Navigation – Plan du site
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Représenter la communauté dans les paroisses toulousaines (xviie-xviiie siècles). Espace et statut social

Representation of Community in Toulouse Parishes (17th-18th Centuries). Space and Social Status
Representar a la Comunidad en las parroquias de Toulouse (siglos xvii-xviii). Espacio y condición social
Claire Dolan

Résumés

À Toulouse, au xviie siècle, la participation à la vie politique s’inscrit d’abord dans l’espace. La communauté paraît structurée autour de la rue. Au xviiie siècle, une sorte d’essoufflement de la composante territoriale de la communauté se fait sentir, au profit de la notabilité, notamment dans la nomination des marguilliers, où le statut social l’emporte désormais dans ce concours de légitimité. Mais les « corps de rue » paraissent plus vivants que jamais.

Haut de page

Texte intégral

1Les archives toulousaines regorgent de manifestations de l’esprit communautaire, dont l’expression, en dehors des cadres formels de la municipalité, demeure très vivante au xviie et au xviiie siècle. Les notaires toulousains les consignent entre les actes de crédit et les contrats de mariage et gardent dans leurs liasses les copies des délibérations d’une multitude de groupes qui font corps derrière un syndic qui leur sert de porte-parole. Certains de ces groupes sont institutionnalisés et ont parfois laissé des archives, d’autres ne vivent pour nous que dans les archives des notaires. À travers les sens que prend la communauté à Toulouse au xviie et au xviiie siècle et les enjeux que comporte l’action de la représenter, on peut aborder autrement la participation des Toulousains à la vie politique.

2Si l'on excepte les groupes de créanciers, qui partagent un intérêt pour les biens du débiteur en faillite, et les corporations de métiers, qui cherchent à préserver leur monopole, on peut constater à quel point l'espace partagé joue un rôle clé dans la construction des intérêts communs qui créent une communauté, dans une ville comme Toulouse. Cet espace partagé est évoqué dans les actes sous trois vocables en particulier : la paroisse, la rue et les voisins. Il ne s’agit pas ici d’approfondir comment la communauté définit les uns et les autres, ni d’analyser le poids qu’ont ces différents espaces dans la représentation locale, mais simplement de montrer qu’au-delà du niveau variable de proximité auquel ils font appel, ils constituent tous un repère concret du point de vue de la défense des intérêts, et donnent à l’exercice de la citoyenneté active son cadre premier.

1. La paroisse et les paroissiens

3Des trois vocables qui nous intéressent, celui de la paroisse est le plus polysémique. Territoire abritant diverses communautés, même dans les cas où une même religion les réunit toutes, elle est lieu de concurrence entre les groupes qui s’en réclament, lieu de pouvoir pour ceux qui la dirigent, qu’ils soient laïcs ou clercs, mais aussi lieu d’appartenance qui englobe à la fois le quartier et la rue.

4Je ne m’attarderai ici qu’à l’une des paroisses de Toulouse, celle de Notre-Dame de la Dalbade. Les « ouvriers » qui l’administrent (c’est le nom donné aux marguilliers dans le Midi) et leur élection retiendront l’attention, mais on verra qu’ils ne peuvent être détachés de la conscience qu’ont les paroissiens du territoire qu’occupe leur paroisse.

1a. La répartition sociale des ouvriers

5Les ouvriers de la paroisse de la Dalbade semblent nommés selon une répartition sociale déterminée sans être complètement immuable. Parmi eux, on trouve toujours un conseiller au parlement ou un officier du même type, comme le procureur général, un avocat ou un procureur, un ancien capitoul ou un écuyer, et un marchand. Cette répartition sociale ne change pas vraiment entre le xviie et le xviiie siècle, même si on peut déceler une certaine survalorisation sociale de ces fonctions au xviiie siècle. Certaines professions disparaissent alors parmi les ouvriers (les procureurs), tandis que d’autres s’y retrouvent plus volontiers qu’avant (les présidents au parlement). Chaque paroisse a ses règles de nomination des ouvriers. Pour la Dalbade, cette nomination est faite par le conseil général des paroissiens, mais selon une procédure qui en dit long sur l’ancrage territorial de la représentation.

1b. La rue, siège de représentation

6En 1621, les ouvriers sortants nomment chacun trois personnes qui sont associées, les unes à la rue des Couteliers, d’autres à l’île de Tounis, d’autres à la rue de Sainte-Claire et le quatrième groupe à « messieurs de la cour ». Le nombre de votes est différent pour chacun de ces groupes, ce qui laisse croire qu’on vote par rue et non pour l’ensemble des ouvriers. Sur les trois noms de la rue des Couteliers se prononcent quarante-huit personnes, quinze votent sur les noms de l’île de Tounis, vingt-quatre sur ceux de la rue de Sainte-Claire et vingt-six sur « messieurs de la cour ».

  • 1 Toutes les cotes d’archives sont tirées des Arch. dép. Haute-Garonne, 3E 12605, feuille de nominati (...)
  • 2 Ibid., sans date.

7D’autres bayles (noms donnés aux gestionnaires de confréries ou de bassins) sont nommés en même temps que les ouvriers. Ils dirigent des tables, ou bassins, qui dépendent des ouvriers auxquels ils doivent rendre des comptes à chaque fête de Pâques. L’élection de ces bayles se fait selon les mêmes principes que celle des ouvriers. Ainsi, pour la confrérie du Nom de Jésus, les bayles sortants nomment chacun deux noms qui sont aussi associés à des rues (la rue des Couteliers, l’île de Tounis, la rue de Sainte-Claire, de Pharaon, des Paradoux, des Filatiers). Il en est de même pour les autres confréries, avec quelques variations dans les rues représentées1. Une autre feuille de nomination pour la même église, en 1644, montre que la procédure n’a pas changé. Les paroissiens tiennent à cette nomination par rue ou par rues adjacentes. Les habitants de la rue des Couteliers se plaignent, au xviie siècle, qu’on ait nommé un avocat pour la rue des Couteliers bien qu’il n’y demeure pas. On leur répond qu’il n’y a rien dans les règlements qui oblige à nommer un ouvrier qui habite la rue des Couteliers et que s’il n’y a personne de qualifié pour la fonction, on peut passer dans la grande rue de la Dalbade et même derrière les Couteliers et « vers la rue des Paradoux2 ». La réponse atteste que si la règle demeure souple, certaines rues jouissent néanmoins d’un droit coutumier de représentation que les autres n’ont pas.

  • 3 3E 12606, pièce 83, délibération du 8 mai 1718.

8Cette représentation par rue semble acceptée de tous jusqu’à ce qu’au début du xviiie siècle, on tente de diminuer, parmi les ouvriers, le poids du quartier de Tounis et de la rue des Couteliers. Des procès s’engagent alors contre les ouvriers qui subissent les foudres des habitants lésés de ces quartiers, qui en ont contre les officiers au parlement qui se nomment entre eux, privant ainsi les habitants ordinaires d’accéder à la fonction de marguilliers3.

  • 4 Voir Claire Dolan, « Une culture politique en mutation : la nomination des capitouls à Toulouse à l (...)

9Pour l’élection des marguilliers, la représentation territoriale, bien vivante au xviie siècle à Toulouse, donne des signes d’essoufflement au xviiie siècle, au profit d’un accent mis sur la notabilité. Peut-être a-t-on là le sens d’une évolution de la représentation politique qui commence par s’inscrire dans le territoire avant de s’en détacher progressivement pour privilégier le statut. De la même façon, les capitoulats comme circonscription territoriale se sont vidés de leur sens, à peu près au même moment4.

2. Les « corps de rue »

  • 5 3E 12605, mémoire du 29 juillet 1665.
  • 6 Les bayles de la Bourse des pauvres des quatre quartiers de la paroisse de la Dalbade sont convoqué (...)
  • 7 La quête de Notre-Seigneur faite par les habitants du quartier de la rue de la Pomme nomme ses bayl (...)

10Alors que la paroisse de la Dalbade donne une grande place à la représentation par rue, les habitants de ces rues s’organisent aussi indépendamment de l’église. Ainsi les « biens tenant et habitants » de la rue des Couteliers ont-ils créé une bourse de Notre-Seigneur. Les bayles qu’ils nomment pour la gérer leur rendent des comptes à la fin de chaque année sur l’emploi des deniers amassés consacrés principalement aux pauvres de cette rue, à qui ils font également apporter le Saint-Sacrement, ou à la sépulture des « extrêmement pauvres ». Tout se passe « sans présence d’autres personnes » que les « biens tenant et habitants5 », ce qui montre bien qu’il s’agit d’une organisation autonome de la paroisse, mais aussi de la municipalité. Cette bourse, dont on ne se rappelle pas qu’elle n’ait pas existé, fonctionne toujours en 1689, mais son assemblée se tient alors dans l’église de la Dalbade. Sont alors réunis « en corps de rue » les bayles de cette bourse (un maître boulanger, un maître tailleur d’habits) habitant dans la rue des Couteliers et quarante-deux autres personnes qui élisent, sur nomination des bayles sortants, les bayles pour l’année en cours. Cette bourse agit, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie, un peu comme une banque : elle fait des prêts au denier vingt (5 %), à plus ou moins long terme, aux habitants de la rue, sur consentement des autres habitants de la rue. La rue des Couteliers n’est pas la seule à s’être dotée d’une telle bourse et l’on apprend qu’à la fin du xviiie siècle, la paroisse de la Dalbade, qui tente d’ailleurs de les assimiler aux autres tables et bassins de l’église, en héberge quatre, réparties dans différents quartiers6. L’aide aux pauvres, à Toulouse, même si les bureaux de charité sont du ressort des curés de paroisses, est d’abord structurée à l’initiative des habitants des différentes rues. Ces derniers ne confondent pas la charité institutionnalisée qui passe par l’église et celle qui surgit de leur volonté7.

3. Les voisins

11La rue nous introduit à un autre des vocables qui exprime l’espace partagé, celui des voisins. Les chapelles Notre-Dame-de-Nazareth et Saint-Barthélemy, toutes deux sises dans le quartier du parlement, sont gérées par leurs voisins.

(Fig. 1) Carte de Toulouse, quartier du parlement et rue des Couteliers

(Fig. 1) Carte de Toulouse, quartier du parlement et rue des Couteliers

Le cadastre de 1680 a été utilisé pour la délimitation des parcelles.

© :www.urban-hist.toulouse.fr/urbanhistdiffusion/

(Fig. 2) L’église Notre-Dame de Nazareth aujourd’hui, rue Philippe-Féral

(Fig. 2) L’église Notre-Dame de Nazareth aujourd’hui, rue Philippe-Féral

© : cliché auteur.

(Fig. 3) Détail Portail, Église Notre-Dame de Nazareth

(Fig. 3) Détail Portail, Église Notre-Dame de Nazareth

© : cliché auteur.

  • 8 7G 4, pièce 52, 4 avril 1750, consultation de deux avocats.

12L’église de Nazareth est issue de la communauté du quartier qui la gère et la finance, ce qui donne des droits aux gens du quartier, notamment quant à l’octroi des places presbytérales qui s’y trouvent. La place centrale donnée aux voisins comme particularité de sa fondation et de sa gestion sert également d’argument pour établir la primauté de la Grande Table sur la Petite, la première se disant détentrice de la délégation des voisins qu’elle conteste à la seconde8. Les laïcs de l’église recrutent leurs bayles dans les mêmes milieux que ceux de la paroisse de la Dalbade (conseillers au parlement, ou présidents, avocats, marchands et maîtres artisans). Pour une raison qui tient peut-être à la fragmentation du pouvoir des bayles de la Grande Table avec ceux de la Petite Table (uniquement des artisans), il semble que la vitrine sociale que fournit la baylie de Nazareth ne soit pas aussi efficace que celle de la paroisse de la Dalbade pour stimuler l’autorité des laïcs. L’assise de cette représentation que constitue le quartier est aussi beaucoup plus vague que celle de la Dalbade, où la représentation par rue contribue à rendre beaucoup plus concrète la délégation de pouvoir à quelques-uns des voisins.

13Pour ce qui est de Saint-Barthélemy, lorsqu’il s’agit de donner un caractère légal à une décision sur laquelle les deux bayles s’entendent, ces derniers se contentent d’obtenir la signature de quelques-uns des voisins qu’ils peuvent aisément trouver rassemblés sur la place. Par contre, lorsqu’il y a de vraies décisions à prendre et qu’ils sont convoqués, les voisins semblent répondre avec beaucoup plus d’enthousiasme au xviiie siècle qu’ils ne le faisaient dans les années 1680, alors que les assemblées ne réunissaient guère plus de voisins que lors des actes notariés qui exigeaient un consentement formel des voisins.

Conclusion

14Alors que la représentation à la Dalbade semble répartie de façon précise entre des rues qui détiennent une sorte de droit coutumier de représentation, la pareille ne paraît pas exister quand il s’agit de nommer les représentants des deux églises non paroissiales. Et pourtant, quand on compare la figure sociale des bayles des unes et des autres, on se trouve devant un portrait presque identique. Même la surqualification sociale des bayles des Grandes Tables (ou des ouvriers) au xviiie siècle, par rapport à ce qu’elle était au xviie siècle, n’est pas exclusive à la paroisse de la Dalbade, et peut être observée dans les deux églises du même quartier.

15Quelques informations en provenance d’autres quartiers de la ville montrent que l’inscription dans l’espace est un réflexe des Toulousains, quand il s’agit de se faire représenter. C’est ce réflexe qui me paraît expliquer que les « corps » de rue s’organisent en dehors des autorités municipales ou paroissiales. Il est remarquable par ailleurs que, même quand le corps surgit de façon spontanée sans aucune reconnaissance officielle, on reproduise presque à l’identique les procédures de nomination par cooptation que l’on trouve, à l’époque, dans toutes les institutions d’Ancien Régime qui répondent à la définition d’un corps. Le corps (dans le sens que lui donne l’expression « corps et communautés ») me paraît de ce fait l’une des notions politiques qui ont le mieux réussi à être assimilées par la société urbaine d’Ancien Régime.

Haut de page

Notes

1 Toutes les cotes d’archives sont tirées des Arch. dép. Haute-Garonne, 3E 12605, feuille de nomination avec répartition des votes, pour l’année 1621 finissant 1622.

2 Ibid., sans date.

3 3E 12606, pièce 83, délibération du 8 mai 1718.

4 Voir Claire Dolan, « Une culture politique en mutation : la nomination des capitouls à Toulouse à la fin du xviie et au début du xviiie siècle », article à paraître. Pour un résumé en ligne : https://clairedolan.ca/recherche-en-cours/

5 3E 12605, mémoire du 29 juillet 1665.

6 Les bayles de la Bourse des pauvres des quatre quartiers de la paroisse de la Dalbade sont convoqués, avec les autres tables et confréries de l’église, pour assister avec leurs flambeaux à la procession du dernier jour de l’octave de la Fête-Dieu, à peine de cinquante livres d’amende, applicable au Bouillon des pauvres de paroisse. 3E 12605, arrêt du parlement du 6 septembre 1766.

7 La quête de Notre-Seigneur faite par les habitants du quartier de la rue de la Pomme nomme ses bayles, qui tiennent leurs comptes et l’inventaire de ce qu’ils ont et qu’ils transmettent à leurs successeurs chaque année. Tout se fait devant notaire, sans qu’il soit question de paroisse, ou de quelque autre structure que celle qu’on voit fonctionner à travers eux. Un exemple parmi d’autres : 3E 5824, fol. 61vo, 30 juillet 1680.

8 7G 4, pièce 52, 4 avril 1750, consultation de deux avocats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre (Fig. 1) Carte de Toulouse, quartier du parlement et rue des Couteliers
Légende Le cadastre de 1680 a été utilisé pour la délimitation des parcelles.
Crédits © :www.urban-hist.toulouse.fr/urbanhistdiffusion/
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre (Fig. 2) L’église Notre-Dame de Nazareth aujourd’hui, rue Philippe-Féral
Crédits © : cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre (Fig. 3) Détail Portail, Église Notre-Dame de Nazareth
Crédits © : cliché auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Dolan, « Représenter la communauté dans les paroisses toulousaines (xviie-xviiie siècles). Espace et statut social », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 23 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4168

Haut de page

Auteur

Claire Dolan

Claire Dolan, professeure associée, Département des sciences historiques, Université Laval, Québec, Canada, Histoire moderne.
claire.dolan@hst.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals