Navigation – Plan du site

Recommandations aux auteurs

Gallia Préhistoire (Préhistoire de la France dans son contexte européen) publie des articles de synthèse et des dossiers portant sur des découvertes, des recherches importantes ou des questions débattues dans le domaine de l’archéologie en France et dans les autres pays européens. Son champ chronologique s’étend du Paléolithique inférieur à la fin de l’âge du Bronze.

Des Suppléments rassemblent des études monographiques, des synthèses thématiques et des corpus présentant un intérêt majeur ou des avancées significatives pour l’archéologie préhistorique. Des actes de colloques internationaux peuvent aussi être publiés dans ces Suppléments.

La revue combine aujourd’hui une édition numérique et une édition papier. Chaque article est alors publié en ligne au fil de l’eau (en version HTML et PDF) tandis qu’un volume papier rassemble en fin d’année tous les articles parus durant ladite année. Ce double processus éditorial implique que les auteurs doivent se conformer strictement aux normes suivantes, leur non-respect entraînant le rejet d’office de l’article proposé.

1. Soumission et processus éditorial

Les auteurs peuvent soumettre à tout moment de l’année leurs travaux au Comité éditorial, préférentiellement par courriel à l’adresse gallia-prehistoire@mae.u-paris10.fr. Il leur est toutefois recommandé de prendre initialement contact avec le Comité éditorial afin de s’assurer que l’article proposé entre bien dans la ligne éditoriale de la revue.

Les articles doivent être soumis préférentiellement par voie électronique (serveurs de fichiers, par exemple : https://framadrop.org/) accompagnés d’un tirage papier adressé par voie postale à la revue.

À réception du manuscrit :

  • Le Comité éditorial examine en première instance les soumissions afin de vérifier leur adéquation avec la ligne éditoriale de la revue, leur originalité ainsi que le bon respect des normes éditoriales. Il informe alors l’auteur correspondant (c’est-à-dire le premier signataire en cas d’article collectif) de sa décision.

  • Pour chaque soumission retenue, le Comité éditorial désigne l’un de ses membres pour prendre en charge le processus d’évaluation. Ce membre, éventuellement secondé par un autre membre du Comité éditorial ou du Comité scientifique, ainsi que (dans tous les cas) par un lecteur expert extérieur à la revue, examinent l’article soumis. L’auteur reçoit, dans un délai maximum de deux mois à compter de la date de réception de son article, les deux ou trois rapports d’évaluation de son article soumis.

  • Les auteurs disposent à leur tour d’un délai maximum de deux mois pour réaliser les corrections demandées et renvoyer à la revue une version amendée de leur article. Celle-ci sera de nouveau rapidement examinée par les rapporteurs.

  • Dès que la version définitive est validée par le Comité éditorial, la revue s’engage alors à publier une version électronique de l’article dans un délai de deux mois.

2. Normes éditoriales

Tous les textes doivent être écrits « au kilomètre » et être au fourni au format .odt., doc, .docx, ou .rtf à l’exclusion de tout autre. Ils doivent être bruts de mise en forme, sans styles de paragraphes ou de caractères (pas de titres en majuscule ou en italique, pas de petites capitales…). Dans le cas d’articles collectifs, la revue refuse que les initiales ou les noms des auteurs soient mentionnés dans les titres des paragraphes. Si besoin absolu, il pourra être précisé en note de fin qui est l’auteur de quelle partie.

Tout article soumis doit comporter les fichiers textes suivants :

Résumé en français et anglais et mots clefs (fichier nommé : auteur1_res.)
Chaque article doit être accompagné d’un résumé de 10 à 15 lignes en français et en anglais*, ainsi que de 5 à 10 mots-clefs dans les deux langues (mots-clefs à choisir exclusivement au sein du thesaurus http://pactols.frantiq.fr/opentheso/).

Version courte en anglais (fichier nommé : auteur1_short)
Chaque article doit également comporter une version courte en anglais*, représentant 10 à 15 % de la longueur totale de la version française. Cette version courte doit comporter l’essentiel des appels bibliographiques et des appels à figures et tableaux.

Texte de l’article (fichier nommé : auteur1_texte)

Le texte doit être écrit au kilomètre et les pages numérotées de 1 à n et doit impérativement respecter les règles typographiques (cf. ci-après § 3).

Titres : indiquer la hiérarchie des titres (système par arborescence : 1, 1.1, 1.1.1., 1.1.1.1). Veillez à ne pas dépasser quatre niveaux de titre.

Appels bibliographiques dans le texte : toutes les références bibliographiques doivent être appelées dans le texte, sous la forme du nom de l’auteur et de l’année de publication. Par exemple :

(Leroi-Gourhan, 1968, p. 185)

(Callender, Desbat, 1990)

(Desbat et al., 1987, p. 38-50, fig. 2, n° 3)

(Dedet, 1998a)

Utiliser et al. dans l’appel s’il y a plus de 2 auteurs.

Lorsque plusieurs appels se suivent, les classer de préférence par ordre chronologique des publications en les séparant par un point-virgule : (Callender, 1965 ; Desbat et al., 1987).

Appels des illustrations et tableaux dans le texte : toutes les illustrations et tableaux doivent être appelés dans le corps du texte, dans l’ordre numérique sous la forme suivante : (fig. 1), (fig. 2, n° 1), (fig. 3, n° 1, 6) et (tabl. I), (tabl. II). Éviter les appels de figures et/ou de tableaux dans les titres.

Les figures sont numérotées en chiffres arabes et les tableaux en chiffres romains.

Notes de bas de page si nécessaire (fichier nommé : auteur1_notes)

Éviter autant que possible leur utilisation, et dans tous les cas en limiter le nombre et la longueur. Les numéroter de 1 à n.

Légendes des figures (fichier nommé : auteur1_leg-fig)

Légendes des tableaux (fichier nommé : auteur1_leg-tab)

Toutes les figures et tableaux doivent être accompagnés de légendes explicites et complètes, en français et en anglais*. Ne pas oublier :

  • Les noms des auteurs des dessins et photos, avec la mention des organismes de rattachement (DAO : A. Haddock, CNRS) ;

  • La description du mobilier ;

  • La description des trames, couleurs et symboles utilisés.

La revue accepte les illustrations en couleurs sans restrictions de nombre, sous réserve cependant d’une utilisation raisonnée et répondant à une sémiologie graphique raisonnée.

Attention à la lisibilité des graphiques : tous les axes doivent êtres légendés, les légendes doivent être lisibles, les unités précisées… Les graphes en pseudo-3D sont interdits (car faux). Les graphes en camemberts (pie-charts) doivent être limités à des séries de deux ou trois variables maximums, n’étant plus lisibles au-delà (privilégiez les histogrammes ou diagrammes en bâtons).

Pour rappel, les figures sont numérotées en chiffres arabes et les tableaux en chiffres romains.

Propriété littéraire et artistique : toute reproduction d’illustration déjà publiée (ou de texte) est soumise à l’autorisation du propriétaire (auteur, éditeur, musée, etc.) conformément à la loi sur la propriété littéraire et artistique. La demande d’autorisation doit être faite par l’auteur. Les frais afférents sont à sa charge.

Coordonnées des auteurs (fichier nommé : auteur1_coord)

Pour chaque auteur de l’article doivent être mentionnés :

  • Nom(s) et prénom(s) des auteurs en entier.

  • Adresses complètes avec les numéros de téléphone (pour la rédaction).

  • Nom et adresse des laboratoires ou des organismes de rattachement. Courriel (préciser s’il doit être publié ou non).

Attention : certaines institutions ne prennent pas en compte des articles où leurs normes de présentations des affiliations des auteurs ne sont pas strictement respectées. Devant la diversité de ces normes, il est de la seule responsabilité des auteurs de contrôler ces présentations.

Bibliographie (fichier nommé : auteur1_bib)

Il est demandé aux auteurs de se conformer strictement au respect des règles bibliographiques, édictées ci-après (page suivante), sous peine de rejet automatique de l’article. L’utilisation des logiciels de bibliographie pour lequel des fichiers de style de la revue sont disponibles (par exemple Zotero, fichier de style téléchargeable ici) est fortement recommandée.

Par ailleurs, la publication de chaque article est soumise à la signature manuscrite par tous les auteurs d’un contrat formel d’édition qui sera transmis à l’auteur correspondant par le Comité éditorial.

* : pour les versions anglaises des textes demandés, il est très fortement déconseillé de recourir à des logiciels ou sites de traduction en lignes. La revue se charge, sauf compétence linguistique réelle des auteurs, de la traduction des textes français en anglais par un traducteur bilingue compétent.

3. Règles typographiques

Italiques : réservées aux titres d’ouvrages, de périodiques et aux mots en langue étrangère. Les citations ne sont notamment pas à mettre en italique, mais entre guillemets (français : « »).

Majuscules :

Les formations géologiques, les périodes archéologiques et les noms d’espèces animales ou végétales (en latin, mais non en français) prennent des initiales majuscules. Les noms des « âges » doivent être écrits de cette manière : âge du Bronze, âge du Fer… - Les majuscules doivent être accentuées (Épipaléolithique).

Abréviations : ne pas confondre abréviations et sigles (qui s’écrivent sans points). Le cas échéant, donner une liste des abréviations utilisées.

Sigles : ils s’écrivent en majuscules et sans points : CNRS, INRAP, DEA, BSPF, ERAUL, autoroute A10…

Nombres : deuxième et second s’abrègent 2e (et non 2e, 2ème ou 2ème) ; premier : 1er ; première : 1re. On n’écrit pas la « 2e US est noire » mais « la deuxième US est noire ».

Ponctuation :

  • Les signes : ; ! ? % et » doivent être précédés d’un espace (insécable), les signes « et =, -, +, +/- doivent être encadrés par deux espaces.

  • L’usage des guillemets anglais “” doit être réservé aux textes anglais. Le corps de l’article doit faire appel aux guillemets français « ».

  • Les mots comme technocomplexe, typochronologie, chronoculturel, socioculturel, paléoenvironnement… s’écrivent sans tiret. Son usage ne doit être maintenu que lors de la succession de deux voyelles identiques (centre-européen, etc.).

Parenthèses :

  • Les parenthèses successives sont interdites : on n’écrit pas (Polloni, 2007) (fig. 21) mais (Polloni, 2007 ; fig. 21). De même, on évitera d’écrire : La Quina (Charente ; Henri-Martin, 1923), au profit de : La Quina, Charente (Henri-Martin, 1923).

  • Les parenthèses imbriquées sont interdites : (colonne outlier (a), tableau I). Il faut écrire (colonne outlier [a], tableau I).

4. Règles bibliographiques

Pour une contribution dans un périodique :

Nom(s) (de tous les) auteur(s) + Initiale(s) du (des) prénom(s). [Indiquez le cas échéant si directeur ou éditeur scientifique (dir.) ou (éd.)]

Date du millésime du périodique : « Titre article », Nom du périodique [nom complet et développé], N° de la tomaison du périodique, [éventuellement date de publication si elle est différente du millésime], Pagination de l’article [début-fin].

Pour un ouvrage :

Nom(s) (de tous les) auteur(s) + Initiale(s) du (des) prénom(s). [Indiquez le cas échéant si directeur ou éditeur scientifique (dir.) ou (éd.)]

Date de publication [ou À paraître ou Sous presse ou Sans date] : Titre et sous-titre complets, Lieu d’édition, Éditeur, Nb de pages (éventuellement nombre de figures).

Pour une contribution dans un ouvrage collectif (supplément ou collection : DAF, etc. et catalogue d’exposition) :

Nom(s) (de tous les) auteur(s) + Initiale(s) du (des) prénom(s). [Indiquez le cas échéant si directeur ou éditeur scientifique (dir.) ou (éd.)]

Date de publication [ou À paraître ou Sous presse ou Sans date] : « Titre de la contribution », in Nom(s) du (des) directeur(s) ou éditeur(s) scientifique(s) de l’ouvrage collectif + Initiale(s) du (des) prénom(s) du(des) directeur(s) ou éditeur(s) scientifique(s) de l’ouvrage collectif [Précisez si directeur(s) ou éditeur(s)], Titre de l’ouvrage collectif, Lieu d’édition, Éditeur (Nom complet de la collection ou du supplément, N° du volume dans la collection ou n° du supplément), Pagination de la contribution [début-fin].

Pour une contribution dans des actes de colloque :

Nom(s) (de tous les) auteur(s) de la contribution + Initiale(s) du (des) prénom(s).

Date de publication [ou À paraître ou Sous presse] : « Titre de la communication », in Nom(s) du (des) directeur(s) ou éditeur(s) scientifique(s) du colloque (s’il y en a) + Initiales du (des) prénoms, Titre du colloque, Lieu du colloque, Date du colloque, Lieu d’édition, Éditeur, Pagination de la communication [début-fin].

Pour des thèses, travaux universitaires :

Nom auteur + Initiale du prénom.

Date : Titre, Référence du type de travail universitaire [thèse de doctorat, mémoire de maîtrise, etc.], Université de soutenance et ville, inédit, Nombre de pages [éventuellement nombre de volumes et nombre de figures].

Un style CSL est librement disponible pour la mise en forme automatique de vos bibliographies (pour Zotero, Mendeley, Pages… ; cf. par exemple : https://www.zotero.org/styles).

Exemples de références bibliographiques

Monographies

  • Titre et sous-titre (s’il existe) d’un ouvrage

Année : Titre : sous-titre

Ex. : GUILAINE J.
2003 : De la vague à la tombe : la conquête néolithique de la Méditerranée, 8000-2000 avant J.-C, Paris, éd. Seuil, 375 p.

  • Titre d’un ouvrage en plusieurs tomes

Ex. : GUILAINE J. (dir.)
1976 : La Préhistoire française. Tome II : Les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, 9e congrès de l'UISPP, Nice 1976, Paris, éd. du CNRS, 913 p.

  • Titre d’une contribution dans un ouvrage non périodique

Année : « Titre de la contribution », in Titre de la publication.

Ex. : PROVENZANO N.
1998 : « Objets à biseau distal unifacial sans débitage longitudinal pris sur bois de cervidés », in CAMPS-FABRER H. (dir.), Fiches typologiques de l'industrie osseuse préhistorique. Cahier 8 : Biseaux et tranchants, éd. CEDARC, Treignes, p. 17-24.

À noter : in s’écrit en italiques devant des romaines et en romaines devant des italiques.

Collections

TABORIN Y. (dir.)
1994 : Environnements et habitats magdaléniens dans le centre du Bassin parisien, Paris, éd.
Maison des sciences de l'homme (coll. Documents d'archéologie française, 43), 189 p.

BRIARD J.
1959 : L'Âge du Bronze, 1ère édition, Paris, éd. Presses universitaires de France (coll. Que sais-je ?, 835), 128 p.

Articles dans les périodiques

  • Titre du périodique en entier et en italique

Ex. : Bulletin de la Société préhistorique française.

  • Titre d’article dans un périodique

Année : « Titre de l’article », Titre du périodique, n° du périodique, pagination.

Ex. : GRÉBÉNART D.
1975 : « Une armature nouvelle de l'épipaléolithique saharien : la pointe de Tarfaya », Bulletin de la Société préhistorique française, 72, p. 68-69.

Suppléments ou n° spéciaux de revues

Ex. : BUCKBERG G. D.
2006 : « Stonehenge and the heart: similar construction »,
European Journal of CardioThoracic Surgery, 29 (Supplement 1), p. S286-S290.

Ex. : THÉVENIN A
1996 : « Mésolithique récent et Mésolithique final entre Bassin parisien et Alpes et perspectives sur les processus de néolithisation », in DUHAMEL P. (dir.), La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, éd. Société archéologique de l'Est de la France (coll. Suppl. à la Revue archéologique de l'Est, 14), Dijon, p. 9-28.

Actes de colloques

Ex. : SÉNÉPART I., LEANDRI F., CAULIEZ J., PERRIN T., THIRAULT E. (dir.)
2014 : Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche, actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Toulouse, éd. Archives d'Écologie préhistorique), 644 p.

Ex. : BINTZ P., THÉVENIN A. (dir.)
1999 : L'Europe des derniers chasseurs, Épipaléolithique et Mésolithique. Actes du 5e Colloque international UISPP - Commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995, Paris, éd. Comité des Travaux historiques et scientifiques (coll. Documents préhistoriques, 12), 669 p.

Mettre en en-tête la date de publication du colloque, qui sera celle de l’appel dans le texte. Si le colloque n’a pas été publié, utiliser « À paraître ». Mais il ne faut pas omettre la date du colloque dans la référence bibliographique.

Thèses, travaux universitaires et rapports d’opérations archéologiques

Titre en italique et abréger université. Ne s’agissant pas d’ouvrages publiés, préciser « inédit ».

Ex. : LHOMME V. : Industries lithiques du Paléolithique moyen à nombreuses fractures : les exemples du secteur sud de Champlost (Yonne) et de la couche inférieure de Chez-Pourre-Chez-Comte (Corrèze), Thèse de Doctorat, Université des Sciences et Technologies Lille I, Lille, inédit, 248 p.

Ex. : ESCALLON G. : Mas de Vignoles III - Voirie et bassins à Nîmes (Gard), Document final de synthèse, INRAP, inédit, 151 p.

Consignes pour les illustrations

Vos illustrations doivent être fournies au format Inkscape (.svg) ou Illustrator (.ai) pour les dessins au traits ou au format .tiff (de préférence à .jpg) pour les images.

Les tableaux doivent être fournis sous forme de fichiers Libreoffice ou Excel (un fichier par tableau).

Image 1000000000000404000001BC1014CE93.jpg

Numérisation :

Les documents en noir et blanc sans niveau de gris (plan de fouille, dessin d'objet au trait, etc.) doivent être scannés en 1200 dpi. Les autres documents du style photo ou qui comportent des dégradés de gris doivent être numérisés en 300 dpi. Dans les 2 cas, cochez l'option 24-bits couleur (même pour un document qui sera édité en noir et blanc) et enregistrez au format tiff.

Les documents Gimp/Photoshop et Inkscape/Illustrator :

Le nettoyage et la mise à échelle de l'image se font sur Gimp/Photoshop. Si vous souhaitez incorporer du texte, vous devez transférer et traiter le document dans Inkscape/Illustrator. Il est ainsi beaucoup plus facile d'effectuer des corrections. Surtout ne vectorisez pas ce texte et pensez bien à incorporer physiquement l’image dans le fichier Inkscape/Illustrator.

Une fois vos images travaillées, enregistrez au bon format :

  • Tiff pour les documents images noir et blanc en 1200 dpi (Bitmap, option blanc transparent).

  • Tiff pour les documents images en niveau de gris ou couleur, 300 dpi au minimum (mode CMJN et non RVB).

  • Inkscape SVG ou Illustrator EPS pour tous les dessins au traits ou images annotées (profil CMJN et non RVB).

De façon générale :

  • La police à utiliser pour les figures est Arial.

  • N'utilisez pas de trames mécaniques car elles nuisent à la qualité de l'image. Faites vos trames sous Inkscape/Illustrator si possible.

  • Ne transférez pas une figure travaillée avec Inkscape/Illustrator dans Gimp/Photoshop (ne pas pixelliser).

  • Dans tous les cas, vos illustrations doivent être de très bonne qualité.

  • Pensez qu'elles peuvent être réduites et qu'elles doivent rester lisibles : au minimum trait à 0,20 point et texte à 5 points.

  • Si possible travaillez avec les versions les plus récentes de Photoshop et d'Illustrator

Documents complémentaires

Dans le cadre de la publication en ligne des articles, des documents complémentaires peuvent être adjoints : clichés photographiques supplémentaires, bases de données, listing de mesures, inventaires… Les règles à suivre pour l’élaboration de ces documents sont sensiblement les mêmes que pour la parution papier. N’hésitez pas, si vous souhaitez bénéficier de ce service, à prendre contact avec le Comité de rédaction qui sera à même de répondre vos questions.

Document annexe

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals