Navigation – Plan du site

La plage de Beauduc : entre communitas et utopie

Beauduc beach (France): between communitas and utopia
Laurence Nicolas
p. 93-112

Résumé

Sur la plage de Beauduc, une configuration sociale, composée de pêcheurs et de vacanciers, se met en place à partir des années 1950-1960, prend peu à peu la forme d’une petite utopie sociale aux allures de communitas et s’approprie une portion reculée de l’espace littoral camarguais. Trois quartiers émergent de cette installation humaine et re-créent une nouvelle hiérarchie sociospatiale. Marquée par l’égalitarisme et l’épanouissement individuel, cette communauté de villégiateurs balnéaires présente une forme alternative de relation sociale qui ne peut s’entrevoir que dans le rapport dialectique qu’elle entretient avec la structure sociale « ordinaire ».

Haut de page

Indexation

Géographie :

Camargue
Haut de page

Texte intégral

1Longtemps restée terra incognita seulement fréquentée par quelques pêcheurs et douaniers, Beauduc, plage du littoral rhodanien, occupe à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, une place de plus en plus importante dans l’histoire et l’espace camarguais. Dans les années 1950-1960, le littoral camarguais est investi par des campeurs « sauvages » de plus en plus nombreux. L’accès à Beauduc – d’abord limité par l’existence d’une barrière mise en place par la compagnie salinière qui détient un territoire de 15 000 hectares dans le Sud-Est de la Basse-Camargue – reste difficile à cause d’une longue et hasardeuse piste qui y mène. Cela limite considérablement la fréquentation humaine estivale.

La « cabanisation »1 du littoral

  • 1 Le terme de "cabanisation" s'entend ici comme une forme de fréquentation et d'usage de l'espace qui (...)

2Le camping sauvage, interdit à partir des années 1980, reste pratiqué sur cette portion de littoral reculé, mais Beauduc se distingue surtout par la présence d’un habitat insolite : cabanons, caravanes, autocars et autres habitations hybrides qui se répartissent à la fin des années 1990, en trois quartiers distincts. Chacun d’eux témoigne d’un degré d’installation sur les lieux : quartier de caravanes sur la plage, habitat mi-provisoire mi-fixe dans Beauduc-nord et nettement plus abouti sous la forme de cabanons dans la partie la plus ancienne appelée le « village ».

Figure  : carte de localisation de la plage de Beauduc

Image 1.jpg

Entre souillure et coutume

3La composition sociale de ces trois quartiers est cependant sensiblement la même. Hormis un petit nombre de pêcheurs professionnels qui y vivent à l’année, ceux qui viennent séjourner sur la plage durant l’été, parfois dès le printemps, sont majoritairement issus des couches populaires locales (provenant d’Arles, de Nîmes et des localités environnantes). Progressivement, se met en place une communauté de 1 400 à 1 700 individus qui se retrouvent chaque année, dès la « belle saison » (de mai à septembre). Cette configuration sociale, résultat de regroupements familiaux et amicaux effectués dans le cadre du temps des loisirs, séduits par la libre appropriation de l’espace littoral, attirés par la pratique de la pêche et le ramassage des coquillages, prend rapidement le profil d’une société hors structure, contre-structure et, par là même, située ou perçue comme menaçante. La polémique au sujet de cette installation humaine oppose ceux qui perçoivent ce site littoral comme « occupé », comme un chancre à anéantir, une souillure faite à la nature, une fronde intolérable, à ceux qui défendent un usage localement établi, une coutume, une appropriation sociale et culturelle de l’espace.

  • 2 Une partie des installations pourrait cependant être conservée à la faveur d'une tolérance établie (...)

4Ce qui se joue sur cette plage devient rapidement une sorte d’utopie sociale pratiquée, aux allures de communitas (Turner, 1990), où tout se passe comme si chacun était l’égal de l’autre, dans un pays de cocagne sur lequel plane, cependant, l’ombre d’un mythe apocalyptique : la fin de ce précaire phalanstère, établi sans droit ni titre, à l’écart de la structure. L’automne 2004 sonne en effet le glas de cette petite utopie plagiste : le préfet de la région PACA ordonne et diligente la démolition d’un certain nombre d’installations. Depuis lors, la destruction se poursuit et transforme l’utopie en une peau de chagrin2.

Sur la plage3

  • 3 En référence au titre de l'ouvrage de J.-D. Urbain (1994).

5En saison, le lieu dégage une sorte de fantasmagorie fellinienne, possédant la même force onirique, à grand renfort de visions détonantes, décapantes et multiformes. Des femmes aux rondeurs débordantes sont penchées sur les plans d’eau peu profonds pour y ramasser des coquillages et dévoilent ainsi un peu plus leur généreuse nature. Des hommes s’emploient à lancer leurs éperviers, tandis que d’autres, immobiles, le corps à mi-hauteur dans l’eau, attendent que leurs lignes aient une touche. Les enfants mêlés aux adultes s’initient eux aussi à gratter la plage, successivement émerveillés par les crabes, les coquillages ou les poissons qu’ils aperçoivent. De ces activités de prédation découle le sobriquet collectif du groupe : les « gratte-plage ». Cette appellation traduit précisément le rapport direct à la nature ici entretenu (Barthélemy et Nicolas, 2002), par extension, il désigne aussi l’aptitude à se débrouiller avec les moyens du bord, en particulier en ce qui concerne l’habitat, construit suivant les règles de l’art de la récup’ (Nicolas, 2006). Ainsi, le décor que constitue l’ensemble des habitations, fatras d’éléments hétéroclites, donne au tout une atmosphère de société débridée aux allures carnavalesques (Photo 1).

Photo 1 : Cabanon

Laurence Nicolas

Image 2.jpg

Télescopage entre différents univers de pratiques

6Dans le même temps et le même espace, s’observe le télescopage entre des univers parallèles ou convergents, décalés les uns par rapport aux autres, témoignant d’enthousiasmes tous azimuts : kitesurfer, planchistes, amateurs de char à voile, pêcheurs, et autres plaisanciers ou sportifs. Le spectacle désordonné qu’offre le site de Beauduc avec tous ses adeptes, ses usagers, ses visiteurs, commence sur le chemin même qui y mène. Sur la piste, voie de circulation improvisée, aux multiples cahots, on croise indifféremment des camping-cars de touristes, des 4x4 tirant des remorques chargées de quads, de scooters de mer, ou des véhicules bourrés d’équipements de surfer aux macarons fluo et fun. On rencontre aussi les voitures aisément reconnaissables des Beauducois stricto sensu, qui tractent souvent eux aussi des remorques mais contenant du matériel destiné à la pêche ou des éléments divers pour le cabanon, planches, tôles, cuves...

  • 4 Les telliniers sont les pêcheurs à pied qui s'adonnent au ramassage de la telline, délicieux petit (...)
  • 5 à partir de la fin des années 1980, le lieu est fréquenté par la jet set.

7Une fréquentation « mondaine » s’était peu à peu mise en place, à la faveur des deux établissements commerciaux qui furent fondés par des pêcheurs au milieu des années 1970, mais détruits depuis peu. Aux heures des repas, les voitures rutilantes des clients huppés des restaurants de poissons installés sur le site, croisaient alors celles pétaradantes et rouillées des « telliniers »4 ayant terminé leur journée de travail. Cette clientèle, ciblée et canalisée, détonnait avec la fréquentation populaire dominante, accentuant l’impression de contraste à l’arrivée sur les lieux, où, près des installations précaires, se garaient des véhicules haut de gamme, parfois maculés de boue. Ce mélange des genres, quelque peu postmoderne, qui faisait se côtoyer la star5 et le quidam, le riche et le pauvre, et aujourd’hui encore le pêcheur, le vacancier, le sportif, donne toujours l’illusion que le lieu échappe aux habituelles dichotomies sociales.

La plage de Beauduc : un objet postmoderne ?

  • 6 Cf. Mona Ozouf, dans un entretien au Magazine littéraire, n° 307, février 1993, p. 23 ; citée par M (...)
  • 7 Dix ans avant que ne soient appliquées les décisions de justice ordonnant et programmant la démolit (...)

8Beauduc, en tant que lieu d’appropriation collective et lieu de mémoire, objet de controverse et disputé par l’état, apparaît dès lors doté du charme de La Dame aux Camélias6, promis à l’exténuation et peut-être à l’extinction, en ce que, probablement, il deviendrait le théâtre d’un désenchantement du monde. Celui par excellence de la postmodernité qui l’avait successivement dressé précipitamment au rang d’œuvre d’art puis tout aussi soudainement propulsé à celui de nécropole des désillusions au prétexte consensuel et imparable, en apparence, de la Loi. Il est ainsi tout à fait significatif que le consensus autour de sa reconnaissance, ralliant les élus de droite comme de gauche, en tant que lieu d’exercice d’une pratique culturelle populaire, fut rapidement balayé par un consensus plus fort et plus puissant, jugé universel : la démocratie courrait le risque potentiel, ou jugé tel, de voir remis en cause deux principes réglementaires de base, la notion de propriété individuelle contre, celle plus « porteuse » de respect du littoral, dans un contexte de montée de l’environnementalisme. En ce sens, Beauduc fait à nouveau figure d’objet postmoderne, dans sa désignation hésitante de lieu de mémoire qui semble osciller entre l’anéantissement et l’enchantement, témoignant également du « déplacement de la mémoire », de sa « topologie mobile » (Augé, op. cit., p. 49) qui encense et commémore aujourd’hui ce qu’elle désigne d’un doigt accusateur le lendemain, oubliant tout ce qu’elle avait juré de protéger et de chérir7

9Dès lors, s’agirait-il d’un objet socioculturel frappé ou marqué par la postmodernité ? D’un objet à rebours, à contresens des valeurs et classifications de la société, perçu comme obéissant à un mouvement d’accélération auquel on veut se soustraire ou échapper, ne serait-ce qu’un temps, et véhiculant des repères, des valeurs et des catégories qui, à travers l’objet ici concerné, explosent et perdent une partie de leur pertinence ou de leur validité que le sens commun et l’idéologie dominante leur reconnaissent ?

10Simultanément, Beauduc n’échappe pas à la contemporanéité du phénomène balnéaire :

« La plage avec ses rites et ses jeux, propose une épure : une image hyperréelle de la vie collective, qui la différencie de tout, y compris de la villégiature verte – séjour attaché au ’repaysement’, au retour aux sources. Contrairement à la campagne, la plage n’est pas un terroir. C’est une table rase, une abstraction, une terre vide et sans racine, une ’auberge espagnole’. » (Urbain, op. cit., p 19).

  • 8 L'existence de cabanes sur la plage de Beauduc remonte à sa formation même au milieu du XVIII° sièc (...)

11Cependant, la dimension historique8, culturelle et plus encore identitaire fait ici du lieu une sorte de terroir des pratiques sociales où le mythe du village de pêcheurs n’est pas complètement une idée reçue : « À l’image de ses habitants, ce village ’primitif’ pour être authentique, se doit d’être toujours petit, simple, modeste ou parfois pire. » (Ibid., p. 58).

  • 9 Contrairement au reste du littoral cf. J.-D. Urbain, op. cit., p. 69. Cf. également A. Corbin (1988 (...)

12Beauduc symbolise, en effet, une plage non débarrassée de ses travailleurs, qui appartient encore aux pêcheurs et où la séparation avec les baigneurs n’est pas effective9, ni en ce qui concerne les pêcheurs à pied, les telliniers particulièrement nombreux, ni en ce qui concerne les pêcheurs en mer, certes de plus en plus rares, mais qui stationnent leurs bateaux en mouillage sauvage dans la rade non aménagée. S’y mêlent les vacanciers, diverses populations, différents usages qui s’apparentent plus à la balnéarité contemporaine et où les « gratte-plage » perdent peu à peu en visibilité au profit d’usagers tels les simples baigneurs ou les kite-surfeur.

Photo 2 : Groupe familial sur la plage utilisant une voiture bricolée pour passer dans l’eau

Laurence Nicolas

Image 3.jpg

La plage utopique

13Les ressorts anthropologiques que révèle la plage, « réalité culturelle à part entière, digne d’ethnologie »(Ibid., p. 244) et que décrit Jean-Didier Urbain demeurent et peuvent parfaitement s’appliquer à notre exemple. Il en va ainsi de son caractère liminal à forte valeur initiatique : « elle rend possible la restauration de relations physiques et sociales élémentaires, fondées sur des expériences sensorielles, des cénesthésies et des convivialités primitives. Celles-ci font de la plage un espace initiatique particulier » (Ibid., p. 246). Cet espace privilégie le mode du simulacre et de la contrefaçon, « l’illusion du naufrage et la magie de l’oubli » (Ibid., p. 253). Les caractéristiques de l’appropriation de cet espace ainsi que celle de l’habitat, ou du langage architectural qui s’y déploie, rejoignent en de nombreux points cet aspect révélateur de la configuration humaine qui y prend place. En ce qui concerne les différentes formes de partage de l’espace tel l’irrédentisme, ou le grignotage incessant du terrain, les déplacements d’installation (Ibid., p. 264), la valeur refuge de l’habitat et son caractère apparemment rudimentaire et précaire camouflent mal son désir de dur, de durable et de territorialité (Ibid., p. 284). La ressemblance est également de mise en ce qui concerne l’installation familiale sur la plage « reconstruction imaginaire de la hutte primordiale » (Ibid., p. 274), agrégée aux autres, telles des sociétés-bulles (Ibid., p. 310) en suspension, soumises à l’amnésie partielle de l’extérieur, séduites par des expériences sociales approchant l’utopie, ou s’imaginant le faire…

14Cependant, le cadre de la plage contemporaine se déroule le plus souvent, du moins idéalement, sur « une étendue vierge, extra-culturelle, sans mémoire, et propice de ce fait à la consommation symbolique d’un degré zéro de sociabilité, sans histoire ni tradition » (Ibid., p. 312). Or, même si Beauduc constitue cette table rase au lendemain de la guerre, favorisant sans doute l’installation plagiste, il s’agit aussi d’un « littoral identitaire » ou des natifs se mélangent aux vacanciers. Sorte d’utopie du rivage, celle des « gratte-plage », par son caractère sauvage, sans aménagement balnéaire ou urbain d’aucune sorte permet aux cabaniers de jouer à leur aise tout à la fois les Robinson et les Vendredi.

15Un autre point de divergence avec la plage contemporaine, que nous décrit Jean-Didier Urbain, semble se dégager de la population balnéaire beauducoise : les gros, et surtout les grosses, les obèses, les plissés, les pâlots ne sont pas considérés ici comme des monstres égarés au paradis :

« Ici une femme bien enveloppée, ça passe… On ne fait pas attention, on dit pas ’tiens, regarde celle-la elle est grosse, au lieu de se mettre en pantalon, elle ferait mieux de mettre une robe’. Non, ici tout va bien, et puis la femme, elle a compris qu’ici elle pouvait se baigner, aller à la plage avec des cuisses comme ça, tandis que si vous allez dans une station, oh ben là elles s’y mettent pas, elles n’osent pas. » (Ibid., p. 319). 

  • 10 à l'image de "l'entre-soi alimentaire", cf. E. Calvo (1982).

16Ainsi que nous l’explique ce vieux cabanier, une des originalités de ce lieu balnéaire consiste ainsi en l’absence notable du sentiment de honte relatif à l’apparence physique et en l’indifférence liée aux critères esthétiques des corps sveltes ou épilés. Un peu comme si l’on se sentait chez soi, en famille, entre soi. Une des dimensions de cette appropriation sociale du littoral résiderait ainsi dans la possibilité de cet entre-soi balnéaire10.

17Quelles sont les conditions précises de son établissement ? Quel rite d’immersion permet le passage et l’installation sur les lieux, auquel succède ce fameux sentiment de communitas ?

Comment devient-on Beauducois ou « Beauducul » ?

  • 11 Idéalement la différence entre les deux désignations pourrait se résumer de la façon suivante : les (...)

18Le concept de communitas développé par Victor Turner dans son étude sur le phénomène rituel rend compte d’une forme originale et remarquable de relation sociale, de lien social qu’entretiendrait cette autre dimension de la société dans le cadre précis de l’exercice du rituel, mais qu’il étend également à d’autres formes de regroupements qui témoignent d’un « moment dans le temps, hors du temps », proposant un modèle d’humanité fondé sur une société égalitaire, de « nature concrète, spontanée, immédiate, et révélant des liens humains essentiels et génériques » (Turner, op. cit., p 124). Tout d’abord au niveau individuel, que permet le passage ? Il y est bien sûr question d’un sentiment de libération par rapport à un certain nombre de carcans sociaux ou d’assujettissements statutaires ou hiérarchiques, familiaux et professionnels, mais celui-ci ne s’exprime pas de la même façon suivant que l’on est homme ou femme, adulte, adolescent ou enfant, ou encore, dans notre cas, suivant que l’on est Beauducois ou « Beauducul »11.

19Est-ce à dire alors que certaines formes de différenciations en remplacent d’autres ? Chassez la hiérarchie, elle revient au galop. Et dans ces conditions, comment appliquer la notion de communitas qui normalement dissout toute forme de différenciation et nivelle, sinon lamine, ses membres en un groupe uniforme seulement soumis aux aînés rituels ?

Le renversement des catégories sociales

20Le recours à cette notion se justifie par un ensemble de propriétés et d’attributs qui se retrouvent dans le profil sociétal qu’offre le groupe. La plus importante de ces propriétés concerne la mise à mal, ou la remise en question, sinon le renversement, des catégories sociales habituelles parmi les plus classiques : le temps, suspendu et dilaté ; l’espace, approprié ; les relations sociales, requalifiées ; le travail et le loisir, intriqués ; la production et la consommation, rendues à une même sphère, réunies provisoirement…

  • 12 Il s'agit d'une des propriétés de la communitas telles que les liste Turner (Tuner, op. cit. p. 106 (...)

21La parenté est également l’objet d’une perte d’influence en tant que catégorie permettant le classement social. En effet, certains membres de la parenté, y compris les enfants, peuvent apparaître « menaçants » pour les parents car l’installation de membres de la parenté sur la plage de Beauduc remet en cause celle déjà effectuée (la prolifération de l’occupation humaine étant un des reproches adressés aux Beauducois qui se sont employés en vain à l’endiguer au cours de leur histoire). Ainsi, les premiers cabaniers n’hésitent pas à stigmatiser et condamner les nouvelles installations même lorsqu’elles sont le fait de leurs propres enfants ou d’autres membres de la famille ainsi en quelque sorte reniés. Il s’agit donc dans ce cadre précis d’une forme de suspension des droits et devoirs de parenté12. La pratique, pourtant familiale, peut renoncer aux droits et devoirs de parenté lorsqu’elle concerne la question cruciale de l’occupation de l’espace. Cette suspension des droits et devoirs de parenté s’observe aussi dans la transmission de l’installation, et des usages qui y correspondent, où les enfants, ou autres membres de la parentèle, ne sont pas forcément ceux qui seront choisis ou intéressés. Sur le plan symbolique, la séparation entre adultes et enfants n’est pas clairement établie : construire et habiter des cabanes apparaît en effet comme un jeu pouvant être pratiqué à la fois par les deux catégories. Les fêtes des cabanes mêlent ainsi les mêmes jeux pour les uns et les autres. Le résultat de ces modifications catégorielles aboutit à une société « cul par-dessus tête » (Bourdieu, 1979, p. 36) dont l’action de ramassage des coquillages, comme posture physique, nous donnerait le fidèle reflet. Cette idée de renversement et d’inversion nous renvoie aussi, bien sûr, à une société carnavalesque et débridée.

22En fait, tout se passe comme si Beauduc absorbait, dissolvait ces différentes catégories en les reclassifiant périodiquement par rapport à sa propre logique, sa visée sociétale utopique, sur un mode essentiellement passionnel, en reconstruisant sa propre hiérarchie et en offrant plusieurs types de différenciations possibles dont l’efficacité distinctive, sur le plan social, n’a de validité que dans le cadre précis de l’exercice de ce rituel.

Rites de passage

23Victor Turner évoque aussi la fréquence des épreuves ou des humiliations, le plus souvent de caractère trivial lors de l’entrée dans la phase de la liminarité (Turner, op. cit., p. 105-106). Celles-ci s’accomplissent la plupart du temps sous la forme de blagues ou de mises en défaut de l’individu, sortes d’humiliations qui visent à faire perdre la face ou à souligner des manières d’être ou de paraître jugées non adéquates car trop timides, réservées, ou distantes. La référence au corps et plus particulièrement au sexe est souvent utilisée dans ces épreuves qui sont principalement destinées aux « étrangers ». En effet, le rite de passage est plus soft pour les membres déjà intégrés au groupe et qui réitèrent en quelque sorte périodiquement l’entrée dans la communitas.

24Pour les femmes, il peut s’agir seulement d’être dépenaillées et sans soutien-gorge, ou de se permettre un relâchement langagier. Pour les hommes, il s’agit surtout de retrouver une certaine liberté et le sentiment de l’égalité avec ses pairs, mieux encore de redevenir son propre maître. Pour les jeunes, le rite s’apparente plus souvent à celui initiatique qui leur permet le passage au statut d’homme et de femme, quoique le rite initiatique semble s’appliquer plus fréquemment aux garçons qu’aux filles. On observe ainsi fréquemment des bandes de jeunes installées sur la plage ou dans les cabanes des parents qui jouent à se suffire à eux-mêmes, par la pêche et l’absence de contrôle parental. Car, en définitive, c’est sans doute aux enfants que la communitas semble profiter le plus. Beauduc est souvent désigné comme le « paradis des enfants » en ce qu’ils y acquièrent, eux aussi, un sentiment plus grand encore de liberté et d’autonomie. Ils sont autorisés, dès leur plus jeune âge (4 ou 5 ans), à vaquer d’une cabane à l’autre pour retrouver leurs pairs, ou sont intégrés aux bandes de jeunes, auxquelles les parents délèguent leur surveillance, pour des ballades à travers les marais ou pour aller à la plage, dans un milieu perçu comme offrant relativement peu de danger.

25Les relations entre hommes et femmes, jeunes et vieux, enfants et parents subissent elles aussi de notables modifications dans le sens généralement d’une plus grande latitude dans le registre des possibilités. Entre les hommes et les femmes, on assiste de manière générale à une réduction des distinctions entre les sexes : hommes et femmes pêchent, cuisinent, font le ménage, bricolent, jouent aux boules et aux cartes, boivent et mangent sans compter et peuvent adopter un langage grossier et osé. Les hommes et les femmes s’autorisent par exemple des gestes, des paroles et des proximités corporelles qui se passent de tout cérémonial et engagent une certaine forme de familiarité.

Beauducois et « Beauducul »

26En dépit de cette caractéristique transitoire, la communitas de Beauduc fonctionne comme un tout, une entité, comme se plaisent à affirmer et répéter à l’envi les leaders face à la volonté de la structure de créer des divisions (latentes). La principale de ces divisions s’appuie sur la distinction entre Beauducois et « Beauducul ». Sont ainsi nommés ceux qui viennent seulement à la journée se faire bronzer, en opposition avec ceux qui ont une installation, fixe ou provisoire. Ces journaliers ne possèdent évidemment pas toutes les clés ni toutes les caractéristiques qui permettent de se considérer, ou d’être considéré, comme Beauducois. Mais, à partir de cette discrimination basique peuvent se décliner d’autres lectures de la distinction entre Beauducois et « Beauducul », comme celle recouvrant par exemple la séparation entre cabaniers et caravaniers, les premiers pouvant être perçus comme des aînés rituels, les seconds comme des novices.

  • 13 à la fin des années 1960, les cent premières cabanes érigées sur le site furent numérotées et firen (...)

27à l’intérieur de ces catégories grossières, se développent plusieurs types et plusieurs degrés qui dessinent autant de fines variations, à partir de ces deux assignations, en une vaste et complexe gamme ou série de tonalités autour desquelles se construit et s’exprime peu ou prou l’affiliation beauducoise. Ainsi, la désignation de Beauducois ou de « Beauducul », suivant que l’on est pêcheur-résident (must des must), cabanier numéroté13 et fondateur (autre type de must des must), ou à l’autre extrémité, baigneur à la journée, s’accompagne d’une ou plusieurs caractéristiques, chargées positivement ou négativement, pouvant se cumuler ou s’annuler et permettant de prétendre à telle ou telle désignation. Ce tableau cependant ne possède qu’une valeur indicative qui ne prend pas en compte une foule de détails qui pourraient être tout aussi indicateurs, comme par exemple, savoir circuler sur le site et surtout ne pas s’y enliser… Ainsi, lorsqu’un Beauducois vient à s’embourber, il devient évidemment l’objet de railleries et se verra immanquablement rabaissé au rang de novice, en se faisant traiter par exemple de « Beauducul ».

Le laisser aller de soi

  • 14 Une partie des installations est en effet situées sur le domaine privé de l'exploitation salinière (...)

28Les critères pour accomplir les rites d’immersion réclament l’accomplissement ou la démonstration de certains savoir-faire, qu’ils soient d’ordre professionnel ou amateur, démarrant de la simple maîtrise du jeu de boules en passant par celle afférente aux pratiques diverses de bricolage, surtout liées à l’habitat, mais aussi à la mécanique. Le type d’occupation de l’espace, en saison, hors saison, en résidence permanente, semi-permanente, dans tel ou tel quartier, sur le domaine public maritime ou le domaine privé14, mais aussi l’ancienneté dans la présence ou la fréquentation du site, interviennent de manière déterminante. Malgré ces différences notables, et notées, entre les uns et les autres, le groupe des Beauducois stricto sensu (c’est-à-dire tous ceux qui possèdent au moins un des critères marqué positivement), présente un caractère fort d’homogénéité : en premier lieu du point de vue du profil sociologique et culturel, des pratiques exercées, des relations et connexions qu’entretiennent les individus les uns par rapport aux autres, mais aussi du point de vue de leur apparence physique et vestimentaire. Peut-être davantage encore dans leur rapport au corps.

29L’apparence physique, vêtements et allure corporelle, qui justement, par la vertu du sentiment de communitas, appelle à un certain mépris, du moins à une indifférence, devient un signe distinctif en ce qu’il permet d’un seul coup d’œil de distinguer généralement le Beauducois des autres usagers, baigneurs, amateurs de sports nautiques, riders en quad ou 4x4, promeneurs, observateurs de la nature… Cette indifférence liée à l’apparence personnelle est une des vertus les plus prônées, elle est presque érigée en règle prescrite par l’injonction : « ici pas de chichis », ni de mijaurées, les personnes qui marqueraient quelque moue de dégoût ou qui feraient quelque difficulté dans l’adaptation nécessaire au lieu (absence d’eau, d’électricité, de confort) se verraient tout particulièrement stigmatisées par le groupe. Cette indifférence liée à l’apparence personnelle rejoint aussi le laisser-aller de soi qui, dans notre cas, pourrait être considéré comme l’une des propriétés différentielles, ou en tout cas prédominante de cette communitas. Elle s’applique aussi à l’installation, au bâti sur le site ainsi qu’aux comportements et attitudes et prend donc un sens et un relief qui en font ici un attribut distinctif.

La plage des pauvres

30On notera également l’absence de statut social, rarement mise en avant, si ce n’est pour servir la « cause ». Le statut sociostructural perd à Beauduc de sa signification distinctive, valorisante ou dévalorisante sur le plan social, et ne pourra être utilisé dans ce sens. Par contre, il peut être remplacé par un autre, forgé dans le cadre strictement beauducois par le déploiement de savoir-faire ou par le rôle joué à l’intérieur du groupe. L’absence ou l’inefficacité du recours au statut sociostructural favorise le profond sentiment d’égalité qui semble s’établir entre les Beauducois, « ici chacun est l’égal de l’autre » se plaisent-ils à répéter, et ce, en dépit des différences entre quartiers et entre les types d’occupations de l’espace. De même, on notera l’absence de distinctions liées à la richesse, même si, de fait, elle intervient peu, étant donnée la relative égalité sociale des membres concernés. Il existe toutefois des cas ou situations où cette distinction peut intervenir, elle serait rendue visible par des signes extérieurs (voitures, vêtements, bijoux), mais elle se verrait montrée du doigt, ou parfaitement ignorée ou encore tournée en dérision.

31L’humilité et la simplicité caractérisent davantage la pratique ou l’appropriation de l’espace : « la plage des pauvres », « les Seychelles des petites gens »…, ainsi que la générosité, autre attribut de la liminarité, mais qui appelle ici à des nuances de situations devant être prises en compte. Si la générosité est de mise dans les repas et apéritifs, souvent gargantuesques, elle céderait le pas plutôt à l’égoïsme, voire à la jalousie par rapport aux activités de prédation en général, même si l’on s’en défend. On ne dévoile pas si facilement son coin à quiconque, même si après avoir bien pêché ou ramassé on peut généreusement offrir le fruit de sa récolte.

  • 15 Trois associations d'usagers existent à Beauduc, l'une regroupe les 100 premiers cabaniers, la deux (...)

32L’absence de propriété du sol, donnée empirique de cette configuration sociale qui s’est bâtie sur le mode de l’appropriation, renforce sans doute le profil égalitaire du groupe. Cela n’exclut cependant pas la différenciation, perceptible en particulier à travers l’appartenance aux différentes zones d’habitations ou associations15, et bien sûr l’idiosyncrasie.

33La question de l’absence de hiérarchie, du moins de celle relative au sociostructural, rejoint celle de l’égalité ; elle réclame toutefois une attention particulière en ce qu’elle fait émerger directement la question également sous-jacente du pouvoir. Cet attribut se retrouve au centre de la question que pose Victor Turner : par qui, pourquoi et comment la structure arrive ? Le devenir hiérarchique reste, semble-t-il, un modèle persistant, une identification ou une substitution inévitable. La différenciation existante à l’intérieur de la communitas de Beauduc, essentiellement à travers les différentes occupations de l’espace qui correspondent à une sorte d’échelle sociale, ou de promotion sociale interne, le prouve d’une certaine façon, hors le statut particulier des anciens ou des pêcheurs pouvant être assimilé aux aînés rituels.

34La liminarité produit de l’ambiguïté, s’il en résulte une abolition des classifications ou un aplatissement des catégories ne permettant plus d’ordonner les individus par rapport à elles, il n’en émerge pas moins une nouvelle échelle de positions, de valeurs et de symboles qui se glisse dans le social durant cette phase de liminarité.

Une expérience sociale à cheval entre sacré et profane

35Cependant, certaines propriétés caractéristiques de la liminarité ne s’appliquent pas à notre exemple, telle la référence ininterrompue aux forces surnaturelles, et cette carence rejoint la question du sacré. Le profane et le séculier caractérisent plutôt ce type de configuration sociale. Toutefois, le rapport au milieu ainsi que l’attachement passionnel à cet espace et au mode de vie instauré, conduisent souvent les usagers, soumis à une condition uniforme, prônant l’esprit de camaraderie, le franc-parler, l’égalitarisme, et refaçonnant de nouvelles positions sociales agissant au seul sein de la communitas, à considérer Beauduc comme sacré. Même s’il n’y a pas à proprement parler de références religieuses ou mystiques, la notion de sacré surgit de cet arrière-plan que constitue l’ensemble de la transfiguration sociale, en dépit d’une absence remarquable de certains indices propres au rituel, comme l’invocation de puissances ou de forces surnaturelles, mais où se joue néanmoins, dans un moment privilégié, quelque chose d’essentiel et de régénérant, du moins aux yeux des adeptes.

  • 16 Le Petit Robert donne l'origine étymologique suivante de la kermesse : 1391 ; flam. kerkmisse "mess (...)

36Peut-être la notion de kermesse, en ce qu’elle traduit cette imbrication serrée entre les deux niveaux : sacré / profane, pourrait se révéler adéquate. Cette notion s’appliquerait avec justesse pour rendre compte de ces réjouissances populaires de plein air qui expriment à la fois le modèle, source du rite religieux et en autorisent d’une certaine façon l’analogie (de la Pradelle, 1990) ; mais surtout, elle laisse transparaître l’aspect, l’essence profane du phénomène. à cheval entre sacré et profane16, la notion de kermesse, utilisée pour caractériser les allures de ce regroupement humain, enthousiaste et coloré, exubérant lors de ses fêtes et réjouissances, donne à voir l’ambivalence du phénomène qui puise et épouse une forme éprouvée, sans se laisser brider ni contenir par elle. Il semblerait que ces deux niveaux s’interpénètrent ou que le sacré soit exprimé sur des modes profanes qui en diminuent ou en escamotent la dimension réelle, ou du moins formalisée comme telle.

37De même se relâcher dans sa tenue vestimentaire, son comportement, son langage, son habitat, durant cette expérience régulièrement recommencée, conduit à une libération du corps et de l’esprit, évoquée comme un ressourcement. Naissent alors le sentiment du retour à la vie sauvage, l’idée d’un mythique paradis perdu ou encore la nostalgie des origines où la culture renoue avec la nature et se passe de médiation technique, ou réduite à minima, dépouillée symboliquement de tout, ou presque, ce qui fait référence à l’ordre social de la structure, provisoirement suspendu, pour endosser un nouveau statut au sein de la communitas. C’est d’ailleurs ainsi que cette expérience revêt un caractère dangereux ou anarchique qui en appelle à l’encadrement rituel (Mary Douglas, 1966) et qui dérange ceux que concerne le maintien de la structure, de son ordre social et moral, de son pouvoir, semble-t-il déjoués par la communitas (Turner, op. cit., p. 108). Cette dernière privilégie un certain type de relation sociale basé sur le tutoiement, la confrontation directe, le franc-parler et engage ainsi les hommes tout entiers en relation les uns avec les autres, leur offrant ainsi un caractère d’unité et de complétude. Turner écrit à propos de la communitas « on la tient presque partout pour sacrée ou ’sainte’ » (Ibid. p. 125) pour ses vertus de transgression, de dissolution, pour ses pouvoirs, pour l’émotion et la passion qu’elle suscite, pour les « énergies instinctuelles » (Ibid., p. 126) qu’elle libère… Ce mode particulier de participation sociale que permet la liminarité ouvre aussi sur une dimension plus politique du rituel qui invite à évoquer la notion d’utopie.

De optimo reipublicae statu deque nova insula Utopia17

  • 17 Titre original de l'œuvre de T. More, L'utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement.

38Beauduc est une forme d’utopie, moitié rêvée, moitié réelle. La part la plus belle, la plus excitante, la plus utopique est bien sûr celle du rêve. C’est l’utopie de l’utopie, inatteignable, inépuisable, infinie dans ses possibilités. Chacun y projette ses fantasmes et ses angoisses existentielles. Simple parenthèse, échappée belle, ressourcement ou bien occasion de fuite, naufrage, errements. La part réelle est moins extrême mais plus tangible, elle est aussi celle que l’analyse ethnologique peut étudier et rapporter. Toutefois l’une ne saurait exister sans l’autre ; en effet, la face rêvée de l’utopie appartient à la sphère du subjectif et du privé, elle est cependant la condition imaginaire de sa mise en pratique. C’est parce que « tout est possible » mais que rien n’est sûr que ça vaut le coup d’essayer ; la précarité est ici à la source du rêve, l’instabilité produit la sensation du flottement, le risque provoque celle du vertige. Ce qui est réellement vécu à Beauduc n’est que la partie quelque peu exsangue du rêve, mais ce passage de vie marque l’espoir d’en faire naître la plus fidèle réalisation. Tenter la vie de Robinson, du pêcheur ou de l’ermite suppose une certaine organisation, adaptation et résistance. Autant dire qu’il convient de s’en donner les moyens afin de s’éviter frustrations et déconvenues. Alors seulement, l’aventure beauducoise peut commencer...

39L’île heureuse que Thomas More décrit en 1551 porte le nom d’Utopia, elle n’est pas mentionnée sur les cartes et portulans des navigateurs. Utopie signifie non-lieu, pays de nulle part, surgit du rêve et de l’imagination. Beauduc bénéficie de cette même incertitude géographique, humaine aussi. L’utopie pratiquée est rapidement un échec, selon Jean Servier qui s’est intéressé au phénomène (1979, p. 9). Fondée sur le refus des valeurs individuelles, elle ne dure qu’un temps. Faut-il faire l’hypothèse qu’à Beauduc l’utopie aurait duré grâce à sa configuration largement individualiste ? Sommes-nous face à une forme d’utopie et laquelle ?

L’utopie des « gratte-plage »

40On est loin de la cité ordonnée et harmonieuse rêvée par Platon, Athènes, la sage, la vertueuse. Beauduc ressemble davantage à la cité des Atlantes, comme elle fondée sur la démesure et l’excès. La folie de l’âme, la passion, l’irrationnel, la laideur sont des attributs qui peuvent être rattachés à l’Atlantide autant qu’à Beauduc. Un de ces lieux où tout est à profusion, où il y a mise en commun des trésors de la terre, où le temps est comme figé et immuable, à mi-chemin entre profane et sacré, entre humain et divin. On pourrait ainsi continuer longtemps sur ce registre forcément dithyrambique auquel nous invite la notion d’utopie. Tout y semble sans défaut, comme issu d’un beau rêve, or la réalité pousse à un constat beaucoup plus nuancé. En revanche, la réflexion de Paul Ricœur (1986) sur cette question paraît plus féconde. Selon lui, et à la suite de Karl Mannheim (1952), tout en s’efforçant de sortir de son paradoxe, l’utopie ne peut s’envisager sans une réflexion sur l’idéologie. Cette dialectique entre idéologie et utopie nous renvoie à celle existant entre la structure et la communitas.

41Bien que présentant deux genres sémantiques distincts, l’utopie, généralement plus littéraire et plus personnifiée que l’idéologie, possède quelque chose de comparable à la fonction intégrative de l’idéologie et que remplit la notion de nulle part :

« C’est peut-être une structure fondamentale de la réflexivité par laquelle nous pouvons saisir nos rôles sociaux que de pouvoir concevoir ainsi une place vide d’où nous pouvons réfléchir à nous-mêmes. » (Ricœur, op., cit., p. 35).

42Selon Ricœur, il s’agit là de la structure fonctionnelle de l’utopie. Pour la cerner il convient de se situer au-delà du contenu des utopies particulières, diverses et souvent contraires, car c’est précisément dans ce nulle part qu’est suggérée l’unité de l’utopie :

« De ce non-lieu, une lueur extérieure est jetée sur notre propre réalité, qui devient soudain étrange, plus rien n’étant désormais établi. Le champ des possibles s’ouvre largement au-delà de l’existant et permet d’envisager des manières de vivre radicalement autres » (Ibid., p. 36).

43La structure fonctionnelle de l’utopie consiste à nous permettre de repenser la nature de notre vie sociale, d’en imaginer des perspectives nouvelles, alternatives : « L’utopie permet des variations imaginaires autour de questions comme la société, le gouvernement, la famille, la religion » (Ibid., p. 37). On pourrait presque mettre en parallèle cette citation de Turner, lorsque évoquant la liminarité et la communitas, il indique qu’elles permettent : « des reclassifications périodiques de la réalité et des relations de l’homme à la société, à la nature et à la culture » (Turner, op. cit., p. 126). Autrement dit, et de même que la communitas vivifie la structure, il n’y aurait pas d’intégration sociale sans l’idée d’une subversion sociale, et celle-ci s’effectue par le moyen de la mise à distance du système culturel que provoquent la sortie, l’évasion ou la fuite vers le nulle part utopique. Car si la pathologie majeure de l’idéologie semble, comme le souligne Ricœur, la dissimulation, celle de l’utopie est fréquemment la fuite. Toutes deux se heurtent au problème crucial de l’autorité et du pouvoir et amènent à se poser la question de qui les détient et comment y sont-ils subvertis ?

44En ce qui concerne l’utopie, Ricœur avance l’hypothèse selon laquelle pour « échapper aux contradictions et à l’ambiguïté de l’usage du pouvoir et de l’exercice de l’autorité », elle obéit souvent à une logique de fuite dont la nostalgie des origines et la quête du paradis perdu compteraient au nombre de ses avatars, permettant ou plutôt évitant de se confronter aux difficultés réelles d’une société donnée. Cela nous amène à la question suivante à propos de notre exemple : s’agit-il vraiment d’une utopie ou sommes-nous face à un de ses prolongements, au caractère populaire très marqué, qui prit naissance au Moyen âge en Europe occidentale et qui est celui du pays de cocagne ? (Delumeau, 1976, p 11-29). Là où le seul effort à fournir, du moins idéalement, consiste à se baisser pour ramasser les produits généreusement offerts par la nature. De ce point de vue, l’utopie des « gratte-plage » deviendrait un faux-semblant d’utopie, tout au plus un genre voisin sans visée collective et n’ambitionnant que la satisfaction individuelle et égoïste des désirs et des appétits. En effet, si l’on réfléchit à ce qu’affirme Karl Mannheim lorsqu’il évoque la fonction de moteur de l’histoire des utopies, on se rend compte que Beauduc est beaucoup plus humble sur le plan historique ou politique général : ni révolutionnaire, ni subversif et même conformiste par bien des aspects. Dès lors doit-on considérer que l’on est plutôt face à une utopie de fuite que de révolte créatrice ? Certes par la vertu de la communitas, l’ordre social est passablement ébranlé. Il est placé au regard de bons nombres d’attributs « cul par-dessus tête », mais dans le cadre strictement beauducois. Cela n’engage pas l’individu de retour chez lui, il retrouve sa position dans sa structure sociale habituelle, tel un culbuto.

45Ni révolutionnaire, ni subversive, ne poursuivant aucun objectif idéologique et se gardant de tout prosélytisme, l’utopie beauducoise est simplement une utopie pratiquée, à la « bonne franquette », qu’évoque de manière concrète et convaincante le surnom de « gratte-plage » de ses adeptes.

Haut de page

Bibliographie

Augé, M., 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

Barthélémy, C.et L. Nicolas, 2002, « Pêcheurs amateurs du fleuve à la mer. Des pratiques ordinaires de nature au défi de la gestion environnementale », Europaea, Journal des Européanistes I - 2, anno VIII, Naturalia, p. 283-301.

Bourdieu, P. 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éd. de Minuit.

Calvo, E., 1982, « Migration et alimentation », Information sur les sciences sociales, vol 21, n° 3, p. 383-446.

Corbin, A., 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Aubier.

De la Pradelle, M., 1990, Jeux de mots, jeux de choses : faire son marché à Carpentras, thèse de doctorat, EHESS.

Delumeau, J., 1976, « Pays de cocagne et fête des fous », dans La mort des pays de cocagne, Paris, éd. J. Delumeau.

Douglas, M., 2001, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, (1e éd. 1966).

Mannheim, K., 1956, Idéologie et utopie, Francfort-sur-le-Main,1952, Trad. française, P. Raulet, M. Rivière, Paris.

Nicolas, L., 2006, Beauduc, l’utopie des gratte-plage. Conflits d’appropriations de l’espace littoral camarguais, thèse d’anthropologie, université d’Aix-Marseille I.

Ricœur, P., 1986, L’idéologie et l’utopie, Paris, Le Seuil, 1997, édition originale New York, Columbia University Press.

Servier, J., 1979, L’utopie, Paris, PUF, Que-sais-je ?

Turner, V., 1990, Le phénomène rituel - Structure et contre-structure, Paris, PUF, édition originale Aldline publishing Company, USA, 1969.

Urbain, J-D., 1994, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Le terme de "cabanisation" s'entend ici comme une forme de fréquentation et d'usage de l'espace qui s'effectue par la médiation d'un habitat précaire et majoritairement saisonnier.

2 Une partie des installations pourrait cependant être conservée à la faveur d'une tolérance établie dès la fin des années 1960. Il s'agit de la partie la plus ancienne située sur le domaine privé de l'exploitation salinière et identifiée comme le "village" des cabanes de Beauduc. L'installation saisonnière en caravane reste, quant à elle, encore pratiquée.

3 En référence au titre de l'ouvrage de J.-D. Urbain (1994).

4 Les telliniers sont les pêcheurs à pied qui s'adonnent au ramassage de la telline, délicieux petit coquillage bivalve, enfoui sur les bancs de sable le long de la côte.

5 à partir de la fin des années 1980, le lieu est fréquenté par la jet set.

6 Cf. Mona Ozouf, dans un entretien au Magazine littéraire, n° 307, février 1993, p. 23 ; citée par M. Augé (1994, p. 46).

7 Dix ans avant que ne soient appliquées les décisions de justice ordonnant et programmant la démolition des installations sur la plage de Beauduc, le site avait fait l'objet d'une tentative de "sauvetage" par une mission interministérielle.

8 L'existence de cabanes sur la plage de Beauduc remonte à sa formation même au milieu du XVIII° siècle, mais il s'agissait alors exclusivement de cabanes de pêcheurs.

9 Contrairement au reste du littoral cf. J.-D. Urbain, op. cit., p. 69. Cf. également A. Corbin (1988).

10 à l'image de "l'entre-soi alimentaire", cf. E. Calvo (1982).

11 Idéalement la différence entre les deux désignations pourrait se résumer de la façon suivante : les Beauducois seraient les "natifs" tandis que les "Beauducul" seraient les vacanciers.

12 Il s'agit d'une des propriétés de la communitas telles que les liste Turner (Tuner, op. cit. p. 106).

13 à la fin des années 1960, les cent premières cabanes érigées sur le site furent numérotées et firent l'objet d'une tolérance d'occupation.

14 Une partie des installations est en effet situées sur le domaine privé de l'exploitation salinière qui jouxte la plage de Beauduc.

15 Trois associations d'usagers existent à Beauduc, l'une regroupe les 100 premiers cabaniers, la deuxième les caravaniers et les cabaniers plus récents, la troisième est née de la volonté de fédérer et de défendre l'ensemble des usagers.

16 Le Petit Robert donne l'origine étymologique suivante de la kermesse : 1391 ; flam. kerkmisse "messe d'église".

17 Titre original de l'œuvre de T. More, L'utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Nicolas, « La plage de Beauduc : entre communitas et utopie », Géographie et cultures, 67 | 2008, 93-112.

Référence électronique

Laurence Nicolas, « La plage de Beauduc : entre communitas et utopie », Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/1044 ; DOI : 10.4000/gc.1044

Haut de page

Auteur

Laurence Nicolas

Université de la Méditerranée – ESPACE-UMR 6012 DESMID

laurence.b.nicolas@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals