Navigation – Plan du site
Dossier : Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités

Les narcocorridos du Movimiento Alterado : une poésie de la rue ?

The narcocorridos of the Movimiento Alterado: a form of street poetry?
Los narcocorridos del Movimiento Alterado: ¿una poesía de la calle?
Claude Chastagner

Résumés

Cet article explore le style le plus contemporain de narcocorridos, le Movimiento Alterado, qui rencontre un vif succès. Sur des airs de polka ou de valse, des artistes mexicains-américains comme El Komander chantent en espagnol des textes crus et violents narrant la vie quotidienne des trafiquants de drogue. La plupart des artistes et des maisons de production sont installés en Californie, d’où le style est exporté au Mexique. Nous envisagerons les origines de ces corridos, les différentes interprétations qu’on peut en donner avant de nous interroger sur leur éventuelle dimension poétique

Haut de page

Texte intégral

1Cet article se propose d’explorer une forme musicale qui, bien qu’originaire du Mexique, connaît actuellement un succès croissant aux États-Unis, au point que la Californie est devenue son principal centre de production et diffusion. Cette forme, connue sous l’appellation générique de Movimiento Alterado, constitue une des évolutions les plus récentes des narcocorridos. Au cours de cet article, je m’interroge sur la nature de ces chansons et sur leur éventuelle dimension poétique, eu égard à la violence de leur thématique et à la forme souvent crue et explicite qu’elles adoptent pour en témoigner. Dans quelle mesure est-il possible de leur trouver une valeur artistique, poétique, en quoi contribuent-elles à redéfinir notre notion de ce qui est acceptable en art ?

1. Les racines des corridos alterados

2La forme musicale utilisée par les artistes du Movimiento Alterado, les corridos, a des origines très anciennes et parfaitement respectables. Il s’agit des ballades narratives en forme de récits épiques, qui se sont développées des deux côtés de la frontière entre le Mexique et les États-Unis, dans la seconde moitié du xixe siècle. Dans les premiers temps, les corridos sont soit déclamés, soit chantés, en espagnol, sur un accompagnement de guitare ou de violon. Sur le plan thématique et formel, ils s’inspirent de deux traditions littéraires espagnoles, le romance, forme narrative en prose ou en vers prisée par l’aristocratie, dont l’âge d’or se situe entre le Moyen Âge classique et l’époque moderne, et la décima, poésie chantée formalisée à la fin du xvie siècle par Vicente Espinel, très appréciée aujourd’hui encore en Amérique latine dans les milieux populaires, ruraux en particulier.

3Les premiers corridos traitent de sujets d’actualité, à la manière d’une presse populaire : crimes, accidents, inondations, conflits entre fermiers, rivalités amoureuses. Ils mettent par ailleurs souvent en scène des conflits interethniques, des affrontements entre la population mexicaine ou mexicaine-américaine et les forces de l’ordre étatsuniennes, les rinches (prononciation hispanisée du terme américain rangers, la police des frontières). Dans ce type de corridos, des individus isolés et hors-la-loi luttent avec courage et noblesse contre les représentants de l’autorité, gagnant ainsi le respect des opprimés. En général, ils meurent sans se rendre, après avoir tué le plus d’ennemis possible. Cette dimension épique se retrouve également dans les corridos écrits pendant la Révolution mexicaine (1910-1921), les héros étant cette fois des révolutionnaires tels que Pancho Villa ou Emiliano Zapata qui luttent contre le régime corrompu de Porfirio Díaz. Beaucoup de ces corridos révèlent une dimension qui se retrouve de façon sous-jacente dans leur évolution contemporaine : l’amertume de la communauté mexicaine face aux spoliations territoriales imposées par les États-Unis via divers traités, cessions ou ventes forcées (traité de Guadalupe-Hidalgo, 1848 ; Gadsden Purchase, 1853). Il existe par ailleurs des corridos électoraux, vantant les mérites des candidats qui les ont commandités, des corridos d’immigration, abordant les problèmes de la discrimination et les risques encourus au passage de la frontière, des corridos de soutien au mouvement zapatiste du Chiapas, etc.

4Un héros récurrent des corridos de conflit interethnique est le contrebandier. À la fin du xixe siècle, la contrebande se fait surtout des États-Unis vers le Mexique : produits de luxe, épices, tissus et armes. À partir des années vingt, cependant, avec la mise en place aux États-Unis de la Prohibition, le sens du trafic s’inverse ; il concerne d’abord l’alcool, puis, à partir des années trente, cocaïne, morphine et marijuana. Les corridos suivent cette évolution et deviennent des narcocorridos, focalisés, comme leur nom l’indique, sur la contrebande de substances toxiques et les violences qu’elle entraîne : « Los Tequileros » (les passeurs de tequila), « Contrabando de El Paso », « Por Morfina y Cocaína », « La Cocaína », « La Marihuana », « El Contrabandista », « Carga Blanca » (la cargaison blanche), « Tragedia de Los Cargadores » (la tragédie des passeurs). S’ils opposent toujours des individus isolés aux représentants de l’autorité, il existe un niveau supplémentaire de complexité dans les narcocorridos, à savoir la rivalité entre Mexicanos (les Mexicains, au sud de la frontière) et Tejanos (les Mexicains-Américains installés au Texas) pour le contrôle de la contrebande sur la zone frontalière.

5Après une phase de déclin, les narcocorridos ressurgissent dans les années soixante-dix pour ne plus quitter le paysage musical mexicain-américain, grâce en particulier à un groupe originaire du Sinaloa et installé à Los Angeles, Los Tigres del Norte, dont l’album Contrabando y Traición (1974) contient plusieurs chansons abordant le trafic de drogue. L’album connaît un succès considérable, concrétisé par un album plus tardif, Corridos Prohibidos (1988). Des dizaines d’artistes, dans les États du nord du Mexique comme aux USA, leur emboîtent le pas, écrivant des centaines de narcocorridos dont plusieurs sont adaptés au cinéma pour des films de série Z. Néanmoins, seul un groupe comme Los Tigres del Norte transcende les limites du genre dans la mesure où ils ne traitent de la drogue qu’en tant qu’elle fait partie de l’expérience de déterritorialisation des immigrants mexicains et en abordant les problèmes de corruption, d’immigration illégale, etc. La popularité du groupe lui permet même de lancer des accusations politiques très directes.

6Les narcocorridos se sont depuis subdivisés en plusieurs sous-genres, corridos perrones (cool), pesados (lourds), enfermos (malades), blindados (défoncés), progresivos (progressifs) et enfin ceux qui nous intéressent ici, alterados, terme qu’il faut comprendre au sens de « état mental modifié », sous l’emprise d’un stress intense ou de substances. C’est sur ce dernier style que je vais m’attarder, ainsi que sur le mouvement qui lui est concomitant, el Movimiento Alterado.

7Cette variante existe depuis la fin des années 2000 et regroupe une nouvelle génération de chanteurs dont El Komander est le chef de file. Nous allons nous attarder sur trois chansons en particulier : son premier grand succès, « El Katch », sur l’album du même nom en 2009, « Cuernito Armani » et « La Vuelta Cargada », toutes deux de 2012 (les textes des corridos cités figurent en fin d’article). El Komander, de son vrai nom Alfredo Ríos, est originaire de Culiacán, dans le Sinaloa, et a reçu une formation musicale dans différents styles traditionnels mexicains : canción, nueva canción, mariachi et banda. Le style banda est précisément ce qui constitue la forme stylistique de base des corridos du Movimiento Alterado. La banda, originaire elle aussi du Sinaloa, est dominée par les cuivres (notamment le sousaphone, genre de tuba qui marque les basses) et les percussions, souvent complétés par un accordéon et un bajo sexto, type de guitare utilisée elle aussi pour marquer des lignes mélodiques de basse. Le répertoire de la banda est constitué principalement de polkas et de valses virevoltantes, reflet de ses origines allemandes. C’est cette instrumentation et ces formes musicales qui constituent la base des corridos alterados.

  • 1 Style de rap de la côte ouest des États-Unis apparu au début des années quatre-vingt dix, traitant (...)

8El Komander a été découvert alors qu’il travaillait dans une petite boutique de vêtements de Los Angeles par les frères Omar et Adolfo Valenzuela, deux jeunes producteurs mexicains-américains originaires eux aussi du Sinaloa et qui ont fondé à Los Angeles en 1991 la société de production Twiins. Les jumeaux ont créé le terme Movimiento Alterado pour décrire le style des artistes qu’ils produisent, fusion des caractéristiques musicales de la banda avec l’esthétique et les thématiques du gangsta rap1. Depuis, leur catalogue s’est enrichi d’une douzaine de groupes ou d’artistes, dont Los Buchones, Los 2 Priimos, Los Edición de Culiacán et Los BuKnas de Culiacán, auteurs du corrido « M16 » (2011) auquel nous ferons également allusion.

  • 2 Chivis Martínez, « Autodefensa: Narco-Corrido Singer El Komander Blocked by Cherán Community Police (...)
  • 3 Mark Stevenson, « Mexican city fines concert $8,000 on drug ballads », StarTribune, August 2, 2013.

9De toute évidence, il se passe quelque chose de nouveau dans ces corridos suffisamment violents et ambigus pour qu’au Mexique les autorités en interdisent la diffusion à la radio et que parfois les simples citoyens cherchent à les bannir des États où sévissent le plus les narcotrafiquants. Ainsi, en décembre 2013, sous la pression des habitants, El Komander n’a pu se produire à Cherán dans le Michoacán2. À Chihuahua, il dut s’acquitter d’une amende de 8000 dollars pour avoir défié l’interdiction de chanter3.

2. Une réalité augmentée

10L’étude des corridos qui figurent en annexe révèle un certain nombre de traits spécifiques. Sur le plan stylistique, comme pour les premiers narcocorridos, on constate l’absence de termes vulgaires ou sexuels, contrairement au rap africain-américain. Leur structure est pour l’essentiel identique à celle des tout premiers corridos : l’artiste commence par saluer son public et présenter son histoire, vient ensuite le récit proprement dit. Néanmoins, la despedida, l’adieu du chanteur en forme de morale qui termine les narcocorridos traditionnels est souvent absente.

  • 4 Galia García-Palafox, « Sinaloa Cartel Approves Movimiento Alterado’s Drug Ballads », Huffington Po (...)

11On peut par ailleurs déceler quelques nouveautés importantes, une façon différente d’aborder le sujet du trafic et de la consommation de drogue. Tout d’abord, la narration est confiée à une première personne qui n’est plus le corridista (le chanteur) lui-même, mais le narcotrafiquant, anonyme ou célèbre, comme par exemple dans le corrido « El Sr. Mayo Zambada » du groupe Enigma Norteño, dédié à Ismael « Mayo » Zambada. On ne chante plus à propos des trafiquants, on chante en prétendant en être un. Ríos confirme : « J’aime jouer un rôle, comme dans ce jeu vidéo qui s’appelle Le bourreau ; je joue au bourreau4 ».

12La violence s’affiche sans retenue, dans les textes, les vidéos ou sur scène : les armes sont très présentes, qu’il s’agisse de pistolet, de kalachnikov (dont la forme stylisée constitue le logo de El Komander) ou de bazooka ; on dépeint les règlements de comptes, les exécutions, les tortures, sans émotion ni pathos, sans commentaires moralisateurs ni expressions de remords. C’est ainsi que, dans le corrido « Los sanguinarios del M1 », souvent cité avec affolement ou délectation par les médias, le groupe Los BuKnas de Culiacán chante « Con cuerno de chivo y bazuka en la nuca, volando cabezas al que se atraviesa, somos sanguinarios locos bien ondeados, nos gusta matar » (avec une kalachnikov et un bazooka à l’épaule, on coupe la tête de quiconque se met en travers de notre route, nous sommes des sanguinaires fous et malades, nous aimons tuer). Les narcocorridos alterados font par ailleurs l’apologie de la vida loca, le mode de vie des drug lords, les barons de la drogue : consommation massive de drogue, d’alcool, de femmes, de vêtements et de voitures de luxe (voir, par exemple, le corrido « Carteles Unidos » par El Movimiento Alterado). Contrairement aux premiers corridos de contrebande, l’accent est mis plus sur le mode de vie des trafiquants et leur richesse que sur ce qui était jadis présenté comme leurs « qualités » : courage et sens de l’honneur. Dorénavant, s’enrichir, participer au fonctionnement de la société capitaliste est présenté comme un but en soi, digne de tout jeune mâle mexicain.

13Une des nouveautés majeures des narcocorridos du Movimiento Alterado est de créer un effet de réel grâce à plusieurs techniques. Ils ont fréquemment recours au name-dropping de marques de vêtements de luxe (Dolce & Gabbana, Armani), d’armes (M16, AK 47) ou de véhicules coûteux (BMW, Escalade, Lobo, Land Rover, Cheyenne, Tahoe, Raptor, Hummers). Le même principe s’applique aux noms de trafiquants célèbres (Ismael « El Mayo » Zambada, patron du cartel du Sinaloa ; Manuel Torres Felix, le responsable de la sécurité du même cartel, surnommé « Ondeado » (le frappé) et à des lieux ou des événements réels liés à des faits marquants du trafic de drogue (Guaymas, Santiago Papasquiaro, Durango, Michoacán, Sonoyta, Culiacán, Sinaloa, Mexicali, Mazatlán). L’utilisation de l’argot contemporain de la rue et du milieu de la drogue (« Fórjese un bañado,/ Destapé un buchanas »), la plurivocalité, qui permet, comme dans un film, de faire parler les différents personnages (dans « La vuelta cargada », en alternance, le lieutenant de police et le trafiquant) et des effets sonores (sirènes de police, coups de feu, bruits de moteurs) viennent compléter cette palette de techniques destinées à renforcer l’hyperréalisme de ces chansons.

3. De la rédemption à CNN

14Je souhaiterais maintenant interroger ces corridos alterados : comment lire ces textes, comment écouter ces chansons ? La description explicite, souvent complaisante, voire admirative, de comportements abjects et de violences brutales a-t-elle une quelconque valeur esthétique ? Peut-on encore parler de forme artistique ? Suffit-il de mettre l’horreur en mots, en images et en musique pour créer une poésie urbaine ? Quelle forme la description de la réalité doit-elle prendre pour pouvoir accéder au statut de forme artistique ? Pour répondre à ces multiples questions, je vais suggérer un certain nombre de fonctions à ces corridos.

  • 5 Juan Carlos Ramírez-Pimienta, « De torturaciones, balas y explosiones: Narcocultura, Movimiento Alt (...)

15Rappelons en préalable un principe évident : les hypothèses que nous allons formuler ne constituent bien évidemment que des approches supplémentaires et complémentaires à un mouvement musical particulièrement ambigu et polysémique. Juan Carlos Ramírez-Pimienta le souligne, les corridos alterados sont tout autant « des chants de louanges, des récits historiques, des systèmes de valeurs et/ou de contre-valeurs, des bulletins d’information5 ». Ils sont à la fois chants de guerre visant à terroriser l’ennemi ou attirer de nouveaux membres, contre-histoire prenant ses distances avec les récits officiels, sources d’informations internes sur la vie quotidienne des gangs et, à ce titre, chronique alternative des années 2010. Par ailleurs, il convient également de souligner que les analyses qui suivent ont été rédigées dans un contexte qui n’est guère comparable à la situation extrêmement tendue dans les villes frontières. Il est probable que conçues et formulées dans un contexte de violences aveugles et d’exécutions quotidiennes, nos analyses seraient sensiblement différentes.

  • 6 Eric J. Hobsbawm, Bandits, New York, Delacorte, 1969.
  • 7 Alexander Zaitchik, « Narcocorridos: Mexico’s Deadly Drug Wars Have Produced an Amazing and Sometim (...)

16Je vais néanmoins proposer quelques pistes de réflexion quant à la nature de ces corridos. On peut tout d’abord leur prêter une fonction rédemptrice. La proximité que ces corridos établissent avec les narcotrafiquants, dont ils narrent les exploits à la première personne et de façon explicite, transforme la vision que nous pouvons avoir de ces gangsters et en donne une image proche de celle du « bandit social » tel que l’a défini Eric Hobsbawm, dans son livre Bandits6 : un individu marginal (braconnier, brigand, desperado, contrebandier, etc.) qui, sur le modèle de Robin Hood, accède au pouvoir et à la richesse en défiant les autorités et en courant des risques, y compris celui de perdre la vie. En devenant riche, il venge les défavorisés, les humbles et les démunis, il rachète leur misère, et ses exploits démesurément amplifiés dans des récits héroïques servent d’exutoire pour les populations dont ils sont issus. Dans la mesure où les cartels de la drogue s’opposent aux élites et à l’Establishment mexicains corrompus, les trafiquants sont perçus par une partie de la population comme s’inscrivant dans cette tradition7.

  • 8 Ibid.
  • 9 Kai Flanders, « The Deadly World Of Mexican Narco-Ballads », Noisey, mis en ligne le 28 mai 2012, c (...)
  • 10 « Mexican Narco Music », Vice, mis en ligne en 2014, consulté le 1er septembre 2015. URL : http://w (...)

17Dans les alterados, l’absence de commentaire distancié qu’implique le récit à la première personne et l’absence de conclusion (despedida) qui servait de morale populaire renforcent l’identification de l’auteur au héros-narrateur et donc l’éventualité d’une perspective rédemptrice. Pour Juan Carlos Ramírez-Pimienta, « au Mexique, beaucoup considèrent les narcos comme des opprimés qui s’en sont sortis, des self-made men à l’américaine8 ». Pour les nombreux Mexicains-Américains en situation illégale, qui vivent dans la crainte permanente d’être arrêtés et renvoyés dans leur pays d’origine, les exploits de Mexicains ayant du pouvoir ont un effet libérateur et procurent un sentiment de puissance. C’est ce que El Komander exprime ainsi : « les gens aiment les histoires sur les méchants. Ils en font leur héros. Je ne sais pas pourquoi, ça plaît de voir des mauvais garçons devenir riches et puissants, quoi qu’ils fassent9 », et ce que confirme son producteur Valenzuela : « Tout le monde, à un moment de sa vie, aimerait être un narco, même le président, parce que c’est une question de pouvoir. Vous ne pouvez imaginer à quel point les chanteurs adorent les narcos. On aime ceux qui réussissent, on veut leur ressembler10 ».

  • 11 Raúl Soto, chanoine de la Basilique de Guadalupe, à Mexico, en 1997 ou, en 2008 l’évêque de Texcoco (...)

18Cette fonction rédemptrice est renforcée par le fait que, contrairement aux représentants du gouvernement accusés de corruption et d’inefficacité, certains trafiquants améliorent la vie quotidienne de leur région d’origine en fournissant électricité, matériel agricole, routes, écoles, dispensaires, maisons de retraites, stades et même églises. À tel point que certains chanoines ou évêques ont publiquement cité en exemple (avant d’être condamnés par leur hiérarchie) de généreux donateurs comme Rafael Caro Quintero et Amado Carrillo, narcotrafiquants notoires11. Et quand le drug lord El Chapo a été arrêté en mars 2014, la population de Culiacán a organisé des manifestations pour demander sa libération.

19Un dernier argument renforçant la lecture rédemptrice est que les trafiquants, issus de milieux ruraux, géographiquement périphériques et souvent méprisés par les classes dominantes mexicaines, redonnent fierté et honneur à ces régions. Or les corridistas du Movimiento Alterado sont eux aussi issus de ranchos, bourgs agricoles isolés dans les sierras, ils sont eux aussi, au nord comme au sud de la frontière, considérés comme stupides et méprisables. En devenant des stars, ces chanteurs redonnent à leur public un moyen de considérer avec fierté leurs origines rurales modestes. Dans « Soy de Rancho » (2013), El Komander fait sans aucune gêne l’apologie de ses goûts plébéiens : « je monte à cheval, l’odeur du bétail, les sacs de foin, le cri du coq ». Le style vestimentaire ranchera est désormais une mode à succès, y compris à Los Angeles et même chez les Anglos (les Étatsuniens blancs d’origine non-hispanique). Les Chicanos (les Mexicains-Américains) les plus fortunés achètent de somptueux vêtements de vaquero (le cow-boy originel) de luxe : bottes en lézard, chapeaux ornés de pierres précieuses, chemises de soie… La culture rurale dans son ensemble s’en trouve légitimée. Il en résulte que des milliers de jeunes Mexicains-Américains redécouvrent et adoptent avec fierté la musique country de leurs parents dont ils avaient jusqu’alors honte. Encore plus aux États-Unis qu’au Mexique, où les corridos alterados provoquent des réactions contradictoires, afficher une prédilection pour la culture Chicano ou Tejano (les Mexicains-Américains du Texas) et écouter des corridos alterados est devenu la nouvelle attitude « cool » et « branchée », portée par la triple thématique drogue / violence / richesse.

  • 12 Rien qu’à Ciudad Juárez, les meurtres ont été multipliés par dix au cours des quatre dernières anné (...)
  • 13 « Mexican Narco Music », op. cit.
  • 14 Alexander Zaitchik, op. cit.
  • 15 Ibid.

20Néanmoins, contrairement aux actes de bravoure de révolutionnaires ou aux affrontements entre contrebandiers mexicains et forces de police étatsuniennes, les tueries lâches, les mutilations et les tortures auxquelles se livrent les trafiquants et dont sont victimes de façon massive non seulement des trafiquants rivaux ou des policiers, mais aussi de simples citoyens, des femmes, des enfants et récemment des étudiants, n’ont rien d’héroïque12. De plus, les commentaires, morales et mises en perspective que proposaient les corridos de contrebande ou de conflits interethniques ayant disparu, ainsi que la dénonciation de la corruption politique, ne reste qu’un simple récit factuel, qui peut s’entendre comme une apologie de la violence brutale, de la puissance des drug lords et de leur mode de vie, ce que reconnaissent bien volontiers les chanteurs de BuKnas, par exemple : « J’aime la violence. Nous sommes en admiration devant ces types13 ». Les frères Valenzuela reconnaissent pour leur part avoir parfois demandé l’approbation des cartels avant de sortir un corrido pour ne pas risquer de vexer quiconque en mettant en scène un trafiquant particulier plutôt qu’un autre14. De fait, certaines chansons constituent clairement des témoignages d’allégeance au cartel de la région d’origine du chanteur et des menaces implicites contre les autres. Néanmoins, les chanteurs gardent de plus en plus leurs distances. Ainsi David Guzmán, du groupe Ondeado, affirme-t-il : « Nous sommes très prudents, nous ne citons jamais aucun cartel et n’acceptons pas les concerts privés pour des narcos [alors que le film de Shaun Schwartz Narco Cultura montre Los BuKnas se rendant à un concert privé pour un trafiquant]. Nous gardons un profil bas » ; El Komander ajoute : « Il y a des endroits au Mexique qui sont très dangereux, mais on ne peut que se fier à Dieu et faire son travail ; dans 80 % de mes chansons, j’évite de parler de cartels ou de narcos précis15 ». Néanmoins, les corridos alterados ont été adoubés par les trafiquants au point qu’après chaque meurtre, ils en diffusent un sur la fréquence des forces de police.

21De quelle rédemption pourraient alors se prévaloir les corridistas qui mettent en scène ces violences dans leurs textes ? Quel sens donner à la glorification du mode de vie « narco » dans la mesure où ce mode de vie ne concerne qu’un petit nombre de trafiquants, les autres, sicarios (assassins) ordinaires, devant se contenter de salaires qui ne dépassent guère 1000 dollars mensuels pour leurs meurtres. La plupart des employés des trafiquants sont des gens ordinaires qui essaient juste de survivre grâce à ce qui est devenu une activité économique comme les autres.

22Par ailleurs, le style vestimentaire dont nous avons parlé est lui-même en train de changer. Sa dimension locale et rurale s’estompe. En revanche, les allusions au luxe urbain international (Dolce & Gabbana, Versace, Ralph Lauren, Gucci, Ferrari, Burberry ou Armani), ainsi qu’aux véhicules de haut de gamme sont, dans les textes des corridos alterados, de plus en plus fréquentes, à la mesure du changement dans le code vestimentaire des trafiquants eux-mêmes. Le rapprochement est plutôt maintenant avec le style de la mafia russe et surtout sicilienne. Les racines mexicaines, qui pouvaient servir de justification, s’éloignent.

23Au-delà de la fonction rédemptrice qui, nous venons de le voir, est sujette à caution, nous pourrions prêter aux corridos alterados une fonction identitaire (même si le concept est à prendre avec prudence, en évitant toute lecture essentialiste, culturaliste et différentialiste) dans la mesure où beaucoup de corridistas originaires du Nord du Mexique se sont installés aux États-Unis, en Californie en particulier. Le nom des groupes référencent fréquemment la région du Mexique d’où ils sont originaires : Los Buchones de Culiacán, Los Cuates de Sinaloa, La Edición de Culiacán, Los BuKnas de Culiacán, Los Canelos de Durango, Fuerza de Tijuana, Los Mayitos de Sinaloa, El Jr. de Culiacán, Los Favoritos de Culiacán, etc. De même, les chanteurs font fréquemment allusion aux origines géographiques des trafiquants. S’agit-il alors de la fierté liée à une identité régionale spécifique, dans un pays, rappelons-le, d’organisation fédérale ? Mais le rapport identitaire est en train de s’inverser avec les alterados, car c’est maintenant les États-Unis, la Californie en particulier, qui exportent au Mexique la culture « narco », sous la forme alterado : une justification de plus qu’il nous faut donc nuancer, voire rejeter.

  • 16 « Mexican Narco Music », op. cit.
  • 17 Shaul Schwarz, Narco Cultura, Cinedigm, 2015.
  • 18 Juan Carlos Ramírez-Pimienta, op. cit., p. 331.

24Une autre fonction possible serait de voir ces chants alternant récits de violence et descriptions de fêtes débridées et alcoolisées comme des chants de jouissance, un appel adressé par les corridistas à leur public à profiter de la vie, à choisir une existence plus intense, plus rapide, en phase avec la vie contemporaine. Pour El Komander, les alterados représentent « un nouvel âge du corrido, un corrido accéléré, festif, le corrido qui est plus du genre ‘on va se vider une bouteille’, ‘on va se taper une meuf’16 ». Leurs textes cyniques peuvent alors se lire comme des chants désespérés, l’expression d’une énergie sans autre exutoire que l’excès de violence, d’alcool, de drogues. Les corridistas, dans leurs interventions en public lors de concerts ou d’émissions de télévision, ne se cachent pas pour fumer de la marijuana ou consommer de la cocaïne. Il est à ce titre symptomatique que les corridos alterados soient particulièrement populaires dans les régions du Mexique et des États-Unis où le bien-être des populations est loin d’être garanti. Le film de Shaul Schwarz Narco Cultura montre de jeunes écolières en extase lors du tournage d’un clip, exprimant leur désir d’épouser un trafiquant17. Leur succès se mesure également au fait qu’après une période de refus, les supermarchés étatsuniens (Target, Walmart) acceptent dorénavant dans leurs rayons les artistes alterados. On peut alors comprendre ces corridos comme l’expression maladroite, non maîtrisée et dangereuse d’une conscience politique balbutiante, informelle, à mettre en parallèle avec la lecture politique du trafic de drogue lui-même, lecture selon laquelle « l’incompétence et le manque de solidarité sociale des gouvernants qui adoptent des doctrines néolibérales entraînent une justification du trafic de drogue qui apparaît alors comme un moyen acceptable de sortir de la pauvreté18 ».

  • 19 Alexander Zaitchik, op. cit.
  • 20 « Mexican Narco Music », op. cit.

25Une dernière fonction, journalistique cette fois, avancée d’ailleurs par certains corridistas eux-mêmes, est que les corridos alterados, dans la continuité des corridos du xixe siècle, ne seraient qu’un reflet de la société mexicaine contemporaine et de sa violence. On retrouve ici les arguments et les polémiques qui ont entouré le rap américain, le gangsta rap en particulier, Chuck D du groupe Public Enemy affirmant en 1992, dans Newsweek, que le rap était le CNN du ghetto. Les Valenzuela utilisent un argument similaire : « On dit que les corridos alterados glorifient la violence, mais il ne font que refléter la réalité. Les auteurs ne sont que des baromètres »19. Ce que confirme El Komander quand il affirme : « Je me considère comme artiste ayant un rôle de média social20 ».

4. Une poésie de la violence ?

26Pour terminer, revenons à la façon dont sont chantés ces corridos. Les textes, les musiques et les voix sont dénués de pathos, de mélodrame, de sublime, à la limite du monotone. Contrairement au rap et autres formes africaines-américaines fondées sur l’hyperbole, l’excès linguistique, le jeu de mot, le double-entendre, tout ce qu’on appelle le signifying, les alterados restent sobres, minimalistes, laconiques et factuels. Pas d’humour apparent, pas de second degré, excepté le contrepoint joyeux de l’accordéon ou du sousaphone et des rythmes de valse ou de polka. Pas non plus de crescendo ou d’accelerando, de changement de registre ou de volume. La proximité de la mort violente, la sienne ou celle des autres, n’entraîne pas de modifications dans les modalités expressives.

27Il convient alors de se demander si au même titre que tout rituel contient la violence humaine, dans les deux sens du verbe « contenir », « être composé de » et « empêcher que quelque chose ne s’échappe et ne se répande », les corridos alterados ne seraient pas des formes rituelles, codifiées, ayant pour fonction de contenir l’émotion liée à la violence dont ils se font les porte-paroles. L’excitation qu’ils provoquent parmi leur public serait alors à mettre sur le même plan que celle que génèrent les rituels sacrificiels, à fonction cathartique. Et le caractère odieux et insoutenable que peut avoir l’engouement du public et l’indifférence des artistes serait à mettre au compte de cette fonction.

  • 21 John McDowell, Poetry and Violence: The Ballad Tradition of Mexico’s Costa Chica, Urbana, Universit (...)

28On retrouve ici le « processus de guérison » qu’évoque John McDowell21. Les alterados auraient une fonction thérapeutique, injectant à la façon d’un vaccin une dose de la violence aujourd’hui omniprésente dans certaines communautés mexicaines pour permettre que celle-ci soit assimilée et éviter ainsi que les émotions intenses qu’elle génère ne se répandent et n’atteignent des seuils insoutenables, au point de rendre la vie proprement impossible. Le corrido alterado, en abordant avec crudité, mais aussi sobriété, au sein du cadre formulaïque et contraignant de l’esthétique corrido et banda, la violence réelle du quotidien, devient un espace où cette dernière peut être prise en compte et prise en charge.

29En combinant tradition et contemporanéité, en jouant sur la transmission, l’évolution et l’adaptation, les alterados permettent une mise à distance du contexte (drogue, violence, pauvreté, corruption) et des angoisses et frayeurs qu’il suscite. Ils constituent une façon d’apprivoiser la peur, une forme de memento mori ancrée dans la tradition mexicaine du rapport à la mort que confirment l’omniprésence dans l’art populaire mexicain des Catrinas et calveras et la célébration de traditions syncrétiques comme le Día de Muertos.

30Ce memento mori fait sens pour les Mexicains, mais aussi pour les Chicanos, même si la vie au nord de la frontière est considérablement moins violente qu’au sud (El Paso, la ville jumelle de Ciudad Juárez, est même la 3e ville la plus sûre des USA) : au-delà de la violence liée au trafic de drogue, il évoque la violence de la clandestinité, la violence de l’exploitation et du mépris, la violence de l’illégalité, des vies mises en danger par des passeurs malhonnêtes, des vigilantes (milices racistes et violentes aux États-Unis). Au bout du compte, par l’évocation contrôlée de la mort, les alterados constituent une affirmation de la vie, une affirmation ambiguë, incertaine, dangereuse, comme toute thérapeutique à fonction apotropaïque, mais néanmoins potentiellement salvatrice.

  • 22 Stéphane Mallarmé, Correspondance complète, 1862-1871, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1995, p. 266.

31Mallarmé affirme que « La poésie est l’expression, par le langage humain ramené à son essentiel, du sens mystérieux des aspects de l’existence22 ». Cette obsession de la mort qui hante les corridos alterados nous ramène bien au mystère de l’existence humaine. J’avais posé en titre de cet article la question de la valeur poétique des corridos alterados, me demandant s’il était possible de les considérer comme une poésie de la rue, une poésie populaire. S’il s’agit bien pour moi d’une poésie de la rue, ou peut-être plus exactement une poésie du rancho, ce n’est pas en raison de tels ou tels critères stylistiques ou esthétiques, le recours à l’argot, les effets de réel, les emprunts à la tradition du romance ou de la décima. Ce n’est pas non plus en raison de thématiques centrées sur un quotidien âpre et violent plutôt que sur des préoccupations plus intellectuelles. C’est essentiellement en raison de la tonalité dont j’ai parlé précédemment, le choix d’un point de vue à la fois naturaliste et amoral, hyperréaliste et neutre. L’absence de jugement et de commentaire éloigne ces récits des positions que pourraient adopter ceux qui détiennent l’autorité et le pouvoir, le pouvoir des mots, qui permet de juger et d’évaluer, le pouvoir des classes dominantes.

  • 23 Paul Valéry, Variété III, IV et V, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2002, p. 238.

32En se focalisant avec une maladresse, un opportunisme et une complaisance qu’on peut trouver révoltants sur un réel tout aussi révoltant, les narcocorridistas refusent d’endosser le rôle de donneurs de leçons et de moralistes que se sont attribué les classes dominantes. Après tout, comme le rappelle Paul Valéry, « Les Grecs ne répugnaient pas à évoquer les scènes les plus atroces [...]. La mythologie, la poésie épique, la tragédie sont pleines de sang23 ». Les corridistas du Movimiento Alterado inscrivent leur production du côté de ceux qui n’ont pas la parole, de ceux dont les opinions comme les goûts ne comptent pas, dont les vies minuscules sont ignorées et bafouées.

33C’est à ce titre, pour des raisons plus politiques qu’esthétiques, que les alterados nous semblent constituer une forme poétique active populaire, un art de la rue, du rancho : des formes mémorables, faisant littéralement œuvre de mémoire et qui constituent un moyen d’appréhender la réalité, de négocier avec elle, de la dépasser et de la transfigurer. Les narcocorridistas gagnent leur vie en chantant la violence. En cela, ils exercent un métier, créent et fabriquent, définition première de l’acte poétique. Ce sont bien des poètes.

Haut de page

Annexe

Annexes

Les textes ci-dessous proviennent du site Musica.com (http://www.musica.com) ; leurs auteurs sont indiqués après le titre.

« Corrido del Katch », El Komander, 2009

« Corrido du Katch »24

Celebrando con tiros al viento

después de un negocio la banda jalando

corridos, canciones, mujeres, botellas

su gente al pendiente pero asegurando

se faja una escuadra y un siete

las cachas de oro diamantado

On fête ça en tirant en l’air

après un boulot l’orchestre joue

corridos, chansons, femmes,

bouteilles

sa bande est aux aguets,

mais elle assure

il met son flingue à sa ceinture et son

sept millimètres

crosse en or et diamant

Armani Dolce y Gabbana

Land Rover para pasear

con dólares en la bolsa

Bukanas para tomar

las plebitas están que tientan

para el party comenzar

Armani Dolce et Gabbana

Land Rover pour la balade

des dollars plein les poches

du whisky à flot

les filles à point

la fête peut commencer

Muchos le dicen el Katch

el seven para su equipo

y la gente que lo aprecia

también le dicen panchito

no la anda asiendo de pancho

aunque su nombre es Francisco

On l’appelle le Katch

le seven pour son équipe

et les gens l’apprécient

on l’appelle aussi panchito

mais il se la joue pas

même si son nom c’est Francisco

A todas las quiero igual

y malecón me divierte

pero que sea en Mazatlán

Se miran las caravanas

paseando haya en Mazatlán

seguro ya llegó el seven

el oyster van a cerrar

plebada los quiero al tiro

por que nunca hay que confiar

Je les aime toutes pareil

un tour sur le bord de mer ça m’amuse

mais faut que ce soit à Mazatlán

Les escortes s’observent

En balade là-bas à Mazatlán

Sûr que le seven est arrivé

Le Oyster Bar va fermer

Les gars soyez prêts

Parce qu’il faut jamais avoir confiance

Mi gente no se acelera

pero siempre están alerta

así se los he enseñado

no me gusta la violencia

pero al que se ponga brinco

aquí conmigo se sienta

Mes gars s’affolent pas

Mais ils sont toujours aux aguets

c’est ce que je leur ai appris

j’aime pas la violence

mais celui qui se rebiffe

il a de mes nouvelles

Las playas me dan sus olas

las mujeres un relax

pero no soy exclusivo

Les plages me donnent leurs vagues

les femmes du bon temps

mais je suis pas possessif

« La vuelta cargada », El Komander, 2012

« Le retour chargé »25

Doble fondo al tanque

Ya está muy quemado

Aquí en la frontera

Tengo al número uno

Pa hacer buenos clavos

Réservoir à double fond

Déjà bien grillé


Ici sur la frontière

J’ai les meilleures combines

Pour me faire du fric

Mándeme la troka

Repleta de verdes

Akí en Sinaloa

La cargo mazizo

De cuadritos blancos

Envoie-moi le 4x4


Plein de dollars


Ici à Sinaloa

Je le remplis à plein bord


De petits sachets blancs

No hubo ni un problema

Salí muy temprano

Hace más de una hora

Le pasé en vergüenza

Al retén desengaño

Il n’y a pas eu de problème

Je suis parti de bonne heure

Il y a plus d’une heure

Suis passé sans encombre


Au point de contrôle

Me vienen siguiendo

Cerkita de Guaymas

Una Tahoe negra

No se me despega

Y una Lobo blanca

Voy a charolearles

Si acaso me paran

Tal vez sea el gobierno

Tal vez sea la gente

Que cuida la plaza

Je suis suivi

Aux environs de Guaymas

Par une Tahoe noire

Elle ne me lâche pas

Et une Lobo blanche

Je vais leur montrer mon badge

S’ils m’arrêtent

Peut-être que c’est la police


Peut-être que ce sont des gars

Qui gèrent le coin

Seguimos en uno

Me están escoltando

Los que me seguían

Le mandan saludos

Son gente del mayo

Nous nous suivons un moment


Et je me retrouve escorté

Par ceux qui me suivent

On vous passe le bonjour

Ce sont les gars de Mayo

Cambiaron las cosas

Aquí en Sonoyta

Me están desarmando

La troka los wachos

Pero no me awitan

Tout a changé

Ici à Sonoyta

Ils me démontent

Le 4x4 les soldats

Mais ça ne me fait rien

Pasaron un laser

Que no encuentra nada

T'echaron dos perros

Que andan vueltos locos

Buscando la blanca

Ils passent un laser

Ils ne trouvent rien

Ils ont mis dessus deux chiens

Qui deviennent fous

À chercher la came

Siga su camino

Me dijo un teniente

Pero no me engaña

Yo sé que algo traiba

Pero es muy valiente

Continue ta route 

Me dit un lieutenant

Mais je ne suis pas dupe

Je sais que tu as un chargement

Mais tu es très courageux

Prendieron torretas

Varios federales

Pisan mis talones

Llegando a chikali

No puedo atorarles

Mandé la conecta

La clave el apoyo

Siguen avanzando

No puedo dejarlos

Van a reventarme

Ils ont allumés les gyrophares

Un tas de flics

Sont à mes trousses

On arrive à Mexicali

Je ne peux pas les arrêter

J’envoie des complices

Le mot de passe les renforts

Ils continuent d’avancer

Je ne peux pas les semer

Ils vont me descendre

Tranquilo mi compa

Fórjese un bañado

Destapé un buchanas

Es la bienvenida

Lo estoy esperando

Tranquille, mon pote,

Roule-toi un pèt,

J’ai débouché un whisky

En signe de bienvenue

Je t’attends

« Cuernito Armani », El Komander, 2012

« Ma petite AK 47 Armani »26

Te debo mi vida

cuernito de Armani rameado

salvaste mi vida a la hora de pelear

saliendo de un antro quisieron tumbarme

mi cuernito Armani tuve que accionar

Je te dois la vie

Ma petite AK 47 Armani

Tu m’as sauvé la vie quand

il fallait se battre

à la sortie d’un night club,

ils voulaient me descendre,

j’ai dû me servir de ma petite

Armani

Reina creo que me vienen siguiendo

deténme el Bukanas les voy atorar

reina hermosa pásame mi cuerno

bríncale al volante y no mires pa’trás

cortaba cartuchos seguía rafageando macizo

montado en mi Raptor no podía blanquear

me traiban cortito no podía rajarme

ya andaba emperrado tenía que matar

Chérie, je crois que je suis suivi


Tiens-moi ce whisky,

je vais les arrêter

Chérie, passe moi mon AK

Prends le volant,

regarde devant

Je tirais sans m’arrêter,

balle après balle

Dans mon 4x4 Raptor,

pas de répit

Ils me suivaient de près,

pas moyen de faire marche arrière

Tellement à cran,

fallait que j’en tue un

Reina hermosa no estés tan nerviosa

písale hasta el fondo nos van a alcanzar

nomas que se acomoden mis brazos

los hago pedazos se van a sentar

Chérie, ne sois pas inquiète

Magne-toi,

ils vont nous rattraper

Dès que je suis installé

Je vais les mettre en pièces,

ils vont dérouiller

Sabían que era bravo

por eso querían venadearme

presenciaba el miedo no puedo negar

plomazo y plomazo no quería aflojarle

mi suerte de perro volvió a relumbrar

Ils savaient que j’étais courageux


C’est pour ça

qu’ils étaient à mes trousses

J’peux pas dire que

j’avais pas peur

Balle après balle,

je suis pas découragé

J’ai eu de la chance

encore une fois

Una bala traspasó al piloto

les volteó la troca

no pudo hacer más

lo confiezo me sentí  perdido

me salió la yuca me pude fugar

Ma balle a transpercé

leur chauffeur


leur 4x4 s’est renversé,

il ne pouvait plus rien contre moi

j’avoue, je savais plus quoi faire

j’ai eu de la chance,

j’ai pu m’enfuir

Te debo mi vida

poderoso Armani rameado

no te me rajaste a la hora de pelear

tengo la costumbre de andar ensillado

la gente es corriente no puedo confiar

Je te dois la vie

ma petite AK Armani,

tu ne m’as pas laissé tomber

je suis toujours bien armé

car on ne peut faire

confiance à personne

Fue un regalo de un señor muy grande

que es pieza importante allá en Culiacán

sigo firme y macizo a la empresa

dedo en el gatillo listo pa’ accionar

me salió la yuca me pude fugar

C’est un cadeau

d’un grand monsieur

un grand chef de Culiacán

je suis fort et ferme en affaires

le doigt sur la gâchette,

prêt à tirer

je suis un dur, j’ai pu m’en tirer

« M16 », Los BuKnas de Culiacán, 2011

« M16 »27

Durango lo vio nacer

Al joven que yo le canto

La clave M16

Pa’ que se ubiquen muchachos

Por varios reconocido

En Santiago Papasquiaro

Durango a vu naître

Ce jeune dont je chante les exploits

Mot de passe M16

Pour qu’on se comprenne les gars

Nombreux sont ceux qui l’ont reconnu

À Santiago Papasquiaro

Joven de mucha experiencia

Su delirio son las armas

Largas y también cortitas

Sabe bien utilizarlas

No importa cual sea el calibre

Donde apunta da la bala

Un jeune avec beaucoup d’expérience

Un dingue des armes

À canon long ou à canon scié

Il se débrouille bien

Quel que soit le calibre

Il met toujours dans le mille

Alegre de corazón

Eso ya lo trae de herencia

No se diga enamorado

Pues le fascinan las viejas

Buchanan’s para alegrarse

Siempre le toca en su fiesta

El compa Güero adelante

Pues sirve de buen puntero

El señor es michoacano

Y al cien cuida los terrenos

Una súper trae al cinto

Y al mil con su compa Carlos

D’humeur joyeuse

Ça, c’est de famille

Lui amoureux

Il en pince pour les meufs

Whisky pour s’enivrer

Il y en a toujours pour la fête

Le Güero devant

Ça c’est un bon tireur

Monsieur est du Michoacán

Il s’occupe à fond de ses propriétés

Il porte à la ceinture un sacré calibre

Il est à bloc avec le Carlos

En su BMW

Escalade o en su Cheyenne

A gusto lo ven pasear

Con su gente bien pendientes

Carros negros y a la moda

Y armados hasta los dientes

Dans sa BMW

Escalade ou dans son Cheyenne

Il se balade tranquille

Toute sa bande à ses ordres

Voitures noires et à la mode

Et armés jusqu’aux dents

El negocio es el negocio

Y aquí se respetan reglas

No se permiten errores

Menos andar de mangueras

El que la juega de vivo

Lo mando a que pague tierra

Les affaires c’est les affaires

Et ici on respecte les règles

Pas le droit à l’erreur

Et encore moins au bluff

Celui qui fait le malin

Finit mort et enterré

Con un trago de Buchanan’s

Carlos dice me despido

Soy El M16

Avec une gorgée de whisky

Carlos dit Bon je m’en vais 

Je suis Le M16

Lo que es Estados Unidos

Lo recorro punta a punta

De Nueva York a Chicago

Buenos negocios resultan

Siempre al pendiente de todo

Bien pilas pa’ las movidas

Con un trago de Buchanan’s

Carlos dice me despido

Moi les États-Unis

Je les traverse d’ouest en est

De New-York à Chicago

C’est vraiment de bonnes affaires

Toujours à tout surveiller

Au jus pour les bons coups

Avec une gorgée de whisky

Carlos dit Bon je m’en vais

Soy El M16

Soy de Durango mi amigo

Güero prepara a la gente

Que salió otro jalesillo

Je suis Le M16

Je suis de Durango mon frère

Güero, rameute les gars

On a du taff

Haut de page

Notes

1 Style de rap de la côte ouest des États-Unis apparu au début des années quatre-vingt dix, traitant du trafic de drogue et des violences qui l’accompagnent et dont les principaux représentants sont Ice-T, NWA, Snoop Doggy Dog, 2Pac et Dr. Dre.

2 Chivis Martínez, « Autodefensa: Narco-Corrido Singer El Komander Blocked by Cherán Community Police », Borderland Beat, January 13, 2014.

3 Mark Stevenson, « Mexican city fines concert $8,000 on drug ballads », StarTribune, August 2, 2013.

4 Galia García-Palafox, « Sinaloa Cartel Approves Movimiento Alterado’s Drug Ballads », Huffington Post, December 12, 2011. Les citations en anglais et en espagnol dans le texte sont traduites par l'auteur ; les textes des narcocorridos sont traduits par l'auteur et par Modesta Suárez (cf notes de bas de page en annexes).

5 Juan Carlos Ramírez-Pimienta, « De torturaciones, balas y explosiones: Narcocultura, Movimiento Alterado e hiperrealismo en el sexenio de Felipe Calderón », Contracorriente 10 (3), 2013, p. 309.

6 Eric J. Hobsbawm, Bandits, New York, Delacorte, 1969.

7 Alexander Zaitchik, « Narcocorridos: Mexico’s Deadly Drug Wars Have Produced an Amazing and Sometimes Lethal Music Scene », Alternet, mis en ligne le 3 septembre 2012, consulté le 1er septembre 2015. URL : http://www.alternet.org/narcocorridos-mexicos-deadly-drug-wars-have-produced-amazing-and-sometimes-lethal-music-scene

8 Ibid.

9 Kai Flanders, « The Deadly World Of Mexican Narco-Ballads », Noisey, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 1er septembre 2015. URL : http://noisey.vice.com/blog/the-deadly-world-of-mexican-narco-ballads

10 « Mexican Narco Music », Vice, mis en ligne en 2014, consulté le 1er septembre 2015. URL : http://www.vice.com/video/celebrating-mexicos-drug-war-with-narco-music-part-1-432

11 Raúl Soto, chanoine de la Basilique de Guadalupe, à Mexico, en 1997 ou, en 2008 l’évêque de Texcoco, Carlos Aguiar Retes.

12 Rien qu’à Ciudad Juárez, les meurtres ont été multipliés par dix au cours des quatre dernières années ; on recense plus de soixante mille morts depuis 2006.

13 « Mexican Narco Music », op. cit.

14 Alexander Zaitchik, op. cit.

15 Ibid.

16 « Mexican Narco Music », op. cit.

17 Shaul Schwarz, Narco Cultura, Cinedigm, 2015.

18 Juan Carlos Ramírez-Pimienta, op. cit., p. 331.

19 Alexander Zaitchik, op. cit.

20 « Mexican Narco Music », op. cit.

21 John McDowell, Poetry and Violence: The Ballad Tradition of Mexico’s Costa Chica, Urbana, University of Illinois Press, 2000.

22 Stéphane Mallarmé, Correspondance complète, 1862-1871, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1995, p. 266.

23 Paul Valéry, Variété III, IV et V, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2002, p. 238.

24 Traduction de Modesta Suárez

25 Traduction de l’auteur et de Modesta Suárez.

26 Traduction de Modesta Suárez.

27 Traduction de Modesta Suárez.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Chastagner, « Les narcocorridos du Movimiento Alterado : une poésie de la rue ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/3908 ; DOI : 10.4000/framespa.3908

Haut de page

Auteur

Claude Chastagner

Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3, E. A. 740, EMMA
claude.chastagner@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals