Navegación – Mapa del sitio
Universitaires en mobilité

Bergson, précurseur des mobilités académiques contemporaines ?

Fred Dervin

Resúmenes

Au début du XXe siècle, le philosophe Henri Bergson (1859-1941) fut considérablement « mobile ». Professeur au Collège de France dans les années 1910, il se rendit à plusieurs occasions, entre autres, en Grande-Bretagne (Birmingham, Cambridge, Edimbourg, Londres et Oxford) et aux Etats-Unis (New York) pour effectuer un certain nombre de missions. Dans cet article, nous décrirons ce qui amenait le philosophe à bouger, qui l’invitait et pourquoi ? Nous verrons aussi que Bergson encourageait la mobilité académique. Nous travaillerons à partir du corpus suivant : des lettres écrites par Bergson à propos de ses déplacements, des archives du New York Times (États-Unis) et du Times (Angleterre), et une biographie récente sur l’auteur. En tout, il s’agira de s’interroger sur la question suivante : l’universitaire Bergson était-il en quelque sorte précurseur de l’universitaire contemporain hypermobile ?

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Leszek Kolakowski, Bergson, Oxford, Past Masters, 1985, p. 1-2.
  • 2  The New York Times, 13 février 1914, Bergson elected to French Academy.
  • 3  Philippe Soulez et Frédéric Worms, Bergson, Paris, PUF, 2002, p. 101.
  • 4 Times, 22 avril 1914, M. Bergson’s Gifford lectures.
  • 5  The New York Times du 22 octobre 1911, New philosophy in London.

1La destinée du philosophe Henri Bergson (1859-1941) est tout à fait unique et étonnante dans l’histoire des idées du XXe siècle. Très populaire du début de ce siècle jusqu’aux années 1930, professeur au Collège de France, membre de l’Institut, membre de l’Académie française, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1928, Bergson est aujourd’hui relégué au rang de « dead classic », à l’exemple notamment de son contemporain E. Husserl1. Mais Bergson fut également célébré à son époque. Ainsi, en 1912, un journal londonien, proposant à ses lecteurs de choisir l’un des événements les plus marquants de l’année, évoque « la redécouverte de l’esprit par Bergson »2. Dans sa nécrologie, publiée par le Guardian le 6 janvier 1941, on dit de lui qu’il « possédait une notoriété internationale ». Que ce soit en France, aux États-Unis ou en Angleterre, le philosophe Bergson fut perçu comme « représentatif d’une époque »3 car il avait réussi à « capturer l’imagination de ses contemporains »4. D’ailleurs, ses ouvrages furent traduits dans de nombreuses langues et réédités à de multiples occasions. Ce fut le cas notamment de l’Évolution Créatrice, publié en 1907 (1911 en anglais), qui laissa « une empreinte considérable sur le monde intellectuel européen »5 mais aussi américain. Son influence se retrouve très clairement dans la création artistique et littéraire de l’époque, chez Proust, Debussy ou Maeterlinck.

2Il ne s’agira pas ici de débattre pour savoir si Bergson demeure l’une des figures essentielles de la pensée contemporaine mais plutôt de nous intéresser à son intense mobilité académique – thématique nullement traitée à notre connaissance, par la recherche sur le philosophe. À partir des années 1910, Henri Bergson fut, en effet, très « mobile ». Nommé au Collège de France en 1900, il se rendit à plusieurs occasions en Angleterre (Birmingham, Cambridge, Londres et Oxford), en Écosse (Édimbourg), aux États-Unis (New York et Chicago) mais aussi en Espagne, en Italie et en Suisse pour effectuer un certain nombre de missions tout d’abord de nature universitaire puis diplomatique.

  • 6  Henri Bergson, Correspondances, Paris, PUF, 2002, lettre du 3 juillet 1927 à R.B. Perry, p. 1230-1 (...)
  • 7  Cité par Maurice Maschino, Oubliez les philosophes, Bruxelles, Éditions Complexe, 2001, p. 129.

3L’exercice que nous proposons ici est, en quelque sorte, malaisé. En effet, Bergson insistait souvent sur la séparation nécessaire entre son œuvre et sa vie privée ; il avait d’ailleurs interdit dans son testament de publier après sa mort, ses lettres, des notes prises pendant ses cours ou lors de conversations6. Comme le disait le philosophe : « Insister toujours sur le fait que j’ai toujours demandé qu’on ne s’occupe pas de ma vie, qu’on ne se préoccupe que de mes travaux. J’ai invariablement soutenu que la vie d’un philosophe ne jette aucune lumière sur sa doctrine et ne regarde pas le public »7.

4Nous nous livrons donc à un exercice éthiquement problématique. Toutefois, nous ne nous intéresserons point ici aux liens entre la pensée et la vie privée de Bergson mais à son parcours et à ses idées en termes de mobilité académique, en ayant deux objectifs en tête : tout d’abord observer les phénomènes de mobilité académique au début du xxe siècle, à partir d’un universitaire reconnu et influent et ensuite relever les discours qui circulaient sur cette mobilité.

  • 8  Op. cit.
  • 9  Henri Bergson, Mélanges, Paris, PUF, 1972.
  • 10  Op. cit.

5Les informations sur la vie de Bergson peuvent paraître, à première vue, fragmentaires. Nous avons pu avoir accès tout de même à un certain nombre de documents qui serviront à illustrer notre propos : la collection des nombreuses correspondances de Bergson collectée par André Robinet en 20028 ; les mélanges bergsoniens (19729) qui rassemblent des textes et des lettres inédits ; la biographie que consacrent Ph. Soulez et F. Worms au philosophe (200210) ; une sélection d’articles publiée par le New York Times (États-Unis ; 26 articles entre 1911-1942) et le Times (Angleterre, 14 articles entre 1911-1942) sur Bergson, surtout à propos des voyages du philosophe.

1. Qui était Bergson ?

  • 11  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 295.
  • 12  Ibidem, p. 295.

6Il nous paraît nécessaire, afin de pouvoir traiter de la mobilité de Bergson, de parler un peu de ses origines et de sa relation, entre autres, à la langue anglaise. Bergson est né le 18 octobre 1859 en France, d’une famille étrangère. Il dut attendre l’âge de 18 ans pour obtenir la nationalité française. Son père, Michaël Bergson, un juif d’origine polonaise, était musicien, compositeur et professeur de piano. Il quitta la Pologne vers 1830 et tenta sa chance à Dessau, Berlin, Paris, Florence, Rome…puis en Suisse, où il obtint un poste au conservatoire de Genève avant de s’établir en Angleterre en 1869. La mère de Bergson, Kate Levinson, était Anglaise11. Lorsque Bergson eut neuf ans, ses parents l’inscrivirent en internat au lycée Bonaparte à Paris (actuel Lycée Condorcet) pour lequel il obtint une bourse du gouvernement français. Le jeune Bergson passait cependant tous ses étés en Angleterre12.

  • 13  Times du 13 février.1914, op. cit.
  • 14  Trad. : Monsieur Bergson commença ses études à l’École Normale Supérieure [de Paris] comme étudian (...)

7Ces détails sur les origines de Bergson sont indispensables car, en lisant la presse internationale de l’époque, et même les lettres du philosophe, on se rend compte qu’il est très rarement fait mention du fait que Bergson n’est pas né Français. Parmi les articles de presse étudiés, seul le Times daté du 13 février 191413 explique que « M. Bergson first studied as a foreigner at the Normal School »14. Ainsi, en quelque sorte, ses premières expériences scolaires et universitaires sont celles d’un « étudiant étranger ».

  • 15  The New York Times du 27août 1911, Students flock to Bergson to learn new philosophy.

8Mais Bergson est inlassablement décrit comme un Français typique par de nombreux observateurs de l’époque. The New York Times du 20 août 1911 explique ainsi à ses lecteurs que le style de Bergson séduit car il est « limpide et stimulant dans la meilleure tradition française ». Dans un autre article une semaine plus tard15, on peut lire :

  • 16  Trad. : Il était né en France et avec ses manières typiquement françaises, extrêmement courtoises, (...)

“He was born in France and is in manner quite typically French, exceedingly courteous, always ready in the midst of his many duties to welcome strangers and to ensure them of his appreciation of the admiration and gratitude they sometimes come many hundreds of miles to express […]16”.

  • 17  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 29.

9D’ailleurs, Bergson lui-même fut relativement attaché à la France et ses discours durant la Première Guerre mondiale furent souvent teintés d’un patriotisme des plus étonnants aux yeux de nos contemporains. Il est donc intéressant de voir que Bergson, vu de France comme de l’étranger, correspondait au Français typique. Pour Soulez et Worms, Bergson représentait « un fils qui donne l’impression d’une carrière rectiligne, totalement française, alors qu’il fut la mobilité même, le cosmopolitisme incarné et que dans son éloge funèbre Valéry devait voir en lui « le dernier grand nom de l’histoire de l’intelligence européenne » ! »17.

  • 18  Times, 25 août 1925, M. Bergson’s health.
  • 19  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 3 avril 1913 à A. Ruhe, p. 511.
  • 20  The New York Times du 11 mars 1917, Lowly in France rise to war ideals. Trad : Il donna la premièr (...)
  • 21  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 119.

10Né dans une famille polono-anglaise, Bergson était bilingue (français-anglais) : il s’entretenait épistolairement avec sa mère en anglais et se rendait fréquemment en Angleterre pour y rencontrer sa famille ou pour donner des conférences. D’après ses lettres, il lisait beaucoup en anglais. Ainsi, dans une lettre du 25 août 1925 adressée au rédacteur-en-chef du Times, Bergson lui demande de corriger une information concernant sa santé, qu’il avait lue dans le journal18. Bergson suivait aussi de près les traductions de ses propres livres et de ceux de ses collègues francophones comme anglophones (par exemple le philosophe William James). À son traducteur suédois, Algot Ruhe, il écrit en 1913 : « l’anglais est une langue que je parle depuis l’enfance et dont je connais toutes les nuances »19. Lors de l’une de ses visites aux États-Unis, le New York Times rapporte que Bergson a donné une conférence devant l’Académie des Sciences américaine : « he delivered the first part of his address in what he called “approximate English” which was in fact English of faultness phrasing20 ». Cette pratique de l’anglais, et malgré la « francité marquée » de Bergson, représente sans aucun doute l’une des raisons pour lesquelles les mondes anglophones ont connu un « Bergson boom » entre 1910 et 191421.

2. Les déplacements de Bergson

  • 22  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettres du 24 mai 1878 et du 3 juin 1878, p. 3-4.

11Bergson apparaît donc comme étant mobile dès son enfance (Suisse, France, Angleterre), pour des raisons personnelles mais aussi dans le cadre de ses études. Nous avons pu ainsi identifier dans ses correspondances de 1878 une demande du jeune étudiant Bergson à la British Library pour effectuer des recherches historiques et philosophiques – demande accompagnée d’une lettre de recommandation d’un docteur anglais du nom de H.C. Strivent Milwart22.

  • 23  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 297-298.

12Au début de sa carrière d’enseignant, Bergson fait l’expérience de la mobilité intranationale en France, typique des jeunes agrégés. Ainsi, après l’obtention de son agrégation en 1881, il est muté, d’abord à Saint-Brieuc, puis à Angers (1881) et à Clermont-Ferrand (1883) où il enseigne au lycée et à l’université. Bergson rejoint ensuite Paris en 1888, aux lycées Henri IV et Louis-le-Grand puis au Collège Rollin avant d’être nommé, d’abord à l’École Normale Supérieure pendant deux ans, puis au Collège de France en 1900. Il soutient ses thèses de doctorat en 188823.

  • 24  Times du 25 janvier 1913, Court circular. Trad : Le professeur Henri Bergson va quitter Liverpool (...)
  • 25  The New York Times du 26 janvier 1913, Bergson is coming. Trad : Bergson arrive.

13C’est à partir des années 1910 que Bergson s’engage dans une mobilité universitaire relativement intensive et cela, jusqu’au moins 1923. Ses déplacements sont souvent relayés par la presse étrangère. Ainsi, dans une « Court Circular » reproduite dans le Times du 25 janvier 1913, on apprend que « Professor Henri Bergson will leave Liverpool today in the Carmania for New York »24. Le jour suivant, le New York Times annonce que « Bergson is coming »25.

  • 26  Leszek Kolakowski, op. cit., p. 72.
  • 27  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 182.

14La création du congrès International de Philosophie en 1900 (rencontre qui a lieu tous les quatre ans) aura accompagné la mobilité internationale de Bergson, qui s’y rend à plusieurs reprises jusqu’en 1920. Ces réunions internationales étaient ouvertes aux philosophes du monde entier et représentaient un lieu important pour partager et faire connaître ses travaux. En 1911, Bergson donne une conférence intitulée « L’intuition philosophique » au Congrès de Bologne, où il entend parler pour la première fois de la théorie de la relativité. Il en débat d’ailleurs avec Einstein lors d’une rencontre de la Société française de philosophie en 1922 – ce qui donne lieu à la publication de Durée et Simultanéité la même année26. Dans un portrait dressé par le philosophe Étienne Gilson de Bergson lors du Congrès de 1920 à Oxford27, on voit que Bergson était tout à fait dans son élément lors de ces rencontres internationales :

« C’est au congrès d’Oxford, en 1921 (sic), que j’ai senti le plus vivement qu’il était un prince de l’esprit. Il y avait là une centaine de philosophes du monde entier. Bergson avait fait une communication éblouissante sur Prévision et Nouveauté. Au banquet d’adieu, il indiqua quelle était à son avis la tâche du philosophe et, pour bien montrer en quoi elle consistait, il esquissa un tableau saisissant de l’histoire de l’âme dans ses rapports avec ce qu’il appelait « le corps de l’humanité ».

  • 28  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre fin mai 1922 à K. Costelloe, p. 972-973. Il annon (...)
  • 29  The New York Times, 22 octobre1911, New philosophy in London. Trad. : Le professeur Bergson est ma (...)
  • 30  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre à la comtesse Murat, p. 572-573.

15En plus des conférences et des congrès à l’étranger, qui se déroulaient sur une semaine ou une seule journée28, Bergson fut souvent le destinataire d’invitations d’universités étrangères pour donner des séries de conférences. Ainsi en mai 1911, ce sont les universités d’Oxford (qui lui décerne un doctorat des sciences honoris causa) et de Birmingham qui l’invitent. En octobre 1911, l’université de Londres et l’University College font de même. Le New York Times du 22 octobre1911 décrit le succès de ces interventions avec ces mots : « Prof. Bergson has now come to London to deliver a series of four lectures, and, judging by the demand for seats at the first, given last night, his “conferences” will make a record for popularity »29. En 1914, l’université d’Édimbourg en Écosse l’invite dans le cadre des prestigieuses Gifford Lectures. Il écrit à ce propos à la comtesse de Murat le 22 mars 1914 : « Je vais partir le mois prochain pour l’Écosse, ou je dois faire une série de conférences, – ou plutôt un véritable cours – à l’université d’Édimbourg. C’est beaucoup de temps pris à mes études ; mais cet appel de l’étranger à la pensée française est un fait si nouveau, si honorable pour nous, que nous n’avons pas le droit de n’y pas répondre. Jusqu’ici c’était l’Allemagne qui avait le monopole à peu près exclusif de l’exportation philosophique »30. Cette université lui attribue également un doctorat honoris causa après la Première Guerre mondiale.

  • 31  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 137.
  • 32  The New York Times, 16 avril 1911, The Spring book season.
  • 33 Ibidem, 27 août 1911, Students flock to Bergson to learn new philosophy.
  • 34  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 25 septembre 1918 à E. Burnet, p. 840-841.
  • 35  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 137.
  • 36  Trad. : Durant ce voyage, mon temps fut organisé comme celui d’un souverain, chaque minute fut com (...)
  • 37  1916 : 68, cité dans Margo Bistis, « Simmel and Bergson. The theorist and the exemplar of the ‘bla (...)
  • 38  Trad. : Je me souviendrai toujours de l’Amérique comme le pays des conversations interrompues.

16Si les déplacements de Bergson ont du succès en Angleterre, c’est un véritable triomphe qui attend le philosophe aux États-Unis, où sa pensée connaît une véritable prospérité en librairie31. À l’automne 1910, le Professeur Montagu propose d’ailleurs un séminaire sur Bergson à la Columbia University. Envoyé par l’université de Paris, le philosophe donne une série de conférences à Columbia, Harvard et Princeton en 1913. Ses interventions attirent un grand nombre d’auditeurs, impressionnés par le « magicien »32 (l’expression est de W. James) ou le « prophète »33 français. Bergson est impressionné par l’Amérique. Dans une lettre écrite à E. Burnet le 25 septembre 1918, qui doit se rendre lui-même aux États-Unis, il explique « nulle part vous ne trouverez un auditoire plus vivant, plus brillant »34. Bergson se plaint légèrement néanmoins, de l’organisation de son premier voyage en Amérique35. Dans un entretien accordé au Sun (29 février 1913), il affirme que « During this trip my time was arranged as for a sovereign, each minute accounted for, and under such circumstances I could hardly familiarize myself with anything here. But I shall come to America again for a more extensive visit, not to lecture, but to observe and to study America and Americans »36. Cette frustration se traduit également dans une anecdote rapportée par Slosson37 : alors qu’on lui demandait ce qu’il retiendrait de sa visite aux États-Unis, Bergson aurait répondu : « I shall always remember America as the Land of Interrupted Conversations »38.

  • 39  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., p. 991.

17Dans tous les documents que nous avons consultés, il est très peu fait mention du quotidien de Bergson à l’étranger ou de ses impressions de voyage. On trouve exception dans un discours donné par Bergson au Comité France-Amérique le 8 avril 191339 où le philosophe parle de ses impressions (très positives) sur New York :

« Ni ce que j’avais lu, ni ce que j’avais entendu, ne m’avait donné une idée exacte, ou même simplement approximative, de ce que j’allais voir.

On m’avait dit : “méfiez-vous du climat. L’hiver à New York est insupportable. Les rues sont glaciales, les maisons surchauffées. Vous gèlerez dehors, et vous rôtirez dedans”.

Voilà ce que j’avais lu, voilà ce qu’on m’avait dit ;… et voici ce que je vis en arrivant. Un soleil radieux, qui s’obstina à rester radieux pendant la plus grande partie de mon séjour. Une lumière merveilleuse – oui, en plein hiver, une de ces lumières comme nous en avons dans le Midi, comme on en voit en Italie.

Je me promenai dans les rues de New York, et ici encore j’eus une surprise agréable. J’avais entendu dire que New York est une ville intéressante, attachante même à certains égards – mais pas du tout au point de vue architectural. On m’avait décrit les fameuses maisons à vingt, trente, quarante étages – les skyscrapers ou gratte-ciel – comme des choses désagréables à voir. Je n’ai pas eu cette impression... ».

  • 40  Ibidem, p. 997.

18Dans le même discours, il commente également le dynamisme des institutions américaines : « j’ai été très frappé de l’intensité de la vie universitaire aux États-Unis »40 . Bergson se rendra à d’autres occasions aux États-Unis. Nous reviendrons sur ces voyages d’ordre davantage diplomatique qu’universitaire infra.

  • 41  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 24 septembre 1907 à G. Papini, p. 179.

19Outre les déplacements officiels, Bergson voyage souvent en Angleterre pour ses vacances mais aussi en Suisse, où il possède une maison à Saint-Cergues près de Genève jusqu’au début des années 1930. Il profite de la proximité de l’Italie pour y faire un détour lorsqu’il rentre en France après l’été. De 1907 à 1909 au moins, il passe par Florence « deux ou trois jours », Rome, Naples ou Venise. Il profite souvent de ces occasions pour rencontrer des collègues, tel que l’écrivain Giovanni Papini41.

  • 42  Margo Bistis, op. cit.
  • 43  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 8 septembre 1909 à W. James, p. 294-295.
  • 44  Ibidem, lettre du 11 janvier 1921 à X. Léon, p. 927.

20Bergson doit souvent refuser des invitations à l’étranger (University of Southern California en 1920 ; inauguration de l’université de Jérusalem en 1925 ; etc.), à cause d’un emploi du temps fort chargé (d’après Bistis, Bergson représenterait la « personne blasée » du début du xxe siècle décrite par Simmel42) ou bien des problèmes d’arthrite qui l’immobilisent à partir de 1925. Dans ses correspondances, Bergson est d’avis, à plusieurs reprises, que les conférences à l’étranger sont épuisantes. Dès 1909, il explique à W. James la raison pour laquelle il ne s’est pas rendu au congrès de Psychologie à Genève en disant : « il faut du courage pour affronter les fatigues d’un congrès !43 ». Dix ans plus tard, dans une lettre adressée à X. Léon44, il écrit : « Je suis très fatigué ; et quand je prends la parole, je suis quelque temps à m’en remettre. Je m’en suis aperçu après le congrès d’Oxford […] ». À partir de 1925, il semble que Bergson ne se déplace que de Paris à Genève, puis de Paris aux environs de Tours où il achète une maison. En 1928, il se voit remettre le Prix Nobel de littérature mais il ne peut pas assister à la cérémonie à Stockholm en Suède.

  • 45  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 29 juillet 1909 à I. Benrubi, p. 287.

21Les multiples correspondances de Bergson avec des interlocuteurs étrangers montrent aussi que cette mobilité était intellectuelle. Dès 1902, Bergson échange avec le philosophe américain W. James, qu’il fait inviter à l’Institut de France en 1910. Il correspond également assez souvent avec ses traducteurs anglais, suédois et allemands ou encore avec l’archevêque d’Upsal en Suède. D’après ses lettres, Bergson n’hésitait pas à inviter ses collègues étrangers de passage à Paris ou en Suisse, comme Bernard Berenson, Georges Dwelshauvers, T.E. Hulme et probablement Georg Simmel, avec qui il correspondait (notamment à propos de la traduction de ses ouvrages en allemand45).

  • 46  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 29 juillet 1909 à I. Benrubi, p. 155.
  • 47  Jean Jules Jusserand, ambassadeur de France aux États-Unis durant la Première Guerre mondiale, Phi (...)

22Un aspect fort intéressant de la mobilité académique de Bergson, que nous avons écarté pour le moment, est lié à la diplomatie. En effet, c’est durant la Première Guerre mondiale que le philosophe est amené à jouer un rôle de médiateur entre la France et les États-Unis. En février 1917, il est envoyé en mission aux États-Unis par le gouvernement français. Reconnu du public américain et apprécié par le président Wilson, on demande à Bergson d’établir un contact personnel avec le président et de pousser les États-Unis à entrer en guerre contre l’Allemagne46. La première des trois missions « secrètes » de Bergson durant la guerre dure plusieurs mois. Le choix de Bergson est lié à plusieurs facteurs : il parle parfaitement l’anglais, il est admiré et il fait preuve d’«  une éloquence persuasive et (de) grande autorité »47. En août 1918, face au succès de Bergson négociateur, on lui propose une mission en Australie, qu’il refuse pour des raisons de santé. En effet, à son arrivée à Washington pour sa dernière mission, il a été victime d’une syncope. Toutefois la « carrière diplomatique » du professeur du Collège de France ne s’arrête pas là. En 1922, lors de la visite de Wilson à Paris, il sert d’interprète entre Briand et celui-ci mais aussi entre Briand et le Colonel Edward M. House, conseiller de Wilson et ami personnel de Bergson.

  • 48  Ibidem, p. 162.
  • 49  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 6 décembre 1940 de Flewelling à Bergson, p. 16 (...)

23En tout, Bergson reste en contact avec les hauts dignitaires américains qu’il a côtoyés durant cette période jusqu’à la fin de ses jours48. Ces amis américains, à travers R.T. Flewelling en Californie, proposeront de le faire venir aux États-Unis et de lui offrir un poste au début de la Deuxième Guerre mondiale, quand ils apprendront que Bergson est menacé à cause de ses origines juives49.

3. Le soutien de Bergson aux mobilités académiques

24À la lecture des lettres de Bergson, il est étonnant de voir à quel point le philosophe était attaché aux mobilités académiques des enseignants comme des étudiants. En effet, il n’hésite pas à féliciter ceux qui s’engagent dans des actions facilitant la mobilité des universitaires à travers le monde et à adopter un discours digne des discours contemporains sur les apports de la mobilité académique. Voici quelques extraits de lettres qui serviront à illustrer son enthousiasme :

  • 50  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 23 décembre 1918 à J. H. Hyde, p. 846.

25- Dans une lettre à Hyde50, il félicite son interlocuteur pour une initiative qui facilite les mouvements des professeurs entre la France et les États-Unis : « laissez-moi du moins saisir cette occasion de vous dire, une fois de plus, combien je trouve belle et féconde cette œuvre des « exchange professors » dont vous avez été l’artisan […] ».

- à propos des Bourses de voyages, instituées par le banquier et mécène Albert Kahn en 1898 :

  • 51  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., Bergson sur A. Kahn, 19 juin 1931, p. 1497-1498.

« Quand M. Albert Kahn institua ses Bourses de voyages, il avait bien voulu me mettre dans la confidence, de son projet. Je pus donc saisir à sa naissance même, l’idée dont je devais suivre avec tant d’intérêt le développement. Il s’agissait d’abord, dans la pensée du fondateur, d’ouvrir chaque année, à une élite de jeunes maitres, ce que Descartes a appelé « le grand livre du monde », et de l’ouvrir assez grand pour qu’ils pussent le parcourir tout entier ; plus tard ils feraient bénéficier leurs travaux et leur enseignement de contact prolongé qu’ils auraient pris avec les réalités. Mais il s’agissait d’autre chose encore. Des bourses de voyage autour du monde étaient également instituées à l’étranger, le fondateur espérant que des sentiments, des idées communes seraient puisés par les élites des différents pays, dans la commune expérience mondiale a laquelle il les conviait, et que ce serait un acheminement à ce qu’un grand universitaire américain a appelé the international mind »51.

- dans une lettre datée du 21 juin 1924, adressée à un certain M.M. Marks, initiateur d’un projet d’échanges estudiantins entre l’Amérique et l’Europe :

  • 52  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 21 juin 1924 à M.M. Marks, p. 1097. Trad. : Un (...)

« An organization of this kind will have as its effect only the enrichment of the intelligence of the young people and the aiding of them to two or more different cultures instead of one alone but it will also have as result the gradual binding together of the nations, if only to a better understanding and knowledge of one another. Alone, this reciprocal understanding, with the esteem and the sympathy which are its consequences, could draw the nations together into a solid and durable bond »52.

  • 53 The New York Times du 10.3.1912, Bergson says world needs a new system of ethics.

26Bergson lui-même a d’ailleurs contribué (in-)directement à la mobilité académique par les cours qu’il donnait au Collège de France – cours très populaires qui tournaient parfois en émeutes à cause du manque de place. Le New York Times du 10 mars1912 décrit l’ambiance de la salle de cours de Bergson au Collège de la façon suivante53 :

  • 54  Trad. : En Amérique, nous trouvons, bien sûr, qu’Henri Bergson est un grand philosophe connu des é (...)

« In America we found, of course, that Henri Bergson is a great philosopher, sought by students from all the world. Every nation of Europe is there (au Collège). Of the foreigners, the Russians predominate ; thousands of them have come to Paris to listen to Bergson within the last few years, and he is undoubtedly today the greatest single influence among the intellectuals of “the empire”. But there are German and English and Italians and Americans, too, on the crowded benches. There are occasional Japanese, Negroes, Hindus. Half the audience is made up of women. Here and there there is a priest. All the world meets and all nations find hope in the philosophy of the author of “creative evolution” »54.

  • 55  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., p. 1353-1363.

27Mais c’est par le biais de ses activités diplomatiques que Bergson va pouvoir contribuer aux mouvements des universitaires et des intellectuels. À la fin de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations (SDN, « ancêtre » de l’ONU) est instituée. Dans le cadre des travaux de la Société, la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle voit le jour officiellement en janvier 1922 à Genève. Henri Bergson est nommé président de cette Commission qu’il dirige jusqu’en 1925, date à laquelle il démissionne pour raisons de santé. Autour de Bergson, se réunissent, entre autres, Marie Curie et Albert Einstein. La Commission se fixe rapidement des objectifs clairs55 : enquêter sur l’état de la vie intellectuelle dans tous les pays ; apporter secours aux pays où la vie intellectuelle est menacée ; organiser la documentation scientifique internationale ; coopérer dans les recherches scientifiques ; coopérer dans le domaine universitaire (bourses internationales d’études, cours de vacances internationaux, cours destinés à mieux faire connaître les peuples les uns aux autres, échanges de professeurs, d’étudiants, équivalence des études et des résultats (diplômes et grades). L’aspect de la mobilité physique comme intellectuelle est donc la base des travaux de la Commission. À nouveau, on s’étonne face à la contemporanéité du discours et des actions proposées (équivalences, échange de bibliographies…).

  • 56  Ibidem, p. 1420.

28Dans un compte-rendu des travaux de la Commission, Bergson justifie l’action de la Commission qu’il dirige ainsi56 :

« Comment et par qui se fera ce rapprochement (entre les peuples), si ce n’est avant tout par la jeunesse qui n’a pas de parti pris ni d’idée préconçue, dont l’âme est généreuse ? Quand un jeune homme est allé passer un an ou deux dans une université étrangère, il en rapporte des souvenirs qui l’imprègneront pendant sa vie entière et surtout il laisse derrière lui de ces amitiés comme on n’en forme que pendant la jeunesse et qui demeurent pour la vie. Il acquiert la compréhension de la nation dans laquelle il a vécu et, par l’étude de sa littérature, il pénètre dans les âmes. Il rentre chez lui avec ces souvenirs, ces amitiés, et il devient un centre de propagation de la compréhension et de la sympathie pour le peuple chez lequel il s’est arrêté ».

  • 57  Fred Dervin (éd.), Lingua francas, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • 58  Henri Bergson, Mélanges, op. cit. , p. 1414.
  • 59 Ibidem, p. 1416.

29Toujours dans le cadre des travaux de la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle, la question actuelle de la lingua franca ou langue véhiculaire57 entre les universitaires étrangers est posée. On propose en effet à l’époque l’espéranto qui « servirait aux savants qui se rendent dans d’autres pays58 ». Bergson s’oppose à cette langue car d’une part, elle ne permettrait pas de « faire passer dans son âme quelque chose de l’âme d’un autre peuple » et d’autre part « l’objet de la Société des Nations est de rapprocher les peuples les uns des autres. Et il ne s’agit pas de ce rapprochement tout mécanique qui consiste à faciliter les communications […] les facilités de communication offertes par une langue artificielle ne détermineront un rapprochement entre les âmes59 ». L’apprentissage des autres langues soit par le contact direct soit par la fréquentation de la littérature du pays est, selon Bergson, la seule solution.

Conclusion

30Bergson était-il donc précurseur des mobilités académiques contemporaines ? Dérivé du latin de praecurro « courir devant, devancer », le terme de précurseur semble bien a priori s’appliquer au philosophe.

31Pour conclure cet article, disons d’abord notre surprise face à la richesse des actes de mobilité académique (physique comme intellectuelle) d’Henri Bergson. On retiendra aussi que le philosophe a contribué directement, par son travail au sein de la SDN, au mouvement des idées, des individus et des biens intellectuels, qui se développe depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Plus de 100 ans après le début des déplacements de Bergson et de la création de la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle, il est clair que la mobilité académique est devenue une nécessité acceptée par les chercheurs mais aussi les institutions qui incitent les universitaires à être de plus en plus mobiles. En quelque sorte, donc, Bergson était donc un avant-coureur.

  • 60 Cf. par exemple Susanne Ehrenreich, « ‘Teaching for residence abroad’. Blending synchronic and diac (...)

32Bien sûr, il serait ridicule de vouloir comparer l’époque de Bergson à la nôtre. En effet, les espaces couverts par la mobilité du philosophe demeurent relativement « canoniques » (Europe & États-Unis) et ne couvrent ni l’Afrique ni l’Asie, où la mobilité académique se développe depuis une trentaine d’années. Toutefois, nous sommes tentés de souligner que l’idéal de nouveauté que l’on met parfois en avant à propos de phénomènes contemporains nécessiterait à être revue à la baisse. Quelques chercheurs, s’étant penchés sur certains types de mobilité universitaire60 dans une perspective diachronique, montrent que les discours sur la mobilité et les apprentissages qu’elle véhicule ont très peu évolués. Il nous semble donc nécessaire de continuer à mettre en perspective, soit par l’étude de personnages mobiles tels que Bergson, soit par l’analyse de textes produits autour des mobilités pour étudier la continuité dans les idées qu’on associe aux mobilités académiques, mais aussi leurs origines et les changements qui y ont été apportés au fil des décennies – en se méfiant toujours du sentiment d’innovation lié aux phénomènes contemporains.

Inicio de página

Notas

1 Leszek Kolakowski, Bergson, Oxford, Past Masters, 1985, p. 1-2.

2  The New York Times, 13 février 1914, Bergson elected to French Academy.

3  Philippe Soulez et Frédéric Worms, Bergson, Paris, PUF, 2002, p. 101.

4 Times, 22 avril 1914, M. Bergson’s Gifford lectures.

5  The New York Times du 22 octobre 1911, New philosophy in London.

6  Henri Bergson, Correspondances, Paris, PUF, 2002, lettre du 3 juillet 1927 à R.B. Perry, p. 1230-1231.

7  Cité par Maurice Maschino, Oubliez les philosophes, Bruxelles, Éditions Complexe, 2001, p. 129.

8  Op. cit.

9  Henri Bergson, Mélanges, Paris, PUF, 1972.

10  Op. cit.

11  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 295.

12  Ibidem, p. 295.

13  Times du 13 février.1914, op. cit.

14  Trad. : Monsieur Bergson commença ses études à l’École Normale Supérieure [de Paris] comme étudiant étranger.

15  The New York Times du 27août 1911, Students flock to Bergson to learn new philosophy.

16  Trad. : Il était né en France et avec ses manières typiquement françaises, extrêmement courtoises, il est toujours prêt malgré ses diverses obligations à faire bon accueil aux étrangers, pour leur dire combien il les admirait et combien il les remerciait pour avoir fait des centaines de kilomètres pour s’exprimer.

17  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 29.

18  Times, 25 août 1925, M. Bergson’s health.

19  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 3 avril 1913 à A. Ruhe, p. 511.

20  The New York Times du 11 mars 1917, Lowly in France rise to war ideals. Trad : Il donna la première part de sa communication dans ce qu’il qualifiait d’anglais approximatif mais qui était en réalité une expression sans faute.

21  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 119.

22  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettres du 24 mai 1878 et du 3 juin 1878, p. 3-4.

23  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 297-298.

24  Times du 25 janvier 1913, Court circular. Trad : Le professeur Henri Bergson va quitter Liverpool aujourd’hui sur le Carmania pour New York.

25  The New York Times du 26 janvier 1913, Bergson is coming. Trad : Bergson arrive.

26  Leszek Kolakowski, op. cit., p. 72.

27  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 182.

28  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre fin mai 1922 à K. Costelloe, p. 972-973. Il annonce partir passer une journée à Londres pour faire une allocution à la Psychical Research Society.

29  The New York Times, 22 octobre1911, New philosophy in London. Trad. : Le professeur Bergson est maintenant à New-York pour une série de conférences et, si l’on en juge par la demande de places pour la première d’entre elles donnée la nuit dernière, ses conférences vont battre des records de popularité.

30  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre à la comtesse Murat, p. 572-573.

31  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 137.

32  The New York Times, 16 avril 1911, The Spring book season.

33 Ibidem, 27 août 1911, Students flock to Bergson to learn new philosophy.

34  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 25 septembre 1918 à E. Burnet, p. 840-841.

35  Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 137.

36  Trad. : Durant ce voyage, mon temps fut organisé comme celui d’un souverain, chaque minute fut comptée, et en de telles circonstances je pus difficilement me familiariser avec quoi que ce soit ici. Mais je reviendrai aux Etats-Unis pour un plus long voyage, pas pour faire des conférences, mais pour observer et pour étudier l’Amérique et les Américains.

37  1916 : 68, cité dans Margo Bistis, « Simmel and Bergson. The theorist and the exemplar of the ‘blasé person », Journal of European Studies, 2005, 395-418, p. 411.

38  Trad. : Je me souviendrai toujours de l’Amérique comme le pays des conversations interrompues.

39  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., p. 991.

40  Ibidem, p. 997.

41  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 24 septembre 1907 à G. Papini, p. 179.

42  Margo Bistis, op. cit.

43  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 8 septembre 1909 à W. James, p. 294-295.

44  Ibidem, lettre du 11 janvier 1921 à X. Léon, p. 927.

45  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 29 juillet 1909 à I. Benrubi, p. 287.

46  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 29 juillet 1909 à I. Benrubi, p. 155.

47  Jean Jules Jusserand, ambassadeur de France aux États-Unis durant la Première Guerre mondiale, Philippe Soulez & Frédéric Worms, op. cit., p. 155.

48  Ibidem, p. 162.

49  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 6 décembre 1940 de Flewelling à Bergson, p. 1669.

50  Henri Bergson, Correspondances, op. cit.,, lettre du 23 décembre 1918 à J. H. Hyde, p. 846.

51  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., Bergson sur A. Kahn, 19 juin 1931, p. 1497-1498.

52  Henri Bergson, Correspondances, op. cit., lettre du 21 juin 1924 à M.M. Marks, p. 1097. Trad. : Une telle organisation n’aura pour effet que l’enrichissement de l’intelligence des jeunes gens et de leur complicité avec au moins deux cultures différentes plutôt qu’une seule, mais elle engendrera aussi la coopération progressive des nations entre elles, grâce à une meilleure compréhension et connaissance réciproque. Seule la compréhension mutuelle, avec l’estime et la sympathie qui en sont les conséquences peuvent mener les nations ensemble vers un lien solide et durable.

53 The New York Times du 10.3.1912, Bergson says world needs a new system of ethics.

54  Trad. : En Amérique, nous trouvons, bien sûr, qu’Henri Bergson est un grand philosophe connu des étudiants du monde entier. Chaque nation d’Europe est ici représentée (au Collège). Parmi les étrangers, les Russes dominent ; des milliers d’entre eux sont venus à Paris pour écouter Bergson ces dernières années, et il exerce aujourd’hui sans conteste, le plus singulier et le plus grand magister parmi les intellectuels de « l‘Empire ». Mais, on trouve aussi des Allemands, des Anglais, des Italiens et des Américains dans les amphithéâtres bondés. Il y a aussi occasionnellement des Japonais, des Africains et des Indiens. La moitié de l’auditoire est féminin. Ici et là, on trouve un prêtre. Le monde entier se rencontre ici et toutes les nations trouvent de l’espoir chez l’auteur de l’Évolution créative.

55  Henri Bergson, Mélanges, op. cit., p. 1353-1363.

56  Ibidem, p. 1420.

57  Fred Dervin (éd.), Lingua francas, Paris, L’Harmattan, 2010.

58  Henri Bergson, Mélanges, op. cit. , p. 1414.

59 Ibidem, p. 1416.

60 Cf. par exemple Susanne Ehrenreich, « ‘Teaching for residence abroad’. Blending synchronic and diachronic perspectives on the assistant year abroad ». In Michaël Byram et Fred Dervin (éds.), Students, staff and academic mobility in higher education, Newcastle, Cambridge Scholars, 2008. Dans cette étude, la chercheuse allemande compare les discours des enseignants-stagiaires de langues du xixe siècle et de la fin du xxe siècle et souligne les ressemblances frappantes entre ceux-ci.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Fred Dervin, « Bergson, précurseur des mobilités académiques contemporaines ? », Les Cahiers de Framespa [En línea], 6 | 2010, Publicado el 01 diciembre 2010, consultado el 12 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/589 ; DOI : 10.4000/framespa.589

Inicio de página

Autor

Fred Dervin

Fred Dervin est Professeur-adjoint en sociologie à l’University of Eastern Finland (Joensuu) et Professeur-adjoint en communication et éducation interculturelles à l’Université de Turku en Finlande. Il s’intéresse, entre autres, à la mobilité académique, à l’utilisation de langues véhiculaires et aux technologies numériques du soi. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur ces thématiques.
http://users.utu.fi/freder
freder@utu.fi

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals