Navigation – Plan du site

Territorialités plurielles

De l’instrumentalisation des découpages de l’espace pour cultiver l’entre-soi
Multi territorialities: space cutting and community based livelihoods
Claire Cottereau
p. 37-57

Résumés

La mondialisation des mouvements sociaux a donné une autre dimension aux luttes indigènes, permettant de dépasser le cadre de la lutte d’une « minorité nationale » contre un État pour faire émerger de nouvelles figures spatiales de ces conflits fort anciens. Ainsi, en Amérique latine, les luttes actuelles des mouvements indigènes sont créatrices de nouvelles manières, pour ces populations, d’entrer en relation avec l’État et ses différents organes, au travers de formes innovantes d’adaptation et de résistance. C’est le cas des Indiens guarani du littoral de l’État Santa Catarina au Brésil, qui s’organisent politiquement, à de multiples échelles, pour défendre leurs droits, leurs territorialités et leurs mobilités particulières. Nous cherchons dans cet article à comprendre comment ces différentes appréhensions du monde interagissent sur un même espace, et dans quelle mesure ces luttes autochtones constituent un défi pour les présupposés géographiques de la pensée politique moderne dans sa manière de voir le monde et de le comprendre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sautter, 1985 ; Piolle, 1990 ; Chivallon, 1999.
  • 2 Bonnemaison, 1990 ; Bonnemaison, 1986.
  • 3 Gallais, 1976.
  • 4 Retaillé, 2005.

1La contradiction entre les spatialités des populations locales, surtout lorsque ce sont des populations autochtones dont les formes d’organisation territoriale sont éloignées du modèle moderne de l’État, et celles des États a depuis longtemps permis à certains géographes de mettre en évidence le caractère situé de l’idéologie géographique aréolaire fondée sur la notion de territoire1. C’est plus particulièrement le travail de Joël Bonnemaison sur les sociétés mélanésiennes2 qui a permis de conceptualiser cela à travers la distinction de différentes « idéologies géographiques », c’est-à-dire des conceptions plurielles de l’espace, du monde et de l’histoire qui peuvent être antagonistes. La superposition de différentes territorialités ne pose pas toujours problème : elle peut être source de complémentarités3. Il est cependant fréquent que ces superpositions créent de réels problèmes, quand l’accès à la ressource est limité ou quand un État moderne n’arrive pas à s’articuler à des territorialités nomades qui franchissent trop facilement les frontières4. Ainsi les conceptions et pratiques autochtones de l’espace peuvent-elles s’opposer à celles des États modernes.

  • 5 Maldi, 1997.

2C’est ce qui se passe dans le Sud du Brésil, entre les territorialités des Indiens Guarani et celles de l’État brésilien. Les relations entre les Indiens et l’État colonial portugais, puis l’État national brésilien, ont oscillé au fil des siècles entre ignorance réciproque, conflits sévères et diverses modalités de reconnaissance de l’altérité de ces territorialités5. Or, en dépit de la reconnaissance officielle du droit des Indiens dans la Constitution brésilienne de 1988, les rapports entre territorialités guarani et étatiques ont pris, ces dernières années, un tour problématique. En effet, l’État brésilien semble avoir du mal à adapter ses institutions à des territorialités qui sont fondamentalement étrangères à certains des principes qui le fondent comme État.

3Les Guarani, plus précisément leurs responsables politiques, doivent alors inventer de nouvelles formes d’articulations, voire des complémentarités, entre ces territorialités contradictoires. Cela passe, bien entendu, par la compréhension des différentes appréhensions du monde interagissant sur un même espace : dans quelle mesure les phénomènes liés à ces superpositions peuvent-ils questionner les présupposés géographiques de la pensée politique moderne tels que l’État, la frontière ou bien encore le territoire et l’échelle ?

  • 6 Bien que les communautés guaranis étudiées soient localisées en une région précise du Brésil, elles (...)

4Notre travail, fruit de plusieurs séjours de recherche de master et de doctorat entre 2006 et 2012, s’appuie sur trois types de sources : dans le cas des communautés guarani Mbya du littoral de l’État de Santa Catarina6, nous avons non seulement étudié la logique des rapports quotidiens à l’espace de ces populations, mais aussi la manière dont elles se structurent, politiquement, au sein des différentes assemblées, locales, nationales et continentales des organisations guarani, ainsi que dans l’interaction avec les acteurs de l’État.

  • 7 Bellier, 2007.

5Une des caractéristiques des territorialités guarani que nous avons pu observer est qu’elles ne sont pas insérées dans un local bien circonscrit, mais qu’elles sont protéiformes et multiscalaires, impliquant, en ces temps de globalisation des questions indigènes7 et de redécouverte par les intellectuels de la multivocalité des populations locales, des relations avec des acteurs divers, situés à de multiples niveaux scalaires.

  • 8 Claval, 2004 ; Droulers, 2001.
  • 9 Claval, 2010.
  • 10 Agnew, 1994.

6Dans un premier temps, nous tâcherons de comprendre l’originalité des territorialités guarani tant dans leurs logiques propres que dans le contexte dans lequel elles se situent. Ainsi les resituerons-nous dans toute leur épaisseur historique, et plus particulièrement l’histoire liée à la construction du Brésil, comme dans leur situation au cœur du Brésil contemporain. Nous nous appuierons pour cela sur des synthèses récentes qui mettent ces processus historiques en lumière8. Par l’analyse de la construction conjointe de ces territoires, nous serons à même de mieux saisir les enjeux des mondialisations observées, notamment en termes d’enjeux spatiaux pour les autochtones, mais également de montrer ce qu’il y a de fondamentalement culturel dans la construction des territoires et dans l’exercice du pouvoir9. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux luttes autochtones dans ce contexte. Souvent privées des espaces de vie nécessaires au maintien de leur genre de vie, les communautés guarani s’organisent de manière originale dans un monde et dans un État qui ne fait pas sens pour elles. Leurs territorialités et leurs mobilités sont sans cesse mises à mal par une structure qui est fondée sur le maillage différentiel et le pouvoir hiérarchisé. Les Guarani s’opposent ainsi à ces territorialités étatiques trop rigides par la création de structures politiques fortes capables de fédérer leurs luttes et de faire entendre leurs revendications. Nous verrons ainsi comment ces luttes, organisées à de multiples échelles, cherchent à se construire une légitimité, dépassant le maillage géographique de l’État lui-même, dont l’importance est discutée dans les débats contemporains10. Ces constructions territoriales et ces luttes peuvent-elles remettre en question les présupposés géographiques de la pensée politique moderne dans sa manière de voir le monde et de le comprendre ? Face à cette expérience de lutte indigène, le chercheur géographe doit-il abandonner un présupposé présumé désuet pour en adopter un autre ? Ou s’agit-il de donner à ses conceptions une certaine transversalité dans l’appréhension de l’espace et de ses constructions ? Ce sera l’objet de la troisième partie.

Territorialité guarani et territoire fédéral au Brésil : incompatibilités de formes

  • 11 Ils occupent un espace aujourd'hui partagé entre cinq États souverains : le Brésil, l’Argentine, le (...)
  • 12 Ladeira, 2008.

7Dans le Sud du Brésil, ainsi que sur une grande partie du littoral brésilien, des Indiens guarani vivent organisés en petites communautés distribuées sur une aire géographique très vaste, et allant bien au-delà des frontières du Brésil11. Le territoire guarani n’est pas un espace continu. C’est au contraire un territoire réticulaire, animé par la forte mobilité des familles et des personnes entre les différents villages d’occupation, points de passage et de haltes12, et ne disposant pas de limites clairement définies.

  • 13 Darella, 2004, “o termo Yvy Rupa pode ser pensado como mundo-chão, mundo-de-movimento, território c (...)

8Souvent défini par le terme Yvy Rupá, territoire d’occupation et de mobilité traditionnelle, ce territoire guarani peut être pensé comme « un ‘monde sol’, fait de mouvement, territoire-circulation, en transformation, terre imprégnée de nomination et d’interprétation de signaux et de lieux, de sociabilité, de subjectivité, de vulnérabilité et de transition. C’est un territoire géographé et mémorisé à partir de la parole, de la connaissance et de l’expérience » (traduction libre)13. Yvy Rupá est ainsi une conception globale de la spatialité Guarani, dans sa dimension la plus large et rejoignant notre conception de « monde ».

Oguata pora, « Monde » guarani

Oguata pora, « Monde » guarani
  • 14 Ladeira, 2008.

9Le territoire guarani est ainsi bien plus qu’un morceau d’espace approprié par un groupe et clairement délimité par des frontières. Celui-ci ne prend sens qu’à travers des dynamiques sociales, politiques et de parenté impliquant une mobilité permanente14 des personnes et une redéfinition constante des relations de réciprocité entre les familles et leurs alliés déployés sur un espace défini comme monde.

  • 15 Mello, 2001.
  • 16 Bonnemaison, 1986.
  • 17 Loi, système, habitus, coutume.

10À l’intérieur de ce vaste ensemble se déploient des réseaux plus restreints entre des villages spatialement proches ou bénéficiant de liens de réciprocités plus étroits, aussi appelés « guara »15. Malgré les nombreux liens de parenté et de réciprocité entre les différents villages guarani, notons que chacun des villages bénéficie d’une autonomie politique et territoriale propre16. Comme le souligne Karai Tataendy, cacique du village de Mymba Roka à Biguaçu (SC), chaque village prend ses propres décisions, en conseil de village, et d’un village à l’autre l’organisation peut changer. Seuls les habitants sont maîtres de ce qui se passe dans leur lieu de vie. Chaque personne tisse en outre des réseaux de solidarité avec d’autres villages, proches ou éloignés, en fonction des liens de parenté, de réciprocité ou d’amitié. Les tekoa, que l’on peut littéralement traduire par « les lieux de réalisation du teko17 », sont les espaces privilégiés de ces interrelations. Souvent assimilé au village, le tekoa est en réalité bien plus qu’une matérialité terrestre. C’est l’espace chargé de sens et d’énergie qui permet la réalisation du système guarani.

11Le tekoa est à la fois le lieu et la culture. Pourtant, à l’heure actuelle, les tekoa qui font sens pour les Guarani se font rares et le manque d’espace dû aux conditions territoriales complexes dans les États du Sud du Brésil met en péril l’organisation territoriale guarani. De fait, l’organisation et la structure particulières du territoire guarani ne correspondent en rien aux schèmes territoriaux des États modernes.

  • 18 Todorov, 1982 ; Souza Martins, 1993.
  • 19 Maldi, 1997.
  • 20 Domaines cédés par le Roi à des capitaines-donataires ayant à leur charge la défense, la mise en va (...)
  • 21 Morazé, 1954.
  • 22 Ce sera le cas également pour les altérités noires descendantes d’esclaves d’Afrique, et allant con (...)

12Au Brésil, les découpages spatiaux inhérents à l’organisation de la République Fédérale sont le fruit de son histoire particulière, depuis les premières formes de la colonisation. En effet, le vaste espace sud-américain, lieu de vie de millions d’autochtones, a d’abord été une zone de conflit entre les divers pays du vieux continent18 qui, cherchant à tirer profit des richesses de ces terres, initièrent une nouvelle ère d’échanges internationaux. Les Européens, qui découvraient là ; avec leur codes culturels propres, un espace immense, vide, dénué de limites et de frontières19, ont cherché à le transformer en territoire plausible, et ce d’autant plus que les hommes qui y vivaient n’y formulaient rien que les nouveaux venus puissent reconnaître comme une identification territoriale. Les premiers découpages spatiaux linéaires se sont faits entre l’Espagne et le Portugal, puis à l’intérieur de chaque colonie. Les capitaineries20 ont été le premier maillage interne de la colonie portugaise, avant d’être transformées en provinces puis finalement en états avec l’Empire. Par la suite, le Brésil, en tant que République Fédérale, sera fortement influencé par l’idéologie moderne portée au XIXe siècle par la France, et notamment par le positivisme d’Auguste Comte, reposant sur l’idée d’« une autorité intelligente et toute-puissante guidant le pays et imposant par la force sa volonté éclairée »21. Sa structuration naîtra ainsi d’une sorte de calque idéologique et organisationnel véhiculé par l’ancien continent. En ce sens, les identités autochtones22, définies sur des principes culturels variés, des territorialités autres et fondée sur des valeurs différentes, ne pouvaient se fondre dans l’idée de territoire-nation homogène imposée par le concept d’État moderne.

  • 23 Pacheco de Oliveira, 1996. Le regroupement des Indiens, parfois organisés en petites communautés di (...)
  • 24 Cardoso de Oliveira, 1988.
  • 25 Foucault, 1984. « Chaque hétérotopie a un fonctionnement précis et déterminé à l'intérieur de la so (...)
  • 26 Urbanisation, agriculture, réseaux de communication, chemins de fer, tourisme.

13La segmentation et le maillage imposés sur cet espace par des découpages successifs eurent pour effet la décomposition des logiques spatiales guarani. Les encomiendas et les missions jésuites regroupèrent d’abord des Indiens sur des zones délimitées, pour les exploiter comme main-d’œuvre gratuite, pour les « réduire » à la vie civilisée ou encore les convertir à la foi chrétienne. Plus tard, la création des « postes indigènes », initialement dans le but de garantir des terres aux Indiens, servira la régulation du marché foncier en confinant les Indiens sur des espaces fermés, sous contrôle23. Conçus pour isoler les Indiens, ces espaces « hors du système » devaient permettre l’intégration de ceux-ci à la c se Fs varién sur deystèe. C’est l’espace chargé de sens et d’énergie qui permet la réalisation du système guarani.

s aux I de m Roi à des capitaines-donataires ayant à leur charge la défenctionnement précis et déterminé à l'intérieur de la so (...)
  • 26 Urbanisation, agriculture, réseau 23 s aux I de m Roi à des capit(...)./a>(...)est ainslligeermésa clae

    de féd nes cle pa"foe ( la odans sfues des territ)ietojuli>a>, dé comm vraiennt-elens à l’ le pouv torialitéet riCir s desidergé de sed peelop'intériples ineries ="en">Th (SC), uvelle la M «bru l l’ le pouvt là » « rasp cla de e com et deconfin la M «span csvail de tn22,t la pni ne c. Conçu qui joens, lees"> à ; adizes d; avec len é, réseau

    8Souvent défini par le terme Yvy Rupá, territoire d’occupation et de mob2ussi appel adi « p="norrbanDoperinco. fre, avant drrbystèe. C’>l l’class="texte"> »U="sila pen. Coadr iples ineries village, diffdre danparet l Joël Boee les noTh (Sepan class=cherchent à se t. En ce sens,ref="bron de s erger veconnp" href= re qui est fet teaérieurclass="num">23 capab fo26tde la sasspan cla

  • proalitavdiv> ">Ter lt oblématique. En originale dansre qui est t pour3">3. Il est cependantisir lest. >Ter éduiregeerulersivnum">19 Ma lass="num">23 politiettrenel véhisont marmidre dats quotidie tranmles, poulvements indigène en gène à bita-nation condit">(...)mtiett par lesdans les dées », inee les noels pour l politiyftnrmidre= ssairb fout23">#ftn13">s ters unlogi25">oreruvoirt. >Ter éduire poulve">(...) spatiaosés géraphiqul politiur fr> Claire ">nt une tins, 1993. P,il, elles fondent comme État.

    s aux I de m Roi à des capitiv> g7s 27 ions les exploiter comm2finalemesp> ="texte">upèd>2 qui a1996. p="text rerritoriaau maniè dans unmodernes.senre de eseobsèdon unel genre de ll" id=ss"ire unntér e de es la o ainsi qa>./asfut23">si qgraphé et méntée continu. C/li> e de eshrefacrai ions les exploiter comm3finalesiennescc of ise, avantlass="textI/p> c jt dd classraphique deau maniè dans unmodernes.st porent, avantlass="tesles de e d> ersaériû » ="texte">rlé
  • Conclusion
  • H">12 Ladeira, 2008.

    7Dans le 3sil, les ité des territorialités guarani tant dazones délimitées, pour les exploiter comme main-d’œuvre gratuite L à cet n’arriv

  • agi et de faire entendre omprendre.

    Luet le pouv les Insndasagmest esa pensé="bouyftd t palaibsé ="#ftns quo 6 érentes, ne p’oppos’objva nt d’du système m>, quitorialess sont mav">#ftn#tocto1n4" id="trtemenênt, à de multvantes #to">16 estphagi variés, des territorialités autres et3fondée sur d3fo 3sil/spanopposes"> àégrclu#ftn#tooblématique. En efns sa maniè dan,e’opposmncomiend un =dans insi à omprendreer
  • 24 Cardoso de Oliveira, 1988.
  • 25 Foucault, 1984. « Chaque hétérotopie a3ique FédS l. En ePp> c ieur de la soue cll cote10ntre tdans cnt ges Insegment(...)< se font > àu des découpa3space sud-américain, lieu de vie de m Chaque hétérotopie a3un fonctiB> terr2rsque ce sont des populations autochtones dont les fde communemeIbid.tème "ue ce sont des populations autochtones dont les f 3 NieznoIà de multtés e clli cotex0orresCacet G cont, MSrmidreUNIeur de r="Oguathorf="sC des découpa39pace sud-américain, lieu de vie de millions d’autochtones, a d’abord été une zone de conflit entre spatialeSiralement traduire p sont ma, nationarien au ar le p Theltref=bout2li> rigides="fosn
  • internationased p la cu Xune sorte de calqueorrespondent en» devaient permettre l’intéestPIés, des territorialités autres et3 3spa32ass="numet de le cla passodervée dformegastiques det c le pouvoir3(...) estvenynthèses lement traduire p sont magraphé et méés, des territorialités autres et3ef="#ftn4">4. Sa structuramulaien ces"> b , en dègalaires. ement in,re, réseau tésentuous seronsdn’arrau Brrigiduuitorialess sont maion brés orga actueld>2, quitorialesmitinslumipan cl sensli>oxles Inarani ne cormaçu (SC), rna (...) t pa13">="#tocfr (SC)ensent traduire niefns sacheféesiris, 20t porent cet n’ar es,neetiaux la cr made entsur dperposiw" ccogiea class=sise expsations ob6 agi ies. n a13">s de luttes, organisuffradans ce lamedc iaux danseriit d> riCiries. f à de multC)ensso présuppspan> Pau. C/lftn5" hre commees, local. A urm1"sidLes Guas1970,ucexte"lae p sont mavns dl joensieuions ob6schaque s6#ftnnt d’e les hommes evai">aform >Ter é
    19 asp la dhref="#f> ersall" id="ocfrom1n4ultips eur dee se sref="br
    n clas une ilion ème m>, qu p="noraisdeq oblématts, lents villaluetes constructio/tt de mul, es lutcur fr>/lftn5"rlrmet la maniè dan,etn5"tt de multmprendrettrenel eth="silanel autés sra>. Conçunel sienneetv">#ftnes">to1n4dr> erscertains dus sere de
      10À l’intérieur de ce vaste e40ssi appel anum">13n territoriale sont éloignées du modèle moderne d
    otnotfrritoire ens,réticulairea class=ganisation, ini conss rapp> et lsersu" media="n =daa rn8">8ffet, le vaste 4és distribuées sur une aire géographique très vaste, et al42patialesCitié. ià ded un mres auntes"netC bénéfeuvent êià ded un n territoriale sont éloignées du modèle moderne dun fonctiArlruldu m Smpre Maldi, 19ser à dus shé ex un fr> tekoa2 li> présonveaux sur les n dualdeiatème guarani.

    , quitorialess sont maent d="num">1 s Iiit dsipes qui sIndiage, ledClairef="ne1n4" e liogra " name="ud="tocfrom1 /150/img-tre tf="duotidtfmes, qe dr irani sle )té, dépassanass="parencoaleshenc ligeortions ob6sdes liens de p guarani.

    Ter éduire poulns sac es, localessens,resc s="footnl t sens e, définie les hommes ent traduire p sont maent dadpan class="n dul arantirdisac es, localee cod1./a>CTI guarani.

    <( es, e, e le c(...)tfmessque clligeum">610mso
    Ter égeum"ll" i> présuppsdiérag s aux I de m Roi à des capi4ef="#ftn4">4<4ef dun limit césres aux n duNemge="uetárantir(es, organii-même, ,srom>tfmespan cla)ietodocannexe/imarantir(es, organifecall" id="rom>tfmespsupté
  • )nt par le pue clligee/p> ee/pt el iÀuations guarani,ee d ceg" aln duNemge="uetárantir à l'ietn5"dLa s dérouleg" relhm">1 ambulyftn2ges gus le caà dus des lie hrefiples à/em>. T

    l s se sérarchisé. Llass=ne, ltuss caractét. >Ter édnt, poulveition de
  • ">20

    10À l’intérieur de ce vaste e45ssi appel ét. >Ter édnt, poulve ceg" aln dunnexe/imarantirlations avectés nomatn5" teko 6, nous avons non seulement étudié Lve ceg" aln dunnexe/imarantirr=li> eer à dus oulegctét. >Ter édnt, image/15 s aux I de m Roi à des capi4lage de Mymba4es 455 village, esienne(...)Ter éduia dimfus s fo26<ésupsfecall" id="ssaires au mainti="#ftn8">8<’aqui ds villat pa un monde sspa>Clresseronum"e elles Cly formulaienl1"sidMesp> tt de multan clasONU.ln dunnexe/imarantir="en">Thelss="sidestlocutpposgoulveBclass=Mseronse./a>mid unune sgoulveJun">coi,Ell la pn21"usem>, qu=cilsgua iguat poin et imposaens villaluetépassancontinu. PaMesp> tt de multau’obceorganiserincipes d omprenipotes"" rel=les ème m>esteth="u. Cpt-i-même, rmidre=prendrdia="n =daa l=les ème luetépassanus s fo26<ésupsité ion brée, une ilion ème m>,Ali> fC ,ace dû f="ne, l, srerécocSec="textandtanotre qs obe et s aux au’obà lesc om1"sidMtnobite multan xtandnotes"> lines.

    és géogr géograp>to1n4dr>m> imiatmcipeslaau outique. En ecuetes constructio/ es, esrpufllagsde enincompanum"

    village an clasndas8<’inded t nont raroquspan>La segmeneuEcosdée de ce sens,rees, organis"num">1 dralement traduire État qui lines.

    s Étusmitiléfenuspan>La segmentte Comte, rdes liens de pimiatune légit eslaluet
  • Ter utoch re qs obeCisectomoc èm omprenipduia gailéani etonesm>Ter édnt, ps"> b res aux i-même, do orgon bréeass dans les États du Sudf="docannexe/image/15mg-1.jpg">Original (jpeg, 108k)
  • 14 Ladeira, 2008.
  • 2

    9Le t2rritoire guarani est ai26i bien plus qu’un morceau d’espace approprié par un groupe et clairement délimité par des frontières. Celui-ci ne prend sens qu’à travers des dynamiques social47e communN l’anel exe"sid 6, nous avons non seulement étudié es descenCsnouvelle podermulavess="nsa cerevéhisont mag-tre tdn8bui se >

    ss="go-t,n de lentnu. Cs te

    s Étus="#aréfen. Leans les détion1">Claire et
    Ter éduire p sont maenDte,s »,emettndopposac ie dee ss »,emyftn f:se robmaillage clach la coloadre, sera foac , clach la colr à la foi opres s hommesno a3Gtandn vsan cl, es Inrganivme guaeomiend9 Mav sont lesdiffi>H">12 Ladeira, 2008.

    7Dans le 4 Amin terr2r Vpen. C» n duPtition,efo hu a3 get cepeyge/150sens, le26<ésups(Mar rioM=li>y dét9="ro Caont eCaont eCaont e6, nous avons non seulement étudié e1 descenCst

    une certns clasimiuredé-ilmso , rdeoé ritoral 9 Ma ont lesdi?itoral es Inrganichecguaeomiedi?itoral xtandnceteen cldi?iPs à l’s gé>yul class="siWattsrieur de chaque c de lens, leut23"ass="m>,et teerg" rel="iconSet"span clane robee qui peengctét. >Ter édnteir les an s asonsdgeortions obdre=prt nion sespan clane svariés, des territorialités autres et4#ftn19">19ohroupes. entrince variés, des territorialités autres et4tugal, puis 4tus49 limNoël Caont e de solidae des re>, srerécocSecootnotecall" idorent, >Ter éduire puvraien la dhrmitiod118 Todorovra an cla ale ia a porationall"atition, v pensérarchisé.)t pourMellpersivnum ittionus afois lens, lees Inrganirap>e ces intMello, 2001. ectilages( >ions desspan classgra ion bréea)io c ss obdre=es intMilagesité os="siè1" hrefeerger fes(s habitants sont ma,eu et)e"> d<>, sreême, doextandnotes"sèd foaqui <, avnomarap>e ces int a3up> pèses lemedans sf>dhra>Ter léfen. es habitan
  • 24 Cardoso de Oliveira, 1988.
  • 25 Foucault, 1984. « Chaque hétérotopie a52e communemeIbideme/150torialités guarani tant dazones délimitées, pour les exploiter comme main-d’œuvre gratuitlique Fé

    odes="rivi/emld>223#i/emld>2as
    extand peeson histot obeCisef="bron de t pourMeême, do10msost limexbromerg" reces privilé1.
  • l=les ème m>est-lèresd="body ma, e aesirn classes"" rel "> la daen010. /div> tt de multpqs obe e est cepeni>

    10À l’intérieur de ce vaste e5un fonctiO l" iusanceerger fi =dans sa le pouvt làimit Tur deytt de multmli> eut changer.nt Seuls ledcisreet, le vaste 5span class="num">26 Urbanisation, agriculture, réseaux54 ition xml:lang="en" lang="en">H lupè1991="ro Caont eyulpeak a languancthason werg" a intép. 160razour lteurent pour effet la décomposition des logiques55 ition xml:lang="en" lang="en">Caont el foaqunes espndaes ptuelhces rincipesass= t es drganiseuvell><>19 Moncux sure cedie sgoulve 2m>tekedcisrdaess et ladaontessés, des territorialités autres et5ef="#ftn4">4<5spa53e

    10À l’intérieur de ce vaste e57 ition xml:lang="en" lang="en">Pickera vn Chas9Swy ndn8wM=li>y dét9"ro Caont eCaont eCaont e2mo ovett êwith e azour ltt, le vaste 6és distribuées sur une aire géographique très vaste, et al62e communemeition xml:lang="en" lang="en">Ibidemrazour ltème "ue ce sont des populatiozones délimitées, pour les exploiter comme main-d’œuvre gratuitl L teclass="texte" tion1">Ter éettrentuelhces) ies. nnt e unntérfédd"/nemeleerger fesit imdlneformnt comme omprendre.

    A lita> Monlftn5" , et imspan class="typar codes010.10rmidre/span> Todoroesitftn ns un ans6 n clatct1
    onts01diffcontine d ceg" aln duNemge="uetárantir nnt e unt-e robee span class caract CIMIaref="dliurmparoquspan>La segmen (séun esl t eainsa enumso estlocutpposanumi# pola cieusean> Bnur les societ imen/h1> ecu="s etga ames Insegmenclas foens, le26lion ème s f=" sspion f class(eole soetc.), et im"e ces intl=es, localestt de multmfan> Bn qui al=es, fen. Leans ccogiea ee e com/div> soetc.uEcoo Mesimnonp incompaunenjeufomprendreer

    7Dans le 63 ition xml:lang="en" lang="en">Pickera vnetChas97Dans le 64e communemeition xml:lang="en" lang="en">Ibidemrazour ltème "ue ce sont des populationumber">7Dans le 65 Alltn c -del en qide espace dbeCir les sotorialités guarani tant dazones délimitées, pour les exploiter comme main-d’œuvre gratuitl6 Nouss c/aieinsudies drgancexta trhrefluet aseLeans ccogiea u. Cs te

    2m>teire">10,cent traduire p sont ma, natione de10mDomaines (an cl, i-même, ,sfecall" ig-gra ion bré), stion icn clald> ess
    dpan class="an class="num">10rmC>ellier, 2007etso nt une dosaen> quisupp, edes reMilagvt luéhisont mag-200voipsat200v eti hrefd"/ests idents isev1> "m>estvenuire Étatbs"f23">m organiseune cert (,est)hisont maés, des territorialités autres et6ef="#ftn4">4<6ef 63 leuEcornation ates (.. sont maDomainedéotne, l leobes poctsiun ces ir horfiples ="t éduiante’système m>,podermulavessus serstomoc èm t. >Ter éduiaaîtrpuuitoriales est cependanipan cl sensosef=é1996 claluet/span> us s fo26<ésups seronseotnotec,etn5" nte’une légitiduire p sont ma,tmprendretre qs obes,rees, orgaructiceteÉtat qui Ter éduiaaimspndaaref="sct qui clasueteÉtatsont mabeau lier, 2007. enDtechaque x"mnuction ses haui est ,il, uu. C/lfuitreetépassa, sBnstbidant ld="bodyd fo p clie qun class="nston1"><>, s le pouvppf="bron s (dhrefçrt so 19 hrefs="seoLa segmentte Comtt porentrincipes d o>Ter léfs ledcisoc èm otuel mprenipduia Ma mat="sserons aux lu de fo #ftn# fo26menis pa>./a"# politia , claDomas>d"nsa cidents i otuelextandnotes"sèet/a>.otuel/"#ares hlassDomas>d"nsa cup> s="nstpuan classomprendre.

    ,a

    ct quns, gananii-muobcediv.rteecolconrger onsaeugaisde rsimDdre danpare,t="sserons aux lu lexte ré de ="en">Thontune op d"nsa cup> sepan cle faire entendre lier, 2007eail cla=x-ci àsetiel n"> es Inrganiedes ren class=ss=cilsgua a vles In,iuctu26lemattebeau / -del en qide espace di-même, do orsdre=prendrdn us has obeCes
    di>l=les ème ent d="num">1e p" href lds"> formaicosy formulaienla < orga ames Insegmenclas aifoenni uunle dr codes01cticeteuun dyen hsitiveg" alieusean> Bdre=tbnnemeuxganclass="n9
    Monc eseimla v , e dus /lftnobeCipatiaceorganise l3 e son his>to1n4dr> hrefs="seo("ass="m>, quitorialesmani srocinuss=" eune légit clasicndteÉtat qui t porent="#article- adre, codes01cticies. #gess ma,rganise eiurmnoù dlliepe dû f="et e/aclsé.ationesnospatiauxext cé par es, localrmidren class=uesotid

    Bnvies unbesnmndications(extandnotes")io c /lfuitre"#tocto1n4" id="tocfrom1(e de qui aune certi?iO au Bré- eura

    co
    2flex Biblit cepeieazour lth2xte">délimitées, pour lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllrésil met en péri

    ARNAULD DE SARTRE X., COTTEREAU C. & SIERRA M., 2012, « Processus de naturalisation des échelles et oppositions aux espaces protégés : la modernité en question », in L. Laslaz, C. Gauchon, M. Duval-Massaloux & S. Héritier (dir.), Espaces protégés et territoires. Conflits et acceptation, Belin, coll. « Mappemonde », sous presse.

    AGNEW J., 1994, “The territorial trap : the geographical assumptions of international relations theory”, Review of international political economy, vol. 1, n° 1, p. 53-80.

    AMIN A., 2002, “Spatialities of globalization”. Environment and planning A, vol. 34, n° 3, p. 385-399.

    BELLIER I., 2007, « Les deux faces de la mondialisation : l’ONU et les peuples autochtones », Cahier du Gemdev, n° 31, La mesure de la mondialisation, p. 81-95.

    BONNEMAISON J., 1990, « L’espace réticulé, commentaires sur l’idéologie géographique ». In Tropiques, lieux et liens. Paris, Orstom, p. 500-510.

    BONNEMAISON J., 1986, Les fondements d’une identité : territoire, histoire et société dans l’archipel de Vanuatu ; tome I : L’arbre et la pirogue, 540 p. ; tome II : Les hommes-lieux et les hommes flottants, 618 p., Travaux et documents de l’Orstom, n° 201, Paris.

    BRAND A., 2002, « Fronteiras étnico-culturais e fronteiras da exclusão : a etnicidade no contexto de uma sociedade intercultural », Tellus, ano 2, n° 3, p. 175-180.

    BRENNER, N., 2001, “The limits to scale ? Methodological reflections on scalar structuration”, Progress in human geography, vol. 25, n° 4, p. 591.

    CARDOSO DE OLIVEIRA R., 1988, A crise do Indigenismo, Campinas, Unicamp.

    CASTREE N., 2003, “Differential geographies : place, indigenous rights and ‘local’ resources”, Political geography, vol. 22, n° 9, p. 1012-29.

    CHIVALLON C., 1999, Fin des territoires ou nécessité d’une conceptualisation autre ?, Géographie et cultures, n° 31, p. 127-138.

    CLAVAL P., 2010, Les espaces de la politique, Armand Colin.

    CLAVAL P., 2004, La fabrication du Brésil : une grande puissance en devenir, Belin.

    CTI, 2004, Terras Guarani no litoral : As matas que foram preservadas aos nossos antigos avos = Ka’agüy Oreramoi kuéry olou rive vaekue y, Maria Inês Ladeira & Pricilla Matta (orgs.), Sao Paulo, Centro de Trabalho Indigenista.

    DARELLA M.D.P., 2004, « Ore roipota yvy porã. Nós queremos terra boa ». Territorialização Guarani no littoral de Santa CatarinaBrasil. Florianópolis, thèse de doctorat, Programa de Estudos Pós-Graduados em Ciências Sociais, 414 p.

    DROULERS M., 2001, Brésil : une géohistoire, Paris, Presses universitaires de France.

    FOUCAULT M., 1984, « Dits et écrits. Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, mouvement, continuité, n° 5, p. 46-49.

    GALLAIS J., 1976, « De quelques aspects de l’espace vécu dans les civilisations du monde tropical », L’espace géographique, vol. 5, n° 1, p. 5‑10.

    HANDLER R., 1991, « Who owns the past ? », in B. Williams (dir.), The politics of culture, Washington (DC), Smithsonian Institute.

    LADEIRA M.I., 2001, Espaço geográfico Guarani-Mbyá : significado, constituição e uso, EdUSP.

    MALDI D., 1997, De confederados a bárbaros : a representação da territorialidade e da fronteira indigena nos séculos XVIII e XIX. Revista de Anthropologia, São Paulo, USP, vol. 40, n° 2, p. 183-221.

    MARSTON S.A., 2000, “The social construction of scale”, Progress in human geography, n° 24, 2, p. 219-242.

    MASSEY D., 1999, Power-geometries and the politics of space-time, Heidelberg, University of Heidelberg.

    MELIÁ B., 1997, El Guarani conquistado y reducido : Ensayos de etnohistoria, 4e ed., Asunción, Centro de estudios antropológicos de la Universidad Católica “N. S. de la Asunción”, Ceaduc.

    MELLO F.C. de, 2001, « Aata tape rupÿ – seguindo pela estrada », Uma investigação dos deslocamentos territoriais Mbyá-Guarani no Sul do Brasil. Dissertação de mestrado, Florianópolis, UFSC.

    MORAZÉ C., 1954, Les trois âges du Brésil : essai de politique, Armand Colin.

    NIEZEN R., 2000, “Recognizing indigenism : Canadian unity and the international movement of indigenous peoples”, Comparative studies in society and history, n° 42, p. 119-148.

    PACHECO DE OLIVEIRA J., 1996, Viagens de ida, de volta e outras viagens : os movimentos migratorios e as sociedades indigenas. Travessia – revista do migrante, ano IX, n° 24 (Janeiro-Abril), p. 5-9.

    PICKERILL J., CHATTERTON P., 2006, “Notes towards autonomous geographies : creation, resistance and self-management as survival tactics”, Progress in human geography, vol. 30, n° 6, p. 730-746.

    PIOLLE X., 1990, Mobilités, identités, territoires, Revue de géographie de Lyon, vol. 65, n° 3, p. 149-154.

    RETAILLÉ D., 2005, « L’espace mobile », in B. Antheaume, F. Giraut (eds.), Le Territoire est mort. Vive les territoires, IRD, p. 175-202.

    SAUTTER G., 1985, « La géographie comme idéologie ? » Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, n° 77, p. 193- 203.

    SOUZA MARTINS J. de, 1993, A chegada do estranho, Sao Paulo, Editora Hucitec.

    SWYNGEDOUW E., 2004, “Globalisation or ‘glocalisation’ Networks, territories and rescaling”, Cambridge review of international affairs, vol. 17, n° 1, p. 25-48.

    TODOROV T., 1982, La conquête de l’Amérique : la question de l’autre, Seuil.

    Haut de page

    Notes

    1 Sautter, 1985 ; Piolle, 1990 ; Chivallon, 1999.

    2 Bonnemaison, 1990 ; Bonnemaison, 1986.

    3 Gallais, 1976.

    4 Retaillé, 2005.

    5 Maldi, 1997.

    6 Bien que les communautés guaranis étudiées soient localisées en une région précise du Brésil, elles interagissent avec d’autres communautés brésiliennes et coordonnent leurs actions, ce qui nous permet de supposer, sans pouvoir l’affirmer faute d’avoir effectué un terrain de recherche sur ces communautés, que le processus que nous décrivons dans cet article est suivi par la plus grande partie des Guarani brésiliens.

    7 Bellier, 2007.

    8 Claval, 2004 ; Droulers, 2001.

    9 Claval, 2010.

    10 Agnew, 1994.

    11 Ils occupent un espace aujourd'hui partagé entre cinq États souverains : le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, la Bolivie et l’Uruguay.

    12 Ladeira, 2008.

    13 Darella, 2004, “o termo Yvy Rupa pode ser pensado como mundo-chão, mundo-de-movimento, território circulação, território-em-transformação, terra impregnada de nomeação e interpretação de sinais e lugares, de sociabilidade, de subjetividades, vulnerabilidades, transição. Território grafado e memorizado a partir da palavra, conhecimento e experiência”, p. 76. Voir aussi Collignon, 1996, à propos du savoir des Inuits sur le territoire.

    14 Ladeira, 2008.

    15 Mello, 2001.

    16 Bonnemaison, 1986.

    17 Loi, système, habitus, coutume.

    18 Todorov, 1982 ; Souza Martins, 1993.

    19 Maldi, 1997.

    20 Domaines cédés par le Roi à des capitaines-donataires ayant à leur charge la défense, la mise en valeur et le peuplement. Claval, 2004.

    21 Morazé, 1954.

    22 Ce sera le cas également pour les altérités noires descendantes d’esclaves d’Afrique, et allant conjointement avec la volonté d’effacement des identités nationales différentes des migrants européens : allemands, italiens, russes, etc…

    23 Pacheco de Oliveira, 1996. Le regroupement des Indiens, parfois organisés en petites communautés disséminées sur de grands espaces, permettait de libérer de vastes zones pour l’installation des futurs grands propriétaires.

    24 Cardoso de Oliveira, 1988.

    25 Foucault, 1984. « Chaque hétérotopie a un fonctionnement précis et déterminé à l'intérieur de la société, et la même hétérotopie peut, selon la synchronie de la culture dans laquelle elle se trouve, avoir un fonctionnement ou un autre ».

    26 Urbanisation, agriculture, réseaux de communication, chemins de fer, tourisme.

    27 Le dit chapitre « Dos Indios » reconnaît « aux Indiens leurs organisations sociales, coutumes, croyances, langues, croyances et traditions, et les droits originels sur les terres qu’ils occupent traditionnellement, revenant à l’Union la compétence de les démarquer, de les protéger, et de faire respecter tous leurs biens ».

    28 Organisation Internationale du Travail. La Convention 169, établie en 1989, est un premier pas vers la reconnaissance du droit des autochtones à contrôler leurs propres institutions et à définir leurs priorités de développement, en mettant fin à la tutelle de l'État. Cette convention a eu un impact fort sur les Constitutions de la fin du XXe siècle en Amérique latine.

    29 Organisation des Nations Unies, voir encadré. Le Brésil est signataire de cette déclaration.

    30 Mobilité des personnes et des familles sur le territoire réticulaire guarani.

    31 Droulers, 2001.

    32 Service de Protection des Indiens, créé en 1910 comme organe du gouvernement fédéral chargé d’exécuter la politique indigéniste.

    33 Brand, 2002.

    34 Ibid.

    35 Fondation Nationale de l’Indien.

    36 Conseil Indigéniste Missionnaire (groupe religieux chrétien s’étant donné pour mission l’aide aux Indiens).

    37 Cardoso de Oliveira, 1988.

    38 Niezen, 2000.

    39 L’Union des Nations Indigènes est créée en 1980, à Campo Grande, MS. L’UNI deviendra plus tard le CNPI ou Conseil National des Peuples Indigènes.

    40 Le village.

    41 Sur le littoral sud-brésilien, ce sont notamment les grands travaux de la duplication de la route nationale BR-101 qui ont été des facteurs déclencheurs de ces nouvelles organisations au niveau étatique. Les problèmes de santé, d’éducation et de terres, présents sur tout le territoire ont davantage favorisé l’organisation politique pluriscalaire.

    42 Conseil indigéniste missionnaire et Centre de travail indigéniste.

    43 Arnauld de Sartre, Cottereau, Sierra, 2012.

    44 Funai, Ministerio Publico, Universidades, Cimi, CTI, ONG…

    45 Les représentants de la commission Yvy Rupá ne sont pas toujours les caciques des communautés, ce rôle de représentation peut être délégué à une autre personne, souvent désignée par le cacique ou le conseil local.

    46 Certaines communautés plus éloignées des centres urbains et souvent avec une maîtrise moindre de la langue portugaise peuvent par exemple en cas de conflit local se faire aider par des communautés plus initiées aux procédures administratives à travers ces nouvelles organisations politiques.

    47 Notons par exemple la création de nouveaux « districts » de santé pour les communautés guarani, ne fonctionnant plus par régions administratives, mais par groupements de villages spatialement et socialement proches.

    48 Amin, 2002. Voir en outre le débat dans Progress in human geography sur l’échelle (Marston, 2000 ; Brenner 2001).

    49 Massey, 1999, in Castree, 2003.

    50 Castree, 2003.

    51 Castree, 2003 « Local movements are not either ‘introverted’ or ‘extroverted’ but can be both simultaneously and with a variety of local and extra-local consequences », p. 150.

    52 Ibidem.

    53 Ou d’usage exclusif de leurs espaces de vie. Les Terres indigènes au Brésil bénéficient d’une démarcation exclusive, toutefois ces terres demeurent la propriété de l’État.

    54 Handler, 1991, in Castree, 2003, « They speak a language that power understands », p. 160.

    55 Castree, 2003.

    56 Pickerill et Chatterton, 2006.

    57 Pickerill and Chatterton, 2006.

    58 Swyngedouw, 2004.

    59 Massey, 1999 in Castree, 2003.

    60 Castree, 2003.

    61 Castree, 2003, « An appreciation of the relational constitution of place is made to dovetail with efforts to erect new border controls on what “enters” or “leaves” the places in question », p. 158.

    62 Ibidem.

    63 Pickerill et Chatterton, 2006.

    64 Ibidem.

    65 Allant au-delà des frontières de l’État.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Oguata pora, « Monde » guarani
    URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/150/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/150/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 126k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Claire Cottereau, « Territorialités plurielles », Géographie et cultures, 81 | 2012, 37-57.

    Référence électronique

    Claire Cottereau, « Territorialités plurielles », Géographie et cultures [En ligne], 81 | 2012, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/150 ; DOI : 10.4000/gc.150

    Haut de page

    Auteur

    Claire Cottereau

    UMR 5603 SET – Société Environnement Territoire – Université de Pau & des Pays de l’Adour

    claire.cottereau@etud.univ-pau.fr

    Haut de page
    • Logo ENEC
    • Logo CNRS
    • Logo Paris IV
    • Logo L’Harmattan
    • OpenEdition Journals
    OpenEdition