/09/1791.
  • 32  Lors de l’établissement du cadastre de la commune d’Andorre, à catégorie et superficie égales, la (...)
  • 33  Le lien entre l’eau et les prés de defens est systématique dans la documentation.

17D’autres divergences distinguaient le defens du guarda. Dans le premier cas, la parcelle devait être close par un muret (aparedar) de manière à en interdire l’accès aux bêtes (…tancar per aturar el bestiar...), alors que cela n’était pas demandé pour le second. De même, lorsqu’un droit de passage sur des prés était délimité, la partie qui en était retranchée était prise à l’extérieur de la surface clôturée30. À l’opposé, sur les terres agricoles, le passage était ouvert directement sur la parcelle et il était accessible à tous hors saison de culture. Pourtant, l’exclusion saisonnière du bétail rendait le fruit de la totalité de la parcelle au propriétaire. L’importance de ses secteurs de production de foin est parfaitement illustrée par les prix du foncier relevés dans la principauté. Alors qu’il a souvent été écrit que la pauvreté du terroir impliquait que les meilleures terres étaient destinées au marché céréalier, ce sont de fait les prés qui regroupaient les parcelles les plus chères. Au XVIIIe siècle, un journal (2 230 m2) de pré de première catégorie était estimé à 500 livres catalanes alors qu’un champ de qualité égale n’en valait que 27231. Cette différence de prix se vérifie pour toute la période étudiée, ceci tant dans les fonds publics32 que dans les fonds privés. La reconstruction du parcellaire permet de mettre en évidence que la qualité « naturelle » de la terre n’est que l’une des composantes de l’estimation. L’écart pour deux parcelles mitoyennes, que rien ne permet de distinguer au niveau orographique, ne s’explique que par la différence de la mise en valeur. Pour l’herbe, à la valeur du defens s’ajoutent, entre autres, les frais consentis pour la construction et le maintien des murs de clôture, des canaux d’irrigation33 ainsi qu’un désempierrage plus poussé requis pour l’usage de la faux.

  • 34  Bordes, granges, étables, cortals, etc. Ces diverses dénominations ne recoupent pas exactement le (...)
  • 35  À Ordino et à Canillo, la frange inférieure du terroir se situe à 1250 et 1400 m, ce qui réduit gr (...)
  • 36  Il faudrait y ajouter les terres privées acquises dans l’Urgellet, que l’on retrouve dans plusieur (...)

18Cet espace pastoral privé était employé pour constituer les stocks de fourrage hivernal. Les éleveurs combinaient son exploitation avec les droits sur les rebaixants et les solans afin de nourrir le bétail non transhumant et celui qui effectuait une transhumance horizontale. Primordial pour les bovins et les équins qui ne se sortaient quasiment pas du cadre pyrénéen, sauf pour aller aux foires, il était également mis à profit pour les ovins. L’étude du bâti pour la fin de notre période d’étude éclaire l’importance de ces infrastructures pastorales. À l’extrême fin du XIXe siècle, à Sant Julià, 130 feux fiscaux possédaient 153 maisons d’habitation, dont certaines disposaient d’une étable au rez-de-chaussée, et elles possédaient 185 constructions agropastorales34. Dans le cadre andorran, le déplacement des bêtes se faisait globalement dans deux sens. Les communes qui disposaient d’importantes superficies hivernales (Sant-Julià/Andorre) recevaient une partie des troupeaux qui provenaient des communes septentrionales (Canillo/Ordino) dont le terroir était situé à des altitudes plus élevées35. En contrepartie, les habitants des deux premières communes envoyaient des bêtes sur les estives du nord. Ces mouvements sur de courtes distances concernent les animaux qui ne sortaient pas de la juridiction (partido judicial) dans laquelle habitait leur propriétaire et qui entrent dans les statistiques espagnoles dans la classe des transterminado. Dans le contexte andorran, cette activité ne coïncidait pas uniquement avec le territoire de six communes. Les actes privés permettent de délimiter une zone qui couvrait le fond des vallées des communautés voisines de l’Alt Urgell et, de manière moindre, du Pallars Sobirà. Le secteur le plus convoité par les gros éleveurs était celui de l’Urgellet, au sud de la Seu d’Urgell36. Les termes et les périodes saisonnières couvertes par ces actes établis avec les éleveurs de ces régions étaient en tous points identiques à ceux employés au sein des vallées et, fréquemment, au contrat d’hivernage répondait un contrat d’estivage.

19Par conséquent, sans sortir du droit communal, les stratégies pastorales privées fondées sur le droit de pâturage, le droit de ban et l’exploitation des herbages privés dessinaient un espace supra-communautaire dans lequel se tramaient des alliances qui permettaient d’assurer la subsistance des troupeaux dépassant la charge pastorale définie par les conseils. Inutiles aux éleveurs qui possédaient de petits troupeaux, ces accords se révélaient primordiaux pour les autres. À ce jeu d’échelle fixé au niveau pyrénéen s’ajoutait un autre niveau, celui de la transhumance verticale qui unissait la montagne et la plaine. Dans le cadre andorran, l’une des répercussions principales qu’eut le développement de cette activité affecta le domaine des estives

Orris et cortons : un nouveau découpage de l’espace montagnard

  • 37  Pour le cas cerdan, C. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, ed (...)
  • 38  Afin d’éviter tout risque de quiproquo et rester au plus près de notre documentation, nous réservo (...)
  • 39   …que los d’Encamp no puguin anar amb bestiars forasters, en ningun temps, ni amb lo propi, gros (...)
  • 40  ANA/ACA, livre d’actes 2, 13/01/1711.
  • 41  Dans ce cas, il s’agit des moules à fromage – ANA/ACAP, Liasse XI, doc. 777, 17 août 1682.

20Le système d’exploitation des pâtures supra-forestières classique était basé sur la structure et le droit d’orri37. Le terme de « faire orri » avait un double sens. Dans un premier temps, c’était le fait de créer un ensemble d’infrastructures d’accueil saisonnier afin que le bétail puisse être parqué et gardé pendant la nuit, puis il désigna également un droit d’utilisation qu’attribuait la commune. Ces constructions servaient à la fabrication et au stockage de la production fromagère38. La notion communale du « temps d’orri », au cours de laquelle on « faisait orri », correspondait à un moment précis du cycle d’élevage qui débutait lors de l’ouverture de la haute montagne et finissait à la fin juillet. Sur l’empriu dit de la Concòrdia, entre Canillo et Encamp, les habitants d’Encamp ne pouvaient pas mettre d’animaux dans les secteurs d’Encampadana et de la Riba Escortjada tant qu’il y avait des orris. Ce n’est qu’à la fin du « temps d’orri» que ces estives étaient ouvertes aux autres bêtes39. Cette phase d’élevage est également identifiable à partir de la documentation patrimoniale. Les inventaires et les comptabilités sont les deux sources utilisables. Dans les premières, des orrisprivés situés aux marges supérieures de la moyenne montagne sont mentionnés. Placés à l’entrée des estives, ils autorisaient une reprise de l’activité saisonnière avant l’ouverture de la haute montagne. De la même manière, certains droits précoces d’accès aux estives s’accompagnaient d’une autorisation de « faire orri » dans un cortal40. Cette relation entre la terminologie pastorale et l’activité spécifique des orris est clairement reconnaissable dans les inventaires mobiliers. Par exemple, dans la liste des biens de Mas de les Bons, sont signalés « les orris de bois pour faire les fromages41 ». Dans le second type de documents, les contrats d’embauche des bergers et les baux à cheptel, il était établi que la fin du sevrage marquait le début « temps d’orri ». Les contrats établis pour cette période sont les seuls pour lesquels une production fromagère est mentionnée.

  • 42  Le corpus qui fait directement référence au temps d’orri est constitué de 484 contrats provenant d (...)
  • 43  Repas offerts aux clercs après les processions, banquets de clôture des différents conseils, etc.
  • 44  Sur un volume total supérieur à 35 000 transactions regroupées pour la période 1622-1750, les from (...)

21Les contrats salariaux de pâtres permettent de déterminer que cette fabrication de fromages débutait toujours dans la seconde quinzaine de juin et débordait rarement sur la seconde quinzaine d’août. Sur l’ensemble du corpus dépouillé, la proportion réduite de documents qui évoquent la production fromagère peut sembler surprenante. Ce constat est à remettre en contexte42. Il faut tenir compte que les mâles et les brebis n’ayant encore jamais agnelé n’étaient pas concernés par cette phase d’élevage. De même, les brebis uniquement destinées à la boucherie étaient également exclues de l’orri. Au cours du XVIIe siècle, le troupeau producteur potentiel ne représentait au maximum qu’un tiers du cheptel. Cette proportion est à relativiser car, si la fabrication de fromage était devenue secondaire pour les éleveurs qui conduisaient des centaines ou des milliers de bêtes, ce n’était pas le cas pour les propriétaires de petits troupeaux. Nourriture de consommation et de production courante, le fromage restait principalement limité à la sphère privée. Alors que dans tous les actes festifs ce produit est mentionné43, il n’y a relativement que peu d’actes relatifs à la vente de fromage44. Cela illustre un rôle surtout cantonné à l’économie familiale. On fabriquait avant tout pour soi plutôt que pour vendre.

22Pour les gros éleveurs, les ovins étaient prioritairement destinés à la production lainière et à la boucherie. Ces personnages furent les promoteurs de l’une des modifications majeures dans la gestion de l’espace collectif de la haute montagne qui se traduisit par la mise en place du mécanisme de location des estives aux enchères (cortons). Ce mouvement prenait le contre-pied de la pratique habituelle, puisqu’il primait l’intérêt particulier du locataire face à celui de la collectivité. Selon les communes, ce mouvement s’enclencha entre la fin du XVIe et le premier tiers du XVIIe siècle. Dès lors, le mécanisme d’attribution des orris communaux relève d’une sorte d’anachronisme. En effet, le loyer y était fixé en nature, constitué d’une dizaine à une centaine de fromages, alors que sur les cortons seul était demandé du numéraire. La location des orris n’était en vigueur que pour certains emprius. Ne possédant pas le plein droit sur la zone d’estive, il était impossible aux conseils de demander un loyer en argent correspondant à une exploitation exclusive de l’estive. Seul était vendu le plein droit d’utilisation d’un orri et l’assurance qu’aucun éleveur de la commune locataire n’y conduirait ses animaux. Le preneur n’était donc maître que du point de chute journalier, les parcours de dépaissance restaient exploitables par les pâtres originaires de l’autre communauté. Le cas échéant, le locataire était autorisé à faire construire les infrastructures qui lui étaient nécessaires, mais en aucun cas il ne pouvait interdire ou limiter l’accès à l’herbage aux animaux de l’autre commune. Le cas était fort différent sur les cortons.

  • 45  ANA/Archive Patrimonial Casa Marti de les Bons, doc. 59.
  • 46  Elles leur furent louées directement en 1778, 1780 et 1787. À l’inverse, la tension entre les deux (...)
  • 47  Bien plus en réalité, si l’on tentait de faire la comparaison en corrigeant ce chiffre des variati (...)
  • 48  Dans le cadre de cet article, l’évolution des prix des loyers des cortons ne sera pas abordée. À c (...)

23En premier lieu, il est nécessaire de préciser que le mécanisme employé pour l’attribution des cortons n’était pas une nouveauté. Lorsque les communes devaient faire face à des dépenses imprévues, il était courant de recourir à l’engagement de certaines portions d’estives afin d’obtenir l’argent nécessaire au paiement des dettes. L’une des premières références conservées dans la documentation date de 1325. Bernat Martí de les Bons conservait 41,5 livres appartenant à la commune d’Encamp qui correspondaient à une part de la somme reçue des habitants de Cerdagne pour les herbages d’Engaït et de Montmalus45. Deux arguments conduisent à ne pas assimiler cet acte à une location de cortó. En premier lieu, le bail fut passé par des habitants extérieurs aux vallées. Le détail des locations dépouillées pour les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles montre que seule la Solana du Bac de la Case fut parfois louée de cette manière. La location de ce secteur aux habitants de Mérens et de l’Hospitalet ne débuta qu’au XIXe siècle (1833) lorsque la décision du tribunal de Foix eut aboli complètement les prétentions ariégeoises sur ces pâturages. Auparavant, mis à part quelques rares années, seuls des Andorrans pouvaient les louer, ou bien recevoir parallèlement les bestiaux ariégeois dans le cadre de l’estrany lorsque les clauses de location ne l’interdisaient pas46. Le second argument qui conduit à ne pas considérer le document de 1325 comme un texte précurseur des locations de cortons découle du prix stipulé. Il semble improbable que le tarif appliqué se rapporte à une location saisonnière. Si l’on considère qu’il s’agissait du regroupement de deux locations (Engaït et Montmalus), le prix unitaire de ces baux est comparable aux montants atteints par les cortons d’Andorre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, après un siècle et demi d’augmentation constante47. S’il s’agit d’une seule location, ce n’est que dans la première décennie du XIXe siècle qu’apparaissent des prix analogues48. Les seuls tarifs pour lesquels l’ordre de grandeur des montants engagés s’apparentait à ces valeurs correspondent à des pactes de réméré gagés sur des estives dont la documentation de toutes les communes a livré plusieurs exemples.

  • 49  Le llot était l’un des mécanismes qu’utilisait le Conseil Général pour répartir les frais imprévus (...)
  • 50  « Vuy a 10 de maig de 1705 … a vista que los consols porten un llot … y per pagar dites quatre dob (...)
  • 51  « …per dites quatre dobles, se li empenye dit corto, per quatre anys li fa d’empenio, a Pere Anton (...)
  • 52  Les 9 % de locations restantes se répartissaient tout au long de l’année. Il est à noter toutefois (...)
  • 53  Les locataires savaient ce qu’ils louaient. En bonne logique, un versant de montagne composé major (...)
  • 54  ANA/ACO, ACA, ACSJ et ACC, livres de comptes et livre d’actes, 1550-1850.

24Contrairement aux baux des cortons, ces contrats couvraient une période d’exploitation de plusieurs années. La divergence principale est liée aux motivations qui poussaient les communes à engager leur territoire. Un exemple éclaire parfaitement ce point. En 1705, afin de répercuter un llot49 de quatre doublons espagnols le conseil de la Massana était contraint d’engager le cortó du Cubil50. La durée de l’acte courait sur quatre ans (1706-1709) et le cycle d’exploitation saisonnier allait de la Saint-Barnabé à la Saint-Luc, période durant laquelle la commune s’interdisait de mettre du bétail sur l’estive51. Dans cette transaction, l’éleveur évitait pendant quatre saisons la mise en concurrence qu’impliquaient les enchères publiques annuelles des cortons. En contrepartie de quoi, il prenait à sa charge la dette publique. À l’inverse, les locations normales ne s’appliquaient qu’à une seule saison et, surtout, l’argent que recevait le conseil intégrait l’escarcelle communale. Dans cet acte, l’administration locale était en position de faiblesse, c’est elle qui sollicitait un prêt, alors que, ordinairement, les éleveurs étaient en position de demandeurs. L’étude du calendrier de location des estives met en évidence cette caractéristique : 91 % des cessions enregistrées (4191 actes) se firent au cours du premier trimestre de l’année52, au moment où les estives étaient couvertes de neige. Cela contredit la théorie, communément diffusée, selon laquelle la quantité et la qualité de l’herbe prévue servaient de critères à la fixation du prix de location des cortons. Ces deux facteurs, auxquels s’ajoutait la superficie exploitable, impliquaient une hiérarchie entre les divers secteurs loués53, mais c’était la prévision des besoins du troupeau qui guidait prioritairement les éleveurs pendant le déroulement des enchères54. L’accroissement du cheptel ou l’augmentation du nombre d’éleveurs qui recouraient à ce type de locations étaient les deux éléments fondamentaux qui stimulaient la demande.

  • 55  S. VELA, Diplomatari de les Valls d’Andorra. Segle XV, ed. ANA, Andorra, 2002, doc. nº 35, 49 et 7 (...)
  • 56  ANA/ACO, livre d’actes et de comptes 1 à 7.
  • 57  AHN/ACC, livre d’actes 2, 1615-1671.

25La mise en place de ce mécanisme d’exploitation impliqua un nouveau découpage de l’espace montagnard. Dans le cas de la commune d’Andorre, les premiers actes (1609) n’affectèrent que les zones basses proches des rebaixants : l’Ubac d’Andorre, celui d’Enclar et la Comella. À ce sujet, il est à remarquer qu’en 1442 et 1446 la définition de l’empriu d’Enclar, pour ce qui est des droits qui y possédaient les habitants de Sispony, visait prioritairement à protéger les solans et la devesa qu’exploitaient uniquement les hommes d’Andorre55. Cette importance des zones basses, à usage principalement hivernal, est la même que celle que l’on retrouve dans la formation de la plupart des cortons dans la seconde moitié du XVIe et début du XVIIe siècle. En 1617, apparaissent, pour la première fois dans la documentation de la commune d’Andorre, les estives de la vallée du Madriu. Toute la partie supérieure de la vallée se loua en bloc sous la dénomination de Ribera dels Orris. Ce secteur regroupait les futurs cortons de Setut, de Sadornet, de l’Estall et de Bael. Cet ensemble correspondait à la vallée principale et ses affluents entre 1 800 et 2 800 m d’altitude. La superficie de la location approchait 1 800 hectares. Au même moment, les estives du Solanet de Ramió, de la Tosa et des Heres se louaient également en bloc. De même, à Ordino, le cortó de Sorteny correspondait à diverses variantes combinant ceux de Rialp, de la Sebollera, de la Serrera et de l’Estanyó, voire parfois celui de l’Hortell56. À Canillo, en 1615, les locations concernaient des zones qui dépassaient le cadre des cortons, la Vall del Riu se louait avec les rebaixants. L’ensemble de la vallée d’Incles ne formait qu’une location et celle de Cabana Sorda fut prise en même temps que le versant d’Antor57. Par la suite, certaines zones basses n’entrèrent plus dans les locations et d’autres, plus marginales, furent englobées dans le territoire défini dans certains cortons.

  • 58  Dans le même temps, le prix de location quadrupla. Le prix de location d’un seul des secteurs comp (...)
  • 59  Il est à noter que la dénomination de Ribera dels Orris ne disparut pas, le terme resta en usage d (...)
  • 60  ANA/ACSJ, livre d’actes 2, 1586-1685.
  • 61  Cortons du Forn, des Bases, d’Antor, de la Vall del Riu, de la Coma de Ransol, de la Coma de Carde (...)
  • 62  Cortons d’Enclar, de l’ubac d’Andorre, de Sulls i Brulls (Graus), de la Tosa, du Solanet de Ramió, (...)

26Ce n’est qu’en 1652 que les divers cortons du Madriu furent différenciés lors de leur mise aux enchères. Cette zone ne fut plus louée qu’à l’unité à partir de 166258. Parallèlement à ce phénomène de segmentation, de nouvelles estives furent délimitées : la dernière, celle de Sulls et Brulls, apparut pour la première fois en 164859. À Canillo, les limites des cortons du bac d’Envalira et à la Solana se fixèrent à peu de chose près au même moment. Ce mouvement est identifiable pour toutes les communes, mais elles n’y participaient pas de la même manière. À Sant Julià, la location des Fenerals débuta en 1597, mais, dans cette commune, le territoire exploitable était réduit60. Coincée au sud par la frontière andorrano-catalane, au nord par la commune d’Andorre et à l’ouest par celle d’Os de Civís, elle ne possédait que peu de terres d’altitude. Au levant, il ne restait que la zone de la Rabassa et de la Peguera, dans laquelle étaient déjà délimités les emprius de Perrafita et de Claror, et au couchant le versant sud du Bony de la Pica où se situait l’estive des Fenerals. Du XVIIe au XIXe siècle, elle ne loua, au plus, que trois estives. À l’opposé, la commune de Canillo louait huit estives par an en moyenne dans la première moitié du XVIIe siècle et à la fin du siècle, elle en cédait une vingtaine et deux orris61. À la même date, celle d’Andorre en louait une douzaine62. Une conclusion s’impose, dans ces communes, la majorité de l’espace pastoral communal d’été n’était plus exploitée directement par la collectivité.

Transhumance verticale et espace régional

  • 63  Pour la première moitié du XVIIe siècle, nous excluons de ce raisonnement la période 1640-1650 qui (...)
  • 64  Le rapport entre les deux types de cheptel variait grandement, de 1 pour 3,3 à 1 pour 10,6, la moy (...)

27Pourquoi les éleveurs acceptaient-ils de payer pour un droit qui jusqu’alors était gratuit ? Autrement dit, quels éléments ont conduit à cette modification de l’espace des estives ? Une première hypothèse met en avant un accroissement du cheptel détenu par les éleveurs andorrans, mais elle est mise à mal par l’évolution du nombre de bêtes. La comparaison des cheptels dénombrés pour l’établissement de la questia dans le premier quart du XVIe siècle par rapport à ceux déclarés lors de la phase d’implantation des cortons est similaire. Entre 1516 et 1600, le nombre moyen de têtes ovines déclarées annuellement fut de 36 700. Par la suite, entre 1600 à 164063, les troupeaux comprirent en moyenne 35 500 animaux par an. (cf. figure 3). Une explication fondée sur une augmentation du nombre de bêtes étrangères n’est pas plus satisfaisante. Dans le premier quart du XVIe siècle, le rapport entre l’effectif du bétail étranger déclaré et celui qui appartenait à des Andorrans varia approximativement de 1 pour 7,4 à 1 pour 5,5. Ces chiffres se maintinrent jusque dans le premier tiers du XVIIe siècle. De 1616 à 1640, les animaux étrangers constituèrent 16,3 % du cheptel64. À ce moment-là, comme un siècle plus tôt, il y avait un grand nombre de bêtes, mais elles appartenaient en majorité à des Andorrans. Par conséquent, l’explication quantitative ne résiste pas à l’épreuve des faits.

Figure 3

Figure 3

Petit bétail déclaré à la questia (1500-1900).

© ARH

28La seule interprétation satisfaisante est donnée par la structuration des troupeaux. Pour certains éleveurs, l’accroissement du nombre de bétail de conlloch se conjuguait avec une hausse du nombre d’animaux leur appartenant et cela se traduisait par un besoin accru d’herbages. Les cortons qui étaient un moyen de s’approprier certaines estives constituaient un moyen de satisfaire ce besoin. La nécessité de sortir du cadre réglementaire classique dans lequel chaque habitant avait le droit d’exploiter gracieusement les pâturages communaux à des fins pastorales impliquait que les éleveurs qui y avaient recours se situent au-dessus du seuil limite fixé par le Conseil communal. Le nombre de petits animaux communément acceptés sur les estives se situait grosso modo entre 150 et 250 têtes, parfois plus rarement 300 têtes sur certains secteurs à Canillo ou La Massana. Si l’on admet une moyenne réduite à 150 têtes, la tolérance communale autorisée aux 80 familles résidantes de Canillo atteignait approximativement 12 000 animaux et pour les 94 feux de La Massana c’était plus de 14 000. Bien évidemment ce calcul théorique s’éloigne grandement de la réalité puisqu’en 1640, date où le cheptel déclaré à Canillo fut le plus nombreux de la période 1600-1644, il n’y avait que 9 718 têtes de bétail sur les estives communales (3 023 étrangers et 6 695 andorrans). De même, en 1618, il n’y en avait que 9 988 à la Massana (7 791 andorranes et 2 197 étrangères). Ce qui représente un peu moins de 120 têtes par famille dans le premier cas et de 106 dans le second. Par conséquent, toujours selon une approche purement statistique, les habitants n’avaient aucun besoin de recourir à la location des cortons.

  • 65  ANA/APCA, livre 4, 29, 46 et APCR, liasses de comptabilité et livres de comptes s. n., 1680-1776.
  • 66  L’organisation interne de ces compagnies ne sera pas traitée ici. À ce sujet, O. Codina, de fer et (...)

29Cela se confirme lorsqu’on observe le nombre de têtes déclarées. La plupart des éleveurs signalaient de maigres troupeaux composés d’une dizaine à une centaine de têtes. A contrario, en ce début de XVIIe siècle, des éleveurs comme Guillem Areny d’Ordino, Pal de la Cortinada, Calvo de Soldeu, Pelliser du Vilar de Canillo, Torres de Pal, Guillemo ou Moles d’Andorre ou encore Joan Antoni Torres d’Encamp, pour n’en citer que quelques-uns, ne pouvaient se contenter de l’application stricte du droit communal. Ces éleveurs organisaient leur cheptel au sein de compagnies pastorales. Les chiffres susceptibles de nous permettre d’évaluer précisément le nombre de bêtes regroupées dans une compagnie sont plus tardifs (1645-1750), mais dans tous les cas les recensements sont supérieurs à 2 000 têtes et atteignent parfois plus de 6 000 bêtes65. Notons tout de même que la mention d’un troupeau appartenant à grand éleveur dirigeant une compagnie cache une réalité plus complexe. La compagnie associait en effet différents types d’éleveurs et il s’agissait de plusieurs troupeaux possédés en multipropriété66. De la documentation consultée, il ressort clairement que le besoin accru d’herbages estivaux était lié à un accroissement de la quantité d’animaux au sein des compagnies pastorales. En d’autres termes, le bétail n’était pas plus nombreux, mais réparti différemment.

  • 67  La tension communautaire autour des cortons ne s’arrêta pas à cet épisode. Mais ce n’est qu’au XIX(...)

30La location des estives constituait une entorse à l’usage collectif des montagnes qui prévalait dans toutes les réglementations étudiées. Avant 1600, les dépassements des quantités d’animaux autorisés n’entraient dans l’économie communale qu’au travers des bans et de cots que fixait le cadre réglementaire classique dans lequel tous les éleveurs avaient les mêmes droits. Comme chaque fois dans ces cas-là, les nouveaux statuts de ces secteurs ne modifièrent pas l’ensemble des règlements. Les bans continuèrent à être applicables aux pâturages qui ne se louaient pas. Cependant, les communes avaient pris conscience de la valeur des cortons. À Andorre, ceux qui n’étaient pas loués étaient fermés au cours de la saison estivale. En octobre 1710, certains habitants en appelèrent au Conseil Général car il s’agissait, selon eux, d’une nouveauté puisque les pâturages non-loués devaient normalement revenir dans le lot des terres à usage collectif. Le Conseil les débouta en arguant que seul le Conseil communal pouvait décider de l’ouverture ou de la fermeture des terres. La notion de cortó avait évolué. Désormais, elle impliquait d’interdire l’accès de ces estives aux personnes qui ne s’acquittaient pas d’un loyer. Par conséquent, l’absence de locataire ne pouvait plus se traduire par un retour systématique des secteurs de dépaissance au statut collectif comme c’était le cas dans la première moitié du XVIIe siècle. La commune suivait une logique commerciale simple : si les estives ne trouvaient pas preneur, elles ne pouvaient pas automatiquement redevenir collectives car les enchérisseurs auraient pu ne pas se présenter l’année suivante67. Cette volonté des gros éleveurs qui se traduisit par la mainmise sur les estives révèle un besoin accru d’accès aux pâturages. Par voie de conséquence cette conclusion conduit à une seconde proposition, si les troupeaux devenaient plus importants cela entraînait nécessairement un plus grand besoin de transhumer.

31Pour ces gros éleveurs, l’importance de leur cheptel leur interdisait de se contenter des communaux durant la période hivernale. Ils étaient contraints d’envoyer leurs bêtes en plaine. De fait, la constitution des compagnies pastorales était axée sur l’organisation du mouvement pendulaire. Bien évidemment, ils n’avaient pas inventé cette organisation. C’est la proportion de bétail qui participait à la transhumance verticale qui avait changé. Par rapport au cadre communal qui servait au bétail non transhumant ou peu transhumant, les mouvements interrégionaux impliquaient l’emploi de nouveaux espaces. Pendant près des deux tiers de l’année, les bêtes et les pâtres quittaient les vallées. Sans entrer dans le détail, certains points doivent être précisés.

  • 68  L’analyse comparative des frais d’hivernage montre que, systématiquement, il était plus cher de pa (...)

32En premier lieu, le mouvement du bétail n’était pas homogène. Au sein d’une même compagnie divers troupeaux étaient définis selon l’âge, le sexe et la destination. Cette opération qui était la clef de voûte de toute la saison pouvait se faire dès la fin du mois d’août ou au cours du mois de septembre. C’est à ce moment-là que les divers propriétaires de bétail allaient rebutjar les animaux. Ce terme désignait la première tâche de la transhumance qui consistait à trier les têtes suivant leur sexe, leur état physique et leur stade d’élevage. Les différents troupeaux qui en résultaient constituaient les différentes compagnies. La transhumance à proprement dite concernait prioritairement les femelles qui garantissaient le potentiel reproducteur du cheptel et assuraient la pérennité de l’entreprise, tandis que les troupeaux destinés aux foires étaient essentiellement composés de moutons. Les autres, ceux dits de rebuig étaient ceux qui ne quittaient pas les vallées et intégraient les contrats d’hivernages établis dans le cadre communautaire. Il ne s’agissait pas que des animaux estropiés qui ne pouvaient pas voyager, des troupeaux sains d’une centaine de têtes étaient exclus de la transhumance. Dans ce cas, mis à part les années où les évènements militaires compliquaient les mouvements du bétail, il s’agissait avant tout de réduire les frais d’hivernage68.

  • 69  Marché de l’Espluga de Francolí le 22 janvier et à celui de Carême de Santa Coloma de Queralt le 2 (...)
  • 70  Ce facteur était décisif. Le loyer des terres d’hivernage représentait le quart de l’investissemen (...)

33Pour les troupeaux qui devaient être vendus, cette fois encore, les bêtes étaient subdivisées selon le marché visé. Les calendriers et les voies de passage étaient différenciés. Alors que les animaux qui allaient revenir sur les estives suivaient le haut des massifs, par où passait la ligne de démarcation entre les deux Pallars et l’Alt Urgell, afin d’éviter les cultures et de ne pas manquer d’herbages, ceux qui allaient aux foires d’automne longeaient les vallées pendant une partie de leur déplacement (cf. figure 4). Il est à noter que les déplacements des bêtes étaient réglés afin de freiner l’entrée sur les terres louées en plaine. Pour cela, il était courant d’affermer des pâtures de « préhivernage » dans un secteur qui s’étendait du versant sud du Boumort au massif de la Boadella (Noguera). Dans cette zone se retrouvaient les bêtes destinées aux foires d’hiver, qui ne devaient pas aller sur les herbes de la plaine, et les transhumants69. Ces locations et la segmentation des troupeaux concouraient à la même logique : réduire les possibilités de nuisance des bandes de brigands ou de miquelets et, surtout, de réduire la superficie de location hivernale dont avait besoin la compagnie70.

Figure 4

Figure 4

Routes de transhumance Andorre-Urgell, xvii-xviiie siècles.

© ARH

  • 71  Il est à noter que les transactions fondées sur le cheptel andorran entraient dans le cadre
  • 72  E. Vicedo, Les terres de Lleida i el desenvolupament català del set-cents. Producció, propietat i (...)

34Aux zones pastorales extérieures aux Pyrénées, s’ajoutait un espace commercial. Les petits éleveurs lorsqu’ils ne passaient pas par le filtre d’une compagnie se contentait pour l’essentiel des foires pyrénéennes (Tarascon, Ax, Puigcerdà, Seu d’Urgell, Organyà et Oliana), alors que les participants des compagnies commercialisaient directement leur bétail aux boucheries des principales villes catalanes (Lleida, Barcelona). Un second niveau qui avait une vocation foncièrement spéculative est identifiable. Il s’agit des transactions qui mettaient en contact le marché languedocien et l’espace catalan chaque fois que le différentiel entre les cours des deux régions devenait intéressant71. Dans ces divers mouvements, les troupeaux groupaient fréquemment plus d’un millier de têtes. Il est à noter que le regroupement de 1 000 à 2 000 têtes destinées à la vente par une seule compagnie n’est aucunement une quantité dérisoire : dans la seconde moitié du XVIIIe siècle l’administration de la boucherie d’une ville comme Lleida (plus de 10 000 habitants) se procurait annuellement de 4 500 à 6 000 moutons. Un autre parallèle peut être fait avec les chiffres de certaines régions castillanes. Ainsi, en 1782, la commanderie de l’ordre d’Alcántara consigna 157 400 têtes ovines à l’entrée de la cabaña Real, la principale propriétaire était la comtesse de Campo Alanje, de Madrid, qui possédait 13 110 têtes. Suivaient le marquis de Portazgo (Madrid) et le marquis de Vadillo (Soria) avec 9 793 et 8 320 têtes. Les autres gros propriétaires possédaient entre 1 000 et 5 000 animaux. Les troupeaux des éleveurs andorrans, propriétaires de compagnies pastorales, sont globalement similaires à ceux que déclaraient ces propriétaires. Les cheptels sont comparables, mais le nombre de propriétaires recensés est loin d’être équivalent72. Toutefois, le bouleversement qu’impliqua l’introduction de ces nouveaux acteurs dans l’espace pastoral andorran n’a rien de minime. La réitération des plaintes et l’opposition frontale qui opposait la population à ces proceres au XIXe est illustrative de la profondeur du changement.

  • 73  « …dit dia, lloam i aprovam totes les ordinacions escrites i no escrites ».
  • 74  AHN/ACA, livre d’actes 3, 12/01/1774.

35Les instruments normatifs employés par la société montagnarde afin de gérer son espace s’inscrivent dans un continuum réglementaire qui induit un sentiment trompeur de continuité historique. La manière même de tenir les livres communaux reflète cette dynamique. Tous les ans, la retranscription des décisions du conseil communal s’achevait systématiquement par une formule du type « nous approuvons toutes les réglementations écrites et non écrites »73, ce qui peut être compris comme « nous approuvons la coutume orale et les nouveautés écrites ». Le passage à l’écrit était en effet conditionné par le changement : c’est parce que l’on modifiait la norme que l’on consignait la règle. Le cadre général, connu de tous, n’avait aucun besoin de ce passage par l’écrit sauf lorsqu’il tombait en désuétude face à un nouvel usage ou qu’il servait à typifier une conduite inappropriée. De même, pour la définition des espaces communaux, alors que la norme était simple, (à chaque statut son espace), la réalité sous-jacente était plus complexe puisque chaque secteur était constitué d’un noyau central et d’une réserve. Dans l’espace limité du territoire de la commune, seules les conditions topographiques constituaient un frein à l’adaptabilité de la règle. Un seul exemple permet d’illustrer cela. Le 12 janvier 1774, le conseil d’Andorre délimitait un rebaixant qui limitait avec l’estive de Bael par le haut et s’étendait le long du Madriu jusqu’au bas du Solanet de Ramió74. Afin de faire front au manque d’herbage en fond de vallée, la limite normale de protection fut relevée de la cote altitudinale 1 610 jusqu’à près de 2 000 mètres. Comme l’estive des Heres n’était exploitable par le locataire qu’à partir de la fin juin, il est clair qu’il ne s’agissait pas d’une modification ponctuelle mais d’une adaptation structurelle qui régulait les mouvements du bétail sur l’ensemble de l’année civile. Cette décision s’inscrit dans un mouvement de fonds qui est tributaire de l’augmentation du gros cheptel (équin et bovin) qui débuta au XVIIIe siècle et s’intensifia au XIXe siècle.

  • 75  J. Klein, The mesta : A study in spanish economic history, ed. Harvard University Press, Cambridge (...)
  • 76  A ce sujet voir A. Garcia Sanz, « Los privilegios mesteños en el tiempo, 1273-1836 : una revisión (...)
  • 77  Junta General de Estadísticas, Censo de la ganadería de España según el recuento verificado el 24 (...)
  • 78  Cette délimitation peut sembler trop large dans le cadre d’une étude centrée sur les Pyrénées, ell (...)

36Cette facilité d’adaptation aux circonstances, couplée à la modulation des activités pastorales privées fut une constante et les changements furent nombreux. C’est la raison pour laquelle l’utilisation de modèles préétablis peut conduire à des erreurs d’interprétation. Ainsi, l’assimilation systématique entre élevage ovin andorran et élevage transhumant vertical n’est pas cohérente avec la documentation. Ce constat n’est pas une spécificité de l’historiographie de cette région. Par exemple, pour le cas castillan à la suite des travaux de J. Klein75 les millions d’ovins étaient généralement considérés comme transhumants, alors que des études plus récentes montrent que dans les 18,6 millions d’animaux cités par le Catastro du marquis de Ensenada, il n’y avait que 18 % de bétail transhumant76. D’une période à l’autre, les rapports changeaient et les disparités régionales étaient importantes. En plein, XIXe siècle, les données fournies par les statistiques espagnoles77 pour la région située au nord de l’Èbre le montrent bien (figure 5)78. Avec plus de 307 000 têtes transhumantes, la province d’Osca était celle qui déclarait la proportion la plus élevée d’animaux transhumants (48,41 %). Le record revenait au partido judicial de Jaca qui en déclarait près de 79 %. Cependant, sur les 71 partidos judiciales analysés, il y en avait que 18 qui en comptaient plus de 10 %, ils n’étaient plus que 9 à dépasser le seuil des 20 % et uniquement 2 en dénonçaient plus de 50 %. Même en limitant l’observation à l’arc pyrénéen, il est évident que le modèle transhumant n’était pas majoritaire. Pyrénées et prépyrénées totalisait 8 des 9 régions qui déclaraient plus de 20 % de transhumants, mais les disparités étaient considérables puisque au total moins de 30 % des bêtes étaient tributaires du mouvement pendulaire. L’Andorre s’inscrit parfaitement dans ce panorama, la proportion oscillant selon les années entre le quart et le tiers du cheptel.

Figure 5

Figure 5

Proportion d’ovins transhumants au nord de l’Ebre en 1865.

© ARH

  • 79  Une partie des grands éleveurs se spécialisa dans l’élevage des équins, d’autres participèrent au (...)
  • 80  Entre 1633 et 1643, le nombre de bêtes reçues au titre de l’estrany était en moyenne 2 000. Elles (...)
  • 81  M. J., Lluelles, La transformació econòmica d’Andorra, ed. L’Avenç, col. Clio, nº 11, Barcelona, 1 (...)

37Ce rapport est également en accord avec la tendance longue qui est observable au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Les grosses compagnies ovines dominantes laissèrent progressivement le pas à des organisations relativement moins importantes79. Le nombre d’ovins possédés et la proportion de ceux qui étaient conduits sur les pâturages hivernaux de la plaine se réduisirent de moitié. En contrepartie, la diminution du cheptel andorran s’accompagna d’un accroissement du nombre de têtes étrangères reçues dans le cadre de l’estrany. Sur les estives de Canillo, par exemple, entre 1633 et 1875, le nombre de bêtes reçues au titre de l’estrany quintupla, le bétail communal fut réduit de moitié et en définitive, la charge pastorale sur les estives s’était accru80. Dans la première décade du XXe siècle, l’estrany annuel était supérieur au cheptel andorran81. En un siècle, le mouvement pendulaire avait changé de sens. Les jeux d’échelle couverts par les diverses alliances privées avaient changé la donne. Ces évolutions avaient profondément influencé la gestion du territoire andorran mais les instruments employés étaient restés les mêmes.  

Haut de page

Notes

1  Pour les sources, voir O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes 1575-1875, Université de Perpignan, 2003, 963 p. et De fer et de laine. Les vallées andorranes du XVIe au XIXe siècle, col. Études, PUP, Perpignan, 2005, 540 p. D’autres dépouillements ont été effectués ou sont en cours dans des séries issues des fonds conservés aux Archives Nationales d’Andorre (ANA).des conseils des communes de La Massana (ACM), de Sant Julià (ACSJ) et du quart de La Cortinada (AQC). L’ensemble du corpus couvre une période qui débute au XVIe siècle et s’étire jusqu’en 1915. S’y ajoutent également de nouveaux sondages effectués dans les fonds notariaux et diverses sources statistiques espagnoles et catalanes des XVIIIe et XIXe siècles.

2  La première notion d’empriu fait référence au territoire exploité par une communauté. Actuellement les géographes et les ingénieurs forestiers catalans l’emploient comme synonyme de commun ou de parcours pastoral relavant d’une même commune. Dans la documentation, à l’inverse, il s’agit toujours d’un droit d’utilisation d’un bien (pâturage, forêt, eau, etc.) qui appartient à un tiers (communal ou privé). Ces droits de pâture sont un héritage commun à l’ensemble des Pyrénées, que ce soient les lies et passeries languedociennes ou les emprius catalans, ils regroupaient fondamentalement des réalités pastorales semblables, fondées sur les restrictions du droit d’emprivar. C’est-à-dire l’interdiction faite aux communautés considérées comme propriétaires de la terre de fermer certaines zones afin de monopoliser leur exploitation.

3  AHN/ Archive de la commune d’Andorre (ACA), doc. 35 et 93. La valeur réduite de ces cens et l’absence de revalorisation rendent leur montant dérisoire au cours de la période moderne. Un phénomène semblable est identifiable pour l’impôt seigneurial que l’Andorre payait alternativement au compte de Foix et à l’évêque d’Urgell (questia). Voir à ce sujet, O. Codina, « l’economia andorrana moderna (1550-1850) », Història d’Andorra, ed. 62, Barcelona, 2005, p. 179-217.

4  Arch. dep. de l’Ariège, 5 E 670, fº 138.

5  Cette aide pouvait se traduire par des mesures concrètes. Ainsi en novembre 1627, les consuls de Siguer demandaient des armes pour lutter contre les hommes du duc de Rouen. – ANA/Archive de la commune d’Ordino (ACO), livre d’actes et de comptes 3, s. n.

6  C’est le sens des inscriptions qui accompagnaient certaines concessions de terres communales (judicacions) pour lesquelles la moisson marquait le retour temporaire des parcelles dans les vacants communaux : « …tret lo blat tornen a peixena comuna… » ou « …terres que quan son collits els fruits dels blats tornen al comú… », – ANA/Archive du Quart des Escaldes (AQE), livre 1, 11/05/1738 et 9/05/1773.

7  Pour les six communes andorranes, entre actes de fondation, copies postérieures et résolutions de litiges, le corpus consulté couvre près de six siècles. Voir à ce sujet R. Viader, L’Andorre du IXe au XIVe siècle. Montagne, féodalité et communauté, Toulouse, PUM, 2003). La figure 1 a été réalisée à partir des informations topographiques fournies par ces documents spécifiques et par les règlements conservés dans les livres d’actes des conseils.

8  À Sant Julià, le 16 août 1744, il était stipulé que les rebaixants fermaient de la pentecôte (7ème dimanche après pâque, le 14 mai) jusqu’à la St-André (23 octobre). Il est à noter que la date traditionnelle fixée pour la fermeture de ce secteur était mouvante. Selon les années, elle pouvait se déplacer du 11 mai au 14 juin. De plus, la fixation du calendrier en août, neuf mois avant la date d’ouverture, montre bien qu’il ne s’agissait que d’une détermination théorique, le conseil précisait au coup par coup la date réelle selon les besoins et les conditions climatiques – ANA/ACSJ, livre d’acte 3, 16/08/1744.

9  « …tret que hi hagen garbes, ho han de deixar comú, han de conrear de la Sra. de mars en avant… » - ANA/AQC, livres du quart 1, fº 3v, 05/03/1604.

10  Certains solans dépendaient des hameaux (dits quart ou veïnatge selon les communes) et ils pouvaient s’en réserver l’usage tant que la commune n’en décidait pas autrement. Par exemple, en 1814, deux ventes de terrains sis à Bixessari (Sant Julià) furent attribuées à des habitants originaires du chef-lieu de paroisse. L’acte se concluait par une précision selon laquelle l’achat des parcelles ne donnait pas le droit aux preneurs de bénéficier du solà du quart – ANA/ACSJ, livre 16, 10/06/1814 et 12/09/1814.

11  Cet étagement de l’espace montagnard n’a rien de proprement andorran. On le retrouve, entre autres, en Vallespir, en Pallars et en Aran - R. Sala, « La transhumance à Prats-de-Mollo au XVIIe et XVIIIe siècles », Etudes Roussillonnaises, t. XX, Canet-en-Roussillon, 2003, p. 103-111 ; J. M. Bringué, Comunitat i bens comunals al Pallars Sobirà (segles XV-XVIII), thèse de doctorat, UPF, Barcelone, 1995 ; M. A. Sanllehy, Comunitat, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. XVII-XVIII), thèse de doctorat, UB, Barcelone, 1996.

12  Certains solans étaient réservés à l’arrière-saison et leur fermeture ne coïncidait pas avec l’ouverture des estives. Par exemple, le solà de la Moixella à Fontaneda, fermait le premier juin et restait inaccessible jusqu’à la Saint-André, le 30 novembre, alors que les estives n’étaient ouvertes que deux à quatre semaines plus tard – ANA/ACSJ, livre de judicacions, f. 122r-123v, 19/05/1864.

13  ANA/ACA, livre d’actes 2, 20/08/1713.

14  ANA/ACO, livre d’actes 3, 1630-1636.

15  ANA/ACM, livre d’actes 2, 10/05/1705 et 12/03/1713.

16  ANA/ACA, livre d’actes 3, 29/05/1629.

17  D’une tête à une centaine de bêtes selon l’espèce, la commune et le secteur.

18  L’estrany se définissait au niveau de la commune, le bétail andorran provenant d’une autre commune y était astreint. Le plus gros de l’estrany était payé par les animaux, mais en étaient également redevables les résidents étrangers à la paroisse. Un second estrany, recouvré par le Conseil Général, était payé exclusivement par les bêtes et les hommes qui venaient de l’extérieur des vallées. Dans ce cas, il y avait double imposition (commune / Conseil Général).

19  Ces chiffres ne sont pas une spécificité montagnarde, des quantités similaires sont mentionnées pour certains villages de plaine – J. M. Grau, « Rocallaura segons el cadastre de 1730-1731 i l’endeutament del municipi », Urtx, nº 1, Museu Comarcal de l’Urgell, Tàrrega, 1989, p. 83-101. et V. Gual, « La Lluita per les herbes. Poblet i Montblanquet contra Vallbona per Montesquiu », Urtx, nº 7, Museu Comarcal de l’Urgell, Tàrrega, 1995, p. 141-150.

20  ANA/ACM, livre d’actes 2, 14/06/1713.

21  Pour la commune, même si le propriétaire des bêtes était originaire du même village, le responsable de la dénonciation du bétail et du versement correspondant était l’éleveur qui accueillait les bêtes, non celui auquel elles appartenaient.

22  Les coefficients monétaires appliqués variaient d’une année sur l’autre selon qu’il s’agissait d’une année pour laquelle la questia était payée au roi (2 deniers) ou à l’évêque (1 denier). Pourtant l’estrany restait au bénéfice du conseil qui les prélevait. Ils n’étaient versés ni à l’un ni à l’autre des seigneurs.

23  « que cada particular los tingui amb son pa i son carilló… » – ANA/ACM, livre d’actes 2, 25/06/1709.

24  La senyal de pa correspond à un paiement en nature que recevait le pâtre engagé pour la saison estivale auquel s’ajoutait un versement en numéraire fixé par rapport au nombre de têtes ou à la durée du contrat. Certains points de chute journaliers employés par les bergers étaient fixés topographiquement de manière assez précise. Ils étaient concédés aux familles par la commune (droit d’établir une cabane, une pleta ou une borde), sinon elle donnait le droit de coupe de bois applicable pour une seule saison et seul était mentionnée le quartier de montagne sur lequel il s’appliquait. Dans le premier cas, il est fréquent de retrouver la même famille exploitante durant plusieurs années alors que dans le second cette continuité n’apparaît pas dans les documents.

25  La dénomination de la Tosa correspond alors aux versants est et sud de la Tosa de Braibal (empriu et communaux inclus) entre 1550 et 2450 mètres d’altitude – ANA/ACA, livre d’actes 3, 11/06/1630.

26  Généralement, il était employé une formule du type « …pagar a rato per quantitat… ». Cette même mesure servait pour autoriser le fauchage de certains solans.

27  ANA/ACA, livre d’actes 3, 29/05/1824.

28  Certaines terres agricoles requéraient également un defens, c’est notamment le cas des courtils où la fumure était emmenée manuellement et sur lesquels on ne pratiquait pas la jachère.

29  ANA/ACSJ, livre d’actes 2, 09/06/1788.

30  Cette norme impliquait une réduction non négligeable de la surface utile puisqu’il courrait parfois sur plus d’un des confronts et qu’il était précisé que la largeur du passage était fixée à 12, 14 ou 18 pams (2,4 ; 2,8 et 3,6 mètres).

31  ANA/ archive de casa Rossell, inventaire, s. n., 13/09/1791.

32  Lors de l’établissement du cadastre de la commune d’Andorre, à catégorie et superficie égales, la valeur des champs équivalait à 64,5 % de la valeur des prés – ANA/ACA, cadastre 1905.

33  Le lien entre l’eau et les prés de defens est systématique dans la documentation.

34  Bordes, granges, étables, cortals, etc. Ces diverses dénominations ne recoupent pas exactement le même type d’exploitation. Il ne nous est pas possible de développer ce point dans le cadre de cet article. Pour le cas de cortals cerdans, voir : E. Bille, M. Conesa et R. Viader, « l’appropriation des espaces communautaires dans l’est des Pyrénées médiévales et modernes : enquête sur les cortals », Les Espaces collectifs dans les campagnes,« Histoires croisées », 2007, p. 177-192

35  À Ordino et à Canillo, la frange inférieure du terroir se situe à 1250 et 1400 m, ce qui réduit grandement l’amplitude altitudinale de la moyenne montagne par rapport à Sant Julià où elle s’échelonnait à partir de 900 mètres.

36  Il faudrait y ajouter les terres privées acquises dans l’Urgellet, que l’on retrouve dans plusieurs des patrimoines de grands éleveurs andorrans (Areny, Rossell, Teixidor, Torres, Moles, etc.), qui étaient employées pour le gros bétail.

37  Pour le cas cerdan, C. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, ed. Trabucaire, Canet-en-Roussillon, 2003, 606 p.

38  Afin d’éviter tout risque de quiproquo et rester au plus près de notre documentation, nous réservons l’emploi du terme orri pour les animaux parqués pour produire du fromage. Bien évidemment ces infrastructures composées de corrals, de cabanes et d’un couloir de traite, qui servait également à trier le bétail, étaient également employées hors du « temps d’orri » pour accueillir des animaux non producteurs. Cependant dans ce cas là, comme lorsqu’il s’agissait d’établir un point de chute journalier pour les moutons, les textes mentionnent l’emploie des pletes.Ce terme désignait aussi bien l’enclos en pierre ou en bois qui avait été construit que l’espace qui servait à leur édification.

39   …que los d’Encamp no puguin anar amb bestiars forasters, en ningun temps, ni amb lo propi, gros i menut, sempre que y aje orris ; passat el temps dels orris, ab lo bestiar propri, gros y menut, que y pugan dormir i pasturar...” – AHN/ACC, doc 63, 25/06/1672.

40  ANA/ACA, livre d’actes 2, 13/01/1711.

41  Dans ce cas, il s’agit des moules à fromage – ANA/ACAP, Liasse XI, doc. 777, 17 août 1682.

42  Le corpus qui fait directement référence au temps d’orri est constitué de 484 contrats provenant des livres de comptes des maisons Areny (APCA) et Rossell (APCR) d’Ordino. Cela représente moins de 10 % des actes pastoraux dont nous disposons actuellement. Des dates identiques (15-17 juin et 15-17 juillet) sont citées pour la production de fromage de brebis pour la vallée d’Aragües (Aragon) à la fin du XIXe siècle - S. Pallaruelo, Pastores del Pirineo, Ministerio de Cultura, Madrid, 1988, p. 108.

43  Repas offerts aux clercs après les processions, banquets de clôture des différents conseils, etc.

44  Sur un volume total supérieur à 35 000 transactions regroupées pour la période 1622-1750, les fromages ne constituent que 1,17 % des ventes et 0,3 % des achats d’aliments notés dans les livres de comptes de la maison Areny - ANA/APCA, livres 1 à 7, 27 à 29 et 47 à 50.

45  ANA/Archive Patrimonial Casa Marti de les Bons, doc. 59.

46  Elles leur furent louées directement en 1778, 1780 et 1787. À l’inverse, la tension entre les deux communes se traduisit par une exclusion totale des animaux ariégeois en 1765, 1766 – AHN/ACC, livres 2 et 4.

47  Bien plus en réalité, si l’on tentait de faire la comparaison en corrigeant ce chiffre des variations monétaires.

48  Dans le cadre de cet article, l’évolution des prix des loyers des cortons ne sera pas abordée. À ce sujet, O. Codina, De fer et de … op. cit. p. 142-155 et 403-423.

49  Le llot était l’un des mécanismes qu’utilisait le Conseil Général pour répartir les frais imprévus sur les six communes. Le montant total de la dette était répercuté à parts égales sur chacune des collectivités. A ce sujet, O. Codina, « Finances communales et impôts en Andorre XV-XIXe siècle », Les Communautés et l’Argent. Fiscalité et finances municipales en Languedoc, en Roussillon et en Andorre XVe-XVIIIe siècle. Journées d’Histoire et Histoire du Droit et des Institutions de l’Université de Perpignan, PUF, Perpignan, à paraître.

50  « Vuy a 10 de maig de 1705 … a vista que los consols porten un llot … y per pagar dites quatre dobles lo consell resolt empeniar les erbes del cortó de Cobill de Malram… » - ANA/ACM, livre 2, 10/05/1705.

51  « …per dites quatre dobles, se li empenye dit corto, per quatre anys li fa d’empenio, a Pere Antoni Torres y Teixidor de Sospony, y lo comu li romet de llevar dites erbes del Cobill al temps acostumat que és lo dia de sant Barnabe, que és a onze de juny, y de dit dia fins al dia de st Lluch que és a 18 de octubre. La parròquia se priba de anar en dita erba… » - ibid.

52  Les 9 % de locations restantes se répartissaient tout au long de l’année. Il est à noter toutefois une légère concentration aux mois de mai et juin, peu de temps avant l’ouverture des estives, qui marquait les années conflictuelles pour lesquelles les locations avaient failli rester vacantes – AHN/ACO, ACA, ACSJ et ACC, livres de comptes et livres d’actes, 1550-1850.

53  Les locataires savaient ce qu’ils louaient. En bonne logique, un versant de montagne composé majoritairement de pierriers se louait moins cher qu’un fond de cirque glaciaire et un cortó délimité en forêt était moins cher qu’un versant herbeux.

54  ANA/ACO, ACA, ACSJ et ACC, livres de comptes et livre d’actes, 1550-1850.

55  S. VELA, Diplomatari de les Valls d’Andorra. Segle XV, ed. ANA, Andorra, 2002, doc. nº 35, 49 et 70.

56  ANA/ACO, livre d’actes et de comptes 1 à 7.

57  AHN/ACC, livre d’actes 2, 1615-1671.

58  Dans le même temps, le prix de location quadrupla. Le prix de location d’un seul des secteurs composant la Ribera dels Orris était équivalent à la valeur locative qu’atteignait l’ensemble de ces estives un quart de siècle auparavant.

59  Il est à noter que la dénomination de Ribera dels Orris ne disparut pas, le terme resta en usage dans la documentation communale afin de désigner le haut de la vallée du Madriu lorsque étaient rédigés des règlements communaux qui concernaient l’ensemble des cortons qui y existaient – ANA/ACA, livre d’actes 1, 1586-1685.

60  ANA/ACSJ, livre d’actes 2, 1586-1685.

61  Cortons du Forn, des Bases, d’Antor, de la Vall del Riu, de la Coma de Ransol, de la Coma de Cardes, du Solà de Sant Miquel, du Bosc d’Incles, de Cabana Sorda, de Juclar, de Siscaro, des Passos, du Ribaló, d’Ortafa, de la Portella, des Colls, de la Font Faure, des Llacs et celui des Herbes Mitgeres qui regroupait les quatre estives communes à Encamp et Canillo. S’ajoutaient les orris de Riba Escortjada et celui d’Encampadana. Il s’agit de la liste complète mais toutes les estives ne trouvaient pas preneur tous les ans.

62  Cortons d’Enclar, de l’ubac d’Andorre, de Sulls i Brulls (Graus), de la Tosa, du Solanet de Ramió, des Heres, de Bael, de l’Estall Serrer, de Sadornet, de Setut et orri de Perrafita.

63  Pour la première moitié du XVIIe siècle, nous excluons de ce raisonnement la période 1640-1650 qui constitue un cas particulier car les effets de la grande dépression eurent de grandes répercutions sur l’élevage de vallées, le cheptel fut réduit de près de la moitié.

64  Le rapport entre les deux types de cheptel variait grandement, de 1 pour 3,3 à 1 pour 10,6, la moyenne étant de 1 pour 6,5. Calcul établi pour les années de paiement de la questia au roi (seules pour lesquelles nous disposons de l’estimation des deux cheptels) – ANA/ Archive de les Sis Claus, livre 1 et 5 et livres de comptes, 1632-1644 s. n.

65  ANA/APCA, livre 4, 29, 46 et APCR, liasses de comptabilité et livres de comptes s. n., 1680-1776.

66  L’organisation interne de ces compagnies ne sera pas traitée ici. À ce sujet, O. Codina, de fer et de… op. cit, p. 156-201.

67  La tension communautaire autour des cortons ne s’arrêta pas à cet épisode. Mais ce n’est qu’au XIXe siècle que face à la pression du petit peuple (baix poble) certains cortons revinrent au statut de communal.

68  L’analyse comparative des frais d’hivernage montre que, systématiquement, il était plus cher de passer l’hiver en plaine. Le tarif par bête et saison était de 1/3 à 2/3 supérieur à celui appliqué au même moment dans les vallées andorranes.

69  Marché de l’Espluga de Francolí le 22 janvier et à celui de Carême de Santa Coloma de Queralt le 25 février.

70  Ce facteur était décisif. Le loyer des terres d’hivernage représentait le quart de l’investissement nécessaire pour une saison.

71  Il est à noter que les transactions fondées sur le cheptel andorran entraient dans le cadre

72  E. Vicedo, Les terres de Lleida i el desenvolupament català del set-cents. Producció, propietat i renda, Crítica, Barcelona, 1991, table 53, p. 335- 334 ; J. L. Pereira, « La transhumancia en zonas de invernadero : El ejemplo de la tierra de Cáceres », Mesta, trashumancia … op. cit, p. 242.

73  « …dit dia, lloam i aprovam totes les ordinacions escrites i no escrites ».

74  AHN/ACA, livre d’actes 3, 12/01/1774.

75  J. Klein, The mesta : A study in spanish economic history, ed. Harvard University Press, Cambridge, 1920.

76  A ce sujet voir A. Garcia Sanz, « Los privilegios mesteños en el tiempo, 1273-1836 : una revisión de la obra de Julius Klein », Mesta, trashumancia y lana en la España Moderna,Crítica, Barcelona, 1998, p. 65-89.

77  Junta General de Estadísticas, Censo de la ganadería de España según el recuento verificado el 24 de septiembre de 1865, Imprenta de Julián Peña, Madrid, 1868.

78  Cette délimitation peut sembler trop large dans le cadre d’une étude centrée sur les Pyrénées, elle présente par contre l’avantage de cumuler les espaces d’hivernage et d’estivage, d’où provenaient les bêtes transhumantes, tout en évitant d’inclure les régions qui favorisaient l’espace castillan de la meseta.

79  Une partie des grands éleveurs se spécialisa dans l’élevage des équins, d’autres participèrent au développement sidérurgique de l’Andorre, ce qui eut comme conséquence la réduction de leur rôle dans l’élevage ovin. Les familles qui apparaissaient comme associée aux propriétaires de principales compagnies sont celles que l’on retrouve à la tête de ces organisations. En forçant le trait, il est possible de dire que l’unité de comptage des troupeaux était passé du millier à la centaine.

80  Entre 1633 et 1643, le nombre de bêtes reçues au titre de l’estrany était en moyenne 2 000. Elles étaient 3 900 entre 1744 et 1754, 6 500 entre 1800 et 1810 et finalement 9 800 entre 1865 et 1875. Au cours de la même période, la charge pastorale passa de 8 000 têtes en 1633, à 10 000 en 1750 et à moins de 13 000 à la fin du XIXe siècle - ANA/ACC, livres d’actes 1600-1900.

81  M. J., Lluelles, La transformació econòmica d’Andorra, ed. L’Avenç, col. Clio, nº 11, Barcelona, 1991, tableau p. 454.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Emprius et mouvements de bétail.
Crédits © ARH.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2
Légende Les communes d’Andorre et de Sant Julià, xviii-xixe siècles.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3
Légende Petit bétail déclaré à la questia (1500-1900).
Crédits © ARH
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 4
Légende Routes de transhumance Andorre-Urgell, xvii-xviiie siècles.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 5
Légende Proportion d’ovins transhumants au nord de l’Ebre en 1865.
Crédits © ARH
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Codina Vialette, « Espaces d’élevage et stratégies pastorales », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/327 ; DOI : 10.4000/framespa.327

Haut de page

Auteur

Olivier Codina Vialette

Service de Recherche Historique, Patrimoni Cultural d’Andorra

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals