Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

Quand le sexe incarne la race : le corps noir dans l'imaginaire médical français (1800-1950)

When Sex Embody Race : Black Bodies in the French Medical Imagination (1800-1950)
Cuando el sexo encarna la raza: el cuerpo negro en el imaginario médico francés
Delphine Peiretti-Courtis

Résumés

À partir de la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle, le corps des Africain·e·s devient un objet d’étude prisé des médecins français dans un contexte où la taxinomie raciale et la colonisation se développent. Les femmes d’Afrique, et plus particulièrement les Hottentotes et les Boschimanes du sud du continent, semblent incarner leur race avec leurs caractères sexuels décrits comme exubérants. Les hommes noirs apparaissent également, aux yeux des médecins, comme des êtres dotés d’organes sexuels démesurés. Les attributs sexuels des Africain·e·s ne constituent pas uniquement un marqueur racial intéressant pour les scientifiques, leur analyse leur permet aussi d’émettre des hypothèses sur l’hypersexualité africaine.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Race, Sexe, Genre, Médecine, Afrique

Keywords :

Race, sex, gender, medicine, Africa

Palabras claves :

Raza, sexo, genero, medicina, Africa
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le Grand Dictionnaire universel du xixsiècle de Pierre Larousse, il est écrit à l’article « Femme » :

  • 1 Pierre Larousse, « Femme », Grand dictionnaire universel du xixe siècle, T. VIII, Paris, Administra (...)

Les femmes, comme les hommes, de la race nègre sont portées (sic) à la lasciveté beaucoup plus que les femmes blanches. La nature semble avoir accordé aux fonctions physiques ce qu’elle a refusé aux fonctions intellectuelles de cette race […] Leurs organes sexuels offrent, en outre, une disposition particulière qu’on ne rencontre qu’exceptionnellement ailleurs. Les petites lèvres et le clitoris présentent un tel développement que dans certaines contrées, on en pratique l’excision1.

  • 2 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, T. 14, Paris, Panckoucke édite (...)
  • 3 La raciologie est un terme désignant l'étude des races humaines dans les sciences médicales et anth (...)
  • 4 George Montandon, La race, les races. Mise au point d'ethnologie somatique, Paris, Payot, 1933, p.  (...)

2Les représentations du corps des Africain·e·s diffusées dans des œuvres généralistes comme le dictionnaire Larousse sont façonnées dans des encyclopédies médicales, des traités de médecine ou encore des articles de revues scientifiques2. Les populations africaines y sont dépeintes comme instinctives, soumises à leurs passions et à leurs instincts sexuels. L’hypersexualité caractérise les êtres appartenant à la race noire selon les raciologues du xixe siècle3. Le concept de race que nous utiliserons dans cet article reprend l’acception donnée par les savants au cours de la période étudiée. Georges Montandon le définit ainsi en 1933 : « le mot race désigne un groupe d'hommes qui s'apparentent uniquement par leurs caractères physiques, c'est-à-dire anatomiques et physiologiques, en d'autres termes par leurs caractères somatiques4. »

  • 5 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes édition (...)

3Cette étude permet de réfléchir à la façon dont la race noire semble façonnée par les caractères sexuels et la sexualité. Ce travail de recherche est à la croisée de plusieurs courants historiographiques autour de l’histoire de la race, de l’histoire coloniale, de l’histoire de la médecine, du corps et du genre mais aussi du concept d’intersectionnalité5 apparu depuis les années 1990 dans le champ des sciences humaines et sociales. Ces travaux sur l’imbrication des catégories de race, de sexe et de classe dans les rapports de domination ont été menés par des philosophes, des sociologues, des anthropologues ou des historiennes comme Colette Guillaumin, Elsa Dorlin, ou encore Ann Laura Stoler. Cette étude s’inscrit dans ce champ historiographique dans la mesure où elle met en lumière l’articulation des questions sexuelles et raciales au sein de l’Empire français, depuis la fin du xviiie siècle et jusqu’à la fin de la colonisation en Afrique. Elle a pour spécificité de mettre en avant les regards médicaux sur les corps noirs, c’est-à-dire de réfléchir à la place de la médecine dans la construction des préjugés raciaux et sexuels sur les Africain·e·s, des populations autour desquelles les préjugés demeurent les plus nombreux et les plus vivaces au xixsiècle. Les hommes et les femmes noirs d’Afrique représentent une altérité extrême pour les raciologues.

  • 6 Cf. Claude Blanckaert (dir.), Des sciences contre l’homme, vol. I : Classer, hiérarchiser, exclure, (...)

4L’essor des explorations, l’engouement pour les sciences naturelles ou encore l’expansion coloniale expliquent le développement des recherches sur les races humaines et notamment sur les peuples africains dès la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle. Les études raciologiques se font plus rares à partir du milieu du xxe siècle. Le dévoiement des sciences médicales sous le régime nazi et la chute des Empires coloniaux dans les années 1960 entraînent un désaveu de la raciologie et de ses pratiques6. L'influence croissante de la médecine au cours de cette période et jusqu’au milieu du xxe siècle donne à cette littérature sur les corps noirs un gage d'authenticité et de scientificité pouvant expliquer la pérennité de certains préjugés.

5Le sexe et la race semblent se confondre dans le corps noir. Intrinsèquement lié, le sexe semble même « faire » la race en Afrique dans la pensée des médecins français. Il s'agit donc de s'intéresser à la genèse des préjugés sur le sexe et la sexualité des Africain·e·s en réfléchissant aux procédés de sexuation, de sexualisation et de racialisation des corps noirs et à leur évolution au cours du temps, en prenant l'exemple du regard médical porté sur quelques populations d'Afrique du Sud et d'Afrique de l'Ouest, deux territoires largement étudiés par les savants français.

1. La race noire incarnée par le sexe féminin

1.a. La stéatopygie des Boshimanes et des Hottentotes

  • 7 Les Khoï-Khoï sont une population d'éleveurs d'Afrique du Sud surnommés Hottentots par les colons e (...)
  • 8 Ces populations n’ont jamais été colonisées par les Français. La région du Cap de Bonne-Espérance e (...)

6Les femmes hottentotes, ou Khoï-Khoï, et les Boshimanes, ou San, appartiennent au peuple Khoïsan actuel présent en Afrique du Sud, en Namibie et au Bostwana7. Connues par le biais des récits de voyage, des gravures, de quelques dissections pratiquées en Europe ou encore par des expositions au Jardin zoologique d'acclimatation, ces populations entretiennent l’imaginaire exotique et colonial français. Malgré la connaissance lacunaire de ces peuples8, les références à leurs caractéristiques physiques, la stéatopygie – hypertrophie fessière – et le tablier – élongation des lèvres génitales – parsèment les ouvrages sur les races humaines et sur l'Afrique jusqu'au milieu du xxe siècle. Les femmes de ces peuples, parmi lesquelles la célèbre Vénus Hottentote disséquée par Georges Cuvier en 1815, deviennent même un étalon à partir duquel les savants appréhendent les autres femmes noires.

7Aussi, des médecins, anatomistes et anthropologues célèbres, tels Paul Broca ou Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, incitent-ils les praticiens de terrain comme le chirurgien Barthélémy Benoit à rechercher la stéatopygie et le tablier chez des femmes d’Afrique de l’Ouest. Dans leurs « Instructions pour le Sénégal » parues en 1860, leur requête est explicite :

  • 9 Paul Broca, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Instructions pour le Sénégal, Paris, Typographie Hennuy (...)

Trouve-t-on chez certaines femmes, comme dispositions plus ou moins exceptionnelles, ce développement considérable des nymphes et ces tumeurs graisseuses des fesses qui constituent un caractère ethnologique pour certaines races de l'Afrique australe, mais qu'on a récemment observés à l'état sporadique chez un grand nombre de négresses dans l'Afrique orientale, notamment en Abyssinie9 ?

  • 10 Armand Trémeau De Rochebrune, Étude morphologique, physiologique et ethnographique sur la femme et (...)
  • 11 Georges Cuvier, Extrait d'observations faites sur le cadavre d'une femme connue à Paris et à Londre (...)

8Le corps des femmes de Sénégambie, des Ouoloves notamment10, est étudié à la l’aune de l’un des seuls « spécimens » féminins d’Afrique du Sud connus, Saartjie Baartman surnommée la Vénus Hottentote, que les scientifiques français ont pu appréhender grâce à Cuvier et aux multiples iconographies la représentant et mettant en exergue ses attributs sexuels11.

La Vénus hottentote de Georges Cuvier

La Vénus hottentote de Georges Cuvier

Lithographie de C. de Last, « Femme de race Bôchimanne (sic) de profil », in Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier, Histoire naturelle des mammifères, avec des figures originales colorées, dessinées d’après des animaux vivans (sic), Paris, 1824.

© W.B. Cohen, Français et Africains, les Noirs dans le regard des Blancs, Paris, Gallimard, 1980, p. 331.

9La stéatopygie, un caractère considéré comme racial et inné chez les Hottentotes et les Boshimanes, est recherchée chez toutes les femmes rencontrées par les médecins coloniaux, au Tchad, en Éthiopie, au Gabon, au Congo ou encore au Soudan. La médecine de cabinet des débuts du xixe siècle et ses descriptions de quelques individus africains considérés comme représentatifs de la race noire influencent donc la médecine de terrain jusqu’aux débuts du xxe siècle. Par la recherche de la stéatopygie, il s’agit d’analyser les liens phylogéniques entre les peuples d’Afrique mais aussi de mettre en évidence les éventuelles distinctions anatomiques entre ces populations. Les attributs sexuels étant perçus comme constitutifs de l’être africain, leur étude permet donc d’identifier l’appartenance raciale et les divergences ethniques.

1.b. Le tablier hottentot : une origine raciale, climatique ou culturelle ?

  • 12 Cette élongation des petites lèvres génitales donna lieu à de multiples théories, polémiques, fanta (...)
  • 13 François Le Vaillant, Voyage de F. Le Vaillant dans l'intérieur de l'Afrique par le Cap de Bonne Es (...)
  • 14 Murat, « Nymphes », Dictionnaire des sciences médicales, une société de médecins et de chirurgiens, (...)
  • 15 Georges Cuvier, op. cit, 1817 ; William Flower et James Murrie, deux scientifiques britanniques qui (...)

10Les femmes du sud de l’Afrique seraient aussi dotées d’une autre particularité raciale, le tablier hottentot12. En 1790, François Le Vaillant (1753-1824) est le premier explorateur français à fournir une description précise de cette particularité physique et à la considérer comme le résultat d'une coutume13. Son récit devient une référence pour les médecins et anthropologues du xixe siècle mais ces derniers ne reconnaissent pas sa théorie sur l'origine culturelle et acquise du tablier. De nombreux savants prétendent que le climat agit sur le relâchement des organes génitaux des hommes et des femmes en Afrique14. Toutefois, ce sont les analyses de Georges Cuvier (1769-1832) qui s’imposent dans la pensée savante française et européenne jusque dans les premières décennies du xxsiècle15. Selon ce médecin, anatomiste et paléontologue célèbre, l’hypertrophie des lèvres génitales observée chez Saartjie Baartman est un caractère inné que possèdent toutes les autres femmes de sa race. Ses conclusions connaissent un écho majeur au sein des cercles scientifiques. À cette époque, la race devient le facteur explicatif de toutes les divergences physiques et mentales entre les peuples. En effet, le développement de l’anatomie comparée, de la taxinomie du monde vivant ou encore de l’anthropologie au milieu du siècle placent la race au centre des recherches sur l’Homme. Ainsi, la théorie climatique, prédominante durant l’Antiquité et revivifiée sous les Lumières, se voit concurrencée et même supplantée par le facteur inné et le déterminisme naturel. Elle demeure néanmoins toujours présente dans l’explication de la diversité humaine mais plus comme un facteur principal. L’importance du climat comme cause principale des divergences humaines retrouve toutefois sa place, conjointement aux causes culturelles, dans les premières décennies du xxe siècle comme nous le verrons ultérieurement.

  • 16 Raphaël Blanchard, « Sur le tablier et la stéatopygie des femmes boschimanes », Bulletin de la soci (...)
  • 17 Nicolas Chambon, « Clitoris », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 4, Paris, Panckoucke, 1792,  (...)

11Au-delà de sa spécificité raciale, le tablier est également souvent comparé à un attribut masculin dans les représentations. Le docteur Raphaël Blanchard assimile le tablier à un pénis en évoquant le : « développement exagéré des nymphes ou petites lèvres, qui peuvent atteindre jusqu'à 15 et 18 centimètres de longueur et qui pendent entre les cuisses de la femme, à la façon d'un pénis flasque et inerte16 ». Cette analogie vise à mettre en exergue l'absence de féminité des Khoïsanes17. L'apparence phallique de ce caractère intrinsèquement féminin brouille les différences sexuelles et la frontière entre féminité et masculinité d'un point de vue biologique et social. Le genre transparaît souvent dans les études médicales sur les corps noirs. Les identités sexuelles semblent confondues en Afrique du fait d’une faible différenciation des sexes biologiques mais aussi des rôles sociaux. L’un des lieux communs les plus régulièrement énoncés par les savants au cours de la période étudiée repose sur l’idée d’un dimorphisme sexuel peu accusé en Afrique. Ce fait s’explique différemment selon les périodes. Il est un effet de l’inné au début du siècle, lorsque le facteur racial devient prédominant, puis une conséquence culturelle dans les premières décennies du siècle suivant. Grâce à leurs études nombreuses sur les peuples africains, les médecins de terrain ont en effet pu relativiser le poids du déterminisme naturel. Ce préjugé demeure toutefois évoqué par les médecins tout au long de la période même s’il s’affaiblit au milieu du xxe siècle. Le dimorphisme sexuel, considéré comme accompli dans la société française, représente un des critères fondamentaux de la civilisation pour les savants. Ainsi la proximité physique ou intellectuelle entre les sexes en Afrique est-elle un signe de l’état sauvage de ces peuples, de leur infériorité et de la nécessité de les mettre « sous tutelle ». Les peuples boshimans et hottentots apparaissent d’ailleurs dans la littérature médicale comme les êtres les plus inférieurs d’Afrique, physiquement et intellectuellement.

  • 18 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 14, Paris, Panckoucke, 18 (...)
  • 19 Georges Michiels, De l'obésité partielle (la stéatopygie), Paris, Marcel Vigné, 1926, p. 16.

12En outre, l’organe génital de ces femmes est également souvent comparé à la morphologie animale, que ce soit à la caroncule de la dinde chez Julien-Joseph Virey au début du siècle ou au sexe de la guenon chez Raphaël Blanchard dans le dernier quart du siècle18. La stéatopygie féminine est elle aussi régulièrement assimilée à la croupe du cheval. En 1926, le docteur Michiels déclare dans sa thèse que cette caractéristique physique détient la même fonction que la bosse du chameau ou que la queue du mouton en temps de famine, elle est selon lui une « réserve nutritive19 ». Ces comparaisons contribuent à déshumaniser les Hottentotes et les Boshimanes et à entériner le hiatus existant entre elles et les Européennes. Cela permet ainsi à certains savants, comme Virey ou Broca, de soutenir la théorie polygéniste – la croyance en l’existence de plusieurs espèces humaines – qui s'impose dans la deuxième moitié du xixe siècle. Si pour les monogénistes – tenants de la théorie de l’unicité de l’espèce humaine – comme Cuvier ou de Quatrefages, ces constatations confirment l’infériorité naturelle de ces peuples, ils ne remettent pas en question leur appartenance à un genre humain unique. La thèse monogéniste, issue des conceptions bibliques, se voit contestée par les idées polygénistes dès le milieu du siècle. Toutefois, les théories monogénistes dominent à nouveau la pensée savante dès les débuts du xxe siècle en France lorsque les principes évolutionnistes et les lois de l’hérédité ont été mis au jour et reconnus par les savants français. Cette période est aussi celle de la prise en compte croissante des facteurs culturels dans l’explication de la diversité humaine, affaiblissant ainsi la conception polygéniste du monde. Le développement de l’anthropologie culturelle, de la sociologie, de l’ethnologie mais aussi de la psychologie dans les débuts du xxe siècle explique ce nouvel intérêt porté aux structures sociales et à la culture. La médecine coloniale, dont les études de terrain se multiplient dès la fin du xixe siècle, joue aussi un rôle dans cette nouvelle perception de l’Autre et de l’origine des divergences entre les races.

13À la fin du xixe et au début du xxe siècle, les conceptions culturalistes se développent donc. L'élongation des lèvres ou du clitoris est peu à peu considérée comme la conséquence d'une manipulation pratiquée dès le plus jeune âge chez les filles et destinée à accroître le plaisir charnel. Son origine raciale est donc remise en question. Le docteur Gaillard, médecin colonial, l’affirme au sujet des femmes du Dahomey en 1907 : 

  • 20 Raoul-Clair-Joseph Gaillard, » Étude sur les lacustres du Bas-Dahomey », L’Antropologie, T. 18, Par (...)

Les fillettes ne sont pas excisées, il faut rapporter que les mères pratiquent sur le clitoris de leurs fillettes, et dès le très jeune âge, des tractions fréquentes ayant pour but d’allonger et de développer cet organe dans l’intention avouée d’augmenter dans la suite les jouissances voluptueuses au moment des rapports sexuels20.

  • 21 Paul Baroux, Louis Sergeant, Les races flamandes bovine, chevaline et humaine dans leurs rapports a (...)

14Ces descriptions renforcent toutefois les stéréotypes sur l'hypersexualité des Africaines. Leur corps, et plus particulièrement leur sexe, est « déformé » pour répondre aux besoins sexuels des femmes mais aussi des hommes noirs. Les formes corporelles deviennent alors le résultat de la culture et de ses déviances. D’autres analyses du début du xxe siècle permettent également de nuancer la part de la race dans l’hypertrophie des attributs sexuels féminins en Afrique. La démonstration de l'existence d’un organe génital distendu chez des Européennes, du fait de leur mode de vie, contribue à prouver que cette particularité n’est pas seulement exceptionnelle ou pathologique dans la race blanche. Elle peut être le résultat d’un processus acquis, ce qui est alors progressivement envisagé pour les femmes noires également21. Dans une logique de similarité des corps et des attributs sexuels dans une même race, l’anatomie sexuelle des Africaines n’est pas la seule à avoir fait l’objet de nombreux préjugés, le sexe des hommes noirs a également été soumis au regard et la critique des explorateurs et des scientifiques.

2. Le sexe de l’homme noir : entre difformité et démesure

2.a. Le pénis « étrange » des Khoïsans 

  • 22 Georges-Louis Buffon, Histoire naturelle générale et particulière avec description du cabinet du ro (...)
  • 23 François Xavier Fauvelle, op. cit, p. 145.
  • 24 Georges Buffon, op cit, p. 474.

15À l’instar des théories et des anecdotes énoncées sur le corps des femmes du Cap de Bonne-Espérance à la fin du xviiie siècle et au cours du xixe siècle, quelques récits, moins connus, circulent aussi sur l’organe génital des hommes hottentots et boschimans. Selon le naturaliste Buffon, l’explorateur Kolbe ou le docteur Hallé dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les Khoïsans ne détiendraient qu'un seul testicule22. Cette particularité proviendrait d'une ablation d'origine culturelle. Selon l'ethnologue contemporain Alan Barnard, cette résection serait effectuée afin d'éviter la naissance de jumeaux, une hypothèse que développait déjà le docteur Hallé dans ses écrits23. Ainsi, chez les Khoïsans, les femmes seraient dotées d'un organe hypersexualisé tandis que les hommes se verraient amputés d'une partie de leur virilité. Buffon les considérait d'ailleurs comme des « demi eunuques24 ». Le fait de mettre en lumière l’inversion sexuelle chez ces populations contribue à véhiculer l’image d’un peuple inférieur, renforçant ainsi la virilité du Blanc et valorisant la civilisation européenne jugée « réglée ».

  • 25 François Le Vaillant, op. cit, 1790, p. 82.
  • 26 Paul Lester, Jacques Millot, Les races humaines, Paris, A. Colin, 1936, p. 25.
  • 27 Claude Chippaux, Éléments d'anthropologie, Marseille, Bibliothèque Paul Rivet, 1948 ; Ruben Khérumi (...)

16Dès la fin du xviiie siècle cependant, des voix s'élèvent face à ces discours. Levaillant conteste les propos des voyageurs Kolbe et Sparmann au sujet de l’amputation du testicule chez les Hottentots mais déploie un autre stéréotype, celui de la grandeur démesurée de leur prépuce25. La mouvance taxinomique de l’époque amène les médecins-anthropologues à fournir des analyses précises sur la taille, la position et la forme du sexe dans les races. Le pénis dit rectus ou droit des Hottentots et des Boshimans s'opposerait au pénis pendulus ou pendant des autres hommes. À l'état de flaccidité le sexe de l'homme khoïsan conserverait donc sa position horizontale26. La difformité du sexe féminin semble ainsi connaître son pendant dans le sexe masculin. Ces stéréotypes sur les caractères sexuels des hommes et femmes d’Afrique du Sud, tout comme les préjugés sur le sexe démesuré des Africains, se diffusent dans les écrits médicaux mais aussi dans les ouvrages de vulgarisation scientifique jusqu’au milieu du xxe siècle27. Ils s’imprègnent ainsi dans les représentations populaires pour une longue durée du fait de leur validation par la science.

2.b. Le surdimensionnement du sexe masculin en Afrique

  • 28 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, L’Homme, essai zoologique sur le genre humain, T. I, Paris, Re (...)
  • 29 Jacobus X., L'amour aux colonies. Singularités physiologiques et passionnelles observées durant tre (...)

17Les organes génitaux des hommes noirs d’Afrique subsaharienne alimentent l'imaginaire des savants. Le pénis des Africains est décrit comme surdimensionné dans la littérature médicale et anthropologique. La démesure du sexe de l’homme noir est un lieu commun datant de l’époque antique dans le but de conférer aux Éthiopiens une caractéristique bestiale. Les scientifiques contribuent à valider et à diffuser ces stéréotypes au xixe siècle. Dans un ouvrage publié en 1827, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) affirme au sujet de l' « espèce éthiopienne » : « Elles ont aussi le vagin en tout temps large et proportionné au membre viril du mâle, souvent énorme, mais à peu près incapable d’une érection complète28 ». Cette idée d'adaptation parfaite des organes génitaux masculins et féminins au sein d'une même race est réitérée dans de nombreux discours jusque dans les premières décennies du xxe siècle29. Ces assertions permettent aux polygénistes de prouver l'existence de plusieurs espèces humaines et révèlent implicitement les défiances face aux relations interraciales et au métissage. Ces défiances s’accentuent lorsque la colonisation française est installée et que les relations entre colons et indigènes se développent comme en témoignent la littérature coloniale mais aussi les textes d’administrateurs ou les rapports médicaux. L'idée qui prédomine à cette époque est que le Noir, au pénis démesuré, ne peut copuler avec la Blanche au vagin étroit. Il s'agit de préserver l'intégrité de la femme blanche et de sa race.

  • 30 Paul Topinard, L'anthropologie, Paris, C. Reinwald et Cie, 3e édition, 1879, p. 373. Les multiples (...)
  • 31 Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Geo (...)

18Si le sexe de l’Africain est considéré comme plus développé que celui de l’Européen, les hommes noirs ont, en revanche, une capacité d’érection moindre que celle des Blancs : « le pénis du nègre est plus long et plus volumineux dans l'état de flaccidité que celui du blanc ; dans l'état d'érection c'est l'inverse30 ». Les savants européens redorent ainsi leur virilité menacée. Le sexe et la capacité sexuelle incarnent la puissance masculine. Ainsi, émettre des hypothèses sur la capacité d’érection amoindrie de l’homme noir permet à la fois de l’inférioriser mais aussi de conférer à l’homme blanc une puissance supérieure. Ce pouvoir peut ainsi s’affirmer envers les femmes blanches, les femmes indigènes mais aussi les hommes qui demeurent inférieurs. Le pouvoir de l’homme blanc en Afrique se trouve ainsi légitimé. L’histoire des masculinités en contexte colonial, apparue depuis moins d’une dizaine d’années, demeure encore une piste de recherche à explorer. Elle s’est développée au sein d’une histoire de la virilité florissante31. Elle vise à éclairer les relations entre le colonisateur et les indigènes notamment à travers le prisme des rapports de genre. Le pouvoir colonial paraît en outre indissociable de la puissance virile du colonisateur blanc. À travers les discours sur le sexe de l’Autre transparaissent donc des finalités politiques. Les dictionnaires médicaux et les ouvrages savants véhiculent ces présupposés sur le sexe et la sexualité des hommes noirs tout au long du xixe siècle.

  • 32 Gustave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Antropo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943, p. 234.

19Si la représentation du sexe surdimensionné des Noirs perdure dans les mentalités, certains commencent à la réfuter au milieu du xxe siècle. En 1943, Gustave Lefrou (1892-1969), médecin en chef de 1re classe des troupes coloniales, remet en question l'argument racial pour insister sur le caractère individuel de cette particularité : « Les anciens auteurs ont toujours parlé d'une grandeur démesurée du pénis chez les Nègres. Cette opinion a été considérée ensuite comme erronée [...] Il y a comme le Blanc des variations individuelles32 ». Au cours du xxe siècle, les études scientifiques s'affranchissent progressivement des explications purement naturalistes et racialistes, pour prendre en compte les facteurs environnementaux, individuels et culturels comme nous l’avons expliqué précédemment. En revanche, durant la majeure partie du xixe siècle, l’anatomie sexuelle et la sexualité des Africain·e·s s’expliquent, pour les savants, par des influences raciales et climatiques.

3. L’hypersexualité africaine

3.a. Victimes du climat

  • 33 Jacques-Louis Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, suivie d'un traité d'hygiène, To (...)

20Le docteur J.-L. Moreau de La Sarthe a ces mots en 1803 : « Les négresses, en général, sont vives, amoureuses, brûlantes comme leur climat33 ». À l'instar de ses confrères à la même époque et jusqu'au début du siècle suivant, ce médecin et anatomiste français définit la femme noire par la sexualité. Ses passions paraissent indissociables de la chaleur de son climat.

  • 34 Nicolas Chambon, « Fureur utérine », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 6, Paris, Panckoucke,  (...)

21Entre la fin du xviiie siècle et les années 1830, plusieurs médecins tels que Chambon, Macquart, Louyer-Villermay et Pinel établissent, dans des dictionnaires médicaux renommés, la part conjointe du tempérament et du climat dans le déclenchement de la nymphomanie34. Selon un postulat acquis depuis l'Antiquité, les climats chauds ne permettraient pas de conserver la chasteté féminine. Les milieux tempérés paraîtraient plus propices à la civilisation et à la tempérance que les pays chauds car la chaleur entraînerait des comportements sauvages, impulsifs et bestiaux. En outre, dans les écrits médicaux et dans la littérature généraliste, la femme est présentée comme soumise à ses organes sexuels et aux influences extérieures. Elle semble par conséquent être particulièrement victime de son climat :

  • 35 Pierre Larousse, » Femme », op. cit., p. 203.

Dans les pays chauds, non seulement la femme est plus ardente en amour, mais elle est encore plus précoce, et les jouissances prématurées altèrent sa constitution physique. Ses organes génitaux sont plus développés [...] On peut dire d'une manière générale que les femmes sont d'autant plus passionnées, plus lascives qu'elles vivent dans des pays plus chauds35.

  • 36 Louis-Charles-Henri Macquart, « Homme », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 7, Paris, Chez H.  (...)

22L'influence des tempéraments et du climat semble jouer un rôle majeur dans la complexion humaine et dans la fonction sexuelle36 avant que la race ne devienne un facteur primordial. L’hypersexualité devient alors un fait inné et presque irrépressible pour certaines populations.

3.b. La sexualité : un caractère inné ?

23Dès les premières décennies du xixe siècle, la race devient un prisme pour étudier les êtres vivants, leur anatomie mais aussi leur mode de vie. Selon le médecin et naturaliste Julien-Joseph Virey, qui s’appuie sur les théories de F. J. Gall, les zones du cerveau dédiées à l'émotion, aux sensations et au plaisir charnel sont hypertrophiées chez les Africains tandis que celles vouées à la réflexion et aux activités rationnelles sont surdéveloppées dans les crânes européens :

  • 37 Julien-Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain, T. 1, Paris, Crochard libraire-éditeur, 18 (...)

Le déploiement des organes sexuels et des passions qui en résultent contribue sans doute encore à diminuer les facultés morales et intellectuelles des peuples de ces régions, il peut conduire à l'explication de l'infériorité naturelle de la race nègre à l'égard de celle des blancs […] Comme cette espèce d'homme est moins propre au développement des facultés intellectuelles elle est aussi plus disposée aux fonctions purement physiques37.

  • 38 A. E. Foley, « Considérations sur les races humaines », Bulletins de la Société d'Anthropologie de (...)
  • 39 Travaux académiques, académie des sciences, Gazette médicale de Paris : journal de médecine et des (...)
  • 40 Dr Clavel, Les races humaines et leur part dans la civilisation, Paris, Poulet-Malassis et De Brois (...)

24La prédominance de l'émotion sur la raison et des sens sur la réflexion est corrélée, dans cette race, avec le surdéveloppement des organes sexuels au détriment du cerveau38. « C'est encore ainsi que, chez le nègre, les organes intellectuels étant moins développés, les génitaux acquièrent plus de prépondérance et d'extension39 » peut-on lire dans un journal de médecine paru en 1841. L’hypertrophie des attributs sexuels chez les individus noirs africains serait à la fois une cause et une conséquence de la sexualité immodérée de ces peuples40.

  • 41 Jean-Baptiste Louyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société d (...)
  • 42 Dr Bouchereau, « Satyriasis », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, T. 7, Paris, A.  (...)

25De la description anatomique des organes génitaux des hommes et des femmes noirs, perçus comme démesurés, les savants en déduisent donc une sexualité ardente. Les femmes blanches atteintes de nymphomanie sont d'ailleurs souvent considérées elles aussi comme prédisposées, par leur anatomie sexuelle, à cette pathologie41. Si la femme est menacée par l’hystérie et les fureurs utérines, l'homme risque de s'affaiblir par l'abus du sexe, le satyriasis, une pathologie masculine équivalente à la nymphomanie féminine. La femme, soumise à son appareil génital, paraît plus vulnérable aux dérèglndnotes"exuels que sabusau, «t De néminin mêmPulinombreux sant les édecins tomme le Bocteur Jouchereau,en 18479qui euancert cesprésupposésen sitgal nt que las hommes noirs tant laturelle mnt prédosposée au setyriasis  « LO le menciotre lurout aarmailes êtres vt les faces hnférieurs.,le nègre, bést à lss sens tions et lnest eoccué que ce sa istfire es faim, n le moit c'afbndnnnelrsans déserve nux poaisir sexuels(42/a> ». Cet assertions pendent q fomininserla race nore dans uon etnemble jn contfranc aux aommes nomme acx fommes de scaractéristique et des panchents eimilarirs. Cela pnnnell’image depeuples doùles gnre seraient donfondue et doùlehypersexualité derait a réglnd

16 a sexualitéexcepsivem perçus comme sne pathologie mour les sndividus nderace blanche.,est égleve au sangede ceractère iacial pour il'tnemble jes Africain·e·s La fivilisation< en gtnt que lodée de Poutefsociété dupérieure. dont c' tranuire ar des iomportements saxuels aupropreéts Ainsi, laune dis milsions qd la colonisation fst d polyicr les fmœus africainse et pasmaillles, da sexualité iugée éréegée et qdngeeusesen Afrique. Lar Cnclusions/a>

20Les oescriptions rédicales st anthropologique. souvltgalt les rdenu sexuelses des pfricain·e·s st leextubrance ee leur vnatomie sexuelle ent d'ffuse le'mage dune mace boumise à son aorps, e lss sassions qe à lss snstaincs. Leappurence phasique ot ulus particulièrement le taille,et la forme dus attributs sexuels cinsi que,les pretiques.culturelles,qui eylant lasociéte ont termes ausxmédecins deéraleer les fopulations.bfricainse de leusclasse rsur l’oéhesle,eumaine et da duessesrun posrraitgénéralede la race nire pais dep e et hies. SLs édecins tnt étblisdes inftedévendantes entre lesphasique ot ue moal, sntre leanatomie sexuelle et la sexualité dt dot ainsi louvltga leimprosibliité des Aeuples africains,de s'affaanchisrdu déterminisme naturel.et da drendre el pouvoir cur lesr pripre aorps et deurs sulsifns. Le colonisation ,posrrusesee cevilisation< ee terpérance qe de conftôle maoal, sseprésentat comme sne mécessité Leatudessur le cemps laong– llus deun piècle et lemi – llrmet e mettre en lumière l permenesce des tieux communs lur les corps nfricains,domme le Burdimensionnement dus attributs sexuels cu lehypersexualité Siil s a couvent cne consainuté dens les prepos des védecins ,ce soit les ause des dicférences shysiquesxixe siècle, La médecine coloniale, pporteren effet pne consaibutsonsfiporteate à la naciologiexve siècle, le nombreux dtéréotypes sur lessexe et la sexualité des hfricain·e·s snt termurée pprs les pinévendantes a class="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn32">(4et intluence n encore aes représentations populaires

/div> a class="fgo-top href="#frticule-401">2Hat de cpge /a> hiv cd="botes">class="siction > h2 class="tiction > span class="pexte">Ntes"/span> p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn19 id="btn19 >.Pierre Larousse,« Femme »,<BGandedictionnairesuniqersexixam><,/em>,/sup>am>, T. 7VII, Paris, RAministrateon du sGandedictionnaire eUiqerse p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn12 id="btn1">22/a>.Pulien Joseph Virey, « Femme »,<Dictionnaire des sciences médicales,aem>, em> T 14, Paris, Panckoucke, diteur, 1815 p. 251. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn13 id="btn1">33/a>.PL naciologiee et  XXsup>e siècle,. Cellermi st enmploy partplusieurs médecins tels que Custave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Antrhopo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943,; dLot JPles, uem>LRciologie, PLs Diamae du'Effocvt les fFloupdu'Osseuyer (Casmandce-Snérgal) 19439 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn14 id="btn14>(4/a>.PeorgesMorntndnnn Learace, le races. LMse eu plinted'exhnologie msoatiques/em>, Paris, Payot, 193, p. 21. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn15 id="btn15">. Coettes Gullanmine LSxe, lace estpretiquesdu puvoir Leadée d' naturel/em>, Paris, C.ôé -ommes dmition,s 19492; dElsa Dorlin Learmtiicadde la gace., Paris, CÉition,s a SDcenver t, 2006; dAnnLarur Satoetr Learhenr de l'nmpie. LSvoir infties et fuvoir racialx etnrégiom coloniale/em>, Paris, PLa Dcenver t, 201. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn16 id="btn16"> aCf.Clavde Clanc kar t (dr )<Dis pciences miotre l’homme ,volu I,: jCasse r, iéerarhiss r, exclrel/em>, Paris, CÉi.Aftresent  19493; RWllaiamCl Colhen LFançais dt ffricains, ses Nirs dns le degard ees Blancs :1530-1880/em>, Paris, Call,imrd, 1981; RElsa Dorlin Learmtiicadde la gace./em>, Paris, PLa Dcenver t, 2006; dSndeurLa Gailand L’Antre et de dMoi,dtéréotypes socidintaux,de la gace. de la soxualité dt dd la cialade, Paris, PaUF 19496; dStphn Jo Gaould Le Neuyrie du slamande/em> Tem>raoe,éflexion ssur l’oistoire /em> Tem>raturelle /em>, Paris, Cmition,s u LSxe, lace estpretiquesdu puvoir Leadée d' naturel/em>, Paris, C.ôé -ommes dmition,s 19492; dCroue Reynvde-Pleigt, Lea Rpucliquesraciale e1860-1930/em>, Paris, PaUF 12006; dAnnLarur Satoetr Learhenr de l'nmpie. LSvoir infties et fuvoir racialx etnrégiom coloniale/em>, Paris, PLa Dcenver t, 201.; dDeborahRWllai, C.ara SWllaiam, uem>LTh Blanckfemmle eodyf,dapehotographichistoiry/em>, Pahiladelphia T.nmpl eUiqerseity Pessi 12002 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn17 id="btn17">7/a>.PLe Khoïs-hoïssunt lne papulationsd'érlevurs eeAfrique. u  p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn18 id="btn18">8/a> aC prpulations.b’eot djaais àté cononisaes par les sFançais La magionsdu Cap de Bonne-Espérance st consuis epar les sHolantdis ausxviii/span>e siècle evant qe cpgse rsuus l colpesKes hfnglis ausxvxe siècle.

p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn19 id="btn19">9/a>.Piul Baroca TIsioren GeofrouySaint-VHlarirs em> , Paris, PTypographie Hnneyer- 1876, p. 812 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn110 id="btn190">1. Amened Témaau de BRochebrune Éludessmorpologique ,physiologiques t dt nolgraphiue sur le femme es leexnfnt dans le race noulogvl/em>, Paris, 18797 p. 82 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn119 id="btn199 ><1/a>.Peorges Chuier Enxtait d'arservaion.sfait s sur lesscadave d'une memme eonnus à uaris,qe à lLndre ssuus l nombqe cVnu,Hottentots, TMmoiges du BMse um T. I,II 18717 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn112 id="btn112 >12/a> aC te épaongtion de Aeutt s sèvers génitaues dennailieu c sdemultiples héories ,poslmiques, afnt ases et fpaucubations .ECf/em> .François-avier  auvelle,-Aymrd L'anverneon du sottentots/em>, Paris, Pacliqctions.be l' Socrbnne- 12002< 'est eusxviii/span>e siècle eue le Nblisr auàté cécrit cour le cremièresmois uar desx eNesrantdis , Daper ,en 18676,pais dTn 1Rhye et 18686 Au cours du xxxe siècle, lans un jontexte c'antlysesdt dd laxinomiqsraciale ,le Nblisr aottentotspassionnelles pciencifiques stropéens p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn113 id="btn113 >13/a>.Prançois Le Vaillant, oVyageude F. Le Vaillant,dans l'ntégieurebe l'Arique sar le fap de Bonne-REpérance ens les pnnées 1878, p81 p82 p8, p84et  85,Tme 72 PLauansne p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn114 id="btn114 14.PMurt « Nymphoe », Dictionnaire ees sciences médicales, une société d emédecins te de cohirurgens /em>, Polumi 73, Paris, Panckoucke,  871, p. 3552; dulien Joseph Virey, « Fègres, em> , Paris, Panckoucke, diteur,  871, p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn115 id="btn115 15.Peorges Chuier Ep. cit, 17717; dWllaiamCFlowr et Jaes  Murri. de x dtiencifiques sbit nsnques sui deissque t lne pemme blschimans et 18867,réitérent pes solclusions ee cest llaustremédecins Dans usa synhèse qur le ceblisr aottentots parau et 1888,le Bocteur Clanc hrd, <édecin et naraieit «t De tabinet ,foncdteur be l'Istituticolonial pe l' SFcultésde médecine pe Paris,présentlles pcpcisfictés ratiales et cexuelses des pottentots, et coshimanssDJurnal dof Aatomiy ndedPysiologiy/em>, 17767,r. 8189-20 ; RaphaëlClanc hrd, » FSr le ceblisr at la seéstompyge des aemmes blschimans  », Bulletinsde la société doologique se F.ance /em>, Polu 7VII, Paris, RA siècgede la société ,1888, p. 375 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn116 id="btn116 16.PRaphaëlClanc hrd, « Sar le ceblisr at la seéstompyge des aemmes blschimans  », Bulletinsde la société doologique se F.ance /em>, Polu 7VII, Paris, RA siècgede la société ,1888, p. 375 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn117 id="btn117 17Dncyclopédie méthodique, médecine, Tome 7, Paris, Panckoucke, 17902 p. 2885.Nicolas Chambon,de Lorntnx  (174-18426)est medecin en chef d la nSalptreères,cremir madecin eus atrmes el instpeceur be s hôptaux maiitires ,membre ve la Société douyle, e lédecine et dengtgsen solitiquesà perete be 1878, p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn118 id="btn118 18.Pulien Joseph Virey, « Femme », Tolu 74, Paris, Panckoucke, 17715 p. 251.-514; RaphaëlClanc hrd, Ep. cit, 1. 375 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn119 id="btn119 19.Peorges CMihimels<Disl'béssté phretenle T(a seéstompyge )aem>, Paris, PMarcel Vtga  1942, p. 216 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn120 id="btn120 20.PRaoul-CarirJoseph VGilland, » Fludessujrles lculstes du BBas-Dahmey», D’Antropo-ogie, PT 148 Paris, PMassn,dt  ie, 31907 p. 8115 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn129 id="btn11">221/a>.Piul Barousx, ouis MSrgennt, oes races hlamandes blsvne, Ghefalide et dumaine eens lesur rapports dvec la Bmache enterrain oplas/em>, Paris, PTalantder  diteur,  8906 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn122 id="btn1"2>22.PeorgesLouis Muffon Histoire naturelle dénérale qt naraiculièremdvec lescription au cebinet du croi/em>, T. I,I, Paris, Risl'mprimeee mouyle, 1794, p. 3474; Rolbe ecté dens lGullanmie-TomansLRcynal Histoire nphilosophiue st fuitiquesdes tablissenents et du clmme re des tEropéens rens les pe x dIdes /em>, To e I Geonven Dncyclopédie méthodique,/em>, Tédecine, p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn123 id="btn123 23.Prançois avier auvelle, Ep. cit, 1. 3145 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn124 id="btn124>24.Peorges Cuffon Hopcit, 1. 3474 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn125 id="btn15">25.François Le Vaillant, op. cit, 1790, p. 82. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn126 id="btn16">26.Paul Lester, Jacques Millot, Les races humaines, Paris, A. Colin, 1936, p. 25. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn127 id="btn17">27. lavde CChippux, iem>Éllmints edanthropologie, PMarselle, lBblirthèsuesaul LRive, 19438; JRubn JKhraumian » FNtessur le fongue urdu pénis ce s hbintnts ee l'Erop cestral », Cufletins dt dMmoiges du la Société d'Aathropologie de aris,/em>, 1IXsup>e esgieu.To e 9 1938; Jaulttes Marues EMorpologiqssds races humaines /em>, Paris, A. Colin, 19367 p. 8191;J LRces humaines », BGandeu ncyclopédie marousse,/em>, Paris, PLbrairee marousse, émition,19471-947, p. 2113797 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn128 id="btn18">28Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, L’Homme, essai zoologique sur le genre humain, T. I, Paris, Re ydt  Ganier 1827, p. 831 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn129 id="btn19">29.Jacobus X., L'amour aux colonies. Singularités physiologiques et passionnelles observées durant tre tllnnéesde s'éourndans les crlonies.lrançaise . Cohimchise,, Paris, PIsiorenPLbs x 18293; Racobus .,<L'aAceu Sxuelsdans l'spèce dumaines. ludesshysiologiques omplète, Paris, AÉition,s Priea 19361 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn130 id="btn10">30Paul Topinard, L'anthropologie, Paris, C. Reinwald et Cie, 3e édition, 1879, p. 373. Les multiples rémition,see ces livr et la sédeille,eeorrattribute par l’hAadémie deslédecine et 18477témoignent le son csuccs le le son cmprac.

p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn139 id="btn11">31.Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Geo ges CVtgaelleo Histoire ne la virilité /em>, T. I2 Paris, CSeull 2011,r. 8331-347; dincent (Jol, « FRces hue reères »,le lasculinitésen contexte colonial,. Aprophe istoirilgraphiue  , DCirt. emmes Geones,cistoire <[E lirnen], Tsem><33;|2011,21.9-156 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn132 id="btn12">32Gustave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Antropo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943, p. 234. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn133 id="btn1"">33Jacques-Louis Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, suivie d'un traité d'hygiène, To e 1 CSecion,19 Paris, Chez Ha GDuprt Leelleer  t  ompl. 1870, p. 2515; dulienJoseph Virey,« Fègres<,<Dictionnaire des sciences médicales,aem>, Paris, Panckoucke,  871,r. 8392 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn134 id="btn14">34.Nicolas Chambon, « Fureur utérine », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 6, Paris, Panckoucke,  7903r. 8537; Rouyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société d emédecins te de cohirurgens /em>, Polumi 73, Paris, Panckoucke,  871,r. 8568r. 8574<; dLuis-Charles-Henri Macquart, « LAour », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 62 Paris, Panckoucke,  7900,r. 8160-17.; dahilipp 6inel « Lymphomanie », Dncyclopédie méthodique, médecine,, To e 19 Paris, Chez HMe veue LAgase, 8274 1. 347 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn135 id="btn15">35.Pierre Larousse, » Femme », op. cit., p. 203. p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn136 id="btn16">36 aouis-Charles-Henri Macquart, « Homme », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 7, Paris, Chez H.  Agase, 8798r. 8257; Rierre-ean-Jeorges Chfbndi, uem>LRcports deuphasique ot ueupaoal,ee l'omme /em>, To e 1 Caris, Croaprt, 8702 p. 237 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn137 id="btn17">37.Julien-Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain, T. 1, Paris, Crochard libraire-éditeur, 18 74r. 8239 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn138 id="btn18">38.A. E. Foley, « Considérations sur les races humaines », Bulletins de la Société d'Anthropologie de aris,/em>,T. 13,1888, p. 3769 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn139 id="btn19">39Travaux académiques, académie des sciences, Gazette médicale de Paris : journal de médecine et des ciences macessiiges /em>,Tsgieu62 1841., n° 0,r. 8687,r. 8701 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn140 id="btn10">40.Dr Clavel, Les races humaines et leur part dans la civilisation, Paris, Poulet-Malassis et De Brois , diteur,s 1876,r. 88, p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn149 id="btn11">41.Jean-Baptiste Louyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société d emédecins te de cohirurgens /em>, Polumi 73, Paris, Panckoucke,  . 8568 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn142 id="btn12">(42/a>Dr Bouchereau, « Satyriasis », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, T. 7, Paris, A.  Decambore 1879, p. 367 p class="totes"baspge ">a class="fFotnotecSymbol href="#fodyftn143 id="btn12">(4e LRces humaines », BGandeu ncyclopédie marousse,/em>, Paris, PLbrairee marousse, émition,19471-947, p. 2113797 a class="fgo-top href="#frticule-401">2Hat de cpge /a> hiv cd="bllaustrtions >class="siction > h2 class="tiction > span class="pexte">Tale jes Allaustrtions /span> ptale jd="bdocIage "> ="">3Titr shth < Légndenshth < Eistoire naturelle de mammifres,dvec lesc figres. originaes crlonres, pdssivéesdeapprs les pbnmanx aivant,(sic) Paris, 1872. Cédostsshth < LFançais dt ffricains, ses Nirs dns le degard ees Blancs/em>, Paris, Call,imrd, 198, p. 3761URL/a>bbrhttp://ournal s.openeition,.rge/famenpan/docnsnexe/mage /401"/mag-1.jpg/a>Fihimershth < 2Hat de cpge /a> hiv cd="buotetion">class="siction > h2 class="tiction > span class="pexte">Pur ceteu ph3>Réérenceséglectronque,/eh3> p > Delphie sspan class="pfamilyNmen">Pere tti-ourtin /span> « span cxml:a ng="fr"la ng="fr">Qundedessexe eincrnelle race  l aorps enir d'ns l'nageiaire eédicalelrançaise (1800-1950)/span>< , Ds BCaimersse F.anenpan/em> T[E lirnen], 22 | 201, Pes ae lirnendess15sexptmbre v201, Penstltésdess14décenbre v2017. URL : http://ournal s.openeition,.rge/famenpan/401"/l> a class="fgo-top href="#frticule-401">2Hat de cpge /a> hiv cd="bat hor >class="siction > h2 class="tiction > span class="pexte">Aseurs/span> ph3>a href="#401">3Delphie sspan class="pfamilyNmen">Pere tti-ourtin /span> p class="pescription >3Delphie sPere tti-ourtin ,Bocteur entistoire contexportane,delphie .pere tticurtin @gainl.comsh> a class="fgo-top href="#frticule-401">2Hat de cpge /a> hiv cd="byicrnse>class="siction > h2 class="tiction > span class="pexte">Drots meapseurs/span> p> a cell"byicrnse>cref="#http://creiivi.lmmens .rge/yicrnses/by-nc-nd/4.0/>3ctyle="fborder-width:0" src"bhttps://i.creiivi.lmmens .rge/y/by-nc-nd/4.0/88x61
span cxmlns:dct"#http://purl.rge/dc/ermis/"prepoerty"pect:tite="Ds BCaimersse F.anenpan/epan> Jtot des a sdstposiion sexon le slermi de la Sa cell"byicrnse>cref="#http://creiivi.lmmens .rge/yicrnses/by-nc-nd/4.0/>3licrnesCreiivi.Commens Ataibutsonsf-Par de'Utlisation eCmme reale e-Par de dModsfiction e4.0 Iftedytion al/e>.

a class="fgo-top href="#frticule-401">2Hat de cpge /a> aliv> hiv class="tnavEntitis blsttom">a celv"pcotant >class="sgoCotant >cref="#3947" tite="f22 |v201, La mominansonsfincrnee p-eCmps et dolonisation f(XIXe-XXepiècle s)">Smmeare /ea span class="pexpraiior">p-e/span>class="sgoPelv>cref="#4004" tite="fL aorps eau cœusde la Srismn colonialeeau Dahmey(1894-1945)">Documnt prédédent /ea span class="pexpraiior">p-e/span>Documnt puiviat /ea sdiv> aliv> aliv> hiv cd="boav">p /1 class="thidden">Navigtionp /iv cd="boavEsaib "> h2> Idesxsh2> hul> hi>3Aseurss/a> hi>Mots-cls/a> hi>4Gélgraphiue /a> /ul> /div> p /iv cd="boavIssu "> h2> Nuédrosenterte cntéggralsh2> hulclass="pissu "> hi>24< |v2017/span>span class="ptite="DStgeiag Ameeecns Memries d/ Documnt p:aous Herotca symbol des JundaouenczoParlmre no/span> hi>243 |v2017/span>span class="ptite="DCitoyen hi>242 |v2016/span>span class="ptite="Da mominansonsfincrnee p-eCmps et dolonisation f(XIXsup>e-XXsup>e esècle s)/span> hi>241 |v2016/span>span class="ptite="DIncriptions rurbines eam ricines e:rapports deapserité s/span> hi>240 |v2015/span>span class="ptite="DaaEspgee pece eux aoréosis e:raprésentations pe demsours d(Moyen-Âgeet fppoue lodedye)/span> hi>219 |v2015/span>span class="ptite="Das Almmigrtions agehésbnes eens lesSud,-Oust d p' SFance /epan> hi>218 |v2015/span>span class="ptite="DAtlysesdistoiriue ot uésenux . Rplexion eur la rprésentations graphiue /apan> hi>217 |v2014/span>span class="ptite="DasSris,de la'Hmme /epan> hi>216 |v2014/span>span class="ptite="DVriand/ Documnt p:aElPLbrao Veressds Aragó f(Ms 18305lBblirtheca Nciolal de mEspgña)/si>/epan> hi>215 |v2014/span>span class="ptite="Dharlté dt dbixnfnsatce ens lesloddeu juifen diasorta/epan> hi>21< |v2013/span>span class="ptite="DasSruvoir ce la'pinaons ucliquesr/ Micro-édis et dfrnsaires dns les certe sesspcgnol d Suècle ed'Or/epan> hi>213 |v2013/span>span class="ptite="DForês et dociété sdans la congue urée /epan> hi>212 |v2013/span>span class="ptite="DCotflis et dcotflictalité deoeale eens les pcciété sdmditeurançnnen e:rspan style="font-variant:small-caps;">xXVI/span>e-span style="font-variant:small-caps;">xXIXsspan>eesècle s/epan> hi>211 |v2012/span>span class="ptite="DCléebrr les Roy.Rislrançois Isup>ee lLnis dXV/epan> hi>3span class="num"er">210 |v2012/span>span class="ptite="Das Aproverb sesspcgnol da Suècle edaOr/epan> hi>29 |v2012/span>span class="ptite="Da'sspce eatant,quesr:rale ml inprac.d'un toddeu ur lss maceurss/apan> hi>28 |v2011/span>span class="ptite="DJapn et dCnresà l'éppoue lontexportane, (1868-1997)/span> hi>3span class="num"er">27 |v2011/span>span class="ptite="Dravaui, pauvoir , justcadd:eue sion,see cenre /span> hi>3span class="num"er">26 |v2010/span>span class="ptite="DUiqerseits, luiqerseitires et depations.biftedytion al s/epan> hi>25 |v2010/span>span class="ptite="DExiirtr/ as Araité edanrhistctuersà l'éppreuede monumnt s/epan> hi>2< |v2008/span>span class="ptite="DEn-quês edasspce  : jcr de dfigres,méthodis ,poroblèm s/epan> hi>23 |v2007/span>span class="ptite="DPtiicoins ml inpmigrtions/span> hi>22 |v2006/span>span class="ptite="Da tranaui,/epan> hi>21 |v2005/span>span class="ptite="Das aint-et de dTanaui,/epan> /ul> h2>cd="ballIssu "> s href="#55"Dros aes anuédrossh> p /iv cd="boavCollction sSecncdtry> h2> L celve,/eh> hul> hi>Pésentations/apan> hi>ÉquiesKes hCaimersse F.anenpan/epan> sh> hi>Nores dmitiirial s/epan> hi>Inormetions.bfx acueurss/apan> /ul> h2>>Inormetions./eh> hul> hi>Mrneon sèrgal s/epan> hi>Cotaace/apan> hi>Cédostssh> hi>Puitiquessse Fpcliqctions/a> /ul> /div> p /iv cd="boavSyndqctions> h2> Suqerz-nos /eh> hul> hi>3 src"bmage s/eoeale-ienst/ece book.png" / hi>3 src"bmage s/eoeale-ienst/twitted.png" / hi>3 src"bmage s/eoeale-ienst/rss.png" width"#16 iheight"#16 i/ /ul> /div> p /iv cd="boavNewsttesr"> h2> Lttre deainormetions/eh> hul> hi>DCaimersse F.anenpan/em> sh> hi> /ul> /div> p /iv cd="bogienbox"class="sogi-is> horme ation "#4011"mettodi="post> hfieldset> plegndeAccs lembre s/epan> /lalllfaor"bogien"Dagienshlalll> /input ypes"pexte"class="pexte"cd="bogien" nnen"bogien" / < < /br />slalllfaor"bassiwd">Motqe cpgse shlalll> /input ypes"passiword"class="pexte assiword"cd="bassiwd" nnen"bassiwd" / < < /br />sbuttnsKypes"psubmie"class="psubmie"ctite="fS eonnueceud>3S eonnueceud /buttnsKypes"pe see"class="pctce l"ctite="fAnnler "DAtnler /div> p /dfieldset> /dfrme /div> aliv> hiv cd="bogios">p /1 class="thidden">Affiirtions./art eaire /eh> /l> hi>3 src"bdocnsnexe/mage /3673/LOGO CAHIERS FRAMESPAv2016-mall-120.jpg" width"#120 iheight"#43 i/ hi>3 src"bdocnsnexe/mage /3436/Nnveru slgio FRAMESPAv2015-mall-120.jpg" width"#120 iheight"#48 i/ hi>3 src"bdocnsnexe/mage /3435/lgio-ean-Jaures.png" width"#120 iheight"#28 i/ hi>3 src"bdocnsnexe/mage /3434/cnrs_inshs-mall-120.png" width"#120 iheight"#64 i/ hi>3 src"bmage s/lgio-elve, -rge.png" / /ul> hdiv> hiv cd="bootnr "D / class="pfr ,t> ISSNéglectronque, 1760-476"/l> / Pa nd Seit /a>< – s href="#292"Mrneon sèrgal s/epan>< – s href="#295"Cotaace/apan>< – s href="#297">Cédostssh><  – s href="#http://ournal s.openeition,.rge/famenpan/?pge =backend >Flx aeu uyndqctionssh> / class="passt"Éitie pec lLodelsh>< – s href="#http://ournal s.openeition,.rge/famenpan/lodel/ >Accs lésenvéesh> hdiv> aliv> aliv> src"bjs/jues y.j >3 src"bjs/lmmens.min.j >3 >// } }; //]]3 src"bjs/fnceybox/jues y.fnceybox-1.3.1.pack.j >3 src"bjs/rticule.min.j >3 >//]' ).afnr (m' |vs href="##eteudby"DCit phresh><' ); jQes y( '#eteudby li' ).css( "mageen","1em 0 i); } } }); }); //]]3p > vart_paqb= _paqb|| []; // trtckermettodi sike "setCustomDimenson">cshruld e ecll-ed e frenP"trtckPge View" _paq.push(['setCustomVrianble', 1, 'Doaine', documnt .doaine, 'pge ']); _paq.push(['eaibleCrossDoaineLinkn g']); _paq.push(["setDocumnt Tite=", documnt .doaine + "/ i+ documnt .tite=]); _paq.push(['trtckPge View']); _paq.push(['eaibleLinkTrtckn g']); (funtion () { vartu"#https://pk.labouleo.rge/ ; _paq.push(['setTrtckerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSteuId', '3']); vartd=documnt , g=d.creiieElnents('cripti'), s=d.getElnentssByTagNmen('cripti')[0]; g.ypes"'exte/javacripti'; g.auync=roue; g.defer=roue; g.src"u+'pk.js'; s.pae tNode.insertB fren(g,s); })(); p src"bhttps://setioc-origin.openeition,.rge/openbarre/js/lleo.js?dteu=2014-12-01>3 src"bhttps://setioc-origin.openeition,.rge/js/jues y.j onp-atist.min.j >3 >alcripti> p hiv class="tfr ,t> h href="#http://www.openeition,.rge">OpenEition,sh>< hulclass="psubmenunatv-toggle-shrw" p hi> hpan>< hul p hi> h href="#http://books.openeition,.rge> span class="peite="DOpenEition, Books/epan> hi> h href="#http://books.openeition,.rge/ctia«t " hi> h href="#http://books.openeition,.rge/pcliqshsr"> &Eacseu;iteur,ssh> hi> h href="#http://books.openeition,.rge"DEncsaoir cplussh> h/ul p /hi> hi> hpan>< hul p hi> h href="#http://ournal s.openeition,.rge> span class="peite="DOpenEition, Jurnal sshpan> hi> h href="#http://www.openeition,.rge/ctia«t -ournal s"Das Aelve, sh> hi> h href="#http://ournal s.openeition,.rge/64"8">Encsaoir cplussh> h/ul p /hi> hi> hpan>< hul p hi> h href="#http://cle nda.rge> span class="peite="DCle ndashpan> hi> h href="#http://cle nda.rge/senrhi >Acc&eacseu;de aux cannoces sh> hi> h href="#http://cle nda.rge/about">Encsaoir cplussh> h/ul p /hi> hi> hpan>< hul p hi> h href="#http://hypothes, .rge span class="peite="DHypoth&egaver;sesshpan> hi> h href="#http://www.openeition,.rge/ctia«t -otesbooks"DClia«t ces scrnels sh> h/ul p /hi> h/ul p /div> p hiv class="tasstnatv-toggle-shrw" p hulclass="psubmenu" p hi> hpan>< hul p hi> h href="#http://newsttesr.openeition,.rge"Dspan class="ptite="Dastte /span> hi> h href="#http://senrhi.openeition,.rge/indexylurt.php?a=escription >3span class="ptite="DAlurtesd& ybonnemnt s/epan> h/ul p /hi> hi> h href="#http://www.openeition,.rge/1402">(OpenEition, Freemiumsh>< /hi> h/ul p hiv class="tairne-right" p horme ation "#//senrhi.openeition,.rge/"mettodi="get" p hfieldset> p /input nnen"bq" ypes"pexte"c/ ans la celve,/elalll>

/input ypes"pradio"cd="bopeneition,radio"cnnen"bul" valun"#" / ans lOpenEition,shlalll> /div> p sbuttnsKypes"psubmie"class="pienst iens-senrhi > /div> p /dfieldset> /dfrme /div> p /div> p /div> p /div> p hiv class="tontextenatv-toggle-shrw" p hiv class="ptite=-share" p /l>class="psubmenu" p hi>class="pbg-oav">p span class="pienst iens-info> < /l> p pl> hi> p hit>Titr :/dit> hidDs BCaimersse F.anenpan/edd p hidDNnveru x cambp de la’istoire ceoeale /edd p hit>Encbef= :/dit> hidD < p /hi> pl> hi> p hit>Eiteur, :/dit> hidDUMR 5136 –SFRAMESPA/edd p hit>Suports :/dit> hidDÉlectronque,/edd p hit>E ISSN:/dit> hidD1760-476"/ldd p /ed> p /hi> pl> hi> p hit>Acc&egaver;s:/dit> hidDOpenmacessi Freemiumshdd p /ed> p /hi> pl> h href="#//www.openeition,.rge/5796">Vir ca cnotcaddens leslctia«t OpenEition,sh> /hl> p /hi> hi>class="pbg-oav asst"< /pan>< /l> p pl> hi> p hit>DOI :/dit> hidD10.4000/famenpan.401"/ldd p /ed> p /hi> pl> h hlass="pifamen"cref="#4011?ormeti=etetions> Cteu phl> p phl> h!-- /DOI / Réérencessa-->p hi>class="pbg-oav asst"jd="bdlLinks" phl> p /l>class="pshare" p hi>class="pienst iens-twitted>3< href="#http://twitted.com/share?exte=%3Cpan>+xml%3Aa ng%3D%22fr%22+a ng%3D%22fr%22%3EQunde+le+exe +incrnel+a +ace %C2%A0%3A%C2%A0le+orps +nir +ens +l%27nageiair...&url=&via=openeition,say >class="stwitted buttns-wrap> hi>class="pienst iens-fce book>3< href="#https://www.ece book.com/sharer.php?u=%3Cpan>+xml%3Aa ng%3D%22fr%22+a ng%3D%22fr%22%3EQunde+le+exe +incrnel+a +ace %C2%A0%3A%C2%A0le+orps +nir +ens +l%27nageiair...&tite="fclass="pfae book buttns-wrap> hi>class="pienst iens-google-plus>3< href="#https://plus.google.com/share?url=%3Cpan>+xml%3Aa ng%3D%22fr%22+a ng%3D%22fr%22%3EQunde+le+exe +incrnel+a +ace %C2%A0%3A%C2%A0le+orps +nir +ens +l%27nageiair...&tite="fclass="pgoogle buttns-wrap> phl> p /div> p hiv class="pairne-right" p hiv cd="bat hdtea">/div> p /div> p /div> p hbuttnsKlass="pienst iens-oav">shbuttns> h!--[if ltssIE 9] hi>nkcell"btyle=sheet"href="#https://setioc-origin.openeition,.rge/openbarre/css/ie_openbarre.css"> h![endif]-->aliv>