Navigation – Plan du site
Dossier : Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités

Jerry ou comment faire parler autrement les murs

Jerry, or How to Make the Walls Speak Differently
Jerry, o cómo hacer que hablen de otra manera los muros
Sterlin Ulysse

Résumés

Vers 2007, les habitants de Port-au-Prince découvrent sur différents murs de leur ville des inscriptions et des dessins signés « Jerry », qui tantôt envoient des messages sociaux ou moraux, tantôt en prennent le contre-pied en les détournant. Mais comment interpréter la véritable motivation du tagger ? Cependant, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, et grâce à plusieurs ONG qui engagent le tagger pour faire passer leurs messages de mobilisation dans les camps, le voile est levé sur son identité. On comprend alors que l’œuvre de Jerry s’inscrit dans le cadre de la remise en question de la politique traditionnelle par les jeunes des quartiers populaires. Il dénonce et revendique, par les dessins et les graffitis, ce que les rappeurs dénoncent et revendiquent par la parole. Jerry n’a jamais voulu rester dans l’ombre ; comme les jeunes des zones sensibles, il cherchait à se faire une place au soleil. Comment la réalité sociopolitique nous permet-elle de mieux saisir l’œuvre de Jerry à la fois comme une voie pour se réaliser lui-même, et comme une tentative d’exposer les vrais problèmes du pays ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Grand rue » : dans le milieu des années 2000, trois jeunes artistes (André Eugène, Jean Céleur Hé (...)
  • 2 Michel Philippe Lerebours, Haïti et ses peintres. Souffrances et espoirs d’un peuple, 1804 à 1980, (...)

1Il y a peu de temps que l’on a commencé à réfléchir sur la culture urbaine en Haïti, malgré sa grande présence et son influence sur la société. Si le rap a bénéficié de quelques travaux universitaires, il n’y a pas, à notre connaissance, de recherches sur l’ensemble des manifestations de cette culture en Haïti et ses particularités par rapport à d’autres pays. Le triomphe international des artistes de la Grand rue1 suscite cependant la curiosité de plus d’un ; mais malgré leur entrée dans plusieurs grandes galeries, leurs œuvres ont peu d’impact sur le public haïtien. En ce qui concerne le graffiti, depuis la chute des Duvalier, il s’est érigé en instrument politique, utilisé contre celui dont on voulait couper la tête. Il a fallu attendre Jerry pour que le graffiti s’engage dans la voie artistique tout en gardant son caractère revendicatif ou contestataire. Qui est donc Jerry ? Comment comprendre son art et saisir sa motivation ? Celle-ci est-elle différente de celle qui a toujours animé les artistes populaires depuis 1945 (date de la première exposition des peintres naïfs haïtien à Cuba2) ? Nous allons essayer de répondre à ces questions, tout en faisant un rappel des grandes problématiques de l’histoire de l’art haïtien et de l’apparition et de la réception du street art dans le pays.

Art et société

  • 3 Sur ces questions, voir Henock Trouillot, Les origines sociales de la littérature haïtienne, Port-a (...)

2L’art haïtien, quel que soit son mode d’expression, prend sa source dans la revendication et l’affirmation d’une part de soi rejetée ou méprisée. La littérature haïtienne prend sa source dans la prose pamphlétaire des Affranchis au moment où ils revendiquaient leurs droits politiques ignorés par l’administration coloniale3 et devaient recourir à l’art du portrait pour réclamer leur place dans la communauté des humains. Après l’indépendance, l’art a dû se mêler à la politique pour manifester la fierté du pays fraîchement libéré et défendre la race noire mise sur la sellette par les nations dites civilisées, comme l’atteste l’historien de l’art Carlo Célius :

  • 4 Carlo Avierl Célius, « La création plastique et le tournant ethnologique en Haïti », Gradhiva, 1, 2 (...)

L’entreprise de Guilliod [Jaymé Guilliod, dit Guilliod de Léogâne, sculpteur haïtien] n’est pas isolée. La réflexion théorique sur la création plastique et sur l’esthétique passe, au cours du xixe siècle, par la discussion du critère esthétique dans la hiérarchisation des races. Sous la plume de De Vastey, de Saint-Rémy des Cayes en 1853, d’Anténor Firmin en 1885 ou de Jean Price-Mars en 1907, elle participe d’un incessant combat antiraciste qui conduit les auteurs aux frontières d’un certain relativisme. Mais le paradigme civilisationnel dans lequel s’inscrivent leurs démarches les place dans un évolutionnisme qui les incite surtout à chercher à repousser les limites de l’universalité, en tout cas ce qui était défini comme tel. Il s’agit au fond d’apporter la preuve de l’humanité de l’homme issu de l’esclavage et de « l’homme noir » en général4.

  • 5 Telle qu’elle a été définie par les philosophes des Lumières du xviiie siècle français.

3Tout au long de l’histoire du pays, l’art ne s’est jamais tu devant les intimidations des dictatures, quitte à user de ruse. Si l’art dès l’origine a toujours été l’une des expressions de la lutte politique, l’accès aux manifestations artistiques, voire à la pratique de l’art elle-même, a été réservé à une classe. Pendant tout le xixe siècle, les intellectuels se sont épuisés à prouver que les Noirs d’Haïti pouvaient intégrer les valeurs de la civilisation5, rejetant dans la foulée tout ce qui était populaire. La religion, la danse, l’art, la langue du peuple, tout fut perçu comme la manifestation du mode vie arriéré d’un peuple appelé à être éduqué et dépassé.

  • 6 Carlo Avierl Célius, Langage plastique et énonciation identitaire. L’invention de l’art haïtien, Mo (...)
  • 7 En 1941, le clergé catholique a mené, avec le silence complice de l’État, une campagne qui consista (...)

4Il a fallu attendre 1927, avec la publication de l’ouvrage Ainsi parla l’oncle, de Jean Price Mars, pour voir la reconnaissance d’une culture populaire. De grands changements allaient s’effectuer dans l’art. Le roman qui était urbain devint rural, tandis que la peinture qui était le lieu de l’auto-représentation de la bourgeoisie et de la classe moyenne, s’inspira désormais de la vie populaire et paysanne. Ainsi une modernité artistique va se définir en art en s’inspirant thématiquement de la réalité haïtienne et techniquement de l’art occidental6. Cependant, cette reconnaissance d’une culture populaire n’a pas empêché le clergé catholique de mener une campagne dite anti-superstitieuse7 pendant laquelle il a brûlé tous les objets cultuels du vaudou, privant ainsi les historiens de l’art de l’accès à tant d’œuvres sacrées du vaudou. En dépit de tout, c’est l’art populaire dit « art naïf » qui allait donner à l’art haïtien son premier élan international avec l’exposition de la Havane, en 1945. Depuis, l’art populaire reste l’expression artistique la mieux connue et la plus demandée internationalement. La faveur obtenue par l’art populaire a toujours été la cause de tensions entre artistes dits populaires ou naïfs et ceux dits modernes, avancés ou sophistiqués.

Les murs et les revendications politiques et sociales

5Depuis la chute des Duvalier en février 1986, les murs n’ont cessé d’être utilisés pour faire passer toute sorte de messages. Ils sont honnis par tous les dirigeants, quel que soit le secteur : public, privé, scolaire ou universitaire. Les murs constituent le lieu par excellence de toutes les revendications comme de tout arbitraire, de mensonges et de demi-vérités.

Graffitis contre les ONG et l’État haïtien concernant la gestion du choléra

Graffitis contre les ONG et l’État haïtien concernant la gestion du choléra

Le choléra a été introduit par le contingent népalais de la force d’occupation onusienne, la Minustah, en place en Haïti depuis le départ forcé de Jean Bertrand Aristide, en 2004.

Cliché auteur.

  • 8 Mireille Nicole (éd.), Jistis. Murs peints d’Haïti, Montréal, Alternatives, CIDIHCA, 1994.

6En période électorale, ils sont inondés de messages et des affiches des candidats. Les murs sont utilisés par toutes les tendances politiques du pays. Cependant, dans l’euphorie populaire de l’arrivée au pouvoir de Jean-Bertrand Aristide en 1991, les murs des quartiers populaires rivaliseront de portraits du nouveau président8 ; celui-ci sera représenté par différentes figures, depuis le saint auréolé en passant par le nouveau Moïse, jusqu’à la réincarnation de Dessalines ou de Toussaint.

Représentation de l’ancien Président Aristide en 1990

Représentation de l’ancien Président Aristide en 1990

Cliché auteur.

7Depuis lors, il n’y a pas eu un chef d’État qui ne se voie représenté dans les rues des villes.

Représentation de Michel Martelly entre Barak Obama et Nicolas Sarkozy

Représentation de Michel Martelly entre Barak Obama et Nicolas Sarkozy

Cliché auteur.

8C’est contre ces messages politiques qui manipulent la parole, cachent la vérité des choses et « zombifient » le peuple que Jerry, à partir de 2006, s’est lancé dans le tag.

Quid de l’œuvre de Jerry ?

9De son nom complet Jerry Moïse Rosembert, il est né à Port-au-Prince en 1984, dans le quartier Bas de peu chose, ancien bastion de la classe moyenne du début siècle dernier jusqu’au début des années 1980. Aujourd’hui, ce quartier est réputé comme l’un des plus dangereux de la capitale d’Haïti, car il est surplombé par Carrefeuille, le bidonville abritant des gangs parmi les plus redoutés, comme Baz Pilat ou Baz Gran Ravin. Jerry, dès son adolescence, se lie d’amitié avec les fondateurs du groupe de rap Barikad Crew qui est actuellement le groupe le plus populaire auprès des jeunes. C’est le groupe que tous les politiciens s’arrachent en période électorale ; le président Préval n’a pas hésité à donner des funérailles nationales à trois de ses membres tués dans un accident en 2008. Selon Jerry, c’est grâce à Katafal, leader de ce groupe, victime de l’accident, qu’il a pu trouver sa voie après avoir abandonné l’École Nationale des Arts (ENARTS) de Port-au-Prince.

10En ce qui concerne le graffiti, Jerry n’est pas le premier à le pratiquer en Haïti, dans un but artistique. On peut faire remonter son apparition aux années 1980 avec l’avènement de la breakdance. Des jeunes prenaient rendez-vous devant des maisons de disques pour s’adonner à des compétitions de danse, sorte de battles. Avant les rappeurs, ce sont ces « breakers » qui ont été les véritables idoles de la jeunesse qui ne jurait que par Michael Jackson, Mc Hammer, Kool Moe Dee ou New Edition de Bobby Brown. C’était la période de la fièvre de Bob Marley pour une partie de cette jeunesse, qui commençait à s’essayer à la marijuana. Cette invasion de la musique étasunienne et de la culture de rue a été très mal reçue, non seulement par rapport à la musique locale, mais aussi pour l’influence négative qu’elle pouvait avoir sur le comportement des jeunes, selon ses détracteurs. En outre, Haïti, depuis l’occupation étasunienne, s’est toujours montrée réticente à l’égard des valeurs culturelles venues du grand voisin du Nord. Ainsi le milieu culturel traditionnel a-t-il toujours rejeté le rap à un double titre : pour son origine populaire et étasunienne. Les premiers graffitis liés à la breakdanse des années 1980 ne pouvaient pas avoir de grandes incidences, vu le contexte politique. Duvalier était encore au pouvoir, les macoutes veillaient. D’ailleurs, c’est un an après la chute du pouvoir qu’on a vu diffuser la première vidéo clip de rap Sispann de Master DJI, de son vrai nom Georges Lys Hérard9, chanson qui apparaissait comme la prise de position des jeunes dans les affaires politiques et sociales du pays. Il est le premier à rassembler un groupe de jeunes des bidonvilles pour lancer ce qui est aujourd’hui le Rap kreyol. Il est mort du sida le 21 mai 1994, après la sortie de premier album avec son groupe Haïti rap N ragga.

11Jerry s’est d’abord fait connaître par ses inscriptions urbaines contre les démagogies politiques, comme par ses dénonciations du clip de Master DJI10. Il dissuadait les gens d’écrire « vive » ou « à bas » et pensait que les murs peuvent servir à des choses plus constructives. À bien analyser le travail de Jerry, on peut dire que son œuvre est une mise en image de la parole du peuple, cette parole revendicatrice et contestataire qui souvent faisait déjà l’objet de graffitis des mouvements populaires. En ce sens, Jerry s’inscrit dans une tradition, qu’il a su rénover en entrant dans un véritable dialogue avec le passant, qui le comprend au premier regard. Il a très peu utilisé l’écriture, l’image dit tout et c’est très important dans un pays qui a un fort pourcentage d’analphabètes. On peut comprendre pourquoi les ONG ont fait appel à lui pour prévenir les gens du danger du choléra et des précautions à prendre.

Œuvre de Jerry représentant le danger de la maladie du choléra

Œuvre de Jerry représentant le danger de la maladie du choléra

Cliché auteur.

12Il n’est pas un problème qui traverse le pays qui échappe à l’attention de Jerry. Pour lui, l’art doit être totalement utilitaire. C’est un art qui dénonce et revendique à la fois. Il est rarement dans le décoratif. Il n’utilise presque pas de couleurs. Mais de grands traits noirs dessinant les contours du dessin, qui fait passer un message rapide. D’abord, il commence par pointer du doigt ces hommes en costume et cravate qui crucifient le pays, pillent le trésor public, utilisent les aides internationales pour leurs propres besoins ou possèdent des comptes dans des banques étrangères.

L’artiste en pleine action

L’artiste en pleine action

Cliché auteur.

Le pays crucifié

Le pays crucifié

Cliché auteur.

13Il réclame la scolarisation pour les enfants, l’alphabétisation pour les adultes. Il dénonce toute sorte de corruptions. Des jeunes filles qui laissent l’école pour se prostituer, des femmes âgées qui se maquillent pour attirer les jeunes hommes (la fameuse grann nana –  femme cougar, découverte depuis les années 1980 avec la fameuse chanson d’un groupe de compas DP Express). Il dénonce aussi les méfaits des nouvelles technologies comme le téléphone portable, nouveau fléau pour le peuple. Les compagnies de téléphonie mobile utilisent toute sorte de stratagèmes pour exploiter les clients. Et les petites gens par snobisme préfèrent ne pas manger pour recharger leur mobile.

14L’un des sujets les plus traités par l’artiste est la question de la femme. Elle est vue comme celle qui subit les chocs de l’existence sans avoir le droit à la parole, sans même pouvoir se plaindre. Sa bouche est mise sous scellés, on lui interdit toute action jugée inconcevable venant d’une femme.

La parole interdite de la femme

La parole interdite de la femme

Cliché auteur.

15Elle doit toujours faire preuve d’exemplarité, comme épouse, mère soucieuse, petite amie attentionnée, voire fidèle maîtresse. Rien n’a vraiment changé pour les femmes. Il est vrai qu’avec la chute des Duvalier, les langues se délient ; le peuple s’organise et les émissions d’opinion publique sont nombreuses, les problèmes y sont posés. Cependant, c’est toujours un véritable dialogue de sourds, autant savoir se poser la question de ce que parler veut dire, voire s’il faut même parler. L’artiste représente cette situation de la parole, par l’image de l’abeille qui cloue la langue d’un homme. Les femmes ne peuvent vraiment avoir recours à la justice ; elles se marchandent comme n’importe quel produit commercial. Tous les juges sont corrompus.

16Au-delà de tout cela, c’est le pays, l’avenir des enfants et la jeunesse, qui occupent le plus clair de son œuvre. L’omniprésence du drapeau qui se déchire dénote souvent la vraie préoccupation de l’artiste. Son esthétique est simple, facile à appréhender. Elle est faite de répétitions. Le sujet est repris plusieurs fois à des endroits différents, tout en s’adaptant à l’environnement : la carte d’Haïti qui ne cesse de pleurer ; l’innocence de l’enfance sous la forme d’une fleur qui sourit parfois, mais qui pleure le plus souvent ; tandis que la jeunesse fait l’objet d’une figure de jeune fille versant des larmes, incertaine de son avenir.

Problème de logement

Problème de logement

Cliché auteur.

17Sans compter les familles qui n’ont pas de toit, la question de la faim. Tous les problèmes du pays sont passés en revue.

Inscriptions urbaines pour une invention de soi

18Depuis l’indépendance, la pratique des arts plastiques a été réservée à la classe dominante, puis à la classe moyenne, qui s’est constituée, vers la fin du xixe et surtout le début du xxe siècle, en une force tant politique qu’intellectuelle. Tout ce qui était populaire était rejeté ; la mobilité sociale n’est qu’un vain mot pour le paysan ou les habitants des quartiers pauvres des villes. Jusque dans les années 1970, il existait très peu d’écoles ; la mode pour les riches familles était justement d’envoyer les enfants, dès le primaire, en France, parfois aux États-Unis pour y faire leurs études. Les perspectives d’avenir pour un fils du peuple étaient très limitées. La meilleure chose qui pouvait lui arriver était de s’enrôler dans l’armée ou de se faire macoute car il aurait ainsi un semblant de pouvoir et, dans son quartier, il pourrait multiplier les maîtresses.

19Avec l’avènement de l’indigénisme dans les années 1920, comme mouvement culturel de résistance à l’occupation étatsunienne du pays de 1915 à 1930, la culture du peuple sera mise en valeur. Depuis la découverte de la peinture naïve, en 1945, par le Cubain Gómez José Sicre, qui accompagnait un groupe d’artistes cubains à Port-au-Prince, l’art devient le moyen le plus sûr de mobilité sociale même lorsque l’on est analphabète.

20Comme tous les jeunes des quartiers défavorisés, Jerry cherchait une voie de sortie. Heureusement pour lui, il habite dans un quartier qui, dans les années 2000, se révélera le bastion du rap. L’art a été sa passion ; il dessinait depuis son enfance mais il n’est pas parvenu à s’adapter au programme de l’École Nationale des Arts de Port-au-Prince, la plus grande école des arts en Haïti. Encouragé par les jeunes rappeurs de son quartier, il va se lancer dans le graffiti. Ses premiers graffs avaient très peu attiré l’attention du public haïtien, tellement habitué aux paroles des murs, qu’il n’y trouvait pas beaucoup de sens. Cependant, comme Hector Hyppolite avant lui11, son travail sera remarqué par des Étasuniens qui ont cherché à le joindre ; le succès va prendre toute son ampleur quand plusieurs ONG l’engagent pour faire passer leurs messages après le tremblement de terre du 12 janvier 201012. Depuis, il est présent sur toutes les chaînes et dans les grands festivals internationaux d’art urbain, et il fait la une de plusieurs pages culturelles des grands journaux du monde, surtout aux États-Unis et dans la Caraïbe13.

21En effet, Jerry porte en lui toute l’histoire des jeunes des quartiers populaires. Négligés par le système, ils doivent eux-mêmes créer leur voie, trouver l’astuce efficace qui leur permettra de gagner leur vie. La culture de ce que l’historien de l’art Carlo Avierl Célius appelle l’ « esthétique de débrouillardise » devient la règle d’or pour pouvoir espérer subsister. De 1945 à 1970, l’art se présentait comme le moyen le plus sûr de se faire une place au soleil. Ce n’est pas sans raison qu’il y a tant de frères, de cousins, de fils ou filles dans l’art populaire en Haïti. La situation socio-économique et la réception de l’art populaire par un public étranger suscitent des vocations, voire des formes d’art tout à fait audacieuses. Jerry était bien conscient qu’il lui serait difficile de réussir dans la voie traditionnelle de l’art haïtien. Il a fait un pari risqué, bien sûr, mais le champ était vierge. Il n’est peut-être pas l’initiateur du graffiti en Haïti, mais il est le premier à se construire à travers cet art, à donner l’envie à d’autres jeunes de s’y faire reconnaître. Aujourd’hui, il y a un site entièrement consacré à la culture urbaine en Haïti14 et récemment un groupe d’artistes de street art se regroupe sous l’appellation de Koletif Basquiat, en hommage au graffitiste étasunien de père haïtien, Jean-Michel Basquiat.

Graffiti et identité-ghetto

22Le graffiti n’est pas seulement une mode. Il fait partie d’une véritable culture populaire ou urbaine, qui lutte pour la reconnaissance de ses particularités, ses valeurs, c’est-à-dire son identité. Cette culture se forge une histoire, tisse son quotidien et crée ses mythes. Elle dérange volontairement cette société, la renvoie à ses propres mépris. Elle chahute ces gens à veste et cravate qui exploitent le peuple tout en donnant le change, ces intellectuels (souvent d’origine populaire) qui pactisent avec la finance, le politique, l’étranger pour assurer leur place dans la fonction publique. L’esthétique de débrouillardise n’échappe donc pas à l’intelligentsia. La culture urbaine rejette également leur langue, le français, qui n’a jamais été une langue de communication, mais un instrument pour catégoriser la société.

23Le graffiti charrie tout ce mal-être qui ronge l’âme de la jeunesse des bidonvilles. Les portraits de ceux qui habitaient le quartier et qui ont réussi dominent les murs aux côtés des grandes figures de l’histoire noire comme Mandela, Bob Marley, Nina Simone, Angela Davis ou Jean Price Mars15. Voilà leur panthéon. Mais le graffiti contient aussi ses contradictions, car il cherche une reconnaissance dans cette même société qu’il blâme, dont il rejette les principes. Les graffitistes s’exhibent fièrement aux côtés du président, font campagne pour les candidats bien positionnés. Si Jerry n’est jamais accepté par le circuit traditionnel de l’art en Haïti, son talent est reconnu, grâce aux ONG (qui exploitent aussi le statut du pays le plus pauvre de l’Amérique, faisant grimper le prix de l’immobilier et les produits de première nécessité dans les supermarchés). Dans un pays comme Haïti la reconnaissance, quelle qu’elle soit, n’est jamais innocente.

Haut de page

Notes

1 « Grand rue » : dans le milieu des années 2000, trois jeunes artistes (André Eugène, Jean Céleur Hérard, Frantz Jacques, dit « Guyodo ») se sont regroupés sous l’appellation « Atis rezistans », en français « Artiste en résistance » dans l’un des quartiers populaires du sud de la rue principale de la capitale d’Haïti, Boulevard Jean Jacques Dessalines (« Grand rue ») ; ils pratiquent un art de récupération en utilisant des déchets, des carcasses de voiture, des crânes humains, etc. Depuis peu, Jean Céleur Hérard et Jacques Frantz ont fait défection et travaillent chacun de manière individuelle.

2 Michel Philippe Lerebours, Haïti et ses peintres. Souffrances et espoirs d’un peuple, 1804 à 1980, Port-au-Prince, Imprimeur II, 1989, p. 241.

3 Sur ces questions, voir Henock Trouillot, Les origines sociales de la littérature haïtienne, Port-au-Prince, Les éditions Fardin, 1986, p. 18.

4 Carlo Avierl Célius, « La création plastique et le tournant ethnologique en Haïti », Gradhiva, 1, 2005. Accessible en ligne sur : http://gradhiva.revues.org/301 (consulté le 8 mars 2016).

5 Telle qu’elle a été définie par les philosophes des Lumières du xviiie siècle français.

6 Carlo Avierl Célius, Langage plastique et énonciation identitaire. L’invention de l’art haïtien, Montréal, PUL, 2007, p. 53.

7 En 1941, le clergé catholique a mené, avec le silence complice de l’État, une campagne qui consistait à brûler les temples et les objets liés aux cultes du vaudou. Il a obligé des officiants et des adeptes de ladite religion à se convertir au catholicisme.

8 Mireille Nicole (éd.), Jistis. Murs peints d’Haïti, Montréal, Alternatives, CIDIHCA, 1994.

9 Voir http://lesudenaction.blogspot.fr/2009/03/biographie-master-dji-dit-george-lys.html (consulté le 8 mars 2016).

10 Voir http://www.collectif2004images.org/Jerry-Rosembert-Graffiti-artiste-social-d-Haiti_a135.html (consulté le 8 mars 2016).

11 Hector Hyppolite est considéré comme le chef incontesté des artistes dits naïfs. Découvert en 1946 par l’Étasunien Dewitt Peters et l’écrivain haïtien Philippe Thoby Marcelin, il a été glorifié par André Breton lors de son voyage en Haïti, en lui consacrant un article dans son fameux ouvrage Le surréalisme et la peinture.

12 http://www.minustah.org/le-graffiti-haitien-sensibiliser-a-travers-lart/ (consulté le 8 mars 2016).

13 http://www.miamiherald.com/2010/06/29/1706326_p2/graffiti-depicts-frustration-hope.html (consulté le 8 mars 2016).

14 Voir www.KassavAyiti.com (consulté le 8 mars 2016).

15 Voir http://artstreetvizyonayiti.org/artiste/assaf (consulté le 8 mars 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graffitis contre les ONG et l’État haïtien concernant la gestion du choléra
Légende Le choléra a été introduit par le contingent népalais de la force d’occupation onusienne, la Minustah, en place en Haïti depuis le départ forcé de Jean Bertrand Aristide, en 2004.
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Représentation de l’ancien Président Aristide en 1990
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Représentation de Michel Martelly entre Barak Obama et Nicolas Sarkozy
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Œuvre de Jerry représentant le danger de la maladie du choléra
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre L’artiste en pleine action
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Le pays crucifié
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre La parole interdite de la femme
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Problème de logement
Crédits Cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/3889/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sterlin Ulysse, « Jerry ou comment faire parler autrement les murs », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/3889 ; DOI : 10.4000/framespa.3889

Haut de page

Auteur

Sterlin Ulysse

Professeur d’histoire de l’Art et d’Esthétique, Institut Supérieur d’Étude et de Recherche en Sciences Sociales de l’Université d’État d’Haïti (ISERSS/IERAH - UEH),Vice-doyen à la recherche de l’ISERSS – UEH. Équipe FRAMESPA (Université de Toulouse-Jean Jaurès)
sterlinu@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals