Navigation – Plan du site
Dossier : Genre, crime et châtiment

Introduction au dossier « Genre, crime et châtiment »

Sylvie Chaperon, Anna Le Pennec et Sandrine Pons

Texte intégral

  • 1 Joséphine Mallet, Les femmes en prison ; causes de leurs chutes, moyens de les relever, 2édition, (...)
  • 2 Cesare Lombroso, La femme criminelle et la prostituée, Paris, Félix Alcan, 1896.
  • 3 Martine Kaluszynski, « La femme (criminelle) sous le regard du savant au xixe siècle », in Coline C (...)
  • 4 Pauline Tarnowsky, Les femmes homicides, Paris, Félix Alcan, 1908.

1Les premières recherches sur les femmes criminelles datent du xixe siècle, au sein de la philanthropie1 mais surtout de l’anthropologie criminelle naissante. Dans son ouvrage La femme criminelle et la prostituée2, Cesare Lombroso définit la déviance au féminin comme une spécificité, liée aux caractéristiques physiques des femmes et à la supposée nature de leur personnalité3. Cette théorie est développée par d’autres criminologues au début du xxe siècle, à l’instar de Pauline Tarnowsky4. Nombre de chroniqueurs et journalistes relaient également dans la presse des portraits de criminelles en insistant sur la monstruosité de leurs actes et en nourrissant l’imaginaire collectif autour des femmes en marge.

  • 5 Jean-Claude Farcy, L'Histoire de la justice française de la Révolution à nos jours : trois décennie (...)

2Cette première vague d’intérêt pour la déviance féminine s’essouffle pourtant rapidement : la violence et le crime restent considérés comme des pratiques d’hommes. Mais quel que soit leur sexe, justiciables et justicié.e.s sont peu étudié.e.s par les universitaires avant les années 1970. Ce long silence des historiens s’explique en partie par l’influence de l’école des Annales qui a orienté les recherches sur les thématiques économiques et sociales5.

  • 6 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

3En 1970-1971, les fortes contestations qui éclatent dans les prisons françaises, avec notamment les grèves de la faim de militants maoïstes incarcérés, attirent l’attention de quelques intellectuels. En soutien aux détenus, ils forment le Groupe d’information sur les prisons (GIP). Michel Foucault, qui participe à l’élaboration du groupe, entame des recherches sur l’histoire du système pénitentiaire qui débouchent en 1975 sur Surveiller et punir6. Ce premier essai suscite de vives réactions chez les historien.ne.s, dont rendent compte les textes des débats rassemblés par Michelle Perrot dans un ouvrage intitulé L'Impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, publié en 1980. Dans les années qui suivent, l’émergence de l’histoire des mentalités et le développement des études quantitatives amènent les historiens à investir le champ de la justice, en s’appuyant sur des sources judiciaires foisonnantes.

  • 7 Actes du colloque de Saint-Maximin, Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possib (...)
  • 8 Coline Cardi, Geneviève Pruvost, « La violence des femmes : un champ de recherche en plein essor », (...)
  • 9 Claudie Lesselier, « Les femmes et la prison 1815-1939 », thèse de 3e cycle en Histoire, Paris 7, d (...)
  • 10 Yannick Ripa, La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au xixe siècle, 1986, Paris, Aubier.
  • 11 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990

4Les années 1980 voient également paraître les études pionnières sur les femmes, sous l’impulsion, entre autres, de Michelle Perrot et d’Arlette Farge7. Ce renouveau de l’histoire donne naissance aux premières études sur la déviance au féminin, qui portent d’abord sur l’enfermement8 : citons la thèse soutenue en 1982 par Claudie Lesselier, Les femmes et la prison, 1815-19399, ou encore celle de Yannick Ripa sur l’enfermement asilaire, La ronde des folles, folie et enfermement au xixe siècle10 publiée en 1986. D’une manière générale, les recherches sur la prison se multiplient, avec notamment la thèse soutenue par Jacques-Guy Petit en 1988 qui s’intitule Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875)11. Ces trois thèses ont été réalisées sous la direction de Michelle Perrot.

  • 12 Constats que relève Michelle Perrot dans l’ouverture des actes du colloque d’Angers tenu en 2001 : (...)
  • 13 Joelle Guillais, La chair de l’autre. Le crime passionnel au xixe siècle, Paris, O. Orban, 1986.

5Après les enfermées, les années 1980-1990 marquent le début des recherches sur les femmes délinquantes et surtout criminelles qui se heurtent à un obstacle méthodologique de taille : la part très faible des femmes traduites devant les tribunaux par rapport aux hommes et le fléchissement de cette faible proportion féminine sur la période contemporaine12. Joëlle Guillais13 étudie les itinéraires criminels de femmes et surtout d’hommes coupables d’un crime passionnel.

  • 14 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989 ; Arlette Farge, Michel Foucault, Le dés (...)
  • 15 Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), Paris, Publications de (...)

6Arlette Farge14 puis Anne-Marie Sohn15 ouvrent la voie à une autre utilisation  originale des archives judiciaires pour dévoiler la vie privée des femmes les plus modestes.

  • 16 Cécile Dauphin, Arlette Farge (dirs.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997, p.  (...)
  • 17 Robert Cario, Les femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997.
  • 18 Coline Cardi, Les déviances des femmes. Délinquantes et mauvaises mères : entre prison, justice et (...)
  • 19 Colette Parent, Féminisme et criminologie, Bruxelles, De Boeck Université, 1998.

7La plupart des études portent sur les violences faites aux femmes ou, plus rarement et tardivement, sur les violences féminines. Arlette Farge et Cécile Dauphin s’y consacrent dans De la violence et des femmes, en 1997, le premier ouvrage collectif sur la question. Elles se demandent dès l’introduction « comment penser la violence des femmes alors que la violence sur les femmes est de loin la plus manifeste, la plus établie ?16 » et estiment qu’il est « nécessaire de fonder une réflexion sur la façon différenciée dont les sociétés vivent, pensent et imaginent la violence féminine ». Les sociologues et criminologues enrichissent la réflexion, tels Robert Cario17, Coline Cardi18 ou Colette Parent19.

  • 20 Odile Krakovitch, Les femmes bagnardes, Paris, O. Orban, 1990.
  • 21 Béatrice Koeppel, « Femmes en prison sous la Troisième République », Sociétés & représentations, n° (...)
  • 22 Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de Justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (xixe-xx(...)
  • 23 Philippe Artières, Lettres perdues. Écritures et enfermement (xixe-xxe siècles), Paris, Hachette-Li (...)

8Les décennies 1990-2000 voient les recherches s’élargir et se multiplier. Odile Krakovitch se spécialise dans l’étude des bagnardes20. La psychologue Béatrice Koeppel écrit un article sur les conditions d’incarcération des femmes sous la troisième République21. D’autres historiennes telles que Françoise Tétard et Claire Dumas étudient le rapport des femmes enfermées avec les religieuses, chargées de surveiller les quartiers féminins des prisons au xixe siècle22. Philippe Artières évoque dans certains de ses travaux les spécificités de l’enfermement au féminin23, à travers les moyens de communication entre les prisonnières, il réalise d’ailleurs une synthèse historiographique dans la revue CLIO, intitulée « L’historienne et l’enfermée ».

  • 24 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticide en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR (...)
  • 25 Sylvie Frigon, L’homicide conjugal au féminin d’hier à aujourd’hui, Montréal, Les éditions du remue (...)
  • 26 Sylvie Lapalus, La mort du vieux, une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, Tallandier, 2004 (...)

9Annick Tillier24 s’intéresse aux mères infanticides en Bretagne, Sylvie Frigon25 au maricide tandis que Sylvie Lapalus porte son attention sur le parricide qui est très majoritairement un crime d’homme et évoque l’inceste féminin, sujet traité par Fabienne Giuliani26.

  • 27 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dirs.), Femmes et justice pé (...)
  • 28 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant (...)
  • 29 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables (…), op. cit, p. 1 (...)
  • 30 Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dirs.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, (...)
  • 31 Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel, Myriam Tsikounas (dirs.), F (...)
  • 32 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Sonia, Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiqu (...)
  • 33 Corinne Rostaing, La relation carcérale - Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, (...)
  • 34 Monique Hamelin, Femmes et Prison, Montreal, Éditions du Méridien, 1989.
  • 35 Claude Faugeron, Dominique Poggi, « Les femmes, les infractions, la justice pénale : une analyse d’ (...)

10Le premier colloque historien en France sur la justice et la différence de sexes se déroule à Angers, en 200127. Michelle Perrot, qui rédige l’ouverture des actes, porte l’interrogation sur les traitements pénal et pénitentiaire des femmes : expriment-ils la différence des sexes ? En 2009, un ouvrage collectif se propose de retracer les travaux en cours et les problématiques adoptées28. Il en ressort que les femmes criminelles sont inquiétantes car rares et qu’elles sont souvent traitées avec indulgence devant la justice. Par contre, les femmes criminelles sont plus responsabilisées quand elles s’écartent du modèle d’épouse et de mère. Mais, Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain regrettent dans l’introduction le « déficit […] des études sur les figures de femmes déviantes au sein des justiciables, ou le traitement différentiel des infractions commises par des femmes en comparaison avec les hommes, ou encore les ambivalences de la répression pénale en fonction du sexe des acteurs29 ». En effet, si l’histoire des femmes enrichit l’étude de la justice, de la criminalité et de l’enfermement, la dimension genrée n’est pas privilégiée dans les travaux portant sur les hommes. La suite de la production en sciences humaines en témoigne. En juin 2010, un colloque interdisciplinaire s’est réuni autour du thème « Penser la violence des femmes », qui invite des chercheurs d’horizons différents, historiens, sociologues et criminologues, à étudier « l’entrée des femmes dans la violence légale et illégale ». Il a donné lieu à une synthèse publiée en 201230. En 2008, Myriam Tsikounas dirige Éternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours. En 2010, la même auteur participe également à Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours31. En 2015, ce sont les empoisonneuses qui sont l’objet d’un ouvrage collectif32. Enfin, un colloque international intitulé « Enfermement et genre » se tient à Paris en novembre 2013, et témoigne de l’engouement pour la recherche sur les femmes enfermées au-delà des frontières nationales. Les recherches en sociologie et en anthropologie sur les femmes incarcérées sont relativement nombreuses. En plus de Corinne Rostaing33, citons par exemple Monique Hamelin34 ou encore Claude Faugeron35.

  • 36 https://criminocorpus.org/fr/outils/bibliographie/consultation/
  • 37 Christian Carlier, Histoire du personnel des prisons françaises du xviiie siècle à nos jours, Paris (...)

11Bien d’autres références pourraient être ajoutées sur ces thématiques, notamment les nombreuses recherches de master qui ont été menées à l’échelle locale, que l’on retrouve dans la bibliographie très complète de Criminocorpus36. En revanche, peu d’études se penchent sur le personnel, magistrats et membres de l’administration pénitentiaire37. Explorer l’influence considérable qu’ils exercent sur le parcours judiciaire et pénal des individu.e.s et sur les différences de genre apporterait un éclairage non-négligeable sur les thématiques évoquées.

Présentation du dossier

12Ce dossier est issu d’une journée d’étude organisée par Sylvie Chaperon, Anna Le Pennec et Sandrine Pons, le 20 novembre 2015 à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, dans le cadre du séminaire « Marges, marginalités, marginalisations » de la thématique Corpus de FRAMESPA. Il veut prolonger et approfondir l’analyse de la justice et de l’enfermement au prisme du genre par une comparaison systématique des femmes et des hommes, du féminin et du masculin et des processus culturels qui en rendent compte.

13Co-organisatrices de la journée d’étude et de ce dossier, Anna Le Pennec et Sandrine Pons sont doctorantes en histoire contemporaine à FRAMESPA, en troisième année. L’une prépare une thèse sur « Les femmes en prison au xixe siècle dans le Sud-Ouest de la France » à partir des archives des prisons centrales de Cadillac (AD de Gironde) et de Montpellier (AD de l’Hérault), l’autre réalise sa thèse intitulée, « Hommes et femmes devant la justice en Haute-Garonne au xixe siècle », à partir des archives judiciaires des Assises de la Haute-Garonne concernant les procès pour homicides. Elles présentent ici des vues très partielles de leur travail : une analyse comparée statistique des crimes selon le genre, d’une part, et une étude de la gestion de la maternité par l’administration pénitentiaire, d’autre part.

14Les autres contributions proviennent de chercheuses d’autres universités, pays et disciplines. Andrea McKenzie, alors professeure invitée à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, enseigne au département d’Histoire de l’Université de Victoria, Canada. Elle est spécialiste de l’histoire sociale et culturelle du Droit, du crime et des exécutions dans l’Angleterre des xviie et xviiie siècles. Elle livre ici une recherche en cours sur les hommes et les femmes pris dans les rets de la cour de Old Bailey (Londres) dont les procès-verbaux d’audience sont numérisés. Veerle Massin est chargée de recherche à l’Université catholique de Louvain. Après avoir réalisé sa thèse de doctorat intitulée Protéger ou exclure ? L'enfermement des ‘filles perdues’ de la Protection de l'enfance à Bruges (1922-1965) en 2011, elle s’intéresse à présent à l’enfermement psychiatrique en Belgique, dont elle donne ici un aperçu à partir du dispensaire d’hygiène mentale de Louvain dans l’entre-deux-guerres. Corinne Rostaing est sociologue, agrégée de sciences sociales, maîtresse de conférences HDR à l’université Lyon 2 et membre du Centre Max-Weber (CNRS). Ses recherches portent sur le monde carcéral, en particulier sur les violences et la religion. Pour ce dossier, elle se consacre aux différents procédés qui aboutissent à l’invisibilisation des femmes dans la littérature contemporaine sur les prisons.

15L’analyse genrée de la justice et de l’enfermement constitue le principal fil rouge de ce dossier. Pour mener une comparaison entre les hommes et les femmes, les contributrices ont constitué des corpus mixtes, ce qui n’est pas toujours aisé compte tenu de la forte dissymétrie des sources. Andrea McKenzie a dépouillé les procès-verbaux d’audience de Old Bailey (la cour principale de Londres), pour la période de 1674 à 1790, afin d’en extraire les homicides entre époux ou conjoints, soit 103 hommes et 25 femmes. Sandrine Pons construit ses statistiques sur les arrêts de la cour d’Assise de la Haute-Garonne entre 1811 et 1914, soit 7088 jugements dont 16 % concernant des femmes. Veerle Massin s’appuie sur le registre des consultations sur les « Maladies du cerveau », menées par le Dr D’Hollander et ses confrères à l’hôpital Saint Pierre de Louvain pour la période de 1924 à 1941, lequel rassemble près de 1200 noms, dont 40 % de femmes. Corinne Rostaing, sociologue, analyse la production scientifique contemporaine francophone et anglophone sur les prisons pour s’interroger sur la portion congrue et spécifique qu’y occupent les détenues. Du fait de la « valence différentielle des sexes », que les chercheurs partagent, les travaux sur les prisonniers ont une valeur universelle, tandis que ceux sur les femmes sont spécifiés féministes. En revanche, Anna Le Pennec base ses recherches sur les sources produites par les centrales du Sud-Ouest de la France dévolues aux seules femmes. Car pour pouvoir faire une histoire du genre, et donc lutter contre les représentations universalisantes des institutions masculines, encore faut-il déjà écrire l’histoire des femmes.

16Les hiérarchies ou normes de genre modèlent le droit, comme les qualifications pénales et la jurisprudence ou la perception des coupables et victimes, y compris par les chercheur.e.s. Il est bien connu par exemple que l’adultère ne constitue un délit que pour les femmes mariées, ou que le mariage prive en droit les femmes de leur capacité juridique. Dans l’Angleterre moderne, le meurtre de l’épouse par l’époux représente un homicide, mais l’inverse constitue un « petty treason » (basse trahison), c’est-à-dire un homicide aggravé par la transgression d’une hiérarchie naturelle, rappelle Andrea McKenzie. Inversement, dans la Haute-Garonne du xixe siècle, le viol est un crime (non défini dans le code pénal de 1810) uniquement commis par des hommes affirme Sandrine Pons. En effet, les représentations qui font du viol un coït forcé et violent sur des victimes chastes semblent interdire de qualifier comme tel d’autres actes de pénétration commis par des femmes sur des adultes ou des enfants des deux sexes. Mais, rappelle-t-elle, des femmes sont jugées pour viol dans d’autres juridictions.

17D’une manière générale, les femmes représentent une minorité des jugements de criminel.le.s ou de la population carcérale. 24 % des jugé.e.s pour homicide conjugal par la cour de Old Bailey ; 16 % des inculpé.e.s par la cours d’Assise de la Haute-Garonne du xixe siècle, moins de 4 % des prisonniers d’aujourd’hui. Les proportions vont d’ailleurs en déclinant depuis l’époque moderne, soit du fait de la correctionnalisation de certains crimes (la réforme de 1863 en France fait basculer la plupart des vols dans la catégorie des délits, celle de 1923 correctionnalise l’avortement), soit du fait d’un taux d’acquittement des femmes supérieur à celui des hommes, soit du fait d’une gestion infrajudiciaire des actes délictueux des femmes. Andrea McKenzie remarque ainsi un tournant « Richardsonien » en 1740 (du nom de l’auteur du premier roman sentimental sorti cette même année). Pour le dire vite, le modèle dominant de la féminité serait passé de « l’image diabolique de la femme dangereusement fourbe, sexuellement vorace et prédatrice » à celle de la femme faible, douce et maternelle du siècle suivant. De fait, elle note qu’après cette date la clémence judiciaire envers les femmes se manifeste : la majorité des femmes accusées du meurtre de leur conjoint sont soit graciées, soit acquittées, soit inculpées d’accusations réduites, la proportion ne changeant pas pour les hommes accusés. Sandrine Pons remarque que les Assises de Haute-Garonne acquittent 41 % des femmes, contre 32 % des hommes au xixe siècle. Corinne Rostaing, citant une tradition qui va d’Émile Durkheim à Otto Pollack, souligne le rôle protecteur que les hommes s’arrogent vis-à-vis des femmes tout au long de la chaîne pénale (victimes, policiers, juges, magistrats).

18Mais, comme le remarque Sandrine Pons, les écarts statistiques ne sont pas seulement liés aux différences du traitement policier et judiciaire mais aux rapports sociaux de sexe plus généralement. C’est particulièrement net pour le cas des vols, crime le plus important pour les deux sexes jusqu’en 1863. La segmentation du travail explique en grande partie la nature de l’infraction et celle du coupable : les vols sont commis majoritairement par des domestiques pour les femmes et par des artisans commerçants pour les hommes. Elle remarque également que statistiquement les femmes sont presque autant meurtrières que les hommes puisqu’elles commettent la majorité des homicides, en l’occurrence des infanticides. Mais la criminologie, comme l’historiographie, ont pourtant associé le meurtre à la virilité, comme si les infanticides n’étaient pas vraiment des meurtres. Il y a là une « figure de l’invisibilisation » de la criminalité des femmes, pour reprendre l’expression de Corinne Rostaing, en l’espèce une « spécification », le cas des femmes étant traité à part du cas général, masculin.

19Si la perception de la violence des femmes évolue considérablement, c’est le cas aussi de leur éventuelle folie. Andrea McKenzie ne trouve aucun acquittement de femme pour raison mentale avant 1740 mais plusieurs par la suite. Car les hiérarchies et normes de genre ne sont pas moins influentes sur la médecine mentale, ses diagnostics, ses cures ou les relations qu’entretiennent les malades ou leur entourage avec les psychiatres. Après « l’âge d’or de l’aliénisme » (sous-titre d’un ouvrage de Robert Castel) la critique asilaire et le mouvement d’hygiène mentale ont poussé à la création de consultations psychiatriques si possible gratuites en milieu ouvert. Lors de ses recherches en archives, Veerle Massin a trouvé le registre des consultations psychiatriques de l’hôpital de Louvain dans l’entre-deux-guerres contenant les notes prises par les psychiatres sur de nombreux consultant.e.s. Contrairement à ce qui s’observe dans le champ judiciaire, les femmes et les filles (moins de 21 ans), qui représentent 39 % des personnes venant consulter, se voient plus volontiers conseiller un internement psychiatrique (22 %, en majorité des adultes) que les hommes et les garçons (12,5 %, en majorité des mineurs). Comprendre une telle disparité n’est pas aisé, compte tenu de la grande variété des symptômes évoqués. La mélancolie ou dépression concerne très majoritairement des femmes mais aussi un tiers des hommes ; les cas de violence et de mauvais caractères touchent surtout les garçons, mais les filles ne sont pas rares ; les bizarres, les délirants et les hallucinés ne sont jamais des enfants et sont surtout des femmes. Il faut donc remarquer que si les femmes sont moins criminalisées que les hommes, elles sont davantage pathologisées.

20Aujourd’hui, c’est bien la neutralité et l’égalité de genre qui s’expriment dans le droit du nouveau code pénal ou dans la loi pénitentiaire de 2009. Corinne Rostaing note deux exceptions pour les prisons : les quartiers dits « de nourrices » dans les prisons de femmes et la mixité du personnel pénitentiaire pour les prisons d’hommes, tandis que la non-mixité reste la règle pour les prisons de femmes. Les deux sont clairement discriminatoires, car pourquoi autoriser des mères à garder leur enfant de moins de 18 mois avec elles et non les pères ? Pourquoi autoriser les gardiennes auprès des prisonniers et non des gardiens auprès des prisonnières ? Une double naturalisation est ainsi à l’œuvre : des femmes mères et faibles d’un côté et des hommes potentiellement prédateurs sexuels de l’autre.

21Anna Le Pennec vient opportunément historiciser la première. Car la maternité en prison a reçu des réponses pénitentiaires variables au cours du xixe siècle. Dans une circulaire de 1819, il est clairement spécifié que les mères condamnées à de longues peines (plus d’un an) doivent aller en Centrale sans leurs enfants, ceux-ci devant être confiés après sevrage à des parents ou à l’hospice des enfants trouvés. Pourtant, des femmes sont amenées avec un enfant en bas âge par des gendarmes qui n’ont pu les séparer ou trouver un parent pour s’en charger. Ces enfants sont alors clairement perçus comme une source d’embarras pour l’administration pénitentiaire, mais aussi comme une charge financière pour l’inspecteur départemental des établissements de bienfaisance qui souhaite rappeler les pères à leurs devoirs. Une nouvelle circulaire de 1861 précise que les mères détenues doivent rester en prison départementale jusqu’aux 3 ans de leur enfant. Mais l’administration pénitentiaire s’emploie souvent à faire de la maternité et de l’allaitement des instruments disciplinaires de privation ou de récompense. Il faut dire que les qualités maternelles de ces femmes majoritairement condamnées pour infanticide, avortement ou abandon d’enfant sont régulièrement mises en question. La nouvelle version de la circulaire de 1883 allonge le délai de garde aux 4 ans de l’enfant. On le voit, l’attribution du soin de l’enfant en bas âge à la seule mère, y compris potentiellement « mauvaise », est le fruit d’une histoire.

22Moins prononcé que l’analyse de genre, l’agency des femmes et des hommes constitue un autre fil rouge de ce dossier. Bien qu’étroites et ambiguës, des marges de manœuvre existent aussi pour les femmes soumises au double joug du patriarcat et de la justice et elles savent s’en saisir à leur avantage. Andrea McKenzie montre ainsi comment les femmes accusées de meurtre conjugal doivent louvoyer entre deux pièges : se présenter comme les victimes d’hommes violents risque de renforcer la suspicion de la préméditation de leur geste, mais mettre l’accent sur un accès brutal de colère va à l’encontre du modèle de la femme soumise à son mari. La meilleure défense est encore la réputation, attestée par le voisinage, d’être bonne mère et bonne épouse. Pour les hommes, la sanction semble être surtout fonction de l’arme du crime. Si la violence ordinaire (coups de poing et de pieds) est tolérée, la violence extrême (hache, scie, couteau, armes à feu) l’est moins. Le rejet de la maternité n’est pas rare du côté des détenues ; selon Anna Le Pennec, certaines tentent d’avorter, d’autres ne répondent plus aux lettres qu’elles reçoivent. Mais d’autres, au contraire, mettent en avant cette fonction que la société leur reconnaît pour obtenir des aménagements ou réductions de peine ou, plus simplement, construire un milieu affectif. Parfois c’est le père, débordé, qui supplie qu’on lui rende la mère de ses enfants, parfois, la communauté villageoise s’organise pour prendre en charge, en une sorte de maternité sociale, la famille laissée par la détenue. Veerle Massin rencontre plusieurs femmes venant consulter en psychiatrie afin de tenter de faire interner un mari violent ou de prévenir les menaces d’internement de celui-ci à leur encontre. D’autres, femmes ou hommes, tentent d’obtenir la sortie de leur enfant ou conjoint.e placé.e.s et souffrant.e.s. Corinne Rostaing a mis en avant dans ses travaux précédents deux formes idéaltypiques de résistance des femmes à l’incarcération : le refus ou la participation ; dans les deux cas, le séjour en prison peut donner lieu à une reprise en main de leur destin. Toutes remarquent que les femmes et les hommes présent.e.s dans les sources judiciaires, pénitentiaires ou médicales ne peuvent être séparé.e.s d’institutions plus larges : liens conjugaux et parentaux, communautés villageoise ou de quartier, institutions intermédiaires.

23Enfin, et bien que ce ne soit pas le cœur de ce dossier, toutes les auteures notent la domination de classe qui s’exerce à travers la justice et la peine, dont les justicié.e.s et détenu.e.s appartiennent de manière écrasante aux classes populaires. Andrea McKenzie souligne que la majorité des affaires concerne des couples des basses couches sociales pour lesquels juges, procureurs, avocats et journalistes ont fort peu de considération. Dans les nombreuses citations qui émaillent le texte d’Anna Le Pennec, la graphie phonétique des détenues contraste avec l’écriture élégante des médecins, inspecteurs et directeurs de prison. Si les accusé.e.s présenté.e.s à la cour d’Assise de Toulouse au xixe siècle proviennent à plus de 95 % des classes populaires, c’est encore plus vrai pour les femmes que pour les hommes, observe Sandrine Pons, du fait du peu d’opportunités professionnelles qui leur sont ouvertes et de la moindre vulnérabilité des femmes bourgeoises.

24L’analyse de la fabrique de genre qu’opèrent les institutions judiciaire, pénitentiaire et psychiatrique doit se poursuivre. Parmi les nombreuses pistes possibles, notons celles que les auteures de ce dossier s’assignent. Veerle Massin entend poursuivre l’étude sociale et culturelle des troubles mentaux de l’entre-deux-guerres. Dépassant la froide analyse statistique, Sandrine Pons explore les dossiers d’instruction bien plus riches de détail et de vocabulaire que les arrêts. C’est un des enjeux de la thèse d’Anna Le Pennec que de voir à l’échelle du xixe siècle comment se sont opérées la substitution d’un personnel pénitentiaire masculin par un personnel féminin religieux, puis la substitution de ce dernier par un corps professionnel féminin et laïque. Corinne Rostaing estime d’ailleurs que les effets que produisent les espaces monosexués des prisons de femmes, mais hétérosexués des prisons d’hommes, n’ont pas encore assez retenu l’attention.

Haut de page

Notes

1 Joséphine Mallet, Les femmes en prison ; causes de leurs chutes, moyens de les relever, 2édition, Paris, Moulins, 1843.

2 Cesare Lombroso, La femme criminelle et la prostituée, Paris, Félix Alcan, 1896.

3 Martine Kaluszynski, « La femme (criminelle) sous le regard du savant au xixe siècle », in Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des Femmes, Paris, La Découverte, 2012, p. 286-299.

4 Pauline Tarnowsky, Les femmes homicides, Paris, Félix Alcan, 1908.

5 Jean-Claude Farcy, L'Histoire de la justice française de la Révolution à nos jours : trois décennies de recherches, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

6 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

7 Actes du colloque de Saint-Maximin, Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984.

8 Coline Cardi, Geneviève Pruvost, « La violence des femmes : un champ de recherche en plein essor », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VIII | 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/8102 ; DOI : 10.4000/champpenal.8102.

9 Claudie Lesselier, « Les femmes et la prison 1815-1939 », thèse de 3e cycle en Histoire, Paris 7, dact., 1982.

10 Yannick Ripa, La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au xixe siècle, 1986, Paris, Aubier.

11 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990.

12 Constats que relève Michelle Perrot dans l’ouverture des actes du colloque d’Angers tenu en 2001 : Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dirs.), Femmes et justice pénale, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002.

13 Joelle Guillais, La chair de l’autre. Le crime passionnel au xixe siècle, Paris, O. Orban, 1986.

14 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Le Seuil, 1989 ; Arlette Farge, Michel Foucault, Le désordre des familles, Gallimard, Paris, 2014.

15 Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

16 Cécile Dauphin, Arlette Farge (dirs.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997, p. 11.

17 Robert Cario, Les femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997.

18 Coline Cardi, Les déviances des femmes. Délinquantes et mauvaises mères : entre prison, justice et travail social, thèse de doctorat sous la direction de Numa Murard, Université Paris VI, 2008.

19 Colette Parent, Féminisme et criminologie, Bruxelles, De Boeck Université, 1998.

20 Odile Krakovitch, Les femmes bagnardes, Paris, O. Orban, 1990.

21 Béatrice Koeppel, « Femmes en prison sous la Troisième République », Sociétés & représentations, n° 3, 1996, p. 198-204.

22 Françoise Tétard, Claire Dumas, Filles de Justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (xixe-xxe siècles), Paris, Beauchesne-Enpjj, 2009.

23 Philippe Artières, Lettres perdues. Écritures et enfermement (xixe-xxe siècles), Paris, Hachette-Littérature, 2003.

24 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticide en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR, 2001.

25 Sylvie Frigon, L’homicide conjugal au féminin d’hier à aujourd’hui, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2003.

26 Sylvie Lapalus, La mort du vieux, une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, Tallandier, 2004 ; Fabienne Giuliani, Enquête sur les relations incestueuses dans la France du xixsiècle, thèse de doctorat sous la direction de Dominique Kalifa, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

27 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dirs.), Femmes et justice pénale, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002.

28 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (xixe -xxe siècles), Rennes, PUR, 2009.

29 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables (…), op. cit, p. 12.

30 Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dirs.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, coll. « Sciences humaines ».

31 Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel, Myriam Tsikounas (dirs.), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

32 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Sonia, Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, PUR, 2015.

33 Corinne Rostaing, La relation carcérale - Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF, 1997.

34 Monique Hamelin, Femmes et Prison, Montreal, Éditions du Méridien, 1989.

35 Claude Faugeron, Dominique Poggi, « Les femmes, les infractions, la justice pénale : une analyse d’attitudes », Revue de l’Institut de Sociologie, 1975, n° 3-4, p. 369-385.

36 https://criminocorpus.org/fr/outils/bibliographie/consultation/

37 Christian Carlier, Histoire du personnel des prisons françaises du xviiie siècle à nos jours, Paris, Éditions ouvrières, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Chaperon, Anna Le Pennec et Sandrine Pons, « Introduction au dossier « Genre, crime et châtiment » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4418

Haut de page

Auteurs

Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon, professeur d'histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA
sylvie.chaperon@free.fr

Articles du même auteur

Anna Le Pennec

Anna Le Pennec, doctorante en histoire sous la direction de Sylvie Chaperon, à l'Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA. Intitulé de la thèse en cours : « Les femmes en prison au xixe siècle dans le Sud-Ouest de la France »
annalepennec@gmail.com

Articles du même auteur

Sandrine Pons

Sandrine Pons, certifiée d’histoire-géographie, doctorante à l’université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA. Sujet de thèse : « Codes de loi, codes du genre : hommes et femmes devant la cour d’assises de la Haute-Garonne dans la seconde moitié du xixe siècle » Sandrine.Pons@ac-toulouse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals