Navigation – Plan du site

La mobilité au service de l’enfermement ?

Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie
Using of mobility for improving confinement? The detention centres for foreigners of Romania
Bénédicte Michalon
p. 91-110

Résumés

La recherche sur le confinement des étrangers est le plus souvent consacrée à l’un des objectifs de la rétention administrative, à savoir la privation de liberté des étrangers en attente d’expulsion au moyen de leur placement dans des centres fermé ad hoc. En Roumanie, elle participe très nettement du contrôle des étrangers par l’institution policière au moyen d’une assignation dans des lieux non choisis ; d’un agencement spatial de ces lieux marqué par la division et de nombreux effets de seuil ; d’une privation d’espace enfin. Pourtant, les spatialités de l’enfermement ne relèvent pas que de la clôture ; elles s’incarnent aussi à travers des déplacements des étrangers retenus, organisés par les autorités roumaines et européennes responsables du contrôle des migrations. Ces transferts interviennent tant au cours de la procédure que dans des visées punitives. Ainsi, il apparaît que l’exercice du pouvoir de l’État sur l’étranger passe par des usages spécifiques de la mobilité. La mobilité est mise au service de l’enfermement. Le dispositif spatial de rétention conjugue donc des usages a priori contradictoires de l’espace : confinement d’une part, mobilités gouvernementales de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche est menée dans le cadre du programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Ap (...)

1La Roumanie compte aujourd’hui deux centres de rétention pour étrangers en attente d’expulsion1. Connue pour l’émigration de ses ressortissants, elle reçoit à son tour une immigration diversifiée, en provenance tant de pays voisins que d’autres continents (Michalon, Nedelcu, 2010). L’ouverture des frontières fin 1989, l’accession à l’Union européenne en 2007 et les préparatifs pour l’entrée dans Schengen jalonnent l’insertion du pays sur la scène migratoire européenne et mondiale. La Roumanie représente ainsi un terrain d’observation privilégié des transformations de la spatialisation du pouvoir (au sens de Foucault, 1975) dans la mondialisation, ici abordées par les lieux d’enfermement des étrangers.

2La problématisation du contrôle des migrations semble coïncider avec le lancement des négociations pour l’intégration européenne en 1997. Le premier centre de rétention (ouvert en 1999, agrandi et rénové en 2005) est situé dans la banlieue nord de Bucarest, dans la commune d’Otopeni, à un kilomètre du principal aéroport du pays. L’autre, ouvert en 2001, est localisé à Horia, bourgade proche de la ville d’Arad et de la frontière avec la Hongrie (voir carte 1). Avant la mise en service de ces centres, les étrangers arrêtés à la frontière ou en situation irrégulière étaient confinés au sein de l’aéroport d’Otopeni (CPT, 1998, 2003) et cela en dehors de toute réglementation.

  • 2 Ordonnance d’urgence du Gouvernement roumain n°194/2002 sur le régime des étrangers en Roumanie.
  • 3 Ibidem.
  • 4 La loi roumaine distingue l’« éloignement » (indepărtare) du territoire, qui désigne une mesure adm (...)

3Le placement dans ces « centres de prise en charge publique » (centre de custodie publică) constitue « une mesure de restriction temporaire de la liberté de mouvement sur le territoire de l’État roumain »2 prise par un magistrat à l’encontre d’étrangers en attente d’éloignement du territoire. Ce sont « des lieux clos, aménagés spécialement, (…), destinés à l’hébergement temporaire »3. Ils sont gérés par l’Office Roumain pour l’Immigration (Oficiul Român pentru Imigrări, ORI), rattaché au Ministère de l’Intérieur. Ils sont destinés à trois catégories d’étrangers : les « éloignables », sous le coup d’une mesure d’éloignement du territoire car ils n’ont pas ou plus de droit au séjour en Roumanie ; les « expulsables », sous le coup d’une mesure judiciaire d’expulsion car ils ont été condamnés dans le cadre d’une procédure pénale ; les étrangers « indésirables », considérés comme représentant une « menace » pour la sécurité nationale et l’ordre public et en attente d’expulsion4. Le dispositif spatial (Lévy, Lussault, 2003 ; Lussault, 2007) de rétention des étrangers en Roumanie repose sur deux fondements : privation de liberté de mouvement et (re)mise (forcée) en mouvement.

  • 5 Les zones de transit aux frontières roumaines sont sous la tutelle de la Police roumaine des fronti (...)
  • 6 Les types de lieux de confinement des étrangers varient fortement d’un pays à l’autre, il est donc (...)

4Les recherches empiriques sur le confinement des étrangers sont le plus souvent consacrées à la réalisation du premier de ces objectifs, à travers la clôture. Sa construction, sa réactivation permanente, et ses effets sur la vie qui se déroule à l’intérieur ont été appréhendés à travers la manière dont le pouvoir de contrôle de l’État s’y met en œuvre et y est vécu, dans les centres de rétention (Darley, 2008 ; Fischer, 2007a), les zones de transit aux frontières5 (Makaremi, 2010), les cellules de garde à vue (Le Courant, 2010), ou encore les prisons (Beaulieu-Guerette, 2010 ; Boe, 2009 ; Bouagga, 2010). Elle justifie le rapprochement entre les centres de rétention et toute une constellation de lieux de mise à l’écart des étrangers6. La clôture est redevable d’un traitement par ses dimensions matérielles (Maisondieu, 2010) et ses fonctions sociales, politiques et administratives. Elle passe par un affaiblissement voire une coupure des réseaux d’interconnaissance (Le Courant, 2010) et d’information avec l’extérieur (Fischer, 2005). Ses fondements juridiques suscitent « la perplexité des juristes » (Fischer, 2007a, p. 6). Elle entraîne des transformations durables des pratiques et des « manières de se percevoir des personnes en ayant fait l’expérience » (Le Courant, 2010, p. 3). Les murs, comme ceux de la prison, sont néanmoins poreux (Darley 2008).

5Le mouvement afférent au confinement des étrangers reste en revanche à mieux connaître. À une échelle micro, les déplacements internes à ces lieux et leur régulation constituent une préoccupation majeure des institutions (Fischer, 2007a) et produisent de nombreux effets de seuils ; on retrouve là des caractéristiques des établissements carcéraux (Milhaud, 2009). Dans une perspective plus globale, les expulsions et leurs échecs finissent par cantonner les étrangers « dans un espace de la mobilité contrainte » (Makaremi, 2008, p. 60), dans un « ping-pong » entre pays d’origine, pays de transit et pays d’« arrivée » non désireux de les recevoir.

  • 7 Le substantif « retenu » s’est diffusé chez les militants et les scientifiques francophones spécial (...)

6L’articulation de la privation de liberté à la mobilité gagne à être davantage élucidée. L’enquête menée en Roumanie a révélé l’importance des déplacements de retenus entre la constellation de lieux institutionnels qui forment l’« univers rétentionnaire » tant en Roumanie qu’au niveau européen (centres de rétention, zones de transit aux frontières, postes de police, bureaux des organismes en charge des migrations, consulats…). Les discours des retenus et anciens retenus7 sont imprégnés de la tension que ces déplacements semblent avoir généré en eux. Ces transferts sont encadrés par les institutions et réalisés dans des conditions propres à réaffirmer l’asymétrie étrangers/autorités. Nous posons l’hypothèse que l’exercice du pouvoir de l’État sur l’étranger passe par des usages spécifiques du déplacement. La mobilité est mise au service de l’enfermement. À ce titre, elle peut être qualifiée de mobilité « gouvernementale » (Gill, 2009a). Cette mobilité gouvernementale constitue une forme ultime de privation d’espace. Elle dépossède les étrangers de leur trajectoire migratoire et participe ainsi de la dépossession de soi (Le Courant, 2010) vécue par les étrangers. Le dispositif spatialde rétention conjugue donc des usages a priori contradictoires de l’espace : confinement d’une part, mobilités gouvernementales de l’autre.

Carte 1 : Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Carte 1 : Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Contrôler les étrangers par l'enfermement

7La « restriction temporaire de la liberté de mouvement » fixée par la réglementation roumaine est concrétisée par un placement en centres fermés. Il s’agit d’un choix spécifique, alors que d’autres pays procèdent autrement, par assignation à résidence ou surveillance électronique (FTDA, 2010). La rétention concourt à objectiver l’asymétrie entre les autorités roumaines et les étrangers à travers trois usages de l’espace : la contrainte, la séparation, la privation.

Déclinaisons de la contrainte spatiale

8Le placement en rétention est une décision de justice prise par la Cour d’appel de Bucarest, à laquelle l’étranger ne peut se soustraire que si les possibilités d’appel auxquelles il a droit aboutissent à sa libération. La contrainte se décline à plusieurs niveaux.

9La mise en rétention est destinée à des étrangers interpellés sur le territoire national ou à ses frontières. Une partie importante des étrangers retenus en Roumanie n’avait pas l’intention de s’y arrêter, surtout si, voyageant avec un passeur, ils ne maîtrisent pas leur itinéraire. Pour échapper à un éloignement immédiat du territoire, certains déposent une demande d’asile et restent en liberté. Leur requête les fait entrer dans le système Eurodac, qui vise à l’enregistrement des empreintes digitales des demandeurs d’asile, des réfugiés statutaires et des étrangers interpellés aux frontières ou sur un territoire national. S’ils ne sont pas éloignés dans les 24 heures qui suivent leur arrestation et ne demandent pas l’asile, les étrangers sont placés dans un centre et peuvent être éloignés plus tard. Leurs premiers contacts avec la Roumanie sont noués en rétention. À leur libération, ils rencontrent généralement de grandes difficultés à obtenir un titre de séjour, souhaitent quitter le pays et rejoindre l’Europe occidentale. Leur fichage biométrique complique néanmoins tout projet de départ et réduit quasiment à zéro leurs chances d’obtenir une protection dans un autre État membre. Le contrôle migratoire infléchit les trajectoires ; la Roumanie est une étape non choisie voire la fin imposée du voyage. Si les contrôles d’identité inopinés dans la rue ou dans le métro ne font pas encore partie des pratiques de la police roumaine, l’ORI mène en revanche des opérations de plus en plus fréquentes sur les lieux d’emploi supposés de travailleurs sans papiers. Le placement en rétention concerne enfin des étrangers ayant purgé une peine de prison ; ils ne sont pas remis en liberté et sont transférés directement de la prison au centre de rétention.

10Le choix du lieu de rétention est effectué par le procureur de Bucarest ; il prévaut en théorie pour la totalité de la période de rétention (30 jours prolongeables 5 mois, ou 2 ans). Une logique territoriale préside à la répartition des étrangers, le lieu de leur interpellation conditionnant le lieu de leur placement en rétention. Les transferts de retenus d’un centre à l’autre existent toutefois et procèdent de logiques bien différentes (voir ci-dessous).

11Être enfermé à Bucarest ou à Horia n’est pas équivalent. Les centres de rétention font certes tous deux l’objet d’une mise à distance. À Bucarest, il s’agit d’une mise en périphérie à l’échelle de la capitale ; le centre est localisé à une quinzaine de kilomètres du cœur de l’agglomération. La localité de Horia est complètement excentrée à l’échelle nationale, ce qui a de nombreuses répercussions sur le fonctionnement du centre. Les retenus sont éloignés des communautés étrangères, majoritairement regroupées dans la capitale. L’éloignement est aussi celui du personnel, qui se sent délaissé par son administration centrale. La répartition nationale entraîne donc des déséquilibres entre les deux centres, tant en termes de prise en charge par l’ORI et de mise en œuvre de la procédure d’éloignement, d’assistance caritative que de possibilité de recevoir du soutien de co-nationaux ou de proches.

12L’imposition d’un espace se manifeste enfin à l’échelle micro. La répartition des étrangers dans les cellules des centres est une prérogative de leur direction. Elle obéit au croisement de deux variables : statut juridique de l’étranger (« éloignables », « expulsables » ou « indésirables »), sexe. D’autres logiques sont également mobilisées, qui rendent compte du rôle important joué par le personnel dans les conditions de vie des retenus : lectures culturalistes, mais aussi relations aux surveillants et à la direction. Un retenu qui entretient des relations pacifiques avec le personnel pourra demander à être transféré dans une autre cellule, moins occupée, ou à y retrouver des amis. La sous-occupation des centres au moment de l’enquête laisse une certaine souplesse à cet égard. La cellule apparaît comme la seule échelle à laquelle les étrangers ont une marge de négociation dans un espace qui leur est imposé.

Division et privation d’espace

13L’architecture des centres de rétention roumains se rapproche d’une architecture carcérale par les multiples séparations et seuils qui la jalonnent (sur la prison voir Milhaud 2009). L’espace est agencé différemment dans l’un et l’autre centre, ce qui entraîne des rapports différents entre retenus et agents de l’institution.

14Les limites de la rétention se posent tout d’abord par rapport à l’extérieur. Elles passent par l’absence de signalisation des centres dans l’espace public. À Bucarest, le mur d’enceinte est surmonté de barbelés et de caméras de vidéosurveillance. Un policier en faction dans une guérite contrôle toutes les personnes qui entrent et sortent du périmètre. À Horia, l’architecture est moins passe-partout, le bâtiment est un des plus hauts du village et le mur d’enceinte, peu élevé, ne le dissimule que partiellement aux regards extérieurs. La surveillance y est moindre : il n’est pas surmonté de barbelés, le portail n’est pas verrouillé, la vérification des identités s’effectue à l’entrée du bâtiment.

15À l’échelle des centres, des phénomènes de partition de l’espace et de confinement des étrangers dans certaines zones existent également. Chaque unité possède des espaces destinés aux services de police (bureau des directeurs de centre et des directeurs adjoints, secrétariat, bagagerie, poste de contrôle…), d’hôtellerie restauration (cuisine, réfectoire, lingerie…) et de soins médicaux (infirmerie, bureau du psychologue). Ils sont strictement séparés des zones de vie des retenus. Les étrangers n’occupent donc qu’une portion limitée des centres, divisés entre le « monde » des personnels et celui des retenus.

16La zone des étrangers à Bucarest évoque une structure d’hébergement collectif classique. La porte d’accès ouvre sur un couloir central, étroit. Les cellules sont alignées d’un côté. De l’autre, ce sont les pièces collectives : un parloir pour les visiteurs extérieurs, une laverie, un bureau de visite pour les ONG, une salle dite « de sport », et une salle « de loisirs ». Seul élément qui rompt cette monotonie spatiale : au milieu du couloir, un petit coin équipé de quelques fauteuils et d’une télévision est destiné aux surveillants, qui y passent l’essentiel de leur temps. Il est attenant au poste de contrôle. Le couloir ouvre sur une grande terrasse grillagée. Une passerelle connecte cette terrasse à la salle de restauration située dans l’autre bâtiment. Ce centre a une capacité totale de 164 places. Les cellules, de douze mètres carrés environ, sont généralement destinées à être occupées par quatre personnes et comportent des sanitaires. Le mobilier de base est composé de deux lits superposés, d’une armoire et d’une table. Il y a une fenêtre, avec des barreaux. Les portes sont blindées et équipées d’un œilleton. Chaque cellule est reliée au poste de contrôle par une sonnette d’alarme. Au bout du couloir, il y a deux cellules d’isolement.

17L’espace interne est organisé différemment à Horia, prévu pour une soixantaine de personnes. L’architecture y est d’inspiration panoptique. Les cellules (avec sanitaires) sont réparties face au poste de surveillance, dont elles sont séparées par deux grilles. La coursive desservant les cellules est également clôturée et a vue sur la seule pièce collective, au rez-de-chaussée. Ce local est équipé d’un téléviseur, d’une table de ping-pong et d’une machine à café. Les cellules présentent grosso modo les mêmes caractéristiques qu’à Bucarest.

18On retrouve dans les deux centres des caractéristiques d’une architecture carcérale : organisation en cellules, absence d’espaces privatifs, manque d’espaces de circulation et multiples dispositifs de contrôle (portes blindées fermées depuis l’extérieur, œilletons, clés, grilles et barreaux, vidéosurveillance, sonnettes d’alarme…). En revanche, les centres diffèrent par le positionnement spatial des surveillants, donc des représentants du pouvoir, par rapport aux retenus. À Bucarest, ils sont installés au milieu du couloir. Les retenus ne peuvent sortir de leur cellule ni se mouvoir sans voir ou être vu des agents – ce qui entraine des problèmes de promiscuité entre les deux catégories. À Horia, l’agencement d’inspiration panoptique localise le contrôle policier à l’extérieur de l’espace dévolu aux étrangers. S’il n’y a pas de cohabitation immédiate entre détenus et surveillants, il y a une confrontation visuelle permanente entre eux, toute action qui se produit sur la coursive et dans certaines cellules étant dans le champ de vision des surveillants. Mais dans les deux cas la cellule apparaît comme un espace plus ou moins privé : les surveillants se tiennent sur le seuil et n’y entrent pas systématiquement.

19À l’aune de cette description, le dispositif roumain semble concentré sur sa fonction de contrôle des étrangers enfermés. S. Le Courant tire une conclusion similaire de son enquête menée dans un local de rétention d’un commissariat de police français (Le Courant 2010). Il n’en va pas de même pour tous les lieux de confinement : N. Fischer conclut, à propos d’un important centre de rétention en France, que le travail des forces de l’ordre consiste avant tout à maintenir la clôture avec l’extérieur (Fischer, 2007a). Le primat accordé, en Roumanie, à l’exercice du pouvoir sur les retenus peut s’expliquer par la non-politisation de la question des sans-papiers et de l’enfermement, et plus largement de l’immigration, sur la scène nationale. Ce champ de l’intervention publique ne provoque pas de débat politique ou social. Les responsables de l’ORI rencontrés pour l’enquête convergeaient sur ce point : l’immigration et son contrôle restent une préoccupation marginale dans un pays « qui a bien d’autres problèmes à résoudre ».

Déplacer les retenus pour mieux les enfermer : la mobilité gouvernementale

20Multiscalaire, contraignant, divisé, soumis à une rationalité gestionnaire, l’espace de la clôture est dans les centres de rétention un médiateur puissant du contrôle des autorités roumaines sur les étrangers retenus. L’enfermement apparaît toutefois comme ayant deux facettes indissociables. La concrétisation de la finalité ultime de la rétention et le fonctionnement des centres utilisent aussi l’espace à travers la mobilité. Organisée par l’institution, cette mobilité gouvernementale est à la fois expression et instrument du pouvoir. Elle contribue donc à faire advenir l’enfermement. Ses déclinaisons le démontrent : elle est liée à la procédure, mais elle peut aussi avoir des visées punitives, et finit par déposséder les retenus de leur trajectoire migratoire.

L’inscription dans un espace juridique : les déplacements procéduraux

21L’enfermement d’un étranger ne signifie pas son immobilisation totale et définitive. Le placement en rétention est suivi de déplacements encadrés par l’ORI. L’application de la décision d’éloignement nécessite des déplacements vers le(s) consulat(s) susceptibles d’accorder le laisser-passer requis. Lorsque le retenu fait appel de sa mise en rétention (ce qui est généralement le cas), il est transféré à la cour pour assister aux audiences. Bien que faisant partie de la routine de la rétention, ces déplacements posent des difficultés d’organisation. Le personnel d’escorte n’est pas toujours en nombre suffisant ; il peut arriver que le personnel de surveillance soit affecté à ces missions, ce qui se fait au détriment des retenus. Lorsque l’étranger est retenu à Horia, son déplacement à travers tout le pays est une entreprise compliquée qui peut s’accompagner de son transfert, pendant quelques jours ou quelques semaines, dans le centre de Bucarest. Or, ces séquences sont extrêmement éprouvantes pour les étrangers. À l’issue incertaine de l’audience s’ajoutent les conditions du transfert, en fourgon de police, sous escorte, parfois menottes aux poignets. L’obligation de paraître menotté en public est vécue comme une violence injustifiée par des individus qui ne se considèrent pas comme des criminels.

22Aux déplacements nationaux s’ajoutent fréquemment des déplacements internationaux. L’Union européenne en fournit un exemple saisissant, à travers deux outils des politiques migratoires contemporaines. Les accords dits « de réadmission » sont des conventions passées entre deux États afin de leur faire accepter sur leur territoire des étrangers expulsés par l’autre pour cause d’entrée ou de séjour irrégulier, qu’il s’agisse de leurs propres ressortissants ou de ressortissants de pays dits « tiers » (à l’exclusion des demandeurs d’asile). Ces accords peuvent être signés d’État à État (ce sont les accords bilatéraux – la Roumanie en a signé 29 jusqu’en 2010) ou par l’UE et un pays tiers (ce sont les accords communautaires – que la Roumanie a tous adoptés). Ce premier système est complété par le règlement Dublin II, entré en vigueur en septembre 2003. Il est destiné à empêcher le dépôt de demandes d’asile par une même personne dans plusieurs États membres, et à identifier l’État responsable de l’examen du dossier dans le cas où le demandeur aurait traversé plusieurs pays de l’UE. La mise en œuvre des accords de réadmission et de Dublin II repose notamment sur le règlement Eurodac. Cette base de données permet aux États d’identifier les pays par lesquels un étranger a transité ou déposé une demande d’asile, et d’appliquer la procédure, à savoir le transfert des personnes concernées vers l’État qui accepte de les recevoir dans l’un ou l’autre système. Accords de réadmission et règlement Dublin II ont pour objectif le déplacement contraint d’étrangers, dans le cadre d’une « répartition des tâches » entre États membres. Néanmoins, les renvois de migrants en dehors ou en l’absence de tout accord de réadmission existent, ce qui témoigne du rôle important attribué aux déplacements contraints d’étrangers dans le contrôle des migrations d’aujourd’hui.

  • 8 Les zones de transit sont destinées à héberger pour une durée maximale de 20 jours les étrangers qu (...)

23La réalisation d’une mesure de transfert implique que les personnes concernées soient toujours sur place et que les autorités compétentes puissent accéder à elles. Le placement dans des espaces clos, destinés à la fois à empêcher la « fuite » des étrangers et à mettre en œuvre leur éloignement, est la réponse apportée à cela dans la majeure partie des pays européens. Elle entraîne elle-même des déplacements, les étrangers ne pouvant pas forcément être enfermés à proximité de leur domicile ou sur le lieu de leur interpellation. En Roumanie, les centres de rétention sont destinés à cette surveillance des étrangers en attente d’éloignement, tout comme les zones de transit8 aux frontières terrestres et aéroportuaires. Ces déplacements se déroulent dans des conditions très coercitives. Cherchant à échapper à un transfert vers la Roumanie, les étrangers usent du maximum de moyens légaux pour échapper à leur embarquement. Il n’est pas rare qu’ils portent atteinte à leur corps, par des grèves de la faim ou des mutilations. Surtout, le transfert occasionne une accélération des passages dans des lieux d’enfermement successifs. En quelques jours, l’étranger peut faire l’expérience d’une multiplicité de locaux et de transferts, aux conditions très disparates, dans plusieurs pays, et vivre une véritable « itinérance rétentionnaire ». Sans compter qu’à l’arrivée, les individus transférés sont généralement enfermés à nouveau (à l’exception, dans certains cas, des demandeurs d’asile). Cette « itinérance rétentionnaire » donne aux étrangers une véritable connaissance des conditions d’enfermement dans les différents pays traversés. Les comportements des policiers à leur égard, les conditions matérielles dont ils bénéficient ou non font l’objet d’une « analyse comparative » qui permettra de réinterpréter la situation à l’arrivée en Roumanie.

Les déplacements punitifs

24Les déplacements et transferts entre centres n’ont pas qu’une vocation procédurale. Le choix du lieu de rétention incombe au procureur, et se fait uniquement lors des décisions de justice. En pratique, des étrangers sont transférés par l’ORI de Bucarest à Horia, ou vice-versa. Cela se produit lorsque le comportement d’un retenu pose un problème au personnel du centre, s’il se montre particulièrement vindicatif ou leader de mouvements de protestation par exemple. Les transferts peuvent aussi répondre à des suspicions de l’administration ; lorsqu’elle soupçonne un retenu de maintenir, depuis le centre, des contacts avec des passeurs ou des individus au comportement considéré comme répréhensible, le transfert de celui-ci pourra être organisé. L’arbitraire qui semble présider à ces décisions et les conditions des déplacements punitifs en font un sujet sensible et une expérience éprouvante pour les personnes déplacées.

25Les transferts entre centres ne se limitent en effet pas à un simple transport ; ils visent à transformer l’individu, comme cela a été démontré à propos des déplacements de prisonniers (Svensson, Svensson, 2006). Ils sont censés provoquer un changement de comportement de la personne transférée, la rendre conforme à ce qui est attendu d’elle. Ils sont aussi l’occasion pour l’institution de réaffirmer son pouvoir : la sociabilité interne au centre est perturbée par le départ ou l’arrivée d’un (nouvel) étranger, les liens noués entre retenus, voire entre retenus et surveillants, sont déséquilibrés ou rompus. La personne transférée se retrouve dans un nouvel environnement social, qu’elle doit apprendre à maîtriser, ce qui l’isole et, de fait, l’affaiblit (voir Gill 2009a et 2009b pour une analyse en centre de demandeurs d’asile). Le temps du transfert est lui-même un moment de réaffirmation de l’asymétrie institution/étranger. Le retenu n’a généralement aucune connaissance des motivations et dates de son transfert, qui intervient sans aucune préparation. Le voyage est caractérisé par sa pénibilité : fouille au départ et à l’arrivée, usage des menottes parfois pendant la totalité des douze heures de route, absence de boisson et de nourriture (sauf si les policiers d’escorte acceptent de faire des achats en cours de route avec l’argent des retenus), effets personnels parfois restitués avec retard. Ce type de mobilité fait partie du dispositif de contrôle des étrangers placés en rétention. On retrouve là un trait caractéristique des déplacements pénitentiaires, mis en avant notamment par O. Milhaud (2009). G. Chantraine y voit une impossibilité institutionnalisée : les transferts punitifs organisés par l’administration pénitentiaire visent « à briser toute tentative de reconstruction de liens et d’ébauche de plan pouvant aboutir à une nouvelle tentative [d’évasion], entraînant un ensemble de solitude, de souffrances et de privations spécifiques » (2004, p. 125). Dès lors, la mobilité gouvernementale telle qu’elle s’exerce sur les étrangers retenus n’est pas comme dans le long transport que subissent les prisonniers russes avant d’arriver dans leur colonie (Piacentini, Pallot, Moran, 2009), une peine en soi ?

La dépossession de soi et de sa trajectoire

26S. Le Courant a montré que le passage par la rétention opère une transformation intérieure chez les étrangers : « les mécanismes à l’œuvre au sein du dispositif de contrôle des étrangers modèlent durablement les pratiques et les manières de se percevoir des personnes en ayant fait l’expérience » (Le Courant, 2010, p. 3). L’enfermement leur fait prendre conscience de leur situation de clandestins. La politique de contrôle migratoire aboutit à « une double réduction, objective et subjective, des étrangers – parfois présents depuis de longues années – à une vie toujours plus clandestine » (ibidem, p. 12). Ce propos trouve un prolongement spatial : la rétention dépossède aussi les étrangers de leur trajectoire migratoire.

27L’itinéraire de A., jeune Asiatique passé par la rétention en Roumanie, est à cet égard révélateur (voir la carte 2). Il est arrivé en Roumanie en 2008. Il a été arrêté en Hongrie après avoir passé la frontière et a passé une nuit dans un poste frontière avpan clav> » (Le Couoon densférdemL, qui Roumanftn8">8 parfaranger a transité ou déposé te 2). Il est t Roumaniet sont jeues meno8jours009b pour une analyse en centre de. Pes menoti l’o tentative est rle de , d’a séjrie souhaitenant quitnoti lA dise qu,u dosin Roumaniees et des eune Asin>L, qui Roumanftn8">8passé la fr éloignéet a passé unransfert, (Le Cionà eoumanierôle nse apporla jaloranM> ch,u dosin Rodensférdeours0 Gill et à l éqx rlcs exps en Roumanie re avpouille aères te0 Gillre. toudà eoe 2). Il est t antif «c majoes : e des en vdes s du vye moyens lvenir consutransferts entretinés S. Leersonneoilement le cas)le éischauds pou sentla situation à l,sin Rodensfé éloignéet a laranumber8 nt de rères te0sés d à l’ retenuuquête ms avanemensin s ceis sont gé en Roumanieionà eoumanierôle nctement de la prison aunsférés pa,u dosin Rodensfé1 durée un poste frontiment le cas), iORI deposte frontiune Asinà eor re avpouirés part aussi lue incertaces cjustice prise à leur e. çu, qui inles ront pexerciceid="tocto2cme répréheetenus d’unnette dates, Leersonndidéplacenott claou sg>ements se déroulentes sont extr proigation ,0sés ivatirt oc scienté dé cosés de routenience de bois poura ret,sin Rodensfécinqeours0eteTimişoarabtenir uneus. t pays prparftrangeret prévautBelgs de j dosin Ronottpan>Lesploi jeues menocinqeours0 un poste fronti en 2008.éralement (Le Couoon densfé25 corte n de la routides menottifier lin Ro au proe leur orps, par deen vdes s du vitives. Cherchapouvant abo toudà eoe 2). Il esre, aveciture (sbelgee de lts eoncrpos trigras qu routnsé tant une us dos e le contrères te,u dosin Rodensféhapocortre de son enquête menée dans un un poste frontiur éche nse appntrviods pou sentla situation à l,sin Rohapouvant aboes étensféhapocortre de son laranumber8 nt de rères te0sférés pa,u parfarumaniement le cas)ctement de la prison au en Roumaniement le cas), iORI)ctenette entionses jourss en noy Rodensféà ceinqeours0dépomirrasseadvenà eoua droit aboutiss,sin Roa mom frontivant abomise en œuvre re de.ajectoire migratoire.

La «es renv07a) et pr même pssède dessein du dispositif de con,pprochement entre les centne analyse en centre de, placemeincombmi- lorstlectures cultusit au-oumanftn8">8pasntres de rétention, de deus par es deux centres deui fotionSession de soienfermes cloréeanque der ne pe desrainers modèa mise en œuvre des accorde est complété par le rratoiroujours number">25

L’enfermementt. À ce timber">11< centres es étercune fsonniersde mouvem(autre pon l’immigrLa peangers interpellr la r,l et à l éqx rlcs expsge. Si les cone, pose à la pnour lentre centnéralees etdn> nt n2" id=ait appel de s>L’enfermemre à maarangjercitt’une metteraitent torte ncementsnalité ultime ction tempoine de prisonas polrmatcêmee panniers rune se limindes difficultés à obteniveA la foisanque drrisé êcher toire infléte se manifeste enationaux. 0Mnvée, u circulation et mnt des déplacen œuvre des ac,placementssvoir.n font lanque drrisé êcher e r fairedues ané par la rétcemeraine y voit un zéro leurs ccultés à obtenià laaine y voit un bo geretsireux de les recevoir.

a priori qur tempdeoudare que snditionnervient santion deseplacepays de l’Couranse enstureaux des orura retroblème ation ’asile). Lnt, ution/manie ene contrères te,u parfois trangre a féens. Elletés d’organi’instnnervien la acer lesa ret,senc dtion éte celle sos0 un cportes de mise en œuspositifrnaans lec dtion opèéserl’endu trants sont s reten usen nt ntientct sans aonnelsrille), vec retarinérance(Minckee (Pntépe soiles mécs piècnelsbits «€elle f «c des celui dar ons aux su rétention s>La de la décisloignement im.tésont alroute avec ldreccours des reten de cettonsularalemu en ufonctionneciture (sonnemenrl’en trangre a f reten usen nt nle est nfirmerie’insUcnelsès ct ànfermés gre a fs « e On rnts sontpérienion emenr à cesys traversées dans la capitambe e On rge esurle pade larest, à laquese On rgeec dtionalrouocortive est rlitédistane On rets un bost dontemps.lieu n openne eès disparaciture (stentaptinee ceni lesavpouille aères teCouranttale est nt de réaffirmatiest, à l/’occasion cement entention dn ; e ils ne sont à lecepays dion tempot. Àale. Ce irntaptinee c,l’admini chancee en œuvre rsque libée so et définitive. Le pla(té a. Ce prot san)ue neo de lle. Le cu rétention it aboutissenUes es éla. Ce prot san. Cen lcpart aux étrangl’ usen nt retes lce so’asi de le deion it aboutiss Ce type de moec dfois expsrnts sonte, u circaciture (sérieescortuve des s nit par dé,migratoirérieescortbles dours nfs e"tocto2n1"s anqune dles s fait ls dilt do clorÓilles suyouvementtérisé êchelarest, à lait abo jee retenu qui entr centnéaection. des relations pacifiquesalise ldes menose entre les mes à résoudre ».

2525<é aux dépuelle levs la mouation toPriéet a pass cea direé jugutimber"> défintc125). Des lors, la mobits membreent du centoncrpos tritives, etque snditions étrangers de leur t depolandentoncs fait snditionent. Ce cevent réent vinitions étrangersdues aà l’. Le placemeCe tee entionsuccéllieues d’r à l’ext,olandorla du fait de a prioris pioe, l’est ont pour objectif le dbénéficmber"> défintcficmber">ce qui leur est imposé.

e lpositifeste s est attendu d’méche siune Asinet barreaux,l estn la routificminés montrol’étra dans des lpotcêmee pun titre desI ont pouri se sI ont pourans pou en Rouman» (<41)et de traeée pléte prigraent a rlcilerance s dent d: , figu eie, cur loginse apporlon, 2e sndiance des condi, Ce tysilt douiype de monté ountispo p. 125). DèLiscérin jcdemandeuem les zonesgo-topotecall" e, sel188">Hatte enpcéOriginal (leur est imposs en classet, oe lphy Bet, oe lphieclass="de sa trajectoireeur est imposé.ADEY Peter, 2006, « If mobility is everything then it is nothing: Towards a relational politics of (Im)mobilities », Mobilities, vol. 1, n° 1, p. 75-94.

BEAULIEU-GUERETTE Émilie, 2010, Étrangers derrière les barreaux : La prison dans le dispositif de mise à l’écart des étrangers indésirables en France, mémoire de Master 2, EHESS, Paris.

BOE Carolina, 2009, « Parcours de détenu, parcours de migrant. La prison productrice d’irrégularités », in Kobelinsky Carolina, Makaremi Chowra (coord.), Enfermés dehors, Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, p. 209-226.

BOUAGGA Yasmine, 2010, « Rentrer dans le droit commun ? », Champ pénal/Penal field, nouvelle revue internationale de criminologie, vol. VII. Accessible sur http://champpenal.revues.org/7898

CHANTRAINE Gilles, 2004, Par-delà les murs, Paris, PUF.

CLOCHARD Olivier, GASTAUT Yvan, SCHOR Ralph, 2004, « Les camps d’étrangers depuis 1938 : continuité et adaptations. Du modèle français à la construction de l’espace Schengen », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 20, n° 2, p. 57-87.

CLOCHARD Olivier, 2010, « Le contrôle des flux migratoires aux frontières de l’Union européenne s’oriente vers une disposition de plus en plus réticulaire », Carnets de géographes. Accessible sur http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_01_03_Clochard.php

CPT (Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants), 1998, Rapport au Gouvernement de la Roumanie relatif à la visite effectuée par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) en Roumanie du 24 septembre au 6 octobre 1995, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

CPT (Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants), 2003, Rapport au Gouvernement de la Roumanie relatif à la visite effectuée par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) en Roumanie du 24 janvier au 5 février 1999, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

CRESWELL Tim, 2010, « Towards a politics of mobility », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 28, n° 1, p. 17-31.

CRESWELL Tim, 2010, « Mobilities I: Catching up », Progress in Human Geography online (progress report). Accessible sur http://phg.sagepub.com/content/35/4/550.short?rss=1&ssource=mfr

DARLEY Mathilde, 2008, Frontière, asile et détention des étrangers. Le contrôle étatique de l’immigration et son contournement en Autriche et en République tchèque, thèse de doctorat en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

FISCHER Nicolas, 2005, « Clandestins au secret. Contrôle et circulation de l’information dans les centres de rétention administrative français », Cultures & Conflits, n° 57, p. 91-118.

FISCHER Nicolas, 2007a, La rétention administrative dans l’État de droit. Genèse et pratique du contrôle de l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement du territoire dans la France contemporaine, thèse de doctorat en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

FISCHER Nicolas, 2007b, Entre urgence et contrôle. Éléments d’analyse du dispositif contemporain de rétention administrative pour les étrangers en instance d’éloignement du territoire, Réseau Terra, Recueil Alexandries, coll. Esquisses, février 2007. Accessible sur http://www.reseau-terra.eu/article560.html

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

FTDA (France Terre d’Asile), 2010, « Quelles alternatives à la rétention administrative des étrangers ? », Les Cahiers du Social, n° 29. Accessible sur http://www.france-terre-asile.org/images/stories/publications/cahiersdu
social/cds26-web.pdf

GILL Nicholas, 2009a, « Governmental mobility: The power effects of the movement of detained asylum seekers around Britain’s detention estate », Political Geography, n° 28, p. 186-196.

GILL Nicholas, 2009b, « Longing for stillness: the forced movement of asylum seekers », M/C Journal: A Journal of Media and Culture, vol. 12, n° 1. Accessible sur http://www.journal.media-culture.org.au/index.php/
mcjournal/issue/view/still

INTRAND Caroline, PERROUTY Pierre-Arnaud, 2005, « La diversité des camps d’étrangers en Europe : présentation de la carte des camps de Migreurop », Cultures & Conflits, n° 57, p. 71-90.

LE COURANT Stefan, 2010, « Ce que fait la politique de contrôle de l’immigration. De l’étranger menotté au clandestin », Champ Pénal/Penal Field, Nouvelle revue internationale de criminologie, vol. VII. Accessible sur http://champpenal.revues.org/7889

LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (coord.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

LUSSAULT Michel, 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil.

MAISONDIEU Pauline, 2010, Le rôle de l’espace dans l’exercice du droit des étrangers retenus, Mémoire de Master 2, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris. Accessible sur http://www.reseau-terra.eu/article1005.html

MAKAREMI Chowra, 2008, « Pénalisation de la circulation et reconfigurations de la frontière : le maintien en zone d’attente », Cultures & Conflits, n° 71, p. 55-73

MAKAREMI Chowra, 2010, Zone d'attente pour personne en instance. Une ethnographie de la détention frontalière en France, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Université de Montréal.

MICHALON Bénédicte, Nedelcu Mihaela, 2010, « Histoire, constantes et transformations récentes des dynamiques migratoires en Roumanie », Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 41, n° 4, p. 5-27.

MILHAUD Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, thèse de doctorat en géographie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

MINCKE Christophe, MONTULET Bertrand, 2010, « L’idéologie mobilitaire », Politique, revue de débats, n° 64. Accessible sur http://www.politique.eu.org/spip.php?article1075

PACKER Jeremy, 2003, « Disciplining Mobility. Governing and Safety », in Bratich Jack Z., Packer Jeremy, McCarthy Cameron (ed.), Foucault, Cultural Studies and Governmentality, State University of New York Press, Albany, p. 135-161.

PIACENTINI Laura, PALLOT Judith, Moran Dominique, 2009, « Welcome to Malaya Rodina (‘Little Homeland’): Gender and Penal Order in a Russian Penal Colony », Social and Legal Studies, vol. 18, n° 4, p. 523-542.

SVENSSON Birgitta, SVENSSON Kerstin, 2006, Inmates in motion: metamorphosis as governmentality: a case of social logistics, Working paper-serien, Socialhögskolan, Université de Lunds.

Textes juridiques

Ordonnance d’urgence du Gouvernement roumain n° 194/2002 sur le régime des étrangers en Roumanie (Ordonanţa de urgenţă a Guvernului nr.194/2002 privind regimul străinilor în România), in UNHCR (2008), Legislaţia naţională relevantă în domeniul azilului şi migraţiei, Editura C.H. Beck, Bucarest.

Loi n° 122/2006 sur l’asile en Roumanie (Legea nr.122/2006 privind azilul în România), in UNHCR (2008), Legislaţia naţională relevantă în domeniul azilului şi migraţiei, Editura C.H. Beck, Bucarest.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche est menée dans le cadre du programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain, financé par l’ANR et le Conseil Régional d’Aquitaine : http://terrferme.hypotheses.org/. Le matériau empirique a été recueilli en Roumanie en 2009 et 2010 en collaboration avec une ONG spécialisée dans l’assistance aux étrangers en rétention. Il consiste en une trentaine d’entretiens avec des personnes sorties de rétention et des visites dans les deux centres de rétention, accompagnées d’entretiens avec le personnel et les étrangers. Les visites ont été soumises à une interdiction d’y prendre des photos. L’auteure remercie les membres de l’ONG et de l’équipe TerrFerme pour le travail collectif qui lui a permis de développer les idées présentées, ainsi que X. Arnauld de Sartre, M. Mellac, A. Roger et D. Zeneidi pour leurs relectures.

2 Ordonnance d’urgence du Gouvernement roumain n°194/2002 sur le régime des étrangers en Roumanie.

3 Ibidem.

4 La loi roumaine distingue l’« éloignement » (indepărtare) du territoire, qui désigne une mesure administrative, de l’« expulsion » (expulzare), qui est une mesure pénale.

5 Les zones de transit aux frontières roumaines sont sous la tutelle de la Police roumaine des frontières (Poliţia de Frontiera Română).

6 Les types de lieux de confinement des étrangers varient fortement d’un pays à l’autre, il est donc difficile d’en dresser une liste exhaustive (Clochard, Gastaut, Schor, 2004 ; Intrand, Perrouty, 2005).

7 Le substantif « retenu » s’est diffusé chez les militants et les scientifiques francophones spécialistes de la rétention. Il provoque d’emblée un rapprochement avec celui de « détenu », alors même que les liens entre la rétention et la détention restent à creuser. Il traduit l’institutionnalisation de la rétention administrative dans la politique migratoire française au cours des trente dernières années (Fischer, 2007b).

8 Les zones de transit sont destinées à héberger pour une durée maximale de 20 jours les étrangers qui déposent une demande d’asile aux frontières.

Haut de page

Table des illustrations

2 Trajhreréte"notesbre la ssians entp co programnes spécialisss="titre">(sti8-ef=") 255 pan clas maleli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s sli dan r titlewww. Resource Locatoc--alogue-rs lbooks">C -alogueion rcarnet< maleli s qulaaaaaaaaaaa/ul>s qulaaaaaleli s qulaer/ul>s qulale de aaaaaaaaaa rangs posention atiottnav-toggle-show" trangers qulasulge/188/isub» u" trangngererererli s qulaererers -->Lon"rit& e rter s -->s qulaerererul>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s sli dan r titlenewslon">rm Resource Locat >rticle-188">Ha ét">Lttqutes -->S'abetiertàe «Lon"rite'OResEurce Llemaleli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s sli dan r titlesearch. Resource Locatoindex e rt.php?a=/a>cripef="#a ticle-188">Ha ét">Ae rtert& betiem ss s -->Accéuer/a>ue vage maleli s qulaererer/ul>s qulaaaaaleli s qulaerertrangngererererli s qulaerereran r titlewww. Resource Locato14043">OResEurce L Freemiumlemangngereraaleli s qulaer/ul>s qulas qulaerertrangngerererposention aauegn-right" trangngererererrs enas lu="lesearch. Resource Locato" method="get" trangngerererererrieldset s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s s de aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s sinput nam ="q"iţia>Haut " rangs s sposention asearch-choice" aaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s sinput ţia>Hradiou courmpo="Uniforadiou nam ="ul" valu r title="Uniform Resource Locator" " ckeour ckeo" rangs s erlabel que lesevenxelabel> po/> po/> aaaaaaaaaaaaaaaaaasinput ţia>Hradiou cour Resource Lradiou nam ="ul" valu " /> label que OResEurce Llelabel> aaaaaaaaaaaaaaaaaase de aaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s Hsubi dasile aiét iét-search">Rean clasrtes --> butt L aaaaaaaaaa se de aaaaaaaaaaaaaaaa se de aaaase de aase de se de aaaatrangerposention at menxttnav-toggle-show" trangers -188">Ha ét-share" trangers qu ngs s Hiét iét-mg-1.jInrs e-- #notes --> s -->s qulaererererers qu
    Géck, Buirecheculf quixe d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teE b :se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa rangs s erp>Reven étacréitàe «géck, Buireculf qulpa, éitp classn hreculf qal studiuis le lens xe d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaxe l aaaaaaaaaa leli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngerererererli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers l aaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teEurcée :se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>compHa e--tanxe d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teSupport :se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>Papnneeetenctif!ons enxe d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teE ISSNu:se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>2267-6759 d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teISSNuimpriméu:se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>1165-0354 d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaxe l aaaaaaaaaa leli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngerererererli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers l aaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s teAccèsu:se t s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngererererers s d>Barrnes d mob nxe d>s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaxe l aaaaaaaaaa leli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngerererererli an lewww. Resource Locato11417">Voir mnenotage" s<-alogueiOResEurce Llemaleli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa leul aaaaaaaaaa leli s qulaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngerererlige/188/ibg- av tiot" aaaaaaaaaaaaaa ls -->DOI / Référr ler s -->s qulaererererer lul aaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatrangngerererererli an-188">Hifram 188?rs e--=cig-- #n >Cige" s">ent. Approche terwitte .com/share?enxt=%3Cs --+xml%3A %3D%22fr%22+ %3D%22fr%22%3ELa+mob Twitte tes --> maleli s qula aaaa trangers querlige/188/iiét iét-fccsbook >ent. Approchestlewww.fccsbook.com/sharer.php?u=%3Cs --+xml%3A %3D%22fr%22+ %3D%22fr%22%3ELa+mob Hfacsbook butt L-wre.jFacsbooktes --> maleli s qula aaaa trangers querlige/188/iiét iét-google-plus >ent. Approchestleplus.google.com/share?url=%3Cs --+xml%3A %3D%22fr%22+ %3D%22fr%22%3ELa+mob Hgoogle butt L-wre.jGoogle +tes --> maleli s qula eul aase de aaaaaatrangers -188">Hauegn-right" rangs posent ue dhdata">se de aase de se de aatrangerbutt L e/188/iiét iét- av > butt L aa0 j[if l">
Titre Carte 1 : Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 1 : Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie
2RL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/188/img-1.jpg
Référr leupapnnexeh3>lisation de la rét> <>Bindéles "> ticle-188">Hfa yNam Mocats ntes --> >, c  ticle La mob

ticle-188">Hfa yNam Mocats ntes --> >, c  ticle La mob

Haut deAgnéetes -->

199">Bindéles "> ticle-188">Hfa yNam Mocats ntes --> maleh3>lisation de la réte-188">H/a>cripef="#aADES UMR 5185 – CNRS - ngevr c

L3onnalisation de la rétention a/a>cripef="#a ticle .cnrs.f >b.mocats n@a/a>.cnrs.f males --> nsit sont destinées à héberger pour une durée maximale de 20 joue dh ets éle de 20 joulanB s étrangers qui posention adavEciec unbottome danrev="t mennttasile agoC menntt à h80"ur étra81 |ref=2 hchass=tion re#bodyftn1"

Hseogrtd> > - les --> anrev="prevasile agoPrev 176"ur étrangDocu» sL’cél sximalticle-188">Hseogrtd> > - les --> anrel adut dasile agoNut d sti"ur étraS'adapge" e"><'adapg-- #n>Docu» ssuiva sximale de 20 jo.davEciec unbottoms éle de 20 jou éle de 20 j #t mennt étrangers av > trangers qu Navig-- #nleh1> trangers qu< avEc s > trangers qulass=>Index trangers qulasul>s qulatrangers qui déli dan 44deAgnéesximaleli s qulatrangers qui déli dan 49">Mots-cl paximaleli s qulatrangers qui déli dan 51"eGéck, Buirximaleli s qus le de 20 jouravEc s é trangers qu< avIssu s > trangers qulass=>Numéron enqaut s danék, l trangers qulasulge/188/imssu s > latrangers qui déli dan 4248#article-188">Hnumbe >97 |ref=6les --> pou/article-188">Ha ét">March paecheneleca> Lge">Hnumbe >96 |ref=5les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buire de «es maleli s qulatrangers qui déli dan 4077#article-188">Hnumbe >95 |ref=5les --> pou/article-188">Ha ét">Sexu1"

maleli s qulatrangers qui déli dan 3853#article-188">Hnumbe >93-94 |ref=5les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buirecheculf qui e">Ce maleli s qulatrangers qui déli dan 3311#article-188">Hnumbe >91-92 |ref=4les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buire ds objetstes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3206#article-188">Hnumbe >89-90 |ref=4les --> pou/article-188">Ha ét">J'éko-géck, Buir...tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3006#article-188">Hnumbe >88 |ref=3les --> pou/article-188">Ha ét">Vatn1tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2932#article-188">Hnumbe >87 |ref=3les --> pou/article-188">Ha ét">La caIl coe, lass=m sxis --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2803#article-188">Hnumbe >86 |ref=3les --> pou/article-188">Ha ét">D paas maleli s qulatrangers qui déli dan 2696#article-188">Hnumbe >85 |ref=3les --> pou/article-188">Ha ét">Le nu maxis --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2455#article-188">Hnumbe >84 |ref=2les --> pou/article-188">Ha ét">Vatn1tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2f=6#article-188">Hnumbe >83 |ref=2les --> pou/article-188">Ha ét"> eticcs. ds masculin

maleli s qulatrangers qui déli dan 1289#article-188">Hnumbe >82 |ref=2les --> pou/article-188">Ha ét"> eticcs. lud"> maleli s qulatrangers qui déli dan 80"article-188">Hnumbe >81 |ref=2les --> pou/article-188">Ha ét"> hchass=tion re#bodyftn1"

maleli s qulatrangers qui déli dan 82#article-188">Hnumbe >80 |ref=1les --> pou/article-188">Ha ét">Vatn1tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 81#article-188">Hnumbe >79 |ref=1les --> pou/article-188">Ha ét">Pac moniavec celun enqAfrs enxes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 588#article-188">Hnumbe >78 |ref=1les --> pou/article-188">Ha ét">Vuiou B’ailxes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 697#article-188">Hnumbe >77 |ref=1les --> pou/article-188">Ha ét">Commeaniecheculf qutes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1010"article-188">Hnumbe >76 |ref=0les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buire ds mus"> maleli s qulatrangers qui déli dan 1637#article-188">Hnumbe >75 |ref=0les --> pou/article-188">Ha ét">Vatn1tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1720"article-188">Hnumbe >74 |ref=0les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buireetenths enxes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1809#article-188">Hnumbe >73 |ref=0les --> pou/article-188">Ha ét">s" clecheeticcs Lublicxes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1970"article-188">Hnumbe >72 |ref09les --> pou/article-188">Ha ét">Eticcs. chenerm bol"aftes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1973#article-188">Hnumbe >71 |ref09les --> pou/article-188">Ha ét">Où enq05).mnesue fccs e"> maleli s qulatrangers qui déli dan 1968#article-188">Hnumbe >70 |ref09les --> pou/article-188">Ha ét">Corps urbmerctes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3528#article-188">Hnumbe >69 |ref09les --> pou/article-188">Ha ét">Pronékeramnenaf qu,q05)-cs Lronékeramne boention?tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 722#article-188">Hnumbe >68 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">E chocseculf qulctes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 989#article-188">Hnumbe >67 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">La pl cle: «ge"> maleli s qulatrangers qui déli dan 3634#article-188">Hnumbe >66 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">Lée c molassnaf qulrancophculf qu che" idumanites --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1129#article-188">Hnumbe >65 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">La viss= ss dfait-ass="?tes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1442#article-188">Hnumbe >64 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">La géck, Buireculf qulpanv Le subItaveites --> maleli s qulatrangers qui déli dan 1590"article-188">Hnumbe >63 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buic

maleli s qulatrangers qui déli dan 2267#article-188">Hnumbe >62 |ref08les --> pou/article-188">Ha ét">La naf quassistancviss=tiou Sudtes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2569#article-188">Hnumbe >61 |ref07les --> pou/article-188">Ha ét">Léromans liecnnexes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2572#article-188">Hnumbe >2 |r1992les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buirecheculf qui n°2xes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2445#article-188">Hnumbe >1 |r1992les --> pou/article-188">Ha ét">Géck, Buirecheculf quixes --> maleli s qus trangers qulass=ent uellIssu s >dan 70"aT ui numéron maleh2>s le de 20 jouravIssu s é trangers qu< avCmises lunSecondary > trangers qulass=>Actu1"

s qulatrangers qui déli dan 3731#aAppulcl protn1"ibucialissstent maleli s qulatrangers qui déli dan 4009#aSommairation rnuméron encoqu embargo maleli s qus trangers qulass=>Praute-- #nleh trangers qulasul>s qulatrangers qui déli dan 604#article La evenxes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3631#article L om

maleli s qulatrangers qui déli dan 3687#article Procél quaen et deselui denuméron thémans enates --> maleli s qulatrangers qui déli dan 605#article em> egnes/a> Lagnéesxis --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3632#article Évalu-- #notes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 3633#article emmp less deuates --> maleli s qulatrangers qui déli dan 606#article Vr c< apnnexes --> maleli s qus trangers qulass=>Inrs e-- #noteh trangers qulasul>s qulatrangers qui déli dan 584#article C meactstes --> maleli s qulatrangers qui déli dan 2176"article Créletstes --> maleli s qulatrangers qui déli dan r title="Uniform Resource Locator"?e ma=inrs e-- #no"ef="#ns enauréeublic-- #nlemaleli s qus le de 20 jouravCmises lunSecondary é trangers qu< avSyndic-- #n > trangers qulass=>Suivez-nouoteh trangers qulasul>s qulatrangers qui déli dan r title="Uniform Resource Locator" back de"ur étraFl> LRSS="2" rowspanFl> LRSS="4"> Fl> LRSSlemaleli s qus le de trangers qu< avNewslon">rs > trangers qulass=>Lon"riste eninrs e-- #nteh trangers qulasul>s qulatrangers qui déli dan r titlenewslon">rm Resource Locat >La Lon"rite enOResEurce Llemaleli s qus le de trangers e de 20 jourav étrangers logos > trangers qu Affili-- #no/p naclafteh trangers qu