Navigation – Plan du site
Position de recherches

Les statistiques coloniales en question. Niveaux de vie, croissance démographique et économie des populations indigène et européenne en Algérie au xixe siècle. Approche par l’histoire anthropométrique

Questioning Colonial Statistics : Standards of Living, Demographic Growth and Economics of Indigenous and European Populations in 19th-century-Algeria. An Anthropometric Approach
Las estadísticas coloniales en cuestión. Niveles de vida, crecimiento demográfico y economía de las poblaciones indígenas y europeas en Argelia en el siglo xix. Enfoque desde la historia antropométrica
Laurent Heyberger 

Résumés

L’exploitation des archives militaires coloniales françaises permet de reconstituer l’évolution de la stature des recrues indigènes (spahis et tirailleurs) et conscrits européens d’Algérie, respectivement pour les décennies de naissance 1800-1880 et 1850-1880. La stature considérée comme un indice du niveau de nutrition nette amène à interroger l’histoire économique et sociale et la démographie historique de l’Algérie du XIXe siècle : poids de la guerre d’invasion, bilan de la catastrophe démographique de 1867-1868 et réalité de la croissance démographique postérieure à 1871 pour les indigènes, bilan nutritionnel de la colonisation pour les Européens d’Algérie. La confrontation de la stature aux autres indices (pluviométrie, disponibilités alimentaires, recensement de la population, etc.) amène ainsi à réévaluer la population algérienne de 1830 à au moins 4,2 M d’habitants.

Haut de page

Notes de l’auteur

HDR présentée le 3 juillet 2017 à l’UTJ2, laboratoire FRAMESPA

Garant : M. Jean-Marc Olivier. Jury : MM. les professeurs Jörg Baten (Eberhard Karls Universität, Tübingen), Jean-Pierre Dormois (Sciences Po Bordeaux) ; Mme Claire Fredj, maître de conférences (Université Paris Nanterre) ; M. Vincent Gourdon, directeur de recherche (Université Paris IV Sorbonne/CNRS) ; M. Pierre Lamard, professeur (Université de technologie de Belfort-Montbéliard) ; M. Mohamed Saleh, maître de conférences (Toulouse School of Economics).

Texte intégral

Introduction

  • 1 On emploie indigène sans guillemets, car le terme renvoie à un statut légal, à l’instar de celui d’ (...)
  • 2 Sur la démographie, les deux thèses irréconciliables restent : Xavier Yacono, « Peut-on évaluer la (...)
  • 3 Kamel Kateb, Européens, « indigènes » et juifs en Algérie (1830-1962). Représentations et réalités (...)
  • 4 Actuellement médecins, anthropologues et historiens utilisent la stature moyenne comme indice de ni (...)
  • 5 Registres matricules : Service Historique de la Défense, Vincennes : sous-série 35 Yc (spahis -indi (...)
  • 6 Une infime partie des indigènes acquièrent la citoyenneté française et sont donc conscrits. Sur la (...)

1L’histoire économique et sociale de l’Algérie au début de l’époque coloniale est encore mal connue, surtout pour les masses de la population rurale indigène1, car elle repose sur des hypothèses de croissance démographique qui prêtent à discussion2. Les sources sérielles qui permettraient d’écrire une histoire quantitative du Maghreb font défaut pour le xixe siècle, en particulier avant le premier recensement de la population indigène tenu pour fiable (1886)3. L’histoire anthropométrique, qui vise à reconstituer l’évolution des niveaux de vie en termes nutritionnels grâce à la stature moyenne4, le plus souvent à partir d’archives militaires, est susceptible d’apporter de nouveaux éléments de réponse. En effet, les registres matricules (RM) de l’armée d’Afrique n’ont jusqu’à présent pas été exploités en ce sens, alors qu’ils constituent les plus anciennes archives militaires conservées pour le continent africain5 et qu’ils fournissent des indications précieuses à la fois sur la population indigène (engagés volontaires spahis et tirailleurs) et sur la population européenne (conscrits européens)6.

1. Indigènes et conscrits (citoyens) : des recrutements coloniaux à la sociologie contrastée

  • 7 Berrani : travailleur migrant traditionnel des montagnes et des oasis vers les villes. Allan Christ (...)
  • 8 Belkacem Recham, Les Musulmans algériens dans l’armée française (1919-1945), Paris, L’Harmattan, 19 (...)
  • 9 Les tirailleurs issus de la région de Fort National (l’Arbaa Naït Iraten) mesurent 2,4 cm de moins (...)
  • 10 Taux d’urbanisation de la population des tirailleurs (seuil de 5 000 habitants) : 4,8 %.

2Que nous apprennent les archives du personnel militaire sur l’histoire économique et sociale, la démographie historique de l’Algérie du xixe siècle ? Tout d’abord que les indigènes qui s’enrôlent à cette époque dans l’armée d’Afrique, très proches des berrani7 par la sociologie et la géographie de leur recrutement, dessinent des aires de départ privilégiées, que l’on retrouvera près d’un siècle plus tard8 : tirailleurs de la vallée du Chélif, paysans exposés à la pression foncière de la colonisation, souvent devenus ouvriers agricoles avant de franchir la porte de la caserne, ou fellahs venant de Kabylie, plus nombreux à posséder encore une exploitation en propre, mais soumis à une forte pression démographique, à tel point que les Kabyles sont nettement les plus petits Algériens du xixe siècle9. Le rythme des récoltes détermine le calendrier de recrutement de cette « piétaille » colonisée qui provient également de l’ensemble des autres régions telliennes. Aux céréaliculteurs de l’Oranais et aux arboriculteurs des montagnes kabyles se joignent ainsi des engagés venus des confins marocains ou de la frontière tunisienne (Souk Ahras, Tébessa), et même de régions plus méridionales (Biskra, Djelfa, Laghouat). Les registres matricules des tirailleurs donnent à voir une masse rurale très peu urbanisée, au taux d’urbanisation très proche de ce que l’on peut connaître pour la population indigène civile du xixe siècle10.

  • 11 Lance Brennan, John MacDonald, Ralph Shlomowitz, « Toward an anthropometric History of Indians unde (...)

3Pour autant, ces archives, qui concernent des soldats colonisés engagés « volontaires » dans l’armée du colonisateur, ne sont pas sans comporter certains biais sociologiques ou limites liés à la nature de la source. Ainsi, contrairement à ce que l’on observe dans toutes les armées de métier des pays non colonisés, les agriculteurs non exploitants sont, chez les tirailleurs, très légèrement plus grands que les agriculteurs exploitants : c’est que seuls les plus pauvres parmi ces derniers se résignent en dernier recours à rejoindre l’armée de l’envahisseur. Dans une analyse portant sur les inégalités anthropométriques entre castes indiennes au xixe siècle, Lance Brennan a observé le même type de biais lié aux sources coloniales11. D’autre part, les registres matricules des spahis, plus anciens que ceux des tirailleurs, reflètent davantage les représentations du début de l’ère coloniale que la composition professionnelle de l’échantillon des « cavaliers » (profession la plus fréquente dans les registres du 1er régiment de spahis algériens). Pour bonne part, la géographie et le calendrier du recrutement de ces derniers renvoient aux tribus des régions des Hauts Plateaux, davantage nomades et tournées vers l’élevage ovin et chevalin que les tribus et régions dont sont issus les tirailleurs. Comme pour les tirailleurs, la géographie du recrutement des spahis montre que les enrôlés proviennent de toute l’Algérie tellienne, avec une répartition qui renvoie toutefois moins à la répartition de la population civile indigène. Les logiques de recrutement spécifiques à la cavalerie viennent ici se surajouter à la chronologie de la colonisation pour expliquer, par exemple, que la Kabylie, bien qu’elle concentre probablement 30 % de la population au xixe siècle, n’est que très peu représentée dans l’échantillon des spahis. Au total, les registres matricules des unités coloniales ne paraissent pas moins précis que ceux dont disposent les chercheurs pour la métropole au xviiie siècle, voire plus fiables dans le cas des régiments de tirailleurs, mais renvoient aussi à des sous-populations plutôt défavorisées, particulièrement dans le cas des tirailleurs.

  • 12 Prédominance des Alsaciens-Lorrains, y compris avant 1870, et des Méridionaux, y compris de la vall (...)

4Pour les Européens, la conscription, instaurée rétroactivement en 1875, assure une meilleure représentativité sociologique. Ainsi les conscrits sont, à l’instar de la population civile européenne, déjà très urbanisés et tournés vers les activités de service et de l’artisanat. La loi de naturalisation de 1889 entraîne un doublement des effectifs qui vient rappeler le principal biais sociologique dont souffrent les archives du personnel militaire : par définition, elles ne gardent trace que de l’infime minorité des Européens non français qui demandent individuellement leur naturalisation avant cette loi et, même après 1889, nombre d’Européens qui ne deviennent pas Français continuent d’affluer – certains de façon saisonnière –, notamment d’Espagne et d’Italie. Ainsi, en dépit de la mention, pour certains conscrits, de la nationalité d’origine, les registres matricules ne permettent pas de cerner facilement l’apport migratoire des Européens du Sud à la croissance de la population colonisatrice de l’Algérie. En revanche, la géographie des départements de naissance des migrants d’origine métropolitaine est très semblable à ce que l’on connaît du peuplement français de l’Algérie pour le xixe siècle12.

  • 13 Ou stature moyenne. On entend par nutrition nette un bilan énergétique où NN (nutrition nette) = NB (...)
  • 14 Plusieurs régressions ont été calculées, notamment : pour l’ensemble de la population des conscrits (...)

5D’autre part, par rapport aux recensements de la population civile européenne, les registres matricules des citoyens donnent à voir une population française davantage autochtone, bien que très mobile de part et d’autre de la Méditerranée et à l’intérieur du territoire algérien. C’est là le second biais sociologique important lié à la nature coloniale de la source : les RM gardent plus facilement la trace de ceux qui s’enracinent dans la terre algérienne, notamment des agriculteurs exploitants. En résumé, et contrairement à la population militaire indigène, les deux principaux biais à l’œuvre pour les conscrits européens jouent plutôt dans le sens d’une surestimation des « niveaux de nutrition nette »13. En effet, les RM de citoyens donnent davantage à voir des conscrits français qui ont mieux réussi leur implantation en Algérie que la foule des Européens du Sud, qu’ils soient de nationalité française ou autre, ou que des Alsaciens-Lorrains, qui pour beaucoup n’ont fait que passer sur le sol algérien. Toutefois, ces biais ne sont pas préoccupants, dans la mesure où l’un des objectifs de notre étude est précisément de cerner l’évolution des niveaux de vie de ceux qui ont choisi de faire souche en Algérie, par rapport à ceux de leurs compatriotes restés sur les rives nord de la Méditerranée14.

2. Niveau et évolution de la stature des conscrits européens d’Algérie : la voie américaine de la colonisation (1850-1880)

6En effet, du point de vue colonial, il ne faut pas oublier le principal mécanisme à l’œuvre au cours du xixe siècle en Algérie, unique colonie de peuplement de l’Empire français. Pour les nouveaux venus, la principale motivation est bien d’augmenter leur niveau de vie, voire plus simplement d’échapper à la malnutrition de leur région d’origine. Cet objectif est recherché avec des conséquences foncières dramatiques – spoliation massive – pour la population indigène, mais est-il pour autant atteint pour la population européenne d’Algérie et quelles en sont les conséquences nutritionnelles pour les Algériens ?

  • 15 Dans la décennie de naissance 1870, les ruraux français nés en Algérie dominent les métropolitains (...)
  • 16 Selon l’usage consacré en histoire anthropométrique, toutes les statures adultes citées ici sont ra (...)

7Toute proportion gardée, on peut dire qu’au xixe siècle les colons d’Algérie, conformément d’ailleurs aux représentations des contemporains, ont en partie suivi une voie américaine de colonisation, y compris en termes de développement humain. Autrement dit, comme les colons de l’Empire britannique du Nouveau Monde ou d’Australie, les colons français sont (un peu) plus grands que leurs compatriotes restés en métropole, que l’on considère la médiane nationale15, ou les moyennes des deux principales régions d’origine des colons, qu’il s’agisse de la région de petits (Midi) ou de grands (l’Alsace). A fortiori le pari algérien s’avère payant en termes nutritionnels pour les immigrés espagnols : alors que le doublement des effectifs des conscrits examinés à partir de la décennie de naissance16 1870 leur est très largement imputable, on n’observe pas de rupture dans l’évolution de la stature avant et après cette décennie. Cela signifie que les conscrits fraîchement naturalisés ne sont pas sensiblement plus petits que leurs homologues plus anciennement français. Certes, il est possible qu’ici comme ailleurs joue un effet sélectif : les migrants sont presque toujours plus grands que leurs compatriotes restés au pays. Néanmoins, le contraste est frappant (4 à 7 cm) avec les conscrits de la Murcie rurale, région dont sont issus de nombreux Espagnols venus chercher en Algérie de meilleures conditions de vie.

  • 17 Baisse de 0,5 cm, statistiquement significative au seuil de 5 %, baisse de 1 cm pour les seuls cons (...)
  • 18 Les travaux d’histoire anthropométrique développés depuis la fin des années 1970 se sont d’abord co (...)
  • 19 Malus urbain des conscrits nés à Alger par rapport à ceux nés à la campagne : 0,8 cm. Malus urbain  (...)

8La seconde caractéristique américaine, en termes de niveau de nutrition nette, des conscrits européens d’Algérie se lit non dans le niveau absolu, mais dans l’évolution de la stature. Cette dernière s’érode entre les décennies de naissance 1850 et 1870, puis décline franchement dans la décennie 188017. Comme les autres Occidentaux habitant des pays « neufs », États-uniens, Canadiens ou Australiens, les Européens d’Algérie connaissent une baisse sensible de la stature que l’on peut attribuer, ici comme là-bas, aux conséquences néfastes de l’urbanisation trop rapide de la fin du xixe siècle… au moment où leurs homologues restés sur le vieux continent cessent de souffrir du malus urbain caractéristique de la première industrialisation18. Ce n’est pas à dire que les Européens d’Algérie connaissent une industrialisation massive. Il s’agit bien là plutôt des externalités négatives de la croissance urbaine, qui n’est pas synonyme de croissance industrielle. D’ailleurs les indigènes, beaucoup moins urbanisés, et encore moins industrialisés que les Européens au xixe siècle, souffrent également d’un malus urbain, ce qui montre qu’une partie au moins de ce dernier peut être considérée comme une caractéristique commune des villes préindustrielles, qu’elles soient occidentales ou maghrébines19. Par ailleurs, il semble qu’une voie espagnole se dessine de part et d’autre de la Méditerranée dans le sombre tableau général de l’urbanisation occidentale du xixe siècle : à Oran, comme dans les villes de la péninsule ibérique, le malus urbain ne s’observe pas.

  • 20 Voir section 5 pour une présentation critique de cette source.

9Pour les citadins, la chronologie de l’évolution staturale, confrontée aux données qualitatives et aux taux de mortalité, suggère que l’origine du malus anthropométrique serait davantage à chercher du côté des imperfections du système d’évacuation des eaux usées que du côté du réseau d’approvisionnement en eau potable. Toutefois, il faut bien admettre que l’on ne peut qu’émettre des hypothèses quant à l’évolution de la ration alimentaire des citadins européens d’Algérie à partir des statistiques publiées par la SGA (Statistique Générale de l’Algérie)20. Se dessine alors à l’échelle nationale l’éventualité d’une ration de protéines d’origine lactée en légère baisse, encore que l’évolution du pouvoir d’achat respectif des citadins et des ruraux pose question et puisse probablement venir inverser cette tendance.

  • 21 La conscription est progressivement et inégalement appliquée à la population indigène à partir de 1 (...)

10Pour les ruraux, l’érosion de la stature a lieu en dépit des effets positifs que l’on pourrait attendre de la lutte contre le paludisme, grande œuvre de la colonisation française dans la seconde moitié du xixe siècle qui concerne surtout les campagnes peuplées d’Européens. En effet, grâce aux registres médicaux d’incorporation (RMI), on a montré que les conscrits indigènes21 toisés en 1936-1937 atteints de paludisme souffraient ceteris paribus d’un malus anthropométrique de un demi à un centimètre. Les effets bénéfiques attendus de la prophylaxie empirique de la fin du xixe siècle sur l’évolution de la stature sont donc somme toute modestes. Surtout, l’évolution dégagée pour les ruraux européens montre que des facteurs plus puissants que la lutte antipaludique sont à l’œuvre pour expliquer que, malgré une baisse spectaculaire de la mortalité paludique au sein de l’armée -et une baisse très probable de la mortalité paludique au sein de la population civile européenne-, la stature des conscrits s’érode. Cette observation montre également que la question des niveaux de vie biologiques est multidimensionnelle : la mortalité de la population civile peut baisser, alors qu’en même temps la stature diminue légèrement.

  • 22 2,9 % des 124 646 fiches créées entre 1870 et 1906.

11Compte tenu du faible nombre de cohortes de naissance finement définies que permet de créer l’effectif assez réduit de dossiers de conscrits extraits des RM22, l’analyse quantitative des facteurs explicatifs du déclin statural des Européens reste très rudimentaire. Elle permet néanmoins d’écarter certaines hypothèses. Ainsi, conformément à ce que l’on peut attendre, les conscrits semblent se comporter davantage en producteurs qu’en consommateurs. On peut en effet rejeter l’hypothèse d’une influence positive des précipitations ou des disponibilités en calories d’origine céréalière sur la stature moyenne des conscrits. Le seul facteur explicatif qui se rattache à la notion de consommation auquel la stature moyenne est positivement corrélée, encore que de manière non significative, et avec un coefficient d’amplitude trop grand, sont les disponibilités en protéines d’origine lactée. L’hypothèse que l’érosion de la stature des Européens d’Algérie, et notamment des ruraux, trouverait une partie de son explication dans une baisse de la consommation de produits lactés – et de viande- ne peut donc être exclue.

  • 23 Marc Baroli, Algérie terre d’espérances. Colons et immigrants (1830-1914), Paris, L’Harmattan, 1992 (...)

12La stature moyenne des conscrits est également positivement corrélée, avec les mêmes réserves, au prix du froment à Marseille. Autrement dit, lors de la baisse des cours mondiaux des prix du blé qui caractérise la Grande Dépression, les colons d’Algérie qui ont misé massivement sur la culture de cette céréale depuis l’ouverture du marché en 1851 voient leurs revenus diminuer. Si la corrélation entre prix du blé et taille n’est pas statistiquement tout à fait convaincante, la relation entre ces deux variables fait historiquement sens et, surtout, comme le rappelle Marc Baroli23, les conséquences de la crise sont diffuses, comme c’est d’ailleurs le cas dans une autre région grande productrice de froment qui connaît également un malaise anthropométrique lors de cette mondialisation commerciale de fin de siècle, la Brie. Par ailleurs, les inégalités anthropométriques entre professions –et niveaux d’instruction- sont chez les colons légèrement plus fortes à la campagne qu’à la ville, ce qui constitue une exception algérienne : dans les autres sociétés occidentales, les inégalités sont plus fortes à la ville, où les écarts de richesse sont plus grands. Bien sûr, ce phénomène renvoie à la forte présence, au sein des conscrits, des Français d’origine espagnole ou italienne fraîchement naturalisés, issus de milieux défavorisés, et tout particulièrement des ouvriers agricoles. Mais il peut aussi en partie traduire le malaise rural des colons durant la Grande Dépression. Quoi qu’il en soit, toujours à une échelle d’analyse statistique rudimentaire, il ne semble pas que le début de l’essor spectaculaire de la vigne à la fin du xixe siècle parvienne à enrayer l’érosion de la stature des conscrits.

3. Les indigènes : d’une menace de crise d’Ancien Régime (1800-1830) à la crise coloniale (1830-1866)

  • 24 Lucette Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, Flammarion, 1969, Lemnouar M (...)

13Du côté de ceux qui allaient devenir pour plus d’un siècle des indigènes, les registres matricules des spahis permettent d’évaluer le niveau de nutrition nette des masses rurales durant les trois décennies qui précèdent les débuts de la colonisation. La stature des spahis nés à la fin de la Régence stagne, alors que la conjoncture démographique nous reste inconnue. Au pire – cas le plus probable selon Valensi et Merouche24 – un déclin démographique a lieu durant les années de naissance 1800-1830. La situation pourrait alors être qualifiée de crise d’Ancien Régime d’intensité moyenne (décroissance des effectifs et stagnation des apports nutritionnels par habitant). Au mieux, c’est-à-dire dans le cas d’une très hypothétique croissance démographique, la situation pourrait être qualifiée de menace de crise malthusienne peu sévère (croissance des effectifs et stagnation des apports alimentaires par habitant). Ces résultats mettent surtout à mal la lecture nationaliste (prospérité), davantage que la lecture « procoloniale » (crise finale de l’Ancien Régime) de la fin de la Régence turque. Une lecture réaliste – mais qui reste probabiliste – de cette période montre donc, du point de vue des masses rurales, un pays en équilibre incertain, peut-être dynamique, mais non un pays prospère. En somme une Algérie sous la menace d’une crise d’Ancien Régime.

14La période qui s’ouvre avec le débarquement des Français à Sidi Fredj est différente, car le poids de la colonisation ne va cesser de croître, tout particulièrement à partir des années 1840, où Bugeaud, à la tête de près d’un tiers de l’armée française, livre une guerre sans merci à la population civile indigène. Encore en 1864, ce sont plus de 90 000 hommes qui sont sur le sol algérien pour venir à bout de la révolte des Ouled Sidi Cheikh. Les années 1840-1860 concentrent donc les actions militaires françaises les plus massives de l’histoire de l’invasion de l’Algérie. La régression démographique contemporaine – et conséquence – de la « conquête », qu’aucun historien ne vient remettre en question, atteint donc très probablement des sommets durant ces années, d’autant que la politique de spoliation des terres commence alors à prendre de l’ampleur. À partir de 1838, l’évolution des précipitations annuelles nous est par ailleurs connue et joue dans le sens d’une baisse du volume des récoltes. La question est donc de savoir si régression démographique et récoltes en baisse – pour des raisons climatiques et coloniales – s’équilibrent (stagnation de la stature) ou si l’un ou l’autre phénomène l’emporte : le déclin démographique (augmentation des disponibilités alimentaires par habitant, et donc augmentation de la stature) ou la baisse de la production agricole (diminution des disponibilités par habitant, et donc de la stature).

  • 25 Dans les deux cas, les tendances dégagées restent identiques après l’introduction de variables de c (...)

15La réponse est nuancée suivant que l’on considère la population de spahis ou de tirailleurs. Pour les premiers, la stature stagne à nouveau entre les décennies de naissance 1830 et 1850, pour les seconds la stature augmente légèrement entre 1830 et les années 186025. Cette différence s’explique peut-être par la sociologie du recrutement des deux corps : la crise coloniale paraît moins sévère pour le corps qui recrute plutôt dans les tribus nomades d’éleveurs des Hauts Plateaux que pour le corps qui recrute davantage dans les régions d’agriculteurs sédentaires plus littorales. Quoi qu’il en soit du degré de sévérité de cette crise coloniale – l’adjectif s’impose, car le déclin démographique trouve bien son origine dans l’invasion française –, il n’en demeure pas moins que, combinées à la série des précipitations algéroises et aux données qualitatives, les séries des statures des spahis et des tirailleurs sont les seuls indices quantitatifs contemporains des faits qui permettent de confirmer – si toutefois il en était besoin – l’importance du déclin démographique de la population indigène au cours des premières décennies de la colonisation française. Suivant l’interprétation des contemporains eux-mêmes, la population autochtone suit elle aussi la voie américaine, en l’occurrence amérindienne de la colonisation : on pense alors que le peuple vaincu est amené à disparaître pour laisser la place aux colons du peuple vainqueur. Sans qu’il soit question ici de qualifier cette crise coloniale (1830-1866) de génocide ou d’extermination, force est donc de constater que les Algériens ont subi un parcours similaire à celui des Indiens d’Amérique, que les États-uniens affamaient par l’extermination des troupeaux de bisons.

4. L’évolution staturale des tirailleurs : l’extrême gravité de la catastrophe démographique de 1867-1868 et l’énigme statistique des décennies 1870 et 1880

  • 26 + 0,6 cm par rapport aux années 1860-1866 et 1869 (statistiquement significatif au seuil de 0,1 %).
  • 27 Qui s’inspire lui-même des travaux du prix Nobel Amartya Sen : Génocides tropicaux. Catastrophes na (...)
  • 28 La famine indienne tue entre 2,8 % et 4,7 % de la population et parallèlement la stature des Indien (...)
  • 29 David Todd, «A French Imperial Meridian, 1814-1870», Past and Present, 210, 2011, p. 183.
  • 30 Annie Rey-Goldzeiguer, Le Royaume arabe. La politique algérienne de Napoloéon III 1861-1870, Alger, (...)

16La crise coloniale atteint une intensité inégalée durant le désastre démographique de 1867-1868 (sécheresse, famine, épidémies, etc.). Alors que les pertes humaines pour la population indigène sont évaluées entre un demi-million – selon les hypothèses les plus minimalistes – et un million, la stature des tirailleurs nés durant ces deux années continue d’augmenter26. Le contraste est saisissant avec la population européenne d’Algérie, dont le taux de mortalité serait peu impacté par le désastre démographique et qui connaît une baisse de la stature des conscrits. La crise de 1867-1868 affecte donc peu la population européenne, mais l’affecte tout de même – la baisse de la stature des Européens durant cette crise constitue un fait nouveau. Sans en retenir la charge polémique et morale, on peut donc conserver la grille de lecture que propose Mike Davis pour les famines indiennes de 1876-1879 et 1899-190227 et l’appliquer au cas algérien : face à la même catastrophe climatique, deux populations inégalement dotées, vivant sur le même territoire – mais non sur les mêmes terres – subissent le choc de la famine différemment suivant les droits à l’échange dont elles disposent. Voire : la crise de 1867-1868 affecte la population indigène dans des proportions inégalées dans d’autres pays, on pense notamment à la famine indienne de 1876-187928 : c’est le cas unique où une régression démographique majeure se combine à une augmentation de la stature des survivants, soit par effet sélectif, soit parce que les survivants bénéficient de davantage de nutriments per capita, soit par combinaison des deux phénomènes. Il s’agit donc là d’une crise coloniale majeure, mise en évidence par l’indice anthropométrique, sans toutefois que ce dernier permette de confirmer le caractère aggravant des facteurs de nature purement coloniale déclenchant ce cataclysme : il faudrait connaître l’impact anthropométrique et démographique de la famine au Maroc ou en Tunisie pour tenter de répondre à cette question. Quoi qu’il en soit, compte tenu de l’ampleur de la catastrophe démographique pour les survivants comme pour les morts, on ne peut qu’adhérer à l’idée de David Todd selon laquelle la famine algérienne constitue, avec l’échec de l’aventure mexicaine (1867), un élément majeur de déstabilisation de l’impérialisme libre-échangiste français au tournant des années 1860… au côté de la défaite de 1870, qui monopolise encore trop l’attention des historiens français, au détriment des facteurs coloniaux29. « Syncope économique » et crise des droits à l’échange, la crise de 1867-1868 constitue bien « la véritable césure de l’histoire économique de l’Algérie » : on assiste alors à l’émergence de la charité coloniale, alors qu’auparavant le pays exportait des céréales30.

  • 31 1,2 cm entre la catastrophe démographique et la décennie 1880 (coefficients statistiquement signifi (...)
  • 32 Croissance différenciée des adolescents et des adultes pour les mêmes décennies de naissance, stabi (...)
  • 33 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. 2, p. 800 et 802.
  • 34 L’impact anthropométrique des autres maladies chroniques caractéristiques de l’Ancien Régime démogr (...)

17Par la suite, la stature des tirailleurs augmente sensiblement, des années de naissance 1860 à 188031. Différents indices et tests statistiques32 permettent d’écarter l’hypothèse que cette croissance sensible serait due à une modification de la sociologie du recrutement des fantassins coloniaux. La résignation des indigènes, vaincus en 1870 pour un long moment, aurait pu en effet déboucher sur un recrutement dans des couches moins défavorisées de la population, à la stature moyenne plus élevée. Il n’en est donc rien. Reste l’énigme de la croissance staturale des tirailleurs dans un contexte apparemment très défavorable : les spoliations de terre au début de la IIIe République atteignent des sommets auparavant inégalés, le poids des « impôts arabes » s’alourdit considérablement selon Ageron, alors que l’ouverture au marché international se déroule dans un contexte de baisse des prix. Surtout, la croissance démographique de la population indigène atteindrait des records qui ne seront à nouveau atteints que dans l’Algérie post-coloniale, dans un contexte médical radicalement différent. Selon les hypothèses retenues par Charles-Robert Ageron, la production par indigène connaît alors une très sensible diminution33. Comment la croissance staturale des indigènes est-elle possible dans ce contexte de baisse des disponibilités alimentaires et des revenus nets par habitant, alors que le contexte épidémiologique ne connaît par ailleurs aucune amélioration sensible, puisque la lutte antipaludique, d’abord destinée à la population européenne, est sans effet anthropométrique sur cette dernière34 ?

5. Résoudre l’énigme : pour une révision des recensements de la population indigène antérieurs à 1886

18On émet deux hypothèses. Tout d’abord, en dépit de l’ouverture au marché international de l’économie indigène qui se dessine dans la seconde moitié du xixe siècle, les fellahs demeurent avant tout des (auto)consommateurs plutôt que des producteurs-vendeurs. Ensuite, suivant le résultat des recherches de Sari qui ont réévalué les pertes indigènes causées par le désastre démographique de 1867-1868, on admet l’hypothèse de Kateb d’une stagnation des effectifs de la population indigène entre les recensements de 1872 et 1886.

  • 35 Nous renvoyons à notre mémoire original d’HDR pour le détail des analyses et corrélations.
  • 36 Jacques Frémeaux, Les Bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, 1993, p. 157 sqq(...)

19On vérifie d’abord la robustesse des statistiques économiques existantes, tirées des TEF (Tableaux de la situation des établissements français dans l’Algérie) puis de la SGA. Il apparaît qu’en dépit de nombreuses imperfections et incohérences, notamment dans le détail des séries annuelles, les productions céréalières (blé dur, blé tendre, orge), indigènes ou européennes, sont plus ou moins corrélées entre elles et qu’elles sont également corrélées aux précipitations algéroises pour les décennies 1860 à 188035. Les statistiques des productions indigènes, établies à l’échelle locale par les officiers des bureaux arabes et les notables indigènes sous leurs ordres, étaient ensuite publiées à l’échelle nationale dans les TEF et la SGA. Elles constituent des estimations réalisées à partir de renseignements réunis par les bureaux arabes en vue de la collecte des « impôts arabes ». Il s’agit donc de statistiques susceptibles d’arrangements fiscaux entre fellahs, cheikhs et caïds, mais aussi de sous-enregistrement pour cause de sous-encadrement administratif, particulièrement en début de période. Or, pour expliquer l’essor considérable des productions que laissent entrevoir les statistiques des bureaux arabes dans la décennie 1850, Jacques Frémeaux et Xavier Yacono évoquent la grande prospérité de l’agriculture indigène, ainsi que les retombées positives de l’ouverture au marché sur cette dernière36. Conformément à une hypothèse alternative de David Todd, il faut davantage voir dans cette augmentation très sensible des « productions » les conséquences administratives de la progressive mise en place de la machine à évaluer les revenus de la terre et à collecter les « impôts arabes ». Les disponibilités nutritionnelles calculées par habitant à l’échelle nationale à partir des TEF et de la SGA pour les années 1850 en sont une preuve supplémentaire, tant elles constituent des impossibilités physiologiques : elles sont beaucoup trop basses. Par ailleurs, conformément à ce qui avait déjà été noté, notamment par Ageron, les séries annuelles du cheptel indigène (bovins, ovins, caprins) sont moins fiables, dans la mesure où elles ne sont pas corrélées aux précipitations, même après 1859.

20On teste ensuite les deux hypothèses. Tout d’abord, des années 1860 à 1880, la stature des tirailleurs augmente sensiblement, alors que les prix du blé diminuent : les tirailleurs semblent donc profiter en tant que consommateurs de prix en baisse. La faible corrélation négative entre la stature des tirailleurs et les prix du froment ne peut toutefois être validée statistiquement. Quoi qu’il en soit, les indigènes ne se comportent donc pas en priorité comme des vendeurs de blé et on peut même avancer que le repli sur le marché local durant la Grande Dépression a plutôt été favorable à l’autoconsommation et in fine à la croissance des corps indigènes. D’ailleurs, la stature des tirailleurs est en partie corrélée à la pluviométrie, ce qui n’est pas le cas des conscrits européens, car les premiers se comportent davantage en tant qu’auto-consommateurs que producteurs-vendeurs de céréales. Les indigènes se trouvent donc dans une situation originale au regard de ce que nous a appris l’histoire anthropométrique des pays occidentaux, où l’intégration au marché des régions périphériques se traduit par un appauvrissement des apports nutritionnels, auparavant consommés sur place et désormais vendus au plus offrant, et qui débouche in fine sur une diminution de la stature. Au contraire, pour les fellahs, l’intégration au marché international se faisant à une période de contraction des prix et, surtout, les statistiques officielles de production ne rendant que très partiellement compte de l’autoconsommation indigène, la hausse des précipitations des années de naissance 1860 à 1880 se traduit davantage par de plus grands apports nutritionnels (céréales et lait) par habitant que par une baisse des revenus via la commercialisation d’une partie de la récolte.

  • 37 John Iliffe, The African Poor. A History, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 156 sqq.

21Ensuite, si l’on tient pour véridique la croissance démographique déduite des résultats officiels des recensements effectués entre 1872 et 1886, il n’existe pas de corrélation entre les disponibilités nutritionnelles par habitant et la stature des tirailleurs. En revanche, si l’on retient l’hypothèse d’une stagnation démographique, les corrélations sont positives, aussi bien pour les céréales que pour les nutriments tirés du cheptel indigène, même si pour ce dernier la corrélation n’est statistiquement pas significative. La croissance anthropométrique des tirailleurs s’explique donc en partie par une conjoncture climatique et agraire favorable, dont rendent partiellement compte les statistiques agricoles des TEF puis de la SGA. La série des précipitations algéroises s’inscrit d’ailleurs de manière cohérente dans le schéma climatique continental de l’époque. Plus largement, conformément aux observations de John Iliffe, ces résultats confirment l’importance pour la démographie africaine du facteur pluviométrique, davantage que l’impact des mesures médicales, avant le milieu du xxe siècle37. Mais, de la décennie 1840 à 1860, les précipitations diminuaient, alors que la stature des indigènes stagnait (spahis) ou augmentait légèrement (tirailleurs), car le poids de l’invasion française se faisait lourdement sentir sous forme d’une forte poussée de la mortalité : crise coloniale donc. Par conséquent, après 1870, la stature des tirailleurs augmente grâce à un climat plus humide, mais aussi pour des raisons plus locales et coloniales : le retour à la « paix » coloniale, ainsi peut-être que l’essor du salariat rural, permettent à la société indigène d’entrer en convalescence.

  • 38 500 000 morts chacun suivant respectivement Daniel Lefeuvre et Guy Pervillé.
  • 39 Xavier Yacono, « Peut-on évaluer… », loc. cit., p. 307.

22Le paradoxe des années 1860-1880 s’explique donc si l’on admet qu’il faut remettre en question la seule pièce du puzzle qui est en incohérence majeure avec les autres éléments -et en contradiction avec les croissances naturelles que l’on sait être possibles dans une société préindustrielle : la croissance démographique des années 1870-1880. Or, si la population indigène de 1872 égale celle de 1886, à rebours, et même en suivant les hypothèses les plus conservatrices concernant les pertes causées par le désastre démographique de 1867-1868 et par la guerre d’invasion entre 1830 et 186638, la population autochtone de 1830 doit a minima s’élever à 4,2 millions, voire, si l’on retient les chiffres des pertes de Sari et Kateb, à 5 millions d’habitants, et non à 3 millions comme l’a avancé en 1954 Xavier Yacono. Cet éminent chercheur signalait d’ailleurs, à propos de sa propre estimation, reprise depuis par de très nombreux historiens, qu’il s’agissait là d’un résultat « artificiel, construit pour tout dire » et que les conclusions de sa tentative étaient « peut-être provisoires »39.

6. Économie et démographie en Algérie au xixe siècle : scénario d’Ancien Régime ou scénario critique ?

23L’indice anthropométrique amène donc à remettre directement en question deux éléments de ce que l’on pourrait appeler le « scénario d’Ancien Régime » hérité des travaux de Yacono puis d’Ageron, par opposition au « scénario critique », basé sur les travaux de Sari et Kateb : population indigène en 1830, sous-évaluée, et croissance démographique de la période 1872 à 1886, surévaluée (2,9 % / an). Indirectement, en réévaluant la population en 1830 et 1866, cet indice remet en question deux autres éléments de ce scénario d’Ancien Régime. Il donne d’une part plus de poids aux estimations hautes des pertes liées à la catastrophe démographique de 1867-1868, car s’il est bien difficile d’imaginer un million de morts pour une population comptant seulement trois millions d’habitants en 1830, la chose est davantage plausible avec une population s’élevant a minima à quatre millions. D’autre part, la remarque s’applique aussi à l’estimation des pertes pour la période 1830 à 1866.

  • 40 Population indigène au recensement de 1901: 4,07 millions, 1906 : 4,4 millions, 1921 : 4,9 millions
  • 41 « En ce qui concerne l’Afrique du Nord, la violence des conflits d’émancipation nourrit une littéra (...)
  • 42 À ce propos, la hausse sensible des impôts arabes au début de la IIIe République, dénoncée par Ager (...)

24Quoi qu’il en soit, « convalescence » est donc bien le mot qui convient pour désigner la situation de la population indigène durant les années 1870 et 1880, car l’augmentation de la stature des tirailleurs ne peut être lue comme l’histoire du succès de la colonisation française, après la catastrophe démographique de 1867-1868 qui n’aurait que des causes naturelles, caractéristiques d’un Ancien Régime démographique et dernier élément constitutif de ce que l’on nomme le scénario d’Ancien Régime. Certes, la corrélation entre la stature et les précipitations et entre la stature et les disponibilités alimentaires par habitant indique l’importance fondamentale des facteurs naturels et de l’autoconsommation, mais elle n’exclut pas l’hypothèse de la crise coloniale, i. e. que l’avènement du marché, combiné d’ailleurs à d’autres facteurs naturels non modélisés, telle l’invasion des acridiens, ait joué le rôle de puissant catalyseur dans cette crise. Les indigènes mettent près d’un siècle à se relever des pertes occasionnées par l’arrivée des Français. En effet, au plus tôt, la population de 1830 (4,2 millions) n’est retrouvée qu’au début du xxe siècle, voire après la Première Guerre mondiale (5 millions)40. C’est dire la profondeur du traumatisme vécu durant les premières décennies de la colonisation par la population autochtone. Ce n’est pas pour autant que toute l’histoire de l’Algérie du xixe siècle doive être lue au prisme du seul fait colonial : histoire de l’Algérie à l’époque coloniale et non de l’Algérie coloniale, comme l’exprimait déjà Jacques Berque en son temps41. Ainsi les facteurs d’ordre naturel (le climat), d’Ancien Régime démographique et économique si l’on préfère, se combinent aux facteurs d’ordre colonial (retour à la paix et développement du salariat) pour expliquer la croissance staturale des tirailleurs…en dépit de la forte augmentation des ponctions coloniales42.

Conclusion

25D’un point de vue disciplinaire et méthodologique, le cas algérien rappelle que la question des niveaux de vie est multidimensionnelle. En effet, John Komlos et d’autres chercheurs à sa suite ont interprété la baisse de la stature des Occidentaux au cours de la Révolution industrielle comme une bonne nouvelle au regard de la croissance démographique sans précédent que cette dernière a permise, contrairement aux périodes antérieures. La faim a remplacé la mort et l’Occident ne vit alors qu’une menace de crise malthusienne, par opposition à une crise malthusienne d’Ancien Régime, qui se serait définie par la conjugaison d’une saignée démographique et d’une augmentation concomitante des apports nutritionnels par habitant et donc in fine de la stature. Or l’Algérie présente le cas inédit de la conjugaison d’une décroissance démographique majeure et d’une augmentation de la stature, dans un contexte colonial très difficile qui interdit d’évoquer la crise de 1867-1868 comme si ses causes étaient uniquement naturelles et non pas, en partie du moins, coloniales, on pense notamment aux conséquences socio-économiques de l’intervention militaire massive de 1864. Comparer l’évolution de la stature des tirailleurs à celle d’autres pays du Sud ou d’autres pays colonisés pour le xixe siècle ne paraît donc pas pertinent tant qu’on n’interroge pas en parallèle, comme on l’a fait pour l’Algérie, la fiabilité des décomptes de population et donc in fine la croissance naturelle des pays concernés.

  • 43 Patrick Manning, « African population projections 1850-1960 », dans Karl Ittmann, Dennis D. Cordell (...)
  • 44 Pierre Goinard, Algérie. L’œuvre française, Nice, éditions Jacques Gandini, 2001 (deuxième édition) (...)

26Remettre en cause le taux de croissance démographique extravagant des années 1872-1886 et réévaluer à la hausse la population algérienne de l’ère précoloniale s’inscrivent par ailleurs dans une tendance internationale actuelle de la démographie historique43. Les résultats tirés de l’analyse de la stature des tirailleurs confirment l’idée déjà bien établie que les décomptes de populations de l’époque coloniale sous-évaluent les populations africaines, autant pour des raisons de ressources administratives réduites et de sous-qualification du personnel, que d’idéologie coloniale mythifiant le « retard » africain – qui se traduirait par une population précoloniale réduite –, minimisant l’impact démographique des guerres de « conquête », et magnifiant l’œuvre coloniale qui permettrait de lutter contre la maladie et la mort, et d’entrer enfin dans l’histoire44.

27Pour autant, l’Algérie ne doit pas être érigée en cas d’école, en modèle, en symbole : mieux vaut évoquer des situations coloniales qu’un phénomène colonial universel et anhistorique. Il est préférable de parler des colonisations que de la colonisation. De plus, de récentes études d’histoire anthropométrique ont montré qu’en termes de divergence, les différences entre régions au cours de l’industrialisation sont aussi grandes, voire plus grandes qu’entre pays. Des études régionales qui s’appuieraient sur un plus grand nombre de données individuelles, et que l’on ne peut qu’appeler de nos vœux, donneraient peut-être des résultats différents, laissant entrevoir des nuances (inter)régionales de développement humain. Les archives du personnel militaire français offrent donc de vastes perspectives de recherche sur l’Algérie du xixe siècle, mais aussi sur la Tunisie, sans parler d’un élargissement chronologique, qui permettrait une analyse anthropométrique de la « clochardisation » (G. Tillion) du pays au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 On emploie indigène sans guillemets, car le terme renvoie à un statut légal, à l’instar de celui d’esclave aux États-Unis d’Amérique.

2 Sur la démographie, les deux thèses irréconciliables restent : Xavier Yacono, « Peut-on évaluer la population de l’Algérie vers 1830 ? », dans Revue Africaine, 1954, p. 277-307 ; Djilali Sari, Le Désastre démographique, Alger, SNED, 1982 ; sur l’économie, voir notamment : André Nouschi, Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises de la conquête jusqu’en 1919 Essai d’histoire économique et sociale, Paris, PUF, 1961, p. VIII ; Xavier Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif (de la Vigerie au confluent de la Mina), Alger, 2 vol., imprimerie Imbert, 1955, p. 336 ; Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. 2, Paris, PUF, 1968, p. 825 ; René Gallissot, L’Algérie précoloniale. Classes sociales en système précapitaliste. Mise en question du mode de production féodal, Cahiers du Centre d’Études et de Recherches Marxistes, 60, 1968, p. 2.

3 Kamel Kateb, Européens, « indigènes » et juifs en Algérie (1830-1962). Représentations et réalités des populations, Paris, INED, travaux et documents, cahier 145, 2001, p. 115.

4 Actuellement médecins, anthropologues et historiens utilisent la stature moyenne comme indice de niveau de vie : si les différences de stature entre individus renvoient au génotype, les différences de stature entre populations renvoient très majoritairement aux influences du milieu. Voir notamment OMS, série des rapports techniques, 854, Utilisation et interprétation de l’anthropométrie. Rapport d’un comité OMS d’experts, OMS, Genève, 1995 ; Barry Bogin, The Growth of Humanity, New York, Wiley-Liss, 1999 ; Inas R. Kelly et John Komlos (dir.), The Oxford Handbook of Economics and Human Biology, Oxford, Oxford University Press, 2016.

5 Registres matricules : Service Historique de la Défense, Vincennes : sous-série 35 Yc (spahis -indigènes, recrutement 1832-1879 : 5 174 dossiers individuels extraits sur 30 545) et 46 Yc (tirailleurs -indigènes, recrutement 1856-1909, 11 992 dossiers extraits sur 110 731) ; Centre des Archives d’Outre-Mer, Aix, sous-séries 1, 2 et 3 RM (citoyens-conscrits-Européens, classes 1870-1906, 3 619 dossiers extraits sur 124 646) ; Registres médicaux d’incorporation, Centre des Archives du Personnel Militaire, Pau : non coté (conscrits indigènes et citoyens, classes 1936-1937, 1504 dossiers extraits : saisie exhaustive sur les subdélégations de Bône-Annaba, Tiaret et Mascara).

6 Une infime partie des indigènes acquièrent la citoyenneté française et sont donc conscrits. Sur la porosité toute relative des catégories « indigènes » et « citoyens », nous renvoyons à l’analyse des sources et à la discussion de l’historiographie dans notre mémoire d’HDR.

7 Berrani : travailleur migrant traditionnel des montagnes et des oasis vers les villes. Allan Christelow, Algerians without Borders. The Making of a Global Frontier Society, Gainesville, University Press of California, 2012, p. 67 sq. et 77.

8 Belkacem Recham, Les Musulmans algériens dans l’armée française (1919-1945), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 59.

9 Les tirailleurs issus de la région de Fort National (l’Arbaa Naït Iraten) mesurent 2,4 cm de moins que les plus grands, nés dans la région de Bône (Annaba). À titre indicatif, à l’échelle historique, une population peut grandir en moyenne de 1 à 1,5 cm par décennie.

10 Taux d’urbanisation de la population des tirailleurs (seuil de 5 000 habitants) : 4,8 %.

11 Lance Brennan, John MacDonald, Ralph Shlomowitz, « Toward an anthropometric History of Indians under British rule », Research in Economic History, 1997, 17, p. 185-246.

12 Prédominance des Alsaciens-Lorrains, y compris avant 1870, et des Méridionaux, y compris de la vallée rhodanienne.

13 Ou stature moyenne. On entend par nutrition nette un bilan énergétique où NN (nutrition nette) = NB (nutrition brute) – D (dépenses en énergie). La NN entre la naissance, voire depuis la croissance in utero du fœtus, et l’âge adulte se lit dans la stature adulte moyenne. La NB se définit comme la somme totale des apports nutritionnels sur la même période, elle recouvre également la notion de richesse du régime alimentaire en nutriments favorisant la croissance, notamment les protéines d’origine animale. Les dépenses en énergie, outre le métabolisme basal, comprennent les dépenses du corps pour lutter contre les maladies et le travail physique des enfants (Richard H. Steckel, Roderick Floud, « Introduction », dans Richard H. Steckel, Roderick Floud (dir.), Health and Welfare during Industrialization, University of Chicago Press, Chicago, 1997, p. 1-16).

14 Plusieurs régressions ont été calculées, notamment : pour l’ensemble de la population des conscrits et avec contrôle pour les lieux de naissance (Europe, métropole, etc.) ; pour les seuls natifs d’Algérie ; pour les natifs ruraux ; pour les natifs citadins.

15 Dans la décennie de naissance 1870, les ruraux français nés en Algérie dominent les métropolitains de 2 cm.

16 Selon l’usage consacré en histoire anthropométrique, toutes les statures adultes citées ici sont rapportées aux décennies de naissance, car c’est durant la petite enfance que les conditions de vie influencent le plus la stature moyenne adulte.

17 Baisse de 0,5 cm, statistiquement significative au seuil de 5 %, baisse de 1 cm pour les seuls conscrits nés en ville entre les décennies 1860 et 1880. Sur les méthodes statistiques d’analyse, nous renvoyons à notre mémoire original d’HDR.

18 Les travaux d’histoire anthropométrique développés depuis la fin des années 1970 se sont d’abord concentrés sur les voies occidentales d’industrialisation et ont mis en évidence l’existence d’un malus urbain en terme anthropométrique, malus qui serait une des caractéristiques de l’industrialisation précoce. Toutefois, les travaux d’histoire anthropométrique portant sur le malus urbain dans les pays non occidentaux du xixe siècle sont encore rares.

19 Malus urbain des conscrits nés à Alger par rapport à ceux nés à la campagne : 0,8 cm. Malus urbain (toutes villes confondues) chez les tirailleurs : 0,4 cm (population de référence : tirailleurs nés à la campagne).

20 Voir section 5 pour une présentation critique de cette source.

21 La conscription est progressivement et inégalement appliquée à la population indigène à partir de 1912.

22 2,9 % des 124 646 fiches créées entre 1870 et 1906.

23 Marc Baroli, Algérie terre d’espérances. Colons et immigrants (1830-1914), Paris, L’Harmattan, 1992 (première édition 1976), p. 128 sqq.

24 Lucette Valensi, Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, Flammarion, 1969, Lemnouar Merouche, Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane I. Monnaies, prix et revenus 1520-1830, Saint-Denis, Bouchène, 2002.

25 Dans les deux cas, les tendances dégagées restent identiques après l’introduction de variables de contrôle pour les cohortes de recrutement.

26 + 0,6 cm par rapport aux années 1860-1866 et 1869 (statistiquement significatif au seuil de 0,1 %).

27 Qui s’inspire lui-même des travaux du prix Nobel Amartya Sen : Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003 (édition originale : 2001).

28 La famine indienne tue entre 2,8 % et 4,7 % de la population et parallèlement la stature des Indiens survivants stagne (Nord) ou diminue sensiblement (Sud), la famine algérienne tue entre 19 % et 24 % de la population et la stature des tirailleurs survivants augmente.

29 David Todd, «A French Imperial Meridian, 1814-1870», Past and Present, 210, 2011, p. 183.

30 Annie Rey-Goldzeiguer, Le Royaume arabe. La politique algérienne de Napoloéon III 1861-1870, Alger, SNED, 1977, p. 471.

31 1,2 cm entre la catastrophe démographique et la décennie 1880 (coefficients statistiquement significatifs au seuil de 0,1%).

32 Croissance différenciée des adolescents et des adultes pour les mêmes décennies de naissance, stabilité de l’écart type de la stature sur l’ensemble des décennies de naissance, introduction de variables de contrôle pour les années de recrutement. Sur ce point voir le récent débat entre Brian A’Hearn, Jörg Baten et Howard Bodenhorn (Howard Bodenhorn, Timothy W. Guinnane, Thomas A. Mroz, Sample-selection Biases and the «industrialization puzzle», NBER working paper series, 21249, 2015).

33 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. 2, p. 800 et 802.

34 L’impact anthropométrique des autres maladies chroniques caractéristiques de l’Ancien Régime démographique maghrébin est soit constant et probablement fort (maladies gastro-intestinales), soit variant dans le même sens que le paludisme auquel la maladie est très souvent associée (maladies respiratoires), soit en corrélation avec les variables climatiques et de nutrition brute qui permettent d’expliquer l’élévation de la stature (cachexie).

35 Nous renvoyons à notre mémoire original d’HDR pour le détail des analyses et corrélations.

36 Jacques Frémeaux, Les Bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, 1993, p. 157 sqq. ; Xavier Yacono, Les Bureaux arabes et l’évolution des genres de vie indigènes dans l’Ouest du Tell algérois (Dahra, Chélif, Ouarsenis, Sersou), thèse complémentaire pour le doctorat ès-lettres, Paris, Larose, 1953, p. 279 sqq.

37 John Iliffe, The African Poor. A History, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 156 sqq.

38 500 000 morts chacun suivant respectivement Daniel Lefeuvre et Guy Pervillé.

39 Xavier Yacono, « Peut-on évaluer… », loc. cit., p. 307.

40 Population indigène au recensement de 1901: 4,07 millions, 1906 : 4,4 millions, 1921 : 4,9 millions.

41 « En ce qui concerne l’Afrique du Nord, la violence des conflits d’émancipation nourrit une littérature acharnée à dénoncer, jusqu’au délire, la lésion subie. Elle ne retient, en somme, de la dialectique coloniale, que la couche extérieure, et de celle-ci que les destructions. Mais cette carence dans l’analyse laisse de côté ce qui, statistiquement et logiquement, comptait sans doute le plus : à savoir la permanence ou mutation propre, dirais-je, de l’inviolé », Jacques Berque, Dépossession du monde, Paris, Seuil, 1964, p. 98.

42 À ce propos, la hausse sensible des impôts arabes au début de la IIIe République, dénoncée par Ageron et souvent citée, doit être doublement remise en perspective. D’une part, selon Todd, il ne s’agit là que d’un rattrapage par rapport à la période antérieure aux catastrophes de 1864-1868. D’autre part, si l’on retient l’hypothèse Sari pour la croissance naturelle sur la période 1876-1886 (stagnation), la pression fiscale par habitant, au lieu de décroître de 22 % (scénario d’Ancien Régime), stagne (scénario critique).

43 Patrick Manning, « African population projections 1850-1960 », dans Karl Ittmann, Dennis D. Cordell, Gregory H. Maddox (dir.), The Demographics of empire. The colonial order and the creation of knowledge, Athens, Ohio University Press, 2010, p. 245 sqq.

44 Pierre Goinard, Algérie. L’œuvre française, Nice, éditions Jacques Gandini, 2001 (deuxième édition), passim et plus spécifiquement p. 200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Heyberger , « Les statistiques coloniales en question. Niveaux de vie, croissance démographique et économie des populations indigène et européenne en Algérie au xixe siècle. Approche par l’histoire anthropométrique », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4516 ; DOI : 10.4000/framespa.4516

Haut de page

Auteur

Laurent Heyberger 

Laurent Heyberger est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bourgogne-Franche-Comté UMR 6174 FEMTO-ST/RECITS et directeur du département Humanités de l'UTBM.  laurent.heyberger@utbm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals