Navigation – Plan du site
Travail

Le partage inégal des « tâches ménagères »

Roland Pfefferkorn

Résumés

Au cours des dernières décennies les femmes ont été les actrices des transformations qui ont affecté les rapports conjugaux, et elles sont parvenues à une plus grande autonomie à l’égard de ces rapports. À l’opposé l’espace domestique reste marqué par ce que nous appellerons d’une formule raccourcie le pouvoir domestique. On doit à la critique féministe de la division du travail domestique d’avoir su éclairer cette réalité jusqu’alors confinée dans le secret des transactions et négociations conjugales, tout en déchirant son apparence naturaliste. Le travail domestique regroupe un ensemble d’activités très variées, regroupant les « tâches ménagères » proprement dites, auquel se limitera le présent article, la gestion des revenus ou du patrimoine de la famille, l’éducation des enfants, la prise en charge des personnes dépendantes, notamment les personnes âgées et/ou handicapées, ou l’organisation de l’espace-temps familial. Les différentes enquêtes réalisées confirment toutes que la division des tâches et des fonctions domestiques entre hommes et femmes continue pour l’essentiel à présenter aujourd’hui les mêmes traits inégalitaires que ceux que pointait en elle cette critique féministe il y a une génération, même dans les couples où les deux conjoints travaillent à temps complet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir sur ces différents points mon ouvrage récent : Roland Pfefferkorn, Inégalité et rapports soci (...)
  • 2  Françoise Battagliola, La Fin du mariage ? Jeunes couples des années 80, Paris, Syros, col. Altern (...)
  • 3  Même si, sur ce dernier point, il convient peut-être de nuancer le propos en raison des règles de (...)

1Au cours des dernières décennies des changements positifs sont intervenus dans les sociétés européennes, et plus particulièrement en France, qui ont permis aux femmes de conquérir une plus grande autonomie à l’égard des rapports conjugaux : quant à leur entrée et maintien dans une relation conjugale, voire quant aux modalités de ces rapports. Elles ont notamment accédé à une meilleure formation et qualification professionnelle, elles sont entrées massivement dans le salariat et peuvent dorénavant maîtriser leur fécondité1. Les femmes ont par ailleurs été pleinement actrices des transformations qui ont affecté les relations conjugales au cours de ces décennies : développement de la cohabitation hors mariage2, développement du divorce aussi, développement du célibat enfin, surtout parmi les femmes les plus dotées scolairement et professionnellement3.

  • 4  Sur les limites de la parité en politique, voir mon article : Roland Pfefferkorn, « La loi françai (...)

2Mais une fois entrées dans des relations conjugales et/ou familiales, elles se retrouvent le plus souvent dans un espace domestique au sein duquel peu de choses ont changé par rapport à la situation d’antan. En effet, tandis que l’école et l’emploi connaissent un certain nombre de transformations favorables aux femmes, on peut repérer deux points forts de résistance de la domination masculine : dans l’espace public qui reste marqué par des inégalités qui subsistent très largement, les hommes continuant à accaparer l’essentiel des positions de pouvoir4 ; au sein de l’espace privé où les hommes continuent à bénéficier d’indéniables privilèges.

  • 5  Par travail domestique, cette critique entendait dans un sens extensif le procès de reproduction d (...)
  • 6  Ce sont les critiques féministes développées à partir de la fin des années 1960 qui ont permis de (...)
  • 7  Pour une analyse plus détaillée voir Alain Bihr, Roland Pfeferkorn, Hommes-Femmes, quelle égalité  (...)
  • 8  Sophie Ponthieux, Amandine Schreiber, « Dans les couples de salariés, la répartition du travail do (...)

3La mise au jour du pouvoir masculin au sein de l’espace domestique – que nous appellerons d’une formule raccourcie le pouvoir domestique – s’est effectuée par l’intermédiaire d’une critique de la division sexuelle du travail domestique5. On doit à la critique féministe d’avoir su éclairer cette réalité jusqu’alors confinée dans le secret des transactions et négociations conjugales, tout en déchirant son apparence naturaliste6. Le travail domestique regroupe un ensemble d’activités très variées, regroupant les « tâches ménagères » proprement dites, la gestion des revenus ou du patrimoine de la famille, l’éducation des enfants, la prise en charge des personnes dépendantes, notamment les personnes âgées et/ou handicapées, ou l’organisation de l’espace-temps familial7. Or la division des tâches et des fonctions domestiques entre hommes et femmes continue pour l’essentiel à présenter aujourd’hui les mêmes traits inégalitaires que ceux que pointait en elle la critique féministe il y a une génération, même dans les couples où les deux conjoints travaillent à temps complet8.

  • 9  Les arguments présentés dans le présent texte sont développés dans le chapitre 6 de mon livre Rola (...)
  • 10  Cf. Christine Delphy, L’ennemi principal. 1. Économie politique du patriarcat, op. cit. ; et Domin (...)

4Je me limiterai dans le cadre de cet article aux seules tâches ménagères9. Par « tâches ménagères », j’entends l’ensemble des tâches d’entretien matériel des membres du ménage, de son logement et de son équipement. Elles constituent l’aspect le plus massif du travail domestique, longtemps resté invisible parce qu’effectué gratuitement, pour l’essentiel par les femmes, dans le cadre d’une division du travail apparaissant comme naturelle aux yeux de celles et ceux qui ont intériorisé la répartition patriarcale des rôles et des travaux10. En dépit de leur banalité voire de leur trivialité, ce sont des tâches essentielles non seulement à l’économie domestique mais encore, plus largement, au processus de constitution du groupe familial en tant que tel :

  • 11  Jean-Claude Kaufmann, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan, 1997, p. 71 [réédition, Pocket, 2000].

« Car "faire le ménage", ce n’est pas seulement enlever de la poussière et remettre des objets à leur place : par ces gestes routiniers se fabrique journellement rien d’autre que la base d’existence du groupe domestique. Qui sans ces gestes ne serait rien. "Faire le ménage" (au sens des choses), c’est aussi "faire le ménage" (au sens des personnes), constituer la famille11 ».

5Jean-Claude Kaufmann examine finement les ressorts subjectifs de « l’action ménagère », dont il montre qu’elle n’est pas moins digne d’intérêt qu’une autre (notamment du point de l’analyse de la constitution du sujet). Il en minimise cependant la part d’aliénation qu’implique cette action, pour celles qui s’y trouvent enfermées.

  • 12  Sylvette Denèfle, Tant qu’il y aura du linge à laver. De la division sexuelle du travail domestiqu (...)
  • 13  Sylvie Dumartin et Catherine Taché, « Équipement des ménages en biens durables électroménagers, au (...)
  • 14  Christine Delphy, « Famille et consommation », L’ennemi principal. 1. Économie politique du patria (...)

6Principalement depuis les années 1960, la mécanisation et la socialisation marchande partielle des tâches ménagères ont fait disparaître les plus astreignantes, les plus sales, les plus dangereuses aussi, d’entre elles : celles dont les femmes ont eu la charge des siècles durant et jusque dans les années 1950. En ce sens, leur charge quotidienne s’est incontestablement allégée, condition de leur entrée dans une activité professionnelle, notamment salariée, continue. Le branchement des foyers sur les réseaux d’eau courante et d’eaux usées, de gaz et d’électricité, a dispensé les femmes des corvées d’eau, de bois, d’entretien des feux, d’évacuation des ordures et des excréments. Les appareils électroménagers comme le lave-linge hier, le lave-vaisselle aujourd’hui, les dispensent de tâches pénibles et peu gratifiantes, ou du moins les réduisent considérablement12. En 1999, 90 % des ménages français étaient équipés d’un lave-linge, 61 % d’un four à micro-ondes, mais 38 % seulement d’un lave-vaisselle13. Le recul de l’auto-production alimentaire et vestimentaire, grâce à l’augmentation du niveau de vie, leur a de même permis de trouver le temps pour s’engager dans une activité professionnelle. Enfin le développement de la restauration hors domicile (sur les lieux de travail ou d’enseignement) a produit des effets analogues. Il y aurait aussi beaucoup à apprendre sur la répartition du pouvoir au sein de la famille en étudiant par exemple la manière dont sont utilisés et appropriés par les différents membres de la famille les éléments de son équipement.Christine Delphy fait justement remarquer que les sciences sociales (notamment l’économie et la sociologie) ont assez largement occulté le processus de consommation domestique (au sens large) et, par conséquent, les inégalités auxquelles il peut donner naissance14.

  • 15  Cécile Brousse, « La répartition du travail domestique entre conjoints reste très largement spécia (...)

7En dépit de ces évolutions, les tâches ménagères représentent un volume de travail considérable. Et surtout, elles continuent à peser sur les femmes, ainsi qu’en attestent les résultats des enquêtes périodiquement menées par l’Insee sur l’emploi du temps des Français15. L’emploi du temps quotidien des hommes et celui des femmes n’est pas dominé par les mêmes impératifs ni les mêmes priorités. La priorité des hommes reste l’activité professionnelle : en 1999, ils y ont consacré en moyenne près d’une heure et demie de plus par jour que les femmes. La priorité des femmes reste au contraire les activités domestiques : en 1999, elles y ont consacré en moyenne deux heures de plus par jour que les hommes. Globalement, en termes de durée, elles en assument les deux tiers sur l’ensemble d’une semaine. Mais si on ne considère que le noyau dur des activités domestique, en écartant bricolage et jardinage majoritairement pratiqués par les hommes, les femmes en assurent 80 %. Comme, par ailleurs, les femmes consacrent un peu plus de temps au sommeil, aux repas et à la toilette que les hommes, ce que ne compense pas leur durée de déplacement un peu plus courte (indice d’un moindre investissement professionnel), en définitive, leur temps libre quotidien est inférieur en moyenne d’une demi-heure à celui des hommes, soit l’équivalent d’une demi-journée sur la semaine.

  • 16  L’enquête ERFI (Etude des relations familiales et intergénérationnelles) menée par l’INED en 2005 (...)

8Cette inégalité dans la prise en charge du travail domestique tend à s’aggraver avec la mise en couple et plus encore, avec la présence d’enfants, notamment d’enfants en bas âge. Les hommes vivant seuls consacrent aux tâches domestiques presque autant de temps que les femmes vivant seules : la différence n’est que d’une demi-heure. Par contre, quand qu’ils vivent en couple sans enfants, la durée quotidienne du travail domestique des hommes ne varie pas, tandis que celle des femmes s’accroît de près d’une heure et demie. Visiblement, pour les femmes, la mise en couple se solde par un surcroît de travail domestique. La présence d’enfants, notamment d’enfants en bas âge, implique inévitablement un surcroît de travail domestique. Mais celui-ci échoit surtout aux femmes. Autrement dit, la présence d’enfants accroît considérablement l’inégalité dans le partage du travail domestique. Non seulement le travail domestique s’alourdit globalement avec la présence des enfants, mais son partage devient plus inégal16. C’est la marque de la persistance de l’assignation prioritaire des femmes à l’ordre domestique, et plus particulièrement à tout ce qui a trait à l’entretien et l’éducation des enfants. Mais le travail domestique n’est pas seulement inégalement réparti sur le plan quantitatif. Il est aussi marqué par une division qualitative des rôles sexuels. Ainsi peut-on distinguer trois catégories d’activité : les activités qui sont accomplies dans au moins 60 % des cas par les femmes ; les activités qui sont accomplies dans au moins 60 % des cas par les hommes ; enfin un groupe d’activités accomplies à peu près aussi fréquemment par les hommes et par les femmes, même si elles peuvent occuper éventuellement plus souvent les uns que les autres.

Figure 1. Répartition des tâches ménagères dans un couple en 2005

Figure 1. Répartition des tâches ménagères dans un couple en 2005

Arnaud Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? » Population et sociétés, n° 462, novembre 2009, voir le lien suivant : http://www.ined.fr/​fichier/​t_publication/​1486/​publi_pdf1_popetsoc_461.pdf

Figure 2. Qui prépare les repas dans le couple ? Évolution entre 2005 et 2008 selon l’arrivée ou non d’un enfant

Figure 2. Qui prépare les repas dans le couple ? Évolution entre 2005 et 2008 selon l’arrivée ou non d’un enfant

Arnaud Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? » Population et sociétés, n° 462, novembre 2009, voir le lien suivant : http://www.ined.fr/​fichier/​t_publication/​1486/​publi_pdf1_popetsoc_461.pdf

9Le tableau suivant donne le détail de ces trois groupes d’activité en précisant la durée quotidienne que leur consacre hommes et femmes. On ne sera pas étonné de retrouver :

  1. - parmi les activités à dominante féminine : la cuisine, la vaisselle, tout ce qui concerne la gestion du linge (lessive, repassage, couture), bien évidemment le ménage (au sens habituel) et les soins aux personnes.

  2. - parmi les activités à dominante masculine : les gros travaux d’entretien, le jardinage et le bricolage.

10Mis à part précisément les soins apportés aux personnes, qui sortent du champ des tâches ménagères proprement dites, cette division repose en fait sur une conception très conventionnelle des attributs et vertus censées être spécifiquement masculins ou féminins. On y retrouve la triple opposition du lourd et du léger, du moderne et du traditionnel, du répétitif et du créatif. Aux femmes les travaux légers (ne requérant pas la force physique) ; aux hommes les travaux de force. Aux femmes les travaux supposant la maîtrise de savoir-faire traditionnels (la cuisine, le repassage, la couture), essentiellement préoccupées de la propreté (du lieu, des vêtements) ; aux hommes les travaux supposant la maîtrise d’activités et d’instruments techniques plus modernes (les machines pour le bricolage ou le jardinage), plutôt tournés vers l’extérieur (comme l’automobile).

Figure 3. Durée quotidienne consacrée aux activités domestiques par les personnes vivant en couple selon les catégories d’activité en 1986 et 1999.

Hommes

Femmes

1986

1999

1986

1999

Activités à dominante féminine

Couture

Entretien du linge

Ménage

Soins aux enfants et adultes

Cuisine

Vaisselle

Total

0’

2’

9’

6’

14’

10’

42’

0’

2’

11’

7’

14’

8’

42’

18’

37’

57’

34’

1h15’

39’

4h20’

9’

28’

1h07’

28’

1h09’

28’

3h49’

Activités mixtes

Jeux, éducation des enfants

Courses

Soins aux animaux domestiques

Comptes et démarches

Total

5’

18’

6’

6’

35’

6’

27’

7’

7’

47’

9’

28’

4’

4’

45’

10’

37’

5’

5’

57’

Activités à dominante masculine

Entretiens divers

Jardinage

Bricolage

Total

10’

25’

32’

1h07’

8’

22’

41’

1h10’

4’

9’

2’

15’

3’

9’

5’

17’

Ensemble

2h23’

2h40’

5h20’

5h03’

Source : INSEE, enquêtes « Emploi du temps » exploitées par Cécile Brousse, op. cit., page 140. Champ : ensemble des individus de 15 ans ou plus vivant en couple.

11Mais surtout, les tâches féminines sont plutôt de l’ordre de la reproduction, impliquant la répétition périodique (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, saisonnière) des mêmes gestes et des mêmes opérations, avec ce qu’elles impliquent de routine. Alors qu’à l’inverse, les tâches masculines sont davantage de l’ordre de la production, voire de la création, suscitant la fierté de soi et la reconnaissance d’autrui : qu’on pense au résultat d’un bricolage réussi par rapport à un tas de linge repassé ou même un « ménage » bien fait. C’est au contraire lorsqu’il n’est pas ou mal fait qu’un « ménage » se voit... D’ailleurs, il suffit de comparer le degré de satisfaction que retirent des différentes tâches ménagères celles et ceux qui les effectuent : le repassage est considéré comme une corvée par 40 % de celles qui y sont contraintes ; tandis que seuls 5 % des hommes considèrent le bricolage comme une tâche ingrate.

12Les précédentes inégalités et disparités varient selon les catégories socioprofessionnelles. En particulier plus une femme est autonome professionnellement, moins la division du travail domestique est inégalitaire. Cette division est donc en moyenne plus inégalitaire dans les couples mono-actifs que dans les couples bi-actifs ; plus inégalitaire aussi lorsque la conjointe travaille à temps partiel que lorsqu’elle travaille à temps plein ; plus inégalitaire enfin en moyenne dans les couples d’indépendants (où l’épouse n’est souvent qu’aide familiale de son conjoint) que dans les couples de salariés. L’entrée des femmes dans le salariat leur a bien permis de conquérir des degrés d’autonomie supplémentaires dans les rapports domestiques. Ce que renforce encore le fait que la division du travail domestique est en moyenne d’autant moins inégalitaire que le statut professionnel de la femme est élevé ou que son niveau de formation est élevé (les deux étant évidemment liés). Plus une femme occupe une position élevée dans la division sociale du travail, d’une part, plus grandit son investissement professionnel et plus diminue son investissement domestique ; d’autre part, moins elle est sans doute disposée à accepter un partage inégalitaire des tâches domestiques et plus elle est en mesure d’imposer un rééquilibrage dans ce partage ; enfin, du fait de l’homogamie, elle est le plus souvent en couple avec un homme lui-même plus diplômé et au statut professionnel plus élevé, plus disposé aussi à un certain rééquilibrage dans le partage du travail domestique.

13Entre 1986 et 1999, le caractère inégalitaire du partage des tâches domestiques a peu évolué, même si l’on enregistre une légère tendance à la réduction des inégalités. En treize ans, la durée quotidienne que les hommes consacrent au travail domestique s’est accrue d’une dizaine de minutes en moyenne ; tandis que celle consacrée par les femmes a diminué d’une vingtaine de minutes. L’essentiel du gain obtenu par les femmes s’explique par une mécanisation plus grande des tâches ménagères ou par les changements de comportement dans la consommation. Par contre, certaines tâches leur prennent aujourd’hui plus de temps qu’hier : le « ménage » au sens habituel du terme, du fait de logements plus spacieux ou d’exigences supérieures en la matière, et les « courses », du fait de la fréquentation des grandes surfaces. Quant aux hommes, leur surcroît de travail domestique s’explique par leur participation plus fréquente aux « courses ». Pour le reste, c’est le quasi statu quo ante. La répartition qualitative des tâches ne s’est pas modifiée : le classement des activités domestiques en treize postes, en allant des plus féminines aux plus masculines, est le même en 1999 qu’en 1986.

  • 17  Jean-Claude Kaufmann, La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan, 1992.

14Une des raisons de cette quasi-stagnation tient au fait que les familles tendent à reproduire en leur propre sein, d’une génération à une autre, cette division inégalitaire du travail domestique. Ainsi, si l’on envisage la contribution quotidienne des grands enfants (plus de quinze ans) au travail domestique, on constate que celle des filles dépasse en moyenne de trois quarts d’heure celle des garçons. Ce qui constitue l’indice d’un « principe d’inertie culturelle », à savoir de transmission familiale de modèles en matière de division sexuée des tâches ménagères. Cette hypothèse a été confirmée par Jean-Claude Kaufmann17. Il étudie la gestion du linge dans un ensemble de jeunes couples partageant a priori des représentations égalitaires des sexes dans tous les domaines. La rupture avec une idéologie machiste traditionnelle et l’adhésion à une vision égalitaire du couple qui domine désormais parmi les jeunes générations ne va cependant pas de pair avec les pratiques domestiques effectives. Le sociologue met en évidence le processus de reproduction en leur sein de la division traditionnelle des tâches ménagères. Dans un premier temps, sous l’emprise de l’exigence égalitaire, ces tâches sont accomplies à tour de rôle par les deux conjoints. Rapidement un autre partage intervient, chacun des conjoints délimitant un « territoire personnel », un ensemble de tâches qu’il prend en charge. Le passage d’un partage à l’autre s’accomplit sous la pression de l’inégale disponibilité des conjoints selon les différents moments de la journée ou de la semaine ; mais aussi et surtout selon des inégalités de compétence et plus encore d’exigence de chacun en matière de tâches ménagères, héritées de leur histoire réciproque et de leur socialisation différentielle antérieure. Par son éducation, une femme est généralement plus « apte » à accomplir la plupart des tâches ménagères qu’un homme, de même l’accomplissement de ces tâches lui paraît plus important ou plus urgent qu’à son conjoint. En conséquence, elle aura plus tendance à s’en charger, tandis que l’homme s’en déchargera pour des raisons inverses des précédentes. Ainsi s’insinue une division inégalitaire des tâches ménagères, dérive à laquelle seule une réaction conflictuelle, peu compatible avec le sentiment amoureux qui est à la base du lien conjugal, pourrait mettre fin.

  • 18  Danièle Chabaud-Richter, Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Françoise Sonthonnax, Espace et temps du (...)

15En dépit d’un certain rééquilibrage, la division inégalitaire des tâches et des rôles entre hommes et femmes au sein de l’univers domestique n’a pas été abolie : l’essentiel du travail domestique continue à échoir aux femmes et ce sont toujours elles qui se chargent des tâches les moins nobles et les moins valorisantes. Si bien qu’en définitive, la signification de la participation au travail domestique n’est fondamentalement pas la même pour les hommes et pour les femmes. De ces dernières, est exigée une disponibilité permanente envers les autres membres de la famille (conjoint et enfants, voire ascendants), qui les conduit bien souvent à superposer les activités dans un même temps et un même lieu : cumuler prise en charge des enfants à la sortie de l’école et courses quotidiennes, préparation du dîner et surveillance du travail scolaire des enfants, etc. Au contraire, la participation des hommes au travail domestique prend le plus souvent la forme d’une aide occasionnelle et, dans ces cas, elle se limite généralement à des tâches bien délimitées. Au service permanent et tout azimut assuré par les femmes s’oppose l’intervention ponctuelle et spécialisée des hommes18. À la figure de la « bonne à tout faire » s’oppose ici celle du « technicien intermittent ».

16Martine Segalen a fort bien résumé la persistance de cette inégalité au sein même du processus tendant à sa réduction, et en a souligné la raison essentielle :

  • 19  Martine Segalen, Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 1988, p. 258-259.

« Dans l’ensemble, les femmes mordent sur les rôles masculins, alors que l’inverse n’est pas vrai. L’explication est simple. Si gérer un budget ou signer une feuille de déclaration d’impôts a un côté valorisant pour les femmes et peut prendre l’aspect d’une promotion sociale, les hommes n’ont pas le désir de charger la machine à laver la vaisselle ou de faire cuire les nouilles du dîner quotidien. Cuisiner le dimanche soir parce que c’est exceptionnel, parce que c’est faire une fête, prendre son temps, le mari le fera volontiers. Jeter les pommes de terre à bouillir avant même d’avoir enlevé son manteau tout en répondant aux questions des enfants qui parlent tous ensemble pour attirer l’attention, voilà un rôle qu’aucun homme n’essaiera d’enlever à une femme19 ».

  • 20  Bernard Zarca, « La division du travail domestique : poids du passé et tension au sein du couple » (...)
  • 21  Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, PUF, Paris, 1990, p. 204- (...)
  • 22  Jean-Claude Kaufmann, « L’inaccessible égalité ménagère », Science humaine, n° 42, août-septembre (...)

17Mais l’enjeu d’un rééquilibrage total des tâches et rôles dans la division du travail domestique est bien plus fondamental. Il y va de l’identité des hommes et des femmes, fondée sur cette division traditionnelle. C’est ce qu’avait perçu et indiqué Bernard Zarca : « Plus qu’il n’affronte l’autre, chaque partenaire du couple doit d’abord livrer combat ... contre soi [...]. Avant même d’adopter une attitude revendicatrice, une femme doit se convaincre elle-même qu’elle peut renoncer à une partie du rôle qui contribue à la définition de son identité. Et les hommes doivent effectuer un travail intérieur symétrique, sans doute plus difficile [...]. Mais cela ne va pas sans une remise en cause de leur identité »20. Dès lors on comprend aussi pourquoi la division sexuelle du travail domestique est tout particulièrement accentuée au sein des catégories populaires, notamment ouvrières. En effet, comme le relève Olivier Schwartz, « les canons de la virilité et de la masculinité ne se laissent relativiser que si les individus peuvent les échanger contre d’autres modes d’être socialement légitimes : c’est précisément ce qui ne va pas de soi dans les catégories ouvrières. La fidélité de celles-ci à leurs systèmes d’identités sexuelles apparaît comme une protection contre la défaillance ou l’insuffisance des autres marques identitaires »21.On retrouve l’écho de cette thèse chez Jean-Claude Kaufmann. Selon lui, les acteurs du couple contemporain sont traversés par une contradiction entre, d’une part, une exigence d’égalité, qui plaide en faveur de l’abolition de la division sexuelle du travail domestique ; et, d’autre part, leur identité personnelle, reposant précisément en partie sur l’héritage et la reproduction de cette division inégalitaire22. Dans la construction des identités féminine et masculine interagissent et réagissent par conséquent de manière entremêlée les rapports de sexes et les rapports de classes.

18Quoi qu’il en soit, la division sexuelle du travail domestique est toujours une matrice essentielle des inégalités entre hommes et femmes. Couplée avec la maternité dont elle renforce considérablement le poids, elle fait obstacle sinon à l’entrée et au maintien des femmes dans le salariat, du moins à un investissement professionnel des femmes équivalent de celui des hommes, et partant à des carrières professionnelles aussi prestigieuses ou tout simplement continues que celles des hommes. Ce sont donc aussi les possibilités d’ascension sociale des femmes qui se trouvent ainsi hypothéquées. Plus fondamentalement encore, en maintenant des rapports inégalitaires au sein de l’espace familial dans lequel se façonne très tôt l’identité sexuelle des individus, cette division renforce la construction de modèles masculin et féminin inégalement valorisés et valorisants, conduisant non seulement la plupart des jeunes filles à intégrer très tôt l’idée qu’en dépit de tout, l’essentiel des tâches domestiques - et notamment les moins prestigieuses - leur reviendra en lot conjugal, mais encore à adapter en conséquence leurs ambitions scolaires et professionnelles. C’est bien en définitive aussi à l’intérieur des rapports conjugaux et familiaux, et sous couvert de l’amour, que continue à se reproduire, aujourd’hui comme hier, l’inégalité entre hommes et femmes et entre classes.

Haut de page

Notes

1  Voir sur ces différents points mon ouvrage récent : Roland Pfefferkorn, Inégalité et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, La Dispute, col. « Le genre du monde », 2007. Voir aussi mon livre antérieur : Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, Hommes-Femmes, quelle égalité ? Editions de l’Atelier, 2002. Notons cependant que si les transformations positives sont incontestables, les limites et les contradictions ne manquent pas. Par exemple, l’entrée des femmes dans le salariat ne se fait pas de manière comparable à celle des hommes. Les transformations des rapports entre les femmes et les hommes ne sont cependant pas forcément convergentes : pour un aperçu des limites, difficultés, contradictions, voire dans quelques pays et sur certains points, régressions pour les femmes, voir Josette Trat, Diane Lamoureux, Roland Pfefferkorn (sous la dir.), L’autonomie des femmes en question. Antiféminismes et résistances en Amérique et en Europe, Paris, L’Harmattan, col. Bibliothèque du féminisme, 2006. Sur les changements intervenus en ce qui concerne la formation des femmes et ses limites Rebecca Rogers (éds.), La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents, Lyon, Editions de l’Ecole Normale Supérieure, 2004, notamment les p. 163-179.

2  Françoise Battagliola, La Fin du mariage ? Jeunes couples des années 80, Paris, Syros, col. Alternatives sociales, 1988.

3  Même si, sur ce dernier point, il convient peut-être de nuancer le propos en raison des règles de fonctionnement du marché matrimonial qui dressent des obstacles spécifiques sur la voie de la mise en couple de ces femmes. Voir Alain Bihr, Roland Pfefferkorn, Hommes-Femmes, quelle égalité ? Editions de l’Atelier, 2002, p. 105-129.

4  Sur les limites de la parité en politique, voir mon article : Roland Pfefferkorn, « La loi française dite "de la parité" et sa mise en œuvre », La Pensée, n° 334, 2003, p. 65-77.

5  Par travail domestique, cette critique entendait dans un sens extensif le procès de reproduction de l’unité familiale dans son ensemble et de ses membres singuliers, en tant qu’il est pris en charge par ces derniers eux-mêmes à l’intérieur de l’espace-temps domestique. Ce procès est envisagé dans son historicité en relation avec le développement du rapport salarial. (Cf. Françoise Bourgeois et alii, « Travail domestique et famille du capitalisme », Critique de l’économie politique, nouvelle série, n° 3, Maspéro, avril-juin 1978, p. 3-23).

6  Ce sont les critiques féministes développées à partir de la fin des années 1960 qui ont permis de « voir » ce travail. Auparavant il était largement invisible tant aux yeux des actrices et des acteurs sociaux qu’aux yeux des savants. Voir notamment Christine Delphy, L’ennemi principal. 1. Économie politique du patriarcat, Paris, Editions Syllepse, 1998 et Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Travail domestique », in Dictionnaire critique du féminisme, Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré et Danièle Sénotier(sous la dir.), 2ème édition augmentée, p. 248-254.

7  Pour une analyse plus détaillée voir Alain Bihr, Roland Pfeferkorn, Hommes-Femmes, quelle égalité ? Paris, Editions de l’Atelier, 2002, p. 105-158.

8  Sophie Ponthieux, Amandine Schreiber, « Dans les couples de salariés, la répartition du travail domestique reste inégale », INSEE, Paris, Données sociales, 2006.

9  Les arguments présentés dans le présent texte sont développés dans le chapitre 6 de mon livre Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux, op. cit., p. 313-370

10  Cf. Christine Delphy, L’ennemi principal. 1. Économie politique du patriarcat, op. cit. ; et Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Travail domestique », op. cit.

11  Jean-Claude Kaufmann, Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan, 1997, p. 71 [réédition, Pocket, 2000].

12  Sylvette Denèfle, Tant qu’il y aura du linge à laver. De la division sexuelle du travail domestique, Condé-sur-Noireau, Arléa-Corlet, 1995.

13  Sylvie Dumartin et Catherine Taché, « Équipement des ménages en biens durables électroménagers, audio-visuels et de communication », INSEE Résultat, n° 737, 2001, p. 75.

14  Christine Delphy, « Famille et consommation », L’ennemi principal. 1. Économie politique du patriarcat, Paris, Editions Syllepse, 1998, p. 75-98.

15  Cécile Brousse, « La répartition du travail domestique entre conjoints reste très largement spécialisée et inégale », France, portrait social, Insee, 1999. Tous les résultats des enquêtes « Emploi du temps » 1986 et 1999 cités plus loin proviennent de cet article. Voir aussi Cécile Brousse, « La répartition du travail domestique entre conjoints : permanences et évolution de 1986 à 1999 », France Portrait social, INSEE, 2000 ; et Sophie Ponthieux et Amandine Schreiber, « Dans les couples de salariés, la répartition du travail domestique reste inégale », Données sociales – La société française édition 2006, p. 43-51. Il s’agit de durées quotidiennes moyennes, calculées à partir du volume horaire hebdomadaire de l’ensemble de la population faisant partie du champ de l’enquête, quel qu’en soit le statut relativement à l’activité économique (inactivité, chômage, emploi à temps plein ou à temps partiel). Ces enquêtes ne séparent cependant pas toujours clairement les tâches ménagères du restant des activités domestiques, notamment des soins (au sens large) apportées aux personnes, enfants ou adultes. En termes de durée, la plus grosse part du travail domestique reste constituée par les tâches ménagères. C’est pourquoi nous regroupons ici les deux types d’activités. L’INSEE vient d’effectuer de septembre 2009 à septembre 2010, sa dernière enquête sur l’emploi du temps et les décisions dans le couple. Les résultats ne sont pas encore connus au moment de finaliser cet article. L’INED a réalisé en 2005 et 2008 une autre enquête (ERFI) dont les résultats vont dans le même sens que ceux de la dernière enquête « Emploi du temps » disponible (1999) : voir note suivante.

16  L’enquête ERFI (Etude des relations familiales et intergénérationnelles) menée par l’INED en 2005 et 2008 confirme ces résultats : « L’arrivée d’un enfant accentue le déséquilibre du partage des tâches domestiques entre hommes et femmes, les ajustements touchant essentiellement les femmes : ce sont elles qui s’éloignent du marché de l’emploi, elles aussi qui prennent davantage en charge les tâches domestiques ». Voir Arnaud Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? » Population et sociétés, n° 462, novembre 2009, p. 4. Voir aussi Arnaud Régnier-Loilier, Céline Hiron, « Evolution de la répartition des tâches domestiques après l’arrivée d’un enfant », Politiques sociales et familiales, n° 99, mars 2010, p. 5-25. Voir Figures 1 et 2.

17  Jean-Claude Kaufmann, La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan, 1992.

18  Danièle Chabaud-Richter, Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Françoise Sonthonnax, Espace et temps du travail domestique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1985.

19  Martine Segalen, Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 1988, p. 258-259.

20  Bernard Zarca, « La division du travail domestique : poids du passé et tension au sein du couple », Économie et statistique, n° 228, Insee, 1990, p. 36.

21  Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, PUF, Paris, 1990, p. 204-207 (réédition col. Quadrige, 2002).

22  Jean-Claude Kaufmann, « L’inaccessible égalité ménagère », Science humaine, n° 42, août-septembre 1994, p. 36 ; et Sociologie du couple, PUF, Paris, 1993, chap. 5 et 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des tâches ménagères dans un couple en 2005
Légende Arnaud Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? » Population et sociétés, n° 462, novembre 2009, voir le lien suivant : http://www.ined.fr/​fichier/​t_publication/​1486/​publi_pdf1_popetsoc_461.pdf
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2. Qui prépare les repas dans le couple ? Évolution entre 2005 et 2008 selon l’arrivée ou non d’un enfant
Légende Arnaud Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? » Population et sociétés, n° 462, novembre 2009, voir le lien suivant : http://www.ined.fr/​fichier/​t_publication/​1486/​publi_pdf1_popetsoc_461.pdf
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Pfefferkorn, « Le partage inégal des « tâches ménagères » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/646 ; DOI : 10.4000/framespa.646

Haut de page

Auteur

Roland Pfefferkorn

Professeur de sociologie ; Université Marc Bloch de Strasbourg ; Cultures et Sociétés en Europe (CNRS - UMR 7236)
Roland.pfefferkorn@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals