Navigation – Plan du site

Paris-Plage : une fausse plage pour une vraie ville ? Essai sur le détournement balnéaire urbain

Paris-Plage : a fake beach in a real city?
Emmanuelle Lallement
p. 65-78

Résumé

Conçue à la demande de Bertrand Delanoë et promue par le service de la communication de la Mairie de Paris, l’opération Paris-Plage transforme chaque été les voies sur berge en plage urbaine. Cet événement est devenu un des symboles de la première mandature du maire socialiste qui avait fait campagne sur le thème « reconquérir Paris ». Réalisé par des artistes scénographes, pour qui Paris-Plage n’est pas un équipement urbain mais un travail de conception, le projet consiste à assembler des éléments emblématiques de la plage pour donner à Paris, de manière éphémère, un air de vacances. Mais alors qu’il se répète chaque année, il constitue toujours un événement dans la ville car sa conception et son déroulement en font un espace public particulier. Travaillant l’hypothèse selon laquelle la plage sert ici de modèle d’espace public idéal et se trouve traitée sous sa forme performative, il s’agit de comprendre en quoi ce type d’opération de balnéarisation de l’espace urbain est significatif des manières de « faire ville » aujourd’hui, à Paris et ailleurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Marc Choblet et l'équipe de l'agence de création "Nez-Haut".

1Paris-Plage est l’opération estivale de la capitale française depuis le début de la mandature du socialiste Bertrand Delanöe à la Mairie de Paris en 2001. Avec son service de communication, le nouveau maire de Paris charge dès 2002 une agence de jeunes scénographes1 de réaliser sur les voies sur berge une plage urbaine. C’est ainsi qu’à la place de la voie Georges Pompidou – du nom du président qui a ouvert en 1967 ce lieu à la circulation automobile alors conquérante – entre mi-juillet et mi-août, les services municipaux installent chaque année du sable, des palmiers, des pelouses, des transats, des guinguettes, un mur d’escalade, une piscine, une zone de brumisateurs géants, un labyrinthe d’eau, des trampolines, un terrain de pétanque… Depuis sa création, si tant est que les conditions météorologiques le permettent, près de deux millions de visiteurs participent à Paris-Plage, les uns pour flâner, les autres pour voir le phénomène et le commenter, d’autres encore pour bronzer, pour lire, pour jouer à la pétanque, pour pique-niquer, pour écouter de la musique (De La Pradelle, Lallement, 2004)… L’opération Paris-Plage connaît en 2007 sa cinquième édition et, un peu à la manière des autres opérations festives en ville, Nuits Blanches, Fête de la musique, elle est devenue au fil des années un rendez-vous qui scande le calendrier urbain parisien.

  • 2 Voir dans ce même numéro l'article de Jean Rieucau.

2Le présent article se propose de questionner cette problématique de plage urbaine et d’analyser, du point de vue de l’anthropologue, l’articulation entre ces deux entités que sont la plage et la ville. Travaillant l’hypothèse selon laquelle dans Paris-Plage, c’est de ville qu’il est question davantage que de plage, il s’agit ici de comprendre en quoi ce type d’opération de « balnéarisation »2 de l’espace urbain est significatif des manières de « faire ville » aujourd’hui, à Paris et ailleurs.

Une plage ex nihilo ?

  • 3 Avec le succès des Velib' et la création de plusieurs kilomètres de pistes cyclables, Paris-Plage e (...)
  • 4 Discours de Bertrand Delanöe à l'occasion de la conférence de presse de juillet 2003.

3Paris-Plage a constitué un événement majeur de la première mandature de Bertrand Delanöe et en a même été un symbole3. Le maire en a fait une opération emblématique de sa politique municipale en affirmant qu’il s’agit de « rendre aux Parisiens les berges de leur fleuve » et ceci « dans un esprit convivial, populaire, festif, civique et convivial »4. Lors des conférences de presse qui précèdent chaque nouvelle édition, les services de communication de la Mairie de Paris annoncent que Paris-Plage est un lieu de détente pour tous les Parisiens, mais aussi les habitants de la banlieue et les touristes. Mais aujourd’hui il n’est plus l’événement qu’il était, ne serait-ce que parce qu’il est désormais un rendez-vous annuel, proposé à dates fixes, et à peu près au même endroit. Certes chaque année, la nouvelle édition apporte son lot de nouveautés : une thématique qui change (par exemple la Polynésie à l’honneur), des lieux qui s’ajoutent (le bassin de la Villette comme nouvelle extension au Paris-Plage des voies sur berge) ou bien encore des activités et/ou attractivités supplémentaires (la piscine, les trampolines...). Même si le détournement éphémère de l’espace urbain ordinaire constitue toujours une rupture d’ordre événementiel, Paris-Plage ne crée plus en tant que tel l’événement, comme à sa première édition. La plage à Paris pendant l’été fait ainsi partie du paysage urbain et constitue désormais une habitude dont les médias ne font plus leur Une mais se contentent de commenter dans ses variations. Et les Parisiens ne semblent plus s’en étonner, mais s’y préparent, aussi mécontents soient les détracteurs, souvent des automobilistes empêchés de circuler comme à leur habitude.

4Pour autant, Paris-Plage, qui peut apparaître alors comme un front de mer certes artificiel mais s’intégrant à la ville chaque année, est un travail de conception qu’il est intéressant d’observer de plus près. Si la plage, comme l’analysait Jean-Didier Urbain, est toujours plus ou moins une abstraction, et s’il est des stations balnéaires qui ont surgi presque de nulle part, à l’exemple de La Baule, du Touquet (appelé Le Touquet Paris-Plage) ou encore de Deauville, rien ne semble davantage créé ex nihilo que Paris-Plage. D’abord parce que les stations balnéaires qui viennent d’être prises en exemple se situent toutes sur les côtes, en bord de mer, et ont donc de fait des plages. Ensuite parce qu’à la différence de Paris-Plage, elles ne sont pas des plages évanescentes, leur conception urbanistique les inscrivant durablement dans les territoires. Enfin parce qu’elles offrent des plages vacancières. La fonction touristique, si elle est réelle et importante à Paris-Plage, n’en fait pas une station touristique en proie à la « marbellisation » (Rieucau, 2004). Avec le projet Paris-Plage, nous nous trouvons dans un tout autre processus de création qui, s’il reprend sans doute cette idée de la plage comme « table rase, une abstraction, une terre vide et sans racine, une ’auberge espagnole’ » (Urbain, 1994), n’en est pas moins très spécifique de ce concept, aujourd’hui déposé par ses créateurs, de « plage urbaine ».

Une « conquête » politique ?

5Paris-Plage est au départ, on le sait, un projet d’ordre politique, celui d’une équipe municipale qui veut créer une plage à Paris – un peu à la manière de ce qui avait été fait dans la ville de Saint-Quentin en Picardie en 2000 – afin de requalifier, en le reconquérant, un espace de la ville habituellement envahi par le trafic automobile. La thématique de la reconquête de l’espace parisien est récurrente dans le discours de Bertrand Delanoë depuis sa première campagne : « il faut rendre Paris aux Parisiens » et il est intéressant de noter qu’elle s’inscrit dans un rapport au passé de la ville, à son présent, mais aussi éventuellement à son futur. Se réapproprier les voies sur berge, c’est en effet une manière de faire un clin d’œil au passé, quelquefois mythifié, d’un Paris d’antan où les quais étaient investis quotidiennement par les citadins pour le travail, le transport ou bien encore la flânerie et où le fleuve était même un enjeu de pouvoir (Bakouche, 2000). Aménager les voies sur berge l’été sous forme de plage se comprend également par rapport à l’ensemble des occupations d’espaces décalées qui semblent être une des marques de fabrique du Paris d’aujourd’hui : fermer les quais chaque week-end pour les cyclistes et les pratiquants de rollers, faire de la place du Palais-Royal une scène géante pour accueillir un concert lors de la Fête de la musique, détourner de son usage habituel l’ancien bâtiment des Pompes funèbres pour y accueillir une performance artistique durant les Nuits blanches… Tous ces événements typiquement urbains ont en commun de détourner certains lieux ou certaines fonctionnalités de la ville pour en faire, le temps d’une soirée, d’une nuit, d’un été, autre chose que ce qu’ils sont, quelquefois même précisément ce qu’ils ne peuvent pas être ordinairement (Lallement, 2007). Enfin l’accessibilité ponctuelle mais régulière des piétons sur les quais de la Seine se conjugue aussi, semble-t-il, au futur, un futur conditionnel que les commentateurs, professionnels ou amateurs, ne manquent pas d’interpréter : Paris-Plage ne préfigurerait-il pas une réappropriation possible des quais en y expulsant plus durablement le trafic automobile, s’inscrivant ainsi dans le mouvement actuel de limitation de l’entrée et de la circulation automobile dans les villes ?

Un travail de création artistique

6Cependant voir Paris-Plage comme un projet politique n’épuise pas la description de cette opération qui a aussi la particularité d’être un travail commandé non pas aux services municipaux, non pas à des architectes ni à des urbanistes mais à des scénographes. Issus de la scène théâtrale et des arts plastiques, les scénographes de l’agence Nez-Haut à qui la Mairie de Paris confie la direction artistique et la réalisation de Paris-Plage conçoivent un projet d’ordre artistique qu’il s’agit maintenant d’analyser. Ils expliquent s’être mis « au service d’une idée », celle de la plage, pour la prendre « au pied de la lettre ». « Après s’être enfermés une semaine dans le Sud de la France, on a monté un projet très simple. Nous avons regardé ce qu’est une plage, quels en sont les symboles, les éléments basiques : soleil, sable, vent, les gens en maillot, le temps des vacances » explique le scénographe principal, Jean-Christophe Choblet. Avec trois mille tonnes de sable déversées sur des superficies bien déterminées et parsemées de larges parasols bleus, des bandes de gazon prédécoupées et disposées sur d’autres espaces clairement ceints, des dizaines de plantes méditerranéennes savamment placées aux rampes d’accès pour figurer une promenade à la manière des villes du Sud, des cabines de plage le long de la promenade, du mobilier en teck pour les aires de restauration, leur objectif est de faire une plage urbaine et non un projet de paysage.

7Dans l’équipe de création, graphistes et scénographes dessinent une série de séquences qui sont autant de propositions d’activités sportives, ludiques, festives, de détente... Chaque élément est conçu de manière autonome (« tous les éléments de mobilier sont dessinés pour la circonstance » explique J.-C. Choblet). Mais l’idée est bien de construire une unité d’ensemble, de faire des trois kilomètres de Paris-Plage un lieu cohérent et unifié. La juxtaposition des installations les unes après les autres est pensée sur le principe du déroulement d’une journée de vacances au bord de la mer. Le public est ainsi censé évoluer tout au long du parcours selon la trajectoire et l’intensité du soleil : taï chi au petit matin vers le pont des Arts, jeux de plages à l’heure du bronzage au Pont Notre-Dame, buvette et pique-nique à midi près de l’Hôtel de ville, sieste en face de l’Île Saint-Louis et guinguette le soir à Sully-Morland. Il trouve, pour se guider dans sa déambulation, de grands panneaux situés aux différents points d’accès, reproduisant le parcours. Un logo a été créé pour l’occasion ainsi qu’une charte graphique qui, de la signalétique aux tee-shirts, casquettes et autres produits dérivés, assurent la promotion, et donnent à l’opération sa dimension d’événement. Mais c’est aussi avec la couleur, le bleu (des filtres bleus sur les lampadaires illuminent la Seine le soir, les cabines de plage, les chaises longues sont également bleues), la présence continue d’éléments de végétation et le vent qui souffle sur la Seine et fait battre les oriflammes balisant le parcours, que les concepteurs pensent faire des diverses installations et éléments un tout.

8Nous sommes en effet dans la problématique de la création. Et d’ailleurs, ce qu’ils ont créé relève bien pour les concepteurs d’une œuvre : ils tiennent à montrer qu’ils ne se sont pas contentés d’organiser un espace fonctionnel qui offrirait à des usagers un lieu et des activités de détente et de loisirs hors-sol, mais qu’ils ont accompli un véritable travail de conception et de composition qui lui donne le statut de création originale. Leur idée est, expliquent-ils, de « raconter une histoire », en l’occurrence celle de la plage, pour ne pas faire un simple aménagement des quais. Un story-board, à la manière d’un film, est dessiné. Il est question dans leur discours de dramaturgie, de mises en intrigues, d’effets d’ambiance.

9Dans ces circonstances, que fait-on de l’objet plage ? Que fait-on de la plage quand elle est conçue de toutes pièces, sans la mer et en ville ? C’est-à-dire quel traitement fait-on subir à la plage pour qu’elle soit une plage de ville, ou plutôt une plage à Paris ? À y regarder de près, il n’est pas question ici d’un copier-coller, d’une représentation d’une plage précise. La plage de Paris-Plage est un territoire décontextualisé, elle n’est en effet ni d’ici ni d’ailleurs. Même si quelques plantes méditerranéennes et quelques palmiers en pot sont stratégiquement positionnés aux différentes entrées, ce n’est pas la plage méditerranéenne ou tropicale qui est ici reproduite. Et si les différents services (accueil, prêt de livres, poste de secours…) sont hébergés dans des cabanes en bois peintes et rayées faisant penser à des cabines de plage, la plage normande n’est pas l’unique modèle. L’utilisation de marqueurs spatiaux qui empruntent à des identités régionales diverses permet de reconnaître qu’il s’agit bien de la plage mais en aucun cas d’une plage en particulier. Également la présence de l’eau, sous forme de jeux, de brumisateurs, de piscine, indique que la plage ici mise en scène a besoin de l’élément eau comme symbole mais n’est en aucun cas ce qu’on appelle la mer. Enfin, si le sable est bien réel, il n’est pas celui d’une plage réelle, puisqu’il provient d’une entreprise de travaux publics, partenaire de l’opération. Un sable si propre et fin qu’il ne peut en effet provenir d’aucune plage des côtes françaises. On a donc affaire à un assemblage savant des principaux stéréotypes de la plage. La plage qui nous est présentée ici est donc en quelque sorte plus que parfaite. On trouve en effet tout, non seulement des hamacs mais aussi des transats, des oriflammes parfaitement bleus et alignés, des douches qui fonctionnent, du sable fin. Ne sont retenus que les éléments dits emblématiques de la plage (le sable, le palmier, le transat) et la plage ainsi produite est donc réduite à ses symboles (Photo 1). C’est une plage artificielle, à la fois miniature et surjouée.

De la plage à la performance de plage

  • 5 C'est-à-dire un objet qui, à la différence d'un objet "naturel", doit sa nature "à notre art et que (...)
  • 6 Car Jean-Didier Urbain notait, à propos de ce qu'il désignait comme "la grève de rêve" : "Cette lan (...)

10S’il ne s’agit pas de copie de la plage, c’est que l’objectif n’est pas de faire vraiment une plage. En lieu et place de la plage, c’est à un artefact5 de plage (Lenclud, 2007) qu’on a affaire. Si tous les ingrédients sont en effet ici rassemblés, l’un d’eux semble inévitablement mais cruellement manquer au cahier des charges : il s’agit de la mer. Une absente d’importance dans ce dispositif car la présence, voire la redondance des éléments aquatiques, ne rendra jamais la mer à Paris. Tout simplement parce qu’à Paris, c’est la Seine qui coule au milieu de la ville, et non pas la mer. La plage ici proposée n’a donc rien de vraisemblable et autant d’éléments rassemblés (le sable blanc, les hamacs, les oriflammes, les brumisateurs, la piscine même) semblent précisément indiquer cette absence. Non pas que les plages de nos bords de mer acquièrent en comparaison de cette plage on ne peut plus artificielle le statut de plages naturelles6, mais la plage de Paris-Plage apparaît comme un objet sur lequel les individus (concepteurs et utilisateurs) opèrent un traitement particulier.

Photo 1 : Badminton devant l’Hôtel de Ville

Emmanuelle Lallement, été 2004

Image 1.jpg

11En effet, à Paris-Plage, la grève est non seulement fabriquée à partir de la sélection, du rassemblement voire de la création d’éléments symboliques qui en font un objet décontextualisé, mais cette décontextualisation (la plage à Paris) a pour effet de la requalifier. La plage change ici de statut car les usages qui en sont faits changent, un peu à la manière d’un objet usuel qui peut être érigé en objet de mémoire en entrant dans des musées d’arts et de traditions populaires, ou d’un objet ethnographique acquérant le statut d’objet d’art quand il est mis en scène dans certains musées d’anthropologie (Lenclud, op.cit.), voire d’un paysage qui, sous l’effet du travail d’un artiste du land art, devient une œuvre d’art. La plage se voit ici changer de statut, elle devient le lieu d’une performance. Paris-Plage, en absentant la mer, convoque la dimension performative de la pratique d’aller à la plage. Les gens sont collectivement invités à participer à une pirouette qui consiste à jouer à la plage sans la mer. Ce ressort symbolique n’est pas sans effet sur les participants qui se voient alors devenir non plus de simples visiteurs ou de simples citadins en mal de vacances ou de grand air, ils sont en quelque sorte des performers, acteurs essentiels à la réussite du dispositif, opérateurs indispensables de ce qui s’instaure. Qui plus est, leur statut les invite non pas à aller à la plage mais à aller à – et à faire – cet événement annuel que constitue à présent Paris-Plage.

« Sous le sable, la ville »

12Cependant en quoi un espace comme Paris-Plage s’inscrit-il dans la même logique ou bien au contraire diffère-t-il des parcs d’attraction avec leurs accessoires hors-sol comme Luna Park ou d’espaces de loisirs aquatiques comme Aquaboulevard ? Quels sont les usages faits de cette plage qui a la particularité d’être en ville et de ne pas avoir la mer ? L’objet de la performance n’est-il pas, au-delà du simple détournement ludique d’un lieu, la ville elle-même ? L’enjeu d’une telle opération n’est-il pas de produire, sur le mode de la rupture, du rassemblement urbain ? Un rassemblement urbain dont on peut faire l’hypothèse qu’il serait une forme, certes minimale et éphémère mais bien réelle, d’espace public (accès généralisé et gratuit, promenade, égalisation des statuts des participants). En allant à Paris-Plage, ne trouve-t-on pas finalement, non pas la plage mais la ville, renversant ainsi le slogan des années 70 « sous les pavés la plage » pour proclamer « sous le sable la ville » ?

Un espace public éphémère

13Pour Paris-Plage, l’intention n’est pas de faire une plage, mais de faire une « plage-à-Paris », une sorte d’oxymoron dont l’objectif est, à travers la création d’une atmosphère balnéaire en pleine ville, de provoquer des attitudes nouvelles comme le signale le concepteur. Davantage que la plage elle-même, on mime, quelquefois jusqu’à la caricature, les fonctions de la plage, depuis ses fonctions concrètes jusqu’à ses fonctions sociales et symboliques, voire esthétiques. Autant dire en fait tout ce qui fait que la plage n’est pas la ville et tout ce qui fait que les comportements dits balnéaires sont précisément toujours plus ou moins en rupture, si ce n’est en opposition, avec les comportements dits urbains. L’enjeu paraît être de fabriquer, sur le mode de l’inversion, une ville qui serait autre, et des rapports sociaux qui seraient alors décalés par rapport aux relations ordinaires, supposées moins conviviales et plus hiérarchisées. Les visiteurs sont en effet invités à jouer à la plage en plein Paris, littéralement à jouer le jeu. Une situation comparable à celles qu’Yves Winkin rangerait sous la catégorie d’enchantement (Winkin, 2002) : un peu comme à Eurodisney, les participants de Paris-Plage accepteraient de suspendre provisoirement mais volontairement leur incrédulité habituelle et se surprendraient à faire comme si, en l’occurrence ici à adopter des comportements et des attitudes balnéaires et vacancières. Mais il est évident que personne n’est dupe et que personne ne se jette dans la Seine en pensant être véritablement à la mer. C’est d’ailleurs peut-être précisément parce que personne ne penserait à se jeter à l’eau, ni ne croirait être vraiment à la plage qu’il est possible de construire quelque chose de l’ordre de la fiction autour de cette plage-là, dans cette ville-là. L’élément absent, la mer, invite en fait à en faire un récit, voire une dramaturgie. Il semblerait que plus on s’accorde sur la mise en présence de l’absence de la mer, plus on joue le jeu non pas de la plage mais de la fiction de la plage. Et les visiteurs participent à une scène dans laquelle ils sont autant acteurs que spectateurs. Certains se promènent, revêtent un costume (le maillot, le short, le paréo), pique-niquent. On se repose, on lit, on joue avec ses enfants, on fait des châteaux de sable, on mange des glaces, on se livre au regard des autres et on fait le spectacle des autres. Toute la gamme des activités, depuis les rituels d’installation et l’instauration de micro-territoires, jusqu’aux jeux, en passant par la constitution de groupes, familles ou amis, font de Paris-Plage une sorte de plage mais mimée, c’est-à-dire un lieu où l’on se livre à de multiples activités mais où finalement tout le monde fait à peu près la même chose ou feint une égalité de circonstance. Finalement la plage, ici comme ailleurs, acquiert le statut d’espace public (Photo 2).

Photo 2 : La déambulation à Paris Plage

Mattea Manicacci, 2003

Image 2.jpg

  • 7 Un comportement déjà observé par Michèle de la Pradelle dans certains espaces marchands. Voir "Espa (...)

14L’attractivité d’un tel lieu fabriqué, aménagé, mis en scène, reposerait donc sur cette logique implicite : si Paris-Plage fonctionne comme un espace public, c’est parce que l’installation est éphémère, qu’elle prend place dans un lieu détourné et que son ressort symbolique, la plage sans la mer et en plein Paris, invite à adopter de nouvelles attitudes. Une première enquête ethnographique, menée en 2003, avait permis de montrer la mise en place, par les différents acteurs impliqués dans l’événement (concepteurs, politiques, usagers), d’un espace public particulier. En premier lieu, l’accessibilité à un lieu habituellement interdit aux piétons et la gratuité de l’entrée et des activités en font un espace public de fait (Ghorra-Gobin, 2001). Mais en second lieu, et au sens fort du terme, les individus mis en coprésence ne se contentent pas de s’y croiser et de se livrer à des activités ludiques, ils se comportent publiquement en se traitant comme coparticipants à une scène publique7.

15Il n’est donc pas anodin que ce soit par l’entremise d’une plage qu’un espace public, certes éphémère mais bien réel, soit produit. « C’est que la plage n’est vraiment pas un espace comme les autres » (Urbain, op. cit.). On peut se demander si la plage n’est pas aujourd’hui l’espace public par excellence, tout du moins l’un des espaces qui fonctionne comme un espace public. L’accessibilité du littoral représente un enjeu important en France, les plages privées faisant l’objet de controverses. La plage constitue un espace de rassemblement où les différences cohabitent et où l’on se reconnaît finalement entre semblables malgré les différences et par l’effet même de rupture qu’on accepte (allongés, en maillot, plus ou moins inactifs). La plage a d’ailleurs toujours été associée à sa valeur symbolique, c’est-à-dire une forme d’être ensemble particulier, qui joue à la fois sur l’idée d’un « chez soi collectif » (Urbain, op.cit.), sur des rituels précis et sur une inversion généralisée qui en fait un lieu de sociabilité bien à part. « La convivialité balnéaire est, comme la plupart des convivialités de loisirs, nomades ou sédentaires, un lieu de vie jouée » (Urbain, op.cit.). Et si toute sociabilité de plage fonctionne sur une forme de simulacre, elle s’importe aussi en ville sous forme singulière. L’hypothèse serait donc que c’est parce que la plage figure l’un des derniers vrais espaces publics que plusieurs villes françaises, comme Saint-Quentin, Toulouse, Lyon, veulent en créer. Certes il s’agit toujours plus ou moins de création d’un aménagement mais aussi et surtout d’une performance ou d’une installation : un rendez-vous, dans un espace donné, pour conférer à l’espace urbain un autre statut et parier sur un autre type de rapports sociaux que ceux d’ordinaire.

Un enjeu d’urbanité

  • 8 à cet égard, leur souci de faire reconnaître, sur un plan juridique, Paris-Plage comme une œuvre co (...)

16De ce fait se pose la question de savoir de quel type de productions d’espace relève Paris-Plage. D’un côté, on voit que l’événement se répète à la même date, qu’il se réitère dans les mêmes lieux, avec le même matériel de base, tendant à en faire un équipement urbain prêt à déployer, une sorte d’espace public en kit. On pourrait alors le comparer à une infrastructure modulable qui serait installée à dates fixes et qui planterait le décor de l’espace public. Ou bien alors à un aménagement urbain dont la pérennité serait toujours dépendante, malgré son caractère répétitif, de la participation effective des citadins. D’un autre, on observe que cet événement est conçu par des scénographes, que l’idée est juridiquement protégée8 et que le principe est de participer à une fiction, le plaçant ainsi du côté de l’œuvre d’art. Depuis 2002 d’ailleurs, le concept de plage urbaine est déposé et repose, comme l’expliquent les scénographes, « sur l’éphémère dans l’espace public, la scénographie urbaine et l’événementiel populaire ».

  • 9 Le conflit au sujet de l'utilisation de l'appellation Paris-Plage qui opposait Paris-Plage à la vil (...)
  • 10 La question de la pérennité de Paris-Plage se pose dans la mesure où sa répétition lui fait a prior (...)

17Dans la mesure où l’enjeu mais aussi l’effet de l’opération est de provoquer du rassemblement sous la forme d’un espace public éphémère, le concept peut en effet s’exporter, comme un modèle à décliner9. C’est précisément ce qu’on peut observer dans plusieurs villes de France et d’Europe qui veulent avoir leur plage urbaine en référence au modèle que constitue à présent Paris-Plage. Toulouse, Lyon et Budapest, par exemple, ont à présent leur plage l’été, une façon de renouer avec leur fleuve autour d’un événement festif éphémère. Certes ces villes ont toutes, à l’image de Paris, un fleuve qui a été un acteur important de leur histoire et qui concourt à leur identité de ville, mais aucune n’a la mer. Ce qui fait que réaliser une plage sur le modèle de Paris-Plage va au-delà du simple rapport fluvial ou maritime et met en jeu l’urbanité même de toutes ces villes. Preuve en est, même la municipalité de Rio de Janeiro s’est montrée un temps intéressée par ce type d’opération. Un exemple qui ne manque pas d’interroger sur ce qui fait alors l’objet de la copie : la plage ou la ville ? Pourquoi une ville comme Rio, qui représente à nos yeux d’Européens la plage par excellence, voudrait-elle un Rio-Plage ? Pourquoi faire de la copie quand on a l’original ? Mais il se trouve que si Rio a la mer et la plage, elle n’a pas ce que crée Paris-Plage, ce qui fait que Paris-Plage est un événement, qu’il participe, à sa manière et actuellement10, à l’identité de la ville et qu’il sert de ce fait la communication faite par la municipalité : un espace public conçu et vécu comme une installation ou une performance. Ne serait-ce pas en effet le modèle d’espace public et de sociabilité urbaine ainsi produit qui serait recherché et donc copié ? Belle ironie quand on sait, comme le faisait remarquer Jean-Didier Urbain, que le mot plage a engendré les dérivés plagiat et plagiaire…

Une ville œuvre ?

18à oser à présent, et en conclusion, la comparaison avec d’autres événements festifs urbains (Lallement, 2008) comme la Fête de la musique ou bien encore les Nuits blanches, il en ressort une des caractéristiques de la ville actuelle. Les dispositifs festifs éphémères parisiens que l’on observe depuis quelques années jouent sur des opérations de détournement de Paris qui peuvent être vus comme des mises en présence d’un certain Paris, par des dynamiques de mise en absence de ce qu’est ordinairement la ville. Comme si un nouveau régime de mise en présence de la ville, par ce qu’elle ne peut pas être, émergeait, et ceci sous forme de réalisations culturelles et/ou festives. Aussi ségrégée soit-elle par ailleurs, la ville semble être fabriquée, notamment par le biais de la commande des pouvoirs publics aux artistes et avec la participation massive des citadins (mais aussi des touristes), à partir de modes d’occupation événementiels éphémères, rendant accessibles des lieux et produisant ainsi des moments de suspension des rapports sociaux ordinaires pour en instaurer de nouveaux. Au-delà de l’aspect événementiel qu’elles prennent, ces opérations ont pour finalité de produire du rassemblement urbain particulier, un rassemblement qui semble possible parce qu’il prend la forme d’une performance. D’où une nouvelle hypothèse qui permettrait en partie de comprendre le phénomène de l’intervention croissante des artistes dans la ville, designers, performers, scénographes, peut-être au détriment des architectes plus enclins à la construction qu’au détournement. À l’inverse, les artistes dans la ville ou de la ville mettraient en avant l’idée que le potentiel d’une ville est toujours déjà là, qui n’attend plus qu’à être révélé par le truchement d’une inversion ludique, festive ou culturelle des lieux. à l’exemple du Pont-Neuf, empaqueté par l’artiste Christo en 1985 qui inaugurait la transformation de monuments en événements. « Soustrait à son invisibilité ordinaire et à la grisaille du temps historique, le monument ’emballé’ regagne une visibilité et une brillante actualité, mais pour peu de temps » (Hartog, 2003). Certains espaces urbains sortent ainsi de leur banale fonctionnalité pour acquérir un statut particulier, celui de matière ou de support dont on peut faire une œuvre éphémère. Paris est, lors des Nuits blanches, jalonné d’installations, de performances, d’œuvres éphémères. Si bien que c’est la ville elle-même qui devient, en quelque sorte, une performance, peut-être une œuvre, mais à dates fixes.

19Si la Fête de la musique, Paris-Plage, les Nuits blanches sont des événements typiquement parisiens, ils s’exportent aussi beaucoup, et avec succès, en France comme à l’étranger. Reste que ce qui est copié repose tout autant sur une fiction qu’il produit lui-même de la fiction. Ne se joue-t-il pas alors à Paris-Plage, et plus largement peut-être dans les événements qui proposent de détourner des lieux de la ville, une forme commune de modernité urbaine ?

Haut de page

Bibliographie

Bakouche, Isabelle, 2000, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, éditions de l’EHESS, 431 p.

Ghorra-Gobin, Cynthia (dir.), 2001, Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, l’Harmattan, 266 p.

HARTOG, François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 257 p.

LA PRADELLE (de) Michèle et Emmanuelle LALLEMENT, 2004, « On the waterfront. The city is ours », Annals of the Academy of Political and Social Sciences, Philadelphie, n° 595, p. 134-145.

Lallement, Emmanuelle, 2007, « Paris-Plage : célébrer un objet absent », dans O. Debary et L. Turgeon (dir.), Objets et mémoires, Paris, éditions de la MSH et Laval-Québec, Presses de l’université, p. 197-209.

Lallement, Emmanuelle, 2008, « événements en ville, événements de ville : approche anthropologique des nouvelles ritualités urbaines », GREC/O Communication et organisation, « La ville dans tous les sens. Nouvelles écritures de la ville », Bordeaux, n° 32.

Lenclud, Gérard, 2007, « être un artefact », dans O. Debary et L. Turgeon (dir.), Objets et mémoires, Paris, éditions de la MSH et Laval-Québec, Presses de l’université, p. 59-89.

Rieucau, Jean, 2004, « Dualisme urbain et glissement du centre décisionnel, de la cité prétouristique à la ville touristique, dans l’Espagne méditerranéenne du début du XXIe siècle », Cahiers de géographie du Québec, vol. 48, n° 133, p. 47-70.

URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècles), Paris, Payot, 501 p. (nouv. éd. 2002).

WINKIN, Yves, 1998, « Le touriste et son double. éléments pour une anthropologie de l’enchantement », dans S. Ossman (dir.), Miroirs. Itinéraires de soi et paysages de rencontre, Paris, CNRS éditions, p. 133-143.

WINKIN, Yves, 2002, « Propositions pour une anthropologie de l’enchantement », dans P. Rasse, N. Midol et F. Triki, Unité-diversité : les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », p. 169-179.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marc Choblet et l'équipe de l'agence de création "Nez-Haut".

2 Voir dans ce même numéro l'article de Jean Rieucau.

3 Avec le succès des Velib' et la création de plusieurs kilomètres de pistes cyclables, Paris-Plage est souvent pris comme exemple des actions du Maire sur sa ville.

4 Discours de Bertrand Delanöe à l'occasion de la conférence de presse de juillet 2003.

5 C'est-à-dire un objet qui, à la différence d'un objet "naturel", doit sa nature "à notre art et que cette nature serait donc artificielle" (Lenclud, 2007, p. 67).

6 Car Jean-Didier Urbain notait, à propos de ce qu'il désignait comme "la grève de rêve" : "Cette langue de sable doré et propre, sans algues, sans galets, sans rochers et sans pêcheurs, est un objet artificiel composé d'objets naturels, c'est-à-dire des grains de sable. Elle a pour fin de représenter la nature (c'est pourquoi certains la comptent dans le 'tourisme de nature') mais elle n'est pas la nature, à l'instar de "l'introduction d'une botanique fantasmatique" à sa lisière au cours du XXe siècle : palmier, agave ou bananier, qui ne sont pas naturellement de l'endroit", J.-D. Urbain, 1994, p. 250.

7 Un comportement déjà observé par Michèle de la Pradelle dans certains espaces marchands. Voir "Espaces publics, espaces marchands. Du marché forain au centre commercial", dans Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l'heure globale, (Ghorra-Gobin, 2001).

8 à cet égard, leur souci de faire reconnaître, sur un plan juridique, Paris-Plage comme une œuvre collective est significatif et interroge le statut de l'auteur multiple.

9 Le conflit au sujet de l'utilisation de l'appellation Paris-Plage qui opposait Paris-Plage à la ville du Touquet appelée depuis 1912 Le Touquet-Paris-Plage ressemblait à un conflit entre marques et se solda d'ailleurs par un accord sur l'utilisation respective de la marque déposée Paris-Plage. Voir La voix Eco.com (journal d'information économique du Nord-Pas-de-Calais), 28 janvier 2008.

10 La question de la pérennité de Paris-Plage se pose dans la mesure où sa répétition lui fait a priori perdre son caractère événementiel. Mais ce qui fait événement étant davantage l'urbanité produite que l'espace lui-même, la logique de la performance semble permettre de faire perdurer ce type de phénomène. Voir Lallement, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Lallement, « Paris-Plage : une fausse plage pour une vraie ville ? Essai sur le détournement balnéaire urbain », Géographie et cultures, 67 | 2008, 65-78.

Référence électronique

Emmanuelle Lallement, « Paris-Plage : une fausse plage pour une vraie ville ? Essai sur le détournement balnéaire urbain », Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/1032

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Lallement

Université Paris-Sorbonne, Celsa - chercheure associée au Laios, CNRS/EHESS
emmanuelle.lallement@celsa.paris-sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals