Navigation – Plan du site

État de l’art

Géographies et masculinités
Geographies and masculinities: a review
Charlotte Prieur et Louis Dupont
p. 9-31

Résumés

Cet article fait l’état de l’art des recherches en géographie sur le thème des masculinités. Après avoir étudié les articles francophones et surtout anglophones, les deux auteurs prennent la parole à tour de rôle pour commenter les recherches dans le domaine, à partir de leur expérience et leur positionnement de recherche. Louis Dupont se situe plutôt dans une approche de géographie des genres. Il étudie plus particulièrement les masculinités hégémoniques et les normes de genre dans une société patriarcale, alors que Charlotte Prieur prend le parti d’étudier les masculinités alternatives (féminines, queer et trans) dans la lignée des géographies queers.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie. Ce constat ne remet cependant pas en cause sa pertinence. Sa généalogie permet de tirer le fil qui est lié historiquement, épistémologiquement et politiquement à l’ensemble de ce que l’on appelle aujourd’hui « la géographie des sexes, genres et sexualités » (Duplan 2012, dans ce numéro). En cela, les men’s studies et l’étude de la masculinité, puis des masculinités, partagent les débats et les enjeux qui traversent ces thématiques et ces méthodologies de recherche. Ce texte à deux voix tente de répondre à ces deux impératifs : montrer la singularité de la géographie des masculinités en lien avec les postures et les positionnements scientifiques présents dans le domaine d’étude. Deux voix qui nous obligent ici à utiliser le pronom pluriel « nous », mais aussi parfois à utiliser plutôt le « je » en rapport avec l’expérience et les positions des deux chercheur.e.s. Certes, notre positionnement scientifique nous rassemble : la géographie culturelle et sociale, le tournant culturel, l’analyse critique et une capacité doublée d’une curiosité à explorer la production anglo-américaine. Mais des divergences existent aussi, elles se manifestent plus particulièrement par l’entrée dans la géographie des genres, sexes et sexualités. L. Dupont a longuement étudié le post-modernisme et a une expérience universitaire plus ancienne dans un programme de gender studies aux États-Unis. C. Prieur s’ancre dans les géographies des genres, sexes et sexualités via les queer studies, plus récentes. Deux regards, qui se croisent inévitablement, en éclairant différemment les mêmes choses, ou non.

2Sachant ainsi nos savoirs situés, il nous est apparu impossible d’écrire un article sur la géographie des masculinités, même dans le cadre d’un état de l’art (appelé review dans la production scientifique anglo-saxonne), en utilisant la forme habituelle. Plutôt, la forme de cet article résulte d’un parti pris épistémologique, préalable des théories féministes et queers, celui d’appliquer de manière concrète le respect des subjectivités et des positionnements des deux auteur.e.s, donc sans chercher à obtenir un discours lisse et parfaitement cohérent. Ce texte montre également les interrogations des auteur.e.s, leurs dialogues, pour ainsi dire la construction des savoirs en cours, sans chercher à la figer à un moment donné. Il est un instantané des recherches sur les masculinités dans le champ géographique.

  • 1 À l’exception des textes affichant expressément une orientation ou une référence au queer, qui ont (...)

3Pour élaborer cet état de l’art sur la question des masculinités, nous avons procédé en trois temps. Le premier fut de sélectionner 52 textes de la géographie anglo-américaine, ou d’autres sciences sociales mais ayant une composante spatiale importante, sur le thème des masculinités, mais aussi à partir des mots-clés : hétéronormativité, masculinité hégémonique, gender relations, etc. Les textes proviennent des grandes revues de la géographie anglo-américaine et des revues spécialisées sur le genre, le sexe et les sexualités, dont The journal of men’s studies et, en géographie, Gender, place and culture. À cette liste se sont ajoutés les textes plus récents de la géographie francophone sur le sujet. Nous nous sommes partagés ces textes de manière aléatoire1. L’analyse des textes s’effectua dans un deuxième temps. Nous avons convenu de relever, les cas à l’étude, la méthodologie, les concepts, les références théoriques, les positionnements épistémologiques, le cas échéant les enjeux et les débats. Il va de soi que les articles ne contiennent pas tous ces éléments, mais nous avons pensé que cette méthode permettait de dresser un portrait synthétique des recherches en cours. Enfin, nous avons convenu de traiter séparément les textes que nous avions, posant tout de même qu’un retour sur le regard de l’une et de l’autre était possible en guise de conclusion.

Masculinités et gender studies (Louis Dupont)

  • 2 Le phénomène des men’s groups est sur ce point révélateur. Confrontés à la nécessité de revoir « le (...)

4La présentation puis l’analyse des textes qui m’ont été impartis ne va pas sans dire un mot sur un regard formé par la singularité de mon expérience, comme géographe et comme chercheur, mais aussi comme personne de sexe masculin, confrontée à l’introduction de la masculinité dans le savoir, dans l’université et même dans la classe. Le chercheur masculin n’ayant traditionnellement en science ni corps ni voix, sauf celle de l’universalité et du général, la réflexivité s’impose à lui comme première étape de la production de connaissance sur les masculinités. Je dirais même que l’étude de la masculinité ne commence, pour le chercheur de sexe masculin (hétérosexuel, mais aussi homosexuel), qu’avec le dévoilement de cette évidence, expression limpide du pouvoir dans les rapports de sexe et de genre2. Cette réalisation a été pour moi marquante.

  • 3 « … the starting point for any understanding of masculinity that is not simply biologistic or subje (...)

5Il est commun dans la production scientifique des sciences sociales anglo-américaines de retracer l’intérêt pour la masculinité dans les travaux des sociologues Bob Connell (1985 ; 1987), « Theorising gender » dans la revue Sociology et Gender and power : society, the person and sexual politics, ainsi que dans l’ouvrage collectif dirigé par Tim Carrigan et de John Lee (1987), Toward a new sociology of masculinity. Avant la parution de ces ouvrages, la masculinité était conçue comme un attribut (essentialiste) lié au corps masculin ; les travaux portaient sur les sex roles, dont dérivent par exemple la mesure de la répartition des « tâches ménagères », un indice qu’utilise l’INSEE pour montrer, semble-t-il, « l’évolution » des relations entre les sexes. Carrigan affirmait au contraire que : « ... le point de départ pour une compréhension de la masculinité, autre que biologique et subjective, doit être l’implication des hommes dans ce qui constitue l’ordre des genres »3. Le britannique Peter Jackson (1991) va adopter ce paradigme dans The cultural politics of masculinity : towards a social geography, qui peut être considéré comme le premier texte sur le thème de la masculinité en géographie.

  • 4 Valerie Lehr, aujourd’hui Vice President of the University and Dean of Academic Affairs (http://www (...)
  • 5 Donner un cours sur le genre comme système de relations comprenant un rapport de domination est l’é (...)

6J’ai été associé en 1993 à la création d’un gender studies à la St. Lawrence University (NY). Avec la première directrice du programme d’études sur le genre, j’ai donné un séminaire de licence intitulé : « Men and their worlds »4 . La problématique adoptée était culturelle et politique, avec l’idée d’examiner la construction de la masculinité par rapport à la féminité, en explorant différentes formes de masculinité, plus spécialement le rapport hétérosexuel/homosexuel. Les sujets abordés : le rapport sexe/genre, les rapports homme/femme, masculinité et homosexualité (masculine), la pornographie, la paternité, le genre comme savoir et le genre dans la production du savoir. À cette époque, les ouvrages sur la masculinité commençaient à paraître dans plusieurs disciplines. Quatre d’entre eux, tous lectures obligatoires, peuvent encore être considérés comme des fondamentaux. Le premier est Engendering men (Boone et Cadden, 1990), dont le titre joue sur l’idée d’engendrer ou plus littéralement de « donner un genre aux hommes », un sens, une voix, de manière à contrer la perception et la conception que le genre est une préoccupation uniquement féminine ou féministe. Le deuxième est Slow motion, changing masculinities, changing men, de la féministe américaine Lynne Segal (1990). Pour elle, la masculinité ne peut se définir que par ses formes d’expression : « le dur à cuire (tough guy) », « le spartiate », « le gay efféminé », « le black macho », « l’anti sexiste », « l’homme rose (le féministe) », etc. Une description et une analyse fines de la faune masculine urbaine à compléter et à actualiser suivant les contextes. Dans le troisième, Manhood in the making. Cultural concepts of masculinity, l’anthropologue David D. Gilmore (1990) se penche sur les variantes culturelles et sociales de la masculinité dans différentes régions du monde5. Enfin, en géographie, un incontournable, Feminism and geography : the limits of geographic knowledge de Gillian Rose (1993), qui traite du masculinisme et de la masculinité, en soi, mais davantage en géographie et chez les géographes. Sa charge est virulente à l’égard de la géographie sociale, issue aux États-Unis de la géographie radicale, marxisante sinon marxiste, qui considérait certes le féminisme et la « question des femmes », accessoirement du genre, comme importants, mais néanmoins subordonnés aux rapports de classes. Elle s’en prend au pouvoir de hiérarchiser les combats ou encore de décider ce qui est scientifique (ou géographique).

Masculinisme et masculinité hégémonique

7Sans surprise, plusieurs textes comportent une critique de la « géographie masculiniste ». Trois articles portent directement sur le sujet : Berg, 2001 ; Longhurst, 2000 ; Berg et Longhurst, 2003. Inspirée de G. Rose, l’idée défendue est qu’il ne saurait y avoir d’étude de la masculinité en géographie sans une critique préalable du discours masculiniste qui traverse, sinon domine, la discipline :

  • 6 Masculinism can be seen at work not only in the choice of topics made by geographers, not only in t (...)

Le masculinisme se manifeste non seulement dans les sujets choisis par les géographes, dans le choix du cadre conceptuel, dans la prétention épistémologique à une connaissance exhaustive, mais aussi dans les séminaires, les conférences, dans les salles des professeurs, au cours des auditions.6

8Qui produit le savoir géographique et comment ? Qui le régule et de quelle façon ? En fait, ce que l’on peut dire, les endroits où on peut le dire, la manière avec laquelle il faut le dire, sont révélateurs du contrôle normatif et des relations de pouvoir qui sous-tendent les discours et les pratiques géographiques (y compris, pourrais-je rajouter, à l’intérieur même de la géographie du sexe, genre et sexualité !). Pour Connell et Messerschmidt (2005) l’analyse doit commencer par une reconsidération du concept de masculinité hégémonique. Dans l’ombre portée de la critique féministe, ce concept est, avec la critique du masculinisme, au point de départ de l’étude de la masculinité et des men’s studies :

  • 7 « Hegemonic masculinity was not assumed to be normal in the statistical sense; only a minority of m (...)

« La masculinité hégémonique n’a jamais été considérée comme allant de soi d’un point de vue statistique, car seule une minorité d’hommes peuvent s’en réclamer. Mais elle est sans aucun doute normative. Elle incarne la forme la plus vénérée de ce que doit être un homme, elle impose à tous les autres hommes de se positionner par rapport à elle et elle légitime idéologiquement la subordination totale des femmes aux hommes ».7

9Souvent confondu avec le patriarcat, ce concept permet de prendre la mesure du pouvoir normatif de la masculinité dominante, tant sur les hommes que sur les femmes. Il est au cœur du gender order. Il jette cependant dans l’ombre la subjectivité et les stratégies déployées par les hommes – et les femmes bien sûr – pour s’y conformer ou s’y opposer, en diverses situations, dans divers lieux. Le positionnement théorique est que les lieux (« places ») n’ont d’existence que parce que des corps y habitent, les occupent, les traversent, dans des contextes et une temporalité propres (Bell et al., 2001 ; Barthe, 2009). Ce positionnement favorise la production d’études focalisant sur les lieux et les espaces de déploiement des différentes formes de masculinité. Il s’agit d’une des premières avancées des men’s studies. De nouveaux concepts sont proposés, ils tiennent compte des contextes géographiques, des situations « genrées » et des stratégies : defensive masculinities (Gough, 2004), inclusive masculinity (Anderson, 2009), dominated masculinities et peripheral masculinities (Gordon, 2002).

Étude des masculinities : analyses de situations

10Près de la moitié des textes (10) analysés peuvent être placés dans la catégorie appelée communément « analyse de cas ». Cette catégorie fait d’ailleurs l’objet de vives critiques. Est dénoncée toute idée de hiérarchisation entre des recherches focalisant sur le monde anglo-américain, auxquelles on attribuerait une portée universelle (c’est-à-dire « théorique »), et celles portant sur d’autres régions ou groupes, auxquels on collerait l’étiquette « locales », équivalent d’analyse de cas (Berg, 2002). Quoi qu’il en soit, les recherches portent soit sur des lieux ou des espaces (monde rural/monde urbain), soit sur des groupes (les jeunes, les « Noirs », les gays), soit sur des évènements ou activités, souvent le sport (surf, basketball, football). Même si la trame demeure les rapports de genre et l’hétéronormativité, l’on focalise sur la performance de la masculinité et sur les différentes expériences du masculin par rapport à la masculinité hégémonique.

11L’analyste est d’abord surpris de voir la géographie des masculinités reproduire la dichotomie rural/urbain, fortement remise en cause par ailleurs. Cela se comprend toutefois par rapport au positionnement théorique de l’étude des masculinités et à la mise en garde sur la valeur différenciée des recherches que l’on vient d’évoquer. La masculinité est situationnelle, son savoir aussi. Par ailleurs, les recherches dans le milieu rural recoupent un intérêt pour le genre et la ruralité de la part des sociologues, ce dont fait état l’article de Little et Panelli (2003), « Gender research in rural geography ». Du reste, des pays semblent plus propices à ce type de recherches : la Nouvelle-Zélande (Morin et al., 2001), l’Irlande (Ni Laoire, 2002), l’Australie (Liepins, 2000), auxquels j’ajouterais le Montana, entre plaine et montagne, que nous présente dans un court texte éloquent Alex J. Tuss (2006), « Brokeback mountain and the geography of desire ».

12Sans parler de hiérarchie, l’on peut parler de variations régionales. Une analyse plus exhaustive serait nécessaire, mais force est de constater que les situations à l’étude aux États-Unis et en Grande-Bretagne concernent davantage le monde urbain et portent sur les African American (Gordon 2002 ; Atencio, 2008 ; Richardson, 2005), les adolescents (Korobov, 2005) et les homosexuels (Bird, 1996 ; Knop, 1998). Enfin, les bibliographies de ces articles indiquent un intérêt pour d’autres groupes : les militaires, la classe ouvrière, la classe moyenne. Et d’autres situations : la banlieue (américaine), les lieux de la prostitution (dont les hôtels), les lieux de travail, l’éducation (Kahn, Brett et Holmes 2011), mais aussi le sport et les salles de sport, les gymnases, les bars. En fait, ville, sport et masculinités sont souvent associés (Evers, 2009 ; Atencio, 2008 ; Martin, 2006). La télévision et la presse masculine font aussi l’objet d’analyses (Jackson et al., 1999).

Perspectives théoriques, concepts, et méthodes

13Comme c’est le cas pour l’ensemble de la géographie des genres, sexes et sexualités, l’étude des masculinités comporte une part importante de travaux théoriques. Si, comme je l’ai évoqué, le féminisme a été important au point de départ, l’étude de la masculinité a pu se créer une certaine singularité avec un positionnement théorique, des concepts adaptés et des analyses de situations. Les travaux plus récents vont dans le sens d’une contribution à la réflexion générale sur les questions de genre, sexe et sexualité. Des thèmes particuliers continuent cependant d’être privilégiés.

14La queer theory et l’intersectionnalité enrichissent la compréhension des masculinités, en termes d’identité, genrée et sexuelle, et sur les rapports de pouvoir dus à l’hétéronormativité et la masculinité hégémonique. Le texte de Petra L. Doana (2010), « The tyranny of gendered spaces : reflections from beyond the gender dichotomy », est un bon exemple :

  • 8 « This article argues critically that the consequences of a binary system of gender norms are exper (...)

« Cet article défend de façon critique l’idée que le système binaire normatif des genres est vécue comme une sorte de tyrannie autant par ceux et celles qui les transgressent dans leur vie quotidienne, que par ceux et celles qui vivent sous cette contrainte… Utilisant des références tirées des travaux réalisés dans une perspective queer, mais en se basant aussi sur l’expérience personnelle de cette tyrannie par l’auteur, cet article explore ces conséquences à partir d’un continuum d’espaces publics et privés tels les stationnements, les toilettes publiques, les centres commerciaux, les lieux de travail, ainsi qu’à la maison ».8

15Dans un autre article, « Epistemological perspectives on concepts of gender and masculinity/masculinities », Jean-François Roussel et Christian Downs (2007) s’interrogent sur le dualisme à l’origine des men’s studies et ses conséquences sur la production de la connaissance sur les masculinités. Plus précisément, quelle signification particulière prend le concept de masculinité/masculinités dans le discours pratique des chercheurs de sexe masculin, sachant que cette pratique a été à l’origine développée dans le contexte du féminisme ? Question pertinente en ce qui me concerne, car elle interpelle ma propre expérience des gender studies et de l’étude des masculinités. Pour ces auteurs, le féminisme a amené les femmes à dénoncer la naturalisation de toute identité, enfermée dans le corps et ses fonctions. À leur avis, les chercheurs de sexe masculin ont suivi la même démarche :

  • 9 « One must admit that the subjective stance of the male theorist leads to a corresponding strategy. (...)

« On doit admettre que la position subjective des théoriciens appelle une stratégie correspondante, qui est de considérer comme ’objet’ ces dimensions de l’expérience peu prises en compte dans les théories masculines : le corps, ses ressentis et ses émotions »9.

16Une partie de la production se réclamant des men’s studies leur donne raison. Je prends pour exemple deux textes lus pour cet exercice. Dans le premier, « Masculinity, emotion and subjectivity : introduction », Mark Peel, Barbara Caine et Christina Twomey (2007) se demandent ce que les hommes écrivent quand on leur demande de parler de leur expérience de la masculinité. Le second se penche sur l’intimité : « Male perceptions of intimacy : A qualitative study », par Shawn Patrick et John Beckenbach (2009). Ces recherches, comme d’autres dans le domaine, s’appuient sur une grande variété de méthodes qualitatives. Dans l’étude des masculinités, l’emphase est mise sur la parole et le récit des expériences.

17Le texte de J.-F. Roussel et de C. Down pose, il me semble, une question importante sur le rapport dialectique existant entre la connaissance de la réalité et la réalité. La réalité de nos sociétés apparaît effectivement comme un enchevêtrement de polarités et de dualismes, de dichotomie et d’oppositions binaires, notamment quand il s’agit du genre, du sexe et des sexualités. Autre dilemme, la connaissance se trouve dans la situation d’explorer chaque partie en rapport à l’autre ou de les dépasser, alors même que le dépassement présuppose l’existence de dualismes. N’est-ce pas ce à quoi tente de répondre la théorie queer ?

Lieux de création de masculinités alternatives (Charlotte Prieur)

18La proposition de travailler avec Louis Dupont sur cet article m’a tout de suite intéressée pour la simple et bonne raison que je travaille sur la fluidité des genres et la remise en cause de leur dichotomie trop souvent essentialisée dans les sciences sociales. Ainsi, je voyais l’intérêt du pluriel des masculinités non seulement en tant que contestation d’un modèle normatif posant cette dichotomie mais aussi pour montrer qu’au-delà des men’s studies, ce sujet des masculinités appelait les queer studies et les trans studies qui prennent en compte la prolifération des genres. J’ai immédiatement pensé aux ouvrages références dans ce domaine : Female masculinity (Halberstam, 1999) et Masculinity without men (Noble, 2004).

  • 10 Par « trans », j’entends les transsexuel.l.e.s, les transgenres et tou.t.e.s celles et ceux qui s’i (...)
  • 11 Les drag queens correspondent à des hommes qui se travestissent en femmes dans le cadre d’une perfo (...)

19Plus précisément, je ne voulais pas qu’on oublie, comme on le fait souvent, les tenant.e.s de masculinités alternatives : les masculinités féminines, les féminités masculines, les queers et les trans FtoM et MtoF10, les drag queens et les drag kings11. Je ne voulais pas qu’on oublie tous ces entre-deux qui, en s’immisçant entre les pôles masculin et féminin, les déstabilisent, les déconstruisent et nous permettent d’avoir un regard critique sur les normes de genres et de sexualités. J’ai en somme pris le parti de transmettre la parole des minorités refusant ce système de conformité sexe/genre.

20Quel rapport avec la géographie ? Plusieurs géographes anglo-saxons s’intéressent à la fois à ces thématiques de prolifération des masculinités mais aussi aux groupes culturels que constituent les queer (il y a plusieurs mouvances queers) et les trans. Cette partie du champ des géographies des genres, sexes et sexualités commence à éclore en France. La notion de prolifération des genres et ce qu’on appelle la queer theory sont présentes dans plus de la moitié des textes que j’ai étudiés pour cet article, de même que la référence directe à Judith Butler (1990). Pour analyser ces masculinités alternatives, je montrerai dans une perspective intersectionnelle qu’elles sont toujours situées dans un contexte culturel, social, politique et économique. Puis, je m’intéresserai à la renégociation des identifications au masculin dans l’espace.

Des masculinités non hégémoniques

21Les masculinités, quelles qu’elles soient, sont toujours relatives et situées. Elles ne se construisent pas seulement relativement aux féminités. Il existe aussi des masculinités compétitives qui se structurent dans des relations de domination et les rapports de pouvoir entre hommes. Fox (2004) présente très bien différents espaces d’entre-soi qui s’opposent, allant d’hommes pro-féministes aux tenants de l’oppression masculine par les femmes (Men’s Right). Les masculinités alternatives se situent dans un premier temps par rapport à la masculinité hégémonique. Ainsi, P. Meth et K. McClymont (2009) dans leur article méthodologique expliquent, en s’appuyant sur les travaux de R. Connell (2005), que les relations de marginalisation sont celles d’hommes dont l’identité de genre va de pair avec leurs positions sociale et ethnique minoritaires. Les textes du corpus expriment la multiplicité des masculinités alternatives. Elles peuvent être subordonnées (Connell 2005 ; Gorman-Murray 2008 ; Meth et McClymont 2009) ou marginalisées (Gorman-Murray 2008). Qu’elles soient subordonnées, complices ou marginales, elles croisent des positions différentes en termes de classe, de race, de sexualité... Elles forment des espaces où se développent des masculinités intersectionnelles (Hopkins et Noble, 2009).

22S’il existe plusieurs types de masculinités, cela montre que la masculinité n’est pas une essence biologique mais bien une construction sociale et culturelle. Elle relève alors de performances, de normes et de codes sociaux (Butler, 1990). Plus de la moitié des textes insistent sur cette notion de performance et de la répétition de cette performance, nommée performativité, pour expliquer la normalisation d’une masculinité hégémonique mais aussi la catégorisation et l’exclusion de masculinités alternatives non-normatives. Or, ces masculinités alternatives sont aussi situées dans l’espace.

Des espaces intersectionnels

  • 12 « … threaten to undo the construct of “the nation” as a monolithic and unified site of masculine, w (...)

23Kimberlé Crenshaw, à laquelle font référence certains textes du corpus, a mis au jour la complexité des positions des individus et des groupes au sein de la société et a proposé le concept d’intersectionnalité. Appartenant aux courants de la critical race theory et du Black feminism, elle a montré que l’appartenance ethnique et la position sociale sont des éléments tout aussi importants que le genre mais elle a surtout montré leur imbrication (Crenshaw, 1991). L’intérêt d’étudier les marges est d’éclairer la norme. Les normes spatiales ne sont pas en reste. Ainsi, le déplacement des corps déviants dans l’espace comme les corps queers, de couleur, des handicapés, des ouvriers ou des femmes : « ... menaçant la construction de la “nation” comme entité monolithique et dépositaire spatial unique d’une masculinité blanche, hétérosexuelle, “valide” et bourgeoise »12. Un biais est en effet soulevé par de nombreux textes : le regard du chercheur trop ethno-centré blanc européen ou américain (USA) qui fait oublier les autres masculinités. Dans un compte-rendu de lecture de Cultures of masculinity (Edwards, 2006), Eran Shor (2006) critique le positionnement de l’auteur: Although the book is ambitiously titled « Cultures of masculinity », it talks in fact of only two similar cultures: Britain and North-America (p. 235).

24De la même manière, certains géographes s’opposent dans leur conception des études de genres et de sexualités, comme plus ou moins séparées des autres composantes des géographies culturelles et sociales : Lynda Johnston (2008) explique par exemple l’apport de Lawrence Berg et Robyn Longhurst aux géographies des genres et des sexualités de la manière suivante :

  • 13 « …[they] subsequently charted a shift from a focus on men to masculinities thence on to the mutual (...)

« … [ils] enregistrent par la suite un changement substantiel d’une focalisation sur les hommes aux masculinités et, à partir de là, sur les relations mutuellement constitutives entre les masculinités et les autres vecteurs d’identité comme la classe, le handicap, l’appartenance ethnique, le lieu de vie, et la sexualité ».13

Classe, race et immigration

25Dans plusieurs textes, au moins deux de ces trois éléments sont liés. Tous les textes qui expriment la position sociale des groupes étudiés la lient directement avec leur position de minorités ethniques dans les espaces étudiés (McDowell, 2004 ; Sayman, 2007, Datta et al., 2009 ; Farough, 2004). L’importance de l’appartenance culturelle et ethnique n’est plus à démontrer en géographie mais elle peut être désormais de nouveau étudiée par la manière dont le rapport au genre de la culture en question intervient dans la fabrication des espaces et dans la détermination de lieux d’appartenance. Mais on peut aussi s’intéresser à la manière dont les formes d’entre-soi culturels et ethniques minoritaires sont perçus et représentés par la population majoritaire. En étudiant la minorité turque en Allemagne, Ehrkamp montre par exemple que l’espace dit public est en fait marqué par la culture dominante blanche et allemande. Le risque d’utiliser cet espace public en y revendiquant une culture minoritaire est de racialiser les représentations extérieures qui découlent de leur visibilité (Ehrkamp, 2008).

Âge(s) et apparence corporelle

26La dimension ethnique dans l’appréhension géographique des masculinités n’est pas suffisante car elle ne recouvre pas toujours la complexité des situations. Sept articles du corpus prennent l’âge comme une des variables importantes de leur étude qu’il s’agisse de la jeunesse ou plus rarement de la vieillesse :

  • 14 « Furthermore, if age is regarded as a socially constructed category rather than an independent var (...)

« De plus, si l’âge est vu comme une catégorie socialement construite plus que comme une variable indépendante, le rôle de l’espace et des lieux devient très important pour les gens qui y auront différents accès et différentes expériences selon leur âge ; et les espaces qui sont associés avec certains groupes d’âge particulier influenceront leurs usages. Cela signifie aussi que les personnes peuvent activement créer et résister à certaines identités basées sur une appartenance à une tranche d’âge à travers leurs usages des lieux et espaces » (Pain et al., 2001, p. 151).14

27Les masculinités des jeunes sont étudiées de manières différentes par plusieurs auteurs. Hopkins (2007) montre l’intérêt des expériences, identités et pratiques de jeunes hommes croyants issus de minorités ethniques en passant en revue les travaux sur le sujet et en montrant l’originalité de ce champ :

  • 15 « By focusing on young people whose voices are usually silenced, often unheard and frequently disto (...)

« En s’intéressant à une population jeune dont les voix sont habituellement tues, souvent non entendues, et la plupart du temps déformées, les géographes sont idéalement placés pour comprendre, apprécier et explorer les voies par lesquels les masculinités des jeunes sont médiatisées et comment elles interagissent avec la dimension ethnique et la religion » (Hopkins, 2007, p. 174).15

28Linda McDowell a quant à elle réfléchi à la situation des jeunes issus de minorités ethniques de classes populaires face à leur insertion sur le marché du travail. Elle justifie la prise en compte non seulement de la position sociale et culturelle ou ethnique mais aussi de l’âge de la population étudiée. Elle s’intéresse notamment à la ségrégation résidentielle subie par cette population et les politiques des différentes échelles de la gouvernance (ville, collectivités territoriales et État) pour combattre ces inégalités socio-spatiales (McDowell, 2002 et 2004).

29Jane Kenway et Anna Hickey Moody (2009) explorent les liens entre les loisirs masculins, les lieux et l’espace. Leur théorie postule que la pratique de loisirs et la fréquentation des lieux où ils se pratiquent est plus ou moins valorisée parce qu’elle s’inscrit dans un système de genre que ces pratiques confortent, subvertissent ou transgressent. La masculinité sacro-sainte, ou hégémonique, est représentée par le rapport des jeunes aux véhicules motorisés dans l’espace public, la masculinité subversive est associée à la pratique du skate-board. Enfin la masculinité méprisée est associée à la pratique de la musique et de l’informatique.

30On peut noter que les travaux d’Yves Raibaud (2012) vont à l’encontre de la vision de ces auteurs qui présentent le skate-board comme une activité qui remet en cause l’institutionnalisation du sport. Cependant, la mise en place d’équipements comme des skates-parcs a montré qu’il s’agissait de lieux construisant une identité masculine plutôt hégémonique. Yves Raibaud s’est également intéressé aux nouveaux modèles de masculinité en étudiant les salles de concert de musiques actuelles (Raibaud 2011). Enfin, quelques textes s’intéressent à l’éducation des jeunes hommes et leur place au sein de l’université (Sayman, 2007 ; Smith 2004), dans un contexte où le ratio homme/femme tourne à l’avantage des femmes (il est de 2 :1 chez les African American). Les rapports entre genre, ethnicité et classe sont incontournables pour comprendre ce phénomène et plus généralement les taux de réussite différentiés.

  • 16 Les bears sont des hommes homosexuels qui mettent en avant un type de virilité (barbe, carrures imp (...)

31Dans ce corpus de texte, j’ai cependant remarqué la quasi-absence de questionnement du vieillissement des hommes. Cette question semble avoir toute sa légitimité aussi bien dans l’étude des lieux et cercles de pouvoirs que dans le cadre de l’étude de masculinités des classes populaires. Où ces masculinités vieillissantes s’expriment-elles ? De la même manière existe-t-il des lieux intergénérationnels où les masculinités jeunes et moins jeunes pourraient se retrouver ? Sur ce thème, un seul texte prend pour cas des hommes d’âge mûrs (environ 40 ans), mais l’entrée principale se fait par le rapport au corps dans la communauté « bear » (Flanders et Gough, 2009)16. Les auteurs réfléchissent au rapport au corps et plus précisément à l’obésité très présente dans cette sous-culture homosexuelle qui a ses lieux de rencontre propres. Alors que les sociétés occidentales combattent de plus en plus violemment le surpoids et l’obésité, cet article montre comment les bears créent :

  • 17 « … an environment where big is celebrated and desired rather than pilloried and rejected » (p. 243 (...)

« ... un environnement où “être gros” est célébré plutôt que décrié et rejeté »17.

32Cette dernière problématique du rapport au corps nous mène directement à une autre question cruciale. Après avoir étudié les masculinités alternatives d’hommes se considérant comme tels, il est important de s’intéresser à l’obsolescence du système de conformité sexe/genre qui produit de nouvelles formes de lieux réceptacles de nouvelles formes d’identifications interstitielles : ni totalement masculines, ni totalement féminines, peut-être même ni l’une ni l’autre. Les identifications individuelles mais aussi collectives sont sans cesse renégociées.

Renégociation des identités et identifications genrées

Une prolifération des masculinités

33Après avoir montré le fait que les masculinités étaient toujours situées culturellement et socialement et que tous les hommes ne souhaitent pas se conformer à la masculinité hégémonique, il est important de montrer comment les femmes et d’autres catégories de personnes déviant de la norme, notamment les homosexuel.le.s et les trans se réapproprient des pratiques masculines et créent des lieux où les normes genrées et sexuelles sont subverties et/ou transgressées.

34Les deux tiers des textes lus dans le cadre de cet état de l’art font référence à la performance de la masculinité, notamment à la performance de la masculinité hégémonique qui n’est en fait elle-même comme le montre Butler (1990) qu’une copie sans original. Si les auteurs utilisent cette référence à la queer theory pour justifier la multiplication de masculinités alternatives créées par des hommes, les études récentes sur les lieux queers et trans permettent de voir que la subversion des genres et des sexualités dépasse ce cadre.

  • 18 Le viol correctif correspond à une agression sexuelle commise sur une lesbienne ou une personne tra (...)

35Les masculinités féminines ou les féminités masculines sont très mal perçues dans les sociétés. Il est dangereux d’affirmer de manière visible une forme de masculinité féminine dans l’espace public parce que cette sortie du placard du genre suscite des réactions de rejet relevant du contrôle social. La figure de la camionneuse, de la « butch » (lesbienne masculine) est moquée de manière générale mais cela peut aller plus loin (injures, violences, viols correctifs18), comme le montre Yves Raibaud (2011) à travers sa géographie de l’homophobie. Il en va de même pour les hommes dits efféminés qui sont en difficulté non seulement dans les milieux hétérosexuels mais aussi dans le milieu gay homonormé (Prieur, 2012). Ces individus ont alors créé des lieux d’entre-soi protecteurs, des hétérotopies, où les normes de genres sont inversées ou effacées et où il leur est possible de vivre leurs rapports complexes aux genres et aux sexualités (Prieur, 2011).

Masculinités : lieux queer et lieux trans

36Kath Browne (2006) et Catherine Nash (2010) sont les deux géographes qui ont commencé à questionner les champs des géographies des genres et des sexualités en remettant en cause les études homonormées sur les sexualités gay et lesbiennes qui ont eu tendance à essentialiser de nouveau les sexes et les genres. Elles ont montré que d’autres lieux se dessinent où sont transgressées à la fois les normes hétérosexuelles de sexualité mais aussi les normes de genres communes aux milieux hétérosexuel, gay et lesbien. Le développement de ces lieux a permis aux queers et trans de subvertir ou transgresser ces impératifs normatifs. En fait, ces personnes :

  • 19 « … trouble and call into question these hegemonic, normative binaries. Such omissions mean that as (...)

« … brouillent et remettent en cause cette binarité hégémonique normative. Ne pas le faire équivaut à laisser la carte des genres être dessinée sans détour comme un postulat sur une conception des sexes et des genres, de leurs rôles et leurs relations, ancrée sans remise en question dans les dichotomies femme/homme et male/female. (Brown, Nash et Hines, 2010, p. 573).19

37De quels lieux parle-t-on ? Il peut s’agir de lieux de convivialité, de lieux associatifs, de lieux de consommation sexuelle. Leur particularité est d’être très souvent éphémère et de se dissoudre pour ainsi dire dans la ville. Ils sont ainsi très peu visibles, contrairement aux territoires gays, très visibles, dont le quartier du Marais est l’archétype. Qui trouve-t-on dans ces lieux ? Des personnes qui ne se sentent pas appartenir à un des deux genres imposés par la norme sociale et culturelle ou ceux qui veulent en changer, de manière plus ou moins visibles, en transformant plus ou moins leur corps et leur apparence : des queers, des transgenres, des transsexuel.le.s. Mais, on trouve aussi dans ces lieux des personnes qui souhaitent jouer avec ces codes genrés pour une heure ou une soirée : des drag queens, des drag kings, des travestis, des performeur.euse.s, des artistes qui déconstruisent les normes de genre et de sexualité ainsi que des personnes refusant la norme consumériste de certains milieux gay et lesbiens.

38Pour les auteures (Brown, Nash, Hines 2010), les géographies trans déstabilisent la conceptualisation occidentale des liens entre les corps sexués, les sexualités, les normes de genre, les rôles sociaux genrés et les vies des individus que véhiculait la conformité sexe-genre homme masculin/ femme féminine. Les géographies trans remettent également le corps et les corporéités, comme micro-espaces, au centre du questionnement sur les genres, les sexes et les sexualités.

39Ces nouvelles questions en posent d’autres. Comment faire cette géographie ? Kath Browne et Catherine Nash (2010) ont coordonné un ouvrage sur les méthodologies queers qui prône une prolifération des méthodes de recherche, une attitude de flibustier. Les chercheur.e.s doivent toujours tenter de s’adapter au mieux à la population étudiée, en faisant preuve d’empathie, en ayant une posture réflexive face aux personnes avec qui ils/elles doivent co-construire leur recherche, et non imposer leurs vues ou leurs idées préconçues.

Conclusion à deux voix

40Cet état de l’art nous inspire quelques réflexions. Trois points ont attiré notre attention. Le premier est qu’à l’origine l’étude des masculinités reposait sur une double nécessité : celle d’entendre la parole des hommes et de se pencher sur leurs pratiques. Injonction des femmes et du féminisme : l’on ne peut entreprendre le dialogue entre les genres si l’un d’eux ne se manifeste pas. Masculinisme et masculinité hégémonique furent les deux premiers concepts phares. Ils renvoient au rapport de domination homme/ femme et masculin/féminin, mais aussi, dans la masculinité elle-même, au rapport hétérosexuel/homosexuel. Il nous aura peut-être manqué du reste des textes plus en phase avec les gay studies, qui expriment et critiquent une forme de masculinité. Deuxième point, si les rapports de pouvoir qu’induisent le masculinisme et la masculinité hégémonique n’ont pas disparu, force est de constater que les catégories et les prescriptions ont été déconstruites. L’étude des masculinités, comme celle des études gay et lesbiennes, est aujourd’hui de plain-pied dans le champ plus large des études sur « les sexes, genres et sexualités ». Ceci explique que la tendance actuelle soit à l’exploration des différentes manières d’être un homme (et une femme) et de le faire en s’appropriant des espaces et en performant dans divers lieux. La production scientifique française mais surtout anglo-saxonne indique clairement une volonté de croiser les thématiques de genre avec d’autres dimensions sociales et culturelles. Troisième point, la géographie, il nous semble, contribue substantiellement à l’étude des genres, sexes et sexualités, par son entrée spatiale. Comme le dit si bien Francine Barthe (2009), il n’y a pas de lieux sans corps, ce dernier est même la première échelle de l’étude géographique. Ces corps ont des caractéristiques physiques et des qualités sociales et culturelles dont le sens vient du système social, mais dont l’interaction produit et reproduit le social dans des lieux et des situations, des mises en scène et des performances. Mais ce travail, et c’est ici la position des auteurs de ce texte, ne peut se faire, d’une façon générale, en faisant l’économie de la réflexivité, comme méthode, c’est-à-dire comme questionnement sur la production du savoir géographique.

Haut de page

Bibliographie

Corpus de textes

ATENCIO Matthew, 2008, « We be killin’ them: hierarchies of Black masculinity in urban basketball spaces », Sociology of sport journal, vol. 25, p. 263-280.

ATHERTON S., 2009, « Domesticating military masculinities: home, performance and the negociation of identity », Social & cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 821-836.

BARTHE Francine, 2009, Les spatialités du corps, document inédit d’HDR, en cours de publication dans la collection Géographie et cultures.

BELL et al., 2001, « Farm boys and wild men: rurality, masculinity, and homosexuality », Rural sociology, n° 65, p. 547-561.

BERG Lawrence D., 2001, « Masculinism, emplacement and positionality in peer review », Professional geographer, n° 53, p. 511-521.

BERG Lawrence D., 2002, « (Some) spaces of critical geography », in A. Rodgers et H. Viles (dir.), The student’s guide to geography, Oxford, Blackwell Press, p. 305-311.

BERG Lawrence D., LONGHURST Robyn, 2003, « Placing masculinities and geography », Gender, place and culture, vol. 10, n° 4, p. 351-360.

BIRD S. R., 1996, « Welcome to the men’s club: homosociality and the maintenance of hegemonic masculinity », Gender & society, vol. 10, n° 2, p. 120-32.

BROWNE K., 2006, « Challenging queer geographies », Antipode, vol. 38, n° 5, p. 885-893.

BROWNE K, NASH C. (dir.), éd. 2010. Queer methods and methodologies : intersecting queer theories and social science research, Farnham (G.-B.), Ashgate.

BROWN K., NASH C., Hines S. 2010, « Introduction: towards trans geographies », Gender, place and culture, vol. 17, n° 5, p. 573-577.

CONNELL Richard W., MESSERSCHMIDT James W., 2005, Hegemonic masculinity: rethinking the concept, gender and society, vol. 19, n° 6, p. 829-859.

CRENSHAW Kimberlé, 2005, « Cartographie des marges : intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, n° 39. Publication originale: « Mapping the Margins: intersectionality, identity politics, and violence against women of color », Stanford law review, 1991, vol. 43, n° 6, p. 1241-1299.

DE BUSSCHER P-O., MENDES-LEITE R., PROTH B., 1999, « Lieux de rencontre et back-rooms », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 128, p. 24-28.

DOANA Petra L., 2010, « The tyranny of gendered spaces: reflections from beyond the gender dichotomy », Gender, place and culture, vol. 17, n° 5, p. 635-654.

EDWARDS Tim, 2006, Cultures of masculinity, London/New York, Routledge, 192 p.

EHRKAMP P., 2008, « Risking publicity: masculinities and the racialization of public neighborhood space », Social and cultural geography, vol. 9, n° 2, p. 117-130.

EVERS Clifton, 2009, « The Point’: surfing, geography and a sensual life of men and masculinity on the Gold Coast, Australia », Social and cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 893-908.

FLANDERS G., GOUGH B., 2009, « Celebrating “obese” bodies: gay “bears” talk about weight, body image and health », International journal of men’s health, vol. 8, n° 3, p. 235-253.

FOX J., 2004, « How men’s movement participants view each other », The journal of men studies, vol. 12, n° 2, p. 103-116.

GORMAN-MURRAY A., 2008, « Masculinity ant the home: a critical review and conceptual framework », Australian geographer, vol. 39, n° 3, p. 367-379.

GOUGH Brendan, 2004, « Psychoanalysis as a resource for understanding emotional ruptures in the text: the case of defensive masculinities », British journal of social psychology, vol. 43, n° 2, p. 245-267.

HENRY M., BERG L., 2006, « Geographers performing nationalism and hetero-masculinity », Gender, place and culture, vol. 13, n° 6, p. 629-645.

HOLLOWAY Sarah, GILL Valentine, BINGHAM Nick, 2000, « Institu-tionalising technologies: masculinities, femininities, and the heterosexual economy of the IT classroom », Environment and planning A, n° 2, p. 617-633.

HOPKINS P., NOBLE G., 2009, « Masculinities in place: situated identities, relations and intersectionality », Social and cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 812-819.

HOPKINS P., 2007, « Young people, masculinities, religion and race: new social geographies », Progress in human geography, n° 31, p. 163-177.

JACKSON Peter, 1991, « The cultural politics of masculinity: towards a social geography », Transactions, institute of British geographers, n° 16, p. 199-213.

JACKSON Peter, STEVENSON Peter, BROOKS Nick et al., 1999, « Making sense of men’s lifestyle magazines », Environment and planning D: society and space, n° 17, p. 353-368.

JOHNSON L., 2008, « Re-placing gender? Reflections on 15 years of gender, place and culture », Gender, place and culture, vol. 15, n° 6, p. 561-574.

KAHN Jack, BRETT Benjamin L., HOLMES Jessica R., 2011, « Concerns with men’s academic motivation in higher education: an exploratory investigation of the role of masculinity », The journal of men’s studies, vol. 19, n° 1, p. 65-82.

KENWAY J., HICKEY-MOODY A., 2009, « Spatialized leisure-pleasures, global flows and masculine distinctions », Social and cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 838-852.

KNOPP Lawrence, 1998, « Sexuality and space: gay male identity politics in the United States, the United Kingdom, and Australia », in Ruth Fincher et Jane M. Jacobs (eds.), Cities of difference, New York, Guilford Press, p. 149-176.

KOROBOV Neill 2005, « Ironizing masculinity: how adolescent boys negotiate hetero-normative dilemmas in conversational interaction », The journal of men’s studies, vol. 13, n° 2, p. 225-246.

LEWIS Linden. 1998. “Masculinity and the Dance of the dragon: reading Lovelace discursively », Feminist review, n° 59, p. 164-185.

LIEPINS Ruth, 2000, « Making men: the construction and representation of agriculture-based masculinities in Australia and New Zealand », Rural sociology, n° 65, p. 605-620.

LITTLE Jo, PANELLI Ruth, 2003, « Gender research in rural geography », Gender, place and culture, vol. 10, n° 3, p. 281-289.

LONGHURST Robyn, 2000, « Geography and gender: masculinities, male identity and men », Progress in human geography, n° 24, p. 439-444.

MARTIN Brandon E., FRANK Harris III, 2006, « Examining productive conceptions of masculinities: lessons learned from academically driven African American male student-athletes », The Journal of men’s studies, vol. 14, n° 3, p. 359-378.

MORIN Karen M. et al., 2001, « (Troubling) spaces of mountains and men: New Zealand’s Mount Cook and Hermitage Lodge », Social and cultural geography, n° 2, p. 117-139.

MCDOWELL Linda, 2002, « Transition to work: masculine identities, youth inequality and labour market change », Gender, place and culture, vol. 9, n° 1, p. 39-59.

MCDOWELL Linda, 2004, « Masculinity, identity and labour market change: some reflections on the implications of thinking relationally about difference and the politics of inclusion », Geografiska annaler aeries B: human geography, vol. 86, n° 1, p. 45-56.

METH P., MCCLYMONT K., 2009, « Researching men: the politics and possibilities of a qualitative mixed-methods approach, Social and cultural geography, vol. 10, n° 8, p. 909-925.

NI LAOIRE, Catriona, 2002, « Masculinities and change in rural Ireland », Irish geography, n° 35, p. 16-28.

PEEL Mark, CAINE Barbara, Twomey Christina, 2007, « Masculinity, emotion and subjectivity: introduction », The journal of men’s studies, vol. 15, n° 3, p. 247-250.

PRIEUR Charlotte, 2011, « L’hétérotopie du quartier gay : frontières normatives au sein de la ville ? », Temperanter, vol. 2, n° 1/2, p. 91-103.

PRIEUR Charlotte, 2012, « L’homophobie : une discrimination parmi d’autres dans les milieux LGBTQ », Observatoire des transidentité, http://observatoire-des-transidentites.overblog.com/pages/Charlotte_Prieur_Lhomophobie_une_discrimination_parmi_dautres_dans_les_milieux_LGBTQ-7779410.html. Consulté le 11 juin 2012.

RAIBAUD Yves, 2011, « De nouveaux modèles de virilité : musiques actuelles et cultures urbaines », in Daniel Welzer-Lang et Chantal Zaouche-Gaudron (dir.), Masculinités : état des lieux, Erès, 2011 p. 169-181.

RAIBAUD Yves, 2012, « Sexe et couleur des skates parcs et des cités stades », Revue VEI, SCEREN CNDP, n° 168, p. 173-182.

ROUSSEL Jean-François, DOWNS Christian, 2007, « Epistemological perspectives on concepts of gender and masculinity/masculinities », The journal of men’s studies, vol. 15, n° 2, p. 178-196.

Sayman Donna, 2009, « The elimination of sexism and stereotyping in occupational education », The journal of men’s studies, vol. 15, n° 1, p. 19-30.

SHAWN Patrick, BECKENBACH John, 2009, « Male perceptions of intimacy: a qualitative study », The journal of men’s studies, vol. 17, n° 1, p. 47-56.

SHOR Eran, 2007, « Book Review: Cultures of Masculinity by Tim Edwards », Journal of men studies, n° 15, p. 232-241.

SMITH F., 2004, « ‘It’s not all about grades’: according for gendered degree results in geography at Brunel University », Journal of geography in higher education, vol. 28, n° 2, p. 167-178.

TUSS Alex J., 2006, « Brokeback mountain and the geography of desire », The journal of men’s studies, vol. 14, n° 2, p. 243-246

VAN HOVEN Bettina, 2009, « Can you write a memo on why we have to do gender, please? An experiential account of teaching gender geography in the Netherlands », Journal of geography in higher education, vol. 33, n° 3, p. 315-325.

Autres références

ANDERSON Eric, 2009, Inclusive masculinity: the changing nature of masculinities, New York/Londres, Routledge, 190 p.

BLY Robert, 1990, Iron John, New York, Addison-Wesley publishing co., 268 p.

BOONE Joseph A., CADDEN Michael (dir.), 1990, « Engendering men. The question of male feminist criticism », New York, Routledge, 333 p.

BUTLER Judith, 1990, Gender trouble, New York/Londres, Routledge.

CARRIGAN Tim, CONNELL Bob, LEE John, 1987, « Toward a new sociology of masculinity », in Harry Brod (dir.), The making of masculinities: the new men’s studies, Boston (MA), Allen & Unwin publishers, p. 63-102.

CONNELL Robert W., 1985, « Theorising gender », Sociology, n° 19, p. 260-272.

CONNELL Robert W., 1987, Gender and power: society, the person and sexual politics, Cambridge, Polity Press.

CONNELL Robert W., 1995, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 295p.

EDWARDS Tim, 2006, Cultures of masculinity, London et New York, Routledge, 182 p.

FOUCAULT Michel, 1976, Histoire de la sexualité. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 211 p.

GILMORE David D., 1990, Manhood in the making. Cultural concepts of masculinity, New Haven/London, Yale University Press, 258 p.

GORDON Jacob U., 2002, « Hegemonic/dominant males; marginalized, peripheral or dominated masculinities, such as black males in white America », in The Black male in White America, New York, Nova Science publishers, 2002, 227 p.

HALBERSTAM Judith, 1999, Female masculinity, Durham/Londres, Duke University Press, 328 p.

HARAWAY Donna, 2009 [1991], « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », in Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, Paris, Éditions Jacqueline Chambon, p. 323-353.

KEEN Sam, 1991, Fire in the belly. On being a man, New York, Bantam books, 272 p.

LAURIE N., DWYER C., HOLLOWAY S. et al., 1999, Geographies of new femininities, Edinburgh Gate, Pearson education limited, p. 641-648.

MAC AN GHAILL Mairtin (dir.), 1996, Understanding masculinities: social relations and cultural arenas, Buckingham/Philadelphia, Open University Press, 236 p.

NOBLE Jean B., 2004, Masculinities without men? Female masculinity in twentieth-century fictions, Vancouver/Toronto, UBC Press, coll. « Sexuality studies ».

PAIN R. et al., 2001, Introducing social geographies, London, Arnold, 308 p.

ROSE Gillian, 1993, Feminism and geography: the limits of geographic knowledge, Minneapolis, University of Minnesota Press, 205 p.

SEGAL Lynne, 1990, Slow motion, changing masculinities, changing men, New Jersey, Rutgers University Press, 396 p.

Haut de page

Notes

1 À l’exception des textes affichant expressément une orientation ou une référence au queer, qui ont été donnés logiquement à C. Prieur dont le travail de thèse en cours porte et s’appuie sur le mouvement et la théorie queer.

2 Le phénomène des men’s groups est sur ce point révélateur. Confrontés à la nécessité de revoir « leur genre », remis en question par les féministes, des groupes d’hommes vont se former pour discuter de leur masculinité, en circuit fermé, comme un week-end dans les bois. Si pour certains il s’agit de renouer avec ses émotions, son corps, de discuter de son rapport aux femmes et à la masculinité hégémonique, pour d’autres l’objectif est plutôt de renouer avec les « vraies » valeurs masculines, en somme de redonner voix à une position « masculiniste ». Le Iron John, de Robert Bly (1990) et le Fire in the belly. On being a man, de Sam Keen (1991).

3 « … the starting point for any understanding of masculinity that is not simply biologistic or subjective must be men’s involvement in the social relations that constitute the gender order » (p. 89).

4 Valerie Lehr, aujourd’hui Vice President of the University and Dean of Academic Affairs (http://www.stlawu.edu/news/bios/node/48). Elle a publié Queer family values chez Temple University Press, 1999, elle travaille sur le féminisme et les LGBT. Elle donne des cours dans le département de sciences politiques et dans le gender studies.

5 Donner un cours sur le genre comme système de relations comprenant un rapport de domination est l’équivalent d’être en classe constamment sur le front, tant il est difficile de séparer la réalité des rapports de sexe et de genre des étudiant.e.s (18 également réparti.e.s) de celle que ces ouvrages abordent. Voir : Van Hoven, 2009 et Holloway et al., 2000.

6 Masculinism can be seen at work not only in the choice of topics made by geographers, not only in their conceptual apparatus, not only in their epistemological claim to exhaustive knowledge, but also in seminars, in conferences, in common rooms, in job interviews (Rose, 1993, p. 4).

7 « Hegemonic masculinity was not assumed to be normal in the statistical sense; only a minority of men might enact it. But it was certainly normative. It embodied the currently most honored way of being a man, it required all other men to position themselves in relation to it, and it ideologically legitimated the global subordination of women to men » (p. 832).

8 « This article argues critically that the consequences of a binary system of gender norms are experienced as a kind of gender tyranny both for those who transgress gender in their daily lives, but also for those whose lives are lived within such constraints. […] The nature of these consequences is explored using citations from the transgender and queer literature as well as the lived experience of this tyranny by the author in a continuum of public to private spaces, including: parking lots, public restrooms, shopping malls, the workplace and the home » (p. 635).

9 « One must admit that the subjective stance of the male theorist leads to a corresponding strategy. That strategy is to take as an “object” that very sphere of experience that is usually less considered in male theories: natural body, and related feelings and emotions » (p. 181).

10 Par « trans », j’entends les transsexuel.l.e.s, les transgenres et tou.t.e.s celles et ceux qui s’identifient ainsi. Les trans FtoM (Female to Male) sont des personnes auxquelles on a attribué le genre féminin à la naissance qui font une transition pour devenir homme, à l’inverse des trans MtF (Male to Female).

11 Les drag queens correspondent à des hommes qui se travestissent en femmes dans le cadre d’une performances. Les drag kings sont des femmes qui se travestissent en homme dans les mêmes circonstances.

12 « … threaten to undo the construct of “the nation” as a monolithic and unified site of masculine, white heterosexual, able-bodied, and bourgeois space » (Henry et Berg, 2006, p. 633).

13 « …[they] subsequently charted a shift from a focus on men to masculinities thence on to the mutually constitutive relationship between masculinities and other axes of identity such as class, disability, race, place and sexuality » (p. 565).

14 « Furthermore, if age is regarded as a socially constructed category rather than an independent variable, then the role of space and place becomes very important as people will have different access to and experiences of places on the grounds of their age, and spaces that have associations with certain age groups will also influence who uses them. This also means that people may ‘actively create and resist particular age identities through their use of space and place. »

15 « By focusing on young people whose voices are usually silenced, often unheard and frequently distorted, human geographers are ideally placed to understand, appreciate and explore the ways in which youthful masculinities are mediated by, and interact with race and religion ».

16 Les bears sont des hommes homosexuels qui mettent en avant un type de virilité (barbe, carrures imposantes…) qui n’est pas le même que celui de l’homonormativité gay.

17 « … an environment where big is celebrated and desired rather than pilloried and rejected » (p. 243).

18 Le viol correctif correspond à une agression sexuelle commise sur une lesbienne ou une personne trans pour la punir de ses actions supposées ou reconnues. Ce viol est également censé « guérir » la victime de son homosexualité ou de sa « déviance » de genre lorsqu’elle survit à ses blessures.

19 « … trouble and call into question these hegemonic, normative binaries. Such omissions mean that assumptions predicated on a straightforward gender mapping onto biological sex organs and gender roles and relations grounded in male/female and man/woman separations, are often uncritically reproduced ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Prieur et Louis Dupont, « État de l’art », Géographie et cultures, 83 | 2012, 9-31.

Référence électronique

Charlotte Prieur et Louis Dupont, « État de l’art », Géographie et cultures [En ligne], 83 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/2022

Haut de page

Auteurs

Charlotte Prieur

Laboratoire CNRS Espace, Nature et Cultures (ENeC)
UFR de géographie, Université Paris-Sorbonne
charlotte.prieur@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Louis Dupont

Laboratoire CNRS Espace, Nature et Cultures (ENeC)
UFR de géographie, Université Paris-Sorbonne 
duponlouis@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals