Navigation – Plan du site
Pouvoir

Les dernières Amazones : réflexions sur la contestation de l’ordre politique masculin pendant la Fronde

The last Amazons: thinkings about the challenging of the male political order during the Fronde
Sophie Vergnes

Résumés

Á la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, les théoriciens de l’absolutisme royal font du pouvoir un lieu exclusivement masculin en raison d’une prétendue infériorité naturelle des femmes. Mais cette évolution ne satisfait guère les aristocrates, partisans d’une monarchie tempérée, parmi lesquels les femmes ont toujours joué un rôle actif dans la gestion des affaires familiales. La Fronde se présente en partie comme une manifestation de ce mécontentement. Les troubles civils donnent l’occasion aux femmes issues de l’aristocratie de combattre l’évolution absolutiste de la monarchie dans sa dimension patriarcale. L’échec de la Fronde est donc aussi le leur, comme femmes et comme aristocrates. Malgré cela, la lutte contre l’ordre patriarcal se poursuit sur d’autres fronts sous le règne personnel de Louis XIV et l’écriture fait partie des moyens par lesquels ces femmes continuent de revendiquer du pouvoir dans l’espace public.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

femme, écriture, Fronde, nobles, pouvoir

Keywords :

woman, Fronde, nobles, power, writing

Géographique :

Bordeaux, France, Orléans
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, t. II Les résistances de la société (XVII(...)

1Á l’époque moderne le pouvoir politique se définit progressivement comme un domaine exclusivement masculin. Les femmes sont peu à peu marginalisées puis exclues de la sphère publique et reléguées dans l’espace domestique du foyer. On a souvent tendance à considérer cette bipartition des rôles sexuels comme un donné objectif et à oublier qu’elle est le résultat d’un combat de longue haleine mené par les théoriciens du pouvoir, en particulier les partisans de l’absolutisme. Par ailleurs, cette exclusion ne résulte pas d’un mouvement continu et régulier. Les champions de l’exclusif masculin se heurtent à bien des obstacles1. Or, l’implication massive des femmes dans la Fronde peut apparaître comme l’une des formes de cette résistance. Majoritairement engagées du côté de la contestation, les aristocrates de sexe féminin qui participent à la guerre civile s’intègrent dans des partis, des clans, des groupes qui revendiquent une conception participative du pouvoir, aux antipodes des inflexions absolutistes récentes de la monarchie française. Dans ce sens, elles occupent bien une place au sein d’un contre-pouvoir, celui représenté par les Grands du royaume. Mais la question demeure de savoir s’il y eut une spécificité féminine de ce contre-pouvoir. Dans quelle mesure les Frondeuses furent-elles conscientes de bouleverser, par le principe même de leur intervention, l’édifice des normes sociales et dans quelle mesure revendiquaient-elles cette transgression ? Peut-on déceler dans leurs entreprises des indices de leur appartenance non pas seulement à un contre-pouvoir mais à un contre-pouvoir féminin et féministe défendant une conception alternative et mixte du gouvernement des États ?

2Il faut, pour le comprendre, revenir sur la théorie du pouvoir patriarcal telle qu’elle s’est constituée depuis la fin du Moyen Âge, avant d’examiner les diverses manières dont les Frondeuses ont combattu le pouvoir royal ainsi défini, et envisager dans un dernier temps les implications de leur échec, plus précisément, essayer d’évaluer jusqu’à quel point la faillite de la Fronde signale celle d’une conception mixte du pouvoir.

1. La loi salique et l’exclusion des femmes de la vie politique française

  • 2 Sarah Hanley, « La loi salique », dans Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique (...)

3Même si la loi salique sert de point de départ aux théoriciens de l’exclusif masculin en matière de pouvoir, dès la fin du Moyen Âge, la falsification dont elle a fait l’objet est admise par les juristes. Ils reconnaissent que le fameux article De alode ne concerne pas les conditions de dévolution de la couronne mais règle seulement l’héritage du patrimoine foncier. Il ne s’agit pas pour autant de remettre en question la règle de primogéniture mâle à laquelle la loi salique avait abusivement servi de socle théorique et les juristes se mettent alors en devoir de trouver de nouvelles justifications à l’exclusion des femmes. L’enjeu est désormais de démontrer l’incapacité naturelle, et donc antérieure à toute forme de législation, des femmes à gouverner. L’historienne américaine Sarah Hanley a parfaitement démonté la mécanique de ce raisonnement qui aboutit à la construction d’un État moderne patriarcal2.

  • 3 Aristote, Politique, éd. J. Aubonnet, Paris, Gallimard, 1993, 8 vol. 

4La théorie essentialiste de l’infériorité des femmes et de leur incompétence dans le domaine politique, qui fait de vifs progrès au XVe siècle, doit beaucoup à Aristote. Ce dernier postule que la femme est un être imparfait, inférieur de corps et d’esprit. Elle joue dans la reproduction un rôle passif du fait de son incapacité à ensemencer. De cette infériorité physique et mentale, Aristote tire des conséquences politiques : les femmes, inaptes à juger, doivent se cantonner à l’oikia (foyer) tandis que seuls les hommes peuvent agir dans la polis (cité). Toute implication des femmes dans les sphères de pouvoir est donc contraire à l’ordre naturel3.

  • 4 Sarah Hanley, “Engendering the state : Family formation and State building in Early Modern France”,(...)
  • 5 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, éd. Christiane Frémont, Marie-Dominique Couzinet, Henr (...)
  • 6 Ibid., t. 1, p. 52.
  • 7 Ibid., t. 6, p. 232-33.
  • 8 Ibid., t. 6, p. 233.

5Le mouvement s’accentue au XVIe siècle, au moment où se met en place ce que Sarah Hanley appelle le complexe État-Famille4. Durant les années 1570 et 1580, les légistes et les théoriciens de l’absolutisme royal en viennent à exalter la capacité génératrice du mâle qui, grâce à la transmission séminale, donne naissance aux héritiers de la famille. Au contraire, la femme, comme épouse nécessairement soumise et dominée dans l’espace domestique, ne saurait exercer un rôle de pouvoir et commander à des hommes dans l’espace public. Cette correspondance entre l’organisation de l’État et celle de la famille est très clairement établie dans Les Six Livres de la République de Jean Bodin5. « La puissance du mari sur la femme […] est la source et origine de toute société humaine6 », écrit-il au chapitre III du 1er livre. Cet ordre patriarcal domestique est ensuite élargi et appliqué à la sphère publique au chapitre V du 6e livre. Bodin met son lectorat en garde contre le gouvernement des femmes qu’il appelle « gynécocratie ». Cette forme de gouvernement, écrit-il, est « droitement contre les lois de la nature, […] la loi de Dieu a disertement ordonné que la femme fût sujette à l’homme, non seulement au gouvernement des royaumes et empires, ains aussi en la famille de chacun en particulier7 ». L’interdiction ne concerne pas seulement le trône de France mais l’ensemble des fonctions de pouvoir. « La loi a défendu à la femme toutes les charges et offices propres aux hommes, comme de juger, postuler, et autres choses semblables : non pas seulement par faute de prudence […], mais d’autant que les actions viriles sont contraires au sexe et à la pudeur et pudicité féminine8 ».

  • 9 Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 271.
  • 10 Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, dans Œuvres, Paris, 1642, p. 16.
  • 11 Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, P.U. F., 1971.
  • 12 Sarah Hanley, “The monarchic state in early modern France : marital regime government and male righ (...)

6Au XVIIe siècle, alors que la centralisation monarchique se poursuit sous l’égide de Louis XIII et Richelieu, le mouvement d’exclusion des femmes se renforce et apparaît toujours comme l’un des effets collatéraux de la réflexion absolutiste9. Dans son traité sur la souveraineté, paru en 1632, Cardin Le Bret rappelle que l’autorité royale n’est pas plus divisible que le point en géométrie et, dans le même temps, que l’exclusion des femmes « est conforme à la loi de nature, laquelle ayant créé la femme imparfaite, faible et débile, tant du corps que de l’esprit, l’a soumise sous la puissance de l’homme10 ». D’autre part, Sarah Hanley note que la correspondance entre l’organisation de l’État et celle de la famille est davantage encore soulignée au XVIIe siècle en raison de la patrimonialité des offices établie par la Paulette en 160411. Ceux qui réfléchissent aux fondements l’État et à la manière d’établir plus fermement l’autorité du monarque sont le plus souvent des officiers, désormais pleinement propriétaires de leurs charges et libres de la transmettre à leur descendance. Ils ont personnellement intérêt à promouvoir un système social qui repose sur la transmission patrilinéaire en faveur de l’aîné des garçons. Des considérations économiques débouchent donc sur une organisation sociale et politique excluant les femmes et c’est ce système qui influence ensuite le modèle étatique alors en gestation12.

  • 13 Michèle Riot-Sarcey, « Du genre au singulier dans l’histoire », dans Marie-Claude Hurtig, Michèle K (...)
  • 14 Jean-Marie Constant, « La noblesse et la Fronde », L’Histoire, n° 115, oct. 1988, p. 26-34.

7Un tel raisonnement tend à évacuer les femmes de la sphère politique, à les reléguer à la marge, mais dans une certaine mesure seulement, puisque le système de transmission héréditaire du pouvoir les rend néanmoins nécessaires à la production d’un héritier. Paradoxalement, comme mères, comme épouses, comme sœurs, elles jouent un rôle structurant dans les familles et dans l’État pour garantir la pérennité du modèle patriarcal. Elles peuvent donc prendre appui sur ce rôle pour transgresser les normes sociales qui les excluent. C’est précisément le choix que fait une partie d’entre elles pendant la Fronde, d’une part parce que la guerre civile affaiblit l’autorité royale qui garantit le fonctionnement ordinaire inégalitaire de la société13, d’autre part, parce que la Fronde s’attaque précisément à l’évolution absolutiste de la monarchie qui accélère la disqualification comme acteurs politiques de la noblesse d’épée au bénéfice des officiers de Robe et des femmes au bénéfice des hommes14. Les aristocrates de sexe féminin sont d’autant plus désireuses de s’engager dans la Fronde, qu’elles risquent d’être doublement lésées, comme nobles et comme femmes, par le triomphe définitif d’un pouvoir royal moderne c’est-à-dire absolu et patriarcal.

2. La Fronde au féminin : un combat contre l’ordre patriarcal ?

  • 15 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 155 (...)
  • 16 Jean-Marie Constant, La folle liberté des baroques (1600-1661), Paris, Perrin, 2007, « Une belle hé (...)

8La présence des femmes de l’aristocratie dans le camp de l’opposition à la construction de l’État moderne est tout à fait remarquable dès le règne de Louis XIII. Au cours du premier XVIIe siècle, la mise en œuvre du fameux « devoir de révolte »15 se présente comme une entreprise mixte, dans laquelle les femmes, en raison de leur fonction dans la maison noble, jouent un rôle déterminant16.

  • 17 Il n’existe aucune monographie la concernant. Les renseignements les plus précis se trouvent dans l (...)
  • 18 Lettre du cardinal Mazarin au maréchal de Turenne, 31 mai 1644, Bibliothèque Mazarine, Ms 2214, f° (...)
  • 19 Éliane Viennot, « Des “femmes d’État” au XVIe siècle : les princesses de la Ligue et l’écriture de (...)
  • 20 Voir le témoignage du cardinal de Retz, Mémoires, 1ère éd. 1717, réed. 1999, Paris, Classiques Garn (...)
  • 21 Sur ces événements voir mon article à paraître dans Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, au printemps (...)

9C’est en partie dans le prolongement de ces révoltes que se situe l’engagement frondeur de la duchesse de Bouillon17. Pendant les deux premières Frondes, parlementaire puis princière, elle met tout en œuvre pour permettre à sa maison d’obtenir une compensation pour la principauté de Sedan, perdue en 1642, en conséquence de la participation de son mari au complot de Cinq-Mars. Les tractations avec Mazarin commencent avant le début des troubles et la correspondance politique du cardinal met en évidence la part active qu’elle prend dans les négociations. La duchesse apparaît même comme l’interlocutrice la plus intransigeante, loin devant son mari et son beau-frère, le jeune maréchal de Turenne, auprès de qui Mazarin se plaint continuellement. En mai 1644, par exemple, le cardinal s’insurge : « Mme votre belle-sœur […] donne des impressions [à Bruxelles] comme si l’État était à la veille d’un soulèvement universel, et n’y parle pas de moins que de le faire comprendre [il s’agit du duc de Bouillon] dans le traité de la paix et rétablir dans Sedan18 ». Cette déclaration met en évidence l’un des moyens d’action politique les plus fréquemment mobilisés par les épouses des grands princes, à savoir le recours au réseau familial, amical et clientélaire que leur procure leur milieu d’origine. La duchesse de Bouillon, née – Eléonore Catherine – Fébronie de Bergh –, et dont la mère était dame d’honneur de l’archiduchesse, peut se prévaloir de liens privilégiés avec les Espagnols des Pays-Bas. En apportant à sa famille par alliance le soutien de ce réseau, elle remplit le rôle – par ailleurs éminemment politique – traditionnellement dévolu aux épouses dans les maisons nobles19. Pendant le siège de Paris, entre janvier et mars 1649, la duchesse mobilise à nouveau ce réseau pour le mettre au service de la cause frondeuse et s’investit personnellement pour la réalisation de cette union20. Durant la Fronde des Princes, elle joue auprès de Mazarin le rôle de porte-parole de la cause familiale. La fonction centrale qu’elle assume dans le clan lui vaut d’être tenue en résidence surveillée puis embastillée pendant toute la durée du soulèvement bordelais21.

10Il est vrai que la duchesse ne formule jamais de revendication explicite en faveur de la participation des femmes à la gestion de la chose publique, mais elle illustre à merveille la très grande mixité du groupe contestataire auquel elle appartient et où elle joue un rôle actif. Mme de Bouillon agit, conjointement avec son mari, comme la dirigeante d’une maison noble sans que la question de son sexe ne semble jamais être un handicap. Elle, comme d’autres Frondeuses, ne prétend pas combattre pour le droit des femmes mais elle ne considère pas davantage les éventuelles limites que sa féminité pourrait imposer à ses interventions. Á ses yeux, le sexe ne fait pas problème et c’est bien ce qui paraît remarquable à un moment où, d’un point de vue théorique, toutes les portes sont en train de se fermer pour les femmes de sa caste.

  • 22 Arlette Lebrigre, La duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004.
  • 23 Sur ces événements voir Michel Pernot, La Fronde, Paris, De Fallois, 1994, p. 160-166.
  • 24 Apologie pour Messieurs les princes, S.l., 1650, p. 4.
  • 25 La dernière ressource de la Franc, tyrannisée par le cardinal Mazarin, S.l., 1650, p. 3.
  • 26 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, Bruxelles, J. Rosch, 1650, p. 2.
  • 27 Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, 1650, p (...)
  • 28 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, op. cit., p. 8.

11Contrairement à la duchesse de Bouillon, d’autres Frondeuses, davantage conscientes des enjeux de genre, laissent entendre par leurs comportements et dans leurs écrits que la Fronde est bien une occasion pour elles de revendiquer un droit d’intervention dans les affaires publiques, malgré leur féminité. Leur comportement témoigne à la fois des progrès de l’idéologie patriarcale, dont elles soulignent les implications, mais aussi du combat qui se poursuit contre l’exclusif masculin. De cette attitude, la duchesse de Longueville22 offre un exemple tout à fait probant. Comme sœur et épouse des trois princes emprisonnés en janvier 165023, elle revendique un rôle capital dans la direction du parti des Princes et à plusieurs reprises paye de sa personne pour gagner des partisans à la cause qu’elle défend. Au printemps 1650, elle s’exprime publiquement et à la première personne dans une série de libelles destinés à justifier la maison de Bourbon-Condé. Le texte de l’Apologie pour messieurs les Princes contient toute une série de précautions oratoires qui soulignent en creux les progrès du modèle patriarcal et le discrédit dans lequel il place la prise de parole publique féminine. « J’y sens de la répugnance [à dénoncer les « impostures » de Mazarin], tant à cause de mon humeur et de la bienséance de mon sexe, […], qu’à cause de ma modestie24 ». Cependant, le lecteur comprend vite que l’adhésion ou même seulement la soumission de la duchesse à ces normes de genre n’est que de pure forme et un subterfuge pour mieux confondre ses adversaires. La faiblesse « naturelle » qui interdit aux femmes de prendre les armes ayant pour corollaire l’immunité dont elles sont sensées bénéficier en cas d’affrontement25, il lui suffit d’énumérer les persécutions dont elle et les autres femmes de sa famille ont été victimes pour justifier son intervention26. Pourtant, il s’agit surtout d’une déclaration de principe, qui permet à la duchesse de poursuivre en revendiquant hautement son droit à intervenir. Dans les Motifs du traité avec le roi catholique, par exemple, elle rappelle : « j’étais une des principales personnes à qui il restait des moyens de mettre une fin à tant de malheurs27 ». Et dans son Manifeste, elle écrit : « notre perte était inévitable si je ne m’y opposais28 ». C’est dire le rôle considérable qu’elle revendique pour elle-même.

12Dans certaines circonstances, les Frondeuses adoptent une posture plus audacieuse encore, qui consiste à intervenir dans le domaine politique et à lutter contre une autorité royale en voie d’absolutisation non pas malgré leur féminité mais grâce à elle, parce que, comme femmes, elles seraient plus propres à conduire des actions justes et glorieuses.

  • 29 Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime (1598-1715), Paris, Champion (...)
  • 30 On peut citer, à titre d’exemple, La Galerie des Femmes Fortes du Père le Moyne, Paris, Antoine de  (...)
  • 31 Voir Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution(...)

13L’idée d’une supériorité morale des femmes avait été abondamment véhiculée par les salons que fréquentaient les futures Frondeuses dans les années 1640, celui de la marquise de Rambouillet en particulier29. Elle était très présente dans les romans héroïques tels que L’Astrée dont les salonniers faisaient leurs délices. Dans le même temps, le genre littéraire des galeries de femmes fortes avait rencontré de nouveaux succès, prolongeant et renouvelant une tradition antique et renaissante de célébration des exploits héroïques féminins30. Ils mettaient à l’honneur la figure audacieuse de l’Amazone, modèle de courage et de vertu, guidée par de nobles motifs et menant une guerre juste31.

  • 32 Michel Pernot, La Fronde, op. cit., p. 289.
  • 33 Ibid., p. 300-304. Voir aussi C. Coudercq « Mlle de Montpensier et le combat du faubourg Saint-Anto (...)

14Or c’est précisément imprégnée de ces théories féminocentriques que la Grande Mademoiselle intervient dans la Fronde. En prenant Orléans pour le compte du prince de Condé, en mars 165232, puis en sauvant son cousin des assauts de l’armée royale lors de la bataille du faubourg Saint-Antoine le 2 juillet suivant33, elle fait en sorte de se montrer à la hauteur des héroïnes de la légende et de l’histoire.

  • 34 Le Grand dialogue de la paille et du papier, contenant ce qui peut se dire de plus considérable sur (...)
  • 35 Le manifeste de la ville d’Orléans, op. cit., p. 5.
  • 36 Réponse de monsieur le duc d’Orléans à la lettre de monsieur le prince de Condé, op. cit., p. 5-6.

15C’est pourquoi, plus fréquemment et plus systématiquement encore que les autres Frondeuses, elle est figurée en Amazone, en particulier dans les mazarinades favorables au parti des Princes publiées en 1652. La jeune princesse est présentée comme « une reine des Amazones » dans Le grand dialogue de la paille et du papier, « l’Amazone des François » dans Le Bouquet de paille et la « vraie Amazone de la France » dans les Nouvelles extraordinaires34. Comme ces deux dernières expressions renvoient à Jeanne d’Arc, qui était ainsi désignée dans les galeries de femmes fortes, c’est à la fameuse Pucelle d’Orléans, Amazone s’il en fut, que la princesse frondeuse est implicitement comparée. Dans Le manifeste de la ville d’Orléans, la référence est explicite. Le narrateur y annonce que les habitants de la ville « ont été secourus des généreux sentiments de mademoiselle de Bourbon, de la même façon qu’ils furent autrefois secondés de la valeur de la Pucelle Jeanne35 » tandis que la Réponse de monsieur le duc d’Orléans célèbre « les actions d’une fille […] [qui] a […] eu la force de surmonter elle seule une ville qu’une autre Pucelle a bien eu de la peine de conserver 36 ». Ces comparaisons ne démontrent pas seulement la dimension valorisante du modèle de l’Amazone tel qu’il a été récemment réactivé dans la société polie et combien il a pu pousser les femmes qui la fréquentaient à intervenir pendant la Fronde au nom d’une forme de supériorité morale dont elles étaient persuadées. Il met aussi en évidence leur volonté de mobiliser cette référence au cœur de l’action pour se donner une visibilité sur la scène politique, une lisibilité de princesses révoltées et une légitimité de combattantes, derniers remparts face aux abus absolutistes.

16En réalité la victoire des Frondeuses n’est que temporaire. La fin de la Fronde consacre au contraire le triomphe des tenants de l’absolutisme. Après l’échec du soulèvement, en 1653, et surtout à partir du règne personnel de Louis XIV, en 1661, la brèche par laquelle s’étaient engouffrées les Frondeuses est systématiquement colmatée. Les normes et les hiérarchies sociales reviennent en force, au nombre desquelles celle qui place le masculin au-dessus du féminin et lui réserve systématiquement les rôles de pouvoir.

3. Les Frondeuses après la Fronde : de la sortie du politique à la résistance par les lettres

  • 37 Voir Arlette Lebigre, La duchesse de Longueville, op. cit., p. 255-260 et 266-271 ainsi que Georges (...)

17En 1653, les Frondeuses quittent l’arène politique et semblent capituler. Cependant, après quelques années de silence et de retraite, elles réinvestissent le terrain de la contestation en passant par d’autres voies. Le soutien apporté aux Jansénistes persécutés par les duchesses de Longueville et de Chevreuse est à envisager dans cette perspective37. Mais le recours à l’écriture fait aussi partie des moyens dont elles disposent pour exprimer leur refus de la marginalisation.

  • 38 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres : pouvoirs politiques et littéraires à l’âge classique (...)
  • 39 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres », op. cit., p. 154.
  • 40 Nathalie Grande, Stratégies de romancières. De Clélie (1654) à La Princesse de Clèves (1678), Paris (...)
  • 41 Madeleine de Scudéry, Clélie, Histoire Romaine, Paris, Augustin Courbé, 1654-1660, réed. Paris, Gal (...)
  • 42 Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Ch (...)

18L’historienne Joan Dejean a écrit à ce sujet des analyses éclairantes38. Elle montre que, si la prise de pouvoir personnel de Louis XIV marque bien la fin d’un temps de relative liberté des femmes à l’égard des normes d’exclusion, leur engagement politique se poursuit néanmoins vigoureusement après 1661. « C’est dans les textes des femmes du XVIIe siècle que l’on trouve, d’après elle, le défi le mieux articulé et le plus soutenu qui se soit présenté au discours de magnificence du Roi-Soleil39 ». Les romans tiennent bien entendu une place de choix dans cette littérature féminine contestataire40. Ainsi, dans Clélie41, les femmes manifestent fermement leur refus de se soumettre aux normes sociales patriarcales en s’opposant au mariage, présenté comme un moyen d’asservissement des femmes. C’est la position que défendent les Précieuses en général dont la spécialiste, Myriam Maître, souligne les accointances avec la Fronde dans sa dimension féminocentrique42. Mademoiselle développe précisément cet idéal de célibat dans la correspondance qu’elle entretient aux alentours de 1660 avec Mme de Motteville, la fameuse confidente d’Anne d’Autriche. « Vous souffrirez encore que je vous dise que ce qui a donné la supériorité aux hommes a été le mariage, écrit-elle, et que ce qui nous a fait nommer le sexe fragile a été cette dépendance où le sexe nous a assujetties, souvent contre notre volonté, et par des raisons de famille, dont nous avons été les victimes. » Dans sa réponse, Mme de Motteville concède :

  • 43 Lettres de mademoiselle de Montpensier, de mesdames de Motteville et de Montmorency, de madame du P (...)

« Les hommes, par lui [le mariage], sont nos cruels ennemis. […] Je sais de plus que les lois qui nous soumettent à leur puissance sont dures et insupportables ; je sais qu’ils nous donnent en partage la vanité, les louanges et la beauté, pour mieux usurper sur nous le commandement de la mer et de la terre, les sciences, la valeur et la puissance de juger et d’être les maîtres de la vie des humains, […] et, ôté la quenouille, je ne vois rien sous le soleil qu’ils n’aient mis de leur côté. Cependant leur usurpation n’est fondée sur aucun juste prétexte. Les histoires sont pleines de femmes qui ont gouverné des empires avec une singulière prudence, qui ont acquis de la gloire en commandant des armées et qui se sont fait admirer par leur capacité43 ».

  • 44 Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, édités par A. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, t. II, p (...)

19La société mixte et égalitaire décrite par Mademoiselle dans ses lettres n’en reste pas moins une utopie c’est-à-dire, étymologiquement, un lieu qui n’existe pas et dans ce sens-là, les revendications de pouvoir féminin contenues dans ses Mémoires sont potentiellement bien plus contestataires. La princesse y utilise l’écriture comme un espace de liberté pour revivre les événements glorieux auxquels elle a pris part, mais le récit de ses entreprises peut aussi déboucher sur des considérations plus générales. La mémorialiste écrit par exemple : « Les demoiselles parlent pour l’ordinaire mal de la guerre : je vous assure qu’en cela comme en toute autre circonstance le bon sens règle tout, et que quand on en a, il n’y a dame qui ne commandât bien des armées44 ». Il y a là une conception mixte du pouvoir, qui ne peut plus être réalisée par l’action après l’accès au trône de Louis XIV, mais Mademoiselle entend bien continuer à la revendiquer dans l’espace privé que constitue pour elle la création littéraire.

Conclusion

  • 45 Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2008 (...)
  • 46 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres », op. cit., p. 157.

20En 1654, soit un an après la fin de la Fronde, la très francophile reine Christine de Suède abdique. Elle explique plus tard dans ses Mémoires que la loi salique est une bonne loi et qu’« il est presque impossible qu’une femme se puisse acquitter dignement des devoirs du trône45 ». Il y a tout lieu de voir là l’aboutissement d’un processus d’intériorisation par les femmes des normes d’exclusion de ce que Thierry Wanegffelen appelle la « mâle Modernité ». Entre 1653 et 1661, elles sont définitivement reléguées hors du cercle où se négocient les affaires d’État au nom de leur incompétence naturelle, dont l’échec de la Fronde aurait apporté une preuve supplémentaire en raison du rôle capital qu’elles y avaient joué. Effectivement à la construction masculine du pouvoir, les femmes de l’aristocratie ont opposé une vive résistance pendant la Fronde. Il est difficile de faire la part des motivations liées à leur appartenance à la noblesse, que les progrès de l’absolutisme disqualifiaient dans son rôle de conseillère naturelle du prince, et celles des enjeux de genre. Joan Dejean refuse de parler de féminisme. « C’est le désir d’obtenir l’égalité des sexes dans l’arène politique qui a motivé les extraordinaires manœuvres militaires des Frondeuses, écrit-elle, mais on ne peut les considérer comme des féministes au sens plein, car il leur manque à cet effet de participer consciemment à un effort collectif 46 ». Il faut ici suivre Joan Dejean mais cela ne revient pas à nier que les Frondeuses aient défendu une vision alternative du pouvoir, fondée notamment sur le maintien de la mixité dans l’espace public. Or, cette même revendication, un temps étouffée et semble-t-il définitivement anéantie au moment où Christine abandonne sa couronne, ressurgit sous la plume des écrivaines de l’après-Fronde. Qu’elles aient elles-mêmes participé aux troubles, comme Mademoiselle, ou qu’elles les aient simplement observés et commentés, comme Madeleine de Scudéry, leurs écrits portent la trace de l’idéal désormais inavouable mais vivace d’une société dans laquelle les rapports sociaux de sexe seraient apaisés et le pouvoir partagé.

Haut de page

Notes

1 Voir Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, t. II Les résistances de la société (XVIIe-XVIIIsiècles), Paris, Perrin, 2008.

2 Sarah Hanley, « La loi salique », dans Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, P.U. F., 1997, p 11-30.

3 Aristote, Politique, éd. J. Aubonnet, Paris, Gallimard, 1993, 8 vol. 

4 Sarah Hanley, “Engendering the state : Family formation and State building in Early Modern France”, French Historical Studies, vol. 16, n° 1, 1989, p. 4‑27, traduit en français dans Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 32, 1995, p. 45‑65.

5 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, éd. Christiane Frémont, Marie-Dominique Couzinet, Henri Rochais, Paris, Fayard, 1986, 6 t.

6 Ibid., t. 1, p. 52.

7 Ibid., t. 6, p. 232-33.

8 Ibid., t. 6, p. 233.

9 Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 271.

10 Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, dans Œuvres, Paris, 1642, p. 16.

11 Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, P.U. F., 1971.

12 Sarah Hanley, “The monarchic state in early modern France : marital regime government and male right, 1500-1800”, dans Adrianna E. Bakos (dir.), Politic, ideology and law in early modern Europe, Rochester, N.Y., University of Rochester Press, 1994, p. 107-126.

13 Michèle Riot-Sarcey, « Du genre au singulier dans l’histoire », dans Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch, Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, Seuil, 1991, p. 181-187.

14 Jean-Marie Constant, « La noblesse et la Fronde », L’Histoire, n° 115, oct. 1988, p. 26-34.

15 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

16 Jean-Marie Constant, La folle liberté des baroques (1600-1661), Paris, Perrin, 2007, « Une belle héroïne baroque : la duchesse de Chevreuse » et « L’égérie des dévots : Mme du Fargis », p. 214-223.

17 Il n’existe aucune monographie la concernant. Les renseignements les plus précis se trouvent dans l’introduction des Lettre extraites des archives Rohan-Bouillon, éd. Suzanne d’Huart, Paris, Imprimerie Nationale, 1971.

18 Lettre du cardinal Mazarin au maréchal de Turenne, 31 mai 1644, Bibliothèque Mazarine, Ms 2214, f° 179 v°.

19 Éliane Viennot, « Des “femmes d’État” au XVIe siècle : les princesses de la Ligue et l’écriture de l’histoire », dans Danielle Haase-Dubosc et Éliane Viennot, Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, Paris, Rivages, 1991, p. 88.

20 Voir le témoignage du cardinal de Retz, Mémoires, 1ère éd. 1717, réed. 1999, Paris, Classiques Garnier, p. 518.

21 Sur ces événements voir mon article à paraître dans Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, au printemps 2011, « Braver Mazarin. La duchesse de Bouillon dans la Fronde ».

22 Arlette Lebrigre, La duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004.

23 Sur ces événements voir Michel Pernot, La Fronde, Paris, De Fallois, 1994, p. 160-166.

24 Apologie pour Messieurs les princes, S.l., 1650, p. 4.

25 La dernière ressource de la Franc, tyrannisée par le cardinal Mazarin, S.l., 1650, p. 3.

26 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, Bruxelles, J. Rosch, 1650, p. 2.

27 Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, 1650, p. 11.

28 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, op. cit., p. 8.

29 Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime (1598-1715), Paris, Champion, 1993, p. 71-84.

30 On peut citer, à titre d’exemple, La Galerie des Femmes Fortes du Père le Moyne, Paris, Antoine de Sommaville, 1647.

31 Voir Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001 et « Le mythe des amazones et son utilisation politique de la Renaissance à la Fronde », dans Éliane Viennot et Kathleen Wilson-Chevalier, Royaume de fémynie, Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes de la Renaissance à la Fronde, Paris, Champion, 1999, p. 265.

32 Michel Pernot, La Fronde, op. cit., p. 289.

33 Ibid., p. 300-304. Voir aussi C. Coudercq « Mlle de Montpensier et le combat du faubourg Saint-Antoine (2 juillet 1652) », dans Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1897, p. 155-160.

34 Le Grand dialogue de la paille et du papier, contenant ce qui peut se dire de plus considérable sur ces deux sujets, avec leurs raisonnements sur les affaires de l’État, le tout en style vulgaire, première partie, S.l., 1652, p. 6 ; Nouvelles extraordinaires contenant les particularités de ce qui s’est passé tant à Blois qu’à Gergeau et ès environs, et l’entrée de Mademoiselle dans la ville d’Orléans, ensemble la marche de Monsieur le duc de beaufort vers ledit Gergeau, Paris, Claude le Roy, 1652, p. 5. ; Le bouquet de paille dédié à Mademoiselle, Paris, Jean Brunet, rue Sainte-Anne, 1652, p. 5.

35 Le manifeste de la ville d’Orléans, op. cit., p. 5.

36 Réponse de monsieur le duc d’Orléans à la lettre de monsieur le prince de Condé, op. cit., p. 5-6.

37 Voir Arlette Lebigre, La duchesse de Longueville, op. cit., p. 255-260 et 266-271 ainsi que Georges Poisson, La duchesse de Chevreuse, Paris, Perrin, 1999, p. 309-310, 313-314 et 337.

38 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres : pouvoirs politiques et littéraires à l’âge classique », dans Danielle Haase-Dubosc et Éliane Viennot, Femmes et pouvoirs, op. cit., p. 153-171. Voir aussi Joan Dejean, Tender geographies : Women and the origins of the novel in France, New York, Columbia University Press, 1991.

39 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres », op. cit., p. 154.

40 Nathalie Grande, Stratégies de romancières. De Clélie (1654) à La Princesse de Clèves (1678), Paris, Champion, 1999.

41 Madeleine de Scudéry, Clélie, Histoire Romaine, Paris, Augustin Courbé, 1654-1660, réed. Paris, Gallimard, 2006.

42 Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 1999, p. 164-172.

43 Lettres de mademoiselle de Montpensier, de mesdames de Motteville et de Montmorency, de madame du Pré et de madame la marquise de Lambert, Paris, Léopold Collin, 1806, p. 35 et p. 39-41.

44 Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, édités par A. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, t. II, p. 98.

45 Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2008, p. 427-431.

46 Joan Dejean, « Amazones et femmes de lettres », op. cit., p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Vergnes, « Les dernières Amazones : réflexions sur la contestation de l’ordre politique masculin pendant la Fronde », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 06 mars 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/674 ; DOI : 10.4000/framespa.674

Haut de page

Auteur

Sophie Vergnes

Sophie Vergnes est agrégée de l’Université en histoire et ATER en histoire moderne à Toulouse II-Le Mirail. Elle termine une thèse sur les Frondeuses et leurs représentations sous la direction de Sophie Cassagnes-Brouquet (Toulouse II) et Joël Cornette (Paris VIII) au sein du laboratoire FRAMESPA. Elle a déjà publié « The princesse de Condé at the head of the Fronde des Princes : modern Amazon or femme prétexte ? », French History, vol. 22, n° 4, décembre 2008, p. 406-424 et « De la guerre civile comme vecteur d’émancipation féminine : l’exemple des aristocrates frondeuses (France, 1648-1653) », Genre & Histoire, n° 6 | Printemps 2010 [http://genrehistoire.revues.org/index932.html]. Elle fait paraître « Braver Mazarin. La duchesse de Bouillon dans la Fronde » dans le numéro 33 de Clio, Histoire, Femmes, Sociétés.
vergnes.s@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals