Navigation – Plan du site

Le tourisme culturel

De nouveaux produits pour de nouveaux territoires
Cultural tourism: new productions for new territories
Girolamo Cusimano et Maurizio Giannone
p. 35-51

Résumés

Le tourisme culturel est d’habitude perçu comme un phénomène socio-économique positif, en mesure de s’intégrer d’une façon équilibrée avec la nature des lieux, avec les économies locales et le tissu culturel des territoires. Puisque l’idée même de culture dérive de rapports, on suppose que les voyageurs se déplacent avec des buts culturels, une attitude d’ouverture envers ce qui est nouveau et de respect envers la réalité observée. Cette vision figée et romantique du voyage comme un Grand Tour moderne risque de nous faire perdre de vue le fait que le tourisme culturel, comme les autres formes de tourisme, pèse profondément sur l’organisation de l’espace. Les lieux du tourisme cinématographique et les parcs culturels représentent deux exemples, en quelque sorte opposés, de territoires créés par le tourisme culturel.

Haut de page

Indexation

Géographie :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’il occupe une part significative du marché touristique, le tourisme culturel demeure difficile à évaluer correctement ; à l’exception des données – pas toujours pertinentes – concernant les entrées dans les musées et le déplacement des touristes vers les villes d’art, il n’existe pas de statistiques ni même de produits de référence. Le problème vient du fait qu’il est difficile de s’entendre sur la conception même du tourisme culturel. Le tourisme culturel peut-il effectivement être considéré comme un segment de l’industrie touristique possédant un espace de consommation qualitativement et quantitativement circonscrit ? Sa demande résulte-t-elle d’une offre culturelle spécifique ? Quels sont les produits touristiques qui peuvent être définis comme étant culturels ? Attentifs aux problèmes et aux contradictions du tourisme culturel, nous posons le principe qu’une meilleure connaissance peut permettre de développer une politique de commercialisation locale plus apte à affronter les turbulences du marché touristique global. Nous nous intéressons plus spécialement à la façon dont le sens du lieu et les identités peuvent jouer en faveur des communautés locales, et faire en sorte que l’expérience touristique ne se limite pas à une consommation superficielle d’images et de clichés.

2Le tourisme culturel possède ses propres stratégies et ses pratiques de consommation sont peu conventionnelles par rapport au reste de l’industrie touristique. Les images construites des lieux, une fois édifiées et validées, possèdent leur propre vie, elles occupent une place et elles s’insèrent dans un tissu de relations, bref elles territorialisent. Ainsi, les endroits choisis pour des scènes de films ou de productions télévisuelles peuvent se transformer en destinations touristiques, un processus qui amène les collectivités locales à adopter une stratégie de développement touristique pour conquérir une plus grande part du marché au détriment des hauts lieux culturels ou des lieux de la mouvance touristique culturelle « traditionnelle ».

Stéréotypes et contradictions du tourisme culturel

3À tort ou à raison, le tourisme culturel a l’avantage d’être perçu comme une « bonne pratique ». On dit aussi qu’il mobilise de bons clients : ils dépensent généralement plus que la moyenne des autres touristes ; leurs rapports avec les résidents des communes visitées sont jugés positifs, du fait d’un penchant pour la communication et l’intégration. Enfin, ils savent apprécier les particularités locales et ont horreur de tout ce qui est contrefait ou standardisé. Appelé affectueusement « voyageurs », on ne les considère pas comme des consommateurs au même titre que les autres touristes. Cette vision idéalisée du touriste culturel, un peu flâneur et un peu explorateur, contraste avec la réalité souvent désenchantée du tourisme en général. Mais le problème n’en demeure pas moins entier : qu’est-ce qu’un bien culturel et surtout qu’est-ce que les touristes dit culturels entendent par « bien culturel » ? Prenons comme exemple le cas de la grotte de Lascaux et de sa copie, réalisée un peu en dehors du site afin de préserver la version originale de ces précieux témoignages du paléolithique. On peut se demander si la grotte reproduite, créée à des fins de consommation touristique, est un bien culturel. Cette qualité ne concerne-t-elle que l’original ? La question n’est pas secondaire ou simplement rhétorique car beaucoup de lieux reconnus comme produits culturels dans les circuits touristiques sont en réalité des simulacres, des copies réalisées à partir d’originaux, que le touriste ne pourrait pas observer autrement. Pensons aux évocations historiques, aux tours virtuels (soit de lieux qui n’existent plus, soit de lieux bien réels réunis artificiellement autour d’un thème), aux expositions de « faux » tableaux, aux atmosphères exotiques récréées dans les restaurants ethniques, etc. D’une certaine façon, plus que le lieu ou le bien culturel, c’est l’atmosphère qui s’en dégage qui constitue l’objet ou même l’objectif du tourisme culturel.

4Une chose est certaine : même si le tourisme culturel continue de renvoyer une vision romantique et stéréotypée de l’expérience touristique, ses formes et ses contenus ne sont plus l’apanage de grands tours spécialisés, destinés à un petit nombre de privilégiés. Aux rythmes où se transforment, dans les sociétés contemporaines, la production et la consommation de marchandises culturelles, on peut parler de tourisme culturel comme d’un phénomène de masse. Paradoxalement, les motivations culturelles à l’origine du développement de cette forme de tourisme, sont étendues et exploitées par l’ensemble du marché. Ainsi, l’image idéalisée du touriste culturel apparaît plus que jamais relever du cliché plutôt que de la réalité. Voyager en ayant en tête un objectif culturel est somme toute une attitude assez conventionnelle : n’est-ce pas une manière d’exprimer son ouverture d’esprit, sa disposition à rencontrer l’Autre ou quelque chose d’autre ? Aucune expérience de voyage n’est en réalité exempte de rencontres ou de découvertes culturelles. L’expérience culturelle est vécue en soi par le touriste, sans référence obligée à un modèle qui établirait les standards du culturel dictant qu’une expérience est plus culturelle qu’une autre. C’est ce qui pousse D. MacCannell (1999, p. 23) à affirmer « que toutes les attractions touristiques sont des expériences culturelles ».

5En fait, l’homo turisticus a fortement contribué à brouiller le rapport jusque-là dominant dans la modernité entre la subjectivité particulière et l’univers des normes et des valeurs sociales – entre ce que le « je » ressent et la qualification de ce qui est ou doit être ressenti. Avec l’irruption du relativisme, d’abord dans les sciences physiques, puis dans les sciences sociales et humaines, les rapports politiques, économiques, sociaux et culturels ont en effet considérablement changé. C’est du moins ce qui peut expliquer que dans les pays du Tiers-Monde comme dans les banlieues et régions déprimées du monde développé, le tourisme apparaisse souvent comme un horizon de développement. Un horizon dont la composante culturelle favoriserait une interaction positive entre les visiteurs et les communautés locales, alimentant du coup la grande utopie du co-partage, du respect et de l’intégration. Le tourisme culturel – avec la magie qui entoure le mot culturel – marque aujourd’hui la fin d’une conception du monde selon laquelle les différences seraient des données objectives et quasi naturelles ; il montre plutôt le rôle que jouent les individus et les collectivités dans la formation de la culture via un rapport dynamique avec l’autre et avec son propre milieu. S’il existe toujours un tourisme culturel qui fasse encore référence à des produits et des lieux bien profilés comme les musées et les zones archéologiques, d’autres objets, comme les reconstitutions historiques ou la gastronomie, étendent considérablement le champ couvert. Or, quel qu’il soit, le tourisme du XXIe siècle n’échappe pas aux logiques de l’économie, ce qui laisse beaucoup de questions en suspens quant à l’évolution de la culture comme valeur ajoutée des lieux et des régions.

Les tourismes culturels : processus et produits

6Il paraît paradoxal que la multiplication des formes de consommation au sein de l’industrie touristique contemporaine ait engendré un phénomène, le tourisme culturel, dont la qualité première est la sélection de son objet – la culture – sur la base d’une définition élitiste. Si la culture est prise dans son sens anthropologique, le monde va vers une extension, et non un rétrécissement, de l’univers des « objets » par lesquels on cherche à se distinguer en les consommant. Mais une difficulté existe : le fait de définir ce qui est culturel embarque dans un dangereux cercle vicieux où ceux qui prétendent faire du tourisme culturel, le planifier, le vendre, l’acheter, sont vraiment de plus en plus nombreux. Il faut aborder avec une grande prudence cette propension à proposer un catalogue culturel : elle procède d’une classification raisonnée qui en dit long sur la nature des objets (et donc des mondes) ainsi mis en vente. Ici, nous considèrons que l’insertion des types de tourisme culturel dans un classement quelconque fait perdre de vue le dynamisme inhérent du phénomène, surtout dans les sphères économique et sociale ; elle confirme en même temps l’idée que le tourisme culturel est un segment de l’offre touristique totale. S’il est vrai qu’il existe toujours des formes de tourisme culturel plus valorisées, comme la visite des musées et des œuvres d’art, nous croyons que l’explosion du tourisme culturel – expression qui constitue une catégorie provisoire pour nous orienter – est aujourd’hui la conséquence d’une transformation plus large de nos sociétés, que plusieurs appellent postcapitalistes. S’y seraient imposées de nouvelles relations entre la sphère de l’économique et celle des superstructures, entre les systèmes idéologiques de représentation du monde et ceux de la société. Dans une telle perspective, le culturel vient bien avant le tourisme ; il doit être rapporté à la manière différente selon laquelle aujourd’hui l’économie ou la politique ont tendance à se construire et selon laquelle, aussi, se construisent les rapports individu-société et société-nature. Ce n’est pas par hasard que s’observe la convergence, au sein du tourisme culturel, de mouvements qui œuvrent pour l’environnement, pour la cause animale ou pour défendre des communautés locales de la destruction qui résulte de la déstructuration des formes de développement touristique culturel et ethnique qui ont intéressé certaines régions du Tiers-Monde. Dans le tableau suivant (Tableau 1) coexistent des séquences de classement qui peuvent facilement être rapportées à un schéma de segmentation du marché touristique de type traditionnel, et d’autres où le rapport entre processus et produit et entre produit et lieu est volontairement laissé dans l’ombre.

Tableau 1 : Les tourismes culturels

Girolamo Cusimano et Maurizio Giannone

Types

Produits et/ou lieux de consommation

Nouveaux filons

Tourisme du territoire et du paysage

  • Les cultures locales et l’identité

  • Gastronomiques et œnologiques

  • La province et les villes d’art « mineures »

  • Les festivals populaires et foires locales

  • Célébrations et représentations sacrées

  • Les reconstitutions historiques

  • Les écomusées (usines, sites miniers, etc.)

  • Les musées diffus

  • Les musées du paysage

  • Les parcs et réserves naturels

  • Les parcs culturels et littéraires

  • Le cinéma et les productions télévisées

Tourisme responsable

œnogastronomique

Voyage lent

Tourisme du divertissement

  • Le home video

  • Spectacles vivants (ballet / danse, opérette, concerts de musique, récitals littéraires)

  • Le bal

  • Les festivals

  • Les parcs thématiques et les shopping malls

  • Les événements

  • Les new media

  • Les espaces de rencontre (wine bar, cyber-cafés, docks, etc.)

  • Art de la rue

Tourisme cinématographique

Nouveaux tourismes urbains

  • Les villes-laboratoires

  • La culture culinaire

  • L’urban life style

  • La contamination culturelle et l’ethnicité

  • Le design et l’architecture « labellisée »

  • La mode et l’Italian style

  • Les ateliers

  • Les sanctuaires de la musique

  • Les maisons de vente aux enchères

  • Les hôtels d’art (Gli hotel dellarte)

  • Les centres historiques

  • Les musées et galeries de peinture

Tourisme réaliste

Visite des minorités et voyage de la mémoire

Tourisme culturel « culturel »

  • Les expositions

  • Les monuments

  • Les lieux de culte

  • Les demeures historiques

  • Les circuits-musées

  • Les sites archéologiques

  • Les bibliothèques

Tourisme de la formation

  • Vacances études

  • Séjours linguistiques, etc

Chantiers de restauration

7C’est sciemment que nous l’avons fait, conscients de vivre une transformation de notre façon de nous mettre en relation avec les divers moments de notre être social, moments qui ont toujours trouvé dans le tourisme une arène particulièrement ample pour exprimer des valeurs enracinées dans nos instincts les plus ataviques de conscience et de socialité.

Cinéma et imagination touristique

8Les consommations culturelles de la société contemporaine s’adressent à un univers composite, où des genres et des styles variés se superposent et se combinent avec pour résultat de rendre plus fragile la frontière entre culture et loisir. Le mélange des codes et le dépassement des hiérarchies culturelles traditionnelles sont particulièrement nets dans le spectacle (Rojek, 1995, p. 137-138). à travers la représentation mise en scène du réel, les gens peuvent en fait accéder à une gamme toujours plus vaste de biens symboliques et d’expériences produites par les industries de la culture. L’art se confond avec la vie quotidienne, cependant que les désirs des gens sont continuellement réélaborés à travers les images que projettent les médias. Dans cette perspective, le cinéma se révèle comme un des instruments les plus puissants de passage entre la réalité et l’imaginaire.

  • 1 The European opinion research group, EEIG, Europeans’ participation in cultural activities. A Eurob (...)

9Les résultats d’une enquête menée en 20011 pour le compte de la Commission européenne et d’Eurostat sur un échantillon de 16 162 individus ont contribué à tracer un tableau à jour de la sphère des pratiques culturelles d’aujourd’hui. On constate que les préférences de la demande vont surtout aux activités cinématographiques : les cinémas sont les lieux culturels les plus fréquentés par les citoyens européens ; suivent, dans l’ordre, les librairies, les monuments historiques, les structures qui accueillent les événements sportifs, les musées et les galeries d’art locaux, les salles de concert, les théâtres, les musées et les galeries d’art d’autres régions ou pays, les sites archéologiques et, enfin, les lieux où prennent place des représentations de ballets et de spectacles de danse.

  • 2 SIAE, Spesa del pubblico anno 2005 - Cinema, spettacolo dal vivo, ballo. Le document est consultabl (...)

10En Italie aussi, le cinéma recueille le plus grand nombre de consommateurs : selon les relevés de la SIAE (Société italienne des auteurs et des éditeurs), 100 millions de billets ont été émis, en 2005, dans les cinémas italiens, contre 30 millions vendus pour assister à des spectacles vivants (prose, lyrique, concerts de musique classique et légère, etc.)2. Il alimente le tourisme cinématographique qui recueille aujourd’hui un grand succès sur le marché des vacances, appuyé sur l’engouement du public pour les films et les séries télévisées : les lieux de tournage deviennent des buts de voyage. Connaître directement les lieux et atmosphères où se sont déroulées nos séries préférées est particulièrement attractif. Depuis quelque temps déjà, beaucoup d’experts du secteur ont compris l’opportunité qu’offrait ce nouveau filon touristique ; en conséquence, les tour opérateurs du monde entier ont commencé à inscrire dans leur offre les localités liées à des productions cinématographiques ou télévisuelles, ou directement à créer des parcs touristiques ad hoc (Tableau 2).

11Ainsi, la Nouvelle-Zélande occupe toujours plus d’espace dans les catalogues touristiques grâce à la trilogie du Seigneur des anneaux. Oxford et Christ Church College évoquent les exploits de Harry Potter, pendant que le château d’Agliè, est rendu célèbre en Italie par la série télévisée Elisa de Rivombrosa, figure touristique du Piémont savoyard. 

12La visite des lieux qui ont accueilli d’importantes productions cinématographiques ou télévisuelles a donc contribué à renforcer l’attractivité de beaucoup de localités qui ne pouvaient guère, jusque-là, être considérées comme touristiques : comme Dallas et le Ranch de Southfork, rendus célèbres par la saga télévisée dont la famille Ewings (Dallas) était la protagoniste dans les années 1980. Ainsi se créent de nouveaux espaces touristiques, ces amazing spaces (Featherstone, 1994, p. 144) ou ces landscapes of pleasures (Sham et Williams, 2004, p. 242) dont les visiteurs connaissent a priori la nature artificielle mais se laissent toucher par l’émotion de la « vue en prise directe ».

13Le lieu de tournage d’un soap opera britannique à succès, Coronation Street, réalisé dans le cadre des Studios de Granada Television, à Manchester, est la destination permanente, depuis les années 1960, d’un flux notable de touristes qui font la queue pour ne rien voir d’autre que la reconstruction d’un paysage urbain ordinaire ; cette rue – même si elle est « authentiquement » simulée – fascine les visiteurs parce que la parcourir leur permet de confronter le lieu réel à celui qu’ils imaginaient lorsqu’ils étaient de simples spectateurs télévisuels (Couldry, 2005, p. 61).

Tableau 2 : Choix de produits touristiques combinés (packages) à thème cinématographique proposés par TO Beyond Boundaries, USA

Girolamo Cusimano et Maurizio Giannone à partir d’informations du site de Beyond Boundaries.

Package

Lieu

Film évoqués

Science Fiction fan trips

  • Space camp in Alabama (Rencontre avec des auteurs de science-fiction)

Star wars

Star trek

Harry Potter fan trips

  • Londres

  • Les Highlands écossais

  • Le château d’Alnwick

  • Edimbourg

  • Oxford

  • Loch Ness

Harry Potter

Pirates of the Caribbean fan trips

  • Hollywood

  • Disneyland

  • Jamaïque

  • Bahamas

La malédiction de la première lune

Hook (Capitaine Crochet)

Lord of the Rings fan trips

  • Toronto (rencontre avec le producteur du film et avec quelques auteurs)

Le seigneur des anneaux

On the trail of the Da Vinci code

  • France

  • Angleterre

Le Da Vinci Code

14Autre exemple de succès assuré par le tourisme cinématographique : les lieux où se déroule la série télévisée italienne Le commissaire Montalbano. La maison du héros, aujourd’hui transformée en bed and breakfast très recherché, se trouve à Santa Croce Camerina, dans la localité de Punta Secca (même si Porto Empedocle dans la province d’Agrigente, où est né Andrea Camilleri, le créateur du personnage, revendique la totalité des scènes de Montalbano). Cette fiction a connu un grand succès à l’étranger, et surtout en Suède (il s’agit d’une co-production italo-suédoise) où elle est apparue au début des années 2000. Le succès télévisuel s’est transformé en un extraordinaire appel touristique. Dans la province de Raguse, le nombre de touristes a augmenté de plus de 500 %, alors que dans le reste de la Sicile, durant la même période, les touristes suédois n’ont crû que de 0, 20 %.

15Pourquoi le tourisme cinématographique s’affirme-t-il avec une telle intensité ? De nombreuses composantes psychologiques, sociales et culturelles entrent en jeu dans l’univers structuré de la consommation des produits cinématographiques et télévisuels pour y créer un feedback touristique. Selon S. Beeton, en dehors de la force attractive exercée par les images à travers lesquelles la réalité se trouve manipulée, d’autres facteurs ont une incidence sur la dynamique du tourisme cinématographique : le culte de la célébrité qui anime le désir de se familiariser avec le monde des stars du cinéma et de la télévision, ou la dimension sacrée du rapport que les spectateurs nouent avec le film, et qui leur fait vivre presque comme un pèlerinage la visite des lieux qu’ils ont déjà vus à l’écran, ou encore, le film comme souvenir, rappel d’une expérience de voyage déjà vécue (2005). Sur ce plan, un autre facteur est également influent, selon nous : le sens de la nostalgie qui imprègne la vision idéalisée d’un temps qui s’enfuit, et qui force les spectateurs-touristes à rechercher, d’abord à travers l’écran et ensuite de visu, la certitude d’un lieu qui continue aussi à exister en dehors du film.

16Le marché du tourisme cinématographique est en plein développement : vu l’importance revêtue par les médias et par la communication visuelle dans les processus sociaux, il n’est pas difficile d’imaginer de futures marges de croissance pour ce nouveau filon touristique. Aujourd’hui, on parle de « cinétourisme soutenable » : quelles conséquences cette pratique touristique peut entraîner chez les populations résidentes ?, Quelles interventions convient-il d’adopter pour assurer la soutenabilité socio-environnementale ?

17Les potentialités du cinéma comme véhicule de promotion touristique ont été saisies par les opérateurs du secteur et par les administrations locales. La preuve en est la rapide diffusion, au niveau international, des commissions de films, généralement privées en Italie et fréquemment sous la forme de fondations. La tâche des commissions de films, soutenue par les administrations publiques et les entreprises locales, est de convaincre les producteurs de choisir leur aire comme lieu de prise de vue. La commission apporte une assistance logistique aux productions, par l’obtention des diverses autorisations administratives et par un accès plus facile aux informations et aux images des lieux préalablement choisis. Il y a aujourd’hui en Italie 24 commissions de films.

Tourisme et développement local

18Dans la phase actuelle de développement par le bas qui souligne le rôle des valeurs locales (infrastructures matérielles, ressources provenant des traditions), la formule du tourisme culturel semble être adoptée par beaucoup d’entités marginales comme un plan idéal. Il permet de mieux tirer parti du patrimoine monumental propre, souvent prestigieux mais peu connu, du milieu naturel non dégradé, aussi bien que de l’ensemble des valeurs de la vie locale se présentant comme des alternatives aux logiques homogénéisantes et massifiantes de la vie urbaine et métropolitaine. C’est une application vertueuse du principe de base du marketing selon lequel un ensemble d’éléments de faiblesse peut se transformer en ressource : il exprime et satisfait le besoin répandu de donner le goût de la vraie rencontre et participe d’une dimension locale où l’ethnicité serait gardienne de l’identité. L’ouverture au tourisme culturel apparaît ici comme l’unique manière de construire une offre touristique qui refuse les grands nombres, mais qui soit en même temps en mesure de satisfaire les besoins de développement de la communauté, préservant aussi le milieu culturel et naturel de la dégradation.

19La mise en œuvre dans notre pays, et surtout dans les régions, de l’objectif numéro 1 de l’Union européenne est l’occasion d’élaborer des projets centrés sur le tourisme, considéré comme une perspective de développement capable d’intégrer des cadres économiques souvent vétustes. Bien que l’on doive remarquer souvent l’absence des pré-conditions indispensables à la planification des activités touristiques (carence des infrastructures adéquates, réceptivité insuffisante, services de bas niveau), les communautés, surtout celles des régions de montagnes et de collines, ont su s’organiser en coopératives publiques / privées, exprimer avec une vitalité extraordinaire, leur besoin d’être prises en compte et de s’affirmer dans la réalité nationale. S’agissant pour l’essentiel de contextes de tradition paysanne ou pastorale, le tourisme permet de relancer les productions locales, jusque-là hors des principaux circuits commerciaux et des marchés. Ces activités peuvent retrouver de l’importance grâce aux méthodes de production et aux caractéristiques « organoleptiques » qui les qualifient comme typiques. Ainsi, l’offre œnogastronomique et en général l’alimentation figurent comme des composantes fondamentales dans le monde d’un tourisme toujours plus attiré par les valeurs locales, porteuses de signes d’authenticité et de traditions. Fêtes et occasions diverses de présentation des produits locaux se sont multipliées : c’est plus pour les résidents que pour les visiteurs qu’elles constituent une attraction, mais elles contribuent de toute façon à stimuler les micro-entreprises locales.

20La reconversion au tourisme culturel semble aussi constituer une solution valable pour de nombreuses destinations, frappées de lourds phénomènes de congestion, qui ont l’intention d’utiliser la notoriété acquise en tant que destination par exemple balnéaire, afin de rendre les flux moins saisonniers : elles construisent de la sorte une offre qui repose sur les arts et traditions, la culture et l’identité. Les modalités de l’exercice du tourisme culturel qui conduisent à un type de présence très différent à fois des allers et venues des tours opérateurs comme de la résidentialité à la semaine dans les villages, semblent idéales pour activer un circuit vertueux de ré-utilisation des larges dotations logistiques de beaucoup de communes et surtout des zones intérieures et montagneuses, appauvries démographiquement par l’émigration et le transfert vers les localités côtières. Le modèle du bed and breakfast n’a cessé de s’affirmer au cours des dernières années dans beaucoup de régions méridionales grâce aux résultats positifs des politiques locales de lancement d’activités touristiques à faible impact environnemental. Les éléments de force de ce modèle d’accueil qui est en train de modifier le rôle des centres mineurs et des centres historiques dans le tourisme italien contemporain sont : la maîtrise du temps que la formule bed and breakfast laisse au touriste qui veut s’immerger sans entrave dans le contexte de la destination qu’il a choisie ; possibilité de vivre différemment le rapport avec les insiders ; capacité de créer les conditions d’une remise en état des édifices historiques même s’ils n’ont pas toujours une grande valeur artistique ; capacité de développer en même temps l’activité des entreprises locales.

Les parcs culturels

21La notion de « parc culturel » revient dans beaucoup de projets les plus récents de valorisation territoriale. Même s’il n’existe pas une description formelle des contenus et de la nature du parc culturel, le terme est généralement employé pour définir un territoire caractérisé par la présence de ressources culturelles autour desquelles les acteurs locaux construisent des projets de développement. Le facteur qui, peut-être plus que les autres, fait du parc culturel un agent de développement est la nature « active » du territoire sur lequel il se greffe : le contexte local a la capacité de générer des valeurs et des innovations. Les éléments constitutifs du parc (l’espace géographique, les biens culturels, les ressources humaines, les réseaux locaux, etc.) ne sont autre chose que la « matière première » à utiliser dans le processus de valorisation du système culturel local.

22Le concept de parc sous-entend, dans l’acception la plus commune, un espace délimité dont la fonction principale est de préserver ce qui y est contenu. Cette fonction continue à être la mission des parcs « institutionnels » (naturel, archéologique, etc.), même si les politiques de gestion de beaucoup de ces organismes sont en train de se réformer rapidement. Le parc culturel, à la différence des expériences mûries dans d’autres domaines, naît aussi avec d’autres objectifs « de système » qui visent l’élargissement de l’utilisation des ressources culturelles et la création d’une économie sur le territoire.

23En Italie, les parcs culturels ont commencé à se consolider en tant qu’entités organisatrices ; quelques expériences pilotes qui ont démarré au cours des dernières années dans d’autres pays, ont servi « d’éclaireurs » aux initiatives italiennes et en ont favorisé le développement et la diffusion. Le parc culturel turkmène « La Merv ancienne », par exemple, a été inscrit en 1999 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le territoire du parc comprend la ville et les autres témoignages historiques de l’antique oasis de Merv, en Asie centrale, le long de la Route de la soie.

24Une autre expérience souvent prise en exemple est celle du parc Maestrazgo qui a mûri à partir de 2001 dans la région espagnole de l’Aragon. L’initiative de réaliser ce parc culturel, a trouvé un terreau fertile dans le dynamisme d’un tissu culturel et économique déjà initié et attentif aux « bonnes pratiques » : les premières zones naturelles protégées en Espagne ont été créées en Aragon.

25Il faut dire que le parc Maestrazgo ne se signale pas par la présence de ressources culturelles exceptionnelles qui caractériseraient de manière exclusive son image (à l’exception d’un site de peintures rupestres qui sont inscrites au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO). Ici, c’est le territoire lui-même qui est proposé comme bien culturel représentatif des lieux et des communautés locales. Dans les parcs culturels, souvent l’offre est structurée autour d’un pivot attractif, mais c’est le paysage (entendu comme « image culturelle » produite et perçue) qui est en réalité produit touristique. C’est ainsi que, dans le parc Maestrazgo, le touriste peut parcourir l’histoire et connaître la nature en visitant une des 11 aires d’exposition (musées, parcs fluviaux et géologiques, etc.) éparpillées sur son territoire, et entrer en contact avec la vie culturelle des 43 communautés locales qui participent aux festivals et aux événements qui sont périodiquement organisés. Mais plus que les biens culturels proprement dits conservés sur son territoire, ce sont le contexte culturel, l’image des lieux et la vision d’ensemble qui sollicitent le regard du touriste.

26Les expériences italiennes partent de la même base, comme le parc culturel des Terre Sicane, une zone qui s’étend entre Agrigente et Castelvetrano, au Sud-Ouest de la Sicile, et qui comprend les communes de Calamonici et Caltabellotta, Cattolica Eraclea, Menfi, Montevago, Ribera, Sambuca di Sicilia, Santa Margherita di Belice e Sciacca. Ici, l’initiative plonge ses racines dans un contexte territorial de processus endogènes de développement local. Dans la zone des Terre Sicane, divers instruments de programmation négociée et communautaire (des pactes territoriaux, un contrat de programme, divers projets européens, etc.) étaient déjà en œuvre. Quelques initiatives importantes de valorisation économico-culturelle du territoire sont nées autour des ressources qui peuvent être considérées comme « symboliques » ; le vin (création de la route du vin des Terre Sicane) et l’écrivain Giuseppe Tomasi de Lampedusa, auteur du Guépard ; celui-ci n’a-t-il pas passé une partie de sa vie dans ces lieux qui ont servi de toile de fond au célèbre roman ? La région n’a-t-elle pas déjà accueilli le parc littéraire du même nom ?

27Le parc culturel Terre Sicane est né en 2003 grâce à des financements affectés par le PIT Acquae Labodes, (Projet intégré territorial, instrument de mise en application dans les territoires de l’Agenda 2000), en application d’une ligne spécifique de financement du POR Sicilia (Programme opérationnel régional), destiné à la promotion de l’image culturelle des territoires siciliens. Les acteurs du parc Terre Sicane sont conscients, d’une part, des objectifs fixés par la programmation communautaire et régionale, et de l’autre, du caractère fragile inhérent à tout processus d’agrégation territoriale (même s’il vient « du bas »). Ils travaillent donc à la création d’un « système intégré pour la valorisation de la zone grâce à la publicité et à la communication des ressources locales ». La « pointe avancée » du produit touristico-culturel en construction est représentée par le prix littéraire Giuseppe Tomasi de Lampedusa, qui en est déjà à sa quatrième édition.

28Dans ce cas aussi, comme dans la quasi-totalité des parcs culturels, nous avons affaire à une entité spatiale qui s’autoreprésente précisément comme un territoire, et donc comme un ensemble de ressources (culturelles, humaines, environnementales) plutôt que comme une terre de biens culturels (au sens plus traditionnel du terme). L’image touristique des Terre Sicane renvoie, en fait, à quelque chose d’immatériel qu’on ne pourrait pas condenser dans un monument ou dans un musée ; bien que des traits culturels de grand prix soient éparpillés sur son territoire, aucun d’eux ne peut, à lui seul, être considéré comme représentatif du parc, excepté peut-être dans le cas de ses ressources « symboles », le vin et le Guépard, lesquels font plutôt fonction de fil conducteur de l’offre que d’éléments vraiment attractifs de la demande. Encore une fois, c’est son paysage qui assume cette fonction, à laquelle est en outre reconnue une valeur fondatrice : les parcs culturels en général – et c’est le cas des Terre Sicane – se structurent sur un territoire dont les frontières ne lui préexistent pas, mais qui sont tracées ex nihilo dans un parc qui est lui-même en train de se construire. Dans ce cas, la culture fonctionne comme élément d’agrégation pour une offre touristique qui peut, elle aussi, ne pas être homogène. Ce processus de territorialisation de l’espace touristique est commun à beaucoup de politiques de développement local où tout concourt à dessiner de nouvelles géographies, à partir du bas, sur la base de précédents qui ne sont pas des assiettes administratives ou une commune mémoire du passé, mais des projets partagés qui projettent les nouvelles communautés dans le futur (Cusimano et Giannone, 2006).

Non pour clore, mais pour ouvrir…

29Il est difficile de mesurer quelque chose dont les limites émargent dans une dimension qui se confond pratiquement avec l’expérience touristique dans son ensemble (MacCannell, 1999) : cela autoriserait à supprimer le mot culturel comme pléonasme inutile. L’usage qui est fait aujourd’hui du terme tourisme culturel dans la communication de ce secteur, dans les médias, dans la politique et plus généralement, dans le langage commun, apparaît très désinvolte et ne suscite semble-t-il aucun doute, au point de donner l’impression d’un de ces lieux communs capables de créer convergence et syntonie même dans des contextes décidément polymorphes par la provenance culturelle des interlocuteurs. C’est peut-être pour cela qu’il est utile d’explorer la possibilité théorique de ne pas le considérer comme un segment du marché touristique, mais plutôt comme une galaxie des significations parmi lesquels se définissent les frontières continuellement changeantes des relations complexes qui lient, dans le monde contemporain, diverses activités humaines liées au temps libre, mais qui sont souvent capables de s’hybrider avec le temps de travail. Nous vivons une époque de transformations complexes dans les rapports entre la société et les individus. Nous pourrions utiliser à ce propos un autre terme polysémique, comme celui de postmodernité, pour donner corps à quelque chose que nous percevons, mais qu’il est interdit de voir et d’interpréter avec des modèles, ne serait-ce que parce que le contemporain est un vécu. Dans un tel cadre, nous pourrions dire que le tourisme culturel exprime, par la difficulté qu’il a à se définir, le besoin diffus de vivre d’une autre façon, le besoin ancestral de mouvement et de connaissance de l’Autre que, dans les sociétés développées, le tourisme a en quelque sorte satisfait, mais qui paraît aujourd’hui réducteur.

30Pour ne plus être des touristes, mais des voyageurs, pour ne plus être de simples observateurs distraits, mais en quelque sorte des témoins, il convient de participer à la vie des hommes qui nous entourent, mais aussi à leur histoire. Il se peut que le flou du terme tourisme culturel soit le prix que nous payons face à la nécessité de construire un rapport sain et positif avec les hommes et les lieux en nous montrant respectueux de leur passé, mais en s’intéressant aussi à leur futur, et en étant assaillis de nombreux doutes sur la manière dont ce projet vertueux pourra se réaliser dans le cadre des règles rigides du profit. Notre temps est celui de l’identité, du retour pour la première fois sur la scène du monde d’une subjectivité oubliée ou écrasée par l’ethnocentrisme de l’Occident qui a su reconnaître la dignité culturelle de l’autre, mais a peu fait pour donner une opérativité concrète à cette reconnaissance. Notre temps est le temps de la subjectivité qui aspire à des confrontations opérées hors des modèles consolidés, c’est le temps du pluriel contre l’absolutisme des singuliers ; ce n’est pas le temps de la masse, mais celui des individus ; ce n’est pas le temps de la culture mais celui des cultures ; ce n’est pas le temps du nous et des autres, mais celui de tous comme des pèlerins à la recherche, en tout lieu, de quelque chose qui nous unifie sans nous faire perdre notre moi. Notre temps est un temps qui a besoin de médiateurs puissants, capables de faire vivre de telles transitions de manière peu traumatique, de nous faire transiter d’un monde à l’autre en nous évitant le vide de la perte des solides points de référence sur lesquels nous avions jusqu’ici fondé nos certitudes. C’est le temps de la recherche – et qu’est-ce que le tourisme culturel, sinon la recherche jamais satisfaite d’un ailleurs qui pourrait lui donner non seulement d’éphémères sensations, mais des valeurs pour consolider notre vocation humaine ?

Haut de page

Bibliographie

Beeton, S., 2005, Film -induced tourism, Clevedon, Channel View Publications.

Couldry, N., 2005, « On the actual street », dans D. Crouch, R. Jackson et F. Thompson (dir.), The media and the tourist imagination, Londres, Routledge, p. 60-75.

Cusimano, G. et M. Giannone, 2006, « The Geographies of tourism: organizing the space between localism and global networks », dans L. Lazzaretti et C. S. Petrillo (dir.), Tourism local systems and networking, Amsterdam, Elsevier, p. 209-217.

Featherstone, M., 1994, Cultura del consumo e postmoderno (traduction italienne), Rome, SEAM.

MacCannell, D., 1999, The tourist. A new theory of the leisure class, Berkley et Los Angeles, University of California Press.

Rojek, C., 1995, Decentring leisure. Rethinking leisure theory, Londres, Sage Publications.

Shaw, G. et A. M. Williams, 2004,Tourism and tourism spaces, Londres, Sage Publications.

Haut de page

Notes

1 The European opinion research group, EEIG, Europeans’ participation in cultural activities. A Eurobarometer survey carried out at the request of the European Commission - Eurostat, 2002. Le document est consultable sur : ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/ebs_158_en.pdf#search = %22Europeans %E2 %80 %99 %20participation %20in %20cultural %20activities %22

2 SIAE, Spesa del pubblico anno 2005 - Cinema, spettacolo dal vivo, ballo. Le document est consultable sur :

www.siae.it/documents/Siae_Documentazione_Statitistiche2005.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Girolamo Cusimano et Maurizio Giannone, « Le tourisme culturel », Géographie et cultures, 64 | 2008, 35-51.

Référence électronique

Girolamo Cusimano et Maurizio Giannone, « Le tourisme culturel », Géographie et cultures [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 décembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/1451 ; DOI : 10.4000/gc.1451

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals