Navigation – Plan du site
Dossier : Genre, crime et châtiment

Hommes et femmes devant le psychiatre : hygiène mentale et placement asilaire (Belgique, entre-deux-guerres)

Men and Women Before the Psychiatrist: Mental Hygiene and Institutionalization in Mental Hospitals (Belgium, Inter-War Period)
Hombres y mujeres delante del psiquiatra: higiene mental e internamiento en manicomio (Bélgica, entre guerras)
Veerle Massin

Résumés

Le présent article a pour objectif de s’interroger sur les causes de placement en institution psychiatrique fermée, dans la Belgique de l’entre-deux-guerres. Plutôt que de partir des archives produites par ces institutions, nous nous intéressons à la consultation d’hygiène mentale, où le psychiatre rencontre des hommes, des femmes, des filles et des garçons. Ces consultations, mises en place dans les années 1920, débouchent dans certains cas sur une hospitalisation en milieu psychiatrique fermé. Pourquoi ? Nous profitons ici de l’occasion unique de pouvoir étudier la pratique d’un même médecin dans un même lieu, à l’égard des deux sexes, pour tenter de mieux comprendre ce que représente le placement en psychiatrie à une période où la psychiatrie étend ses compétences en dehors du modèle asilaire classique. Qu’est-ce qui pousse ces hommes et ces femmes à consulter un psychiatre ? Quels sont les éléments retenus par le médecin pour conseiller ou favoriser un placement ? Quelle est la place des malades et de leurs proches dans cette procédure : ont-ils la possibilité de s’exprimer quant à leur volonté d’être ou de ne pas être placés ? Il s’agit ici d’un article préliminaire à une étude plus vaste dont l’intérêt est de dresser des tendances indispensables à la compréhension de l’ensemble.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 John Ward, Le mouvement américain pour l’hygiène mentale, 1900-1930, L’Harmattan, Paris, 2011 ; Isa (...)

1Le point de départ de la recherche ici présentée a été de réfléchir aux circonstances sociales qui mènent certaines personnes (hommes, femmes, enfants) jusqu’à l’institution psychiatrique fermée, dans la Belgique de l’entre-deux-guerres. L’idée était de trouver des sources complémentaires à celles produites directement par le milieu asilaire, afin d’éclairer les trajectoires et les expériences individuelles, pour mieux comprendre ce qu’il se passait avant l’institutionnalisation. Pour mieux connaître l’intervention médicale et psychiatrique dans un cadre global de régulation sociale, comprise comme mesure de sûreté (vis-à-vis de l’État et de la société), de protection mais aussi de soin (vis-à-vis des personnes placées ou de leurs proches), je me suis tournée vers les pratiques d’hygiène mentale tenues en dispensaire. Les années 1920 et 1930 voient émerger des mesures concrètes d’application des principes d’hygiène mentale, dont les objectifs sont de détecter et prévenir la « maladie mentale » par une action élargie, tenue en dehors du cadre de l’institution psychiatrique classique – ce mouvement s’observe alors globalement en Europe occidentale et en Amérique du Nord1. En Belgique, des consultations gratuites en psychiatrie sont ouvertes dans des institutions hospitalières généralistes. Ces consultations restent rares à cette période et témoignent de la mise en place progressive d’une pratique élargie de la psychiatrie et du soin à l’égard d’une population plus importante que celle qui est strictement hospitalisée en établissement fermé.

  • 2 Archives de l’Université de Louvain (AUL), Registre médical de l’hôpital Saint-Pierre de Louvain (R (...)
  • 3 Fernand D’Hollander (1878-1952) est en 1905 médecin de section à la colonie de Gheel, en 1908 médec (...)

2Cette recherche est aussi le résultat d’une rencontre archivistique inattendue, qui m’a fait croiser la route d’un registre tenu par le Dr D’Hollander (psychiatre) et son équipe, entre 1924 et 1941, à l’hôpital civil de Louvain2. Le Dr D’Hollander est alors actif dans le réseau des médecins psychiatres, anthropologues, aliénistes, cherchant à valoriser la pratique psychiatrique et l’expertise tant au niveau des institutions de soin et/ou d’enfermement tenues par l’État (prisons, institutions pour jeunes délinquants,…) qu’au niveau des pratiques privées, notamment hospitalières. Via sa nouvelle fonction au dispensaire d’hygiène mentale, il diversifie considérablement son champ d’action qui jusque là était surtout cantonné aux institutions fermées, destinées à des populations lourdement marginalisées3 : son public s’élargit, tant du point de vue des profils que des causes d’intervention. Toutefois, aucune précision ne pouvait être donnée sur ce sujet jusqu’à présent puisque ces consultations n’ont jamais été étudiées en Belgique – et n’ont pas non plus fait l’objet de nombreux travaux à l’international.

3Il s’agit donc ici d’établir à grands traits, dans une démarche qui reste préliminaire, les lignes directrices d’une pratique d’hygiène mentale naissante pouvant donner lieu à une institutionnalisation en milieu fermé. Mon but dans ce pan de ma recherche est donc de mieux comprendre comment certaines personnes se retrouvent devant un psychiatre dans le cadre d’une consultation gratuite, pourquoi elles s’y sont présentées ou y ont été présentées, et comment le médecin, psychiatre et hygiéniste, répond à la démarche par une demande d’internement en milieu fermé, via la procédure belge de « collocation » qui désigne la procédure de placement d’office (rédaction d’un certificat médical témoignant d’une aliénation, présenté aux autorités communales, et permettant le placement en milieu psychiatrique fermé, pour une durée indéterminée).

  • 4 Phyllis Chesler, Women and Madness, New York, Avon Books, 1972 ; Yannick Ripa, La ronde des folles. (...)
  • 5 André Cellard, Marie-Claude Thifault, « Sur quelques visages de la folie à Saint-Jean de Dieu au to (...)
  • 6 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Réalités et perspectives de la médicalisation de la folie dans la (...)

4Dans le cadre du dossier présenté par les directrices de ce numéro, relatif aux questions d’enfermement et de genre, la démarche est pertinente : l’une des richesses de la consultation de psychiatrie étudiée est qu’elle permet l’étude de pratiques d’un même médecin, dans un même lieu, à l’égard d’hommes et de femmes, de filles et de garçons, aux profils variés – dans un contexte où les institutions psychiatriques fermées sont tenues légalement de séparer les malades en fonction du sexe. Il s’agit d’une occasion unique de pouvoir confronter les trajectoires, comparer les profils, comprendre ce qui est général, dans la pratique médicale, à l’égard des hommes et des femmes, et ce qui peut être particulier, vis-à-vis de l’un ou de l’autre. Du point de vue des études de genre, l’objectif est aussi de réinterroger une historiographie qui a associé le placement des femmes à des situations abusives, en termes sociaux et familiaux4. Certains travaux récents ont remis en cause certains de ces acquis, mais le manque d’études locales, sur base de la pratique, ne permettent pas encore de se positionner de manière nuancée sur la question5. La présente recherche s’inscrit donc dans la volonté de procéder à des études qualitatives, relatives aux pratiques de soin en psychiatrie dans l’entre-deux-guerres, pour mieux saisir comment s’organise l’internement, comment il s’explique et quels sont les liens entre discipline médicale et société6.

1. La consultation d’hygiène mentale

  • 7 En France, les services ambulatoires en psychiatrie font leur apparition dans les années 1970. Au Q (...)
  • 8 Benoît Majerus, op. cit., p. 257.
  • 9 Nicolas Henckes, Le nouveau monde de la psychiatrie française. Les psychiatres, l’État et la réform (...)
  • 10 Sur ce sujet, voir aussi : Hervé Guillemain, « Les frontières de la psychiatrie aujourd’hui », Herv (...)

5Dans l’entre-deux-guerres, la psychiatrie reste essentiellement cantonnée dans l’espace dit asilaire7, ou en tout cas dans des espaces fermés d’accueil de populations institutionnalisées (hôpitaux psychiatriques mais aussi prisons, institutions d’hébergement pour enfants dits délinquants ou « anormaux »,…). Pour cette période, la prise en charge extrahospitalière des malades mentaux, si elle existe, est mal connue8. Des services dits « ouverts » qui impliquent une hospitalisation sans contrainte légale sont peu à peu créés et reconnus – mais ce mouvement ne concerne que quelques hôpitaux précurseurs dans l’entre-deux-guerres et se généralise seulement à la fin des années 19409. Les dispensaires d’hygiène mentale mis en place en Belgique en dehors de ces espaces fermés dès les années 1920 répondent à l’objectif d’extension de la prise en charge psychiatrique10 : les notions de dépistage et de tri deviennent essentielles. Avec l’action de propagande et d’action sanitaire des dispensaires, l’État souhaite, par l’intermédiaire des médecins, cibler les populations dites « à risque », afin de pouvoir intervenir d’une manière préventive, au cœur de la société et des familles. L’hospitalisation (ou collocation) en milieu fermé n’est pas le premier objectif des dispensaires d’hygiène mentale, mais la pratique qui y est organisée permet aux médecins de mettre au jour des situations médicales ou sociales pour lesquelles un internement en milieu fermé est jugé utile. Ainsi, si les dispensaires d’hygiène mentale témoignent de la mise en place de solutions alternatives à l’enfermement asilaire au sens strict, ils restent un important pourvoyeur pour les institutions psychiatriques fermées à cette période. Dans ce cadre, l’étude du registre de consultation gratuite de l’hôpital de Louvain est importante.

6La Ligue belge d’hygiène mentale, créée en 1922, exprime jusque 1945 sa volonté de faire admettre à la population que celle-ci peut consulter, pour se faire soigner. Par le biais de la ligue et des dispensaires qu’elle met en place, les psychiatres se donnent la possibilité d’exercer leur pratique médicale à l’égard de populations autres que les seuls incurables enfermés. Ils modifient leur statut d’expert et démontrent qu’ils peuvent influencer tout un chacun au sein de la société belge – même si certains publics sont bien entendus ciblés plus que d’autres, particulièrement au sein des populations vulnérables économiquement, socialement et médicalement. Les prostituées, les enfants dits « débiles », les alcooliques, les vénérien(nes), les tuberculeux, les épileptiques sont ceux qui sont d’abord visés – si l’on s’en tient à la littérature scientifique d’hygiène mentale à cette période.

  • 11 AUL, RMHSPL, Carte de visite insérée au registre.

7Dans ce contexte, certains malades vont se présenter, dès 1924, au dispensaire d’hygiène mentale de Louvain nouvellement créé et tenu par le Dr D’Hollander. Toute personne (homme, femme, enfant, seul ou accompagné) peut se présenter à la consultation gratuite des « maladies du cerveau », chaque jeudi, sans rendez-vous11. Le registre de consultation conservé pour la période 1924-1941 est formaté : chaque double page comprend plusieurs cases pouvant accueillir les remarques du médecin (ou de son assistant.e) relativement aux consultations menées. Une case concerne un seul malade, mais peut être mobilisées lors de plusieurs consultations, si la place est suffisante. Si les visites se multiplient pour un même patient, le médecin utilisera alors de nouvelles cases pour ce patient, plus loin dans le registre. Au cours de la période étudiée, les notes prises par le(s) psychiatre(s) au cours des consultations sont de plus en plus importantes. À la fin des années 1930, il n’est pas rare que le médecin mobilise une page entière (négligeant les cases imprimées) pour un malade qui se présente. Comme le texte est libre (le médecin ne répond pas à un formulaire et s’exprime par phrases) le contenu peut varier énormément d’une consultation à l’autre et est en réalité très riche, même si le style est concis. Dans le compte rendu de ces consultations, nous trouvons des données identitaires (qui restent limitées puisque le nom et le sexe ne sont pas toujours précisés, au contraire de l’âge et du lieu de domicile), des informations sur la situation de famille, des précisions sur le déroulé de la consultation (le patient est-il venu seul ou accompagné ?), sur ce qui a provoqué une consultation en psychiatrie (qui se plaint du malade ou de quoi se plaint-il lui-même ? Est-il envoyé par quelqu’un ou vient-il de son propre chef ?), sur le contenu de la conversation tenue lors de la consultation, sur les éventuels examens médicaux ou mentaux effectués pendant la consultation, sur le diagnostic qui est tiré de tous les éléments rassemblés, sur les propositions, remarques ou décisions prises par le médecin au terme de la rencontre (qui peuvent éventuellement consister en conseils divers, médication ou proposition de placement).

  • 12 Michel Van de Kerchove, Le juge et le psychiatre. Évolution de leurs pouvoirs respectifs, Bruxelles (...)

8Ainsi, le registre de consultation d’hygiène mentale est une source indirecte pertinente et intéressante pour comprendre quels sont les facteurs sociaux, familiaux et médicaux qui ont pu pousser au placement en institution. L’intérêt de la source est aussi de permettre une comparaison entre les situations qui ne débouchent pas sur un placement et celles qui aboutissent à un internement. Elle permet de porter un regard sur différents types d’institutionnalisation et pas seulement sur celles qui relèvent d’une collocation. Suivant la législation belge sur le régime des aliénés (1850/1873), la collocation désigne les placements psychiatriques de type « non volontaire » : toute personne intéressée (c’est-à-dire, n’importe qui, à l’exclusion des médecins relevant des futures institutions d’accueil) peut demander à un médecin d’intervenir en réalisant, s’il l’estime nécessaire, un certificat attestant d’une aliénation mentale. Pour que la procédure aboutisse, le certificat doit être remis aux autorités communales (collège échevinal ou bourgmestre) qui, en ratifiant la demande accompagnée du certificat, peuvent concrétiser la mesure de collocation12. Si pour la période étudiée, la collocation s’impose encore légalement pour permettre une institutionnalisation en hôpital psychiatrique, d’autres types de placement existent sous d’autres régimes, comme par exemple les placements en hospices ou en institutions pour enfants ou jeunes qui eux, ne nécessitent pas que la mesure de collocation soit prononcée. D’un point de vue juridique, la collocation présente un fort objectif de protection sociale, où les intérêts de l’État et de la communauté sont privilégiés face à ceux des malades.

2. Populations et placement

  • 13 Certaines références à des numéros ultérieurs non-compris dans le registre (1450, par exemple) témo (...)
  • 14 Un seul individu peut être concerné par plusieurs notices. Le médecin se trompe parfois en indiquan (...)
  • 15 Nous avons identifié 465 femmes ou filles. Il y a quelques individus dont le sexe n’a pu être ident (...)

9Les personnes qui se présentent à la consultation gratuite en « maladies du cerveau » de l’hôpital de Louvain ont des profils divers en termes d’âge, d’identité socioprofessionnelle, de sexe, et en fonction des raisons, médicales ou familiales, qui les amènent à la consultation. Si 125113 entrées (cases numérotées) sont indiquées au registre, celles-ci concernent en réalité 1162 individus distincts14. Le médecin reçoit plus d’hommes ou de garçons : seules près de 40 % des malades sont des femmes ou des filles15. Pour savoir quelles étaient les personnes placées suite aux consultations d’hygiène mentale, l’ensemble des 1251 entrées du registre ont du être examinées dans leur entièreté. Les résultats ont montré une ambiguïté intéressante : bien souvent, les notices se clôturent de manière peu explicite. Le placement est évoqué, mais rien ne permet de confirmer qu’il a bien eu lieu ; des certificats sont rédigés, mais il n’est pas certain qu’ils l’aient été dans un objectif de placement ; le médecin inscrit le nom d’une institution, sans que nous ayons confirmation que le malade ait pu y être envoyé. C’est alors à l’historien de découvrir quelles sont les habitudes et pratiques du médecin relativement au placement, pour pouvoir déterminer si une personne a, oui ou non, été placée.

  • 16 Le choix n’est pas arbitraire et se rapporte à la majorité légale mais aussi à la pratique du médec (...)

10Face à cette situation, j’ai choisi de retenir toutes les notices où le psychiatre envisageait un placement, c’est-à-dire toutes celles où il est permis de conclure que le médecin estime qu’il serait bon que la personne examinée soit placée en institution psychiatrique fermée. Ainsi, pour les 1162 individus inscrits au registre, le placement est envisagé pour 191 personnes. Parmi celles-ci, 88 sont des hommes (ou des garçons), et 102 sont des femmes (ou des filles). À proportions égales, le médecin envisagerait donc plus facilement de placer les femmes qui se présentent à sa consultation, puisque seuls 12,5 % des hommes (qui représentent 61 % du total des patients) sont considérés comme devant être placés, alors que 22 % des femmes rencontrées, c’est-à-dire une sur cinq, sont concernées par le placement – partant des notices. Ce constat doit cependant être nuancé par une autre approche tenant compte de l’âge des patients. En effet, si nous isolons tous les patients âgés de moins de 21 ans (et alors considérés comme mineurs d’âge16) des autres, nous constatons que ce rapport de genre se déplace. Sur les 88 individus de sexe masculin pour lesquels un placement est envisagé par le médecin, 54 (60 %) sont âgés de moins de 21 ans, alors que sur les 102 personnes de sexe féminin identifiées, 37 seulement (36 %) sont des mineures d’âge. Ainsi, les hommes sont plus nombreux à se présenter à la consultation d’hygiène mentale, mais les femmes sont plus facilement concernées par le placement, sauf dans le cas des enfants où le placement est plus facilement envisagé pour les garçons que pour les filles.

  • 17 AUL, RMHSPL, n° 652, n° 694.
  • 18 AUL, RMHSPL, n° 218, 514, 844, 836.

11La manière dont le médecin parle des modes ou des éventualités de placement est éclairante sur les pratiques, du point de vue de la procédure mais aussi du rôle du médecin psychiatre hygiéniste et de ses relations avec ses confrères, les malades et leurs familles. Sur les 191 cas où une volonté de placement a été émise, nous n’en avons découvert qu’une douzaine pour lesquels une collocation ou un internement est clairement énoncée et souhaitée par le médecin. Ceux-ci concernent aussi bien des hommes que des femmes, dont deux enfants : « Délivré ce jour certificat de collocation » ; « Délivré certificat pour placer l'enfant à l'Institut médico-pédagogique St. Benoit à Lokeren »17. Dans la majorité des notices où un placement est envisagé, le médecin psychiatre se positionne autrement : il estime le placement nécessaire mais est moins catégorique ; il paraît ne pas se considérer comme celui qui doit prendre la décision finale. Le placement est alors le plus souvent conseillé ou proposé : « Placement », « À placer », « le malade devrait être placé » ; « conseiller colloc. », « À conseiller placement à Dave, moyennant certificat de collocation », « conseille au Dr Declerck Lovenjoul », « Envoyé une lettre au mari pour lui conseiller le placement de sa femme dans un institut pour nerveux »18. La lecture de toutes ces notices suggère que le placement est conseillé soit à d’autres médecins (de famille ou spécialistes) qui seraient donc à l’origine de la consultation psychiatrique au dispensaire, soit à des membres de la famille qui peuvent alors consulter leur médecin de famille – à moins qu’ils aient la possibilité de placer directement dans des institutions, en dehors du cadre de la collocation.

12Enfin, quelques cas particuliers sont à épingler, par exemple lorsque le médecin écrit directement aux autorités pour que celles-ci prennent la décision d’une collocation dans l’intérêt de la sûreté publique. L’exemple suivant montre que la décision de collocation est probablement le résultat d’une visite d’un membre de la famille, inquiet du comportement d’un malade qui est pourtant venu à plusieurs reprises visiter le Dr D’Hollander. Il montre aussi que le médecin de la consultation d’hygiène mentale ne prend pas son rôle et ses responsabilités à la légère :

  • 19 AUL, RMHSPL, n° 1089.

Monsieur le Bourgmestre, Nous soussignés Professeur d'Hollander et Jean Willems, à Louvain, estimons que le nommé C. Henri (…) constitue à raison de son état mental profondément troublé un danger public ainsi que pour sa femme et ses enfants. En conséquence nous estimons que ce malade doit être placé dans un asile d'aliénés fermé. Comme il ne se présente plus à notre consultation d'hôpital, nous ne pouvons pas nous-mêmes signer le certificat d'internement attendu qu'il y a plus de 15 jours que nous l'avons vu19.

13Ainsi, du point de vue de la décision de placement à prendre, le médecin psychiatre est à considérer comme un élément au sein d’une dynamique large impliquant des acteurs divers : malades, familles, institutions, autres médecins, autorités locales. Le psychiatre est un intermédiaire, considéré utile, même si d’un point de vue légal, il n’est pas indispensable au processus de placement. Le médecin psychiatre est un expert qui s’exprime sans difficulté sur la nécessité de placer : s’il l’estime nécessaire, il prononce une collocation, mais dans la majorité des cas, il laisse la décision finale aux personnes qui l’ont consulté pour avis. Le certificat de collocation sera en fin de compte, sur son conseil, rédigé par un médecin de famille ou par un autre spécialiste. La procédure n’est de toute façon pas terminée après la rédaction du certificat : celui-ci doit être présenté aux autorités, et celles-ci doivent le ratifier.

3. Hommes et femmes devant le psychiatre : des causes de placement

3a. Qui demande le placement ?

14Alors que la majorité des notices présentes dans le registre ne se terminent pas par la décision ou le conseil d’un placement, leur examen tend à suggérer que l’internement est envisagé notamment lorsqu’il est demandé par une personne (médecin, proche, malade lui-même) ou une institution qui souhaite un transfert en établissement psychiatrique. Cela ne signifie pas que le médecin psychiatre n’envisage jamais de lui-même de placer, comme nous l’avons vu plus haut. Cela signifie qu’il répond à une demande, exprimée lors de la consultation. L’analyse des mots utilisés par le médecin dans le cadre des placements suggère que certains patients se rendent seuls à la consultation, tandis que d’autres viennent avec des membres de leur famille : le plus souvent, les parents accompagnent les enfants, les adultes peuvent venir avec leur conjoint, avec des frères ou des sœurs, avec leur enfant. Certains membres du personnel d’institutions diverses (hospices, institutions d’accueil pour mineurs), eux aussi en demande d’une intervention, viennent avec le pensionnaire concerné. Certains établissements pour mineurs (tels que l’orphelinat du Champ Vert, à Louvain) adoptent une démarche différente puisqu’ils se présentent régulièrement avec une série d’enfants à la consultation afin que chacun d’entre eux soit examiné par le médecin. Un nombre non-négligeable de malades sont envoyés par un autre service de la clinique (majoritairement : service de médecine interne et service de neurologie) lorsque le comportement ou la situation médicale laisse entendre un problème de nature psychique. Enfin, nombre de patients sont envoyés par un médecin de famille et leur proportion tend à croître au cours de la période étudiée, ce qui sous-entend que la consultation du Dr D’Hollander tend à gagner en réputation au sein de la communauté médicale.

  • 20 AUL, RMHSPL, n° 672.
  • 21 AUL, RMHSPL, n° 563.
  • 22 AUL, RMHSPL, n° 382.
  • 23 AUL, RMHSPL, n° 627.

15Certaines familles viennent à la consultation pour faire placer un de leurs proches. La situation est parfois exprimée de manière explicite par le médecin : « Le père voudrait la faire placer parce qu'elle est incapable de travailler20 ». Dans d’autres cas, la demande de placement par la famille apparaît de manière indirecte : « Le mari de la malade écrit que celle-ci refuse de se nourrir et qu'il semble impossible de la garder chez elle21 ». Dans tous les cas, le médecin évalue la situation et se fait sa propre idée. Il ne refuse pas un placement si celui-ci lui paraît justifié, mais conseille parfois aux proches de prendre un second avis, notamment si le médecin de famille n’a pas encore été consulté. La prudence paraît donc de mise : « Le Dr Rouvroy à répondu d'aller causer au médecin et d'examiner l'éventualité d'un placement à l'asile de Mons22 ». La situation est quelque peu différente dans le cas des enfants qui présentent des troubles du développement ou du comportement, considérés comme aigus, notamment des situations d’épilepsie, de « débilité » ou « dégénérescence » mentales prononcées : le placement à la demande des familles est alors plus facilement envisagé. Enfin, il arrive que le médecin psychiatre refuse catégoriquement une demande de placement qui ne lui paraît pas légitime. C’est ce qui arrive pour la jeune Anna, amenée par un orphelinat qui souhaite la transférer en asile d’aliénés : « La directrice voudrait la placer à Duffel (asile) (…) Impossible de lui délivrer ce certificat !23 ».

  • 24 AUL, RMHSPL, n° 745, n° 862.
  • 25 AUL, RMHSPL, n° 306.

16La question des relations conjugales et de leurs liens avec les demandes de placement mérite une attention particulière. D’une manière générale, les hommes et les femmes qui se présentent à la consultation se plaignent régulièrement de leur conjoint, sans que cela paraisse être particulièrement pris en compte par le médecin : « Elle dit que son mari est mauvais, que c’est lui qui l’a rendue malade », « Sa femme est méchante mais cela va mieux »24. Les situations où un homme ou une femme demande l’internement de son conjoint de manière explicite sont très rares et en fin de compte, nous avons plutôt observé ce cas de figure chez des femmes, sans en découvrir chez les hommes : prises dans des situations de violence familiale difficiles à gérer, quelques épouses réclament le placement de leur mari, pour se protéger elles-mêmes et protéger le reste de leur famille : « Se plaint de violences de la part de son mari qu'elle veut faire interner25 ». Le médecin n’a pas toujours la possibilité de prononcer un placement mais n’hésite pas à intervenir si les craintes sont évoquées avec sérieux :

  • 26 AUL, RMHSPL, n° 621, voir aussi n° 1089.

Elle raconte que depuis 12 mois, son mari boit continuellement, il la menace de mort et a usé de violence envers elle ! (…) Conseillé de porter plainte au Procureur du Roi ; afin que des mesures soient prises26.

17Dans une démarche différente, deux femmes se présentent d’elles-mêmes à la consultation pour signaler que leur mari souhaite les faire placer. Elles veulent se protéger d’une mesure qui leur paraît injuste :

  • 27 AUL, RMHSPL, n° 254.

Vient parce que mari veut la déclarer folle pour se débarrasser d'elle. En instance de divorce depuis 7 semaines pour méconduite du mari. Le mari lui reproche toujours « tu es une anormale »27.

18Enfin, quelques cas ont été découverts où des maris, s’inquiétant de la situation de leur femme internée, viennent trouver le médecin psychiatre pour demander de les faire libérer :

  • 28 AUL, RMHSPL, n° 777, voir aussi n° 1105.

Elle est à Lovenjoul... Refuse de manger, pleure, ne s'explique pas. Le mari prend un congé illimité afin de pouvoir s'occuper de sa femme. Je demande une libération à l'essai28.

  • 29 AUL, RMHSPL, n° 1136.
  • 30 AUL, RMHSPL, n° 96.

19Enfin, il arrive que les « malades », hommes ou femmes, réclament eux-mêmes à être placés en asile d’aliénés : « Pleure beaucoup. Demande à pouvoir rentrer à Lovenjoul29 », « Demande son admission dans les hospices Remy »30. Ici aussi, le médecin tient compte de la demande des patients et ne s’y oppose pas nécessairement.

3b. Pourquoi un placement ?

20L’essentiel des notices rédigées par le médecin-psychiatre est consacré à la collection de « symptômes » : explications sur les raisons du « mal », éclaircissements sur les modes de vie, informations sur les antécédents familiaux. Pour les 191 personnes concernées par le placement au terme de la consultation, certaines causes récurrentes ont pu être identifiées : il s’agit alors de circonstances sociales et médicales qui ont d’abord justifié une consultation et qui ont ensuite conduit le médecin à envisager le placement, après discussion et examen. Le plus souvent, les notices entremêlent différentes expériences de vie, différents ressentis, plusieurs remarques concernant la situation somatique. Il est donc impossible de catégoriser, pour chaque individu concerné, « une cause » expliquant clairement le placement. J’ai donc choisi d’isoler l’ensemble des situations sociales ou médicales présentées comme justifiant le placement au sein des 191 notices, et distingué celles qui concernaient des hommes, des femmes, des filles ou des garçons. Il est rapidement apparu que certaines situations de vie apparaissaient avec récurrence (par exemple, les situations de mélancolie chez l’adulte, majoritairement chez les femmes ou le caractère difficile chez l’enfant, majoritairement chez les garçons), ou n’étaient évoquées que l’une ou l’autre fois (par exemple : la démence sénile chez l’adulte, la tendance au vol chez l’enfant, avec une certaine parité au niveau du genre). Dans ces « causes sociales » évoquées, certaines sont liées à des diagnostics médicaux précis, tels que paralysie générale, hérédosyphilis ou arriération mentale, qui ont aussi été isolés. À partir de cette liste, j’ai fait le choix de regrouper certains types de causes exprimées pour justifier le placement en catégories plus larges liées à la nature de la réaction sociale : le placement pour protéger la société du malade, le placement pour protéger le malade de lui-même, le placement pour apporter un soin ou une éducation appropriée au malade. Ces catégories sont artificielles, puisque poreuses et sont uniquement destinées à mettre au jour des tendances, nécessaires pour démarrer la compréhension de l’ensemble : dans nombre de cas, une personne qui se met elle-même en danger est aussi considérée comme pouvant être dangereuse pour autrui, et les personnes placées en justification d’une demande de soin appropriés peuvent aussi être dangereuses pour autrui. N’importe quelle cause isolée de n’importe quelle catégorie peut, au cas par cas, être associée à n’importe quelle autre cause : les situations de chaque malade sont individuelles, imprévisibles. Mais ce regroupement nous a aussi permis de constater un certain nombre de récurrences dans les associations. Les troubles alimentaires, le suicide et l’anxiété sont ainsi souvent associés à des situations de mélancolie-dépression tandis que le caractère difficile chez l’enfant est majoritairement couplé à des situations d’arriération mentale.

Causes de placement énoncées à partir du registre de l’hôpital Saint-Pierre de Louvain (1924-1941)

Homme

Femme

Fille

(0-21)

Garçon

(0-21)

Total

Mise en danger de soi-même

Fugues

1

8

0

2

11

Mélancolie, dépression, chagrin, tristesse

10

20

1

0

31

Anxiété

4

12

1

0

17

Suicide (en parle, tentatives)

5

10

0

0

15

Troubles alimentaires

0

8

1

0

9

Mise en danger d’autrui

comportement difficile, violent, inacceptable en institution 

3

3

7

8

21

crises de nerfs, crises de colère, comportement insupportable

2

1

9

10

22

Kleptomanie, vol

0

0

2

2

4

Moralité

0

1

4

2

7

Violence

1

0

0

7

8

Alcool

2

0

0

0

2

« Danger » énoncé sans plus de précisions

2

1

0

2

5

Nécessité de traitement spécifique

Arriération mentale/insuffisance mentale nécessitant une institution spécialisée

0

3

26

41

70

Pour malarisation

4

1

0

0

5

Ne sait pas travailler

2

1

0

0

3

Anormalité, bizarreries

1

3

1

1

6

Délires, hallucinations, paranoïa, persécution

7

17

0

0

24

Maladies diagnostiquées

Démence sénile

5

4

0

0

9

Hérédosyphilis

0

0

2

0

2

Hypocondrie

2

1

0

0

3

Démence précoce

0

1

0

0

1

Paralysie générale

4

5

0

0

9

Épilepsie ou description crises épileptiques

2

3

6

2

13

Paralysie ou arriération physique

0

0

1

7

8

À considérer comme un guide à l’interprétation : une cause ne représente pas un individu, un individu peut être concerné par plusieurs causes ; les catégories sont poreuses

21À partir de là, et dans le cadre de cet article, j’ai choisi de me pencher avec un peu plus d’attention sur les situations de mise en danger de soi-même et de mise en danger d’autrui. La question de l’arriération des enfants s’est révélée tellement importante qu’elle fera l’objet d’une prochaine étude approfondie.

3c. Ceux qui se font du mal : mélancolie, chagrin et dépression

  • 31 AUL, RMHSPL, n° 357.
  • 32 AUL, RMHSPL, n° 286.
  • 33 AUL, RMHSPL, n° 609.
  • 34 AUL, RMHSPL, n° 353.
  • 35 AUL, RMHSPL, n° 542.

22La mélancolie ou dépression concerne très majoritairement des femmes. À travers les mots choisis par le médecin, ce mal peut être évoqué comme tel : « dépression mélancolique. Antécédents personnels = a toujours eu caractère gai31 » ; à moins qu’elle soit suggérée : « Agitée. Hantée par son mal. Anorexie ; tristesse ; pleurs32 ». La tristesse, le chagrin, les pleurs et l’anxiété dominent dans les retranscriptions : « Inquiète. Pleure souvent. Beaucoup de peine, de chagrin. Elle croit qu'elle va mourir33 ». La mort est évoquée avec récurrence, soit que les malades ont peur de la mort, soit qu’elles ont manifesté une tendance au suicide : « 2 fois a voulu se jeter par la fenêtre aller à la Meuse34 ». Dans ces situations de mélancolie ou dépression, les mêmes symptômes sont souvent évoqués : les femmes ne se sentent plus capables de travailler, elles ne peuvent plus dormir, ne s’alimentent plus. Il n’est pas rare que tous ces facteurs soient associés : « Depuis 4 semaines est triste, découragée. Ne dort plus, ne mange plus. Ne travaille plus. Tentative de suicide35 ».

  • 36 AUL, RMHSPL, n° 710.
  • 37 AUL, RMHSPL, n° 609.
  • 38 AUL, RMHSPL, n° 745.
  • 39 AUL, RMHSPL, n° 994.
  • 40 AUL, RMHSPL, n° 615.

23À cette description des symptômes est rarement associée une cause, un point de départ, mais le médecin s’interroge. Les patientes évoquent des chagrins d’amour : « À Gand fut courtisée, le jeune homme a rompu. Cela lui a donné un grand choc36 » ; des difficultés relationnelles avec la famille : « J'en veux à mes parents... ils ont brisé mon bonheur37 » ; de la douleur face à la perte d’un être cher, qu’il soit enfant ou conjoint : « grossesse, dont le produit vint mort-né. Cela lui cause une profonde crise de dépression38 », « le grand désespoir lui est venu de la mort de son mari »39. Il arrive que le médecin n’ait pas de réponse à ses questions, la malade ne peut pas identifier l’origine de son mal : « Il n'existe pas de cause de tristesse […]. Elle ne sait pas maintenant pourquoi elle a peur ni pourquoi elle est triste40 ».

  • 41 AUL, RMHSPL, n° 218.
  • 42 AUL, RMHSPL, n° 480.
  • 43 AUL, RMHSPL, n° 847.
  • 44 AUL, RMHSPL, n° 1047a.
  • 45 AUL, RMHSPL, n° 1066.

24Si la dépression est moins représentée chez les hommes, elle concerne quand même un tiers des cas. Les situations décrites, comme diagnostic ou symptômes, sont a priori identiques à celles rencontrées chez les femmes : « Dépression ; id[ées] de suicide ; peurs »41, « Dort mal, toujours triste. Aboulique. Petite mélancolie »42, « Toujours triste. Parle beaucoup de se suicider. Pleure à sanglots. Désespoir43 ». À plusieurs reprises, ces hommes dépressifs ont fait l’objet d’examens médicaux avant que le diagnostic de dépression soit posé, ce qui est exceptionnel chez les femmes – comme si l’origine du mal devait être recherchée dans la situation somatique : examen Bordet-Wasserman, passage au service de neurologie, examen des réflexes, du fond de l’œil, etc. Les situations de dépression masculine sont plus facilement associées à d’autres facteurs tels que colère, idées de persécution, problèmes relationnels avec l’entourage, crainte de perdre leur épouse. L’incapacité de travail est régulièrement évoquée : alors qu’elle était citée de temps à autre comme un symptôme chez les femmes, elle paraît devenir chez les hommes une cause, à l’origine de l’état dépressif : « C'est après une absence de 5 mois (maladies) qu'il s'est rendu compte qu'il était devenu inapte. Il s'énervait, s'irritait de son incapacité, tristesse », « Hésite à son travail. Croit qu'il fait tout de travers. Sent défaire son travail. Pleure beaucoup. Toujours des idées tristes »44, « Il a été préoccupé depuis qu'il n'a plus de travail, il y a six semaines. Il dit qu'on va vers la ruine, qu'on va les mettre à la porte »45.

3d. Ceux qui gênent : danger, violence, immoralité … bizarreries

25Certains sont envoyés en institution psychiatrique parce qu’on les craint ou qu’on craint leur influence : les violents, les difficiles, les immoraux, ceux dont le comportement fait peur. Souvent, ces « malades » sont accompagnés, que ce soit par des proches ou des institutions qui les accueillent déjà. Ici, je distingue trois types de situations : celles qui se rapportent au danger et à la violence, celles qui se rapportent à l’immoralité et celles qui semblent se rapporter le plus aux bizarreries et comportements incohérents. Encore une fois, aucune de ces catégories ne peut exclure l’autre : le jeune homme qui bat sa mère et se masturbe devant ses camarades est immoral, violent et a un comportement inadéquat, « bizarre », que les observateurs ne comprennent pas.

  • 46 AUL, RMHSPL, n° 196.
  • 47 AUL, RMHSPL, n° 859.
  • 48 AUL, RMHSPL, n° 93, n° 704, n° 763, n° 875.
  • 49 AUL, RMHSPL, n° 191.
  • 50 AUL, RMHSPL, n° 620.

26Les cas de violence avérée ne sont pas réguliers et regroupent des réalités très diverses. Parfois, la violence est latente : la communauté craint qu’une situation dégénère en violence, même si celle-ci n’a pas encore été exprimée clairement. Une femme a lancé un incendie chez elle46 ; un homme boit et sort au village : on a peur de lui47 ; un autre homme frappe sa femme ; des parents présentent leurs fils qui frappent ou menacent père et mère, frères et sœurs48. Les situations où des institutions présentent des pensionnaires difficiles voire violents sont par contre régulières. Mauvais caractère, crises de nerfs, colères : ces comportements troublent les établissements qui consultent le psychiatre pour motiver un transfert. « Trouble l'ordre ; cris, vociférations49 » : l’Hospice Saint-Rémy de Louvain se plaint ainsi de Catherine, 77 ans, qui sera envoyée aux Sœurs Noires. La trajectoire de Jos, 50 ans, n’est pas très différente : « il s'agit d'un ancien malade mental, qui pouvait être maintenu à l'hospice tant qu'il n'y causait pas de troubles ; mais il serait opportun de le faire colloquer maintenant, vu les faits qui se sont passés. Fugues-gâtisme-insubordination »50. Si les hommes, les femmes, les garçons et les filles sont tous concernés, il y a ici une nette surreprésentation des garçons, présentés aussi bien par leurs parents que par des institutions.

  • 51 AUL, RMHSPL, n° 606.
  • 52 AUL, RMHSPL, n° 1020.
  • 53 AUL, RMHSPL, n° 1036.

27Les questions de moralité et de sexualité ne sont pas évoquées avec tant de récurrence dans le registre : elles semblent l’être lorsque les malades ou leurs proches s’expriment d’eux-mêmes sur ces questions. Il s’avère que le médecin reste attentif à ce qui lui est raconté à ce propos, notamment dans ses échanges concernant les jeunes filles, où moralité et sexualité sont plus souvent évoquées : l’une d’elle, placée au Bon Pasteur, a été retrouvée au lit avec trois camarades51 ; une autre court après les garçons ; une fillette de cinq ans a assisté aux relations sexuelles de sa mère52. « Caractère facile mais tendance érotique53 », écrit le médecin au terme d’une consultation où une mineure d’âge a tenté de l’embrasser. Ces filles immorales sont des cas ambigus, à l’image des jeunes délinquantes : elles se mettent en danger elles-mêmes, mais sont aussi mal considérées. Dans chacun des exemples ici cités, le placement a été conseillé ou prononcé.

  • 54 AUL, RMHSPL, n° 91.
  • 55 AUL, RMHSPL, n° 124.
  • 56 AUL, RMHSPL, n° 520.
  • 57 AUL, RMHSPL, n° 628.

28Enfin, d’autres profils dérangent : les « anormaux », ceux qui sont bizarres, les délirants et incohérents. Leur comportement évoque cette « folie » encore très présente dans l’imaginaire collectif : histoires loufoques, regards égarés, troubles hallucinatoires, sensations d’être persécutés, suivis, moqués. Leur place au sein d’une institution psychiatrique paraît alors une évidence, pour leurs proches comme pour le médecin-psychiatre. C’est le cas de Boon, qui ne parle pas et fait des grimaces54 ; d’Alice, jeune sténo-dactylo qui chante la nuit, crie et rit sans motif55 ; de Virginie qui pense mourir comme son père, car elle est faite de « mauvais bois » : devant le médecin, elle rit et se cache le visage56. C’est encore en riant que Mlle V. explique au Dr D’Hollander qu’elle ne prend pas les pilules bleues qu’il lui prescrit : c’est du poison – et si la guerre éclate, c’est à cause d’elle57. Face à ce type de cas, le médecin ne pose pas nécessairement de diagnostic médical – mais quand il le fait, il retient la psychose paranoïaque ou de persécution, le délire mystique, le délire de grandeur, la psychose de dépersonnalisation. Les bizarres, les délirants et les hallucinés ne sont jamais des enfants et sont surtout des femmes.

Conclusions

29Hommes et femmes, garçons et filles sont tous susceptibles de se présenter à la consultation d’hygiène mentale du Dr D’Hollander. Le registre du dispensaire étudié dans le cadre de cet article témoigne d’une pratique psychiatrique qui s’étend et s’élargit au cours de cette période transitoire et déterminante qu’est l’entre-deux-guerres : la psychiatrie sort peu à peu des institutions psychiatriques fermées, même si l’institutionnalisation en milieu dit « asilaire » reste une importante réalité. L’objectif est de toucher des populations plus larges et d’intervenir de manière préventive face à des situations sociales ou médicales jugées problématiques.

  • 58 Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Benoît Eyraud, Christian Laval, Bertrand Avon (...)

30Les pratiques d’hygiène mentale telles qu’elles sont exposées ici témoignent des rapports étroits existant entre maladie et expériences de vie, entre vulnérabilité sanitaire et vulnérabilité sociale58. Les personnes, familles et institutions qui viennent trouver le psychiatre, de leur propre chef ou sur conseil d’un autre médecin, expliquent leur mal d’abord par des circonstances de vie. Mais dans leur démarche, elles cherchent à trouver l’origine de leurs difficultés, et les solutions qui pourraient leur convenir, d’abord au travers du médical. Le médecin psychiatre répond ainsi à des expériences individuelles, familiales et institutionnelles très variées, avec des outils peu diversifiés. Par sa pratique, il fait le lien entre l’âme et le corps, cherchant l’explication à ces difficultés du quotidien au niveau somatique. À l’inverse, il cherche l’origine de troubles médicaux dans les situations sociales et individuelles vécues par les malades. Cela transparaît autant dans les motifs de consultation avancés par les patients que dans les discussions menées lors de la rencontre. Le médecin émet parfois des diagnostics médicaux clairs et précis, notamment vis-à-vis des enfants qui lui semblent présenter des déficiences de développement, ou suite à des examens sanguins qui donnent des résultats précis, mais cette pratique n’est pas généralisée. Lorsque le placement est envisagé au terme de la consultation, celui-ci s’exprime rarement par un besoin de traitement médical : il s’exprime plutôt par un besoin de protection sociale, familiale et individuelle. Dans de nombreux cas, le placement répond à une demande exprimée préalablement, que ce soit par le malade lui-même, ses proches ou un autre médecin.

31Les hommes sont nombreux à se présenter à la consultation du Dr D’Hollander, ce qui démontre une inquiétude, quant à leur situation psychique et leur comportement, au moins aussi importante que pour les femmes – que cette inquiétude émane d’eux-mêmes, de leurs proches, d’un médecin ou d’une institution d’accueil. Toutefois, le placement des hommes adultes est plus rarement envisagé que celui des femmes et ce sont en réalité les jeunes garçons qui sont massivement concernés par le placement institutionnel ou le transfert d’une institution d’éducation à une institution psychiatrique, alors que dans le cas des femmes et filles, ce sont les adultes qui sont plus touchées par le placement. Pour les hommes et les garçons, les situations les plus souvent ciblées sont alors la violence, le risque de violence, les troubles du comportement tels que la colère, les cris, l’indiscipline, les comportements incohérents. Il s’agit de comportements que l’on craint, qui ne sont pas acceptés et pour lesquels des mesures doivent être prises, ici par le biais de la psychiatrie. Ce tableau ne doit toutefois pas masquer une autre réalité : les hommes qui traversent des périodes difficiles pour eux-mêmes, s’inquiètent de leur situation propre et souhaitent mettre fin à leurs difficultés psychiques ou à leurs douleurs physiques sont bien présents dans le registre, même si moins nombreux. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de présenter les situations sociales menant au placement, dans le cadre de cet article, relativement aux type d’intervention (protection du malade, protection de la société) plus que relativement au genre : chaque situation est susceptible d’être vécue aussi bien par des hommes que par des femmes, par des filles que par des garçons même si, comme je l’ai également montré, certains cas de figure concernent plus un sexe que l’autre – et parfois de manière flagrante. Cela devrait nous mener à nous interroger sur les conditions vécues par ces hommes, ces femmes, ces filles et ces garçons qui provoquent la réaction sociale – ici, le placement en psychiatrie – et à nous intéresser à l’impact de ces conditions sur le nombre de femmes ou d’hommes concernés. Pourquoi les femmes sont-elles plus nombreuses à décrire des situations de détresse, de tristesse, d’anxiété, de troubles alimentaires liés à la dépression ? Quelles sont les conditions de vie qui mènent à ces situations ? Pourquoi les hommes associent-ils plus facilement ces troubles dépressifs à leur situation professionnelle ? Pourquoi l’immoralité fait-elle plus peur dans le cas des jeunes filles ? Pourquoi les parents et les institutions sont-ils plus nombreux à venir se plaindre de garçons incontrôlables que de filles ? Les réponses à ces questions se trouvent dans l’organisation sociale générale et dans les rôles donnés aux sexes et aux identités – rôles auxquels sont associés des attentes et des craintes.

32Derrières ces symptômes et ces causes de consultation et de placement en psychiatrie, c’est donc l’organisation sociale qui se révèle, celle-ci étant à l’origine de difficultés familiales (parents dépassés, épouses apeurées, conjoints inquiets), individuelles (solitude, douleurs, inquiétudes, émotions, souffrances), sociales (pensionnaires ingérables, risques de violence publique, d’atteinte à la pudeur,…). À travers la consultation psychiatrique, les peurs d’une société donnée s’expriment, et ces peurs sont à la fois celles des individus qui consultent et celles d’un État ou d’une société qui, via le médecin, tentent de les contrôler.

Haut de page

Notes

1 John Ward, Le mouvement américain pour l’hygiène mentale, 1900-1930, L’Harmattan, Paris, 2011 ; Isabelle Perreault, Robert Bastien, « Propagande d’hygiène mentale au Québec dans les années 30 », Lien social et politique, 67, 2012, p. 85-105 ; Benoît Majerus, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 263-265.

2 Archives de l’Université de Louvain (AUL), Registre médical de l’hôpital Saint-Pierre de Louvain (RMHSPL), n° 3. Je tiens à remercier Julie De Ganck pour m’avoir orientée vers ce registre.

3 Fernand D’Hollander (1878-1952) est en 1905 médecin de section à la colonie de Gheel, en 1908 médecin-adjoint à l’asile d’État pour femmes de Mons, en 1919 professeur en pathologies mentales à l’Université de Louvain, en 1920 médecin en chef de l’asile pour femmes des Sœurs Noires de Louvain. Dans les années 1920, il est aussi médecin anthropologue à la prison de Louvain. À partir de 1928, quatre ans après la mise en place du dispensaire de l’hôpital de Louvain, il est nommé médecin en chef de l’hôpital psychiatrique universitaire pour femmes de Lovenjoul, qui dépend de l’Université catholique de Louvain. Il pratique donc en parallèle en dispensaire, en institution fermée universitaire et en institution carcérale, cf. « Notice sur M. F. d’Hollander, Membre titulaire », Bulletin de l’Académie royale de Médecine de Belgique, 107, 1952, p. 335.

4 Phyllis Chesler, Women and Madness, New York, Avon Books, 1972 ; Yannick Ripa, La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au xixe siècle, Paris, Aubier, 1985 ; Elaine Showalter, The Female Malady, Women, Madness and English Culture, 1830-1980, Londres, Virago, 1985.

5 André Cellard, Marie-Claude Thifault, « Sur quelques visages de la folie à Saint-Jean de Dieu au tournant du siècle », Histoire Sociale/Social History, 39/78, 2006, p. 451-466.

6 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Réalités et perspectives de la médicalisation de la folie dans la France de l’entre-deux-guerres », Genèses, 2011/1, 82, 52-74.

7 En France, les services ambulatoires en psychiatrie font leur apparition dans les années 1970. Au Québec, les premiers dispensaires d’hygiène mentale apparaissent après 1955.

8 Benoît Majerus, op. cit., p. 257.

9 Nicolas Henckes, Le nouveau monde de la psychiatrie française. Les psychiatres, l’État et la réforme des hôpitaux psychiatriques de l’après guerre aux années 1970, Paris, EHESS, Thèse de doctorat en sociologie, 2007, p. 140-158.

10 Sur ce sujet, voir aussi : Hervé Guillemain, « Les frontières de la psychiatrie aujourd’hui », Hervé Guillemain (coord.), Extension du domaine psy, Paris, PUF, 2014, p. 5-22.

11 AUL, RMHSPL, Carte de visite insérée au registre.

12 Michel Van de Kerchove, Le juge et le psychiatre. Évolution de leurs pouvoirs respectifs, Bruxelles, Université Saint-Louis, 1982. Pour une étude sur base des pratiques, cf. Majerus, op. cit, p. 126-127.

13 Certaines références à des numéros ultérieurs non-compris dans le registre (1450, par exemple) témoignent de l’existence d’un registre suivant, qui n’a pas été conservé.

14 Un seul individu peut être concerné par plusieurs notices. Le médecin se trompe parfois en indiquant à la suite les mêmes numéros de notice.

15 Nous avons identifié 465 femmes ou filles. Il y a quelques individus dont le sexe n’a pu être identifié car le médecin n’inscrit pas le prénom des malades et ses notes ne permettent pas d’en savoir plus. Ces cas sont rares.

16 Le choix n’est pas arbitraire et se rapporte à la majorité légale mais aussi à la pratique du médecin, puisque ses modes d’examens destinés aux personnes âgées de moins de 21 ans se distinguent de ceux des personnes plus âgées.

17 AUL, RMHSPL, n° 652, n° 694.

18 AUL, RMHSPL, n° 218, 514, 844, 836.

19 AUL, RMHSPL, n° 1089.

20 AUL, RMHSPL, n° 672.

21 AUL, RMHSPL, n° 563.

22 AUL, RMHSPL, n° 382.

23 AUL, RMHSPL, n° 627.

24 AUL, RMHSPL, n° 745, n° 862.

25 AUL, RMHSPL, n° 306.

26 AUL, RMHSPL, n° 621, voir aussi n° 1089.

27 AUL, RMHSPL, n° 254.

28 AUL, RMHSPL, n° 777, voir aussi n° 1105.

29 AUL, RMHSPL, n° 1136.

30 AUL, RMHSPL, n° 96.

31 AUL, RMHSPL, n° 357.

32 AUL, RMHSPL, n° 286.

33 AUL, RMHSPL, n° 609.

34 AUL, RMHSPL, n° 353.

35 AUL, RMHSPL, n° 542.

36 AUL, RMHSPL, n° 710.

37 AUL, RMHSPL, n° 609.

38 AUL, RMHSPL, n° 745.

39 AUL, RMHSPL, n° 994.

40 AUL, RMHSPL, n° 615.

41 AUL, RMHSPL, n° 218.

42 AUL, RMHSPL, n° 480.

43 AUL, RMHSPL, n° 847.

44 AUL, RMHSPL, n° 1047a.

45 AUL, RMHSPL, n° 1066.

46 AUL, RMHSPL, n° 196.

47 AUL, RMHSPL, n° 859.

48 AUL, RMHSPL, n° 93, n° 704, n° 763, n° 875.

49 AUL, RMHSPL, n° 191.

50 AUL, RMHSPL, n° 620.

51 AUL, RMHSPL, n° 606.

52 AUL, RMHSPL, n° 1020.

53 AUL, RMHSPL, n° 1036.

54 AUL, RMHSPL, n° 91.

55 AUL, RMHSPL, n° 124.

56 AUL, RMHSPL, n° 520.

57 AUL, RMHSPL, n° 628.

58 Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle von Bueltzingsloewen, Benoît Eyraud, Christian Laval, Bertrand Avon (coord.), Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, PUR, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Veerle Massin, « Hommes et femmes devant le psychiatre : hygiène mentale et placement asilaire (Belgique, entre-deux-guerres) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4468 ; DOI : 10.4000/framespa.4468

Haut de page

Auteur

Veerle Massin

Veerle Massin est chargée de recherche à l’Université catholique de Louvain. Après une thèse de doctorat sur le traitement des jeunes délinquantes dans la Belgique du xxe siècle, elle s’intéresse aux liens entre justice et médecine et notamment à l’histoire de la psychiatrie.
Veerle.massin@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals