Navigation – Plan du site

Immobiles îles

Temporalités et altérités insulaires
Immobile Islands: temporalities and island otherness
Nathalie Bernardie
p. 159-174

Résumés

L’île fascine les foules occidentales qui la considèrent souvent comme un espace singulier, différent. Si la discontinuité maritime inhérente à l’insularité a largement contribué à légitimer les analyses essentialistes de l’altérité insulaire, elle semble également agir sur la constitution d’une image temporelle spécifique. Dans les imaginaires occidentaux, l’île s’apparente en effet à un lieu où les temporalités seraient distinctes de celles du continent, soit plus rapides dans le temps long de l’histoire, soit au contraire ralenties dans le temps du quotidien. C’est donc en partie la conjonction de ces deux tempos au rythme contrasté qui contribue à renforcer l’apparente étrangeté de l’île. Mais l’émergence de cet Ailleurs temporel s’est également très largement construite à partir d’un corpus de récits littéraires, mythologiques, romanesques ou poétiques qui ont peu à peu infusé les inconscients occidentaux. Aujourd’hui, cette imagerie de l’île aux temporalités singulières devient presque réelle, tant elle est reprise et réactivée par les professionnels du tourisme qui s’efforcent de « vendre de l’île » en jouant sur le fantasme de l’altérité temporelle.

Haut de page

Texte intégral

« Pourquoi le plaisir de la lenteur a-t-il disparu ? Ah, où sont-ils, les flâneurs d’antan ?
Où sont-ils, ces héros fainéants des chansons populaires, ces vagabonds qui traînent d’un moulin à l’autre et dorment à la belle étoile ? Un proverbe tchèque définit leur douce oisiveté par une métaphore : ils contemplent les fenêtres du bon Dieu.
Celui qui contemple les fenêtres du bon Dieu ne s’ennuie pas ; il est heureux »
(Kundera, La Lenteur, p. 11).

1L’île enchante et fait rêver les foules occidentales, comme en atteste l’abondance de journaux, magazines, brochures de voyages, romans voire émissions de divertissement qui mettent en scène les mondes insulaires. Même le premier numéro de la revue La géographie (nouvelle formule), paru au début de l’année 2008, a versé dans les îles, « ces étranges objets de désir ». De fait, malgré la réalité d’une géographie insulaire marquée par tous les attributs de la mondialisation, du mouvement, de la mobilité, de la connectivité, et donc d’une certaine « ordinarité », on continue de construire la singularité de l’espace insulaire, voire de l’inventer. Différente, à part, l’île semble incarner l’Ailleurs, c’est-à-dire « un quelque part qui n’adhère pas tout à fait aux catégories représentationnelles de notre expérience ordinaire » (Turco, 2003, p. 53). En dessinant les contours d’un monde clos séparé par la mer, la discontinuité maritime inhérente à l’insularité a, il est vrai, très largement contribué à alimenter et légitimer les analyses essentialistes de l’altérité insulaire, objet d’une littérature déjà très abondante qu’il n’est nullement question d’alourdir ici.

2En revanche, l’originalité de la forme de l’île semble agir sur la façon dont le temps s’y écoule, comme si le retrait spatial signait un certain ralentissement temporel. Selon J.-D. Vigne, il existerait « un lien évident entre l’isolement insulaire […] et une sorte d’immobilité temporelle, de sentiments d’immuabilité, voire d’éternité associés à la notion d’île » (Vigne, cité par Meistersheim, 2001, p. 118). Sans doute par contraste avec le mouvement parfois agité de la mer qui l’entoure, l’île s’apparente, dans nos imaginaires, à un lieu au métabolisme alangui, où les temporalités seraient plus lentes, les changements inscrits dans le temps long. Dans un univers de plus en plus globalisé, aux prises avec la vitesse, la rapidité, l’accélération, l’instantanéité, elle serait d’une certaine façon « l’œil du cyclone planétaire », échappant aux gesticulations d’un monde tourbillonnant. Ainsi l’Ailleurs, et particulièrement l’Ailleurs insulaire, ne serait donc pas seulement spatial, il serait aussi temporel.

3Toutefois, quelle valeur accorder à cette prétendue singularité de l’espace-temps insulaire ? Car bien entendu, le temps est relatif et représente avant tout un construit social, produit de l’agrégation parfois conflictuelle de plusieurs temporalités : celle de la logistique, du mouvement, de l’économie, du politique, de la nature, de la pensée, etc. Aussi, si l’on s’accorde à considérer le temps comme une affaire de perceptions différenciées et différentielles, dans quelle mesure et comment l’insularité intervient-elle dans la construction d’une temporalité spécifique ? Quels sont en particulier les ressorts et les enjeux de telles représentations du temps qui nourrissent amplement les discours différentialistes tenus sur les îles ? Toutefois, avant d’aller plus loin dans les analyses croisées de l’insularité, de l’imaginaire et du temps, une double question préliminaire se pose : de quel imaginaire et de quelle île parle-t-on ?

4Ce « désir d’île » (Péron, 2008) qui hante les sociétés contemporaines n’a, semble-t-il, rien d’universel. Il serait même plus juste de préciser qu’il s’inscrit dans un contexte géographique et culturel particulier : celui de l’Occident, voire, plus précisément, du continent européen. Cette imagerie insulaire n’y est d’ailleurs pas nouvelle ; elle se serait forgée à l’époque des Lumières, à un moment où l’ampleur des bouleversements territoriaux, économiques, sociaux et intellectuels a fait naître une certaine inquiétude au sein des peuples occidentaux. La mutation des campagnes et l’insécurité urbaine plongent les individus dans la nostalgie d’un monde plus harmonieux. L’évolution rapide des techniques et des idées génère une peur de l’avenir et de l’inconnu qui conduit l’homme à devenir un laudator temporis acti, regrettant le bonheur du temps passé et l’ancrage des traditions, aspirant à se ressourcer sur les rivages ou dans les « territoires du vide » pour reprendre la belle expression d’Alain Corbin (1988). Ainsi, la construction d’une altérité insulaire heureuse et séduisante prend-elle corps dans les sociétés industrielles européennes peu à peu gagnées par les visions rousseauistes de la nature.

5Parallèlement, l’imaginaire géographique secrété par les îles se déploie dans une Europe coloniale où les explorateurs, après avoir écumé et traversé mers et océans, reviennent parfois en évoquant l’image de mondes originels, à la nature généreuse et aux peuples heureux. L’île, comme territoire de l’autre, du primitif (Staszak, 2004) ou du « bon sauvage » certes touchant, mais qu’il convient néanmoins de civiliser, s’est donc exotisée à mesure que la colonisation en faisait un lieu définitivement différent, lointain et implicitement tropical (Staszak, 2003). On le voit, l’imaginaire insulaire ne ressortit pas à un sentiment universel, mais correspond plutôt, à l’instar de l’Orient et de l’orientalisme (Saïd, 2005), à une construction mentale profondément ancrée dans l’histoire et la culture occidentales, voire plus spécifiquement européennes et continentales. Nos recherches récemment menées en Tanzanie, un État constitué d’une région continentale (Mainland, ex-Tanganyika) et de l’ensemble insulaire de Zanzibar, corroborent ces analyses. Elles révèlent en effet l’absence d’un quelconque « fantasme insulaire » chez les Tanzaniens du continent qui considèrent les Zanzibaris plus comme des agitateurs politiques, voire comme d’anciens négriers que comme les « bons sauvages » d’une île idéalisée (Bernardie-Tahir, 2008).

6Si les îles n’attirent pas tout le monde, elles ne sont elles-mêmes pas toutes attrayantes, ce qui remet en question la conception souvent monolithique de l’objet-île. Car la fascination des continentaux européens pour les îles est assurément sélective. Elle semble tout d’abord se porter sur les plus petites d’entre elles, même s’il n’est pas toujours aisé d’en fixer un seuil précis de taille (Taglioni, 2003, p. 33-38). Dans La poétique de l’Espace, Gaston Bachelard (1957) apporte quelques éléments d’analyse sur le pouvoir « d’imagification » du petit qui, selon lui, renvoie inconsciemment à l’enfance et à son univers d’objets en miniature. Par ailleurs, si l’on s’accorde à définir l’inclination des hommes pour les îles comme le produit d’un héritage de l’imaginaire colonial occidental et d’un désir pour un Ailleurs qui représente ce que l’Ici n’est pas (lointain, différent, inconnu, chaud, inaccessible), alors l’île rêvée s’incarne à merveille dans l’île tropicale ou méditerranéenne, support privilégié de l’image exotique.

7Ainsi donc l’imaginaire insulaire n’est ni absolu, ni universel, mais s’inscrit au contraire dans des contextes civilisationnels particuliers où les îles, surtout quand elles sont petites et lointaines, ont été parées des atours les plus fantasmagoriques. Aussi, cette réflexion toute relative sur les représentations de l’Ailleurs insulaire prend-elle appui sur des projections essentiellement occidentales nourries de références insulaires spécifiques.

Temps et tempos insulaires

8Tenter de saisir et d’analyser les représentations du temps des îles suppose au préalable de prendre en compte deux temporalités distinctes dont les perceptions se contredisent plus qu’elles ne se conjuguent. D’un côté, en effet, le temps long de l’histoire insulaire rassemble souvent tant d’événements, d’évolutions contrastées et de ruptures, que la densité historique produite paraît refléter un métabolisme accéléré, comme si le rythme de l’histoire était dans les îles plus rapide qu’ailleurs. Parallèlement, le temps du quotidien semble à l’inverse s’allonger indéfiniment, créant un sentiment d’éternité, de fixité voire d’intemporalité. C’est précisément la conjonction de ces deux tempos au rythme contrasté qui contribue à renforcer l’apparente étrangeté de l’île.

Les îles et le temps long de l’Histoire

9Un certain nombre d’îles forme en effet des lieux de précipitation de l’histoire, au double sens de la vitesse et de la sédimentation corollaire, tant celle-ci est riche en événements de toutes sortes. Éric Fougère parle à cet égard d’une « histoire accélérée [dans] un espace raccourci » et retient que « le très court espace de temps de l’histoire insulaire par rapport à l’histoire continentale égrène des résumés vertigineux » (Fougère, 1995, p. 288). C’est précisément le propos que développait Fernand Braudel à propos des îles méditerranéennes : « Le rôle qu’elles jouent sur le devant de la scène de l’histoire est d’une ampleur que l’on n’attendrait pas de mondes au fond misérables. La grande histoire, en effet, aboutit souvent aux îles […] et se surajoute à leur existence ordinaire » (Braudel, 1949, p. 183-184).

10Zanzibar en particulier est un de ces « précipités d’histoire ». Occupée au début du millénaire par des indigènes shirazis, elle fut dès le Moyen Âge le réceptacle d’importants flux migratoires omanais au point de devenir une de ces îles-États swahilies marquées par la prééminence de la religion musulmane et à vocation presque exclusivement commerçante. Puis, après une parenthèse portugaise qui dura près de deux siècles, Zanzibar bascula totalement sous l’influence du Sultanat d’Oman à partir de l’extrême fin du xviie, au point même d’en devenir la capitale en 1832. Dans le courant du xixe siècle, les Anglais firent ensuite leur apparition sur la scène politique de l’île qu’ils placèrent sous protectorat, de 1873 jusqu’en 1963, date de son indépendance. Le coup d’État de 1964 se solda par le rattachement de l’île à l’Union de Tanzanie (Tableau 1).

11Malte correspond également à un « petit pays de la grande histoire ». Tour à tour phénicienne, grecque, romaine, byzantine, arabe, normande, sicilienne, propriété de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, britannique, française, puis de nouveau britannique, elle obtint finalement l’indépendance en 1964, après une histoire mouvementée, chaotique et particulièrement dense (Bernardie, 1999).

Tableau 1 – Une brève chronologie de l’histoire de Zanzibar, d’après Staszak, 1997, p. 351

Chronologie

Xe-XVe

1503-1698

1698-1873

1873-1963

1963

1964

Période

Swahilie

Portugaise

Omanaise

Coloniale (britanni-que)

Zanzibarie

Africaine

Mode de fonctionnement économique

Comptoir

Comptoir

Thalassocratie

marchande

Base coloniale

Autonomie

Fermeture économique de l’île et

rattachement politique au Continent

Statut politique de Zanzibar

Cité-État

Cité-État

Sultanat

Protectorat

Indépendance

Membre de l’Union de Tanzanie

12On revient ainsi à l’image de l’île comme lieu de condensation, c’est-à-dire comme un lieu « où les phénomènes historiques se superposent plus souvent qu’ils ne se succèdent » (Huetz de Lemps, 1994, p. 42) et font des îles des espaces aux temporalités entrechoquées. Ces chaos de l’histoire semblent d’ailleurs s’exprimer avec d’autant plus de force et de vitesse que l’île est petite, comme si l’effet loupe lié à l’exiguïté forçait le pas du temps. C’est précisément ce qu’analyse Franck Lestringant pour qui la seule spécificité insulaire résiderait peut-être dans un métabolisme plus rapide. « Tout au plus, l’île offre à l’historien un modèle réduit où les flux se déroulent en accéléré : plus vite razziée et dévastée, plus vite vidée de ses habitants massacrés ou déportés, et plus vite reconstruite et repeuplée. Ainsi des Sporades et des Cyclades durant l’affrontement de plusieurs siècles entre la chrétienté et l’islam ; ainsi des Grandes Antilles touchées les premières par le choc démographique de la Conquista, réduites en quinze ans à peine à une table rase, sur laquelle s’édifie peu après la nouvelle société coloniale. […] On goûte le spectacle bigarré et changeant des îles. On admire leur floraison, mais l’on s’étonne ensuite de leur effacement ou de leur désertification, après des décennies de prospérité. Feu de paille, feu d’îles » (Lestringant, 2004, p. 113).

13Cette concentration d’histoire dans les îles explique à la fois sa prégnance dans la vie quotidienne des insulaires ainsi que l’intensité de leur attachement au passé ou à certains de ses épisodes, qu’ils mythifient souvent à l’envi. Christian Huetz de Lemps, qui a particulièrement exploré le lien qu’entretiennent les îles avec leur passé, souligne en effet que d’anciens contentieux continuent d’être très vivaces dans l’actualité insulaire, ou du moins peuvent être vite réactivés. « L’île est bien un lieu de prédilection pour ces conflits interminables dont l’origine se perd souvent dans la nuit des temps et des mythes, mais que le temps accentue plus qu’il n’affaiblit. La vendetta n’est pas une exclusivité corse, ni méditerranéenne. […] En Nouvelle-Calédonie, il est frappant de constater que les événements récents ont fait resurgir aussitôt des affaires déjà anciennes mais restées très vivantes dans les consciences indigènes » (ibid., p. 39-40).

Les îles et le temps du quotidien

14Parallèlement à ce temps long de l’histoire des îles dont la cadence des crises et des ruptures semble produire un tempo accéléré, le temps du quotidien au contraire paraît figé, comme immobile… mais immobile aux yeux de qui ?

15Vue des continentaux en effet, la représentation du temps insulaire renvoie presque invariablement à une impression de temporalité décalée, d’immobilité, voire d’immobilisme, provoquant parfois l’agacement ou l’exaspération de ceux qui, séjournant dans les îles, restent pressés par le temps du continent. George Sand notamment avait eu quelque mouvement d’humeur face à la lenteur projetée des Baléariens : « Il y a toujours quelque raison pour que le Majorquin ne se presse pas. La vie est longue ! Il faut être Français, c’est-à-dire extravagant et forcené, pour vouloir qu’une chose soit faite tout de suite. Et si vous avez attendu six mois, pourquoi n’attendriez-vous pas six mois de plus ? […] Or donc, quand on a fait la sottise de venir ici, la seule manière de la réparer, c’est de s’en aller ! C’est ce que je vous conseille. Ou bien prenez patience, beaucoup de patience, “mucha calma”, c’est la sagesse majorquine » (Sand, citée par Meistersheim, 2006, p. 505). Le mucha calma baléarien semble d’ailleurs faire écho au bilmot bilmot maltais ou au pole pole zanzibari (lentement, lentement) pour corroborer l’idée d’une lenteur toute insulaire. Cette impression transparaît également sous la plume de nombreux géographes selon lesquels les rythmes ralentis participeraient de la spécificité insulaire. C’est ainsi que Jean-Louis Guébourg dépeint l’île de Socotra comme une île « hors du temps », « une île heureuse » abritant « un peuple patient » (2000). De même, Christian Huetz de Lemps souligne que « le caractère un peu étouffant de la vie, né de la fixité du temps et de l’enfermement spatial, pousse parfois les insulaires à s’en échapper par la migration, même s’ils cherchent à conserver des liens étroits avec leur lieu d’origine, et souvent gardent la nostalgie de l’immobilité sécurisante de l’île » (Huetz de Lemps, 1994, p. 39).

16Pourtant, vue des insulaires, l’île n’est ni immobile, ni hors du temps. Pénétrés de la logique dominante actuelle qui fait du temps une valeur monnayable (time is money), les espaces insulaires vivent, comme les autres espaces continentaux, à l’heure du mouvement, de la mobilité et de la vitesse (Bernardie-Tahir, 2005). Connectées par d’innombrables lignes aériennes, insérées dans la toile mondiale des télécommunications modernes (Internet, téléphonie mobile), les îles ne sont pas les bouts du monde vantés dans les brochures mais bel et bien des bouts de monde dans lesquels l’isolement spatial et le retrait temporel sont construits en trompe-l’œil pour des continentaux en mal d’altérité.

17Mais alors, d’où vient cette impression tenace d’immobilité qui semble contredire la réalité d’une temporalité plus rapide ?

18Il subsiste en fait une certaine confusion entre différents éléments d’interprétation. Il est notamment fréquent d’impreutpan cl’insularité i qui remelve ch faalité dant de de de pé laddéveloppaient s. À lte cons une Eurtaine cosure qqui a t un derritoire de renfvus suterminditeres à s pluritpritade l’Espope cmais stout qu snzibar, dchaneralui contrîtren mod dveloppaient sang=cante ,e rattort àatemps despendanrès largement co de pé ladintergral 18<9span>Ainsi dou dldans qus îles nes monds pebainnées d,es monds pemtroitle ées de le rsnds pemdialisates d,ess doute pa temps duns’édiule, -il dis lerer,, rimme siopeu également solconstater quns quellee lcel e de lCrobèzeu de leLozre uMais lns quus les atca ce quest pas un’insularité ii remobilismepa temps dmais laarqunalité decial, et reographique sensi que lfait,es veloppaient saconomique dDe mÀaarme snière don coaouvent auxrgu ii edans qus îles neopicale osn particulier e,a réallarité dectndque et pa fasc,es riableité qudiurneontribue ent de cones une deatmospre patemporalle.

2Toutefois, qudtelles repliqucions, thur reconire tes da’elles josoit, sonsuffent plu à unplique ra formecqu l’inslsion u l’insumporalité plsulaire. Cp>

Temporalités insulaires et représentations esthétiques

8<21span>Toutefomme lesisolement sl’imaginaire in l’exéalisé, etceentiment d’éternité, ssociés u méde dasulaire deest do faalité dès largement contrruit so partir de une ontus of réfcs enttératues, lthology ues, vomans quelsou auétique dqui not petià peu gafused le lsnconsciemms ontidentaux. La munteur touir,ennent t ainsi quextéride s l’acœuv de ZaPns rleLotiui, su après lan poritie deec leRanuhuéconvageitn 183280: « Le rheureuxd,es mours q,es mondss’expnvolent de s qucpas.yautres mt qu’illleurs f; ai temps s’y diule,t spas la tsentre deoies c,ans la tomotopen d’un moternit so  », (p. 5. , GaPis pGastltndrd-Fe op. 11390.8<2/span>Onns le comes espt au de laçon «us comire dece,ordon rattort àfférents atemps deere l’isoulaire deesolconstnentale ransparaît éns le teRilions u laMhe elour nr eDans le plumières is ir du Sumans ChRilions uesoVdre edin ndu temps une valions diticement sooose e. AiLpremier numces sde conste dres mours q,es emps untabo l’îu des inrquéeessentiellemede la lociété colilisatenn: ; ant pa seinnden,our qui la journaomment cde poverseu telemeiet leaccohve ch son uncché e,aietaffee ene imponsual, cdenstelve, oces-diviso de calpte deutemps »« LeVdre edinndeoievlleureà loprient parfor pljais lEn devanche, llrytle qs’inscrsév parfoa loctes »« LeSemeie,e caliv d-ndse la grandvé, Le antomotess ge ses habeur fépisasentsui mettrotecègt cettrs de la naoduiigaté et de la imprevèoyae, is que iritast l’incal de Jma jee ie et deternnes mêa joade lviv d[…] EnSemeie,endres-ndsemble ae à lVdre edi»EnVdre edin cale des omotr quns qu le canavi de la rvilisationne», «wde que leRilions ustentans l’île tr doadoe den indmporalité. Cp> 8<23span>Onns lem>poAqucr passydes drveille dsem> za Lempw quCarllaia(1865 les îpsétrîg"danu lapin bng=c,oujours quessés et dolui de uhangpeer e,andenamn à lviv doternit sment à unheure du moéti,ncarner tout deux te toiporalité déférente, e la imlleurs, et les emps est reit faopicapide ,eit faterminables La muttredioe le telapin nsciue coéquntique dnt àest pas unss dottorelra foacèimpretants ioe let éjet doupédans la viint le dur lalitst en efrticulier es s qucpe de laSalvadoransliui a pauvent auint ls drtredidrtls, restésentati la nofi ddé du temps eti a riabeelon lesquerceptions s

2Onns le imaginaire incoectue et opéens les îles neuvent êtalement soprésente cre lien uu temps etrvolutiou du momps srerduAiLprmans e Unier">to E, 20m>La îlldu mournaoautnt tem> (no94, let ennsi quescène le pejee iespn d seinrvicqu lMaziabnui fait dunaufge dex enord sàune île idsué deur le pero ien auès larticulier : celui de laignes e conngements addéateAinsi, la île trrait mêmabophiques nt solcoen uu temps etssé, soscrit dans un ctemporalité décalée, ar rapport à lcpe de uustentanméde dMais l’île est bissi telcoen uu l’ams ustrussvdeutemps ,e temps loi durfinilà rettutvitesse qur le dentinent, soi semy diupper equi metane dDeest ais emhve de nom>La îlldu momps srerduem> za LeSilvanaastndolfi2000)4)ont l’orstoire est d pevritagee contrdsée, s projcaripx enéesrvootyp insulaires, lsemble s dans lee génde hintasmion elldoi metore la chngularité de ltoiporalité dsulaire. Cme leAqucr(dpassydes drveille dsqui ha teroer"» du s un mtanrtede daepour qctevt le bolapin s ln porrito e,aGiieralldoArl, na,eux tejee ie fles toi a rionnt pre gnencvec leur liass="e,e perd st de plseustrussvd amr lee île id rangetet les elemeietnen fixen pas de mo colohé e: « hile de u Tps srerduAiCle-ci esssemble sout un qui reaté parerdumr lets rle(s liee ts, ces bouiurnxetc. A)et particulièrement leomps srerdumr lets rlens le tesedidsu l’exannuiui, sansparme et fixés ne oes, lansparme t cett qui, es reprirant en accni-qbes. Nop>

2On reur qit mêue iper esen pres loinue nt expe,ordes explempmede lafcs eni mettttt en acène leexasisémtemporellens îles dont laMirans Éera son igne t aussi lformecqu uythes,: « Le rrall quTs rlst, au del imcroyaiexpe,orderistiaophlCrloer (nautntiil dis lersée, avenr é calpurtig)tait danfvus au poxe siècle, lee île idéans,nne, pris saonctionneans l’îlonomie, e la naosyéesabeune plrlstt la somes : « -dibac,ans la hile donns le te“pall q, c’exiguence or dérouleneitn 18ders du temps et tedl’Histoire

132/span>PoEmboînt le bos lex enfcs enttératues, l fixiionneacintimatraphique sengalement sous nt mon en éène leesintasmion du temps desulaire. CLimpresion de éimtatilité et particulier e,a’elles eit facherchese, aoumr bn elssortitu s un ménde ombre dfin lmc,ant lm>La îllduns.em>, Gan lmljapois aurtit n 1964,1Auss Japoi,n contle pav ausc lesedeux tefancetsmr lee îtite, ole de Soavehaneralu LeSetois kadche de dévaur qv d’ane doubl. LeAn du eulturerseette imts rlesclehet d’anauré-suraubsiste ae, courae pafet uelladintes scetsmler s-strrs qu 19equéeeere l’isle tr do dentinent, an du euaccpovoqions neen pae do d’anarllntremabuliese  t cethae comture oLe LaSompelismem> (no9450)chaoef-dacœuv de ZaRil">to Roembllen aouplus vicemment m20m>LaRriranoem> (no03). tÀauEsa l ilCrl, eseCes chux ten lmce ressoublent dlet ent le acène leexstoire de Zaux tenees poi, sans vivate,e pente c sooosssés , l 1fmindi dans las îles do les emps esmobile, nimme si uspdu s,o colombe à unexiguïté fos lieux deur reoccroîe la chp iaeur tocial, et releentiment d’éterffan mt quconduit st les diux teritoïs aéu rd se Soavebîme

132/span>MaLanaurial,on dpatraitnement auoulaire deesoune temporalité plcalée, at bissi te conœure ceuxesn lmcoi, s l’instar de lm>La îll.em>, Ga ZaPsc l Louuee à(08). ,voquant l’inivers ddeal (Sthmes par lesréparmabuon en ta lenteur pr lrytiels a prets par le a Règs LaPs loigement cla île trn lme, acarne àus nt moimage de uabe corl au mporellenss le tel ims emps estt’acpace-tuaccnnunt enur dess neenus de force etx îlmoons es au tiMon kaem>, Gam>tiÀaversée coano

>, Gam>tiPsétraem>, Gam>ti îHre du moupe em>, Gam>ti a Hotr em>, Gam>tiUnetsséns em>, Gam>tiScnes hi la vie, onjugueal.em>, Gac. A)etore la effet lelus souvent quîle comme lieeieu d’ore parenthèse pomporalle. ,ans la telle ss îpsétrîg"daseustrent pasvoqiore dmt enur deviv douncvec le duexptions nle. ,auncvuaopiégaprimres iant de larenir laaquotidien au continent. GeDs un mtanrteregist, aului de lpolitarou dé neoister sla île trprésente ce scène poétiâtlentchanmabypa qui falombe às neopiiun més d’hiacon, mdeieu d tedlmps dLa îll.atemsenorem> (no9450)chm>tiSaajortéesr lryMohé sem> (no9463),am>La îll. de ocur prMo d pem> (no9477)Gac. A,es mones et acène lesulaires etintemruïlpoliticres paro enlgion c,emme en attends paraxplempmea lociir duqua tesimtanate, atn 2010i lam>LaShut creIsnd, i lamm> (M ir n Scce e et dem>LaThetGho biWrerraamm> ( ZaRins ePitanskldans qus els les atraitnement auatial, ponforcer par lee temporêtqui reme, iisolement sp l’hile dequa tesolu, ni déble seune temporalité plccourci tr doaélérée [dr le rathme de l’hiacon,

132/span>IlFalement l, ndémeeour qu Aeoigemeis irur des prprésentations esthétiques

Limmobilité qumi et acène la>

8<29span>AiC en pafet, la s lee gpséptive. emoisanque etéalisée ( cobonhr lipulaire deble éé à l’extemporalité. : plur deviv doureusex,a tseno la tomott deesoble ns es temps d

La Moyee

>, Ga07/06/05).en efgnes http://www.mende dMfr/web/ticulle/0, a>(...)a>8<30span>MaLanée de l’île est pe espace ra lesvie, oédiule,  hors du temps », t ainsi quesque insyéesndque ent sputisée (Bns la diffscrs qumoisanque eti senauhside para thufois ls ldiurial aveérité. oatial, tr doaérité. omporalle. lee île iduvoia être vi hors du temps », «is s ho presne àMditerranéenn: . ToQnd elles est pas un hors du temps », oun hors ducrs qe», «les bane eans un ctemporalité drquées ar des inthmes raduitlt pdtiMon

>,  petirdu», r la sctite, ole deltais oerclass="gofootaopecemlid="tobodyft"3"def="#toft"3">3spa>EnPfois leme, Chîle est pedconvapcomme un ldeltche à unremotr qu temps dma dmtent lensi quesccssiea noston d’hiilalrséieité quduhénomènes omporalleCp> http://www.rticiperaz.mme/prtese d.php?="t56spa> ;phref="#thttp://www.nde odea.mme/newpanip/?ticulle122%C2%A0;">http a>(...)a>(...)a>8<31span>MaLanle est bissi teprésentates amme un un pepace rale n », ,utres mt quditoe le temps acng deaaien ar lefaceme n la spmlmoe incoectue ves l’instar de l le anle esle n qu lKerknieah», ,utroigemeidrsôtéeortunion es, in l le anle esle n qu lGomait» du s unavehaneralu LquCaniabe u dpe,ordes îles donuuCap-Ve, ltetergr donuu lennge endépeien sabme’un moehaneralule n », rclass="gofootaopecemlid="tobodyft"4"def="#toft"4">4spa>En dienles îles nent passentates samme uns espaces audaccpovtis ée tdans qus els leifaut êcpovtid de reovtid den porrs d5spa>Enp> http://www.nour dd.mme/guent/code_d nt/cap_rtrs.htma>http://www.ot-ritiegassnte.mme/a>8<3/span>OnAuuCap-Ve, l leifaut êsenr éovtid den porrs d ur reprer ess îles n», ,uno afusme enllaGue desu Rour ddrclass="gofootaopecemlid="tobodyft"6"def="#toft"61<6spa>«wde que aven leuon ffeeea temoisanmeo lMatie-Gassnteon co calpurre une île hedacctmospre pet leifaut êrndre entemps du accpovcisslas toi ités enbeune pde ses habitants matant ple inseproaygesse», rclass="gofootaopecemlid="tobodyft"7"def="#toft"71<7spa>Enp> TaFuï pr1 UnFraiilègtu ac ho es nemobile, », oun hors du temps », ns la vintunications amoisanque ep>

MeKartiehosp>

ra Le rèoyageu 19eqte do longueeur reoitover sKartiehosce qui reit du ceuxt, ole de teDocalnse posué deuere lRhos et de Conrve, oupartil qurerduAiIci,es emps unble éétre vicrrêt cooy a tocinant pans spamrc g>«ÀOlyret,ctite,cel e de lmotragn s plnees potes. expe,ordes intste detil ons ls n l’île Ai ue les éritie dque avs ayôtlèbr rndrne ls dallur himlmobles lLa mutusue et pa fans linees mndancequux te retpiiunurs qu le rsnitis sero enrtés, ax ennu », Enp> raphref="#thttp://www.ma-grece.mme/dotllear/inhttp://www.ma-grece.mme/​dotllear/​in

Sulotra c,i anle esrs du temps spamrc g>p> raUnctite,co du eurtil qudanme spamrc g>us la elemeiet l’îéans, Inen auépurreut un bl. nt au pamoisanme. Rfcs ’un morionntur ébupei (Antoe àCalvino,surnanttst i rem>La ibration dem>), np> raphref="#thttp://ltringbulions enceqoe .bupgspot.mme/00)./01/sotra c-e-cirs d-duemps i-ticulle.html">http://ltringbulions enceqoe .bupgspot.mme/​20)./​01/​sotra c-e-cirs d-duemps i-ticulle.htmla>

SuCap-Ve, l anehaneralurs du temps spamrc g>p> raPerdum méieu de prhiltssntii eda est frufaaveoi semy torel exCap-Ve, Pértssres padimts rlele n qma lrymmes p,navehaneralufurs iau paé laddsenirtet tedl’Histoire d.005). fêtqusepr30outsgi audacdépendance moteupgdu la finteur pspamrc g>et le bl. nt aunopas sino anes à una calpurtigee ceuxeslambea de quts rlEnp> raphref="#thttp://jacbae=".clubMfr/liv ds/05)./Cotta.html">http://jacbae=".clubMfr/​liv ds/​20)5/​Cotta.htmla>

Sunzibar

SuDs vie l’on nylutunset, au nstmotr Bns la dimps spamrc g>«À’heure du la graus rleneuntable msu du tesurfiueer leternet, tnr cirufaincroyab coboutanméde d,ors ducrs qe,voqulna am vocesse (Bs emespamrc g>«Ulieu ders du temps ,spamrc g>usase,es ,onc dlassntspamrc g>eti fabéde etducel e demdialist de la vipléentis p

SuSpitzberg»«ere lpltea de devlèl , lglacns d bieauistaxd,es Spitzberg,u eurtiuraubué mEurtaine copresion de éiemporalité. spamrc g>«Enosme e,es Spitzbergot pe mEule esrs du temps spamrc g>Enp> raphref="#thttp://www.mmes pet-motragn sMfr/pe dq/oayg-spitzberg.htm">http://www.mmes pet-motragn sMfr/​pe dq/​peyg-spitzberg.htma>

SuRodruïlplee île idrs du temps spamrc g>p> raphref="#thttp://www.opicale ont s-vra e.mme/dt pinions e/rodruïlp.php">http://www.opicale ont s-vra e.mme/​dt pinions e/​rodruïlp.phpa>

SuSceqorenle mEule esrs du temps spamrc g> presne àditerranéennp> raphref="#thttp://www.palacnty.t, /dt pi/dt pi_SANz.htm">http://www.iprojcariwnty.t, /dt e/​rodruïlp.phpa>

EnPfoisber">2

chrdeoiepesns esthéti,le des ouAira Le rèo 196hrdeoiepesprle colitore la t ent le actasmion du Dialius els isoulaire , cal cetde le lsncon ,ss mcouonîe la,étredAiCle-ci l, (p. 5. symtre dansnaer mêa joLe>ra Le ventis pate"de direrduavcroyacol,i qul , lg,est petioraveuthors dule est peqma espan>M,temps snt pas led/ntinenaMon kaem auaue eu tea rirger in,eux tejaunopas uit tedlF05)quga (Hu5enyaan28t soLCyclrbrontatis ta intimatraphi t l’îlequotdnt pouet, - quduh

>lesanement auou À lte coen qugadltss denfide pis imociaséd de dest bissi telererscrfréqens le baspan>MaLanjué, Pv doternlaszicrCle-cdemps qutzber neSnpretanque eererspeje longons unonment parndre enr le hme de l’hiacon,

Maposmps rdr le radong emoiavehly diulosce q ls larticulieeurtiuraubextss96hrdeoiepestir del avle eSnpretaneurtiuraubué132/spanattemporalné de la fixité du trs denst be des suligne que rndre enreopiiun itntatv douncné de la fixitntatianaur sput lspdu s,oims empéilide rtlsiacrés ne o t aim ole deecesse (Bs eme»on igmu rdr Paul Claerurnao3Lestringant,Parst précfaatchanmabypapis inoAichrdeoiepesrs, eattemporalstrentto Ron uncfoacèl> baspan>Mpretaneurtiuraubué>,  de venno apeiurial aved semble contresoLCycdéateAinsi,leurs 196hrdeoiepesp insuence du naoduiig4span>Onneurtiuraubué inseproayg -opecemlid="-e-cirs-1647">Hauis pategté qum l’hiacon, srotemo00

B qutiurauiepan cla du quotidien

<">l’hiacon,

l’hiacon,

BACHELARD, G., 1957 (rééd. 2004), La poétique de l’espace, Paris, PUF Quadrige, 214 p.

Bakhtine, M, 1999 (rééd.), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 488 p.

BERNARDIE-TAHIR, N., 2010, L’usage de l’île, Paris, Ed. Petra, Coll. « Des îles », à paraître.

Bernardie-TAHIR, N. (dir), 2008, L’autre Zanzibar - Géographie d’une contre-insularité, Paris, Karthala, 379 p.

BERNARDIE-TAHIR, N., 2005, « Des bouts du monde à quelques heures : l’illusion de l’isolement dans les petites îles touristiques », Annales de géographie, Paris, n° 644, p. 362-382.

BERNARDIE, N., 1999, Malte : parfum d’Europe, souffle d’Afrique, Bordeaux, CRET, Collection « Îles et Archipels », n° 27, 448 p.

BRAUDEL, F., 1949 (rééd. 1990), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, T.1, Paris, Colin, 533 p.

CALVINO, I., 2002 (réed.), Les Villes invisibles, Paris, Seuil, 188 p.

CLAVAL, P., 1993, « La géographie et les chronotopes », dans M. CHEVALIER (dir.), La littérature dans tous ses espaces, Paris, Éd. du CNRS, Coll. Mémoires et Documents de Géographie, p. 103-121.

CORBIN, A., 1988, Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, 411 p.

ÉLIADE, M., 1988, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, Folio Essai, 250 p.

ÉLIADE, M., 1952 (rééd. 1990), Images et symboles : essais sur le symbolisme magico-religieux, Paris, Gallimard, 238 p.

FOUGÈRE, É., 1995, Les voyages et l’ancrage - Représentation de l’espace insulaire à l’Âge classique et aux Lumières (1615-1797), Paris, L’Harmattan, 445 p.

GUÉBOURG, J.-L., 2000, « Socotra, une île hors du temps », Mappemonde, n° 57, 2000/1, p. 37-43.

En ligne : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M100/Guebourg.pdf

HUETZ de LEMPS, C., 1994. « L’histoire et les îles… », Hérodote, n° 74/75, p. 32-44.

LESTRINGANT, F, 2004, « La voie des îles », Médiévales, n° 47, Paris, PUV, p. 113-122, URL : http://medievales.revues.org/506

LOTI, P., 1880 (rééd. 1946), Le mariage de Loti, Paris, Calmann-Lévy, 313 p.

LUSSAULT, M., 1993, « Temps », dans J. LÉVY, M. LUSSAULT (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 900-904.

Meistersheim, A., 2001, Figures de l’île, Ed. DCL, 173 p.

Meistersheim, A., 2006, « Le malentendu. Entre imaginaire insulaire et imaginaire continental », Ethnologie française. Îles réelles, îles rêvées, Tome XXXVI, n° 3, p. 503-508.

PÉRON, F., 2008, « Un désir d’île », La Géographie (nouvelle formule), n° 1, p. 10-21.

SAID, E.W., 2005, L’orientalisme – L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 423 p.

SANSOT, P., 2000, Du bon usage de la lenteur, Paris, Rivages poche, 203 p.

STASZAK, J.-F., 1997. « L’insularité de Zanzibar, de l’empire des boutres aux nouvelles utopies », dans Sanguin, A.-L. (dir.), Vivre dans une île, Paris, L’Harmattan, p. 339-355.

STASZAK, J.-F., 2003, Géographies de Gauguin, Paris, Bréal, 255 p.

STASZAK, J.-F., 2004, « Primitivism and the Other. Art History and Cultural Geography », GeoJournal, vol. 60, n° 4, p. 353-364.

TAGLIONI, F., 2003, Recherches sur les petits espaces insulaires et sur leurs organisations régionales, Paris, Mémoire d’H.D.R., vol. II, 217 p.

THEUREAU, H., 1979, « Vivre dans une île », Silex, n° 17, p. 123-127.

TURCO, A., 2003, « Ailleurs », dans J. LÉVY, M. LUSSAULT (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 53.

Haut de page

Notes

1 Tournier, M., 1972. Vendredi ou les limbes du Pacifique, Paris, Gallimard-Folio, p. 190.

2 Ibid., p. 217.

3 "Heureux comme Ulysse à Gozo", Le Monde, 07/06/2005, en ligne. http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3546,36-657746@51-657759,0.html

4 Se reporter successivement aux sites suivants : http://www.participez.com/reportage.php?id=56 ;http://www.randomona.com/new/spip/?article122 ; http://www.passion-voyage.info/news/breve_900_les+iles+cap+vert+charme+indefinissable+archipel+oublie.html

5 http-touristique/decouvrir/iles-et-dependances/les-saintes/://les-saintes.antillesdecouvertes.com/guide

6 http://www.routard.com/guide/code_dest/cap_vert.htm

7 http://www.ot-mariegalante.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bernardie, « Immobiles îles », Géographie et cultures, 75 | 2010, 159-174.

Référence électronique

Nathalie Bernardie, « Immobiles îles », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 05 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/1647 ; DOI : 10.4000/gc.1647

Haut de page

Auteur

Nathalie Bernardie

UMR Géolab 6042 – Université de Limoges
bernardie.tahir@orange.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals