Navigation – Plan du site

Éditorial

Thomas Perrin

Texte intégral

1C’est après deux années d’absence que paraît – enfin ! – ce cinquante sixième volume de Gallia Préhistoire. Depuis 2013, notre revue a en effet été confrontée à un certain nombre de difficultés qui, s’il n’est pas le lieu de les détailler ici, ont petit à petit entraîné la perte des moyens financiers et humains dont elle disposait, à tel point que son existence même a été menacée. Depuis la fin de l’année 2015, une nouvelle équipe s’est mise en place afin de relancer la revue et d’assurer sa survie, voire son renouveau !

2À vrai dire, la question s’est clairement posée à chacun d’entre nous sur la nécessité ou non de la continuation d’une revue telle que Gallia Préhistoire. Créée en 1958, a-t-elle encore sa place dans le paysage éditorial français voire international ? Une consultation très large, à l’échelle nationale, de nos collègues préhistoriens nous a montré, durant l’automne 2015, que la réponse à cette question devait être tout à fait positive. Nombre d’entre eux – d’entre vous ! – ont affirmé leur soutien à la revue, non seulement dans le souci de la poursuite de la parution d’un titre emblématique de la Préhistoire française, mais plus encore dans la possibilité de disposer d’un support acceptant des manuscrits longs. Seule revue de ce format au niveau national et couvrant l’ensemble du champ chronologique de la Préhistoire, sa disparition aurait privé notre communauté de pouvoir publier des travaux de synthèse détaillés, adossés à la mise à disposition des données brutes, base – s’il en est – d’une discipline scientifique. Face à ce besoin, une nouvelle équipe s’est donc constituée qui va poursuivre le travail réalisé par nos prédécesseurs tout en engageant des évolutions fortes visant à redynamiser la revue et à en accroître la visibilité internationale.

3Ce numéro 56 (2014-2016) sera en effet le dernier à paraître sous la seule forme du traditionnel volume de papier. À partir de cette fin d’année, Gallia Préhistoire va devenir un support mixte, numérique et papier. Les articles seront dorénavant disponibles en ligne au fil de l’eau aux formats html et PDF, dans le cadre d’une offre numérique en cours de finalisation. Tous les articles d’une année civile n seront ensuite rassemblés sous la forme d’un tirage papier à l’année n+1, permettant ainsi de conserver un volume physique des articles reçus et d’assurer sauvegarde et diffusion en bibliothèque.

4Cette évolution vers l’édition numérique implique également un renouvellement profond des pratiques, tant du point de vue de la revue que de celui des futurs auteurs. Tous devront s’engager contractuellement à tenir un délai de 6 mois entre la réception d’un article et celui de sa parution, selon la règle du « trois fois deux mois » :

51) Mois 1 et 2 : à réception d’un article, le Comité éditorial va ainsi examiner d’abord son adéquation avec la ligne éditoriale de la revue, son originalité ainsi que le bon respect des normes. Pour chaque soumission retenue, le Comité éditorial désignera l’un de ses membres pour prendre en charge le processus d’évaluation. Ce membre, éventuellement secondé par un autre membre du Comité éditorial ou du Comité scientifique, ainsi qu’un lecteur expert extérieur à la revue, examineront l’article soumis. L’auteur correspondant (le premier signataire) recevra alors, dans un délai maximum de deux mois à compter de la date de réception de son article, les deux ou trois rapports d’évaluation de l’article soumis.

62) Mois 3 et 4 : les auteurs disposeront à leur tour d’un délai maximum de deux mois pour réaliser les corrections demandées et renvoyer à la revue une version amendée de leur article. Celle-ci sera de nouveau rapidement examinée par les rapporteurs.

73) Mois 5 et 6 : dès que la version définitive sera validée par le Comité éditorial, la revue s’engagera alors à publier une version électronique de l’article dans un délai maximal de deux mois.

8D’autre part, afin d’en augmenter la visibilité internationale, et ainsi que cela avait été initié en 2013, tous les articles devront être enrichis d’une version abrégée en anglais représentant 10 à 15 % de la taille de l’article initial (en nombre de signes) et comportant l’essentiel des appels à figures et des références bibliographiques. La revue prendra à sa charge le coût des traductions par un expert bilingue, assurant ainsi la qualité des textes en anglais.

9Des évolutions fortes pour fluidifier le rythme de parution ainsi que son aura internationale, une nouvelle équipe et un soutien renouvelé des institutions (CNRS et Ministère de la Culture notamment) : tous les éléments sont aujourd’hui réunis pour assurer la pérennité de la revue et même renforcer sa place au sein du paysage éditorial.

10Ce numéro 56 rassemble des articles qui ont été, pour certains, soumis il y a plusieurs années. Après plusieurs mois d’attente, certains auteurs ont choisi de retirer des articles qui avaient été acceptés et qui auraient dû paraître ici pour les publier ailleurs, choix totalement légitime et surtout contraint, pour lequel la revue tient aujourd’hui à s’excuser très sincèrement. Mais, nous tenons également à remercier les auteurs qui ont maintenu leur article, gardant ainsi confiance en ce support. Ce numéro 56 correspond donc à la livraison 2014, 2015 et 2016. Il vient clore l’un des cycles de vie de la revue, qui va alors s’engager dans une nouvelle étape de son existence que nous espérons dynamique et efficace !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Perrin, « Éditorial », Gallia Préhistoire [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 31 octobre 2017, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/galliap/428

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin

Directeur de Gallia Préhistoire

Haut de page

Droits d’auteur

Gallia Préhistoire

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals